Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cluny après Cluny

 | 
Didier Méhu

Première partie. Commémorations clunisiennes, XIXe-XXIe siècle

Accueil et mot d’introduction

Jean-Luc Delpeuch

Texte intégral

1Avant d’aller plus loin dans le débat, je tiens à vous accueillir très chaleureusement à Cluny et à vous proposer de nous attarder un instant sur l’intitulé même de la question « Pourquoi (ne pas) commémorer ? », posée en ouverture du colloque qui nous réunit.

2En nous appuyant sur la définition même du mot « commémoration » et en explicitant le sens du « (ne pas) » qui figure entre parenthèses au centre de la question, nous pourrions reformuler l’interrogation sur un mode shakespearien : « Faire mémoire ensemble, ou ne pas faire mémoire ensemble, là est la question. » Ainsi posé, le problème qui nous réunit apparaît dans toute sa vastitude, sa complexité et son caractère quasi existentiel.

3La propension à faire mémoire ensemble, à rappeler un passé commun et à l’évoquer à plusieurs, en communauté, est en effet un phénomène qu’on pourrait qualifier, sans jeu de mots, « d’immémorial » et auquel se rattachent la plupart des fêtes populaires, civiques ou religieuses, des cérémonies, des rites, des traditions orales, des cultes des défunts et des transmissions de traditions. On pourrait aller jusqu’à avancer que ce goût qu’a l’être humain à partager l’évocation d’un passé commun avec ses semblables, est un des traits constitutifs de son humanité.

4Ainsi, à la première partie de la question, sa partie positive, « pourquoi faire mémoire ensemble ? », on pourrait tout simplement répondre : « Parce qu’on est humain. »

5La seconde partie, la partie négative de la question, est plus troublante : « Pourquoi ne pas faire mémoire ensemble ? » Si elle devait être prise dans sa portée générale, on pourrait, en symétrique à la réponse précédente, répondre : « Parce qu’on est inhumain » et on se rapprocherait ainsi encore plus de Shakespeare : être ou ne pas être (humain), là serait la question.

6Prise de façon plus circonstancielle, la partie négative de la question « pourquoi ne pas commémorer ? » pourrait être comprise comme un constat, couramment fait dans les médias actuels, et auquel les premières interventions de ce colloque ont déjà fait écho : celui de « l’inflation commémorative ». Selon cette opinion, il serait inutile, incorrect, vain, ridicule, voir nuisible de faire, en groupe ou en société, mémoire d’épisodes ou de personnages du passé. L’histoire y serait déformée, travestie, maltraitée, voir instrumentalisée : souffrance pour les historiens.

7Pour moi qui, du fait des hasards de l’existence, ai eu l’occasion de vivre une période de ma vie en régime totalitaire, le fait même de s’autoriser à juger du caractère utile ou pas, positif ou pas, légitime ou pas, authentique ou pas, d’exercices collectifs de mémoire, évoque l’autorité qui interdit la commémoration publique de certains épisodes du passé, au motif que cette évocation serait porteuse d’une pensée incorrecte, potentiellement fauteuse de troubles sociaux ou de dissidence. Elle m’évoque également la relation entre l’autorité et les censeurs qu’elle a appointés pour vérifier l’orthodoxie de l’évocation du passé.

8Le débat ouvert ici est donc fondamental. Et il m’amène à poser deux questions complémentaires à celle qui sert de titre au colloque : « Qui est légitime à juger si l’on peut ou si l’on doit commémorer ? », ou encore « comment juger de la validité d’une commémoration ? »

9L’initiative du présent colloque ne revient en l’occurrence ni à des philosophes, ni à des ethnologues, ni à des anthropologues, ni à des sociologues, ni à des journalistes, généralement considérés comme aptes à analyser pour les uns l’intemporel, pour les autres l’immédiat. Cette initiative, qu’on aurait pu imaginer transdisciplinaire, revient en fait à des historiens.

10Deux remarques me viennent donc à l’esprit :

  • d’une part, les historiens ne sont pas nécessairement les plus qualifiés pour analyser les événements du présent : autant l’étude d’un historien sur les commémorations du millénaire de Cluny en 1910 m’intéresse, car sa méthodologie d’analyse, la remise en contexte de l’époque m’éclairent rétrospectivement sur ce qui s’est passé il y a cent ans ; autant ma prudence est grande sur la qualité du miroir que les historiens pourraient me tendre, en temps réel, sur les festivités de « Cluny 2010 ». J’estime, peut-être à tort, que les historiens ne disposent pas du recul nécessaire pour exercer valablement leur science sur la période immédiate ;
  • d’autre part, les historiens me paraissent entretenir un rapport étroit avec les phénomènes commémoratifs, dont ils sont des acteurs importants, voir des initiateurs, ou des bénéficiaires directs ou indirects, dans la mesure où les commémorations sont souvent l’occasion de financer la recherche historique : les historiens peuvent ainsi être, en quelque sorte et à leur corps défendant, juges et parties ; pour illustrer le problème de la confusion des intérêts, j’ai pris le soin de relever que, parmi les quelque 300 manifestations de tous genres répertoriées dans le programme officiel des célébrations de Cluny 2010 sur tous les sites clunisiens d’Europe, plus d’une soixantaine (colloques, séminaires, conférences), sont organisées par des historiens ou avec leur étroit concours.

11Ainsi le fait que la question soit posée par vous et vous seuls, amis historiens, n’est pas neutre : la réflexion à laquelle vous nous invitez aujourd’hui est à l’évidence porteuse d’une interrogation sur votre propre rôle et sur vos relations avec la société de votre temps.

12N’étant pas moi-même historien, j’accepte néanmoins d’assumer ici le statut d’objet de vos débats. Je me prête au rôle de souris de laboratoire, dont des savants questionneraient « la normalité de l’activité commémorative ». Cet objet d’observation, je le suis en effet doublement : en tant que citoyen-commémorant, et en tant que maire, coorganisateur des festivités qui marquent le mil-centième anniversaire de la fondation d’une abbaye qui figure dans de nombreux livres d’histoire. Condition périlleuse et souvent fatale que celle de la souris de laboratoire !

13Comme mes prédécesseurs édiles de cette cité, dont les extraits de discours ont été disséqués dans l’une des interventions précédentes à cette tribune, il m’arrive régulièrement de commettre des discours qui évoquent le passé de Cluny, et tout particulièrement au cours de cette année 2010 : je confesse publiquement ici leur affligeante pauvreté et leur inexactitude crasse. Pourquoi d’ailleurs ne pas imaginer une loi, qui réserverait l’éligibilité municipale dans les villes d’art et de patrimoine aux seuls diplômés d’histoire, afin que le passé puisse y être évoqué savamment et pour ainsi dire proprement ?

14Plus sérieusement, et en cohérence avec ma remarque, selon laquelle il serait fâcheux d’être juge et partie, je ne m’estime pas en situation de porter un jugement valide sur les commémorations de Cluny 2010, dont je suis un des organisateurs. Je me contenterai d’indiquer que l’objectif de l’équipe municipale, de la Fédération des sites clunisiens et des associations pour ces festivités est avant tout l’ouverture, la rencontre et le dialogue autour du nom de Cluny, qui parle différemment à chacun. La série de manifestations est davantage tournée vers le présent et l’avenir que vers quelque forme que ce soit de nostalgie du passé.

15Ceci posé, la souris de laboratoire se propose de tendre à son tour un miroir, sans doute très déformant, aux savants qui observent doctement son comportement. Je le ferai en narrant un épisode récent et qui m’a beaucoup interrogé : cette anecdote nourrira aussi, je l’espère, vos réflexions sous-jacentes à ce colloque, sur les relations entre historiens et « commémorants vulgaires », si vous me permettez l’expression.

16L’épisode est le suivant : une association de randonneurs souhaitait organiser en 2010 une marche autour du ban monastique de Cluny. Un historien fut contacté avec le souhait qu’il apporte sa connaissance sur la géographie de ce périmètre et sa signification. Or le spécialiste refusa de répondre à la sollicitation des randonneurs : il ne souhaitait en effet pas cautionner une régression « néo-catholique ». Lorsqu’il lui fut précisé que l’association n’avait rien de « néo-catholique » et que plusieurs de ses membres et animateurs étaient au contraire des « laïcards » convaincus, intéressés au demeurant par l’histoire de leur région et toujours à la recherche de nouveaux itinéraires, l’historien pressenti jugea préoccupant que des esprits laïcs puissent se prêter à une tentative de « re-sacralisation » de l’espace.

17In fine, la randonnée eut lieu, elle fut joyeuse et festive, mais sans l’historien, avec lequel aucune relation ne trouva à s’établir. Cet épisode n’est d’ailleurs sans doute pas sans relation avec la faible participation du public clunisois au présent débat.

18Sans porter de jugement sur les motivations des uns et des autres, le maire que je suis ne peut que constater (et regretter, si on l’y autorise) l’insuffisance de dialogue entre des citoyens actifs et curieux et des chercheurs en histoire, souvent reconnus pour leurs compétences et leur goût du « terrain ».

19Doit-on en déduire que les hommes et les femmes d’aujourd’hui feront partie du « terrain » uniquement pour les historiens de demain ? Doit-on en conclure qu’il est en effet difficile pour les historiens de vivre avec leurs contemporains immédiats ?

20C’est sur ces interrogations et sur des souhaits de fructueuses réflexions, que s’achèvera la plaidoirie de la souris devant des scientifiques, qui se révèlent être davantage paléontologues que naturalistes, et dont les scalpels n’ont décidément vocation qu’à disséquer les squelettes de ses aïeux. Ouf !

Auteur

Maire de Cluny

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540