Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Cinquième partie. La maison et son environnement

La place du loch dans l'exploitation agricole traditionnelle de Basse-Bretagne. Organisation structurelle et analyse structurale

Jean-François Simon

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le mot loch que j'emploie ici d'une manière générique me sert à désigner les constructions d'apparence sommaire que l'on voyait, il y a encore 20 ou 30 ans, dans les campagnes bretonnes au voisinage des fermes et qui servaient à remiser du matériel agricole ou des récoltes (fig. 1).

  • 1 D'après Bernard Tanguy, « les mots log et loch n'auraient de rapport que sémantique. Alors que cel (...)
  • 2 Guilcher, André, « L'habitat rural à Plouvien », dans le Bulletin de la Société Archéologique du F (...)
  • 3 Altération, selon Bernard Tanguy, de labig-stem. Cf. « Les activités textiles dans la nomenclature (...)
  • 4 Tanguy, Bernard, « La maison et ses dépendances », op. cit.
  • 5 Notamment Roparz Hemon, Geriadur Istorel ar Brezhoneg. Dictionnaire historique du breton, Plomelin (...)

2D'autres termes sont également employés pour dénommer ce type de construction, à savoir : lochenn ; lonch ou lonchenn ; log, logell ou logenn 1 ; lab, labig, lapenn (à Plouvien2) ; lobitern (à Plouzané3) ; galeri4 ; enfin lojell ou lonchell. Les dictionnaires que j'ai consultés traduisent les uns et les autres par « hutte » ou par « cabane5. » En fait, tous ces mots peuvent recouvrir des réalités qu'il faut commencer par préciser.

  • 6 D'après Dom Le Pelletier, dans Roparz Hemon, op. cit., p. 1804.
  • 7 Voir à ce propos Le Couédic, Daniel, Trochet, Jean-René, L'Architecture rurale française. Bretagne (...)

3Il convient en effet d'établir une distinction entre tous les bâtiments ainsi désignés d'abord sur la base de la destination qui leur est donnée : il en est qui sont à usage d'habitation et d'autres qui sont à usage d'exploitation. Parmi les premiers, qualifiés de « loges » en français, de « logettes » dans les documents d'Ancien Régime, certains sont temporaires : ainsi ceux que l'on construisait au xviiie siècle pour servir d'abri momentané aux gardiens de troupeaux ou pour loger provisoirement, dans les courtils ou dans les vergers, les gardes chargés d'y surveiller les toiles ou les fruits au moment de la récolte6. Des loges dont il existait encore quelques traces au moment de la Deuxième Guerre mondiale, ont pu constituer des habitations principales pour quelques marginaux du monde rural7.

  • 8 Fournier, Louis, Monographie géographique de la commune de Bulat-Pestivien. Saint-Brieuc, Les Pres (...)

4D'autres lochou ou lochennou, etc., sont à usage d'exploitation. La mention qui est faite de la destination de certains de ceux-ci incite à procéder, du point de vue des utilisateurs eux-mêmes, à une nouvelle subdivision de ce deuxième groupe : la précision la plus fréquente est celle de loch-karr ou de lab-karr ou de loch ar c'hirri, c'est-à-dire de « cabane à charrette(s) », voire de « galerie à voitures 8 », autrement dit de « hangar » ; dans ce cas, l'affectation des bâtiments ainsi désignés est clairement définie.

5Cependant, c'est le bâtiment temporaire d'exploitation que ne vient distinguer aucune destination particulière qui fait présentement l'objet de ma communication. C'est un bâtiment que l'on peut qualifier d'archaïque, adjectif qu'il faut comprendre non pas au sens d'ancien, mais de primitif quant à son aspect et de rudimentaire en ce qui concerne les techniques mises en œuvre pour sa réalisation. Je vais commencer par en donner une description, en singularisant cette construction du bâtiment destiné à abriter une charrette que, une fois pour toute dans les pages qui suivent, je désigne par le mot français « hangar », à seule fin d'éviter les confusions. Dans la deuxième partie de mon exposé, je chercherai à trouver une explication à la persistance de cet abri archaïque dans une exploitation agricole qui n'arrête pas de se transformer, surtout entre la fin du xixe siecle et le début du xxe siècle.

Figure 1- Bâtiments d'exploitation à Goulven (Finistère) en 1979

Figure 1- Bâtiments d'exploitation à Goulven (Finistère) en 1979

Le loch, une construction archaïque

6Pour parvenir à une définition du loch, je me propose de faire une comparaison avec les autres bâtiments qu'une observation rapide a pu donner pour comparables mais qui sont en fait assez nettement différents, tant du point de vue de la morphologie que de la destination, je veux parler de ces « hangars » dont je viens de dire quelques mots.

7Il est vrai que les uns et les autres offrent certains points communs qui peuvent expliquer qu'il y ait pu avoir confusion. Ainsi en est-il du plan que tous les deux présentent à la base. Il est dans tous les cas quadrangulaire. Lorsque les extrémités du loch donnent l'apparence d'une extrémité arrondie, ceci n'est dû qu'à la disposition des pièces de charpente annexes qui, à la manière de la réalisation d'une toiture en croupe, prennent appui d'une manière oblique plus ou moins prononcée sur les pièces principales disposées quant à elles selon un plan au sol parfaitement quadrangulaire. Il peut même arriver que le loch revête extérieurement une forme conique mais ce n'est pas en raison d'une charpente montée en faisceau, cela résulte simplement de l'accumulation de végétaux sur la charpente ordinaire de ce type de construction. Les dimensions des lochennou comme celles des hangars peuvent être variables, avec cependant des valeurs se situant ordinairement aux environs de 5 mètres pour la longueur et de 2,50 mètres pour la largeur, mais il peut en avoir de bien plus importants. Voilà pour les ressemblances.

8Des différences existent cependant qui montrent qu'il s'agit de deux types de construction qu'il ne faut pas confondre : cela se manifeste essentiellement dans la manière dont est réalisé le toit. Dans le cas du loch, la construction se limite en fait à cet élément qui est directement posé sur le sol. Certes il arrive que les baliveaux formant fermes soient installés sur une base de pierres non maçonnées que l'on a simplement bloquées par de la terre mais le plus souvent ils reposent simplement sur des pierres plates ou sur des souches qui ont pour seul effet de les isoler de l'humidité du sol. D'autres fois encore, ils sont simplement posés à même la terre.

9Dans le cas du hangar, la charpente n'est jamais au contact du sol, mais elle prend appui sur des poteaux, en bois ou en pierre, selon un principe de construction qui doit également caractériser les « logettes sur pillotyes » que mentionnent les inventaires après décès du xviiie siècle. Le même principe de construction concerne aussi un bâtiment d'exploitation que l'on pourrait définir comme étant un sous-type de « hangar » : il s'agit d'un abri placé en position d'appentis et présentant dans ces conditions une toiture à un seul versant ; c'est un bâtiment que les lexicographes du xviiie siècle désignent explicitement par lab, ainsi selon Grégoire de Rostrénen (1732) : « Appentis, toit qui n'a de pente que d'un côté » ou, d'après Dom Le Pelletier (1752) : « Appenti servant de remise aux instruments de la maison rustique, aux charrettes, charuës, &c ». Bien que l'existence de poteaux ne soit jamais précisée dans ces définitions données du lab, le seul fait de pouvoir y ranger du matériel aussi conséquent que des charrettes semble cependant pouvoir faire admettre leur réalité. L'intervalle entre les poteaux peut être comblé, de manière à ce que le bâtiment paraisse être équipé de murs mais ces derniers ne sont que des murs écrans, en aucun cas des murs porteurs, puisque ce sont les poteaux qui reçoivent la charpente. Du genêt, des roseaux, des planches ou encore des mottes peuvent être utilisés pour combler les intervalles.

10Conséquence de ces caractéristiques, la charpente des hangars est toujours plus complexe, ne serait-ce qu'en raison de la nécessité de devoir l'assujettir convenablement aux piliers qui la soutiennent. La manière de réaliser la couverture paraît aussi devoir faire l'objet d'un traitement différent : le loch n'est couvert que de litière, c'est-à-dire du gouzel que l'on coupe sur les talus à la fin de l'été ; la couverture du hangar peut être davantage soignée, à la manière des toits d'habitation, par exemple à Plouzané en Bas-Léon, où la laîche est le matériau habituel de couverture : ce végétal est disposé en deux couches, la première est mise en vrac sur la charpente, la seconde est placée poignée après poignée, enfoncées dans la première couche au moyen d'une spatule (spañell), en commençant par le bas du toit pour progresser jusqu'au faîtage.

11Le loch est donc une construction d'apparence plus sommaire que celle du hangar : l'un et l'autre ne constituent pas deux variantes d'un même type, ce sont des bâtiments de deux types ou plutôt, si l'on adopte le point de vue des locuteurs- utilisateurs, de deux genres différents. Il n'y a pas lieu non plus d'envisager que le hangar puisse être le résultat d'une évolution technique qui aurait permis d'améliorer les principes de construction du loch. L'un et l'autre ont été, originellement, voulus différents.

12Que le loch ait conservé un caractère primitif ne veut pas dire qu'il ne soit pas fait appel pour sa réalisation un véritable savoir-faire... Au contraire, comme en témoignent les recommandations que l'on m'a dit devoir être suivies pour un montage efficace des fermes : les baliveaux en guise d'arbalétriers sont assemblés de manière à former une fourche à leur extrémité supérieure ; ils doivent être maintenus en cette position par une cheville en bois sec que l'on a pris soin d'humidifier avant la mettre en place, afin d'en obtenir un meilleur blocage. Un entrait maintient l'écartement des fermes, il est à son tour chevillé, d'abord sur l'un des baliveaux puis, positionné sur le second dans la position souhaitée ; les deux éléments sont finalement percés en même temps à l'aide d'une tarière et chevillés l'un à l'autre. En fait, si une évolution peut être décelée, elle ne concerne que le seul hangar, lequel semble avoir fait l'objet d'une modernisation progressive, comme cela s'est aussi produit pour l'appentis qui n'en constitue, comme on l'a dit précédemment, qu'un sous-type.

13Le hangar dans les nombreuses variantes que l'observation a permis de repérer est une construction que l'on a à l'évidence cherché à pérenniser ; plusieurs éléments en attestent La prise en compte de ces derniers permet sans doute d'établir un éventail typologique mais pourrait aussi porter témoignage d'une évolution chronologique que l'absence de repères datés ne permet cependant pas de donner avec certitude. Le souci de pérenniser la construction apparaît par exemple dans l'importance variable donnée aux éléments maçonnés : on trouve en effet des exemplaires qui possèdent soit un, soit deux murs goutter eaux, eux-mêmes complétés d'un, voire de deux murs pignons ; l'évolution est encore décelable dans la volonté manifeste de fermer le plus complètement possible le bâtiment. Je me demande d'ailleurs si les surprenantes constructions à pierres-debout de la région de Trégunc ne pourraient pas trouver leur origine dans un tel processus quand, partant de piliers régulièrement espacés, on en est venu à combler les intervalles initialement laissés entre eux par une succession de pierres jointives traitées de la même manière que les poteaux...

14En tout état de cause, le hangar ressemble de plus en plus à une grange, à tel point qu'il en emprunte parfois le nom : il arrive en effet qu'on le qualifie de greñch-piliri ou de greñh-karr. Ce n'est pourtant pas une grange : il garde la forme relativement allongée caractéristique du loch ar c'hirri et offre une large porte aménagée en pignon qui n'est, sinon jamais, du moins rarement équipée d'une huisserie car il faut bien que l'air continue de circuler pour assurer le séchage des véhicules qui y sont rangés. Ce qui est vrai d'une manière générale pour le loch ar c'hirri, l'est aussi pour le cas particulier du lab.

  • 9 Guilcher, André, op. cit., p. 73.

15Ce qui vient encore confirmer l'évolution subie par ce type de construction, c'est la disparition progressive du modèle « hangar sur piliers » ainsi que le fait remarquer André Guilcher à Plouvien où il note, autour de la Deuxième Guerre mondiale que de tels « abris ont été plus nombreux autrefois », constatant en effet qu'à cette époque « on les remplace peu à peu par des remises plus modernes9. » Par ailleurs, les changements qui affectent le hangar touchent en réalité l'exploitation agricole tout entière, entre la fin du xixe siècle et le début du xxe, quand, par exemple, l'ardoise vient remplacer le végétal dans la confection des couvertures : celle de la maison, celles des crèches et donc celle du hangar. Tous les bâtiments de l'exploitation sont concernés par l'utilisation de nouveaux matériaux, tous sauf le loch qui, soit dit en passant, n'a pas été remplacé par la grange : celle-ci n'est pas le résultat d'une amélioration technique qui aurait transformé les lochtnnou ; de construction généralement récente, la grange est venue s'ajouter au chantier rural. C'est cette situation qu'il faut maintenant essayer d'expliquer.

Malgré toutes ces transformations, la persistance du loch

  • 10 Id, p. 73.
  • 11 .Ibid.

16Le loch est un bâtiment rural auquel on n'a pas porté véritablement attention. Les premiers à s'en préoccuper et, pendant longtemps les seuls, ont été les géographes. Pour autant ils n'y ont vu comme le dit André Guilcher, qu'une « note locale assez pittoresque 10 » et ils n'ont pas manqué d'en déplorer l'insuffisance fonctionnelle : « On leur préférerait, fait encore remarquer André Guilcher, des bâtiments permanents 11 ».

17Ni les folkloristes, plutôt attentifs aux expressions de l'art populaire que ne manifestent pas particulièrement les lochennou, ni les architectes surtout sensibles à l'habitation qu'ils ne sont pas plus, ne se sont véritablement intéressés à de telles constructions, à telle enseigne que le fameux chantier d'Enquête d'Architecture rurale 1425 motivé par le Musée national des Arts et Traditions populaires n'a guère, par exemple, multiplié les relevés de tels bâtiments dont on sait pourtant l'importance qui était encore la leur, en Bretagne, à l'époque où l'enquête se fit

  • 12 « Les loges à sol surcreusé en Bretagne », n° 25, p. 47-52, lui-même extrait et traduit de Médiéva (...)

18La curiosité pour de telles constructions n'est venue que plus tard, au moment où elles commençaient à disparaître : ceci d'ailleurs explique sans doute cela. Le premier article dont j'ai connaissance et qui leur est consacré est dû à Gwyn I. Meirion-Jones ; il a été publié dans un numéro de la revue Archéologe en Bretagne, en 198012.

19Au-delà des descriptions qui en sont données, ici et là, c'est aussi la persistance d'un tel procédé de construction qui interroge ; les raisons qui sont avancées pour en donner une explication ne font en réalité que reprendre les arguments des utilisateurs : c'est d'abord le faible coût que représente la construction d'un tel bâtiment qui est avancé, puisque n'entrent en jeu dans sa réalisation que des produits « naturels » tirés du voisinage de l'exploitation ; il est aussi fait état des avantages que peut présenter un loch qui met par exemple les récoltes à l'abri des froids excessifs car la couverture végétale passe pour un excellent isolant thermique, ou qui les protège efficacement des rayons de lune pour peu que l'on ait pris la peine d'en obstruer soigneusement l'entrée. Ce sont surtout les pommes de terre qui bénéficient de tels avantages, y compris d'ailleurs les pommes de terre de sélection, au moment où cette production spécialisée démarre en Finistère-Nord, et ceci de l'avis même de l'expert :

  • 13 Tanguy, Marcel, Fin de campagne. Chronique d'histoire rurale en Basse-Bretagne (40 années d'activi (...)

« [le loch] était très apprécié pour sa fraîcheur en été et son excellente protection contre les froids de l'hiver. Il pouvait donc convenir à la conservation de la pomme de terre, du moins aussi longtemps qu'il fût nécessaire de recourir ainsi aux expedients 13 ».

20Pourtant de telles raisons, excellentes d'un point de vue utilitariste, ne parviennent pas à convaincre totalement André Guilcher note encore qu'à Plouvien,

  • 14 Guilcher, André, op. cit, p. 73.

« le nombre [des lochennou] ne varie pas en raison de la beauté de la maison et des dépendances permanentes : des fermes très bien installées par ailleurs en possèdent14 ».

21Il ajoute, dubitatif : « Ce qui montre qu'on s'en satisfait ».

22Il y a là une contradiction qu'il faut relever : quand on sait le souci que les paysans ont eu de moderniser avant toute chose l'appareil productif, au grand dam d'ailleurs de leurs épouses qui ont souvent dû attendre que ceci soit fait avant d'envisager de transformer leur intérieur, on ne comprend pas pourquoi subsistent aussi longtemps de tels bâtiments archaïques, y compris dans les exploitations les plus en vues, celles- là même qui auraient dû montrer l'exemple en même temps que leurs moyens :

An hini en 'eus, a ziskouez, dit le proverbe, Celui qui a, [le] montre.

23Y aurait-il alors d'autres raisons, moins fonctionnelles, à la persistance de ces bâtiments temporaires dans les exploitations agricoles modernisées à l'occasion de la première révolution agricole ? Pour tenter de répondre à cette interrogation, il faut peut-être aborder le problème d'une autre manière et reconsidérer dans un premier temps la place et le rôle du loch dans l'exploitation considérée dans son ensemble.

  • 15 Le Lannou, Maurice, Géographie de la Bretagne, Rennes, Plihon, 1950, p. 256.

24La maison paysanne est en effet au cœur d'un système de production dont elle constitue en fait le premier élément, mais elle est environnée d'un certain nombre de constructions qui complètent ou prolongent ses fonctions économiques. Une fois encore avant tout le monde, les géographes ont tenté de découvrir, non sans rencontrer quelque difficulté, comment était organisée l'exploitation agricole de Bretagne : « Il n'est pas commode, constate Maurice Le Lannou, de mettre un ordre dans la petite foule des bâtiments ruraux 15 ». Les seuls critères qu'ils ont retenus à cet effet sont, dans le prolongement de la tentative de classification qu'ils ont faite des maisons rurales, d'ordre économique et morphologique : ils ont ainsi théorisé des types d'exploitations « à cour fermée », « à cour ouverte », etc.

25Du moins ont-ils eu le mérite d'y regarder de plus près, ce qui n'a pas été spécialement le cas des autres approches, je veux parler de celle des folkloristes ou de celle des architectes qui ont surtout été préoccupés d'y repérer des qualités esthétiques : ou bien ils n'ont porté que peu d'attention aux différents bâtiments en raison de leur apparente banalité, ou bien ils n'ont considéré que leurs modes de groupement, le volume des ensembles, quand ils leur paraissaient harmonieux, sans véritablement chercher à comprendre la logique interne qui les gouvernait, c'est-à-dire d'une certaine manière, le point de vue de l'observé...

26En réalité, les bâtiments qui ont été progressivement construits autour du logis n'ont pas été installés au hasard mais dans une logique structurelle qui pourrait en couvrir une autre, « structurale », révélée par la mise en évidence du système d'opposition binaire qui paraît les caractériser. Le repérage d'une logique structurelle réclame plus qu'une simple prise en compte des bâtiments, de l'époque de leur construction, de leur allure, de leur emplacement même ; sa mise en évidence peut se faire à condition d'analyser les rapports fonctionnels que les différents bâtiments doivent entretenir avec les deux espaces de l'exploitation traditionnelle que sont la cour et l'aire à battre. C'est la permanence de ces rapports qui explique la disposition ordonnée du tout, qui montre qu'il n'y a rien d'arbitraire dans cette organisation, que l'exploitation n'est pas une simple addition totalement hasardeuse d'éléments divers.

Figure 2- Mescleuchou en Plouzané, dans les années 1950

Figure 2- Mescleuchou en Plouzané, dans les années 1950

27Chaque village a une histoire particulière qui lui donne une singularité dans un schéma qui reste général : ici, une maison neuve a été construite sur l'aire, dans l'alignement de l'ancienne, réduite du coup au rang de dépendance agricole. À ce détail près, le principe d'organisation de l'espace reste inchangé : l'aire (à l'est : à l'arrière-plan) et la cour (à l'ouest) sont séparées par une barrière dont l'ouverture et la fermeture permettent le contrôle rigoureux de la circulation des animaux.

28La cour est un espace plutôt destiné aux activités d'élevage : on y trouve le puits et l'auge servant d'abreuvoir, le tas de fumier à proximité de la porte des étables et des soues ; parce que les animaux peuvent y circuler en liberté dans l'attente de la stabulation, une couche de végétaux y est étalée pour pouvoir recueillir leurs déjections. L'aire où l'on battait les céréales avant l'intervention des moissonneuses- batteuses est donc l'espace plus spécialement réservé à la manipulation des récoltes et au rangement du matériel : on y trouve les granges et différents abris comme le hangar, les tas de paille et de foin. Entre les deux espaces dûment clos, le passage est sévèrement contrôlé par une barrière mobile que des générations d'enfants ont appris à surtout ne pas laisser ouverte après leur passage. Ainsi, l'emplacement retenu pour l'installation de nouveaux bâtiments au cours de l'histoire de chaque exploitation est choisi selon les fonctions qu'il lui faudra remplir (fig. 2).

  • 16 Laurent, Donatien et tréguer, Michel, La nuit celtique. Rennes, Terre de Brume, 1996, p. 113.

29Au niveau de l'analyse structurale, l'expérience physique que le paysan a de sa ferme me semble pouvoir participer modestement, à l'échelle du vécu quotidien, à cette « redéfinition dont parle Donatien Laurent, des grandes oppositions fondatrices (le haut et le bas, le clair et l'obscur, le sec et l'humide, etc.) 16 ».

30En effet, l'opposition de la cour et de l'aire va bien au-delà d'une différence fonctionnelle car elle met en évidence une structuration dualiste de l'espace dans une série d'oppositions dont voici quelques expressions, sachant qu'il existe deux schémas principaux suivis pour organiser les exploitations agricoles traditionnelles de Basse-Bretagne : ou la cour et l'aire se trouvent de part et d'autre de la maison, et dans ce cas l'une est au nord, l'autre est au sud, ou toutes les deux se situent devant la maison, et dans ces conditions, l'une est généralement à l'ouest, l'autre en conséquence plus souvent à l'est Ainsi :

  • 17 laurent, Donatien et tréguer, Michel, op. cit., p. 115.

31Ainsi le périmètre de chaque exploitation se trouve-t-il organisé en une série de couples opposés : à un espace chaud, haut, sec, etc., autrement dit l'aire à battre, s'oppose un espace froid, bas, humide, etc., c'est-à-dire la cour. C'est une traduction, dans l'expérience la plus quotidienne, de cette conception dualiste qui serait universelle, où à un « monde nocturne, lunaire, humide, froid, féminin, yin, s'oppose à un autre diurne, solaire, sec, chaud, masculin, yang17 ». En définitive, au-delà d'une logique structurelle empiriquement observable, l'analyse structurale que l'on peut proposer de l'exploitation agricole traditionnelle permet de rendre compte de la manière dont, plus généralement, le monde dans son ensemble est mis en ordre, symboliquement.

32C'est peut-être dans cette organisation symbolique du monde qu'il faut rechercher, du moins en partie, une autre explication à la persistance d'une construction aussi sommaire que le loch dans une exploitation dont on peut dire qu'elle a toujours connu de sensibles transformations, même si celles-ci furent surtout importantes au moment de la première révolution agricole. Il me semble en effet se dessiner autour de la persistance de cette construction « archaïque » un écheveau de significations dont il n'est pas facile, il est vrai, de démêler tous les fils. Cependant...

33Alors que la femme opère surtout dans la cour où elle vaque aux soins à donner aux animaux dont elle s'occupe plus particulièrement, c'est-à-dire les vaches et les porcs, l'homme a surtout à faire sur l'aire où est entreposé l'essentiel du matériel agricole dont il a la charge de l'entretien et où il doit s'employer à engranger les récoltes : la construction du loch est donc son affaire, dans tous les sens du terme. De fait, tandis que pour tous les autres bâtiments édifiés sur son exploitation, le paysan fait appel aux compétences de professionnels, celles de maçons, de charpentiers et de couvreurs, il construit lui-même ses lochennou mais, pour ce faire, il met en œuvre des matériaux et des modes de construction d'un niveau technique globalement et durablement dépassé : c'est ce qui donne à l'abri ce caractère primitif et rudimentaire évoqué précédemment

  • 18 Tanguy, Bernard, « La maison et ses dépendance », art. cit.

34Au-delà du simple exercice technique que représente la construction d'un loch, on peut alors se risquer à avancer l'idée que, par cet acte de bâtir, le paysan entre en réalité dans un véritable processus rituel. Ceci peut déjà être suggéré par la forme qu'il donne au bâtiment et qui se limite à un toit, forme qui ne peut manquer d'être symboliquement importante aux yeux du Breton puisqu'il désigne en effet sa demeure par le mot ti, apparenté au latin tectum « toit »18. La rusticité que manifeste la construction, notamment par les matériaux mis en œuvre, me paraît aussi pouvoir être considérée comme une expression culturelle locale du mythe de la maison primitive, au sens de maison des origines, dont on sait depuis les travaux de Joseph Rykwert qu'il est quasi universel :

  • 19 Rykwert, Joseph, La Maison d'Adam au paradis, Paris, Éditions du Seuil, 1976, p. 229.

« Tous les peuples de tous les temps paraissent avoir été préoccupés par ce thème [de la maison première], et le sens attribue à cet objet complexe ne semble guère s'être modifié selon les pays et les époques 19 ».

  • 20 Laurent, Donatien, « La Troménie de Locronan. Rite, espace et temps sacré », dans Saint Ronan et l (...)

35Et Joseph Rykwert de démontrer comment, aussi loin que l'on remonte dans le temps, les théoriciens de l'architecture, de Le Corbusier à Vitruve, se sont posés la question de la maison originelle. Il donne aussi de nombreux exemples de construction de cabanes à caractère rituel, comme par exemple celles dressées à l'occasion des réjouissances plébéiennes des Neptunalia dans la Rome antique, que Donatien Laurent met d'ailleurs en parallèle avec la quarantaine de huttes également disposées sur le parcours de la troménie à Locronan pour abriter « chacune la statue d'un saint sortie pour huit jours de l'église ou des chapelles (du lieu) et des paroisses environnantes 20 ».

  • 21 Rykwert, Joseph, op. cit., p. 162.
  • 22 Id., p. 215.
  • 23 Ibid., p. 218.

36Joseph Rykwert pense que ce caractère « autre » de la cabane, c'est-à-dire différent de celui des demeures habituelles à l'époque et au lieu de culte (par exemple par l'emploi exclusif du végétal au lieu du minéral devenu par ailleurs d'un usage ordinaire), rend ce type de construction « à la fois intemporelle et immortelle 21 ». C'est alors, de son point de vue, « une tentative cosmogonique de renouveler le temps en recréant les conditions qui étaient au commencement 22 » et dans ces conditions il lui paraît que dans les rites où elle est pratiquée, « la reconstruction de cabanes primitives semble annoncer un cycle nouveau 23 ».

  • 24 Guilcher, André, op. cit., p. 73.
  • 25 Rykwert, Joseph, op. cit., p. 231.

37Or, André Guilcher fait précisément remarquer que dans les fermes de Plouvien, de tels « abris sont généralement (mais pas toujours) refaits tous les ans, dans un coin de l'aire, après les battages 24 ». Le paysan breton qui construit lui-même son loch, qui inclut cette opération dans un cycle calendaire, qui, par ce renouvellement constant, confère à un tel abri temporaire un caractère paradoxalement pérenne, n'a évidemment pas conscience de la dimension rituelle que peut revêtir son entreprise. Ce sont les significations dont cette dernière est porteuse qui permettent en définitive d'avancer l'hypothèse que, pour assurer le succès de son activité nourricière, il paraît falloir au paysan reproduire symboliquement les conditions de l'installation première mythique, au moment précis de recommencer une nouvelle année culturale : la reconstruction d'un loch peut alors tenir lieu de véritable rite fondateur, « comme un souvenir enfermant une garantie de renouveau 25 ».

*

38La deuxième révolution agricole a eu raison des lochennou qui ont, depuis les années 1970, totalement disparu du paysage rural bas-breton. À lui seul, ce fait témoigne des mutations, profondes, enregistrées par l'agriculture ces trente ou quarante dernières années. Dans l'exploitation agricole traditionnelle, l'aire à battre était un espace prestigieux, quasi « sacré », porteur des espoirs de récoltes mais elle perd bientôt ce rôle premier. Un moment retardée par la construction d'un imposant hangar agricole pour y abriter la paille et le foin, sa déchéance apparaît cependant inéluctable : ainsi les bâtiments temporaires qui s'y trouvent ne sont bientôt plus entretenus et ne servent plus qu'à offrir un toit, désormais précaire, à un matériel devenu obsolète qui achève de s'y disloquer...

  • 26 Guillou, Anne, Les Femmes, la terre, l'argent. Guiclan en Léon, Brasparts, Beltan, 1990, p.86.
  • 27 id, p. 85.

39Le bon ordre du monde tout autant social que symbolique est rompu. Le prestige du travail masculin dans le cadre de l'exploitation s'en trouve immanquablement altéré. Sans doute l'homme reste-t-il cultivateur, « tant la culture absorbe son temps et son énergie26 », mais voici venir pour reprendre le mot de Anne Guillou, le temps de « l'avènement des agricultrices 27 », événement qui se traduit dans le cadre spatial de l'exploitation par un déplacement du centre de gravité de cette dernière, du côté de la cour.

  • 28 Ibid., p. 133.

40Le mot français est désormais couramment utilisé pour qualifier ce qui était l'aire à battre (al leur) située devant la maison, rendant d'ailleurs incompréhensible à l'enquêteur non averti de ces questions linguistiques le sens de la disposition initiale. Sans doute la maison neuve, elle-même « œuvre de femme »28 est-elle construite à l'écart du noyau initial de l'exploitation, mais elle garde une position qui permet de contrôler l'accès à la cour et aux bâtiments d'élevage, eux-mêmes témoins d'une activité naguère strictement féminine, où c'est désormais à l'homme de trouver sa place.

41Une étude reste à faire pour découvrir si, dans le cadre spatial de la ferme devenue « exploitation », l'ordre du monde, c'est-à-dire cette mise en relation symbolique de deux principes fondateurs à la fois opposés et complémentaires, a été rétabli.

Notes

1 D'après Bernard Tanguy, « les mots log et loch n'auraient de rapport que sémantique. Alors que celui-ci est un emprunt au fr. loge (d'un germanique laubja « cabane de feuillage »), le premier en vbr. loc, procéderait du latin locum « lieu », dans « La maison et ses dépendances », Ero Nevez, n°8, n. d., n. p.

2 Guilcher, André, « L'habitat rural à Plouvien », dans le Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, tome LXXV, 1949, p. 26-98, p. 71, note 1.

3 Altération, selon Bernard Tanguy, de labig-stem. Cf. « Les activités textiles dans la nomenclature toponymique en Basse-Bretagne », dans Bretagnes. Art, négoce et société de l'Antiquité à nos jours. Mélanges offerts au professeur Jean Tanguy, Brest, Association des Amis de Jean Tanguy, 1996, p. 23-37, p. 27.

4 Tanguy, Bernard, « La maison et ses dépendances », op. cit.

5 Notamment Roparz Hemon, Geriadur Istorel ar Brezhoneg. Dictionnaire historique du breton, Plomelin, Preder, 1979-1981 [2e édit.].

6 D'après Dom Le Pelletier, dans Roparz Hemon, op. cit., p. 1804.

7 Voir à ce propos Le Couédic, Daniel, Trochet, Jean-René, L'Architecture rurale française. Bretagne, Paris Berger-Levrault, 1985.

8 Fournier, Louis, Monographie géographique de la commune de Bulat-Pestivien. Saint-Brieuc, Les Presses Bretonnes, 1934, p. 53.

9 Guilcher, André, op. cit., p. 73.

10 Id, p. 73.

11 .Ibid.

12 « Les loges à sol surcreusé en Bretagne », n° 25, p. 47-52, lui-même extrait et traduit de Médiéval Research Group, 1978.

13 Tanguy, Marcel, Fin de campagne. Chronique d'histoire rurale en Basse-Bretagne (40 années d'activité : 1942 - 1982 dans la production du plant sélectionné de pomme de terre), Spézet, Keltia, 1986, p. 116-117

14 Guilcher, André, op. cit, p. 73.

15 Le Lannou, Maurice, Géographie de la Bretagne, Rennes, Plihon, 1950, p. 256.

16 Laurent, Donatien et tréguer, Michel, La nuit celtique. Rennes, Terre de Brume, 1996, p. 113.

17 laurent, Donatien et tréguer, Michel, op. cit., p. 115.

18 Tanguy, Bernard, « La maison et ses dépendance », art. cit.

19 Rykwert, Joseph, La Maison d'Adam au paradis, Paris, Éditions du Seuil, 1976, p. 229.

20 Laurent, Donatien, « La Troménie de Locronan. Rite, espace et temps sacré », dans Saint Ronan et la Troménie, Brest, 1995, p. 25.

21 Rykwert, Joseph, op. cit., p. 162.

22 Id., p. 215.

23 Ibid., p. 218.

24 Guilcher, André, op. cit., p. 73.

25 Rykwert, Joseph, op. cit., p. 231.

26 Guillou, Anne, Les Femmes, la terre, l'argent. Guiclan en Léon, Brasparts, Beltan, 1990, p.86.

27 id, p. 85.

28 Ibid., p. 133.

Table des illustrations

Titre Figure 1- Bâtiments d'exploitation à Goulven (Finistère) en 1979
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11730/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 2- Mescleuchou en Plouzané, dans les années 1950
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11730/img-2.png
Fichier image/png, 1,4M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11730/img-3.png
Fichier image/png, 240k

Auteur

Professeur d'ethnologie, CRBC-univrsité de Bretagne occidentale

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540