Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Cinquième partie. La maison et son environnement

Architecture et sociabilité dans les bourgs du bocage breton fin XVIIe-début XIXe siècle

Philippe Jarnoux

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Pour éviter les malentendus et les quiproquos, il faut commencer cette intervention par une très brève mise au point terminologique puisque, en Bretagne comme dans une partie des provinces voisines, les mots bourgs et villages ont des sens spécifiques et ambigus.

2Le terme bourg désigne l'agglomération qui, à l'intérieur de la trêve, de la paroisse ou aujourd'hui de la commune, contient les quelques bâtiments ou lieux publics et communautaires, l'église et le cimetière pour l'Ancien Régime, la mairie depuis le xixe siècle. Quand on parle de gros bourg, il s'agit en fait d'une agglomération, un peu plus importante en terme de population, une petite ville. C'est souvent l'échelon des chefs-lieux de canton actuels. Le mot village correspond lui à une agglomération d'habitations que l'on désignerait ailleurs sous l'appellation de hameau ou lieu-dit.

3Il y a donc un décalage sémantique avec le français normalisé ou normatif et une ambiguïté relative des termes, ambiguïté qu'on retrouve d'ailleurs dans la langue bretonne avec les termes bourc'h et ker et qui est aujourd'hui accrue encore par le fait qu'on utilise maintenant indistinctement le sens traditionnel des termes et leur sens dans un français normatif. L'analyse sémantique et lexicologique à elle seule serait certainement intéressante quant au regard que l'on porte sur l'habitat et le paysage mais ce n'est pas notre objet ici et je ne devierai pas du thème de ce colloque. Je tenais simplement à rappeler cette ambiguïté des mots pour bien préciser que quand je parle de bourg, il s'agit seulement des agglomérations centres de paroisse (et non pas de petites villes) et quand je parle de village, il s'agit de hameaux.

4Ceci étant posé, ce que je voudrais vous présenter tient en trois points. D'une part, une présentation de la forme des bourgs, une approche globale initiale relevant plus de l'analyse du paysage que de l'observation architecturale. D'autre part, dans un second temps, la mise en évidence des caractéristiques ou des spécificités architecturales de ces bourgs – car elles existent – et puis, en guise de conclusion, je m'interrogerai sur les liens envisageables entre ces caractéristiques architecturales des bourgs et les particularités de la sociabilité qu'on peut y rencontrer parfois.

La forme des bourgs

5La première question qu'on peut se poser est celle de savoir ce qu'est un bourg dans la Bretagne d'Ancien Régime ? Qu'est-ce que cette agglomération « minimale » dans un pays d'habitat dispersé ?

Une réalité générale

  • 1 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton de Saint-Brice-en-Coglès.
  • 2 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton de Montauban-de-Bretagne.
  • 3 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton de Hédé.
  • 4 Dépt Finistère, canton de Lannilis.

6Paradoxalement, il faut d'abord dire que le bourg apparaît comme une réalité générale, pratiquement indispensable et presque inhérente à la fois au paysage et aux structures sociales. Les paroisses sans bourg sont totalement exceptionnelles en Bretagne et très rares. Sur les 1 400 à 1 500 paroisses et trêves de la province, on ne trouve guère plus de quelques dizaines d'exemples sans bourgs. Il s'agit presque toujours de paroisses de très petite taille, de population très réduite, souvent aussi probablement de paroisses recentes, peut-être créées dans les derniers temps du Moyen Âge et qui, de ce fait, se sont individualisées plus difficilement, plus lentement et plus imparfaitement On trouve quelques exemples de ce type dans le pays de Rennes : Le Tiercent1, Le Lou-du-Lac2, Lanrigan3, parfois aussi dans de très modestes paroisses littorales où l'habitat est plus dense et très épars sur le territoire, comme à Trémenac'h, une paroisse aujourd'hui englobée dans la commune de Plouguerneau en Léon4.

7À l'exception de ces quelques cas très rares, toutes les paroisses possèdent un bourg et on ne trouve rien de comparable en Bretagne à ce qu'on voit dans certaines parties de la Basse-Normandie, aux confins de l'Orne et du Calvados par exemple, où l'habitat est resté parfois totalement dispersé et où l'église et le cimetière apparaissent totalement isolés au milieu de fermes, elles aussi assez peu regroupées en hameau. Quelles que soient les conditions de sa création au cours du Moyen Age, le bourg apparaît au xviiie siècle comme indispensable et comme un élément normal dans l'organisation de l'espace breton et ceci d'un bout à l'autre d'une province très étendue et très diversifiée par ailleurs.

Organisation

8Il y a donc une présence générale des bourgs. Reste à savoir à quoi ils ressemblent, comment ils sont organisés. Le modèle dominant est celui d'un bourg organisé autour de l'église et de son placitre, c'est-à-dire très souvent le cimetière, mais parfois pas seulement le cimetière, un espace vague plus ou moins vaste autour de l'église, parfois clos de murs ou de murets et d'utilisations très diverses. En Basse-Bretagne c'est cet espace paroissial ainsi que le chemin qui l'enserre qu'on qualifie, à proprement parler de bourg. Dès qu'on s'en éloigne de quelques dizaines de mètres, on trouve très régulièrement des lieux appelés Gorre Ker ou Gouelet Ker, le « bas bourg » ou le « haut bourg » Autour de ce placitre, les maisons s'établissent de façon plus ou moins ordonnée et un réseau de chemins plus ou moins nombreux relie le bourg à toutes les parties de la paroisse, les maisons s'alignant parfois sur certains des plus importants de ces chemins. Dans les bourgs les mieux développés, ces chemins se croisant et se recroisant contribuent à définir quelques pâtés de maisons et à créer une complexité plus grande, voire à isoler quelques quartiers quand, de plus, la topographie s'y prête.

  • 5 Pichot, Daniel, Le Village éclaté. Habitat et société dans les campagnes de l'Ouest au Moyen Âge, (...)
  • 6 Voir Aubert, Gauthier, Le Président de Robien. Gentilhomme et savant dans la Bretagne des Lumières (...)
  • 7 Dépt. Loire-Atlantique, ch-l. canton, arr. Nantes. Arch. dép. Loire-Atlantique, C 42.

9Dans certains cas, des créations médiévales ont permis une organisation un peu plus rigoureuse et l'on devine des lotissements initiaux au long d'un chemin5 ; dans d'autres cas, le bourg a pu se développer sur un axe routier un peu plus important et l'on distingue alors fréquemment le noyau autour de l'église et le développement plus marqué au long de la route. Généralement, ce n'est pas la rigueur de l'organisation qui domine et, au contraire, on note un apparent désordre à l'observation des plans. Les premiers plans cadastraux, les quelques plans terriers du xviiie siècle sont très révélateurs de cette inorganisation apparente. Les cas de Locmariaquer à l'embouchure de la rivière d'Auray6, du Pellerin sur les rives de la Loire7, montrent des exemples particuliers de sites côtiers ou fluviaux où la topographie joue un rôle important mais ces sites sont assez rares et plus fréquemment il faut penser que c'est l'ancienneté déjà importante de l'installation qui a abouti à produire ainsi des plans apparemment très désordonnés.

  • 8 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton de Hédé.
  • 9 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton Montauban de Bretagne.
  • 10 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton d'Antrain.
  • 11 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton de Châteauneuf d'Ille-et-Vilaine.
  • 12 Plans dans Banéat, Paul, Le Département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, archéologie, monuments, Renne (...)
  • 13 Dépt. Morbihan, canton d'Auray.
  • 14 Dépt Morbihan, canton du Faouët.
  • 15 Inventaire topographique du patrimoine, cantons du Faouët et de Gourin, Paris, Imprimerie National (...)
  • 16 Provost, Georges, La Fête et le sacré. Pardons et pèlerinages en Bretagne aux xviie et xviiie sièc (...)

10Les plans cadastraux de la première moitié du xixe siècle donnent une idée assez précise de la forme de ces modestes agglomérations. Ceux de Guipel8 ou de Médréac9 présentent sans doute le modèle le plus classique pour la Haute-Bretagne, avec une organisation circulaire autour de l'église, celui de Tremblay10 se distingue quelque peu puisqu'on y sent l'attraction de la grande route de Rennes à Antrain et le développement de l'habitat au long de cet axe tandis que le bourg de Saint-Suliac11, au bord de la Rance12, présente un aspect massif, concentré et dense qui tient en partie à l'importance particulière ici d'une population de marins. En Basse-Bretagne, Locmariaquer13 (connu par un plan du xviiie siècle) évoque encore les particularités littorales tandis que Priziac14, aux confins du Vannetais et de la Cornouaille, dans l'intérieur de la province, montre l'extrême faiblesse de la concentration de l'habitat avec au maximum une vingtaine de maisons autour de l'église15. Ce dernier modèle est particulièrement fréquent dans la partie occidentale de la province où, quand les paroisses sont grandes, l'importance de la structure religieuse des trèves ou des simples frairies a réduit le bourg à un véritable squelette similaire aux gros villages organisés autour de chapelles16.

Une population réduite

  • 17 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton de Mordelles.
  • 18 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton de Guichen.
  • 19 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 4 020.
  • 20 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, idem.
  • 21 Dépt. Morbihan, ch-l. canton, arr. Pontivy.
  • 22 Le Nestour, Pierre, «  La population de Guémené-sur-Scorff et de ses environs de 1790 à 1896  », A (...)

11Quelles que soient cependant les différences que l'on peut constater entre les diverses parties de la province, le bourg paroissial existe partout et il regroupe partout une très petite partie de la population. Au milieu du xviiie siècle, les bourgs de Cintré17 ou de Bourg-des-Comptes18, à une vingtaine de kilomètres à l'ouest et au sud de Rennes, ne représentent pas le cinquième de la population paroissiale. À Cintré en 1760, on relève sur les rôles de capitation 19 cotes au bourg et 162 autres réparties dans 30 villages (soit 10 % au bourg)19. À Bourg-des-Comptes, si le bourg est un peu plus important avec 41 foyers imposés, il ne regroupe pourtant que 12 % de l'ensemble des cotes d'impôts20. Au nord-ouest du pays vannetais, autour de Guémené 21 en 1790, les populations des bourgs sont tout aussi modestes22.

Bourgs et villages autour de Guémené-sur-Scorff en 1790

Bourgs et villages autour de Guémené-sur-Scorff en 1790
  • 23 Dépt. Morbihan, canton du Faouët.
  • 24 Dépt. Morbihan, canton de Pont-Scorff.
  • 25 Dépt. Morbihan, canton de Pont-Scorff.
  • 26 Dépt. Finistère, canton d'Arzano.
  • 27 Dépt. Morbihan, ch-l. canton, arr. Lorient.
  • 28 Arch. dép. de Loire-Atlantique, C 3 641.
  • 29 Dépt. Finistère, canton Pont-l'Abbé.
  • 30 Segalen Martine, Quinze générations de Bas-Bretons. Parenté et société dans le sud du pays bigoude (...)

12Les rôles de capitation du diocèse de Vannes en 1718 révèlent des situations encore plus extrêmes : 13 cotes dans le bourg de Berné23, 9 dans celui de Cléguer24, 8 à Gestel25, 13 à Guilligomarc'h26…. Dans ces conditions, on comprend mieux comment la très modeste ville de Pont-Scorff27 avec ses 158 ménages imposés à la capitation (sans doute à peine un millier d'habitants) fait figure de centre urbain notable28. Dans presque tous les cas, les bourgs ruraux ne rassemblent pas une centaine d'habitants et ne se distinguent guère en termes de quantité de population, des plus gros villages de la paroisse qui peuvent aussi compter jusqu'à une vingtaine d'exploitations agricoles. Il n'est pas rare, là aussi, que de simples villages soient plus peuplés que les bourgs. Au milieu du xixe siècle, le bourg de Saint-Jean-Trolimon 29 dans le pays bigouden ne compte encore que 60 habitants quand la commune en a environ un millier30.

Un rôle spécifique

13En fait, ce qui fait le bourg ne tient pas à la quantité d'habitants qu'il abrite mais beaucoup plus aux caractéristiques de ces habitants, au rôle du bourg dans la cohésion de la communauté, à la place qu'il s'est acquise dans le territoire paroissial et aux particularités de son paysage matériel.

14Quelle que soit sa position exacte dans le territoire paroissial, le bourg est en effet au centre d'un réseau de chemins qui le relient au reste du territoire et canalisent ou orientent la circulation. Il peut être situé sur un grand chemin (le cas est très minoritaire) mais il est presque toujours relié par des chemins aux bourgs voisins (ou à quelques-uns d'entre eux) et à la majorité des gros villages de la paroisse alors que la plupart des villages ne disposent que d'un ou deux chemins de desserte. Il n'y a aucune raison particulière de se rendre régulièrement dans ces villages et l'ouverture de chemins directs n'était donc pas toujours nécessaire alors que le bourg est relié directement à la fois à son territoire paroissial et à l'extérieur. Les paroissiens y viennent en effet dans certaines circonstances spécifiques : les cérémonies religieuses hebdomadaires, les assemblées familiales lors des mariages ou des baptêmes. C'est au bourg que les missionnaires du xviie siècle assemblent les paroissiens pour les grandes manifestations collectives qu'ils organisent. C'est aussi le lieu des manifestations communautaires, celui où se tiennent les assemblées de la fabrique, du général de paroisse, où l'on trouve parfois auditoires seigneuriaux et halles, où l'on vient pour obtenir justice ou pour verser des rentes seigneuriales. C'est souvent le lieu de manifestations festives, celui du départ des processions, telle celle des Rogations qui, depuis l'église, parcourt l'ensemble de la paroisse. C'est du bourg que parvient aux oreilles de tous le son des cloches rythmant le temps du quotidien et annonçant en même temps les événements imprévus. L'importance symbolique du glas ou surtout du tocsin sont considérables en ce qu'ils marquent la cohésion communautaire. On sait la répercussion qu'ont eu les destructions de clochers après les révoltes de 1675 par exemple. Cet attachement symbolique de toute la communauté pour le bourg se marque par l'orgueil des paroissiens pour l'embellissement des enclos, des chapelles de cimetière dans le pays vannetais, la compétition avec les voisins pour la hauteur des clochers...

  • 31 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton La Guerche.
  • 32 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton La Guerche.
  • 33 Arch. dép. d'Ille-Vilaine, C 4 002.

15Les habitants du bourg ne sont certes pas nombreux mais leurs caractéristiques sociales les distinguent souvent du reste de la population. Certains sont des paysans que l'on pourrait trouver dans n'importe quel village de la paroisse ; d'autres journaliers, tisserands, filassiers ou maçons ne sont pas non plus spécifiques du bourg mais c'est aussi au bourg que réside le recteur de la paroisse et souvent une partie au moins des autres ecclésiastiques ; c'est là qu'on trouvera les quelques veuves aisées, les petits officiers seigneuriaux, les notaires, quelques marchands et des artisans un peu plus spécialisés et plus rares. À Drouges 31 en 1751, le bourg, même s'il contient une majorité de closiers et de journaliers, accueille aussi aux côtés de quelques tisserands, fileuses et sabotiers, un boulanger, un débitant, une demoiselle rentière et un garde des Eaux et Forêts. À Eancé32, où le bourg ne rassemble que 22 ménages (moins de 10 % de la population), on retrouve un cordonnier, un maréchal-ferrant, deux meuniers, un tailleur, un boucher, une fileuse, deux propriétaires rentiers. Si l'on ajoute le recteur, le vicaire et leurs domestiques, on voit que 40 % de la population ne vit pas ou pas seulement de l'agriculture33.

16Dans le monde rural, le bourg est le lieu où l'on a le plus de chance de rencontrer des notables, petits bourgeois ou officiers seigneuriaux, marchands ou artisans spécialisés. Certes, on en trouve aussi dans les villages mais leur présence y est plus occasionnelle et ils n'y constituent jamais que des exceptions, ce qui n'est pas le cas au bourg.

17Dans l'artisanat, certains métiers y semblent même presque toujours liés ; si les métiers du textile, du bois ou du bâtiment peuvent se trouver à peu près partout dans l'espace rural, les métiers du métal, celui de maréchal-ferrant par exemple, sont plus systématiquement attachés au bourg. Cette particularité socioprofessionnelle des habitants du bourg – ou d'une partie d'entre eux au moins – se retrouve dans toutes les parties de la province quelles que soient par ailleurs les caractéristiques des bourgs. Dans le pays nantais et l'est du Vannetais, on a même formé un mot spécifique pour les dénommer : ce sont les « bourgadins » qu'on distingue des gens de la campagne mais aussi de ceux de la ville.

Un paysage singulier

18Toutes ces caractéristiques aboutissent à la mise en évidence d'un paysage singulier du bourg paroissial qui le distingue de la campagne environnante.

L'église et le placitre

19Le bourg est d'abord bien sur marqué par l'élément fondamental à l'origine de son développement : l'église et son enclos sacré. Ce n'est pas l'objet de ce colloque mais on ne peut s'empêcher d'en dire quelques mots car leur présence conditionne et explique toute l'organisation du bourg. Au-delà des caractéristiques architecturales du bâtiment ecclésial, c'est plutôt l'enclos qui nous intéressera d'ailleurs. Souvent de taille assez modeste et ne contenant que le cimetière en Haute-Bretagne, il a tendance à s'étendre considérablement dans l'ouest de la province, même dans les paroisses et les régions où il ne fait pas l'objet d'investissements et de décorations surabondantes comme dans le Léon. L'église apparaît alors nettement détachée des habitations du bourg, à la fois distante et distincte, et sa mise en valeur est évidente. Le vaste placitre qui l'entoure contient à la fois le cimetière, parfois un ensemble monumental avec porte, calvaire, ossuaire, parfois aussi une chapelle détachée de l'église. Il fait face aux maisons du bourg mais, par certains côtés se prolonge directement par l'espace agricole de champs, de courtils ou de jardins.

  • 34 Si ce n'est par le modèle des maisons bourgeoises du xixe ou du xxe siècle, copiant à leur tour ce (...)

20La taille de cet espace central et lié à l'église est parfois trop grande pour que les maisons du bourg puissent l'enserrer complètement. C'est au cours de l'époque moderne, principalement semble-t-il à partir des années 1630-40, que ce vaste espace va peu à peu devenir effectivement un espace clos, séparé du reste du bourg par des murets assez bas (jusqu'à 1 mètre ou 1,2 mètre) suffisants en tout cas pour empêcher le bétail de divaguer. Cette clôture de l'espace sacré au cœur du bourg n'est pas sans intérêt. Il me semble qu'elle est en partie à l'origine, par mimétisme, des murs qui commencent parfois au xviiie siècle à enserrer quelques jardins, quelques vergers du bourg. Ces clôtures par des murs ne se retrouvent presque jamais dans les villages et on ne les trouve par ailleurs qu'autour des châteaux et des manoirs. Architecture nobiliaire et constructions religieuses influencent ici probablement des évolutions qui tendront à se développer au bourg aux xixe et xxe siècles mais ne gagneront jamais vraiment l'espace des villages34.

Des modalités de circulation particulières

21Le bourg se distingue ensuite par les modalités de la circulation interne. L'habitat y est organisé en fonction des voies de circulation, les chemins, et c'est sur cet espace, public et commun, que l'on se déplace et par lui qu'on va d'un endroit à un autre. Les déplacements y sont canalisés par un réseau précis et non approprié et l'habitat est réparti en fonction de ces voies. C'est ce modèle que nous connaissons aujourd'hui et que l'on connaît déjà – partiellement – dans les villes de l'époque moderne. Cela suppose que la maison est organisée avec une façade sur rue, que l'on distingue ce qui relève d'un espace totalement ou largement public et ce qui touche à un privé accessible seulement à certains ou dans certaines conditions.

22Or ce n'est pas du tout le mode de fonctionnement du village où, en dehors de quelques chemins, les espaces de circulation des humains ou des animaux ne sont pas nécessairement des espaces publics et communs, où la circulation relève plus de droits de passage sur des espaces appropriés que d'espaces qui lui sont spécifiquement réservés. Dans le village, l'espace est fondamentalement approprié (même collectivement) et destiné à des usages agraires qui n'excluent pas une certaine indifférenciation et des droits divers et superposés. Pour atteindre tel courtil, on traversera les yssues de l'exploitation voisine, on franchira les barrières de tel autre jardin, on passera, parce qu'on en a le droit (et qu'on est peut-être le seul dans ce cas), au long d'une pâture avant de franchir un talus par une brèche spécialement aménagée à cette fin, même si, par ailleurs, des chemins peuvent exister. Le bocage et le désordre apparent des villages ménagent ainsi une multitude de circulations intimes et personnelles qui échappent aux injonctions impuissantes de chemins, par ailleurs peu praticables. Ces circulations intimes existent aussi dans le bourg, mais les déplacements y sont néanmoins beaucoup plus canalisés, orientés, encadrés par un réseau de voies de communications qui constituent un véritable espace public. Ce sont là deux logiques différentes qui tiennent sans doute au fait que le bourg n'est que partiellement un espace à vocation agraire et qu'il est aussi un espace où se retrouvent et se croisent tous les membres de la communauté et des étrangers de passage.

23D ailleurs, les fermes établies au bourg se présentent souvent sous une forme différente avec une certaine cohérence interne dans les déplacements qui n'exclut pas les interférences sur les espaces du voisin mais les réduit sensiblement. Il s'agit plus souvent d'ensemble de bâtiments relativement fermés et dont les logiques de circulation interne permettent de s'extraire en partie de l'espace public. Jardins, courtils et vergers sont plus souvent attenants à la maison d'habitation alors que dans les villages l'imbrication entre les diverses propriétés suppose une multitude de droits de passages, de contraintes et de servitudes qui n'ont pas toujours disparu aujourd'hui. Face à un espace où la rationalité provient des nécessités agraires, le bourg apparaît de toute évidence comme le lieu d'un début de distinction entre le public et le privé, d'une autonomisation et d'une spécialisation des espaces publiques qui n'est pas sans conséquences sur l'organisation spatiale de la maison et de ses prolongements habituels, les cours, jardins ou courtils.

La progression de la mitoyenneté

24Lente progression des murs, force canalisatrice plus grande du réseau de chemin, alignement plus net des maisons en bordure des voies accompagnent et expliquent peut-être en partie une autre spécificité du bourg : l'existence de la mitoyenneté. Dans le village, la mitoyenneté n'est pas si fréquente. La maison rurale est associée, accolée parfois à des bâtiments d'exploitation, parfois dédoublée et multipliée dans le cas de longères, de rangées dont l'origine est à rechercher souvent dans des constructions initiales simultanées ou dans des ajouts liés aux nécessités familiales d'établir plusieurs enfants. Quand on aperçoit, au xviiie siècle, la construction de maisons nouvelles dans les villages, il s'agit très majoritairement de maisons non mitoyennes, sauf quand ces maisons sont construites par des membres de mêmes familles, par exemple des cohéritiers. En Basse-Bretagne, là où domine le domaine congéable, de telles maisons mitoyennes sont encore plus rares car elles rendraient les procédures de congément et d'expulsion très complexes et les propriétaires cherchent à les éviter.

25En revanche, on constate l'existence de maisons mitoyennes dans les bourgs, en particulier pour celles qui font face au placitre de l'église et qui donnent ainsi parfois des apparences d'alignements urbains, des apparences de rues. Ceci dit, on ne va presque jamais jusqu'à adopter des caractéristiques véritablement urbaines, par exemple des maisons à pignon sur rue. D'ailleurs, malgré l'importance des chemins, malgré l'alignement relatif des maisons, il est tout à fait exceptionnel que l'on parle de rues pour les bourgs et encore plus qu'elles aient un nom. Les textes ne parlent guère que de « la place » du bourg, et occasionnellement de la « grande rue ».

L'importance pratique et symbolique du presbytère

26Dans l'ensemble donc, l'espace du bourg est particulier par son organisation générale. Il l'est aussi parce que le bourg abrite quelques maisons très différentes de l'habitat rural environnant. La première, la plus importante et la plus symbolique, c'est le presbytère. Ce serait un magnifique sujet d'histoire totale qu'une histoire du presbytère des origines à nos jours, sujet d'histoire sociale, économique, politique, religieuse, culturelle et architecturale tout à la fois. Sujet qui reste à traiter et que je ne ferai qu'effleurer ici. Si des presbytères existent dès le xvie siècle, et parfois bien avant, il n'en reste pas grand chose et la majorité de ceux qu'on peut observer ne remontent qu'aux xviie et xviiie siècles. Le mouvement de construction ou de reconstruction semble particulièrement vif au xviie siècle mais sa chronologie reste encore à préciser. La localisation de l'édifice est variable. Souvent tout proche de l'église, au bord de l'enclos de la paroisse, il lui arrive aussi d'être enserré au milieu des autres habitations du bourg quand on a simplement reconstruit un nouveau presbytère sur un terrain appartenant déjà à la paroisse depuis longtemps. Il lui arrive aussi d'être établi en marge du bourg, en bordure d'un des chemins qui y mène, principalement quand il s'agit d'une construction entièrement nouvelle.

  • 35 Magyar-Thevenin, Odile, « Étude comparative du mode de vie des recteurs et des laboureurs. L'exemp (...)
  • 36 Voir les exemples trégorrois cités par Minois, Georges, La Bretagne des prêtres en Trégor d'Ancien (...)

27Dans le bourg, le presbytère se distingue par un certain nombre de caractéristiques architecturales. Sa taille tout d'abord ; le presbytère est toujours une grande maison, comportant plusieurs pièces, sept en moyenne dans le pays vannetais d'après l'étude d'Odile Magyar-Thévenin par exemple35. Son organisation générale le distingue aussi car c'est très souvent une maison à étage, le rez-de-chaussée étant destiné à des pièces de sociabilité, l'étage généralement réservé au sommeil. C'est très fréquemment une maison avec des dépendances, une écurie, une petite grange, quelques appentis, avec des greniers où les recteurs décimateurs entassent une partie de leurs réserves, avec un jardin dans lequel l'ecclésiastique trouve, selon l'expression du temps, « des délassements honnêtes » et qui est généralement, dès l'origine, clos de murs marquant le respect dû à l'occupant des lieux et son caractère de notable. C'est une maison où les ouvertures et les fenêtres sont nombreuses, imitant le modèle des manoirs les plus récents, très souvent pourvues de vitres 36 ; une maison de pierre et souvent de pierre de taille, couverte d'ardoise et réalisée par des artisans locaux mais, de toute évidence, à partir de plans établis parfois par des architectes, souvent par des entrepreneurs voire par les recteurs eux-mêmes.

28On est souvent ici à la limite entre l'architecture vernaculaire et l'architecture savante et le presbytère introduit dans le monde rural des modèles architecturaux relevant à la fois des goûts urbains et de ceux des notables. À côté de l'église et même s'il n'en a pas la splendeur et l'importance, le presbytère traduit incontestablement le statut privilégié qui est celui du recteur breton et sa position sociale éminente et bien spécifique dans les campagnes.

Des maisons notables et différentes

29C'est aussi au bourg que l'on remarque le mieux les quelques maisons de notables de la paroisse : un certain nombre de maisons nobles, des maisons de notaires, d'officiers seigneuriaux ou encore d'anciens prieurés souvent sécularisés au xviiie siècle et parfois occupés par des locataires qui n'ont plus rien à voir avec les anciens religieux. Ces maisons portent d'ailleurs souvent des noms spécifiques que tout le monde connaît et qui ne viennent pas des propriétaires mais de particularités remarquables ou de fonctions. Ce cas se retrouve surtout semble-t-il en Haute-Bretagne mais il se répand aussi parfois à l'ouest de la province, en particulier au xviiie siècle sur les littoraux, avec des maisons construites par des marins, des maîtres de barques, capitaines au cabotage ou officiers subalternes de la marine royale qui satisfont ainsi une certaine volonté de distinction et d'ostentation et propagent, eux aussi des modèles urbains, vus dans les ports qu'ils ont fréquentés.

30Presbytères ou maisons de notables sont souvent des maisons à étages. Or le modèle en est assez rare dans les campagnes bretonnes à l'exception de quelques régions (une partie du pays vannetais par exemple) et cette existence de maisons à plusieurs niveaux, possédant donc inéluctablement plusieurs pièces mais aussi une organisation de l'espace interne avec une certaine spécialisation est encore un des éléments qui distinguent le bâti du bourg de celui des simples villages. Nombre de maisons des bourgs sont incontestablement plus grandes et plus complexes dans leur organisation interne que celles des villages, différenciant en particulier des espaces voués à la sociabilité de ceux qui sont réservés au privé.

  • 37 Abiliou, Anne-Laure, Société et vie quotidienne à Plouguerneau au xviiie siècle d'après les invent (...)

31Dans les bourgs les plus importants, le xviiie siècle marque aussi l'apparition de premières maisons de marchands, de boutiques. Les inventaires après décès permettent ainsi d'en relever par exemple deux ou trois simultanément à Plouguerneau. Ces maisons ne se distinguent guère extérieurement des autres constructions de ce bourg où se dessinent plusieurs rues, où réside un petit groupe de notables assez aisés et où les bâtiments mitoyens sont nombreux. Mais quand on en pousse la porte, on y découvre une boutique où les marchandises de toutes sortes sont entassées sur des tables, et une arrière-boutique où l'on place des réserves souvent assez volumineuses. La boutique du mercier Paul Bodenes en 1776 présente ainsi à ses clients des bas, des mouchoirs, des dentelles, des rubans, des épingles, des aiguilles, des boutons, mais aussi des raisins et des pruneaux, de la cannelle ou du savon, des miroirs ou des clous, des brosses ou des tabatières en carton, reflets évidents d'une, ouverture croissante sur l'extérieur37. Les boutiques de Plouguerneau ne sont pas les seules de la province, même si on n'en trouve que dans les bourgs et les paroisses de quelque importance. Elles côtoient quelques ateliers d'artisans avec des formes architecturales spécifiques là encore, en particulier pour les forgerons et les maréchaux. Dans le même bourg de Plouguerneau en 1787, un cordonnier expose dans son atelier – en fait déjà une boutique – près de quatre-vingt paires de souliers. Elles côtoient surtout les débits de boissons et les auberges.

  • 38 Cambry Jacques, Voyage dans le Finistère ou état de ce département en 1794 et 1795, Quimper, Socié (...)
  • 39 Dépt. Finistère, ch-L canton, arr. Quimper.
  • 40 Idem, p. 356

32La plupart des bourgs situés sur les grands chemins royaux possèdent des auberges. On n'en finirait pas de citer les récriminations et les commentaires horrifiés des voyageurs étrangers devant ces auberges et ces aubergistes des campagnes bretonnes auxquels on attribue systématiquement tous les défauts du monde. Mais il s'agit de regards d'étrangers et les autochtones, moins effarouchés sans doute ou plus habitués, ne s'en plaignent pas toujours, même quand, comme à La Feuillée dans les monts d'Arrée, il n'y a qu'une seule chambre où sont déjà installés quatre voyageurs et qu'on fera le cinquième38. Quand, au-delà des descriptions de voyageurs, on conserve des archives, des images (du début du xixe siècle en général) de ces auberges, on constate à nouveau l'importance et la grande taille de bâtiments tranchant avec les maisons de ferme. Les débits de boissons sont en revanche beaucoup plus simples. S'ils sont parfois nombreux – Cambry prétend qu'il y en a 24 à Scaër39, gros bourg sur un grand chemin et doté de foires assez importantes 40 – ils ne se distinguent pas toujours des autres maisons du bourg tandis que l'enseigne pend à la porte de l'auberge.

33À faire ainsi la liste des maisons particulières et différentes des bourgs, on finit par avoir l'impression qu'elles sont très nombreuses. Prenons garde à ne pas fausser les impressions. Les bourgs, avons-nous dit plus haut, ne rassemblent souvent pas plus de vingt ou trente maisons, au mieux entre 100 et 200 habitants dans la plupart des cas. Si presque tous, à la veille de la Révolution possèdent un presbytère, seuls ceux qui sont sur les grands chemins ont de véritables auberges ; seuls les plus importants disposent au xviiie siècle de marchands détaillants tenant boutique et de plusieurs ateliers d'artisans. Tous n'ont pas non plus de maîtres de barques nouvellement enrichis, de notaires, de procureurs fiscaux ou de demoiselles rentières vivant dans des maisons à étages, avec quatre ou cinq pièces et un jardin clos de murs, prototype modeste des maisons bourgeoises du xixe siècle.

  • 41 Dépt. Morbihan, aujourd'hui indus dans Pont-Scorff, ch-1. canton, arr. Lorient.

34L'exemple du bourg de Lesbin41 à l'extrême sud-ouest du diocèse de Vannes présente un cas tout aussi caractéristique et sûrement plus répandu que celui de Plouguerneau. La paroisse a vu sur son territoire le développement depuis le Moyen Age de la petite ville de Pont-Scorff, à moins de deux kilomètres. Le recteur lui-même s'y est finalement installé au xviie siècle. Face à l'église et à son cimetière, une dizaine de maisons sont éparpillées entre trois chemins impraticables une partie de l'année. Ce ne sont que des petites fermes basses, presque sans ouvertures et couvertes de chaume que rien ne distingue des autres maisons rurales de la paroisse. Dans bien des cas, les bourgs les plus modestes ne présentent guère de spécificités architecturales. Et ce d'autant plus qu'à côté de la petite population de notables, ils accueillent aussi très fréquemment des journaliers particulièrement pauvres, vivant dans de modestes maisons sans cours ni jardins, « aux dépendances du bourg ».

*

35Reste que par sa position spécifique, par ses fonctions, par sa population, le bourg est un lieu de sociabilité particulière dans la campagne. Il est un premier pôle de centralité minimale, un point de référence vers lequel on se tourne d'abord. Quand des cahiers de doléances du pays bigouden réclament l'amélioration des chemins, il s'agit des chemins reliant les bourgs entre eux ou menant de ces bourgs à Quimper ou à Pont-l'Abbé ; c'est dire qu'ils sont perçus ici comme des lieux de passage, des intermédiaires vers la ville et le monde extérieur. C'est aussi ainsi qu'il faut interpréter, me semble-t-il, les quelques particularités, les quelques innovations architecturales qu'ils contiennent parfois.

36Le presbytère n'est pas seulement la demeure du prêtre, c'est aussi un lieu où l'on est amené à se rendre pour discuter avec cet éminent personnage qu'est le recteur, un espace de représentation où celui-ci peut recevoir. L'auberge est bien sûr un vecteur de sociabilité très important, en même temps, un des lieux où les membres de la communauté paroissiale peuvent se retrouver et un lieu d'ouverture sur l'extérieur où l'on croise des étrangers ; les grandes maisons du rentier ou de la riche demoiselle ne sont pas totalement étrangères pour la population car on va y payer son fermage, des jeunes de la paroisse peuvent y être domestiques, on y vend des animaux ou on y est employé occasionnellement comme journalier à couper du bois ou à travailler dans le jardin. Ces maisons présentent occasionnellement au monde paysan le reflet de la ville, de modes de vie ou de modèles architecturaux différents ; par leur mobilier plus riche ou plus diversifié, la présence d'horloge ou de buffets hauts entre autre, elles diffusent aussi, auprès des ruraux les plus riches surtout, un soupçon de modernité qu'ils ne peuvent acquérir mais dont ils connaissent l'existence.

37Ces maisons de notables du bourg ont en fait une double fonction. Une fonction de résidence pour quelques familles ou quelques individus qui se distinguent au milieu de la majorité paysanne et une fonction de distanciation sociale. Elles sont aussi le lieu où se rencontrent, entrent en contact des milieux socialement différenciés, où les groupes dominants du monde rural mettent en scène leur richesse, leur honorabilité ou leur position sociale. Sont-elles, pour autant, vecteurs de transformations potentielles ou d'évolution de l'habitat paysan ? Sans doute pas ou peu. L'habitat paysan, dans ses catégories supérieures, adoptera parfois des modèles décoratifs, des types de fenêtres, voire des éléments d'organisation interne des maisons. Mais l'origine de ces particularités architecturales est plutôt à rechercher dans la ville ou dans l'architecture nobiliaire. L'influence de ces maisons de notables reste modeste également car ce sont des bâtiments qui ne répondent que partiellement aux nécessités agraires. Le jardin clos de murs entraîne une distanciation quelque peu ostentatoire mais ce serait une aberration pratique au milieu d'un village uniquement constitué de fermes.

38Si le bourg n'est pas vraiment un modèle qu'on imite, il n'en reste pas moins qu'il se distingue très fréquemment et sans peine des villages plus massivement agricoles par sa structure sociale et son architecture. Le xixe siècle qui connaît une très forte croissance de la population des bourgs, qui y voit le développement en grand nombre de boutiques ou d'ateliers, l'installation de quelques bâtiments publics supplémentaires, tels l'école ou la mairie, ne fera qu'accentuer encore une dissociation entre bourgs et villages déjà en germe au siècle précédent.

Notes

1 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton de Saint-Brice-en-Coglès.

2 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton de Montauban-de-Bretagne.

3 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton de Hédé.

4 Dépt Finistère, canton de Lannilis.

5 Pichot, Daniel, Le Village éclaté. Habitat et société dans les campagnes de l'Ouest au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2002.

6 Voir Aubert, Gauthier, Le Président de Robien. Gentilhomme et savant dans la Bretagne des Lumières, Rennes, PUR, 2001, p. 91.

7 Dépt. Loire-Atlantique, ch-l. canton, arr. Nantes. Arch. dép. Loire-Atlantique, C 42.

8 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton de Hédé.

9 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton Montauban de Bretagne.

10 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton d'Antrain.

11 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton de Châteauneuf d'Ille-et-Vilaine.

12 Plans dans Banéat, Paul, Le Département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, archéologie, monuments, Rennes, 1927, 4 volumes. C'est l'existence de ces publications auxquelles le lecteur pourra se référer qui nous a incité i citer les cas de ces communes. Mais ils ne sont nullement exceptionnels.

13 Dépt. Morbihan, canton d'Auray.

14 Dépt Morbihan, canton du Faouët.

15 Inventaire topographique du patrimoine, cantons du Faouët et de Gourin, Paris, Imprimerie Nationale, 1975, plan, p. 420.

16 Provost, Georges, La Fête et le sacré. Pardons et pèlerinages en Bretagne aux xviie et xviiie siècles, Paris, Cerf; 1998, p. 23-52.

17 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton de Mordelles.

18 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton de Guichen.

19 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 4 020.

20 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, idem.

21 Dépt. Morbihan, ch-l. canton, arr. Pontivy.

22 Le Nestour, Pierre, «  La population de Guémené-sur-Scorff et de ses environs de 1790 à 1896  », Annales de Bretagne, 1899, p. 404-413. Les données ont été établies par des agents de la toute récente municipalité de Guémené. Les chiffres ont été arrondis et ne concernent pas toujours la totalité des territoires communaux ; on n'a relevé que les villages se trouvant à moins d'une lieue de Guémené.

23 Dépt. Morbihan, canton du Faouët.

24 Dépt. Morbihan, canton de Pont-Scorff.

25 Dépt. Morbihan, canton de Pont-Scorff.

26 Dépt. Finistère, canton d'Arzano.

27 Dépt. Morbihan, ch-l. canton, arr. Lorient.

28 Arch. dép. de Loire-Atlantique, C 3 641.

29 Dépt. Finistère, canton Pont-l'Abbé.

30 Segalen Martine, Quinze générations de Bas-Bretons. Parenté et société dans le sud du pays bigouden, 1720-1980, Paris, PUF, 1985.

31 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton La Guerche.

32 Dépt. Ille-et-Vilaine, canton La Guerche.

33 Arch. dép. d'Ille-Vilaine, C 4 002.

34 Si ce n'est par le modèle des maisons bourgeoises du xixe ou du xxe siècle, copiant à leur tour celui du manoir.

35 Magyar-Thevenin, Odile, « Étude comparative du mode de vie des recteurs et des laboureurs. L'exemple du Vannetais au début du xviiie siècle », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 1987, p. 497- 506.

36 Voir les exemples trégorrois cités par Minois, Georges, La Bretagne des prêtres en Trégor d'Ancien Régime, Brasparts, Beltan, 1987, p. 286-288.

37 Abiliou, Anne-Laure, Société et vie quotidienne à Plouguerneau au xviiie siècle d'après les inventaires après décès, mémoire maîtrise, dactyl., UBO Brest, 2001, p. 78.

38 Cambry Jacques, Voyage dans le Finistère ou état de ce département en 1794 et 1795, Quimper, Société Archéologique du Finistère, 1999, p. 133.

39 Dépt. Finistère, ch-L canton, arr. Quimper.

40 Idem, p. 356

41 Dépt. Morbihan, aujourd'hui indus dans Pont-Scorff, ch-1. canton, arr. Lorient.

Table des illustrations

Titre Bourgs et villages autour de Guémené-sur-Scorff en 1790
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11727/img-1.png
Fichier image/png, 412k

Auteur

Professeur d'histoire moderne, CRBC-Université de Bretagne occidentale

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540