Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Sixième partie. Les espaces intérieurs de la maison

Des sources méconnues pour l'étude de l'habitat rural au XVIIIe siècle : les archives judiciaires

Brigitte Maillard

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Texto completo

1Peut-on « inventer » encore des documents qui permettent d'aborder de façon nouvelle la question des maisons rurales et de la dispersion de l'habitat ? Il faut d'abord constater que les études sur cet aspect de la vie rurale au xviiie siècle sont restées peu nombreuses ; cette carence est particulièrement forte pour les pays de la Loire moyenne : dans la collection dirigée par Jean Cusenier sur l'architecture rurale française, aucun volume ne leur a été consacré. Comment trouver des sources qui touchent à des réalités de la vie quotidienne et soient fiables, produites par des individus capables de faire des descriptions exactes et connaissant les lieux ? Elles doivent évidemment être exemptes de jugement de valeur, sans être nécessairement « objectives » ; il faut aussi qu'elles aient été bien conservées, qu'elles constituent des « séries » fournies.

  • 1 La vie française à la veille de la Révolution (1783-1786), Journal inédit de Madame Cradock, Paris (...)

2Il est moins difficile de trouver pour les campagnes ligériennes au xviiie siècle des descriptions de paysage qu'une évocation de l'habitat rural ; les voyageurs sont, en fait, surtout frappés par l'habitat troglodytique, le long de la Loire, ces « rocs creusés servant d'habitation » selon Mme Cradock1. Dans leurs rapports sur l'économie des campagnes les subdélégués de l'intendant de Tours font état de pratiques rurales mais non de l'habitat Les médecins abordent parfois la question dans les « Topographies médicales » pour condamner vigoureusement différents comportements... Il paraît alors naturel de se retourner vers les fonds notariaux. Qui n'a pas utilisé des inventaires mobiliers, les contrats de vente ou de location d'exploitation, de parcelles ou de bâtiments, les actes de partage de succession, ou les marchés de construction, rares toutefois dans des campagnes à la population et à l'économie stagnantes ; mais ces actes procèdent souvent par sous-entendus et restent laconiques.

3Mais pourquoi ne pas explorer les ressources offertes par d'autres archives de type sériel, au caractère massif et qui rapportent souvent des faits de la vie quotidienne, les archives judiciaires ? Parmi elles, les documents produits par le fonctionnement des tribunaux des « greniers à sel » sont généralement utilisés pour l'étude de la fraude sur le sel mais ils sont riches de notations sur l'habitat, dans son rapport au milieu géographique et humain, dans sa composition et dans sa structure interne. Pour comprendre ces textes, il est utile de faire un rappel sur la gabelle, cet impôt qui symbolise parfois tout le système fiscal de l'Ancien Régime, alors que des privilèges en exemptent de nombreuses régions ; où l'historien est donc privé de ces archives... Les nécessités de la répression contre la fraude amènent les gardes de la gabelle à pénétrer dans les espaces domestiques dont ils livrent des descriptions dans leurs procès-verbaux. Nous en verrons les enseignements après une présentation des sources.

Les procès-verbaux de visites domiciliaires

4Les « pays de grande gabelle », qui englobent entre autres l'Anjou et la Touraine, sont cernés de zones où pour des raisons fiscales, le prix du sel est plus faible ; il est tentant d'aller s'y approvisionner pour sa consommation ou un commerce ; mais ces pratiques sont strictement interdites et sévèrement réprimées. Les habitants des « pays de grande gabelle » sont astreints à acheter chaque année, pour « pot et salière », une certaine quantité de sel ; mais dans les zones limitrophes des pays où le sel est moins cher, le régime est encore plus strict Dans ces régions, dites de « vente forcée », le sel est livré dans chaque maison, quatre fois par an, par des habitants de la paroisse, les asséeurs-collecteurs de la gabelle ; pour leurs besoins supplémentaires, les habitants sont tentés d'acheter du « faux sel », c'est à dire du sel autre que celui du grenier à sel.

5Une surveillance étroite est assurée par les gardes de la gabelle, payés par la Ferme. Les « gableux », qui ne sont pas des officiers du roi, doivent lutter contre le commerce du « faux sel » mais aussi en détecter la consommation domestique et s'assurer que le sel pour « pot et salière » n'a pas servi aux salaisons. Ils dressent deux types de procès- verbaux, les uns concernent l'arrestation de faux sauniers présumés, les autres, établis lors de la saisie de faux sel dans les habitations, décrivent les lieux où ils ont opéré. En application de la grande ordonnance sur les gabelles signée en 1680 et complétée à différentes reprises, les gardes sont assermentés et ont un droit sans limite pour pénétrer dans tous les domiciles, y compris chez les bénéficiaires du privilège de « franc salé » (ordonnance sur les gabelles, titre XIX, article 1). Pendant leur visite domiciliaire, ils fouillent toute la maison, « ses dépendances et appartenances », ils exigent que « toutes les armoires et vaisseaux fermant à clé » leur soient ouverts et demandent les « billets de salaisons » pour les viandes salées. Les gardes exercent donc une forte contrainte sur les habitants et ont le droit d'aller partout, alors que le notaire ne pénètre dans une maison qu'à l'invitation du résidant et ne note dans un inventaire après décès que les objets qu'on veut bien lui montrer.

6L'adjudicataire de la Ferme n'a pas de pouvoir de justice ; celle-ci est aux mains du tribunal du grenier à sel, formé d'officiers du roi qu'il ne faut pas soupçonner systématiquement de collusion avec les fermiers généraux. Pour que les fraudes constatées puissent être suivies d'un procès et d'une condamnation, les procès-verbaux doivent être irréprochables, sous peine d'annulation. De cette obligation découlent des qualités de précision ; outre l'identité des habitants, les gardes notent de façon très claire le nom de la paroisse où se trouvent les endroits perquisitionnés mais aussi la localisation à l'intérieur de celle-ci ; ils décrivent les lieux visités en s'attachant à quelques points précis, comme leur organisation, les possibilités d'accès et de circulation, l'existence de clôtures, de serrures. Les gardes, qui sont plus ou moins bien alphabétisés, sont souvent originaires des régions où ils sont en fonction et donc ils en emploient le vocabulaire. Il convient cependant de noter que la nature de l'acte amène à mettre en avant certaines réalités : ainsi, comme il faut prouver que le faux sel trouvé dans le jardin, le clos ou même la maison, n'a pas pu y avoir été déposé par des étrangers, le procès- verbal insiste sur la qualité des clôtures et des serrures. De plus les gardes ne décrivent que les endroits qu'ils ont visités, si bien que l'évocation des lieux reste partielle. Ils fouillent d'abord les maisons car la conservation du sel y est plus facile à assurer qu'à l'extérieur et ils donnent donc des renseignements surtout sur le bâti ; mais ils savent sortir, en particulier si les habitants manifestent une certaine inquiétude : en « fins limiers » ils suivent des pistes qui, tracées dans l'herbe par un passage répété, les amènent à des caches où ils découvrent évidemment du sel…

  • 2 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, C 404

7Les procès-verbaux de visites domiciliaires reflètent avant tout l'activité des gardes ; celle-ci dépend de différents facteurs, comme l'énergie du capitaine général, l'ardeur au travail des gardes, l'importance des « versements » de faux sel dans la zone et l'abondance des renseignements recueillis. Dans le ressort des greniers à sel étudiés (Richelieu, Chinon, La Haye) le rythme mensuel des visites présente une poussée entre octobre et janvier (52 % des cas étudiés dans le grenier de Richelieu) ; c'est un temps où l'activité des faux sauniers est plus grande, où les besoins pour les salaisons sont importants et où les paysans sont plus souvent chez eux. Les visites sont faites surtout à la campagne ; elles sont peu nombreuses en ville puisque celles-ci jouissent, à des titres divers, de privilèges. Entre 40 et 55 % (54 % pour Richelieu, 42 % pour Chinon) des maisons perquisitionnées sont habitées par des paysans, en particulier les plus aisés, laboureurs et métayers ; les visites chez les pauvres sont rares. Les paysans forment ainsi le groupe le plus important mais qui reste inférieur à leur part dans la population globale ; par contre l'importance des locataires de métairie est surestimée. Partout, les auberges et cabarets font l'objet d'une attention particulière ; il en va de même dans la région de Chinon pour les domiciles des voituriers par eau (11% de l'échantillon étudié). Les gardes se rendent donc d'abord chez les habitants susceptibles de frauder, mais aussi en mesure de payer les amendes encourues puisque celles-ci sont élevées : 200 livres pour la première condamnation, 500 livres en cas de récidive. Les descriptions faites dans les procès-verbaux des gardes donnent sans doute une image moins sombre que la réalité ; en mai 1785, le docteur Duperron décrit ainsi les maisons paysannes de la région de Mirebeau, toute proche de Richelieu : « [...] les maisons se présentent toutes à l'exposition du nord, elles sont d'une mauvaise construction, basses d'étage et fort resserrées 2 » ; il dénonce « la grande malpropreté dans laquelle vivent sept à huit personnes entassées les unes sur les autres et l'usage pernicieux de placer les fosses à fumier, vis à vis et très près des portes », type de remarques qui ne figurent jamais dans les procès-verbaux des gardes.

Des campagnes entre Touraine et Poitou

  • 3 Aujourd'hui Descartes, Indre-et-Loire, ar. Chinon, c. Richelieu
  • 4 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, 182B 16 à 31 et C 803 à 817 : grenier à sel de Chinon, 183B 5 à 19 : (...)
  • 5 Bretéché, Laurent, Le Grenier à sel de Richelieu et le faux-saunage : gabelle, gabelous et faux-sa (...)
  • 6 Huvet-Martinet, Micheline, « Faux-saunage et faux-sauniers dans la France du Centre et de l'Ouest (...)

8La zone étudiée ici s'étend sur le ressort de trois greniers établis dans le sud-ouest de la Touraine ; située au contact du Poitou, « pays rédîmé », elle fait bien partie des pays de « vente forcée ». La raison du choix est avant tout documentaire : les archives de ces greniers à sel3 ont été bien conservées4. En 1727, dans un souci de rapprocher le magasin à sel des habitants, le très vaste ressort de Richelieu a été divisé en deux et un grenier a été rétabli à Loudun5. Selon les archives de la « commission de Saumur » chargée des grosses affaires de faux-saunage, il ne s'y développe pas une grosse contrebande6 ; les gardes de la gabelle y sont plutôt occupés à traquer la petite fraude, celle des « porte à col », et ils peuvent multiplier les recherches dans la campagne, le long des rivières et chez les habitants qui, eux-mêmes, ne détiennent jamais de grosses quantités de faux sel.

  • 7 Maillard, Brigitte, Les Campagnes de Touraine au xiiie siècle. Structures agraires et espaces écon (...)
  • 8 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, C 337.

9Cette région fait partie des zones de « petite culture », la manufacture y est très peu développée. Partout la vigne est cultivée mais les vins sont de faible qualité et servent souvent, en particulier dans le Richelais, à la fabrication d'eau-de-vie ; arbres fruitiers et noyers y sont abondants. L'élevage y est peu développé, sauf dans la vallée de la Vienne ; les porcs sont rares car il serait difficile de les nourrir. Si des saisies de viande salée sont opérées, c'est le plus souvent chez les « élites », curés, petits nobles, hommes de loi ou fermiers de seigneuries. Les exploitations sont de deux types 7 : les plus grandes sont les métairies, louées à des laboureurs, les autres, les borderies, sont exploitées par des bordiers ou des journaliers. Le commerce porte sur les grains, le vin et les eaux-de-vie qui sont expédiés vers Nantes, via la Loire8. À l'exception du Richelais, cette zone est parcourue par la Loire et ses affluents ou sous-affluents, c'est par cette voie qu'arrive le sel en provenance de Bretagne.

  • 9 Pour les paroisses rurales du grenier à sel de Chinon : 1890 ha ; si l'on ôte les grands finages d (...)
  • 10 Dupâquier, Jacques, La Population rurale du bassin parisien à l'époque de Louis XIV, Paris, EHESS, (...)
  • 11 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, L 252.
  • 12 Dupâquier, Jacques, « Habitat rural et démographie. L'exemple de l'Île-de-France », Annales de Dém (...)

10Les paroisses étudiées ont de petits finages : moins de 2 000 ha en moyenne pour les greniers de Chinon et de la Haye et moins de 1 200 ha pour la partie tourangelle de celui de Richelieu9. Les communautés humaines sont de taille réduite : la moyenne est, pour les 22 paroisses de la campagne du grenier à sel de Chinon, de 160 feux en 1787 ; dans celui de Richelieu elle est, pour les 27 communautés, de 94 feux au milieu du xviiie siècle ; aucune des seize paroisses du grenier de La Haye ne dépasse 200 feux ; dans les trois élections correspondantes, la densité rurale est faible (7 feux/km2)10. Même dans les métairies, la famille conjugale est très majoritaire. La taille des ménages reste faible : à Cinais11 qui, d'après un recensement, compte 111 feux en 1793, la moyenne est de 4,1 personnes par ménage, de 3,6 par famille, le nombre d'enfants étant le plus souvent de 2 ou 3 ; les domestiques y forment 13,6 % de la population. On a, comme dans le bassin parisien, une maison/un ménage 12 ; les maisons sont donc de taille réduite.

11Le contraste est frappant sur les cartes entre cette partie méridionale de la Touraine et le Poitou voisin. Le nombre de hameaux figurant sur la carte de Cassini et la médiocrité du groupe humain recensé dans ces paroisses laissent à penser que (a majorité de la population ne vit pas dans le bourg autour de l'église. La zone étudiée appartient bien aux régions d'habitat dispersé mais elle ne peut être considérée comme un espace de « transition » entre champs ouverts et bocage.

L'organisation de l'espace : le vocabulaire

12Les gardes de la Ferme usent du vocabulaire local. À l'intérieur d'une même paroisse rurale (dans les campagnes, communauté d'habitants et paroisse coïncident presque toujours) l'habitat est réparti selon un schéma tripartite, que l'on retrouve aussi en Gâtine poitevine. En dehors du bourg, parfois dénommé « village à clocher », et des maisons isolées, existent des « villages », appelés ailleurs hameaux. Les bourgs, dont la population reste faible, sont habités plutôt par les artisans, les journaliers... Les hameaux et les « maisons » abritent les exploitations agricoles, les premiers regroupent les borderies, les autres sont formés par un « lieu » ou métairie. Les villages sont en tas, sans réseau viaire organisé, les maisons ne sont pas jointives, alors que les jardins sont contigus et de nombreux habitants tentent, à l'arrivée des gardes, de jeter le « nouet » contenant du faux-sel dans le jardin du voisin par dessus le mur. S'ils sont proches des bourgs, les villages sont appelés, dans le Chinonais, « quartiers » ou « cantons » ; ils se présentent souvent sous La forme de village-rue mais en formation desserrée et sont parfois désignés sous le nom de « rue » ou de « vallée ». Près de la Vienne, la présence d'habitat troglodytique, « ces retraites pratiquées dans l'épaisseur du rocher », se traduit par l'emploi du mot « cave » pour désigner les domiciles ; mais « taillée en roc » la cave peut aussi servir à abriter des futailles, des animaux (parfois pour les cacher s'ils ont servi au transport du sel et sont « ensalinés »), des outils, des récipients, souvent le saloir...

13Le vocabulaire employé par les gardes est précis. Le « domicile » nomme en fait l'ensemble spatial constitué par les divers bâtiments et les cours, jardin et « clos » qui vont toujours avec. Le mot « demeure » n'est utilisé que dans l'expression « faire sa demeure » et qualifie donc l'acte d'habiter. Le mot « maison » est chargé d'ambiguïté : il désigne la construction mais aussi le domicile et parfois indique une grosse exploitation faisant souvent partie d'un domaine seigneurial. Toutes les pièces à usage d'habitation sont appdées « chambre », presque jamais « salle ». Des lieux spécialisés existent soit chez les artisans – la boulangerie du boulanger, le magasin du salpêtrier –, soit chez les notables et les aubergistes où l'on trouve les cuisines.

  • 13 Un pied fait 30,5 cm.

14Le plus souvent, les « domiciles » se composent de quatre déments, groupés mais bien individualisés par des dôtures : la cour, les bâtiments (d'habitation et d'exploitation), le jardin et le dos. La présence dans toute la zone de calcaire, pierre facile à tailler, explique certains aspects du bâti. Les lieux habités se signalent dans le paysage par la l'existence de murs qui les endosent totalement et en font des « cellules » nettement délimitées. Ces murs sont le plus souvent en pierre, d'une hauteur au minimum de 5,5 pieds13 (1,80 m.) et peuvent atteindre 8 pieds « sous chapeau » (2,40 m). Chaque domicile comporte une cour qui est située généralement devant le bâtiment d'habitation ; elle n'est pas délimitée par des bâtiments sur ses quatre côtés mais, au moins sur deux, par des murs difficiles à franchir. La cour s'ouvre sur l'extérieur par une porte constituée de vantaux de bois qui paraissent souvent fermés ; mais peut-être est-ce circonstanciel : il s'agit de retenir longtemps les gabdous à l'extérieur. Dans cet espace dos se dressent parfois des dépendances (appentis, cellier, fenil), souvent à l'écart de la maison et appuyés contre les murs ; on peut aussi y trouver « un petit renfermé » qui est un jardin. La description évoque rarement un bâtiment comparable à une « maison longue » ; tout au plus s'agit-il de dépendances (écurie, grange) accolées en longueur dans l'alignement du « domicile ».

  • 14 Les pressoirs domestiques sont très nombreux : dans la pratique, la Touraine ignore la banalité de (...)

15Nécessaires dans les métairies, les bâtiments réservés aux bêtes s'élèvent dans la cour et sont le plus souvent spécialisés : ce sont les « tests », ou toits, à moutons et éventuellement à porcs, les écuries qui ne sont pas réservées chevaux, les étables à bœufs et à vaches ; parfois la présence d'un poulailler est notée. Le bétail, en fait peu nombreux, ne trouve pas dans la cour un espace pour paître et ne peut pas circuler librement entre cet espace, qui n'est pas ouvert, et l'extérieur. La cave, surtout quand elle est creusée dans le roc, est placée « derrière » la maison. Le « pressoir » désigne aussi bien l'équipement que le bâtiment qui l'abrite14. La description des denrées conservées dans les bâtiments d'exploitation montre une utilisation ordonnée, qui, d'après les actes d'inventaire, n'était dans la réalité pas respectée... La grange est parfois appelée « battresse » et on y voit effectivement s'y dérouler des scènes de battage. La localisation du puits n'est jamais indiquée. Les ensembles visités répondent donc bien aux deux fonctions de la maison rurale qui est à la fois un « atelier » et un habitat.

16Le jardin s'étend le plus souvent derrière le bâtiment principal ; il est ceinturé de murs ou de haies ; y sont cultivés des légumes comme des artichauts, différentes sortes de pois, de la luzerne... Les haies, toujours décrites comme denses, sont vives ou sèches ; parfois elles doublent des murs ou se dressent sur un « fossé ». Les brèches, qui sont sans doute destinées à permettre le passage, sont soigneusement obturées par des fagots, des claies, des portions de haie sèche, pour empêcher les intrusions. Tout jardin non clos et donc aisément accessible est bien signalé, car cet argument peut être employé pour obtenir l'annulation des poursuites. Enfin, encore derrière, vient le « clos » de vigne qui, par définition même, est fermé de murs ou de haies « d'épines tant vives que sèches ». Au-delà des centres habités, d'autres clos de vigne se signalent au milieu des champs cultivés qui sont ouverts, par des haies à l'abri desquelles les faux sauniers échappent aux poursuites des gardes. Jardin et clos contiennent des cultures précieuses qu'il faut protéger des intrusions des animaux ou défendre contre les voleurs. La clôture marque bien la propriété mais elle n'est pas une « cage », elle est surtout une défense contre l'extérieur.

17Le matériau de base pour la construction est la pierre, ce qui va contre une vision misérabiliste de la réalité ; elle est abondante mais on ne sait que rarement si elle est utilisée sous forme de moellons ou de « pierre sèche ». Les murs semblent tous solides et plus répandus que les haies. Les recherches que font les gardes sous les toits sont rares, sans doute parce qu'il doit être difficile d'y cacher des pots ou des sacs contenant du sel ; il est probable qu'ils ne sont pas en paille de seigle. Quand des matériaux sont mentionnés, il s'agit presque uniquement de tuiles ; sans doute étaient-elles achetées tout près, à Crouzilles où existait une fabrication importante au xviiie siècle. Les dépendances, granges, appentis, sont couverts de paille, de chaume et bois…

La disposition intérieure des lieux

18Le bâtiment d'habitation est le plus souvent une maison de type bloc élémentaire ; il comprend une « chambre principale » où les habitants « font leur demeure ». La superficie en semble généralement faible. Seules les maisons des plus aisés, comme curés, hommes de loi, « bourgeois » ou quelques métayers, comportent plusieurs pièces qui sont spécialisées : une antichambre, la cuisine sont alors mentionnées ; un couloir « traversant » permet de passer de la cour au jardin ; un étage à usage d'habitation est parfois présent et accessible par un « degré ». Dans les maisons paysannes, la chambre, au dessus de laquelle un « grenier règne » le plus souvent, est munie de deux portes : une vers la cour, une située à l'opposé, vers le jardin ; elle ouvre donc directement sur la cour, sans espace de transition : chambre et cour font un ensemble ; la cour n'est pas l'extérieur, elle en est même bien protégée, au même titre que la chambre.

  • 15 Un acte mentionne la présence d'un fusil accroché à une poutre, chez un paysan qui possède par ail (...)

19La « chambre principale » est le lieu de vie familiale et celle-ci semble organisée autour du lit au moins autant qu'autour de la cheminée : le lit ou des caches dans sa proximité sont très fréquemment utilisés pour dissimuler du sel. Après le lit, le meuble le plus souvent mentionné est la « maie » ou « met » : elle sert soit à boulanger, soit à ranger différents objets ; les procès-verbaux des gardes n'évoquent jamais l'encombrement intérieur si net dans les inventaires faits par les notaires, alors qu'il doit gêner les recherches. Ils ne parlent pas des poutres et de la charpente, même pour mentionner un sac, encore moins un jambon qui y serait accroché15. Ils ne notent jamais la présence d'animaux dans les pièces d'habitation, ou même l'existence d'une cloison délimitant les espaces réservés aux humains et aux bêtes ; il n'y a pas de cohabitation entre eux.

  • 16 Ainsi la banalité du four apparaît bien comme rare.

20Les procès-verbaux fournissent aussi quelques renseignements sur des éléments qui ne sont pas mentionnés dans les inventaires mobiliers parce qu'intégrés aux bâtiments, ils font partie de l'immeuble. La cheminée y figure comme un point de repère important et une zone d'attraction : les meubles comme le lit ou une armoire sont souvent localisés par rapport à elle. Le four est une cachette habituelle16 : il est dans la cheminée, utilisant ainsi la cloison de briques réfractaires présente à cet endroit Les « fenêtres » peuvent être « percées à jour » ou « emmuraillées ». Dans ce dernier cas, elles sont utilisées comme placards, parfois appellées « armoires » et elles sont fermées par une porte, le plus souvent munie d'une serrure ; elles sont situées n'importe où dans les murs. Dans le premier cas, elles permettent d'éclairer la pièce et de surveiller l'extérieur, mais comme elles donnent sur la cour elles n'ont pas besoin d'un volet de protection ; sur le rebord sont déposés des objets comme des pots. La mention d'une « fenêtre vitrée » a été relevée plusieurs fois ; cet élément de confort n'est donc pas réservé aux élites, il peut se trouver chez un simple journalier. Par contre, la présence d'un « évier » n'est notée que chez les habitants les plus aisés et elle reste rare. L'accès au grenier se fait de différentes manières, soit par une échelle qui aboutit à une trappe, soit par un « degré » de pierre extérieur, l'entrée du grenier étant alors fermée par une porte munie d'une serrure, soit par un escalier qui prend directement dans la pièce d'habitation ou à côté, dans un « cabinet ». Sont ainsi révélés quelques traits de l'utilisation de l'espace.

Omniprésence des clôtures et fermetures

  • 17 Lorsque les habitants du lieu refusent d'ouvrir, les gardes doivent solliciter des officiers du gr (...)

21Clôtures et habitat sont donc étroitement associés. Les indications sur les huisseries sont nombreuses ; clés et serrures semblent largement répandues : les gardes précisent toujours si la porte du local ou du meuble concerné ferme à clé, et ferme bien. En septembre 1779, un habitant de Ligré présente douze clés aux gardes, et encore manque-t-il celle de la cave. Les clés sont indifféremment détenues par les hommes et les femmes. La description des portes est longuement développée ; leur nombre est toujours précisé : il est fréquent que la cour soit accessible par une grande porte et une ou deux petites, dont l'état de solidité ou de vétusté est noté. Les fermetures sont de différentes sortes et sont adaptées à leurs fonctions. Les portes qui donnent sur l'extérieur sont munies de serrures dont l'ouverture, de l'extérieur ou de l'intérieur, nécessite l'usage d'une clé17 ; celles des maisons en ont parfois mais plus souvent elles comportent un « verrouil » que l'on ne peut manœuvrer de l'extérieur ; on peut aussi les « barrer » de l'intérieur. Les bâtiments d'exploitation ont des serrures surtout lorsqu'ils contiennent des denrées ou objets précieux, ainsi en va-t-il de l'écurie, qui abrite par ailleurs le lit et le coffre du domestique, lequel a souvent quelques économies à protéger ; mais, plus souvent, ils ne sont munis que de crochets ou loquets, parfois les portes en sont bloquées avec des cordes. Des fermetures amovibles existent aussi : les cadenas sont utilisés pour fermer la porte des clos « quand les raisins viennent ». Les meubles, comme coffres, maies, armoires, fermant à clé sont soigneusement énumérés, mais la serrure en est fréquemment cassée.

22Les murs que les gardes décrivent sont sans brèche et bien entretenus ; ils sont soit maçonnés, soit en pierre sèche ; on y trouve cependant parfois des trous sur leur face intérieure, puisque des pots contenant du sel peuvent y être placés, mais ces trous ne témoignent pas d'un mauvais état : ils sont des cachettes et ne sont jamais « percés à jour », ils sont d'ailleurs obturés par une pierre censée dissimuler le récipient

  • 18 Il existe un vrai paysage de bocage dans le Chinonais, dans le Verron qui s'étend en forme de tria (...)

23Il n'est pas possible de tirer des documents utilisés des indications sur l'âge du bâtiment, sur son origine, sur les transformations qu'il a subies. Le modèle à cour fermée est-il ancien ? À quelles fins répondait-il ? Sans doute l'utilisation de la pierre a-t-elle assuré à ces constructions une relative solidité et leur a permis une durée de vie importante. Les procès-verbaux n'offrent pas une présentation de l'ensemble des maisons d'un hameau ou d'un village ou de la répartition globale de l'habitat ; ils ne permettent pas de mesurer sa dispersion. Ils donnent une vision individuelle, partielle mais ils décrivent bien la relation existant entre les différents éléments constitutifs d'un même lieu habité, qui rappelle le manse, le « meix » bourguignon. Les clôtures isolent l'ensemble habité du reste de la campagne où dominent plutôt les champs ouverts18.

Conclusion : individualisme et insécurité ?

24On peut interroger ces documents d'une autre manière : la méfiance envers l'extérieur y est perceptible. L'arrivée des gabelous provoque des réactions d'hostilité ; mais cette agressivité ne leur semble pas réservée : toute intrusion est mal supportée. L'opposition entre le dedans et le dehors, la sphère du privé et celle du public, semble très forte et elle se voit dans le paysage. Les cours ne sont pas des lieux de sociabilité publique ; elles sont des espaces fermés qui ne sont pas des zones de circulation, celle-ci se fait à l'extérieur par des rues bordées de murs presque sans ouvertures. La multiplication des clôtures signifie-t-elle un très fort individualisme ? L'omniprésence des fermetures révèle-t-elle un sentiment d'insécurité largement répandu ? Ou est-elle due avant tout à la nature du document qui exerce un effet de loupe sur certains éléments « sécuritaires » ? Le souci de la protection des biens n'est sans doute pas un trait caractéristique de la seule fin du xviiie siècle, il est un élément structurel et structurant du comportement des ruraux.

  • 19 Quéniart, Jean, Le grand Chapelletout. Violence, normes et comportements dans la Bretagne rurale a (...)

25Au-delà d'une étude de l'habitat rural dans cette zone, cet exposé a voulu attirer l'attention sur un « détournement » possible des archives judiciaires (qui pourrait aussi porter sur les archives de la maréchaussée, riches en procès-verbaux de vol). Il s'inscrit dans la continuité des travaux qui les ont décryptées comme sources d'étude des comportements, des « cultures », et de divers aspects de la vie quotidienne19.

Notas

1 La vie française à la veille de la Révolution (1783-1786), Journal inédit de Madame Cradock, Paris, Librairie académique Perrin, 1911, p. 282.

2 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, C 404

3 Aujourd'hui Descartes, Indre-et-Loire, ar. Chinon, c. Richelieu

4 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, 182B 16 à 31 et C 803 à 817 : grenier à sel de Chinon, 183B 5 à 19 : grenier à sel de La Haye, 187B 14 à 239 : grenier à sel de Richelieu. Ces documents concernent le xviiie siècle entre 1720 et 1789 mais avec des lacunes ; les différentes liasses, en grand désordre, n'ont pas encore été inventoriées mais un répertoire est désormais disponible. Tous les actes étudiés sont compris dans ces liasses et les références précises ne seront pas redonnées à chaque occasion. En effet, si le corpus est important, les indications sur l'habitat sont relativement rares et sont peu développées dans chaque acte, la collecte relève d'une opération de « glane ». Malheureusement les archives des greniers angevins n'ont pas été conservées.

5 Bretéché, Laurent, Le Grenier à sel de Richelieu et le faux-saunage : gabelle, gabelous et faux-sauniers 1727-1750, mémoire de maîtrise, Université de Tours, 1992.

6 Huvet-Martinet, Micheline, « Faux-saunage et faux-sauniers dans la France du Centre et de l'Ouest à la fin de l'Ancien Régime, 1764-1789 », Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, 1978, t. 85, n° 3, p. 377- 400 et n° 4, p. 673-694.

7 Maillard, Brigitte, Les Campagnes de Touraine au xiiie siècle. Structures agraires et espaces économiques, Rennes, PUR, 1998, chap. 5.

8 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, C 337.

9 Pour les paroisses rurales du grenier à sel de Chinon : 1890 ha ; si l'on ôte les grands finages du plateau de la forêt de Chinon, 1420 ha ; 1830 ha pour le grenier à sel de La Haye ; 1150 ha pour celui de Richelieu. Le calcul reprend la superficie des communes actuelles, sauf autour de Chinon où quelques paroisses ont été supprimées.

10 Dupâquier, Jacques, La Population rurale du bassin parisien à l'époque de Louis XIV, Paris, EHESS, 1979, p. 156. Il indique aussi que d'après la carte de Cassini, pour un tiers des communes de l'ensemble de la généralité de Tours (la Touraine en constituant environ le quart), on compte neuf lieux et plus habités dans un rayon de 1 km autour du clocher.

11 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, L 252.

12 Dupâquier, Jacques, « Habitat rural et démographie. L'exemple de l'Île-de-France », Annales de Démographie Historique, 1975, p. 65

13 Un pied fait 30,5 cm.

14 Les pressoirs domestiques sont très nombreux : dans la pratique, la Touraine ignore la banalité de cet équipement.

15 Un acte mentionne la présence d'un fusil accroché à une poutre, chez un paysan qui possède par ailleurs une « halbarde ».

16 Ainsi la banalité du four apparaît bien comme rare.

17 Lorsque les habitants du lieu refusent d'ouvrir, les gardes doivent solliciter des officiers du grenier la convocation d'un serrurier qui procédera à l'ouverture des portes.

18 Il existe un vrai paysage de bocage dans le Chinonais, dans le Verron qui s'étend en forme de triangle, entre Loire et Vienne. Très peu de procès-verbaux de gardes concernent cette zone.

19 Quéniart, Jean, Le grand Chapelletout. Violence, normes et comportements dans la Bretagne rurale au xviiie siècle, Rennes, Apogée, 1993.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540