Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Cluny après Cluny

 | 
Didier Méhu

Introduction. Pourquoi (ne pas) commémorer ? À propos des célébrations du 11e centenaire de la fondation de l’abbaye de Cluny

Didier Méhu

Volltext

« Celui qui a le contrôle du passé, disait le slogan du Parti, a le contrôle du futur. Celui qui a le contrôle du présent a le contrôle du passé. »
George Orwell, 1984.

  • 1 Je reprends l’expression « pas de côté » au dessinateur Gébé, dont le dessin « Un pas de côté », p (...)
  • 2 Dans le sillage, on l’aura deviné, de la méthode théorisée par Bourdieu P., Chamboredon J.-C., Pas (...)
  • 3 En plus du colloque, les propos rassemblés ici ont été nourris des discussions entretenues avec pl (...)

1« Pourquoi (ne pas) commémorer ? », titre donné à cette introduction, n’est pas « ne commémorons pas ». Il est appel à l’interrogation sur l’acte social commémoratif et aussi, de manière conjointe et inséparable (les parenthèses), appel à l’interrogation sur la non-commémoration, qu’il s’agisse du refus de participer ou de saisir l’occasion, comme on le fait ici, pour effectuer un nécessaire « pas de côté », adopter la position de l’observateur de sa propre action pour qui rien ne sera plus jamais comme avant1. Une telle démarche se veut libératrice, d’abord parce qu’elle relève d’une activité intellectuelle, donc déstabilisante ; ensuite parce qu’elle vise la connaissance et la maîtrise des processus de production et de reproduction du social en vue de s’abstraire de leurs aspects oppressants ou aliénants2. Arrêtons-nous, donc, et arrêtons-nous ensemble, historiens, professionnels de l’héritage culturel, acteurs des commémorations, pour effectuer un retour réflexif sur nos propres pratiques, qu’elles soient scientifiques, culturelles, touristiques ou édilitaires3.

  • 4 Depuis que la commémoration est devenue, en France, l’une des principales activités sociales pour (...)
  • 5 L’ouvrage de W. Johnston, cité supra, constitue l’exemple le plus développé de cette interprétatio (...)
  • 6 Sur ce point je renvoie à l’ouvrage désormais classique de Hartog F., Régimes d’historicité. Prése (...)

2J’aimerais d’abord expliquer les raisons qui m’ont conduit à organiser une telle réflexion collective (c’est-à-dire, j’insiste, ne pas « commémorer », ni « faire de l’histoire » au temps des commémorations, mais prendre prétexte de la commémoration pour réfléchir aux raisons pour lesquelles nous nous y plions). Je m’inscris partiellement dans le sillage des recherches qui ont analysé l’essor et les rouages de la commémoration dans les sociétés occidentales contemporaines4. Le phénomène est généralement analysé comme l’une des multiples facettes de ce que l’on nomme par commodité le « postmodernisme »5, caractérisé par une libéralisation croissante de la société, la perte du sens social des idéologies (qu’elles soient de nature politique ou religieuse), l’homogénéisation des référents culturels (et donc leur perte de sens) pour construire l’avenir collectif. La commémoration – comme l’architecture, la musique ou la mode vestimentaire postmoderne – puise dans le passé pour construire le présent, en procédant par collage d’éléments mentalement référencés en relation avec le passé, mais dissociés de leur sens premier. Aussi, la dynamique des commémorations va-t-elle de pair avec un effacement de la distance entre histoire et mémoire, où le passé est avant tout un moyen de justifier la légitimité des préoccupations et de l’ordre social actuel6.

3Partant de ces considérations et sans prétendre les renouveler, la présente rencontre avait deux objectifs spécifiques : inviter les historiens à réfléchir aux relations entre la pratique commémorative et l’activité historienne ; engager un dialogue renouvelé entre historiens, citoyens, administrateurs et conservateurs de l’héritage culturel à propos d’un objet restreint, Cluny, dans le temps long de la création de cet objet social (1790-2010), et ce au cœur des célébrations commémoratives du 11e centenaire de la fondation de l’abbaye. C’est là, peut-être, que tient la nouveauté de la démarche, dès lors qu’elle s’insère dans le calendrier commémoratif. Elle a voulu en être un moment essentiel (on le verra, cet objectif n’a pas été atteint). Elle a été conçue comme la seule participation pertinente des historiens à l’agenda Cluny 2010 et comme une invitation des acteurs à venir sur le terrain des historiens, plutôt qu’une démarche inverse, nettement plus traditionnelle et socialement « normale », qui consiste à inviter les historiens dans le champ de l’action commémorative. Le but étant d’instaurer un autre dialogue que celui, habituel, où les analystes du social inscrivent leur travail dans la commémoration (le colloque historique) ou s’en distancient par une analyse critique effectuée a posteriori et sans participation aux célébrations. Être critique donc, mais l’être au cœur de l’événement, avec les acteurs et en invitant ceux-ci à participer au mouvement. Le colloque a rassemblé dix-huit participants, parmi lesquels le maire de Cluny, l’architecte en chef des Monuments historiques responsable de Cluny, deux ingénieurs responsables des reconstitutions virtuelles de l’abbatiale, de la ville et du territoire de Cluny, un conservateur d’archives départementales (médiéviste de formation), un historien de la littérature spécialisé dans la littérature moyenâgeuse du XIXe siècle, un historien de l’art et de l’architecture du XIXe siècle, quatre historiens de l’art médiéval (dont deux spécialisés dans l’historiographie de l’art médiéval et le médiévalisme), un historien du cinéma spécialisé dans la représentation cinématographique du Moyen Âge, six historiens médiévistes.

4À l’heure actuelle (octobre 2011), il m’est difficile de tirer des leçons définitives de notre démarche. Le présent volume fournit un faisceau de réponses, qui prendront sens, sans doute, dans l’esprit des lecteurs. Ces quelques pages introductives fournissent des jalons épars qui m’ont paru devoir être posés, soit parce qu’ils manquent aux réflexions déjà menées sur le phénomène commémoratif, soit parce qu’ils résultent de mon expérience spécifique relative à Cluny 2010. Je commencerai donc par un bref panorama des commémorations médiévales, dans lesquelles les spécificités de Cluny 2010 apparaîtront plus clairement. J’exposerai ensuite les incompréhensions, les réactions et les tensions qui me sont apparues en amont, au cours ou postérieurement aux célébrations du 11e centenaire et à notre colloque, pour tenter d’en saisir le sens social, même si je manque pour ce faire des compétences et du recul nécessaires.

Le Moyen Âge et la commémoration de la fin du XIXe à l’aube du XXIe siècle

  • 7 Quelques études portent sur des commémorations spécifiques : Amalvi C., « Le baptême de Clovis : h (...)

5Une recherche approfondie sur la place du Moyen Âge dans les commémorations contemporaines ou sur les grandes caractéristiques des commémorations d’événements ou de personnages médiévaux fait défaut7. On ne trouvera donc ici que quelques résultats provisoires, relatifs exclusivement à la France.

  • 8 Amalvi C., « Le 14-Juillet. Du Dies irae à Jour de fête », Nora P. (dir.), Les lieux de mémoire, v (...)
  • 9 Courrier de l’art, année 1888, p. 207 ; Amalvi C., Le goût du Moyen Âge, 2e éd. augmentée, Paris, (...)
  • 10 Turinaz Mgr, La Première Croisade. Discours prononcé dans la cathédrale de Clermont, le 19 mai 189 (...)
  • 11 Amalvi C., « Le baptême de Clovis », loc. cit.

6Les commémorations d’événements ou de personnages du Moyen Âge semblent se développer sous la IIIe République. Certaines, consensuelles et d’initiative locale (sociétés savantes), s’inscrivent dans un mouvement régionaliste qui cherche à ancrer dans le passé la spécificité culturelle d’une ville ou d’une région : 5e centenaire de la mort de Pétrarque célébré par l’Académie du Vaucluse en Avignon en 1874, 12e centenaire de la ville de Saint-Dié en 1879, 6e centenaire de l’université de Montpellier en 1885. En 1880, l’instauration de la fête nationale au 14 juillet et le centenaire de la Révolution en 1889 lancent l’ère des commémorations nationales8. Le Moyen Âge, comme les autres périodes de l’histoire dite nationale, est alors l’objet de polémiques véhémentes pour construire le récit historique. L’inauguration de la statue équestre d’Étienne Marcel dans les jardins de l’Hôtel de ville de Paris, le 14 juillet 1888, est une sorte de répétition générale du premier centenaire de la prise de la Bastille. La date est moins choisie en fonction du 430e anniversaire de la révolte du prévôt des marchands qu’en relation avec la fête nationale, sachant qu’Étienne Marcel est célébré par la gauche comme « un vrai Danton du XIVe siècle » alors que la droite le considère comme un monstre précurseur des « assassins » de 939. Deux commémorations de grande envergure célébrées dans les dernières années du XIXe siècle cristallisent les oppositions entre catholiques et anticléricaux. Le 8e centenaire de l’appel à la croisade par Urbain II, organisé à Clermont-Ferrand lors de l’été 1895, est marqué par un discours véhément de Monseigneur Turinaz, évêque de Nancy, pour repartir en croisade contre la laïcisation républicaine et par une contre-manifestation anticléricale le 18 août10. Le 14e centenaire du baptême de Clovis, célébré à Reims en 1896, enflamme également les passions : au cours de l’événement s’affrontent de manière violente les partisans de la revalorisation de l’héritage chrétien et monarchique de la « fille aînée de l’Église » et ceux qui voient dans l’alliance du sabre et du goupillon inauguré par le franc Clovis le début d’une longue période d’obscurantisme et de domination sur le peuple laïc11.

  • 12 Marquardt J., From Martyr to Monument. The Abbey of Cluny as Cultural Patrimony, Cambridge (Mass.) (...)
  • 13 Goujon P., « Cluny, mille ans après (910-1910) », L’ouvrier, l’Espagne, la Bourgogne et la vie pro (...)

7Le premier « jubilé » clunisien, en 1898, porté par l’essai de renouveau monastique à Cluny et focalisé sur la commémoraison des morts prétendument instituée par (saint) Odilon, est strictement une affaire de clercs, négligée par les laïcs ou, au mieux, raillée vertement, parce que l’événement n’a aucune portée historique12. En 1910, le millénaire de Cluny articule le catholicisme le plus réactionnaire à l’érudition universitaire, autour de la mémoire de Léopold Delisle qui vient de disparaître, tout en intégrant une reconstitution à caractère historique où les descendants de la noblesse locale revêtent les costumes de leurs prétendus ancêtres et un concours de gymnastique destiné à montrer la vaillance des jeunes enfants du pays et de la patrie. Le caractère harmonieux des festivités masque difficilement la polémique qui sourd dans les journaux locaux et dans les discours prononcés lors du colloque au sujet du sens historique et national de Cluny, porteur de valeurs catholiques autour desquelles on souhaiterait rebâtir la France ou image d’un passé archaïque engoncé dans un cléricalisme nauséabond13.

  • 14 Lettre pastorale (no 44) de Mgr l’évêque de Coutances et Avranches [Joseph Guérard] au clergé et a (...)
  • 15 Plusieurs articles de journaux parus à l’occasion du Millénaire de la Normandie entre mai et juill (...)
  • 16 Stanislas-Arthur-Xavier Touchet, évêque d’Orléans (1894-1926), est en quelque sorte un spécialiste (...)
  • 17 « Tous tant que nous sommes, n’avons-nous pas bu le jus délicat et ambré de la pomme ; n’avons-nou (...)

8Des débats du même ordre scindent les grandes commémorations célébrées en ce début du XXe siècle. Le 12e centenaire du Mont-Saint-Michel, en 1908, est un porte-voix du nationalisme catholique14. Le millénaire de la Normandie, de mai à juillet 1911, est la célébration de la gloire de la France à travers celle de la « race normande », de « son génie », de « [sa] puissance, [sa] grandeur, [sa] richesse »15. Le ton est donné le 28 mai 1911 par le discours prononcé dans la cathédrale de Rouen par Monseigneur Touchet16, évêque d’Orléans, qui célèbre à la fois le catholicisme normand issu de la conversion de Rollon, les richesses agricoles de la province, tout ce que la Normandie a apporté à la France en matière de vertu et de civilisation et l’appartenance de tous ses habitants à la même famille nourricière née du mélange des sangs et du partage des mêmes coutumes17. Le cortège historique qui se déploie dans les rues de Rouen le 11 juin 1911 est une extraordinaire mise en scène de tout ce qui fait la gloire de la région, depuis Rollon et les guerriers Vikings, qui arrivent en drakkar sur la Seine, jusqu’aux chars des moissonneurs et artisans normands, en passant par les personnifications des ducs, chevaliers, archers et pages médiévaux qui paradent à pied ou à cheval. Le caractère national des célébrations est souligné par la présence du Président de la République, M. Armand Fallières, à qui l’on fait visiter les gloires présentes de la ville de Rouen (le port, le palais de justice, l’hôtel de ville, une montgolfière) et par l’articulation du troisième volet des célébrations, à Caen, avec la fête nationale (du 14 au 17 juillet 1911).

  • 18 Les cérémonies se sont déroulées à Lille, les 26 et 27 juin 1914, puis à Bouvines, le dimanche 28, (...)

9De moindre envergure, mais tout aussi significative de l’usage unanimiste d’un événement du Moyen Âge, est la commémoration du 7e centenaire de la bataille de Bouvines, du 26 au 28 juin 1914, où monarchistes célébrant Philippe Auguste et républicains célébrant la naissance laïque de la France oublient un temps leurs oppositions dans leur union contre l’ennemi commun, le Prussien, dont l’empereur Otton IV pouvait revêtir avec bonheur le costume de l’ancêtre18.

  • 19 J’ai repéré les commémorations suivantes pour la période 1920-1975 (on notera un certain « pic » d (...)
  • 20 C’est ce qui ressort nettement dans l’ouvrage de W. Johnston, op. cit., qui compare la situation f (...)
  • 21 [http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/archives-publiques/organisation-du-reseau-desarchives (...)
  • 22 Cette dernière rubrique faisait en grande partie double emploi avec les précédentes puisqu’elle ve (...)

10La Grande guerre mit un terme aux commémorations d’événements du Moyen Âge ; je n’en ai pas repéré entre 1914 et 1921. L’évolution des quatre décennies suivantes n’apparaît pas linéaire et il me semble hasardeux d’en proposer des interprétations sérieuses sans l’analyser en profondeur19. Par conséquent, je ne m’y étendrai pas, pour me concentrer sur les décennies les plus récentes qui correspondent à « l’ère des commémorations », selon l’expression désormais classique de Pierre Nora. Celle-ci a commencé en France au milieu des années 1970 pour connaître une dynamique considérable depuis la fin des années 1980, le bicentenaire de la Révolution faisant figure d’aboutissement d’une première phase et de point de départ d’une période, inachevée aujourd’hui, qui voit la commémoration s’inscrire au cœur de l’agenda culturel de toutes les collectivités, depuis l’association strictement locale jusqu’au Ministère de la culture. La France apparaît rapidement comme la reine des commémorations20. Elle est le seul pays occidental à s’être doté d’instances nationales pour coordonner les activités commémoratives. En 1974, Maurice Druon, alors ministre de la Culture, créa la Délégation aux Célébrations Nationales (DCN). Rattachée à la direction des Archives de France en 1979, elle fut alors chargée « de veiller à la commémoration des événements importants de l’histoire nationale ». Par arrêté du 23 septembre 1998, Catherine Trautman lui ajouta le Haut comité aux délégations nationales auprès du ministère de la culture, composé de douze personnalités qualifiées, dont la mission est « de faire toute proposition concernant la commémoration des événements importants de l’histoire nationale dans les domaines historique, littéraire, artistique, scientifique et technique ». La DCN a désormais un rôle de coordination, de diffusion et de conseil au sujet des commémorations reconnues d’intérêt national par le Haut comité. Elle le fait notamment par le biais d’une brochure gratuite publiée annuellement depuis 1999 et de son site internet21. Depuis 2000, les brochures annoncent non seulement les « célébrations nationales » mais aussi « d’autres anniversaires, dont la notoriété n’est pas forcément moindre, [qui] ont aussi, pour certains d’entre nous une valeur affective, pour tous une portée éducative », des anniversaires célébrés dans la Communauté européenne (et dans le « reste du monde » à partir de 2002) et les « célébrations dans les régions »22. Cet ensemble disponible en ligne permet quelques observations sur la place et la nature des célébrations d’événements ou de personnages du Moyen Âge (500-1499) au cours des dix dernières années.

11Le nombre de commémorations répertoriées dans les brochures de la DCN depuis 1999 est très important : une moyenne de 47 par an pour les commémorations « nationales » et de 37 pour les « autres anniversaires », sachant que les variations d’une année sur l’autre sont notables (de 28/29 commémorations nationales en 2007 et 2008 à 78 en 2004 et 2011). La part des événements et personnages du Moyen Âge reste toujours assez faible. Même si, en pourcentage, elle peut atteindre jusqu’à 16 ou 18 % des deux catégories, leur nombre total annuel se situe en moyenne un peu au-dessus de 4 pour les « célébrations nationales », vers 2,5 pour les « autres anniversaires » (on remarque plusieurs années où aucun événement médiéval n’est retenu dans cette section). Emmanuel Poulle, médiéviste, membre du Haut comité et auteur de la préface du recueil de la DCN pour l’année 2007, a noté le déséquilibre entre les commémorations très nombreuses d’événements ou de personnages des XIXe et XXe siècles par rapport à celles des siècles précédents. Il l’explique en partie par l’absence de connaissance des dates de création des œuvres médiévales, des années de naissance voire de mort des grands personnages. Mais cela ne peut être considéré comme une explication suffisante, ni vraiment satisfaisante. J’en veux pour preuve la célébration d’événements dont la date précise n’est pas connue : naissance de Guillaume de Lorris, de Guillaume de Machaut et de Jacques Cœur, respectivement v. 1200, v. 1300 ou v. 1400, célébrées en 2000 ; baptême de Clovis effectué entre 496 et 508, célébré en 1996 ; fondation de Cluny, en 909 ou 910, célébrée en 2009 et 2010). Par son étrangeté et son éloignement temporel, la période médiévale se prête beaucoup moins que la période postrévolutionnaire à la lecture téléologique propre aux commémorations nationales, et c’est là sans doute la raison principale.

Tableau 1 : Part des commémorations d’événements ou de personnages du Moyen Âge parmi les « célébrations nationales » et « autres anniversaires » répertoriées dans les brochures de la DCN, 1999-2011 (n.s. : non signalé).

  • 23 Je qualifie ainsi, entre autres, le 9e centenaire de la fondation de la seigneurie de la ville de (...)
  • 24 L’éclatement du sens des commémorations est encore plus notable pour les périodes contemporaines o (...)

12Les événements et personnages commémorés ne dégagent pas une prédilection pour un moment spécifique du millénaire médiéval. S’ils sont peu nombreux pour le haut Moyen Âge (12 pour les VIe-Xe siècles), décollent après l’an Mil (14 au XIe, 17 au XIIe) et dominent à la fin du Moyen Âge (respectivement 27, 26 et 26 pour les XIIIe, XIVe et XVe siècles), ils ne font guère que refléter la place occupée par les différents moments du Moyen Âge dans la construction mémorielle nationale, depuis les Mérovingiens jusqu’aux héros de la guerre de Cent Ans, en passant par les moines de l’âge seigneurial. Cela étant, aux côtés d’épisodes véritablement inscrits dans la geste nationale, comme le 15e centenaire de la bataille de Vouillé (2007), le 12e centenaire du couronnement de Charlemagne (2000), le 11e centenaire de la fondation de la Normandie (2011), le 650e anniversaire du traité de Brétigny (2010) ou le 6e centenaire de l’assassinat du duc d’Orléans (2007), on trouve peu d’événements qui puissent véritablement s’imposer aux yeux de tous comme des « célébrations nationales », alors même qu’elles ont été reconnues comme telles. Le Moyen Âge que l’on célèbre n’est ni républicain, ni clérical, ni guerrier, ni proprement national, mais éclaté, localisé, désémantisé. La liste des célébrations retenues pour l’année 2009 (7 célébrations nationales et 10 autres anniversaires) témoigne de cet éclatement du sens : 11e centenaire de la mort de saint Géraud d’Aurillac, millénaire de Vitré, 9e centenaire de la mort d’Hugues de Semur, abbé de Cluny, 9e centenaire de la mort de saint Anselme, 8e centenaire de la mort de Guillaume de Donjon, 8e centenaire de la mort de Jean Bodel, 8e centenaire de la fondation de l’ordre franciscain, 8e centenaire du sac de Béziers, 750e anniversaire du traité de Paris, 7e centenaire d’une Maursoise, sainte Flore, 7e centenaire de l’installation des papes en Avignon, 7e centenaire de l’Histoire de Saint Louis de Joinville, 7e centenaire de l’ouverture du pont de Pont-Saint-Esprit, 650e anniversaire de la prise de possession du château du Haut-Koenigsbourg par l’évêque de Strasbourg, 6e centenaire des « Grandes Heures » du duc de Berry, 6e centenaire de la création de l’université d’Aix, 6e centenaire de la naissance de René d’Anjou ; Anselme, Bodel, le traité de Paris, les papes en Avignon, Joinville, Pont-Saint-Esprit et René d’Anjou étant considérés comme des « célébrations nationales ». Le caractère local, désuet ou anecdotique de certaines célébrations répertoriées par la DCN23 témoigne autant de l’éparpillement de la pratique commémorative (chaque association pouvant y aller de ses célébrations) que de l’éclatement du sens historique ; la brochure de la DCN et plus encore son site internet contribuant de manière formidable à cette perte de sens dans la mesure où elle donne la même visibilité (de nature promotionnelle) à l’ensemble des manifestations24.

13Le besoin de commémoration se traduit également par des célébrations qui n’attendent pas les chiffres ronds du centenaire. La pratique a permis de démultiplier les commémorations d’événements récents (de 50 ans ou moins), mais elle touche aussi la période médiévale : 750e anniversaire du concile de Lyon (1995), 550e anniversaire de l’installation d’un atelier d’imprimerie par Gutenberg à Mayence (2000), 450e anniversaire de la naissance de Léonard de Vinci (2002), 450e anniversaire de la bataille de Castillon (2003), 450e anniversaire de la rédaction des coutumes de France sous l’ordre de Charles VII (2004), 1250e anniversaire du sacre de Pépin le Bref (2004) ou, plus étonnant encore, le 760e anniversaire de la construction de la chapelle de la Vierge par Pierre de Montreuil (2005) et le 780e anniversaire de la mort de saint François (2008)…

  • 25 Hartog F., Régimes d’historicité, op. cit.
  • 26 Augé M., La guerre des rêves. Exercices d’ethno-fiction, Paris, Le Seuil, coll. « La librairie du (...)

14Les observations qui précèdent ne démontrent pas une relation spécifique entre le Moyen Âge et la pratique commémorative. Elles ne sont qu’une des caractéristiques du « régime d’historicité » (rapport passé-présent-futur) propre aux sociétés occidentales actuelles que François Hartog a qualifié de « présentisme »25, où le présent est une fin en soi, où le passé intéresse moins comme objet d’histoire (c’est-à-dire comme moyen de penser le fonctionnement et le changement social) que comme source de mémoire, où la mémoire est appropriée de manière différente par des groupes restreints en fonction de leurs intérêts présents. Il en résulte une expérience du présent pensée en relation fréquente avec des événements ou des objets du passé, mais ces derniers ne sont pas dotés d’un sens historique (social, contextuel, relationnel) ; ils sont posés comme des points de référence donnant naissance à un imaginaire à coloration mémorielle destiné à remplacer la vacuité du présent et la peur panique du futur devant l’absence d’un projet social unitaire, cohérent et progressiste. Ainsi l’essor des brocantes comme fêtes locales et associatives à la place des kermesses depuis le début des années 1980, l’exposition des râteliers et outils agricoles désuets dans les restaurants, les produits manufacturés « à l’ancienne », les programmes radiophoniques et télévisuels nostalgiques, les modes « rétro », etc. Une telle patrimonialisation de « l’ancien » va de pair avec une « fictionnalisation du présent » (Marc Augé) où le réel, de plus en plus confondu avec la fiction, ne se perçoit plus sans la médiation de l’image et devient même de moins en moins tolérable sans cette dernière26. L’Internet, l’appareil photographique numérique de poche et le téléphone intelligent sont à la fois des symptômes et des moteurs de cette transformation. En remplaçant le viseur par un écran, l’appareil de photographie numérique a créé une distance, désormais ressentie comme nécessaire, entre le vécu et sa représentation sous la forme d’une image à l’esthétique télévisuelle. Le réel acquiert ainsi une valeur nouvelle, mais cette valeur est liée à sa déréalisation dès lors qu’il n’est plus perçu que par la médiation de l’écran. La diffusion très rapide des images sur l’Internet ou via les « réseaux sociaux » poursuit sa déréalisation puisque l’événement est transformé en une expérience télévisuelle, reproductible en tout temps et en tout lieu. Il est ainsi soustrait du présent pour devenir potentiellement commémorable, et la future commémoration apparaît bien souvent comme le principal moteur de l’expérience vécue. Le processus de fictionnalisation-commémoration du présent a connu un essor sans précédent à partir de 1989. La révolution roumaine filmée en direct en a peut-être été une des premières œuvres, bientôt dépassée par la première guerre du Golfe ouverte sous les caméras de CNN et dont on a pu suivre le déroulement comme les épisodes d’un feuilleton de guerre. Les images du 11 septembre 2001, du tsunami du 26 décembre 2004 ou des ravages successifs au tremblement de terre au Japon le 12 mars 2011 ont accéléré le processus de transformation de l’événement présent en image fictionnelle et mémorielle, déjà commémorée au moment même où elle passait en boucle sur les écrans ; dans le cas du tsunami, le fait lui-même a été mis à distance par le vocabulaire, en remplaçant l’habituel « raz-de-marée » par un mot quasiment inconnu qui contribuait à déréaliser l’événement.

15Au sein de cette déconstruction du vécu quotidien et de sa transformation en une succession d’événements potentiellement commémorables et mal distingués de la fiction, il me semble de notre devoir – en tant qu’analystes du fonctionnement social dans le temps – de nous pencher sur les multiples activités à coloration commémorative qui jalonnent notre calendrier. Notre rôle d’historien n’est pas de revivifier le passé, mais de mener une analyse critique et rationnelle du fonctionnement et du changement social, afin de mieux penser notre liberté créatrice et notre rôle de faiseur d’histoire.

Les historiens et les célébrations de Cluny 2010

  • 27 Tel est le constat effectué par le maire de Cluny, Jean-Luc Delpeuch, qui a relevé (dans son artic (...)

16Les historiens, comme tous les autres, ont pris en marche le train de Cluny 2010, train sans conducteur ni direction, porté par un consensus œcuménique et la conscience d’un devoir, professionnel et social, d’être-là. Les activités auxquelles nous avons participé ou que nous avons coordonnées sont assez nombreuses et se rangent aisément dans les catégories de la commémoration postmoderne : le colloque qui fait le point, l’exposition-événement, les conférences grand public. Vue de l’extérieur, la présence historienne peut ainsi apparaître massive27, mais elle tout sauf centrale. Les historiens ne sont pas les initiateurs de Cluny 2010, dont les activités ont été coordonnées par la municipalité de Cluny et la Fédération des sites clunisiens, et leur participation n’a aucun rôle directeur ; elle se caractérise au contraire par une grande dispersion (scientifique, temporelle, géographique) et par une immersion dans un ensemble de manifestations à caractère festif, consensuel, mémoriel ou religieux qui brouille la spécificité de la démarche historienne.

  • 28 Stratford N. (dir.), Cluny, 910-2010. Onze siècles de rayonnement, Paris, Éditions du Patrimoine/C (...)
  • 29 Le numéro spécial du magazine L’estampille. L’objet d’art, hors-série no 53, juillet 2010, reprend (...)

17Au cours de l’été 2010, deux grandes expositions relatives à l’histoire médiévale furent organisées dans l’ancienne abbaye. La première, Cluny, apogée de l’art roman (Cluny, du 17 juillet au 30 septembre 2010), s’inscrit dans la catégorie des expositions de « trésors » réunis pour l’événement : les plus beaux manuscrits enluminés, les chefs d’œuvres de la sculpture romane et gothique dite « clunisienne ». Le projet fut élaboré avant tout par un seul homme, Neil Stratford, expert de la sculpture médiévale bourguignonne, dont le réseau académique et personnel lui permit de réunir des œuvres conservées dans des collections publiques prestigieuses réparties dans différents pays et des œuvres inconnues conservées dans des collections privées. Le résultat était visuellement saisissant ; l’événement ne fut malheureusement pas l’occasion d’une recherche approfondie sur les œuvres et aucun catalogue ne fut publié. En revanche, le visiteur pouvait acquérir un volumineux et dispendieux ouvrage sur l’histoire et l’art clunisiens, richement et soigneusement illustré, rassemblant une quarantaine de contributions d’universitaires dont la teneur avait déjà été diffusée ailleurs28 ; deux revues présentèrent parallèlement certaines œuvres exposées29.

  • 30 Garrigou-Grandchamp P., Maréchal J.-L., Sainsous M., Salvêque J.-D., Des pierres et des hommes. La (...)

18L’exposition Des pierres et des hommes. La sculpture civile clunisoise du XIe au XIVe siècle (Cluny, écuries de saint Hugues, du 26 juin au 29 septembre 2010), moins clinquante, était nettement plus pertinente dans la mesure où elle permit de présenter au public l’essentiel des découvertes – incroyablement impressionnantes – effectuées dans les maisons romanes et gothiques de Cluny depuis les années 1980. Coordonnée par Jean-Denis Salvêque, président du Centre d’études clunisiennes et architecte des Bâtiments de France, et Mary Sainsous, attachée de conservation au Musée d’art et d’archéologie de Cluny, elle donna lieu à un catalogue malheureusement confidentiel30.

  • 31 Stratford N., Maurice-Chabard B., Walsh D. (dir.), Corpus de la sculpture de Cluny, tome 1 : Les p (...)

19L’événement Cluny 2010 fut aussi l’occasion de publications conjoncturelles, destinées tant aux spécialistes qu’au grand public, dans lesquelles se côtoient le meilleur et le pire31.

  • 32 Cluny 910-2010. Travaux de l’Académie de Mâcon. Commémorations. Documents iconographiques, Mâcon, A (...)
  • 33 [http://www.clunycheminsdeurope.org/]. Plusieurs communications présentées lors de ces rencontres (...)

20Venons-en aux colloques. Deux exemples me semblent significatifs de la confusion entretenue sciemment ou non entre l’activité historique scientifique, la célébration mémorielle et la commémoration religieuse. L’Académie de Mâcon, qui était à l’origine du colloque international du Millénaire de Cluny, en septembre 1910, a organisé en 2009 et 2010 une série de conférences sur l’histoire de Cluny qu’elle publia dans ses Annales32. La première de couverture du volume montre le président de l’Académie entouré de moines de Solesmes dans la chapelle de Berzé-la-Ville ; l’ouvrage, dont le ton général est apologétique et dont la teneur n’apporte rien à la connaissance de Cluny, n’intéresserait pas l’historien si n’avaient collaboré quelques universitaires dont l’auctoritas valide les propos les plus effarants sur « l’Europe spirituelle » et ses déclinaisons clunisiennes. Par ailleurs, l’association « Cluny, chemins d’Europe » a organisé du 9 au 11 avril 2010 un colloque intitulé Une passion clunisienne. Regards croisés sur la vie monastique d’hier et d’aujourd’hui. Il a rassemblé des ethnologues du fait religieux, des moines et deux historiens médiévistes connus pour leurs travaux sur l’histoire de Cluny. L’organisation était assurée par une association qui se présente comme laïque (c’est-à-dire non affiliée à une Église), mais dont le but est de porter un nouvel idéal pour l’Europe qui puise ses racines dans l’échange entre religions, philosophie et spiritualité33. Le colloque s’est achevé dans le Carmel de Mazille, à deux pas de Cluny, par une intervention sur le rôle du monachisme aujourd’hui, en présence des religieuses et de quelques frères de la communauté œcuménique de Taizé.

  • 34 Dont les actes, dirigés par Florian Mazel et al., sont publiés par les Presses universitaires de R (...)
  • 35 [http://calenda.revues.org/nouvelle15658.html].
  • 36 Père C., Rollier J. (dir.), Arch-I-Tech 2010. Actes du colloque Cluny (France), 17-18-19 novembre (...)
  • 37 Je retiens notamment le colloque Des moines copistes au livre électronique, organisé à Cluny et Mâ (...)

21Cinq colloques internationaux ont été organisés par des instances universitaires. Le Centre d’études médiévales d’Auxerre a coordonné deux rencontres, la nôtre (Cluny, 13-15 mai 2010) et le colloque intitulé Le monachisme et la société au premier âge féodal (880-1050) divisé en deux volets : Cluny, le monachisme et l’Église, Romainmôtier, 24-26 juin 2010, et Cluny, le monachisme et l’émergence d’une société seigneuriale, Cluny, 9-12 septembre 201034. La chaire Unesco « Culture et tradition du vin » et l’UMR CNRS ARTeHIS de l’université de Bourgogne ont organisé à Dijon et à Cluny, du 17 au 19 novembre 2010, un colloque intitulé Cluny, la vigne et le vin35. Aux mêmes dates, le centre Arts et Métiers ParisTech de Cluny (École nationale des Arts et Métiers) a organisé le colloque Arch-I-Tech (Archéologie/Architecture-Ingénierie-Nouvelles Technologies), qui a réuni une vingtaine d’études de cas où l’archéologie antique et médiévale fait appel à l’imagerie 3D, dont celles menées par les archéologues qui travaillent à Cluny36. Cinq rencontres internationales donc, qui révèlent l’ancrage profond de l’activité universitaire au sein de l’agenda commémoratif, sans compter les nombreuses participations d’universitaires à des colloques ou conférences initiées par des associations37.

  • 38 Les premières discussions écrites sur le sujet ont été échangées en janvier 2005 avec Michel Gauda (...)
  • 39 Le Goff J., « Une maladie scientifique : la colloquite », Lettres des départements scientifiques d (...)
  • 40 Les fouilles ont été présentées brièvement par Sapin C. et Baud A., Bulletin du Centre d’études mé (...)
  • 41 Rosé I., Construire une société seigneuriale. Itinéraire et ecclésiologie de l’abbé Odon de Cluny (...)

22Lorsque l’on commença, en 2005, à préparer les activités scientifiques en relation avec ce 11e centenaire, ma position était de refuser l’organisation de tout colloque historique38. Mes arguments étaient les suivants. Il n’y a aucune nécessité scientifique pour organiser un ou plusieurs colloques à Cluny en 2009-2010. La « colloquite », depuis longtemps dénoncée par Jacques Le Goff, n’a cessé d’enfler et elle est encouragée par les nouvelles structures du financement de la recherche39. En résultent l’organisation de dizaines de rencontres dont l’objet est loin d’être toujours pertinent, la monopolisation d’une grande partie de l’activité de recherche aux fins de ces événements, l’explosion des publications collectives (actes) qui, non seulement, se vendent très mal, mais ne sont quasiment pas lues ; d’où l’émiettement du savoir scientifique au point où il est désormais tout simplement impossible d’avoir une connaissance complète des publications récentes dans un domaine précis, même le plus restreint. En outre, il n’existe en 2009-2010 aucune pertinence pour réunir une (et encore moins plusieurs) rencontres scientifiques sur l’histoire de Cluny. Les seules nouveautés notables viennent des fouilles archéologiques dirigées par Christian Sapin depuis 2006 dans le chœur de l’abbatiale Cluny II et la salle capitulaire adjacente. Si elles méritent d’être diffusées et discutées, elles ne justifient pas pour l’heure la tenue d’un colloque spécifique40. Du côté des historiens, la seule contribution importante récente est l’ouvrage d’Isabelle Rosé sur l’abbatiat d’Odon41. Il est excellent, mais il n’y a pas matière à faire un colloque.

  • 42 Il s’agit, là encore, du nécessaire « pas de côté » que j’évoquais au début, ce retrait nécessaire (...)
  • 43 Sur ce point, je me permets de renvoyer à Méhu D., « L’historien médiéviste face à la “demande soc (...)

23Au-delà de l’agenda scientifique, mon refus d’organiser un colloque historique dans le cadre de Cluny 2010 était motivé par une préoccupation plus générale sur les conditions et les objectifs de la recherche scientifique. À une période où la recherche universitaire est de plus en plus soumise à des exigences de visibilité, de rentabilité et de légitimité étrangères et contradictoires aux objectifs scientifiques, il est important de réfléchir aux conditions dans lesquelles nous travaillons et aux limites au-delà desquelles nous perdrons toute crédibilité et toute fierté42. L’attitude suiviste qui consiste à organiser un colloque parce que la date est propice me semble devoir être rejetée, au profit d’un agenda motivé par les seuls objectifs scientifiques – par définition étrangers au calendrier social. Évoquer la « demande sociale », qui s’attend à ce que les historiens participent aux commémorations et fassent preuve d’ouverture envers le « grand public » à cette occasion n’est pas plus recevable. Céder à la « demande sociale » consiste à entrer dans une relation d’offre et de demande qui devrait être radicalement étrangère à nos pratiques professionnelles et c’est accepter la demande de légitimité sans cesse croissante adressée à tous les chercheurs, tout particulièrement à ceux des sciences sociales dont « l’utilité » est mise en cause43. La diffusion de la recherche est fondamentale et il ne s’agit pas de la refuser ; mais une chose est de présenter des conférences dans le cadre d’un agenda culturel ou scientifique, une autre est de plier la recherche scientifique aux pressions de la « demande sociale ». Et l’argument selon lequel il serait dommage de ne pas profiter de l’argent public que les collectivités territoriales acceptent de verser au moment des commémorations ne devrait influer en rien sur le choix de l’objet d’étude – celui-ci ne devant relever que des seuls objectifs scientifiques.

24Par conséquent, la seule attitude raisonnable qui me semblait devoir être adoptée était de profiter de cette conjoncture et des fonds éventuels, non pas pour se soumettre aux attentes (la désormais traditionnelle mise au point sur l’objet que l’on commémore), mais pour reprendre les rênes de notre métier, comprendre les mécanismes qui nous font agir, être maîtres des relations que l’on entretient avec le public non historien ; en d’autres termes faire venir le public vers la science, ses doutes, ses incertitudes et sa pensée critique, plutôt que de plier la science aux attentes du public. D’où la proposition de mener une attitude réflexive sur l’activité commémorative, au prisme de l’histoire de Cluny et, donc, des différents processus de construction intellectuelle et sociale dont l’abbaye a fait l’objet depuis sa disparition. Le colloque que je proposai se voulait totalitaire : il n’avait de sens que si c’était le seul organisé par les historiens au cours des commémorations ; il n’avait de sens que si c’était la seule activité à laquelle participeraient les historiens, car c’est la seule dont l’objet soit strictement articulé à la conjoncture présente. Accepter d’organiser d’autres colloques en parallèle à celui sur les constructions et commémorations reviendrait à nier la portée scientifique de ce dernier, car cela indiquerait que l’on peut à la fois entreprendre une démarche qui vise à inverser le sens de la relation entre recherche scientifique et « demande sociale » et accepter celle-ci en inscrivant la recherche dans l’agenda commémoratif.

25Qu’en est-il résulté ? Un compromis peu satisfaisant dont témoignent la tenue des quatre autres colloques scientifiques, la dispersion des participations, l’absence de projet intellectuel commun. Je n’avais évidemment ni la capacité ni la volonté d’empêcher mes collègues d’organiser les rencontres qu’ils prévoyaient. J’ai manifesté mon désaccord et n’ai pas participé à l’organisation des autres colloques historiques. J’aurais pu retirer mon projet, attitude qui aurait sans doute été plus cohérente avec la radicalité annoncée. Je conservais néanmoins l’espoir qu’elle aurait un impact et participerait, tout de même, au retournement intellectuel souhaité. Compromis, dis-je, mais aussi occasion manquée, celle de déplacer le sens de la relation entre l’activité historienne et la commémoration. L’occasion était belle pourtant. Là où 1910 lançait les commémorations à participation historienne (le colloque du millénaire et les actes publiés par l’Académie de Mâcon), je rêvais 2010 comme l’amorce de la fin de la collaboration impensée et destructrice entre pratique de l’histoire et commémoration ; l’histoire enfin libérée de la mémoire…

  • 44 [www.cluny2010.eu] auquels’ajoutaitlesited’information [www.cluny2010.info]. Ils ont tous deux dis (...)
  • 45 Le site de la Fédération dispose encore à ce jour (mars 2012) d’un onglet « Cluny 2010 » sur leque (...)

26Un dernier point s’impose, au sujet du temps, de la commémoration et de la mémoire. Les très nombreuses manifestations qui ont émaillé le 11e centenaire de la fondation de Cluny ont obtenu une grande visibilité et ont rencontré un très grand succès. La ville de Cluny et la Fédération des sites clunisiens ont édité une brochure accompagnée d’un blog en ligne, Cluny 2010 Info, dont dix-huit numéros parurent entre novembre 2008 et juin 2010. L’association Cluny 2010, ayant pignon sur rue dans l’artère principale de la ville abbatiale, s’est chargée de coordonner les projets, de diffuser l’information. Elle a publié de nombreuses et belles brochures, a établi un site internet très fourni où l’on pouvait prendre connaissance, par le texte et par l’image, de l’ensemble des manifestations prévues et de celles qui s’étaient déjà déroulées44. Inutile de chercher, le site n’existe plus. Il a été supprimé très vite après la fin des festivités. L’événement est clos. La commémoration, comme tout ce qui construit notre présent perpétuel, doit instantanément laisser sa place à l’événement suivant. La mémoire s’en perdra vite. L’histoire en sera très difficile, peut-être impossible, car les brochures du 11e centenaire n’ont pas été publiées avec un dépôt légal, comme celles du temps passé, mais sur l’Internet – vite nettoyé – ou par des imprimeurs locaux. Pour l’heure, la Fédération des sites clunisiens assure un bon archivage ; espérons que cela se poursuive45. Au risque de sur-interpréter, on pourrait dire que l’histoire fait peur à la commémoration. Pour le spectacle événementiel, l’histoire n’est, au mieux, qu’un creuset de références dans lequel on peut puiser pour alimenter l’événement, « mettre en valeur » un « patrimoine » dépourvu de son sens, aider l’imaginaire dans la construction du décor ; alors qu’on la souhaiterait constructrice de la pensée libre et de l’homme maître de son avenir collectif. C’est pour tenter de souligner ce rôle civique que j’ai voulu inscrire au cœur des festivités l’histoire, celle, critique, de la construction et de la commémoration.

Un rendez-vous manqué

27Si les communications présentées lors du colloque ont fait considérablement avancer les connaissances sur la construction scientifique et poétique de l’objet Cluny, l’analyse du fait commémoratif est demeurée marginale et le rendez-vous souhaité entre historiens, conservateurs de l’héritage culturel, animateurs du patrimoine et acteurs de la vie sociale clunisoise fut manqué. Il le fut d’abord par l’absence des principaux acteurs du Cluny contemporain convoqués au débat. Le colloque avait été conçu dès l’origine avec la participation des directeurs de la Fédération des sites clunisiens (animatrice d’un réseau touristique et culturel rassemblant les anciens « sites clunisiens ») et des professeurs de l’École nationale des arts et métiers de Cluny (ENSAM) responsables des restitutions numériques de l’ancienne abbatiale.

  • 46 Rupture théorisée par Bourdieu P., Chamboredon J.-C., Passeron J.-C., Le métier de sociologue, op. (...)
  • 47 La dérive managériale que l’on exige des conservateurs et à laquelle ils se prêtent, parfois de pl (...)

28En mars 2008, l’accession du directeur de l’ENSAM à la mairie de Cluny et la mise en place, sous la direction conjointe de la municipalité et de la Fédération, du projet Cluny 2010, rendit indispensable la présence du maire à nos débats. J’avais demandé également à l’architecte en chef des Monuments historiques de se joindre à nous. Ces acteurs n’ont pas été sollicités pour présenter leurs activités (a priori connues de tous) mais un essai d’analyse de leur pratique, à la manière des historiens tentant d’analyser les pratiques historiennes qui ont créé progressivement l’objet Cluny ; l’ensemble devant être soumis à la discussion collective, tant à la suite de chaque communication que lors d’une table ronde conclusive à laquelle tous les communicants étaient conviés. L’exercice était difficile, car il demandait à des agents dont l’activité est inscrite dans le temps court de l’événementiel de se soustraire aux exigences de celui-ci pour adopter la posture d’observateur de leur propre pratique, engager la rupture nécessaire pour envisager les principes non-conscients qui animent toute pratique sociale et tenter de s’en émanciper46. L’objectif fut sans doute mal expliqué et s’il parut d’abord être reçu positivement, il fit peur, pour être finalement perçu avant tout comme une mise en examen des pratiques sociales actuelles par des intellectuels-juges positionnés implicitement comme extérieurs et supérieurs aux acteurs. Le résultat fut un désistement massif. Il s’avéra que les responsables des « sites clunisiens » écossais Paisley et Crossraguel organisèrent du 14 au 16 mai 2010, soit exactement aux mêmes dates que notre colloque, une série de manifestations placées sous le titre « L’Écosse célèbre Cluny » : foire médiévale, conférences d’historiens et d’archéologues médiévistes sur la vie monastique, réception par le maire de Paisley, cérémonie religieuse dans l’ancienne abbaye de Paisley, concert, exposition, le tout dans le cadre médiéval des anciens monastères. Bien que les dates du colloque aient été annoncées avant celles des manifestations écossaises, plusieurs acteurs pressentis qui avaient confirmé leur participation, soit les deux responsables de la Fédération des sites clunisiens, l’ingénieur de l’ENSAM responsable de la reconstitution virtuelle de l’abbatiale et le maire de Cluny choisirent de se rendre en Écosse. Le maire nous fit l’honneur d’introduire le colloque et de participer à la première demi-journée juste avant de partir en Écosse ; ses propos sont publiés dans ce volume, de même que ceux du directeur de la Fédération à qui j’ai demandé un texte bien qu’il ne fût pas présent. Bien conscient de la fâcheuse conjonction des dates et du sentiment de la nécessité de participer aux manifestations écossaises, par devoir institutionnel, je ne peux m’empêcher de considérer ce rendez-vous manqué comme un cas d’école illustrant la victoire écrasante de la célébration sur l’analyse, de l’événement sur la pause réflexive. À quoi s’ajoute l’extériorité fonctionnelle des acteurs de la vie sociale par rapport à la démarche analytique, même s’ils exercent une activité théoriquement inséparable de cette dernière. L’ingénieur de l’ENSAM qui avait présenté les reconstitutions virtuelles de l’abbatiale lors du colloque n’a pas souhaité publier dans les actes. L’architecte en chef des Monuments historiques, convié comme tous les autres à l’ensemble des débats, n’a assisté qu’à la demi-journée de sa présentation et n’a pas répondu à la sollicitation de participer aux actes. Telle est, bien sûr, la conséquence d’un agenda extrêmement chargé, dominé par l’exigence de résultats visibles et tangibles, elle-même révélatrice de la dérive managériale de tous les conservateurs de l’héritage culturel, au regard de laquelle la réflexion collective lors d’un colloque ne compte pas et encore moins la publication dans ses actes47.

  • 48 Parmi les 41 personnes inscrites au colloque (nombre excluant les communicants), on comptait un co (...)
  • 49 Parmi les 41 personnes inscrites au colloque, seuls 4 médiévistes étaient présents.
  • 50 34 personnes.
  • 51 J’ai limité mon enquête au Journal de Saône-et-Loire, 2009-2010, et j’ai bénéficié de la revue de (...)

29Rendez-vous manqué encore avec le public qui aurait pu nourrir les débats. Les archéologues, responsables d’associations patrimoniales (très nombreuses à Cluny et dans la région) et les agents de la conservation de l’héritage culturel (Musée d’art et d’archéologie, MONUM, Centre d’études clunisiennes, etc.) n’étaient pas présents48. Les universitaires médiévistes, largement informés par le biais des sites professionnels, n’étaient pas au rendez-vous49. Les habitants du lieu, dont la présence était fortement souhaitée, n’étaient pas très nombreux50 alors que les grandes manifestations organisées entre septembre 2009 et septembre 2010 par la municipalité de Cluny et la Fédération des sites clunisiens avaient attiré des milliers de personnes. La couverture médiatique de ces dernières a été excellente ; en revanche, les colloques scientifiques n’ont occupé qu’une page parmi les vingt-quatre du programme officiel (annexe, p. 51) et les journaux locaux les ont à peu près ignorés51. Trop de colloques, pas assez de publicité, absence d’invitations personnalisées, dates mal choisies (le colloque se déroulait lors du congé de l’Ascension) ? Tout cela a été évoqué et a sa part de responsabilité, mais la faible participation me paraît aussi révélatrice du peu d’intérêt général pour la démarche critique, toute population confondue.

30Le théâtre dans lequel la municipalité nous avait gracieusement accueillis nous allait comme une chemise XXL à un enfant de 10 ans. J’avais vu beaucoup trop grand, pensant que le projet susciterait un certain engouement dans le public, tant historien que local. C’est là une leçon importante à tirer de ce colloque, sur laquelle il conviendra de se pencher pour, à l’avenir, conduire un large public vers la démarche réflexive. Une telle démarche est nécessaire. C’est un devoir civique oserais-je dire, non pour jeter l’opprobre du haut de notre chaire sur les manifestations à caractère historique qui n’émanent pas des historiens, mais pour engager une réflexion collective sur les rapports que nous entretenons avec le passé, le présent et la manière dont nous construisons l’avenir collectif. C’est là, comme je le disais en commençant, notre devoir d’historiens. Notre rôle n’est pas de commémorer, mais de penser le changement social, de manière résolument critique, en dehors de ce que l’on attendrait de nous, pour donner non pas des réponses précises à des questions simples mais susciter doutes et questionnements sur la construction historique de l’organisation sociale. Si les contributions rassemblées dans cet ouvrage peuvent y contribuer, ce sera déjà un pas de franchi.

Présentation de l’ouvrage

31La première section porte sur les commémorations clunisiennes. M. Jean-Luc Delpeuch, maire de Cluny, l’ouvre par des propos incisifs sur le dialogue difficile entre historiens et acteurs des célébrations du 11e centenaire. Les « festivités » de 2009-2010, placées sous le signe de l’harmonie et de la rencontre, sont présentées comme une activité mémorielle collective dont la légitimité est difficilement discutable, parce que propre à toute société humaine. Dès lors, le présent colloque est considéré comme un jugement porté sur les acteurs des événements, et ce de manière d’autant plus problématique qu’il émane d’historiens (et non de sociologues ou d’anthropologues), dont les présupposés sur les « commémorations » et la propension à s’ériger en gardiens d’une orthodoxie en la matière expliquent, peut-être, leur difficulté à entrer en échange avec les acteurs des célébrations.

32Christophe Voros dresse l’historique de la préparation du 11e centenaire de la fondation de Cluny depuis 2007 et présente les principales manifestations qui ont été pilotées en 2009 et 2010 par la Fédération des sites clunisiens qu’il dirige. À la fin de son article, il explique le malaise ressenti par l’invitation au colloque et les raisons pour lesquelles la Fédération s’en est finalement retirée.

33Jean-François Coulais revient sur les deux spectacles qui ont marqué la journée du 11 septembre 2010 à Cluny, soit la projection sur écran géant du film Maior ecclesia, qui présente la restitution virtuelle de la grande église abbatiale, et le « Laboratoire de recherche et d’expérimentation théâtrale » intitulé Villes invisibles, conçu par la compagnie italienne Teatro Potlach comme une expérience anthropologique et urbaine inspirée du roman d’Italo Calvino Le città invisibili. Ces deux manifestations invitaient, par des biais différents, à penser et à dépasser le vide créé depuis deux siècles par la destruction de l’abbatiale et la coupure, maintenue malgré cette destruction, entre l’espace urbain et l’ancienne clôture monastique. Bien qu’éphémères, on peut penser que ces deux spectacles ont constitué un moment de rupture dans la perception de l’espace urbain clunisois, que J.-F. Coulais analyse au regard des modes de perception et de représentation de l’espace social, depuis les pratiques de reconnaissance des terres cultivées à la fin du Moyen Âge jusqu’aux expériences de « réalitée augmentée » établies à Cluny en 2009, ces dernières consistant, par le biais d’écrans géolocalisés disposés sur le site abbatial, à prolonger les édifices médiévaux subsistants par des images virtuelles qui montrent avec un réalisme saisissant les parties disparues.

34Dominique Iogna-Prat a analysé les six commémorations dont Cluny a fait l’objet depuis la fin du XIXe siècle (jubilé de 1898, millénaire de 1910, commémoration d’Odon et Odilon en 1949, commémoration de Pierre le Vénérable en 1972, commémoration d’Hugues de Semur en 1988, 11e centenaire de 2009-2010). Chaque événement fut l’occasion d’une relecture de l’objet Cluny qui reflétait clairement les intentions politiques et religieuses des organisateurs. Les célébrations du 11e centenaire, enrobées dans un discours harmonieux et européen, révèlent une appropriation multiforme de l’héritage clunisien, une mémoire plus éclatée que collective, dont les fragments peuvent être recomposés de multiples manières ; le spiritualisme discret qui imprègne une grande partie des manifestations pouvant se lire comme une parure rassurante à une célébration dont le sens n’est évident pour personne.

35La seconde section envisage différentes modalités par lesquelles le discours scientifique sur Cluny s’est construit depuis les années 1830. L’histoire de France a peiné pendant longtemps à faire une place à ce monstre gênant qui incarnait si bien la société féodale et l’Ancien Régime (Didier Méhu). Thierry, Guizot, Michelet ont ignoré Cluny, et les premiers qui leur ont accordé une importance, vers 1840, furent des érudits régionalistes de faible relief, motivés avant tout par un catholicisme virulent et un anti-parisianisme souvent anti-républicain. La seule lumière vint d’un juriste local, Théodore Chavot, modeste et rapidement marginalisé, majoritairement oublié aujourd’hui, qui posa les bases d’une recherche scientifique sur l’histoire de Cluny. Il a joué un rôle décisif dans la sauvegarde et la connaissance des chartes de Cluny, conservées tant bien que mal par la municipalité avant que la Bibliothèque nationale n’en acquiert les principales pièces en 1881.

36Isabelle Vernus a étudié le sort douloureux de ces archives. Majoritairement épargnées par la Révolution, elles furent dépecées et dispersées au début du XIXe siècle, très partiellement versées au dépôt départemental où elles avaient leur place légitime, disputées entre différentes institutions avant que Léopold Delisle n’use de toute sa ruse pour conduire à Paris ce qui demeurait encore dans la possession jalouse de la mairie de Cluny. Toutes les recherches historiques ont dépendu et dépendent encore de cette situation : des archives éclatées, un « fonds de Cluni » à la Bibliothèque nationale créé par Delisle indépendamment de la structure archivistique du fonds d’Ancien Régime, de nombreuses pièces éditées qui éclipsent toutes les autres.

37La situation des bâtiments illustre aussi la construction très lente d’un discours scientifique sur Cluny. La gigantesque abbatiale, laissée hors d’atteinte jusqu’en 1798, fut détruite à 80 % dans les deux premières décennies du XIXe siècle. Les nostalgiques catholiques s’en plaignirent dès 1830, mais les Monuments historiques ne s’en préoccupèrent guère ; les restes ne furent classés qu’en 1862. Les fondateurs de l’histoire de l’art scientifique en France, Arcisse de Caumont, Abel Hugo, Jules Quicherat, ne s’y intéressèrent pas.

38La rencontre de Cluny et de l’histoire de l’art s’effectua véritablement au XXe siècle, après la première guerre mondiale. En France, comme le montre Daniel Russo, c’est Émile Mâle qui lui conféra son statut de personnage historique dans son ouvrage sur L’art religieux en France au XIIe siècle (1922). À l’instar de la cathédrale de Chartres pour l’art gothique, il voyait Cluny comme l’incarnation du génie français, un génie étendue aux dimensions de la chrétienté qui agit comme un opérateur d’histoire, favorisant l’essor des pèlerinages et de la croisade, instillant un renouveau de la sculpture, diffusant l’idée d’un espace symbolique – celui des moines, de leurs images et de leur sainteté – et d’une harmonie cosmique dont les monastères clunisiens étaient les fenêtres de perception. Une décennie plus tard, Henri Focillon reprit les principaux thèmes de Mâle en les nuançant par des réflexions sur les formes et l’espace architectural. Cluny, toujours perçu comme la racine de l’art français, le devint d’autant plus qu’il s’avérait la synthèse et la continuité des voies et des cultures, de la civilisation de l’Occident. L’œuvre de Mâle et de Focillon rencontrait celle de leurs contemporains philosophes, historiens de la langue et de la littérature qui trouvaient dans la poétique médiévale les sources pour nourrir un idéal intellectuel et social ébranlé par la Grande guerre et le triomphe de la modernité, en France comme dans le reste de l’Europe.

39L’œuvre de l’historien de l’art américain Arthur Kingsley Porter, étudiée par Kathryn Brush, montre une voie parallèle qui articule le romantisme à la modernité. Pionnier des études d’art médiéval aux États-Unis, il attribua à Cluny, comme Émile Mâle, un rôle de premier plan dans la genèse et la diffusion de l’art roman, mais il sortit le monastère bourguignon du cadre nationaliste dans lequel les historiens de l’art français l’avaient inscrit. Cluny était européen, international, irrigant jusqu’en Lombardie et en Galice, le long de routes de pèlerinage que Porter, au volant de son automobile et au bras de son épouse photographe, parcourut consciencieusement, comme pour ranimer l’humanisme qu’il percevait dans les sculptures romanes et que l’Europe, ravagée par la guerre, semblait avoir perdu.

40Son élève Kenneth John Conant, architecte et historien de l’art, étudié par Janet Marquardt, accomplit dès la fin des années 1920 la résurrection progressive de l’abbatiale disparue, au fil de fouilles archéologiques qui s’échelonnèrent sur plus de vingt-cinq ans et d’un colossal travail de reconstitution graphique. Conant rêva Cluny, au moyen d’une méthode à la fois empirique, romantique et hypothético-déductive ; il lui donna les proportions, la physionomie, la perfection que tous les manuels ont repris jusqu’à aujourd’hui, malgré les inflexions notables apportées à ses hypothèses par les archéologues contemporains. Mettant en parallèle les reconstitutions de Conant avec celles, de différente nature, qui ont émaillé les commémorations clunisiennes de 1898 jusqu’à 2010, J. Marquardt nous invite à réfléchir au romantisme de nos propres reconstitutions, pour ne pas nous laisser abuser par leurs mirages.

41Tirant la leçon d’un siècle d’historiographie clunisienne, Alain Guerreau dresse un bilan sans concession des biais et apories dans lesquels se sont empêtrées les recherches. Segmentation dite « disciplinaire » qui découpe l’objet Cluny en autant de tranches inintelligibles, irénisme qui bloque la remise en cause des hypothèses émises par les « autorités », utilitarisme qui dévie la recherche de son seul objectif scientifique pour la conduire vers le visible, l’utile et le rentable sont autant de problèmes structurels qui conduisent à une compréhension encore fort médiocre du sens des objets que l’on conserve de Cluny. Pour sortir de l’impasse, A. Guerreau propose une esquisse de reconstitution, qui prend en compte l’ensemble des « sources clunisiennes » (narratives, archivistiques, monumentales) en s’efforçant de les comprendre au sein du seul ensemble qui leur donnait sens, celui de la société féodale européenne. Pour ce faire, il propose de modifier l’instrumentarium des médiévistes, soit les concepts utilisés pour penser la société. Trois sont proposés : l’organisation « dominiale », l’organisation loco-spatiale, l’organisation spirituelle-charnelle, à la place de la triade classique et généralement impensée « politique-économie-religion », propre à la seule intelligence de la société contemporaine occidentale. Revenant à Cluny, A. Guerreau propose d’articuler entre eux et avec les trois termes de la nouvelle trilogie des phénomènes généralement disjoints comme, entre autres, l’arrêt des dons de terres à Cluny à la fin du XIe siècle, la naissance quasi simultanée des arcs brisés, les très nombreux changements sémantiques repérables dans les chartes, la construction des églises romanes dans le Mâconnais.

42La troisième section se penche sur les constructions romantiques de Cluny. Nicolas Reveyron s’est arrêté sur le parcours et l’œuvre de François Cucherat, natif de Semur-en-Brionnais, comme l’abbé Hugues dont il possédait des reliques et avec lequel il entretint une relation quasi fusionnelle. Prêtre et acteur essentiel du renouveau catholique de Paray-le-Monial, archéologue et historien de l’art, Cucherat fut le premier auteur d’une histoire de Cluny ayant connu un grand succès. Sa réhabilitation de l’abbaye bourguignonne s’inscrivait dans un projet de reconquête de la société contemporaine par les idéaux catholiques et il présenta l’abbé Hugues comme le modèle à suivre pour cette reconquête.

43Viollet-le-Duc opéra un retournement de perspective, en faisant de Cluny le creuset de l’essor exceptionnel de l’architecture et de la sculpture européennes au XIIe siècle. Mais Cluny n’intéressait pas directement l’architecte, car le monastère, trop ancré dans la culture cléricale, ne pouvait apporter l’élan qui ferait décoller la civilisation. Cluny était pour Violletle-Duc un passage qui devait être dépassé, poétisé même, ce à quoi l’architecte-écrivain s’affaira dans une de ces dernières œuvres où toute l’histoire de France, triomphant dans la victoire révolutionnaire, fut personnalisée dans la ville de Clusy, un Cluny déplacé.

44La place de l’abbaye dans l’œuvre littéraire du XIXe siècle a été abordée par Elizabeth Emery. Si le plus grand poète romantique, Alphonse de Lamartine, fut originaire de la région, Cluny ne figure guère dans son œuvre. Les ruines de l’abbatiale ne semblaient pas atteindre la puissance romantique accordée alors aux ruines gothiques, style et époque vers lesquels se focalisait la vogue moyenâgeuse portée par Victor Hugo. Nombre de romans historiques oubliés aujourd’hui évoquèrent pourtant Cluny, mais toujours comme une référence historique, jamais comme le cadre de l’intrigue. Il fallut, là encore, attendre les dernières années du XIXe siècle et le triomphe du renouveau catholique pour que Cluny entrât vraiment dans la littérature. Son porte-parole fut tout logiquement Huysmans, dont le parcours existentiel et littéraire le conduisit progressivement vers le cloître ; Cluny en était pour lui l’image idéale.

45Dans le même temps, c’est à une véritable reconstruction du cénobitisme à laquelle on assista à Cluny, avec l’initiative de Mayeul Lamey, que Huysmans avait croisé et sur qui Alain Rauwel s’est arrêté. Brillant séminariste ayant fréquenté Saint-Sulpice et le Séminaire français de Rome, il devint prêtre dans le diocèse de Dijon, haut lieu du renouveau catholique libéral depuis les années 1830. Féru d’astronomie, il rêvait d’établir une « œuvre monastico-scientifique » susceptible d’opposer aux savants laïcs l’érudition catholique. C’est à Cluny qu’il choisit de s’installer, lieu à partir duquel il rêvait de refaire la Chrétienté, dans une démarche archéologisante qui s’articulait à un impressionnant éclectisme intellectuel. L’entreprise, vue d’un œil suspicieux par Solesmes et les Mauristes, mal soutenue par les autorités séculières et rendue périlleuse par l’imprudence de son auteur fut de courte durée et sans postérité.

46Le cinéma, évoqué par François Amy de la Bretèque, offre le constat d’une absence : Cluny n’y existe pas. Les moines occupent d’ailleurs une position très marginale dans la production cinématographique à caractère médiéval. Personnages secondaires incontournables de toutes les fictions moyenâgeuses, ils ne sont guère au cœur de l’action et le monastère lui-même n’accueille que rarement le cadre de l’intrigue. Le Nom de la rose, dont le très grand succès a placé les moines du Moyen Âge parmi les figures emblématiques du thriller historique filmé, n’est pas représentatif. Les autres films qui les mettent en scène sont des œuvres intimistes, comme Le voyage étranger de Serge Roulet, où le monastère est le cadre d’une expérience spirituelle véhiculée par le vecteur cinématographique.

47L’article d’Anita Guerreau-Jalabert qui clôt le volume n’est pas une conclusion selon l’acception de ce genre littéraire propre aux colloques scientifiques. Si l’auteur revient sur les propos de certaines communications, son but est avant tout de tirer quelques leçons de la démarche réflexive entreprise lors du colloque au regard des célébrations diverses qui ont émaillé le 11e centenaire de Cluny. L’ensemble est mis en perspective des commémorations antérieures qui se sont déroulées à Cluny et surtout des usages sociaux de la mémoire et des dérives constatées dans les pratiques des historiens et conservateurs aujourd’hui. Pour se conclure sur un appel au courage et à la rigueur critique et rationnelle.

Anmerkungen

1 Je reprends l’expression « pas de côté » au dessinateur Gébé, dont le dessin « Un pas de côté », publié dans Charlie Hebdo le 25 mai 1970, fut le point de départ de son utopie révolutionnaire intitulée L’An 01 (Gébé, L’An 01, Paris, Éditions du Square, 1973, nouvelle éd., Paris, L’Association, 2000). Ce pas de côté rappelle « l’écart absolu » dont Charles Fourier avait fait le point de départ de son utopie sociale au début du XIXe siècle : « L’écart absolu. J’avais présumé que le plus sûr moyen d’arriver à des découvertes utiles, c’était de s’éloigner en tous sens des routes suivies par les sciences incertaines, qui n’avaient jamais fait la moindre invention utile au corps social, et qui, malgré les immenses progrès de l’industrie, n’avaient pas même réussi à prévenir l’indigence. Je pris donc à tâche de me tenir constamment en opposition avec ces sciences ; en considérant la multitude de leurs écrivains, je présumai que tout sujet qu’ils avaient traité devait être complètement épuisé, et je résolus de ne m’attacher qu’à des problèmes qui n’eussent été abordés par aucun d’entre eux. » Fourier Ch., Théorie des quatre mouvements et des destinées générales (Œuvres complètes, tome 1), Paris, Anthropos, 1966, p. 4-5.

2 Dans le sillage, on l’aura deviné, de la méthode théorisée par Bourdieu P., Chamboredon J.-C., Passeron J.-C., Le métier de sociologue, Paris/La Haye/New York, Mouton, 2e éd. révisée, 1973.

3 En plus du colloque, les propos rassemblés ici ont été nourris des discussions entretenues avec plusieurs acteurs des commémorations clunisiennes après mai 2010. L’échange a été engagé avec le maire de Cluny, Jean-Luc Delpeuch, le directeur de la Fédération des sites clunisiens, Christophe Voros, et quelques habitants du Clunisois qui avaient assisté au colloque et qui ont bien voulu me faire part de leurs réactions (Annie et Michel Compos, Colette Eschenbrenner, Marie-Hélène Gambs, Catherine Marion, Lucien et Evelyne Prost, Gérard Thellier). Celles-ci furent exprimées, soit spontanément immédiatement après la rencontre, soit à la suite d’une lettre envoyée en avril 2011 à tous les membres du public où je leur demandais de réagir, quels que soient la forme et le fond, « au sujet des célébrations qui se sont déroulées entre septembre 2009 et décembre 2010, et aussi au sujet du colloque auquel vous avez participé ».

4 Depuis que la commémoration est devenue, en France, l’une des principales activités sociales pour fabriquer du consensus, sociologues, politologues et historiens ont proposé des analyses du phénomène, généralement stimulantes : Nora P., « L’ère de la commémoration », Les lieux de mémoire, vol. III, 3 : Les France. De l’archive à l’emblème, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1997 [1992], p. 4687-4719 ; Johnston W., Postmodernisme et Bimillénaire, le culte des anniversaires dans la culture contemporaine, Paris, PUF, 1992 ; Le Débat, no 78, janvier-février 1994, Mémoires comparées : les lieux, la commémoration, le patrimoine, dont je retiens les articles de Gasnier T., « La France commémorante. Les célébrations nationales (1986-1993) », p. 84-93, et Raynaud P., « La commémoration : illusion ou artifice ? », p. 99-110 ; Lavabre M.-C., « Usages du passé, usages de la mémoire », Revue française de science politique », 44e année, no 3, 1994, p. 480-493 ; Cottret B. et Henneton L. dir.), Du bon usage des commémorations : histoire, mémoire et identité, XVIe-XXIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010 (notamment l’introduction co-écrite par les deux responsables du volume : « La commémoration, entre mémoire prescrite et mémoire écrite », p. 7-24).

5 L’ouvrage de W. Johnston, cité supra, constitue l’exemple le plus développé de cette interprétation.

6 Sur ce point je renvoie à l’ouvrage désormais classique de Hartog F., Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Le Seuil, coll. « La librairie du XXe siècle », 2003 (p. 155-157 sur la pratique des commémorations), auquel j’ajoute les réflexions de deux médiévistes : Guerreau A., L’avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Âge au XXIe siècle ?, Paris, Le Seuil, 2001 (p. 97-99, sur la dérive idéologique de la recherche des racines, incluant les commémorations) et Baschet J., « L’histoire face au présent perpétuel. Quelques remarques sur la relation passé/futur », Hartog F. et Revel J. (dir.), Les usages politiques du passé, Paris, éd. de l’EHESS, 2001, p. 55-74, repris dans Barros C. (dir.), Historia a Debate II. Actas del Congreso de Santiago de Compostela (julio de 1999), Santiago de Compostela, 2000, vol. I, p. 305-316 ; id., « Unité, dualité, multiplicité. Vers une histoire à la fois globale et plurielle », Barros C. (dir.), Historia a Debate III, Saint-Jacques-de-Compostelle, 2009, vol. I, p. 157-178, [http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00517916/fr].

7 Quelques études portent sur des commémorations spécifiques : Amalvi C., « Le baptême de Clovis : heurs et malheurs d’un mythe fondateur de la France contemporaine, 1814-1914 », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 147, 1989, p. 583-610, repris et mis à jour dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 154, 1996 (Clovis chez les historiens, études réunies par O. Guyotjeannin), p. 241-271 ; Theis L., « Le temps et le roi. Sur la commémoration du millénaire capétien », Le Débat, no 78, janvier-février 1994, p. 94-98. On trouve également une brève analyse du 15e centenaire de Benoît de Nursie en 1980, du 14e centenaire de l’inauguration du pontificat de Grégoire le Grand en 1990 et du 9e centenaire de la naissance de Bernard de Clairvaux en 1990 dans Johnston W., Potmodernisme, op. cit., p. 210-215 ; du 7e centenaire de la fondation de l’hôtel-Dieu de Tonnerre dans Gasnier T., « La France commémorante », loc. cit., p. 92.

8 Amalvi C., « Le 14-Juillet. Du Dies irae à Jour de fête », Nora P. (dir.), Les lieux de mémoire, vol. I, 1 : La République, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1997 [1984], p. 383-423 ; Ory P., « Le centenaire de la Révolution française », ibid., p. 465-492 ; id., Une nation pour mémoire, 1889, 1939, 1989 : trois jubilés révolutionnaires, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1992 ; 1789. La Commémoration, Paris, Le Débat/Gallimard, coll. « Folio Histoire », no 91, 1999.

9 Courrier de l’art, année 1888, p. 207 ; Amalvi C., Le goût du Moyen Âge, 2e éd. augmentée, Paris, Plon, 1996, p. 131-132.

10 Turinaz Mgr, La Première Croisade. Discours prononcé dans la cathédrale de Clermont, le 19 mai 1895, à l’occasion du 8e centenaire de la 1re Croisade, Clermont-Ferrand, L. Bellet, 1895. Les préparatifs et le déroulement des célébrations sont rapportés régulièrement par le journal catholique et réactionnaire d’Édouard Drumont La Libre parole, en 1894 et 1895.

11 Amalvi C., « Le baptême de Clovis », loc. cit.

12 Marquardt J., From Martyr to Monument. The Abbey of Cluny as Cultural Patrimony, Cambridge (Mass.), Cambridge Scholars Publishing, p. 92-97; Iogna-Prat D., « Commémorations clunisiennes, 1898-2010 », dans le présent volume. Sur la tentative de renouveau monastique à Cluny à la fin du XIXe siècle, Rauwel A., « Une tentative de restauration monastique à Cluny au XIXe siècle : Dom Mayeul Lamey » dans le présent volume.

13 Goujon P., « Cluny, mille ans après (910-1910) », L’ouvrier, l’Espagne, la Bourgogne et la vie provinciale. Parcours d’un historien (Mélanges offerts à Pierre Ponsot), Lyon, Presses universitaires de Lyon/Madrid, Casa de Velásquez, 1994, p. 415-429 ; Iogna-Prat D., « Cluny 910-1910, ou l’instrumentalisation de la mémoire des origines », Revue Mabillon, n. s., t. 11, 2000, p. 161-185, repris dans id., Études clunisiennes, Paris, Picard, coll. « Les médiévistes français », 2002, p. 201-224 ; Marquardt J., From Martyr to Monument, op. cit., p. 108-133.

14 Lettre pastorale (no 44) de Mgr l’évêque de Coutances et Avranches [Joseph Guérard] au clergé et aux fidèles de son diocèse, leur annonçant le 12e centenaire du Mont-Saint-Michel [25 août 1908], Coutances, C. Daireaux, 1908 ; Douzième centenaire du Mont Saint-Michel. Discours prononcé par M. l’abbé A. Millon, le 16 octobre 1908, Rennes, Impr. de F. Doneur, 1908.

15 Plusieurs articles de journaux parus à l’occasion du Millénaire de la Normandie entre mai et juillet 1911, ainsi que 94 cartes postales publiées alors se trouvent sur le site [http://1911-millenairenormandie.over-blog.fr]. Les citations sont extraites de l’article d’Ernest Laut, « Le millénaire normand », paru dans Le Petit Journal du 4 juin 1911, dont le texte est reproduit sur le site.

16 Stanislas-Arthur-Xavier Touchet, évêque d’Orléans (1894-1926), est en quelque sorte un spécialiste des commémorations nationales à saveur médiévale. Il fut l’artisan du procès en canonisation de Jeanne d’Arc (abouti en 1920) et il joua un rôle essentiel pour faire de la fête de Jeanne d’Arc, le 8 mai, une célébration nationale. En faisant appel à Mgr Touchet pour prononcer le discours inaugural du Millénaire de la Normandie, les Rouennais obtenaient en quelque sorte le pardon du sort tragique de Jeanne d’Arc, et ce de la part de celui qui se faisait le chantre de la Pucelle : Rouen racheté enfin par Orléans (je remercie Kouky Fianu de m’avoir suggéré cette interprétation).

17 « Tous tant que nous sommes, n’avons-nous pas bu le jus délicat et ambré de la pomme ; n’avons-nous pas mangé la chair des bœufs “du Pays d’Auge” ; n’avons-nous pas enchanté nos oreilles du cantique et des rugissements de la Manche douce ou irritée, sombre ou bleue ; n’avons-nous pas pressé de nos lèvres les mamelles de la robuste nourrice Normannia nutrix ? » L’intégralité du discours est publiée sur le site du Millénaire de la Normandie.

18 Les cérémonies se sont déroulées à Lille, les 26 et 27 juin 1914, puis à Bouvines, le dimanche 28, où le secrétaire perpétuel de l’Académie française, Étienne Lamy, posa la première pierre d’un monument commémoratif de la bataille et prononça un discours patriotique ancré dans le souvenir de l’événement : Institut de France. Académie française. Septième centenaire de la bataille de Bouvines. Discours prononcé par M. Étienne Lamy, le 28 juin 1914, Paris, Firmin-Didot, 1914. La célébration du 8e centenaire de la bataille de Bouvines (Bouvines 2014) s’annonce comme un événement d’envergure, alors même que la bataille a perdu le sens national qu’elle avait au début du XXe siècle. Les festivités, que l’on prépare depuis janvier 2010, émanent d’horizons les plus divers (associations, collectivités territoriales, instances patrimoniales, culturelles et touristiques) et témoignent, comme Cluny 2010, de l’appropriation généralisée et atomisée de la pratique commémorative. On s’en fera une idée avec le site monté par l’association Bouvines 2014 : [http://www.bouvines2014.fr].

19 J’ai repéré les commémorations suivantes pour la période 1920-1975 (on notera un certain « pic » des commémorations dans les années 1930 et la part importante des cisterciens parmi les initiateurs des cérémonies). 1921 : 6e centenaire de la mort de Dante ; 1923 : 6e centenaire de la canonisation de saint Thomas, en Avignon ; 1929 : 5e centenaire de la délivrance d’Orléans ; 1931 : 5e centenaire de la mort de Jeanne d’Arc à Rouen ; 1932 : 11e centenaire de la ville de Redon ; 1934 : 8e centenaire de la mort d’Étienne Harding à Cîteaux ; 1935 : 6e centenaire de Benoît XII (Jacques Fournier), à Saverdun, Ariège, et à Cîteaux ; 1935 : 9e centenaire de l’église de La Ferté-Beauharnais ; 1936 : 11e centenaire de Saint-Philbert-de-Grandlieu ; 1937 : 8e centenaire de l’abbaye d’Aiguebelle ; 1937 : 7e centenaire du rattachement de l’abbaye de Soleilmont à l’ordre de Cîteaux ; 1940 : 8e centenaire de l’élévation au souverain pontificat du cistercien Eugène III ; 1947 : 14e centenaire de la mort de saint Benoît ; 1949 : millénaire de la mort de saint Odilon, à Cluny ; 1953 : 8e centenaire de la mort de saint Bernard ; 1954 : 13e centenaire de la fondation de l’abbaye de Jumièges ; 1956 : 5e centenaire de la réhabilitation de Jeanne d’Arc, à Rouen ; 1956 : 8e centenaire de la mort Pierre le Vénérable ; 1957 : 8e centenaire du bienheureux Guerric d’Igny (cistercien) ; 1963 : 9e centenaire de la cathédrale de Rouen ; 1964 : 8e centenaire de la fondation de Notre-Dame de Paris ; 1965 : 7e centenaire de la naissance de Dante ; 1966 : 12e centenaire de la mort de Chrodegang de Metz ; 1970 : 7e centenaire de la mort de Saint Louis ; 1974 : 6e centenaire de la mort de Pétrarque.

20 C’est ce qui ressort nettement dans l’ouvrage de W. Johnston, op. cit., qui compare la situation française avec celle de l’Allemagne (autre grande pourvoyeuse de commémorations), l’Italie, l’Angleterre, et les États-Unis.

21 [http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/archives-publiques/organisation-du-reseau-desarchives-en-france/haut-comite-aux-celebrations-nationales/]. Les brochures annuelles de la DCN sont en ligne depuis 1999 : [http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/action-culturelle/celebrations-nationales/]. L’article de Gasnier T., « La France commémorante », loc. cit., est fondé sur l’analyse des brochures publiées entre 1986 et 1993.

22 Cette dernière rubrique faisait en grande partie double emploi avec les précédentes puisqu’elle ventilait en fonction des régions les « célébrations nationales » et les « autres anniversaires signalés », tout en ajoutant, parfois, sans règle apparente, quelques commémorations non mentionnées par ailleurs. À partir de 2007, un signe permettait de distinguer ces dernières. Depuis 2010, la rubrique s’intitule « Géographie des célébrations nationales » ; elle se contente désormais de répertorier des commémorations d’ampleur régionale qui ont été signalées par les responsables culturels régionaux ou les associations organisatrices. Toute référence à la date de l’événement commémoré disparaît alors.

23 Je qualifie ainsi, entre autres, le 9e centenaire de la fondation de la seigneurie de la ville de Muret (1999), le millénaire du comté de Foix, le 8e centenaire de la fondation de l’abbaye prémontrée de Beauport et le 6e centenaire de la conquête des Canaries par Jean de Bétencourt (2002), le 7e centenaire de saint Yves (2003), le 7e centenaire de la bataille de Mons-en-Pévèle (2004), le 8e centenaire de l’arrivée du chef de saint Jean-Baptiste dans la cathédrale d’Amiens (2006), le millénaire de l’apparition du saint Cordon à Valenciennes (2008), le 7e centenaire de sainte Flore (2009). Ces célébrations sont toutes répertoriées dans la catégorie « autres anniversaires ».

24 L’éclatement du sens des commémorations est encore plus notable pour les périodes contemporaines où l’on note par exemple l’attribution du label « célébration nationale » aux cinquantenaires de Ne me quitte pas de Jacques Brel, de Zazie dans le métro de Raymond Queneau et du lancement du paquebot France.

25 Hartog F., Régimes d’historicité, op. cit.

26 Augé M., La guerre des rêves. Exercices d’ethno-fiction, Paris, Le Seuil, coll. « La librairie du XXe siècle », 1997, p. 155-175.

27 Tel est le constat effectué par le maire de Cluny, Jean-Luc Delpeuch, qui a relevé (dans son article infra) que « parmi les quelque 300 manifestations de tous genres répertoriées dans le programme officiel des célébrations de Cluny 2010 sur tous les sites clunisiens d’Europe, plus d’une soixantaine (colloques, séminaires, conférences), sont organisées par des historiens ou avec leur étroit concours ».

28 Stratford N. (dir.), Cluny, 910-2010. Onze siècles de rayonnement, Paris, Éditions du Patrimoine/Centre des monuments nationaux, 2010, 488 p., 79 €.

29 Le numéro spécial du magazine L’estampille. L’objet d’art, hors-série no 53, juillet 2010, reprend les thèmes de l’exposition et présente des photographies d’un bon nombre d’œuvres exposées. Les textes sont principalement l’œuvre de Neil Stratford. La revue Art de l’enluminure a consacré un numéro spécial aux quinze manuscrits clunisiens conservés à la Bibliothèque nationale de France qui furent présentés dans l’exposition : Art de l’enluminure, hors-série de Arts et métiers du livre, no 33, juin-juillet-août 2010 : Les manuscrits de Cluny.

30 Garrigou-Grandchamp P., Maréchal J.-L., Sainsous M., Salvêque J.-D., Des pierres et des hommes. La sculpture civile clunisoise du XIe au XIVe siècle, Cluny, Centre d’études clunisiennes/Musée d’art et d’archéologie de la ville de Cluny, 2010 (Bulletin du Centre d’études clunisiennes, 2010).

31 Stratford N., Maurice-Chabard B., Walsh D. (dir.), Corpus de la sculpture de Cluny, tome 1 : Les parties orientales de la grande église Cluny III, 2 vol. , Paris, Picard, 2011. Parmi les magazines grand-public, j’ai repéré (avec l’aide de Christophe Voros) les Dossiers d’archéologie, hors-série no 19, août 2010 : Cluny et ses influences en Europe, coordonné par Christian Sapin ; Histoire et images médiévales, no 31, avril-mai 2010 : 1100e anniversaire d’une abbaye d’exception. Le pouvoir de Cluny ; Massif central Magazine, no 94, avril-mai-juin 2010, avec un dossier Cluny 1100 ans après, p. 61-78.

32 Cluny 910-2010. Travaux de l’Académie de Mâcon. Commémorations. Documents iconographiques, Mâcon, Académie de Mâcon, 2011, 224 p. et un CD-Rom.

33 [http://www.clunycheminsdeurope.org/]. Plusieurs communications présentées lors de ces rencontres ont été publiées dans la revue Religions et histoire, numéro spécial hors-série no 3, mars 2010 : Être moine.

34 Dont les actes, dirigés par Florian Mazel et al., sont publiés par les Presses universitaires de Rennes conjointement au présent ouvrage.

35 [http://calenda.revues.org/nouvelle15658.html].

36 Père C., Rollier J. (dir.), Arch-I-Tech 2010. Actes du colloque Cluny (France), 17-18-19 novembre 2010, Bordeaux, Ausonius, coll. « Archéovision », 5, 2011.

37 Je retiens notamment le colloque Des moines copistes au livre électronique, organisé à Cluny et Mâcon par l’Académie de Mâcon et les Amis de Musée de Cluny, du 21 au 23 octobre 2010. Une liste des conférences se trouve dans le programme officiel du 11e centenaire, annexe, p. 9-16.

38 Les premières discussions écrites sur le sujet ont été échangées en janvier 2005 avec Michel Gaudard, président de la Fédération des sites clunisiens et Christophe Voros, directeur de cette Fédération, en réponse à une sollicitation de leur part pour organiser un grand colloque à l’occasion des célébrations du 11e centenaire de Cluny. J’ai élaboré le projet au cours de l’été 2005, date à laquelle je l’ai évoqué informellement à quelques collègues (Isabelle Rosé, Eliana Magnani, Michel Lauwers), avant d’en discuter de manière plus formelle en 2006 et 2007 avec Christian Sapin, Alain Rauwel, Isabelle Rosé, Eliana Magnani, Daniel Russo lors d’une rencontre à Dijon puis par courriel, notamment avec Dominique Iogna-Prat ; je l’ai parallèlement présenté aux principaux acteurs pressentis, Christophe Voros, Michel Gaudard et Jean-Luc Delpeuch.

39 Le Goff J., « Une maladie scientifique : la colloquite », Lettres des départements scientifiques du CNRS : Sciences de l’Homme et de la Société, 32, 1993, p. 35.

40 Les fouilles ont été présentées brièvement par Sapin C. et Baud A., Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, 11, 2007, p. 13 ; 12, 2008, p. 29 ; 13, 2009, p. 19-20 ; 14, 2010, p. 23-24 ; 15, 2011, p. 37-38. Elles ont fait l’objet d’une présentation publique par les deux responsables lors du colloque de Cluny, Le monachisme et l’émergence d’une société seigneuriale, le 11 septembre 2010 : « Les fouilles de Cluny (2007-2009) et leurs enjeux scientifiques pour Cluny I et Cluny II ».

41 Rosé I., Construire une société seigneuriale. Itinéraire et ecclésiologie de l’abbé Odon de Cluny (fin du IXe-milieu du Xe siècle), Turnhout, Brepols, 2008, coll. « Collection d’études médiévales de Nice », vol. 8.

42 Il s’agit, là encore, du nécessaire « pas de côté » que j’évoquais au début, ce retrait nécessaire de l’action pour observer les transformations que nous vivons sans en être totalement conscients et donc sans pouvoir être à même de les infléchir si l’on ne s’en écarte ; inspiré en cela par quelques réflexions récentes suscitées par la destruction en règle des structures de l’enseignement et de la recherche qui fonctionnaient alors : Abensour C., Sergent B., Wolf É., Testefort J.-Ph. (dir.), De la destruction du savoir en temps de paix, Paris, Mille et une nuits, 2007 ; L’Université en crise. Mort ou résurrection ?, Revue du MAUSS, no 33, premier semestre 2009.

43 Sur ce point, je me permets de renvoyer à Méhu D., « L’historien médiéviste face à la “demande sociale” », dans Méhu D., De Barros Almeida N., Cândido da Silva M. (dir.), Pourquoi étudier le Moyen Âge ? Les médiévistes face aux usages sociaux du passé. Actes du colloque de São Paulo, 7-8 mai 2008, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, p. 93-122.

44 [www.cluny2010.eu] auquels’ajoutaitlesited’information [www.cluny2010.info]. Ils ont tous deux disparu de l’Internet.

45 Le site de la Fédération dispose encore à ce jour (mars 2012) d’un onglet « Cluny 2010 » sur lequel on trouve le programme officiel reproduit ici en annexe et le projet global des commémorations de 2009-2010, intitulé « Bernon Cluny 2010 » : [http://www.sitesclunisiens.org].

46 Rupture théorisée par Bourdieu P., Chamboredon J.-C., Passeron J.-C., Le métier de sociologue, op. cit., p. 27-50.

47 La dérive managériale que l’on exige des conservateurs et à laquelle ils se prêtent, parfois de plein gré, parfois sans en prendre la mesure, a été dénoncée par Guerreau A., « Situation de l’histoire médiévale (esquisse) », Medievalista online, 5, 2008, [http://www2.fcsh.unl.pt/iem/medievalista/MEDIEVALISTA5/PDF5/01-Alain-Guerreau.pdf].

48 Parmi les 41 personnes inscrites au colloque (nombre excluant les communicants), on comptait un conservateur, un archéologue et un responsable d’association patrimoniale.

49 Parmi les 41 personnes inscrites au colloque, seuls 4 médiévistes étaient présents.

50 34 personnes.

51 J’ai limité mon enquête au Journal de Saône-et-Loire, 2009-2010, et j’ai bénéficié de la revue de presse constitué par la Fédération des sites clunisiens, que je remercie. Notre colloque a été annoncé dans le Journal de Saône-et-Loire, éd. du vendredi 23 avril 2010, par un bref article (39 lignes sur 2 colonnes) intitulé « Quid des célébrations », signé Monic Coutheron, qui reprenait une partie de l’argumentaire figurant sur le programme du colloque en l’illustrant par une photographie de la cérémonie du 13 septembre 2009 où le maire de Cluny, en costume médiéval, prononçait le discours d’inauguration de Cluny 2010. En revanche, aucun journaliste n’était présent dans la salle durant le colloque et il n’y en a eu aucun compte-rendu dans la presse locale. À ma connaissance, le même Journal de Saône-et-Loire, qui a consacré une page entière ou une double page dans ses éditions des 9, 10, 12, 13 et 15 septembre 2010 aux festivités tenues à Cluny du 8 au 12 septembre (« Toute l’Europe à Cluny », apogée des célébrations du 11e centenaire), n’a ni annoncé ni rendu compte du colloque scientifique Cluny, le monachisme et l’émergence d’une société seigneuriale qui se tenait alors (du 9 au 12 septembre). En juillet 2010, le Journal de Saône-et-Loire a publié un numéro spécial intitulé Cluny 2010, dont les 20 pages, rédigées par des journalistes et érudits locaux, présentaient certains aspects de l’histoire clunisienne depuis la fondation jusqu’aux reconstitutions virtuelles de l’abbatiale. Le calendrier des manifestations qui figure p. 19 présente une série de manifestations prévues entre juillet et novembre 2010 ; le colloque des 9-12 septembre n’est pas annoncé.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Tableau 1 : Part des commémorations d’événements ou de personnages du Moyen Âge parmi les « célébrations nationales » et « autres anniversaires » répertoriées dans les brochures de la DCN, 1999-2011 (n.s. : non signalé).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 630k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 708k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 641k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 643k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 758k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 572k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 730k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 619k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 705k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 700k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-12.jpg
Datei image/jpeg, 625k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-13.jpg
Datei image/jpeg, 707k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-14.jpg
Datei image/jpeg, 583k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-15.jpg
Datei image/jpeg, 661k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-16.jpg
Datei image/jpeg, 577k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-17.jpg
Datei image/jpeg, 503k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-18.jpg
Datei image/jpeg, 615k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-19.jpg
Datei image/jpeg, 455k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-20.jpg
Datei image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-21.jpg
Datei image/jpeg, 589k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-22.jpg
Datei image/jpeg, 488k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-23.jpg
Datei image/jpeg, 589k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-24.jpg
Datei image/jpeg, 423k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117702/img-25.jpg
Datei image/jpeg, 391k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540