Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Béranger

 | 
Sophie-Anne Leterrier

Deuxième partie. Partager la chanson

Chapitre V. Éditions des chansons

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pendant la Restauration, la diffusion orale ou manuscrite permet de contourner ou de défier la censure. Dès cette époque cependant, l’impression contribue aussi à la diffusion des chansons de Béranger, dans les journaux comme dans les premiers recueils édités. Après 1830, la multiplication des éditions, notamment de luxueuses éditions illustrées, permet de s’adresser à tous les publics, des amateurs de chansons aux amateurs d’art.

Des petits éditeurs aux journaux politiques

Les journaux ont été les premiers supports des chansons imprimées sous la Révolution. Sous le Consulat et l’Empire, les chansons non politiques sont imprimées dans des organes spécialisés comme le Recueil du Caveau, L’Épicurien français, Les Étrennes lyriques. Plus tard, les journaux de goguette suivent ce modèle, mutatis mutandis, avec L’Écho lyrique, Le Divan, La Muse gauloise, Le Momus, La Chanson1. Avant Béranger, la circulation des textes imprimés est marginale. C’est surtout lorsqu’elle a rencontré du succès ...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540