Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Cinquième partie. La maison et son environnement

Couderc, quéreux, placître. L'assiette des « villages » dans la France de l'Ouest

Jean-René Trochet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Ainsi les hameaux-rangées bretons, décrits par André Meynier et ses élèves. Meynier, André, « La g (...)
  • 2 Bonnaud, Pierre, « Recherches empiriques et géohistoriques sur l'habitat villageois en Brivadois » (...)
  • 3 Derruau, Max, La Grande Limagne auvergnate et bourbonnaise, Grenoble, Imprimerie Allier, 1949, p. (...)
  • 4 Charbonnier, Pierre, « Les Communautés à plusieurs étages en Auvergne et Bas-Limousin », Flaran 4, (...)

1Les géographes de la première moitié du xxe siècle se sont efforcés d'établir des plans-types d'agglomérations rurales. Mais cet effort s'est surtout appliqué aux bourgs et aux chefs-lieux de communes des contrées d'habitat groupé. Sauf pour des formes exceptionnelles1 il n'a jamais été tenté pour les groupements inférieurs, tant dans les zones d'habitat groupé que dans celles d'habitat dispersé. En outre, la terminologie officiellement adoptée pour nommer ces groupements a été discutée. Pierre Bonnaud a critiqué ainsi l'application indistincte du mot hameau, d'origine normande, à la désignation de tous les types de groupements les plus petits2, et Max Derruau avait cru bon d'enrichir ou de préciser à juste titre le contenu des mots en distinguant ainsi le village, caractérisé par les éléments ou les formes de vie communautaire qu'on y trouvait, du hameau, où ces éléments et ces formes n'existaient pas3. Cette distinction a été reprise dans l'ensemble par Pierre Charbonnier, même s'il ne fait pas siennes les nuances que donne Max Derruau aux deux mots, lorsqu'il identifie une France « des communautés de hameaux », qui s'étendait d'une façon plus ou moins continue du Gévaudan à la Bretagne 4.

  • 5 Fel, André, « Les villages d'Auvergne. Notes de géographie humaine », Revue de géographie de Lyon,(...)

2Ces imprécisions dans la dénomination des groupements les plus petits se retrouvent aussi dans celle des éléments qui les composent, ce qui rejoint le problème de leur description. Dans l'Ouest, le Centre, le Massif central et le Sud-Ouest, les recherches ont ainsi identifié depuis longtemps des espaces situés au centre, en bordure ou à proximité de certaines agglomérations rurales les plus petites, et ayant appartenu dans de nombreux cas en commun aux habitants de celles-ci. Or ces espaces ont été parfois rapprochés les uns des autres sans qu'une analyse détaillée vienne fonder ce rapprochement. André Fel assimilait par exemple le couderc auvergnat à l'usoir lorrain ou au queyriau du Berry ou du Poitou5, mais nous verrons que ce dernier désignait dans l'ensemble, du moins aux xixe et xxe siècles, une réalité assez différente du premier. Nous nous proposons donc d'effectuer une reconnaissance de ces espaces dans la France des « communautés de hameaux » au sens où l'entendait Pierre Charbonnier, principalement à travers les publications des géographes et en partant donc de la situation actuelle ou sub-actuelle. Pour cela, nous garderons au mot « village » le sens qu'il avait récemment encore dans une partie des régions citées et qu'on peut résumer à peu près ainsi : une petite agglomération rurale possédant un nom, comprenant le cas échéant quelques maisons non proprement paysannes, dont l'unité était ressentie par les habitants, et pouvait s'exprimer notamment par des lieux ou des constructions à caractère communautaire (calvaire, chapelle, mais aussi pâturage, puits, fontaine, mare, etc.).

3Entre le Massif central et la Bretagne, les textes de l'Ancien Régime, les documents cadastraux, les enquêtes contemporaines et les toponymes révèlent trois noms principaux qui s'appliquaient à des espaces situés au cœur ou à proximité des « villages », et parfois des unités d'exploitation isolées : le couderc, le quéreux et le placître. Que recouvraient au juste ces noms ? Désignaient-ils ou non des espaces comparables, et dans le premier cas indiquaient-ils ou non une dissociation entre dénominations d'un côté, fonctions et usages de l'autre ? Possède-t-on des éléments qui nous permettent de retracer l'évolution des espaces qu'ils désignent ? Même si notre documentation nous permettra surtout de répondre mieux à la première question, elle pourra peut-être apporter aussi quelques éléments de réponse aux deux autres.

Le couderc

  • 6 Fel, André, « Les villages d'Auvergne... », art. cit., p. 165.
  • 7 Deffontaines, Pierre, Les Hommes et leurs travaux dans les pays de la Moyenne-Garonne, Lille, Sili (...)

4Le mot couderc était utilisé en Auvergne et dans une partie du Massif central pour désigner l'espace collectif et communautaire du « village» proprement dit. Cette caractéristique avait une traduction juridique et administrative précise, car les coudercs étaient, et restent parfois, des biens sectionaux. Vers l'est et vers le sud, variantes phonétiques et orthographiques incluses, on retrouvait le mot jusque dans le Forez d'un côté – où l'espace désigné se nommait cohart ou couard6 – et dans le Quercy et l'Albigeois de l'autre. Autour de Caylus, Deffontaines notait que de « nombreux masatgés sont munis d'un grand coudert communal, souvent protégé par de vieux chênes 7 ».

  • 8 Fel, André, « Les villages d'Auvergne... », art. cit., p. 166.
  • 9 Ombret, A., « L'habitat rural en Bas-pays limousin », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ou (...)
  • 10 Carron, M-A., « Les communaux dans le bocage marchois, » Acta geographica, fasc. 49, 1964, p. 3-11 (...)

5D'étendue variable à l'époque contemporaine, les coudercs présentaient aussi plusieurs dispositions. Bs pouvaient se trouver au centre de la petite agglomération, et dans ce cas se présentaient souvent comme un élargissement du chemin d'accès au « village », mais souvent, comme l'écrivait André Fel pour l'Auvergne, « le village semble niché en bordure de son couderc qui s'étale largement à l'extérieur en pénétrant toutefois par petits coins herbeux jusqu'au cœur de l'agglomération 8 ». Ces deux dispositions principales se rencontraient également dans le Limousin 9 et dans la Marche10, qui étaient les deux provinces les plus occidentales où le mot couderc était utilisé.

  • 11 Chassaigne, A., Les Communautés de famille en Auvergne, Paris, Arthur Rousseau, 1911, p. 168, rite (...)
  • 12 Fel, André, « Les villages d'Auvergne... », art. cit., p. 166.
  • 13 Von Wartburg, Walther, Französisches Etymologisches Wörterbuch, livret n°36,1971, p. 1258.
  • 14 Fel, André, « Les villages d'Auvergne... », art. cit, p. 168.
  • 15 Charbonnier, Pierre, Une autre France : la seigneurie rurale en Basse-Auvergne du xive au xvie siè (...)

6L'usage le plus souvent cité de cet espace par les auteurs était celui d'un lieu de pâturage destiné aux bovins. Même si l'information mériterait d'être confirmée, Deffontaines opposait ainsi les « villages » à couderc du Quercy à ceux des zones de cette province où dominait l'élevage ovin, et dans lesquelles cet espace n'existait pas. À côté de cette fonction principale, les auteurs en ont recensé d'autres qui relèvent de plusieurs registres. Dans certaines communautés familiales agricoles, le couderc servait de lieu de rassemblement des hommes et des animaux avant le départ au travail, comme dans la fameuse communauté des Pinon, installée près de Thiers11. Il recevait souvent aussi un certain nombre de constructions et d'installations collectives, qu'il est encore possible de repérer çà et là dans les « villages » : four à pain, abreuvoir, fontaine ou puits, « travail » à bœufs, et dans le sud de l'Auvergne, où « le battage s'est longtemps fait en plein air », il logeait « les dalles d'ardoise de l'aire à battre 12 ». Le couderc était également un lieu de sociabilité et d'expression communautaire au sens large : on y trouvait calvaires et statues, et parmi les mots et les significations dérivés que Von Wartburg rapproche de couderc, on relève le mot cautère, qui désignait un « groupe de personnes causant dans la rue, sur la place » ou « la visite faite le soir13 ». Par ailleurs, la pratique d'y planter des chênes, attestée de façon sporadique du Quercy à l'Auvergne, recoupait parfois une importante fonction communautaire : l'élection du chef de certaines communautés familiales se faisait « sous le grand chêne du couderc 14 ». Au Moyen Âge, une autre fonction de régulation collective a été notée par Pierre Charbonnier, car le couderc servait alors parfois aux assises de la justice seigneuriale15.

  • 16 La première mention du couderc relevée dans la production « savante » est celle de l'article de Vi (...)
  • 17 Fel, André, Les hautes Terres du Massif central, Clermont-Ferrand, Paris, PUF, 1962, p. 39.
  • 18 Carron, M-A., « Les communaux... », art. cit., p. 6.
  • 19 .Ibid.

7Certains usages se superposaient évidemment les uns aux autres, mais il est impossible aujourd'hui d'établir une carte-type de la répartition synchronique de l'espace dans les coudercs, faute de monographies exhaustives sur ces derniers. Il est vrai qu'à l'époque des premières recensions16, réalisées à la fin du xixe siècle dans une optique principalement ethnographique, les coudercs avaient déjà perdu une grande partie de leurs fonctions. Leur grignotage par les riverains était d'ailleurs très net dès l'époque du premier cadastre en Auvergne 17 et dans la Marche, où ils firent « l'objet des premières appropriations paysannes18 » parmi les biens communautaires. Ces empiétements rendent compte de la taille très inégale de ces espaces, constatée un peu partout dès le début du xixe siècle, comme à Saint-Maurice-de-la-Souterraine (Creuse) où le cadastre de 1825 montre que le coudert de la Côte a encore plus de 10 ha, mais celui de La Bauche moins de un19.

  • 20 Fournier, Gabriel, « L'occupation du sol dans les montagnes d'Auvergne au Moyen Âge », Revue d'Auv (...)

8Cette évolution indique aussi que le destin des coudercs suivit celui des terres communautaires en général. Certaines de leurs fonctions ne peuvent d'ailleurs s'expliquer que dans le cadre de cette appartenance : celle de lieu de rassemblement, essentielle, était liée à la continuité spatiale entre le couderc et les autres espaces communautaires du « village », en général pâturages et lieux de cultures temporaires. Autrement dit, le couderc était un élément du dispositif global d'installation de l'agglomération et de l'organisation du finage villageois, et il pourrait avoir été lié aux origines mêmes de celui-ci : il semble appartenir en tout cas au mas auvergnat dès le haut Moyen Âge20.

  • 21 Zarka, Christian, L'architecture rurale française : Berry, Paris, Berger-Levrault, 1982, p. 24.
  • 22 Deffontaines, Pierre, Les Hommes et leurs travaux, op. cit., p. 81.
  • 23 Astoul, Guy, « Masages, villages et sociabilité en Quercy à l'époque moderne », dans : L'habitat d (...)
  • 24 Lartigaut, Jean, Les Campagnes du Queny après la guerre de cent Ans (vers 1440 - vers 1500), Toulo (...)

9D'autres espaces voisins ont été identifiés dans les contrées situés à la périphérie plus ou moins proche des régions où le mot couderc était en usage. Vers le nord, dans le Berry méridional au sud de la Creuse, les chemins qui traversent les « villages » s'évasent fréquemment en placettes collectives au centre de ceux-ci21, mais le mot couderc ne semble pas appartenir au vocabulaire de cette contrée, limitrophe des dialectes d'oc et des dialectes d'oïl. Dans le Quercy, au-delà de l'autre extrémité de l'extension du mot vers le sud, un espace villageois semble avoir été également assez proche du couderc sans en porter le nom : les textes, et semble-t-il les témoignages oraux contemporains, nomment cet espace du terme peu équivoque de patus. Le groupement des maisons du masage autour du patus commun était une disposition courante à l'époque contemporaine22, et on la repère auparavant dans les textes de l'époque moderne23. Antérieurement, elle semble provenir assez largement des accensements du xve siècle qui caractérisent la reconstruction des campagnes quercynoises. Dès cette époque, les patus quercynois possédaient plusieurs fonctions reconnues dans les coudercs : Jean Lartigaut nous informe en effet que le hameau rassemblait « quelques maisons autour d'un patus, d'une fontaine, d'un lac à abreuver et d'un four commun 24 ».

  • 25 Gay, François, La Champagne du Berry, Bourges, Tardy, 1967, p. 47.
  • 26 Gay, François, « La maison rurale à cour ouverte du Berry », Norois, n°63, 1969, p. 415-421, p. 41 (...)
  • 27 Gay, François, La Champagne du Berry, op. cit., p. 47.
  • 28 Vathaire de Guerchy, A. de, « Notice sur Treigny et la vie de nos ancêtres », Bulletin de la Socié (...)

10Au nord du Berry méridional, d'autres mots désignaient avec des nuances des espaces également proches du couderc, mais ils restent plus difficiles à saisir qu'en Auvergne et dans les contrées occitanes voisines : non seulement parce que ces dernières ont davantage tenté les chercheurs que les régions du Centre, mais aussi parce que dans celles-ci ces espaces semblent avoir perdu leurs fonctions plus tôt. Dans la Champagne du Berry, les chefs-lieux de communes s'organisaient souvent autour de la place qu'on appelait la commune25. Cette disposition pourrait avoir été présente dès l'origine du groupement car « la maison villageoise est fréquemment bâtie sur un chezal, que les textes (du Moyen Âge) définissent [...] comme l'espace nécessaire à la construction de la maison individuelle » ; et les chenaux étaient eux- mêmes « groupés autour d'un espace commun, pâture ou élargissement du chemin d'accès 26 ». Cela rappelait donc le patus des masages du Quercy ; mais comme pour ce dernier, rien ne permet de dire que le platiau et le chenal aient eu des fonctions aussi larges que le couderc et un rôle aussi important que lui dans la structuration du groupement et l'organisation de son finage. D'ailleurs, comme le notait François Gay, la commune de la Champagne berrichonne était « première propriété et parfois la seule de la collectivité 27 ». De l'autre côté de la Loire, dans certaines communes de la Puisaye, les chemins s'élargissaient parfois aux carrefours et au milieu des villages « et formaient des platiaux, étendue de terrains qui restaient incultes, servant de pacage aux bestiaux28 ». Encore largement reconnaissables aujourd'hui, les platiaux poyaudins comportaient souvent une mare commune et un puits qui, bien que situe parfois sur la propriété de l'un des habitants du hameau, était à la disposition de tous les habitants.

Le quéreux

11Le mot quéreux (écrit également quaireux) se rencontrait exclusivement dans les parlers d'oïl de l'Ouest – du Poitou, de l'Aunis et de la Saintonge –, mais aux confins nord-ouest de la Marche et du Berry on le trouvait sous la forme quéru. Autour d'Eguzon (Indre), plusieurs « villages » sont organisés autour de leur quéru, dont l'un porte précisément ce nom, qui se présente comme une assez vaste étendue herbeuse située au centre de la petite agglomération, entourée d'arbres et comprenant parfois puits et calvaire. Le quéreux est également présent dans la toponymie des Deux-Sèvres pour nommer des « villages ». Cette analogie extérieure avec le couderc ne permet cependant pas d'affirmer que ces mots désignaient des espaces comparables à celui-ci, et les contradictions relevées chez les auteurs au sujet du quéreux contrastent d'ailleurs avec la belle unanimité de ceux qui ont écrit sur le premier.

  • 29 Bouhier, Abel, « Les types de maisons à usage agricole sur la façade méridionale du Sud-Vendéen. E (...)
  • 30 Noguès, J-L-M, « Les habitations rurales d'autrefois en Saintonge et en Aunis », Société d'archéol (...)
  • 31 Ibid.
  • 32 Merle, Louis, La Métairie et l'évolution agraire de la Gâtine poitevine, de la fin du Moyen Âge à (...)
  • 33 Ibid., p. 195.
  • 34 Le Glossaire du Poitou, dt la Saintonge et de l'Aunis de Léopold Favre (Niort, Robin et Favre, 186 (...)

12En Vendée méridionale, Abel Bouhier décrivait bien le quéreux comme « une dilatation terminale du chemin d'accès ou comme une hernie de la voie de desserte 29 » ; mais pour cet auteur, le quéreux ne se rencontrait que dans les maisons paysannes les plus importantes – en gros la partie supérieure des borderies et les métairies, formant des unités d'exploitation généralement isolées, et non dans les petites, groupées le plus souvent dans les « villages ». Il s'agissait bien sûr d'une différence radicale avec les coudercs, qui n'étaient présents que dans les villages. D'autres auteurs indiquent toutefois que les maisons des « villages » avaient aussi leurs quéreux. En Saintonge et dans l'Aunis, l'abbé Noguès distinguait à la fin du xixe siècle le quéreux individuel, celui des fermes isolées ou indépendantes, et le quéreux commun des « villages »30. Le rôle de celui-ci était en particulier très net à l'île de Ré, où Noguès avait relevé un usage qui à notre connaissance n'a pas été recensé ailleurs : les très modestes maisons des « villages » dépourvues de cheminées auraient eu leur foyer installé dans le quéreux31. De même, les textes des xvie-xviie siècles consultés par le Dr Merle sur la Gâtine poitevine confirment que le quéreux, « qui prend souvent figure de place et d'où partent plusieurs chemins 32 », appartenait bien à l'organisation du « village » : les bâtiments des petites unités d'exploitation, les borderies, étaient « tous réunis sur le pourtour de la place ou quaireux du village33 ». Mais contrairement au couderc, le quéreux collectif des « villages » faisait plutôt partie du passé chez les auteurs des xixe et xxe siècles, y compris chez ceux des glossaires patois qui ne le mentionnent jamais dans ce sens34

  • 35 Bouhier, Abel, « Gaigneries et terroirs de hameaux dans le Sud-Ouest Vendéen », Norois, n°16,1957, (...)
  • 36 Bouhier, Abel, « Les types de maisons... », art. dt., p. 361.
  • 37 Ibid, p. 364.

13Les fonctions du quéreux semblent avoir été aussi moins variées que celles du couderc à l'époque contemporaine. La mention du premier comme lieu de pâturage n'apparaît pas explicitement chez ces auteurs. Abel Bouhier signalait bien que dans les hameaux à gagneries du Sud-Ouest de la Vendée, qui avaient conservé plusieurs traits d'archaïsme jusqu'au xxe siècle, il existait au siècle précédent une pièce de terre qui « servait de pâture commune et de clos où l'on rassemblait le bétail », mais la mention est isolée et le nom de l'espace n'est pas donné35. En fait, les descriptions parlent surtout du quéreux comme de l' « espace libre » qui entourait les bâtiments de la ferme, et non comme d'une pâture. Il aurait désigné plus les « aisances » des premiers qu'un espace affecté à des fonctions plus larges, tant dans les fermes isolées que dans les « villages », pour lesquels nous manquons d'informations. Ainsi, contrairement au couderc qui était souvent un espace autour duquel les bâtiments du « village » étaient construits, le quéreux des métairies poitevines se présentait plutôt, au contraire, comme une extension fonctionnelle des bâtiments à l'extérieur. Parfois creusé d'une mare à l'une de ses extrémités pour les activités d'élevage, il recevait aussi les gerbiers en son milieu lors des périodes de moisson36. Le caractère individuel du quéreux a d'ailleurs été clairement souligné par Abel Bouhier qui précisait que lorsque deux ou trois sièges d'exploitations différentes se touchent, leurs quaireux sont [...] juridiquement distincts 37 ».

  • 38 Rézeau, Pierre, Un patois de Vendée : le parler rural de Vouvant, Paris, C. Klincksieck, 1976, p. (...)

14Cette situation suggère que le quéreux aurait été moins lié que le couderc à l'organisation générale du « village » et de son fïnage, du moins à l'époque contemporaine, et en particulier qu'il n'aurait pas – ou plus – servi à rassembler les animaux avant leur départ pour les lieux de pâturage. Cela pourrait expliquer qu'il se confondit d'autant mieux avec les « aisances » des métairies, et que le mot quéreux aurait finalement rejoint le vocabulaire des abords et issues des fermes dans les parlers vendéens et poitevins. Les difficultés de repérage des quéreux des « villages » poitevins et saintongeais, voire celles de l'interprétation du mot par les auteurs contemporains, pourraient donc provenir de la transformation de cet espace au fil du temps. Ainsi, tandis que pour Abel Bouhier le quéreux avait une acception plus vaste que la cour, notion qu'il jugeait peu pertinente pour les grandes unités d'exploitation, le linguiste Pierre Rézeau notait au contraire qu'à Vouvant (Vendée) le mot n'était réservé qu'à celle-ci, les abords de la ferme proprement dits étant nommés les rues ou les mages38.

  • 39 Merle, Louis, La Métairie... op. cit., p. 82-83. Voir aussi Péret, Jacques, Les Paysans de Gâtine (...)
  • 40 Notamment H. Beauchet-Filleau, Dictionnaire géographique du département des Deux-Sèvres, Niort, L (...)

15Plus généralement, mais nous sommes ici dans le domaine des hypothèses, cette évolution pourrait témoigner de la disparition plus précoce de la « civilisation des villages » dans certaines parties du sud du Massif armoricain que dans l'ouest du Massif central. Nous manquons encore d'informations précises sur ce processus pluriséculaire, mais l'on sait qu'en Gâtine poitevine, du xvie au xviiie siècles, les créateurs de métairies annexèrent bien souvent les bâtiments des « villages » répartis autour de leur quéreux pour les transformer en unités d'exploitation uniques39 De façon révélatrice d'ailleurs, les répertoires et nomenclatures de noms de lieux poitevins des xixe et xxe siècles signalent aussi bien des hameaux que des fermes isolées portant le nom de quéreux 40 (variantes orthographiques incluses), ce qui, dans ce dernier cas, vient ajouter à la confusion déjà signalée au sujet de la signification exacte du mot.

  • 41 Bouhier, Abel, « Les types de maisons... », art. cit., p. 461 ; ibidem, « Les types de maisons...  (...)
  • 42 Gay, François, « La maison rurale... », art. cit., p. 419.
  • 43 Falguerolles, G. de, « Essai sur la formation des mazatges, des métairies et des bories dans le co (...)
  • 44 Fel, André, Les hautes Terres du Massif central, op. cit., p. 119-120.

16Ce mouvement ne fut pas propre à la Gâtine poitevine, car parmi les contrées qui nous intéressent il a été repéré aussi en Vendée méridionale41, en Champagne berrichone 42 et dans le Quercy43, avec une intensité qui resterait il est vrai à mesurer plus précisément. Même s'il fut loin de faire disparaître tous les « villages » de ces contrées, il eut cependant moins de vigueur dans les « villages » à coudercs de l'ouest du Massif central, qui se maintinrent avec une certaine vivacité jusqu'à l'époque contemporaine, et dont les fossoyeurs furent non les propriétaires des métairies des Temps modernes mais bien les villageois eux-mêmes, avides, on l'a vu, de se partager les terres communes jusqu'aux xixe et xxe siècles. Cette différence, qu'il est peut-être possible de rattacher à la moindre extension de la métairie aux Temps modernes dans le Massif central en général44, pourrait expliquer que le vocabulaire de cette dernière fut ici moins contaminé par celui des « villages » que dans le Centre-Ouest. Autrement dit, les usages respectifs du couderc et du quéreux au cours des deux derniers siècles auraient traduit une évolution divergente et plus ancienne dans l'histoire de la propriété rurale et de la structure agraire des deux ensembles régionaux. De fait, même si les exemples étudiés ne permettent pas une généralisation hors de propos, il en ressort toutefois que les deux mots ne désignaient pas, ou pas partout, les mêmes choses à l'époque actuelle et subactuelle. Comment situer le placître dans ce contexte ?

Le placître

  • 45 Godefroy, Dictionnaire de l'ancienne langue française, du ixe au xve siècle, t. VI, Genève, Slatki (...)
  • 46 Flatrès, Pierre, « Les placîtres en Bretagne », Geographia polonica, 38,1978, p. 89-95, p. 89.
  • 47 Ibid., p. 90.
  • 48 Simon, Jean-François, Le Paysan breton et sa maison, t. 2 : La Cornouaille, Douarnenez, éd. de l'E (...)
  • 49 Flatrès, Pierre, « Les placîtres... », art. cit., p. 90.

17L'aire du mot placître semble avoir recouvert en partie celle du mot quéreux, car le Dictionnaire de Godefroy mentionne son usage en Poitou au xvie siècle45. C'est cependant en Bretagne que cet auteur le signale comme étant « très utilisé ». Pierre Flatrès notait que le mot placître était employé en haute-Bretagne et avait pour équivalent le mot leurger en basse-Bretagne46. L'exemple le plus oriental de placître que mentionne cet auteur est celui de la commune de Fougerolles-du-Plessis47, dans le bas-Maine, mais ces espaces étaient connus à l'ouest jusqu'en Cornouaille48. Les placîtres étaient a priori plus proches des coudercs que des quéreux, en particulier parce qu'ils n'existaient pas dans les métairies, ce qui pourrait confirmer l'hypothèse d'une résistance de la « civilisation des villages » à la progression de ces dernières aux Temps modernes, au moins dans certaines régions. Cette analogie trouve une confirmation dans le statut de ces espaces qui, comme les coudercs, furent aussi des biens sectionaux 49 jusqu'à l'époque contemporaine. Et il est également possible de noter pour ceux-là l'évolution notée par divers auteurs pour les seconds : les placîtres firent aussi l'objet d'un grignotage de la part des habitants des « villages », trait qui explique les dimensions très inégales de ces espaces suivant les lieux. Pierre Flatrès opposait ainsi le placître du « village » de Montcomblet en Sains (Ille-et-Vilaine), qui mesurait une dizaine d'hectares, à la plupart des autres placîtres de haute-Bretagne. Mais quelques différences séparaient tout de même les deux espaces. La plus importante était sans doute que les chapelles, tant isolées que liées à un village, étaient et pour la plupart restent installées en Bretagne sur des placîtres ; à tel point qu'on associe parfois exclusivement ces derniers aux premières.

  • 50 Ibid., p. 93.
  • 51 Ibid., p. 92.
  • 52 Simon, Jean-François, Le Paysan breton... op. cit., p. 26.

18Les placîtres villageois étaient en outre le plus souvent de forme triangulaire, et plus fréquemment situés en position adjacente au groupement que les coudercs. Il était en effet exceptionnel que les premiers aient eu une position centrale par rapport au « village ». Comme le couderc également, et c'était sans doute aussi une de ses fonctions essentielles, le placître servait à assurer la « circulation entre le village et les autres terres communes 50 », même si l'usage de cet espace lui-même comme pâture semble avoir été très réduit dans les périodes récentes. En outre, il avait aussi une certaine fonction de service pour les bâtiments des fermes puisqu'il était en libre communication avec les cours et les issues du « village ». Plus anciennement enfin, il était également un lieu de sociabilité villageoise, « le théâtre de compétitions sportives entre jeunes du village 51 », de jeux divers et des feux de la Saint-Jean. De fait, pour Jean-François Simon, le placître contribuait en Cornouaille, où il était souvent parsemé de grands arbres, à renforcer la solidarité du hameau52.

  • 53 Flatrès, Pierre, « Les placîtres... », art. cit., p. 93.
  • 54 Ibid., p. 90.
  • 55 Pichot, Daniel, Le Bas-Maine du xeau xiiie siècle : étude d'une société, Laval, Société d'Archéolo (...)

19Pour Pierre Flatrès, le processus de grignotage mentionné plus haut aurait été lié à l'origine des placîtres puisque ces derniers seraient nés du le défrichement progressif des landes au contact desquelles le « village » se serait établi53 : le progrès des cultures aurait alors rendu nécessaire le maintien d'un diverticule de communication entre le « village » et les incultes communs. Le placître aurait donc été un espace contingent, non formalisé et susceptible d'être complètement effacé dans le cas d'une disparition totale des terres communes. Mais cette explication ne s'applique guère aux placîtres des chapelles, intègre mal les aspects sociaux de ces espaces, contredit quelque peu l'observation selon laquelle ils « sont toujours bordés de talus », ou clos par des murs de pierres sèches54, et néglige ainsi leur rôle dans l'organisation du « village ». Elle va peut-être aussi à l'encontre de l'origine du mot qui se réfère non à un lieu réductible, simplement dérivé d'usages et de pratiques agricoles, mais à un espace fixé d'avance et possédant un statut précis, comme le couderc. Dans certains textes manceaux du Moyen Âge il apparaît ainsi que les « villages » sont pourvus d'espaces nommés platea (d'ou dérive le mot placître) ou burguesia autour desquels sont installées les maisons, et dont les noms indiquent clairement qu'ils remplissaient des fonctions sociales au sens large55

20À l'inverse de ce que suggérait la comparaison entre le couderc et le quéreux à l'époque contemporaine, le chevauchement ancien signalé entre quéreux et placître en Poitou montre aussi que les mots désignant l'assiette des « villages » ont une histoire propre... si toutefois ces deux mots nommaient bien le même espace à une époque donnée. De même, les incertitudes qui subsistent sur l'extension et la signification exactes des placîtres villageois en Bretagne invitent pour l'instant à la prudence sur la relation précise entre le mot d'un côté, l'histoire foncière et la structure agraire de l'autre.

*

  • 56 Jud, J., « Mots d'origine gauloise ? », Romania, 52, 1926, p. 328-348, p. 331 ; et Walther Von War (...)
  • 57 Lambert, Pierre-Yves, La Langue gauloise, Paris, éditions Errance, 1994, et Delamarre, Xavier, Dic (...)

21Ces considérations nous conduisent à évoquer brièvement, pour conclure, quelques problèmes d'étymologie qui, à condition d'être manipulés avec les précautions qui s'imposent, peuvent contribuer à ouvrir des voies de recherche sur le problème des espaces des « villages ». Les mots chenal, platiau et placître sont dérivés du latin, respectivement de casalis pour le premier et de platea pour les deux autres. Le premier appartient au vocabulaire foncier et domanial qui est déjà largement fixé dès la période carolingienne, mais qui s'effaça du vocabulaire officiel et du vocabulaire courant de la plupart des régions dès la fin du Moyen Âge, sauf dans le Sud-Ouest. Le second fait au contraire partie du vocabulaire descriptif passé dans le vocabulaire courant officiel (la place) ou patoisant. On peut le rapprocher du mot quéreux issu du latin quadrivium, duquel dérive aussi le mot carroi très répandu autrefois dans la France de l'Ouest pour désigner un carrefour, et que les dictionnaires et glossaires régionaux assimilent parfois au quéreux. Contrairement aux deux autres cependant, le mot couderc ne dérive pas du latin, ne possède pas de parents dans la langue officielle et était exclusivement un mot de la langue d'oc. Pour Jud, suivi par Von Wartburg, il viendrait d'un gaulois cotericum qui aurait désigné un pâturage56. Cette étymologie n'est pas reprise par les celtisants contemporains, qui ne retiennent pas le mot couderc parmi les mots d'origine gauloise57. Mais son ravalement au rang des étymologies obscures ne s'oppose pas à l'hypothèse que l'origine du « village» pourrait s'enraciner en d'autres temps que ceux de la fin du haut Moyen Âge, dans certaines régions du moins.

Notes

1 Ainsi les hameaux-rangées bretons, décrits par André Meynier et ses élèves. Meynier, André, « La genèse du parcellaire breton », Norois, 52,1966, p. 595-610.

2 Bonnaud, Pierre, « Recherches empiriques et géohistoriques sur l'habitat villageois en Brivadois », Almanach de Brioude, 69e année, 1989, p. 207-246.

3 Derruau, Max, La Grande Limagne auvergnate et bourbonnaise, Grenoble, Imprimerie Allier, 1949, p. 61-62.

4 Charbonnier, Pierre, « Les Communautés à plusieurs étages en Auvergne et Bas-Limousin », Flaran 4, 1984, p. 209-214, p. 210.

5 Fel, André, « Les villages d'Auvergne. Notes de géographie humaine », Revue de géographie de Lyon, 28, 1953, p. 165-173, p. 166.

6 Fel, André, « Les villages d'Auvergne... », art. cit., p. 165.

7 Deffontaines, Pierre, Les Hommes et leurs travaux dans les pays de la Moyenne-Garonne, Lille, Silic, 1932, p. 81 et fig 4,.

8 Fel, André, « Les villages d'Auvergne... », art. cit., p. 166.

9 Ombret, A., « L'habitat rural en Bas-pays limousin », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, t. VIII, 1937, p. 164-183.

10 Carron, M-A., « Les communaux dans le bocage marchois, » Acta geographica, fasc. 49, 1964, p. 3-11, p. 6.

11 Chassaigne, A., Les Communautés de famille en Auvergne, Paris, Arthur Rousseau, 1911, p. 168, rite par Fel, André, « Les villages d'Auvergne... », art. cit., p. 168.

12 Fel, André, « Les villages d'Auvergne... », art. cit., p. 166.

13 Von Wartburg, Walther, Französisches Etymologisches Wörterbuch, livret n°36,1971, p. 1258.

14 Fel, André, « Les villages d'Auvergne... », art. cit, p. 168.

15 Charbonnier, Pierre, Une autre France : la seigneurie rurale en Basse-Auvergne du xive au xvie siècles, Clermont-Ferrand, Institut d'Études du Massif central, t. 1, 1980, p. 649.

16 La première mention du couderc relevée dans la production « savante » est celle de l'article de Vimont, « Études sur quelques expressions topographiques usitées en Auvergne », Revue d'Auvergne, t. 2, 1885, p. 113-121, p. 119.

17 Fel, André, Les hautes Terres du Massif central, Clermont-Ferrand, Paris, PUF, 1962, p. 39.

18 Carron, M-A., « Les communaux... », art. cit., p. 6.

19 .Ibid.

20 Fournier, Gabriel, « L'occupation du sol dans les montagnes d'Auvergne au Moyen Âge », Revue d'Auvergne, t. 66, 1952, p. 133-135 ; Coste, M-C, « L'occupation médiévale de la moyenne montagne cantalienne ; l'exemple de la commune de Collandre (Cantal) », 117e Congrès national des Sociétés savantes, Clermont-Ferrand, 1992, p. 203-207.

21 Zarka, Christian, L'architecture rurale française : Berry, Paris, Berger-Levrault, 1982, p. 24.

22 Deffontaines, Pierre, Les Hommes et leurs travaux, op. cit., p. 81.

23 Astoul, Guy, « Masages, villages et sociabilité en Quercy à l'époque moderne », dans : L'habitat dispersé dans l'Europe médiévale et moderne, Flaran 18,1999, p. 279-288, p. 281-282.

24 Lartigaut, Jean, Les Campagnes du Queny après la guerre de cent Ans (vers 1440 - vers 1500), Toulouse, Publications de l'université de Toulouse-Le Mirail, 1978, p. 77.

25 Gay, François, La Champagne du Berry, Bourges, Tardy, 1967, p. 47.

26 Gay, François, « La maison rurale à cour ouverte du Berry », Norois, n°63, 1969, p. 415-421, p. 418.

27 Gay, François, La Champagne du Berry, op. cit., p. 47.

28 Vathaire de Guerchy, A. de, « Notice sur Treigny et la vie de nos ancêtres », Bulletin de la Société Scientifique de,l'Yvonne, 1935, p. 76, note 48, cité par Jean-Paul Moreau, La Vie rurale dans le Sud-Est du Bassin parisien entre les vallées de l'Armançon et de la Loin, Paris, Les Belles-Lettres, 1958, p. 67.

29 Bouhier, Abel, « Les types de maisons à usage agricole sur la façade méridionale du Sud-Vendéen. Essai de classification », Norois, n° 63,1969, p. 334-385, p. 363.

30 Noguès, J-L-M, « Les habitations rurales d'autrefois en Saintonge et en Aunis », Société d'archéologie et d'histoire de la Charente-Maritime, t. XX, 1893, p. 91 -98, p. 93.

31 Ibid.

32 Merle, Louis, La Métairie et l'évolution agraire de la Gâtine poitevine, de la fin du Moyen Âge à la Révolution, Paris, Sevpen, 1958, p. 82,

33 Ibid., p. 195.

34 Le Glossaire du Poitou, dt la Saintonge et de l'Aunis de Léopold Favre (Niort, Robin et Favre, 1867), mentionne au mot quaireu : « terrain vague qui entoure une ferme », acception qui est donc très proche de celle que Bouhier donnait au nom, mais il n'en fait pas état pour les « villages ».

35 Bouhier, Abel, « Gaigneries et terroirs de hameaux dans le Sud-Ouest Vendéen », Norois, n°16,1957, p. 455-468, p. 457.

36 Bouhier, Abel, « Les types de maisons... », art. dt., p. 361.

37 Ibid, p. 364.

38 Rézeau, Pierre, Un patois de Vendée : le parler rural de Vouvant, Paris, C. Klincksieck, 1976, p. 156.

39 Merle, Louis, La Métairie... op. cit., p. 82-83. Voir aussi Péret, Jacques, Les Paysans de Gâtine au xviiiesiècle, La Crèche, Geste Éditions, 1998, p. 85.

40 Notamment H. Beauchet-Filleau, Dictionnaire géographique du département des Deux-Sèvres, Niort, L Clouzot, 1874, p. 213.

41 Bouhier, Abel, « Les types de maisons... », art. cit., p. 461 ; ibidem, « Les types de maisons... », art. cit., p. 361.

42 Gay, François, « La maison rurale... », art. cit., p. 419.

43 Falguerolles, G. de, « Essai sur la formation des mazatges, des métairies et des bories dans le consulat de Lempaut (Tarn) », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, t. X, 1939, p.5-29.

44 Fel, André, Les hautes Terres du Massif central, op. cit., p. 119-120.

45 Godefroy, Dictionnaire de l'ancienne langue française, du ixe au xve siècle, t. VI, Genève, Slatkine, 1982, p. 182.

46 Flatrès, Pierre, « Les placîtres en Bretagne », Geographia polonica, 38,1978, p. 89-95, p. 89.

47 Ibid., p. 90.

48 Simon, Jean-François, Le Paysan breton et sa maison, t. 2 : La Cornouaille, Douarnenez, éd. de l'Estran, 1988, p. 26.

49 Flatrès, Pierre, « Les placîtres... », art. cit., p. 90.

50 Ibid., p. 93.

51 Ibid., p. 92.

52 Simon, Jean-François, Le Paysan breton... op. cit., p. 26.

53 Flatrès, Pierre, « Les placîtres... », art. cit., p. 93.

54 Ibid., p. 90.

55 Pichot, Daniel, Le Bas-Maine du xe au xiiie siècle : étude d'une société, Laval, Société d'Archéologie et d'Histoire de la Mayenne, 1995, p. 381.

56 Jud, J., « Mots d'origine gauloise ? », Romania, 52, 1926, p. 328-348, p. 331 ; et Walther Von Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch, op. cit.

57 Lambert, Pierre-Yves, La Langue gauloise, Paris, éditions Errance, 1994, et Delamarre, Xavier, Dictionnaire de la langue gauloise, Paris, Errance, 2001.

Auteur

Professeur de géographie à l'université Paris 4-Sorbonne

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540