Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Sixième partie. Les espaces intérieurs de la maison

Maison rurale, maison du crime. La maison rurale dans les enquêtes criminelles de Napoléon III à Mac Mahon

Quelques exemples bretons

Jean-François Tanguy

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Texto completo

  • 1 Médecins pour la plupart tels Lacassagne ou Lombroso.

1L'histoire de la criminalité, domaine qui n'est plus aussi neuf qu'il y a trente ans, a produit beaucoup de pages consacrées à étudier la figure des délinquants et des criminels, plus récemment celle des victimes, des témoins, plus classiquement les réactions de l'opinion publique - surtout vue par le prisme de la presse -, et aussi la façon dont les professionnels du droit, avocats, magistrats, professeurs, médecins, criminologues 1 envisageaient le crime et les criminels. Dans ce tableau, une absence assez criante : la scène du crime, pourtant aujourd'hui très présente dans les enquêtes de police mais uniquement comme source d'informations pour le bon aboutissement de l'enquête. Car le crime ne se commet pas dans l'absolu, hors du temps et de l'espace, mais dans un lieu précis, dans une maison ou dans un champ, dans une pièce à vivre ou dans une grange ; les meubles eux-mêmes jouent un rôle dans le déroulement des événements, soit comme lieu de détention des objets convoités, soit comme instruments du crime, soit comme témoins muets. L'emplacement de la maison du crime et de celle du criminel, la position des demeures des voisins et/ou témoins éventuels, voire complices, ne sont pas non plus des faits indifférents ou sans importance si on veut bien les placer au centre de la réflexion.

2Un point important ne devra pas être oublié : le « crime » est à la fois une notion banale, un élément social reposant dans les représentations populaires sur des données a priori et une infraction pénale précisément définie par les codes et les lois. Plus précisément, le code pénal de 1810 classait dans les « crimes » l'ensemble des infractions justiciables des peines infligées par la cour d'assises. Celles-ci étaient énumérées dans la suite du texte et comprenaient aussi bien l'assassinat et le meurtre que le viol, l'attentat à la pudeur mais aussi le vol avec effraction, ou commis de nuit, ou en réunion, même si au bout du compte il n'avait abouti qu'à emporter un quart de litre de vin et trois liards extraits d'un méchant tiroir. Cet aspect des choses commencera très tôt à poser problème tant aux magistrats qu'aux chroniqueurs et aux criminologues (quand ils existeront) et tout au long du xixe siècle on verra se dessiner un mouvement lent mais continu visant à faire glisser le jugement de telles affaires en direction des tribunaux correctionnels. Le but n'était pas univoque : il s'agissait aussi bien de désencombrer les cours d'assises pour les faire se concentrer sur les affaires les plus graves et ne pas accabler les jurés - qui avaient leurs propres occupations personnelles ou professionnelles — sous des monceaux de questions insignifiantes, et de confier la répression de tels agissements à des magistrats de métier dont on pouvait penser — à juste titre — qu'ils appliqueraient des peines plus précises et plus « justes » sans que la société risque les aléas du verdict prononcé par le jury, qui pouvait aussi bien condamner à de très sévères peines pour le vol d'un pain qu'acquitter un assassin avéré si les circonstances lui paraissaient le justifier. On assista donc à une vaste « correctionnalisation » des affaires, surtout sensible à la fin du siècle.

  • 2 Chauvaud, Frédéric, Les Criminels du Poitou au xixe siècle, La Crèche, Geste éditions, 1999.

3Notre propos se modèlera sur la définition juridique du « crime ». On peut certes procéder autrement2, mais toute étude d'un phénomène, quelle que soit sa nature, doit reposer au bout du compte sur un référent stable quitte à faire varier les paramètres qui permettront de tenter une explication de la chose étudiée. On appellera donc ici « crime » ce que les juristes et magistrats de l'époque nommaient ainsi, afin de vérifier s'il y a quelque chose à dire sur les « maisons » où il s'est commis, d'où il est parti, d'où on l'a éventuellement constaté. Le risque dans ce domaine de l'histoire est de céder à l'accumulation des faits. On tentera d'y parer en confrontant trois item de nature très différente, mais toutes situées dans le Bretagne du Second empire et des années immédiatement postérieures :

  • une série de faits dans lesquels la maison joue le rôle de lieu du crime par destination : c'est non pas la maison elle-même, bien sûr, que recherche le criminel mais un objet, en général de l'argent, qu'il suppose caché dedans. La question sera alors de savoir quel attrait la demeure présente pour le criminel, si et comment elle est défendue, quels rapports topologiques entretiennent l'occupant principal, son voleur et les objets volés. On s'appuiera notamment sur une série continue, celle des arrêts de renvoi émis par la chambre des mises en accusation de la cour d'appel de Rennes pendant quelques mois de l'année 1860, notamment sur la série complète étudiée de janvier à mars, plus quelques cas isolés postérieurs. La période étudiée correspond donc au milieu du Second empire et le champ géographique à l'ensemble de la juridiction de la cour d'appel de Rennes, soit les cinq départements de la Bretagne historique. Mais d'autres affaires viendront compléter notre propos ;
  • une seconde série plus disparate mais où la maison constitue le lieu du crime simplement parce qu'elle est le foyer matrimonial, et en quelque sorte le lieu du crime parce que composante matérielle du réseau de relations interpersonnelles qui aboutissent au fait On aura là un ensemble de crimes essentiellement conjugaux et commis au foyer (ce qui n'est pas automatique) et il conviendra de s'interroger sur le rôle de la maison, de sa disposition et de son aménagement, dans l'accomplissement du forfait De même s'interrogera-t-on sur les rapports de la maison et des crimes sexuels, viols ou attentats à la pudeur ;
  • une troisième partie nous amènera à nous intéresser essentiellement à une affaire, celle d'un assassinat (homicide avec préméditation) un peu postérieur (au début de la Troisième république) et qui verra sinon une commune entière, du moins toute une partie d'entre elle impliquée dans l'identification du coupable et sa condamnation, ce qui ici nous montrera le rôle capital en cette matière du témoignage de voisinage en pays d'habitat dispersé (les pays de la Rance). C'est dans ce troisième cas la configuration géographique des maisons rurales les unes par rapport aux autres qui nous peindra, à travers le crime, un réseau de relations sociales « ordinaires » qui ne cessent pas de l'être après l'événement mais prennent alors un autre sens.

4À travers ces sources diverses, nous tenterons de situer la nature de la maison rurale dans le cadre, non de la vie quotidienne ordinaire, mais là où elle se situe au contraire en rupture du cadre et du paysage « normaux », non pas en tant que site des travaux et des jours, mais comme cadre, lieu, témoin de la déchirure du tissu social banal : en apprendrons-nous davantage sur elle — moins en quantité que d'une autre façon — par ce biais, c'est au terme de notre enquête que nous pourrons le dire. Bien entendu, nous nous sommes limité aux affaires dans lesquelles la maison joue un rôle quelconque. Ce qui exclut les crimes situés hors du domicile, tels le vol de grand chemin (il en existe de nombreux exemples), le vol avec violence commis dans un lieu fermé mais hors du domicile (auberges par exemple), les meurtres et assassinats perpétrés de même. Bien entendu aussi, nous ne prétendons pas donner ici une version exhaustive, une synthèse, mais quelques indications très éparses qui ont essentiellement pour fonction d'attirer l'attention sur l'utilisation qui peut être faite de ce type de sources pour l'étude de l'habitat populaire rural au xixe siècle.

La maison de la convoitise

5Le plus souvent, c'est bien le vol dans la maison qui amène ses auteurs devant le jury : bris de clôture, portes forcées, escalade, attaque nocturne et/ou en groupe.

  • 3 Au mieux. Vers 1890, Jean-Marie Déguignet estimait que son fils aîné, âgé d'une vingtaine d'années (...)
  • 4 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 2 U 1-196 [numérotation actuelle, susceptible de révision], Arrêts d (...)
  • 5 Ibid L'ensemble de ces vols étant dus à la redoutable « bande i Gourdel ».
  • 6 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 15 mars 1860.
  • 7 Quatre ans de salaire !
  • 8 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 1 U 123. C'est le début d'une importante affaire d'erreur judiciaire (...)
  • 9 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 25 février 1860.
  • 10 Ibid

6Pourquoi ? On pourrait penser que la maison rurale bretonne au xixe siècle offre peu d'attraits pour des voleurs : ni œuvres d'art, ni bijoux, ni mobilier rare... rien de tout cela, mais de l'argent, oui, et souvent en quantité beaucoup plus importante qu'on ne pourrait l'imaginer à 150 ans de distance. Rappelons qu'un an de salaire d'un ouvrier agricole breton sous Napoléon III équivaut à peu près à 4 ou 500 francs3 Or, il n'est pas rare (13 fois sur 61 affaires, soit plus d'une fois sur 5) que le butin dépasse 100 francs et parfois beaucoup plus : 375 francs à Avessac (Loire-Inférieure) le 15 août 1858 4 ; 1 000 francs à Guenrouët (Loire-Inférieure) le 6 juillet 1859 ; 450 francs plus 82 francs de vêtements à Campbon (même département) le 28 juillet 1859 et le même jour, dans la même commune, encore 450 francs dans une autre maison5. Et encore 700 francs en pièces d'or, plus 200 francs en pièces d'argent de 5 francs, dans la même maison de la commune de Crozon, le 15 février 18606. Mais la somme la plus élevée que nous connaissions n'appartient pas à cette série : ces sont les 2 100 francs 7 dérobés aux époux Guigourès à Bannalec en 18548. Certes, ce n'est pas une règle constante : le butin peut se limiter à de faibles sommes, 17 ou 35 francs, voire à de simples objets ou denrées. Dans ce dernier cas, il s'agit de produits textiles (vêtements ou draps), alimentaires (bouillie de blé noir, seigle, pain, pommes de terre, cidre ou eau de vie), très rarement d'outils ou d'ustensiles plus sophistiqués, indice ou de leur rareté ou du caractère très médiocre de ceux que l'on rencontre (un fouet, un fusil), parfois de produits étonnants pour nous mais dont la possession n'est nullement sans valeur comme des sangsues, objet d'un pillage régulier (Donges, tout au long des années 1858 et 1859)9. Une seule fois sur 61, il est fait mention du vol d'une bague et d'une montre en argent (Saint-Dolay, Loire-Inférieure, 1er juin 1859)10.

  • 11 Peu probable, mais après tout il faut bien dire que nous n'avons guère de moyens de le vérifier.

7Doit-on en inférer que tous les ruraux conservaient selon l'image classique des sommes importantes entre deux piles de draps ? Certes non : il est infiniment probable que notre échantillon est biaisé par la volonté des voleurs eux-mêmes. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'en existe pas d'argent ailleurs, mais peut-être pas autant Il est peu probable 11 qu'une demeure rurale sur cinq ait recélé au moins deux mois de salaire d'un ouvrier agricole. Mais dans les faits que nous saisissons, ce sont bien des maisons où la rumeur publique prétend qu'il y a de l'argent qui sont spécifiquement visées :

  • 12 C'est nous qui soulignons, comme pour la citation suivante. Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 1 U 123, (...)

« Au commencement de 1854, les époux Guigourès, propriétaires-cultivateurs, habitaient, seuls avec une jeune servante, une maison un peu isolée dépendant du village de Castel-Coudiec, sis en la commune de Bannalec, à une lieue et demie environ de ce bourg. Ils avaient chez eux de l'argent et on le savait dans le voisinage 12 ».

8Une variante légère et encore plus précise nous affirme que :

  • 13 La Galette des Tribunaux, 30 octobre 1859.

« Ils savaient [les agresseurs] qu'il [Guigourès] avait reçu depuis peu une forte somme d'argent13 ».

9Ou encore, dans une autre affaire :

  • 14 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 15 mars 1860.

« Le sieur Leguem, peu auparavant, avait vendu ses récoltes et des animaux engraissés sur la ferme. Ces ventes, connues dans le pays devaient faire croire à l'existence d'une somme assez considérable chez ledit Leguem »14.

  • 15 Nous insistons sur ce thème qui nous paraît important. Nulle part mieux qu'ici ne se justifie l'ex (...)

10Un dernier exemple 15 :

  • 16 Ce qui semble une somme importante aux yeux d'un magistrat dont les revenus sont considérablement (...)
  • 17 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 28 juin 1860. C'est nous qui soulignons.

« Louis Le Breton, vieillard âgé de 75 ans habitait une maison isolée située près du village de la petite Sallerie, non foin de la Guerche. Il vivait seul, avec la plus grande parcimonie, bien qu'il eût un revenu de 400 francs16. Il passait pour avoir beaucoup d'argent17 ».

  • 18 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 23 février 1860

11Des gens aussi malintentionnés que bien placés se retrouvent d'ailleurs souvent à l'origine de ces vols : les domestiques ou d'anciens domestiques (15 cas sur 61) qui ont eu l'occasion de savoir où et comment le maître cachait son argent Reconnaissons pourtant qu'il s'agit rarement de vols importants, comme si le maître se méfiait particulièrement des gens à son service, à juste titre parfois. Mais il existe de véritables spécialistes comme Paul Cadic qui vole entre 1858 et 1860 à sept reprises ses maîtres (cinq personnes différentes) ou des hôtes de ses maîtres : de l'argent — dont le montant n'est pas mentionné —, un fouet, un fusil, des pommes de terre, du seigle...18

12Existe-t-il dans la maison des lieux privilégiés où l'on garde l'argent ? Dans tous les vols importants, le numéraire était placé dans un meuble, coffre, malle, armoire (le plus souvent armoire) toujours fermé à clef. Dans l'affaire Guigourès, un homme aussi riche que pingre, l'argent - et c'est le seul cas de ce type - était dans un tiroir fermé à clef de la « table à manger » :

  • 19 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 1 U 123,3 septembre 1859, loc. cit.

« [...] les malfaiteurs se mirent à fouiller successivement les meubles, bouleversant, jetant à terre linge, hardes, vaisselle, jusqu'à ce que, remarquant à la table à manger un tiroir fermé à clé, ils en firent sauter la serrure et trouvèrent une somme de 2 100 francs contenue dans plusieurs sacs 19 ».

13Le voleur doit briser le cadenas, forcer la serrure, ou le tiroir d'un autre meuble dans lequel il pense (il a raison de le penser) trouver la clef. L'opération ne semble pas difficile : en tout cas, les magistrats de la chambre d'accusation ont l'air de la trouver banale et ne nécessitant aucune explication superflue :

  • 20 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 25 février 1860. Toujours la « bande à Gourdel ».

« Le 6 juillet 1859, le prévenu Foy, profitant de la blessure du sieur Tessier, cultivateur en la commune de Guenrouèt, pénétra chez lui par une porte laissée ouverte, fractura une armoire et y prit une somme de 1 000 francs 20 ».

  • 21 Dans quatre cas au moins, le voleur utilise de fausses clefs, ce qui montre le peu de garanties qu (...)

14La formule utilisée est pratiquement toujours la même : il fractura, il força ; rarement (5 fois sur 22 cas identifiables), il est fait mention d'un outil quelconque ayant servi à l'opération : une hache, une pioche, une faucille, un fourche, une pince, soit toujours des instruments de travail. Deux fois, il est noté expressément que l'auteur du méfait a forcé le meuble à la force de ses bras. Mais pour les autres, nous sommes dans le flou : ou nous avons affaire à des hommes globalement très forts (il est sûr qu'ils sont habitués aux exercices physiques les plus durs), ou bien les meubles sont mal fermés, avec de mauvaises serrures, et le plus simple instrument suffit à les forcer21.

  • 22 Dont les chefs sont un père et un fils travaillant en étroite « collaboration »...

15Était-il plus difficile de pénétrer dans la maison elle-même que de forcer les meubles ? Sur 51 cas identifiables, 29 ont nécessité le bris d'un obstacle quelconque, 22 aucun. Mais il faut raison garder : sur ces 22 cas, 12 sont le fait de domestiques qui n'ont évidemment pas de mal à pénétrer dans la demeure ; 5 concernent des bâtiments annexes peu ou pas protégés (grange, hangar, aire à battre, étang - le fameux étang aux sangsues) ; restent 5 cas, assez divers d'ailleurs. Dans un au moins, il n'y a pas effraction mais véritable guet-apens. Il s'agit d'une bande moins active que celle de Gourdel mais non moins redoutable, la « bande à Le Cosquer » 22 :

  • 23 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 15 mars 1860

« Le 23 janvier, Leguem, toute la famille étant couchée, sortit vers neuf heures du soir avec son domestique pour aller soigner ses chevaux et la porte de la maison fut fermée au loquet ».
« Pendant l'absence de Leguem, un malfaiteur s'introduisit assurément dans la maison pour en procurer, pendant la nuit, l'entrée à des complices [ce qui fut fait]23 ».

  • 24 Témoignage d'une vigueur physique assez commune chez des hommes dont toute la vie ou presque repos (...)

16Ce n'est que dans quelques très rares cas que l'on note l'exploitation par le malfaiteur d'une absence momentanée laissant la maison ouverte sans surveillance. Les paysans bretons du Second empire ne laissaient donc nullement « la clé sous le paillasson » mais fermaient soigneusement les ouvertures pendant les heures de travail comme la nuit Ce qui ne devait guère arrêter un agresseur décidé : plusieurs rentrent en arrachant les volets24. Parmi d'autres :

  • 25 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM 25 février 1860

« Le même jour, il [Foy, un des membres de la « bande à Gourdel »] pénétrait chez Oheix, passant par la croisée et en arrachant un contrevent en bois attaché par les crochets [...]25 ».

17Comme on l'a pressenti plus haut, certains malfaiteurs témoignent d'une force physique plutôt étonnante :

  • 26 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 28 janvier 1860

« Le 24 [décembre 1859], à quatre heures après-midi, il [Jean-Marie Lecozic] brisa, avec la tête,les vitres et le volet qui fermaient la fenêtre de la maison d'Yves Leclech, en la commune de Prat [...]26 ».

18La serrure rassure alors bien plus qu'elle n'assure... Les portes secondaires, portes de communication avec les bâtiments annexes, portes intérieures, ne paraissent guère plus solides :

  • 27 Ibid.

« Le 16 avril 1859, Gondet et Gourdel pénétrèrent dans l'habitation des époux Dréan, cultivateurs en Saint Jauit par une porte de derrière bien qu'elle fut barricadée intérieurement [...]27 ».

19Chez Guigourès, la porte est fermée à clef, mais le juge d'instruction n'a guère de mal à se convaincre qu'elle constitue un obstacle fort symbolique :

« La porte est dans le plus mauvais état, les planches qui la forment sont vermoulues, principalement vers le bas. Le pivot inférieur n'est attaché au montant que par quelques mauvais clous et repose sur une membrure servant de seuil, élevée du sol de la maison d'environ trois décimètres. Cette porte, à raison de sa vétusté, laisse dans le bas un intervalle assez spacieux pour pouvoir passer la main entre le seuil et cette partie de la porte de sorte qu'on a pu sans effort, soit avec la main, soit avec un levier, la dégoûter [sic] et la jeter dans l'interieur de la maison 3 ».

20Ces cas sont courants, ils ne sont pas exclusifs : certains édifices paraissent plus solidement défendus, par exemple les moulins, siège de l'activité d'une élite financière et sociale du monde rural :

  • 28 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 12 janvier 1860

« Le 28 novembre 1859, le prévenu se rendit à l'un des chantiers du sieur Neveu François au bourg de La Guerche, s'empara d'un instrument appelé besaigne et de là, gagnant le moulin appartenant au sieur Hemiry au Bas-Princé en Domalain, il s'efforça de briser d'abord puis de forcer la porte d'entrée de ce moulin au moyen de l'instrument qu'il venait de dérober au sieur Neveu. N'ayant pas réussi dans sa tentative [...]28 ».

21Mais à l'opposé, les lieux d'habitation des plus pauvres sont encore plus vulnérables. Ici, ce n'est plus la porte qui peut être forcée sans grande peine, mais la paroi elle-même qui ne résiste guère à un effort un peu sérieux :

  • 29 Même pas un instrument de métal ni de pierre...
  • 30 Ibid C'est le même homme, Alexis Ferré, qui avait échoué devant le moulin avant de trouver un buti (...)

« [...] s'étant approché de la loge où couchaient les deux domestiques de la maison et qui n'est séparée de l'habitation que par l'aire à battre, il fit dans cette loge une brèche assez grande au moyen d'un bois qui lui tomba sous la main 29 ; il attira a lui la couverture et les draps de lit garnissant le lit de cette loge 30 ».

22Un point que nous avons jusqu'ici négligé : si la maison est un lieu de prédation, elle peut aussi constituer le point de départ des prédateurs, le site de la conception du crime, le lieu du partage du butin. Nous en avons une belle illustration, très évocatrice, sous la plume d'un magistrat lettré, dans l'affaire Guigourès.

  • 31 Un témoin, la femme Nedelec, sœur de Millour, l'un des voleurs.
  • 32 C'est nous qui soulignons.
  • 33 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 1 U 123, 3 septembre 1859, loc. cit.

« Voilà un an, me dit-elle31, qu'elle savait la participation de son frère au vol de CasteL A cette époque en effet, à Kersent où elle demeurait alors, son frère lui dit un jour en présence de Jacquot Coatcolon, qu'il était du vol de Castel et que l'argent avait été partagé dans la nuit sur le foyer de la veuve Sinquin. Ils étaient quatre autour du foyer, lui, deux autres hommes et la veuve ; et l'on avait fait quatre parts de l'argent32 ; la veuve avait eu sa part ; et lui-même avait eu la sienne, montant à 390 francs : il l’avait cachée sur une poutre du moulin ; la veuve Sinquin l'y avait trouvée et volée ; et depuis lors, il la lui avait vainement réclamée, et par ressentiment il avait quitté le moulin ; et ce même soir à Kersent, il pria Coatcolon d'aller de sa part renouveler sa réclamation à la veuve Sinquin 33 ».

23Au total, l'examen des procédures de vol qualifié crime présente un intérêt certain pour l'étude de la maison rurale. Elles complètent des sources connues mais différentes comme les grandes enquêtes (celle de 1866 et d'autres), l'utilisation des inventaires après décès, celle du cadastre ou encore des description de type littéraire ou analogue. Ce n'est que dans ces procédures que nous pouvons saisir la présence de l'argent caché, l'utilisation des meubles comme « coffres-forts », la solidité des fermetures, la nature des cloisons, et autres composantes que le vol ou la tentative de vol viennent nous révéler.

La maison de l'homicide et du viol

  • 34 On ne trouve guère une telle problématique, par exemple dans Chatei.Ard, Claude, Crime et criminal (...)
  • 35 Frédéric Chauvaud dans Les criminels..., op. cit., a attiré l'attention sur cet aspect des choses  (...)

24On sait que l'homicide en France aux xixe et xxe siècles est d'abord une affaire de famille, et toujours en 2004 comme sous le Second empire. Il est donc assez logique qu'il ait souvent été commis dans ou aux alentours de la maison. Or, curieusement, les études publiées à ce jour présentent peu celle-ci de face, comme s'il s'agissait d'une composante très secondaire34. Nous savons beaucoup de choses des prévenus, de leur âge et de leur niveau d'instruction, des faits qualifiés crimes ou délits, de l'attitude des juges, des journalistes, du public ; des peines et des conséquences de la peine. Mais la scène du crime nous reste presque inconnue, alors même que les magistrats du xixe siècle pouvaient y attacher une importance considérable, comme si le crime ou le délit était désincarné, et pourtant rien n'est plus contraignant que le cadre topographique et géographique qui en a conditionné les modalités et parfois l'exercice lui-même, de l'assassinat de Henri IV à celui de Kennedy en passant par la machine infernale de Fieschi. Rien n'est moins indépendant du décor où il exerce ses activités que le pirate face à la mer, le contrebandier à la frontière, Jack l'Éventreur aux bas quartiers de Londres, le rôdeur de barrières aux barrières, le pickpocket du métro au métro, et tant d'autres. Or, de tout cela, on n'aperçoit en général que des bribes, non par manque de documentation mais par absence d'intérêt des chercheurs qui se sont penchés sur ces questions. Et pourtant, innombrables sont les dossiers d'instruction dans lesquels les juges, greffiers, avocats, accusés, ont tracé des plans, croquis, dessins35. On donne ici simplement quelques exemples pouvant servir de pistes de recherche.

  • 36 Voir par exemple page 406.
  • 37 Arch. dép. des Côtes-d'Armor, 2 U 787.
  • 38 Arch. dép. des Côtes-d'Armor, 2 U 786.

25La maison peut d'abord être tout simplement le mobile du crime. Il est trop facile de dire qu'il s'agit de misérables cabanes ou d'infâmes masures : la plupart représentent un certain capital36 et les querelles autour de leur possession peuvent prendre un tour dramatique. Le 2 mai 1876, Marie Pérou, 38 ans, de Plouaret (Côtes-du-Nord) étrangle sa mère. Elle commence par arguer d'une querelle qui aurait mal tourné, puis déclare avoir tué pour récupérer l'argent que sa mère détenait à son domicile (voir plus haut !), et enfin avoue qu'elle voulait récupérer la maison que sa mère venait de mettre en vente37 Même chose en 1874 pour Jean-Marie Gautier de Lanrelas (Côtes-du-Nord) qui, à 29 ans, assassine sa mère de 69 ans parce que celle-ci venait de mettre sa demeure en adjudication38.

  • 39 Arch. dép. des Côtes-d'Armor, 2 U 798.

26La maison, la nature de la maison, son aspect et son aménagement peuvent favoriser le crime, par la promiscuité, l'absence de confort, la dureté de la vie quotidienne : voici l'exemple de François Le Collen, qui en 1884 rentre chez lui après sa journée de travail, se plaint des cris des enfants et de l'obscurité qui règne dans la demeure. À ces plaintes, la femme ne répond rien : il la roue de coups pendant une heure et demie avec une fourche et la tue39.

27Un cas légèrement différent : celui où la disposition fruste de la maison favorise ce que l'on appellerait aujourd'hui le « passage à l'acte », car il est très fréquent que même clans les « villages », qui peuvent se résumer à une agglomération de 3 à 4 maisons, une de celles-ci au moins soit divisée entre plusieurs occupants, propriétaires ou locataires, avec les risques d'affrontement ou d'indiscrétion que cela représente :

  • 40 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 23 février 1860

« Marie-Jeanne avait eu pendant longtemps des relations intimes avec Jean Marie Buon ; les relations que les parents du jeune homme avait brusquement fait cesser dans la crainte qu'un mariage s'en suivit, avaient laissé dans le cœur de cette jeune fille des regrets et de l'irritation qu'elle avait plusieurs fois manifestés par ses menaces contre les divers membres de la famille Buon.
Le 27 novembre dernier, on lui annonça que son ancien amant se trouvait avec deux jeunes filles au rez-de-chaussée de la maison dont elle habitait une des chambres.
Aussitôt, elle sortit sur le palier ayant d'une main un morceau de pain et de l'autre le couteau qui lui avait servi a le couper ; après quelques injures échangées de part et d'autre, ils en vinrent à une lutte corps à corps au milieu des ténèbres et des témoins ; dans cette lutte la jeune fille fut renversée et eut ses habits déchirés, [elle] porta un coup de couteau à la gorge et lui fit une large blessure à laquelle il succomba un instant après 40 ».

  • 41 Même quand la maison familiale n'est pas le lieu du crime familial, celui-ci n'est qu'exceptionnel (...)
  • 42 Dans celles que nous connaissons. Et dans celles que nous ne connaissons pas ? Combien de meurtres (...)
  • 43 Arch. dép. des Côtes-d'Armor, 2 U 788
  • 44 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 2 U 1150, 1909, 18 mois de prison... Les circonstances semblent très (...)

28Mais même en l'absence de cette circonstance, elle constitue un lieu privilégié du crime familial41. On m'objectera qu'il n'y a pas de raison foncière pour que l'assassinat conjugal soit commis à la foire ou au moulin. Certes, mais il est intéressant de constater que parfois se combinent une épouvantable sauvagerie et un comportement « domestique » parfaitement placide, comme si la quiétude de la maison, son statut de lieu référent d'une vie de travail et de « quotidien normal » conférait au meurtrier une sorte d'impunité hors du monde — monde qui dans les affaires que nous connaissons 42 se rappellera à son souvenir sous la forme des gendarmes, du juge d'instruction et de la cour d'assises. Julien Le Gouaziou, laboureur à Tréverec, 41 ans, est dans les termes les plus détestables avec son épouse. Un jour de 1877, rentrant du travail, il se prend de querelle avec elle et la frappe avec un sabot sur le crâne. Elle tente de s'échapper, il la poursuit, la rattrape, la ramène à la maison et lui cogne le crâne contre le foyer de pierres, qui devient ici en quelque sorte l'instrument du crime. Puis, il se couche en laissant sa femme agoniser la nuit entière, et le matin se rend aux champs sans autre formalité. Ce sont des voisins qui découvrent la malheureuse, morte, dans la matinée43 Ailleurs et en d'autres temps, les époux R. n'ont plus guère de relations « normales ». Un après-midi de 1909 éclate une violente dispute. Le mari poursuit sa femme qui réussit à passer la porte puis s'effondre. Il la frappe encore, la traîne sur plusieurs mètres, puis l'abandonne sans connaissance à deux pas du seuil de la maison familiale pour aller se coucher. À minuit, il retourne la voir, elle crie faiblement ; il lui frappe violemment la tête contre une racine de chêne. Elle meurt le lendemain44.

  • 45 « De semblables représentations, réduites à un constat sec, se répètent inlassablement d'une affai (...)
  • 46 Chauvaud, Frédéric, Les Criminels..., op. cit., p. 223, citant une procédure de 1834, Archives dép (...)

29Tous ces exemples montrent comment il est souvent impossible de faire abstraction de la maison dans l'étude d'un crime, de ses motivations, de son déroulement, de ses conséquences. Mais il existe évidemment une manière beaucoup plus banale et purement instrumentale — mais pas inutile — d'utiliser les archives judiciaires aux fins d'étude de la maison rurale : celle qui consiste à accumuler les peintures minutieuses que font souvent les juges d'instruction des lieux du crime45. Ce qui peut donner une image finale assez précise tant sont maniaques les descriptions. D'une manière générale, on notera que la description de la maison rurale à travers les procédures criminelles les plus graves, notamment l'homicide, est à manier avec de grande précautions : les magistrats appartiennent pour l'immense majorité d'entre eux à une classe sociale située aux antipodes de la paysannerie. L'instruction amène les juges du même nom à visiter des intérieurs à mille lieues de leur monde social d'origine. Il n'est pas étonnant qu'ils aient tendance à noircir le tableau, souvent déjà sombre, et on ne peut prendre leurs impressions pour argent comptant. « Tout dans cette maison respire la misère la plus profonde46 » constitue une formule très classique, pas forcément fausse mais presque toujours biaisée par le regard de celui qui juge (dans tous les sens du mot).

30D'autres crimes « physiques » que l'homicide dévoilent peu ou prou la configuration des lieux. Ainsi le viol. Ou bien en effet l'acte est commis en plein air, ce qui n'est pas rare et ne nous intéresse pas ici, ou bien le forfait se perpètre dans la maison et pour expliquer comment il a pu se produire, il faut que les enquêteurs fournissent quelques détails. Par exemple :

« Dans la nuit du 14 mai dernier, Marie Lohézic, femme Puren, avait placé à ses côtés dans le lit qu'elle occupait avec son mari son jeune enfant qu'elle allaita. Vers minuit, elle fut réveillée par les cris de cet enfant et surprise de ne plus le trouver à l'endroit où elle l'avait posé, elle cherchait avec les mains, lorsqu'elle sentit près d'elle un homme, qu'elle prit d'abord pour son mari et qui, après lui avoir saisi les bras, la renversa sur le dos, elle voulut lui faire quelques observations mais cet homme lui plaçant la main sur la bouche s'étendit sur elle et lui mit son membre viril entre les cuisses. Cette femme s'apercevant de son erreur, réveilla son mari qui cria aux sévices. Son agresseur qui avait profité de l'obscurité de la nuit pour surprendre cette femme, se voyant découvert, s'empressa de se retirer avant d'avoir entièrement consommé son crime.
À ce moment, un jeune homme qui couchait au premier étage ayant entendu les cris du Sieur Puren s'empressa de descendre et rencontra Pinard venant du côté du Ht des époux Puren et se rendant à son lit, situé dans une pièce voisine, où il fut arrêté quelques instants après ».

  • 47 Ou presque : elle a voulu lui faire « quelques observations ». Ce n'est pas un refus.
  • 48 Situation courante : « [...] elle aurait eu pendant quelque temps comme pensionnaire un ouvrier qu (...)

31Scène étonnante et qui nous apporte des éléments récurrents dans nombre d'autres affaires : le lit conjugal où dort un jeune enfant, la soumission sexuelle de la femme au désir de son mari, aussi incongru que puisse paraître le moment47 - seul élément qui explique l'audace du violeur qui pense pouvoir « agir » sans provoquer de réaction -, la cohabitation avec des étrangers pris en location pour des raisons financières, ce qui suppose une demeure déjà importante bien sûr - et dont l'un (effet de la promiscuité ?) n'hésite pas à tenter de violer la maîtresse des lieux 48

  • 49 Perruchon, David, Le Crime d'incendie volontaire en Ille-tt-Vilaine de 1815 à 1914, mémoire de maî (...)
  • 50 Ille-et-Vilaine, ar. de Saint-Malo.
  • 51 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 2 U 772

32Et voici un crime qui affecte directement la maison plus qu'aucun autre, bien sûr, l'incendie volontaire. On sait à quel point ce forfait est présent dans l'imaginaire du xixe siècle, particulièrement chez les paysans, combien il contribue à créer la peur des vagabonds et chemineaux par les menaces de représailles qu'ils lanceraient en cas de refus de leurs demandes. En fait, les procédures que nous connaissons prouvent que les incendiaires sont beaucoup plus souvent des criminels locaux identifiables que des errants, et que les bâtiments visés sont rarement les habitations principales : la plupart du temps, ce sont les édifices annexes (appentis, granges, celliers) qui sont visés. L'intention est évidemment beaucoup plus de détruire et de ruiner, bien plus que de tuer, bien que le risque soit toujours présent. La vengeance reste le mobile le plus courant D'où les types de bâtiments concernés : refuges à porcs (8,5 % des cas en Ille-et-Vilaine de 1815 à 1914)49 dont la destruction frappe la victime au porte- monnaie plus qu'au cœur ; hangars, granges, écuries : dans ces derniers cas, c'est la facilité de la « mise à feu » qui explique leur fréquence ; matières végétales de couverture et matières végétales engrangées s'enflamment facilement et communiquent l'incendie aux bâtiments voisins, y compris aux maisons d'habitation. En mars 1847, le village des Grevettes en Saint-Georges de Grehaigne 50 est dévasté (19 bâtiments détruits) par un incendie apparu dans une grange au sein d'un paquet de paille dépassant de la cloison51.

33Un cas très particulier, rare mais pas inexistant, est celui de la maison incendiée par son propriétaire pour toucher une prime d'assurance ou même obtenir des aides et des secours de ses voisins. Un tel projet aurait été conçu à Prat (Côtes-du-Nord) par François Le Blanche pour détruire sa demeure d'une valeur estimée à 600 francs. L'incendie ayant été découvert très promptement, le forfait échoua mais :

  • 52 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 21 juin 1860

« [...] en y mettant le feu, le prévenu pouvait espérer que les quêtes [sic] qu'il aurait fait pour réparer ce sinistre lui produiraient une somme bien supéneure 52 ».

34Dans une affaire que l'on va évoquer ci-dessous, la communauté soupçonne un personnage peu recommandable de semblables turpitudes :

  • 53 Témoignage de la femme Pienoir, Journal dl'Ille-et-Vilaine, vendredi 24 novembre 1876

« [...] ayant un jour assuré sa maison, tout le village a pensé qu'il avait l'intention d'y mettre le feu pour toucher la prime 53 ».

35En somme, l'étude des crimes de sang ou de l'incendie volontaire peut constituer un instrument de connaissance détaillée de la maison rurale au xixe siècle par les descriptions intégrées aux procédures mais aussi (surtout ?) par un effort de mise en situation de la position de La maison tant dans le déroulement des faits réels que dans l'imaginaire aussi bien des coupables que des victimes. Mais aussi dans celui des voisins et témoins du crime dont la position n'est nullement indifférente.

La maison des voisins et des témoins

36En pays d'habitat dispersé, la maison du crime ou du criminel se situe toujours dans un environnement qui la place au centre d'un réseau de relations ou de chemins, réseau qui n'est nullement indifférent au crime mais détermine souvent d'une part sa possibilité même, d'autre part la nature des investigations qui vont être faites par la justice. Dans l'affaire Guigourès, la maison du vol est au centre d'un minuscule hameau,

  • 54 Arch. dép. du Finistère, 2 U 2 140, loc. cit. La formulation n'est pas claire : la maison de Guigo (...)

« Le village de Castel Coudiec [...] est composé de trois corps de ferme, deux au nord et un au midi éloigné seulement l'un de l'autre [sic] d'environ trente mètres. La maison de Jean Guigourès est au milieu du village 54 »,

37ce qui permettra aux brigands d'arriver en toute quiétude, sans donner l'alerte, et de repartir de même. Courageux, mais pas téméraires, les voisins interviennent seulement lorsque le vieil avare vient frapper à leur porte, et ceci bien que l'un d'entre eux soit le propre neveu de la victime. Si l'on suit la description faite ci-dessus, on ne croira pas que, compte tenu de la durée et de la violence de l'attaque, ils n'aient rien entendu jusque là. Ce qui nous donne une indication que nous pourrions appuyer par de multiples exemples, impossibles à développer ici : l'absence de cette solidarité automatique que l'on croirait aller de soi dans de telles microsociétés rurales, et qui n'est en réalité qu'une légende.

  • 55 Les chiffres donnés sont légèrement différents d'une première version publiée dans mon article, «  (...)

38On s'attardera un peu plus longuement sur un cas fortement documenté, l'affaire Peinhouët : un homme, Célestin Lorre, est assassiné à Saint-Pierre-de-Plesguen (Ille- et-Vilaine) en 1876 ; son beau-père, Peinhouët, soupçonné du meurtre qui aurait alors été commis pour des motifs passionnels (il aurait eu des « relations coupables » avec sa fille Jeanne). 133 témoins furent interrogés : outre les experts et les membres de la famille immédiate, la plupart étaient issus des « villages » situés à proximité de la demeure de l'assassin présumé et de la victime certaine : on se reportera à la carte ci- dessous55.

39Ce qui frappe, c'est d'abord le champ d'investigations de la police et de la justice : les voisins plus ou moins immédiats de Peinhouët et de Célestin Lorre, autrement dit les habitants des hameaux qui cernent La Communais, la résidence de Célestin Lorre et de Jeanne Peinhouët, dans un rayon d'environ 1,5 kilomètre. Peu viennent des bourgs de Saint-Pierre et de Tressé, sinon des « experts » et des commerçants ayant rencontré victime et assassin présumé à quelques occasions. Le recrutement des témoins s'opère dans le territoire de parcours quotidien de Peinhouët (qui peut pourtant, étant contrebandier se déplacer beaucoup plus loin). On n'a pas ici la place d'analyser en profondeur ce territoire : la carte montre qu'il se situe entre les routes de Saint-Pierre à Lanhélin et de Rennes à Saint-Malo qui constituent quasiment des frontières, des axes d'écoulement majeurs qui enserrent entre elles la vie d'une communauté rurale de base tout en la modelant parfois : les témoins interrogés viennent pour une part des Corbinières ou de la Cotardais, c'est à dire de lieux situés au long de la route principale, en direction de Saint-Malo, artère de vie transvillageoise. Notons aussi que les limites communales ne sont pas ici sans valeur, ce qui infirme le caractère arbitraire qu'on leur attribue parfois : anciennes paroisses ou créations plus récentes, le cadre administratif de la commune détermine un champ particulier de relations sociales Et ce n'est que par le biais des procédures criminelles — ou presque — que de telles problématiques peuvent apparaître au grand jour.

  • 56 Arch. nat., BB 24/ 2043/ Dossier 11328 S 76, in Rapport du directeur des affaires criminelles, 20 (...)
  • 57 Arch. dép. de Loire Atlantique, 5 U 192/1, P .V . de gendarmerie du 17 août 1876 (brigade de Combo (...)

40Il ne faut pas se tromper : chaque maison est bel et bien un territoire privé dont les voisins ne connaissent pas intimement le fonctionnement. D'ailleurs, il se gardent bien de vouloir tout connaître, au contraire : un jour, alors que sa fille Emilie avait 9 ans, Peinhouët l'aurait fouettée de la rivière à la maison (environ 100 mètres) en plein jour et sans attirer spécialement l'attention des voisins56 Par contre, les va-et-vient, les visites, les entrées même impromptues au domicile desdits voisins paraissent monnaie courante. De nombreux habitants de Miniac-Morvan, de Tressé, de Saint-Pierre-de- Plesguen, se remémorent des conversations à domicile avec Peinhouët qui s'attable et boit du cidre en leur compagnie ; si Auguste Collet, le vendredi soir du crime, est obligé de le mettre à la porte, c'est parce qu'il s'attarde de manière excessive. Il est dix heures lorsque le témoin peut enfin le pousser dehors. Le témoin François Grison surprend Peinhouët et sa fille en position plus qu'équivoque : c'est parce qu'il est entré chez Jeanne Lorre pour allumer sa pipe, sans faire aucunes façons à... cinq heures du matin57, comme si la chose était la plus naturelle du monde. Ce qui n'implique d'ailleurs aucune sympathie réelle, aucune amitié véritable ; pas davantage le sentiment que les biens de tous appartiennent à tous. Le sentiment de la propriété semble même très développé dans les campagnes, ici comme ailleurs et personne ne pense que les fruits de la terre sont à tous et que la terre n'est à personne. Mais le territoire est constamment parcouru par tous ceux qui y ont affaire et une interdiction opposée à ces trajectoires serait perçue comme un fait tellement anormal qu'il entraînerait immédiatement suspicion et sentiment que « quelque chose ne va pas ».

41La maison du crime est donc ici au cœur d'un ensemble de demeures qui la surveillent en permanence et savent sur elle tout ce qu'il y a à savoir mais ne s'en inquiètent guère. Il n'est juste ni d'affirmer que dans cette société rurale toute vie privée était publique, ni de voir dans chaque ferme une forteresse où auraient vécu des animaux farouches préoccupés de cacher leurs turpitudes. La réalité est plus complexe : c'est celle d'une société constamment aux aguets et capable d'identifier les allées et venues, comportements, attitudes de ceux qui composent la communauté ; mais qui ne dénoncent ni n'alertent tant que le scandale n'est pas manifeste (meurtre avéré, infanticide impossible à dissimuler). Soit donc une collectivité rurale qui sait que Peinhouët est un homme violent, qu'il déteste son gendre, qu'il a proféré contre lui des menaces de mort très précises, qu'il veut sans doute éliminer l'homme parce qu'il (Peinhouët) couche avec sa femme (celle de Lorre), sa fille en ce qui le concerne, que cela dure depuis des années et qui ne fait... rien, jusqu'au jour où le crime ayant été commis, tout le monde peut s'épancher devant la cour d'assises. Il est difficile de trouver une meilleure illustration du refus de laisser se mêler la justice du roi ou de la République d'affaires qui ne la concernent pas. On ne dénonce pas. Par contre, dès lors que la question a été portée à la connaissance du public et qu'à l'évidence il n'y a aucun moyen de cacher le fait à la curiosité des autorités, on ne se sent plus lié par aucune solidarité : il n'y a pas d'omerta ; la communauté ne se protège pas à tout prix, elle lâche le lest nécessaire et sacrifie sans aucune peine la « vieille canaille » qu'on fréquentait (ou que certains fréquentaient) l'avant-veille.

*

42L'étude de la délinquance a trop longtemps privilégié, nous semble-t-il, la figure du criminel, pas assez celle des victimes et encore moins celle des lieux du crime. Or, ceux-ci sont absolument indissociables de l'acte délictueux ou criminel : le grand chemin, l'entrepôt industriel, la banque, la cage d'escalier de « cité », le château historique... et la maison rurale de l'Ouest sont de par leur nature même de lieu topographique et matériel une force contraignante qui détermine une bonne partie des caractères de l'infraction. Dans le cas qui nous occupe et qui correspond à une époque précise (en gros 1850-1880), nous retiendrons trois caractères qui nous semblent peu contestables.

43Simple masure ou édifice plus solidement construit, mais toujours ou presque domicile fruste ou inconfortable, la maison rurale du domaine étudié semble souvent le lieu qui recèle l'argent que l'on ne place guère à la banque et pas toujours chez le notaire. Pauvre en bijoux, en objets de valeur, elle contient le numéraire que convoitent des ruraux attachés au symbole monétaire beaucoup plus qu'à tout objet capable de souligner la distinction sociale.

44Le caractère fruste du bâtiment, l'inconfort, la promiscuité, favorisent des crimes de même nature. Même dans les forfaits qui n'ont pas le lucre pour motivation, il y a identité profonde entre les infractions commises et les lieux de leur accomplissement La manière de tuer, de violer ou d'incendier est liée à la nature du théâtre de leur accomplissement, à un tel point que l'analyse de la criminalité ne peut guère se passer de leur description et qu'en sens inverse, la nature de l'habitat détermine certaines formes précises de déviance.

45Enfin, les « lieux du crime » -ceux dont nous nous occupons, bien entendu - ne sont pas indépendants les uns des autres, ils ne sont pas neutres vis-à-vis de leur environnement Ils n'existent qu'en fonction de liens de voisinage qui n'ont rien à voir avec ceux de nos sociétés contemporaines, beaucoup plus contraignants pour les auteurs aussi bien que pour les victimes, ce qui ne peut pas dire du tout univoques en faveur de ces dernières comme la légende populaire tendrait à le faire accroire.

46Les maisons et les bâtiments sont le produit de l'industrie humaine. Il est bien naturel qu'elles témoignent aussi bien des modalités de la vie familiale, de la manière de se nourrir, des formes de la vie sociale que de l'art de voler, de tuer ou de violer ses contemporains, activités hélas très humaines aussi.

Notas

1 Médecins pour la plupart tels Lacassagne ou Lombroso.

2 Chauvaud, Frédéric, Les Criminels du Poitou au xixe siècle, La Crèche, Geste éditions, 1999.

3 Au mieux. Vers 1890, Jean-Marie Déguignet estimait que son fils aîné, âgé d'une vingtaine d'années, gagnant 45 francs par mois, était plutôt bien payé. « L'aîné, qui gagnait maintenant 45 francs par mois, était bon à prendre ». Déguignet, Jean-Marie, Histoire de ma vie, Le Relecq-Kerhuon, 2001, p. 452.

4 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 2 U 1-196 [numérotation actuelle, susceptible de révision], Arrêts de renvoi de la chambre des mises en accusation, ci-après dénommés ARCM, 25 février 1860.

5 Ibid L'ensemble de ces vols étant dus à la redoutable « bande i Gourdel ».

6 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 15 mars 1860.

7 Quatre ans de salaire !

8 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 1 U 123. C'est le début d'une importante affaire d'erreur judiciaire : nous renvoyons à notre article, « Louarn et Baffet, une erreur judiciaire sous le Second Empire », dans : Garnot, Benoît, L'Erreur judiciaire de Jeanne d'Arc à Roland Agret, Paris, Imago, 2004, p. 193-228.

9 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 25 février 1860.

10 Ibid

11 Peu probable, mais après tout il faut bien dire que nous n'avons guère de moyens de le vérifier.

12 C'est nous qui soulignons, comme pour la citation suivante. Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 1 U 123, le procureur impérial de Quimperlé, Anger de Kernisan, au procureur général, 3 septembre 1859.

13 La Galette des Tribunaux, 30 octobre 1859.

14 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 15 mars 1860.

15 Nous insistons sur ce thème qui nous paraît important. Nulle part mieux qu'ici ne se justifie l'expression qui nous sert de sous-titre « maison de la convoitise ».

16 Ce qui semble une somme importante aux yeux d'un magistrat dont les revenus sont considérablement supérieurs... Mais il s'agit d'un paysan.

17 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 28 juin 1860. C'est nous qui soulignons.

18 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 23 février 1860

19 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 1 U 123,3 septembre 1859, loc. cit.

20 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 25 février 1860. Toujours la « bande à Gourdel ».

21 Dans quatre cas au moins, le voleur utilise de fausses clefs, ce qui montre le peu de garanties qu'offrent les « vraies ».

22 Dont les chefs sont un père et un fils travaillant en étroite « collaboration »...

23 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 15 mars 1860

24 Témoignage d'une vigueur physique assez commune chez des hommes dont toute la vie ou presque repose sur l'activité musculaire.

25 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM 25 février 1860

26 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 28 janvier 1860

27 Ibid.

28 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 12 janvier 1860

29 Même pas un instrument de métal ni de pierre...

30 Ibid C'est le même homme, Alexis Ferré, qui avait échoué devant le moulin avant de trouver un butin plus facile d'accès.

31 Un témoin, la femme Nedelec, sœur de Millour, l'un des voleurs.

32 C'est nous qui soulignons.

33 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 1 U 123, 3 septembre 1859, loc. cit.

34 On ne trouve guère une telle problématique, par exemple dans Chatei.Ard, Claude, Crime et criminalité dans l'arrondissement de Saint-Étienne au xixe siècle, Saint-Etienne, Centre d'Études Foréziennes, 1981. Ni dans Santucci, Marie-Renée, Délinquance et répression au xixe siècle, L'exemple de l'Hérault, Paris, Economica, 1986.

35 Frédéric Chauvaud dans Les criminels..., op. cit., a attiré l'attention sur cet aspect des choses : « Dans son sillage [celui du juge d'instruction] : des gendarmes, des curieux, et quelquefois une plume artiste en la personne d'un greffier ou d'un géomètre chargé de faire un plan [...] Les plans des lieux du crime [...] possèdent assurément plusieurs fonctions, à mi-chemin entre l'illustration et la preuve documentaire, (p. 221-222). La maison (l' « Ousta ») est aussi une composante de la réflexion d'E. Claverie et P. Lamaison, L'impossible mariage, Violence et parenté en Gévaudan, xviie, xviiie et xixe siècles, Paris, Hachette, 1982, même si elle n'occupe pas, physiquement, une position centrale.

36 Voir par exemple page 406.

37 Arch. dép. des Côtes-d'Armor, 2 U 787.

38 Arch. dép. des Côtes-d'Armor, 2 U 786.

39 Arch. dép. des Côtes-d'Armor, 2 U 798.

40 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 23 février 1860

41 Même quand la maison familiale n'est pas le lieu du crime familial, celui-ci n'est qu'exceptionnellement commis dans un lieu public. Il arrive que le meurtrier aille chercher sa femme ou son époux qui a quitté le domicile conjugal dans une autre maison (celle de l'amant, des ascendants).

42 Dans celles que nous connaissons. Et dans celles que nous ne connaissons pas ? Combien de meurtres conjugaux ou familiaux ensevelis dans l'obscurité des murs de la maison sous l'apparence de morts accidentelles mais naturelles ? Mystère insondable - définitivement.

43 Arch. dép. des Côtes-d'Armor, 2 U 788

44 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 2 U 1150, 1909, 18 mois de prison... Les circonstances semblent très atténuantes au jury : l'épouse n'avait pas bonne réputation 1

45 « De semblables représentations, réduites à un constat sec, se répètent inlassablement d'une affaire à l'autre. Monotones, comme produites par quelques esprits obtus qui n'auraient, comme possibilité intellectuelle, que la faculté de rabâcher, elles ont au moins une fonction immédiate : celle de rassurer. Elles montrent que la réalité du monde sensible est à la portée du magistrat et qu'il suffit de savoir constater pour se mettre sur la piste des criminels », Chauvaud, Frédéric, Les Criminels..., op. cit., p. 245.

46 Chauvaud, Frédéric, Les Criminels..., op. cit., p. 223, citant une procédure de 1834, Archives dép. des Deux-Sèvres, 2 U 142.

47 Ou presque : elle a voulu lui faire « quelques observations ». Ce n'est pas un refus.

48 Situation courante : « [...] elle aurait eu pendant quelque temps comme pensionnaire un ouvrier qui couchait dans la même chambre qu'elle et sa fille, et cette promiscuité si fréquente dans les campagnes [c'est nous qui soulignons] aurait donné prise à la raillerie et aux soupçons ». Le procureur de la République de Dinan au procureur général de Rennes, 15 juin 1875, Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 1 U, dossiers individuels des magistrats, Collet de la Lande.

49 Perruchon, David, Le Crime d'incendie volontaire en Ille-tt-Vilaine de 1815 à 1914, mémoire de maîtrise, Rennes 2,1998, J.F.Tanguy dir., p.16

50 Ille-et-Vilaine, ar. de Saint-Malo.

51 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 2 U 772

52 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, ARCM, 21 juin 1860

53 Témoignage de la femme Pienoir, Journal dl'Ille-et-Vilaine, vendredi 24 novembre 1876

54 Arch. dép. du Finistère, 2 U 2 140, loc. cit. La formulation n'est pas claire : la maison de Guigourès s'ajoute-t-elle aux trois corps de ferme, ce qui ferait quatre bâtiments, ou pas ?

55 Les chiffres donnés sont légèrement différents d'une première version publiée dans mon article, « Les témoins persistent et signent Un homme accablé par une communauté tout entière : L'affaire Peinhouët » dans : Les Témoins devant la justice. Une histoire des statuts et des comportements, Benoît Garnot dir., Rennes, P.U.R., 2003, p. 391-407, ceci après rectification des noms de lieux-dits dont l'orthographe vacillante dans les documents officiels constitue un piège redoutable. Globalement, cela change peu les conclusions qu'on peut en tirer.

56 Arch. nat., BB 24/ 2043/ Dossier 11328 S 76, in Rapport du directeur des affaires criminelles, 20 avril

57 Arch. dép. de Loire Atlantique, 5 U 192/1, P .V . de gendarmerie du 17 août 1876 (brigade de Combourg, n°190).

Índice de ilustraciones

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11735/img-1.png
Archivo image/png, 625k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540