Version classiqueVersion mobile

Historiens de l'Anjou

 | 
Jean-Luc Marais

Faire l’histoire d’un département « ordinaire » en situations « extraordinaires » (1940-1945, années 1968)

Marc Bergère

Texte intégral

  • 1 Comme en témoignent les dossiers « Une histoire à l’échelle globale », Annales, Histoire, Sciences (...)
  • 2 Outre les références précédentes, on peut retenir parmi les balises remarquables de ces évolutions (...)

1De la « révolution » micro-historique des années 1980 au regain d’intérêt récent pour une « histoire globale et connectée1 » sur fond de mondialisation des enjeux, la question du choix de l’échelle spatiale a cessé, depuis longtemps, d’être un impensé pour les historiens2. Ayant rompu avec « une longue indifférence épistémologique à l’espace », la réflexion historienne admet aujourd’hui qu’en jouant sur la focale spatiale, on fait apparaître une autre trame, une autre organisation, une autre expérience… et qu’en conséquence on n’accède donc pas au même niveau de connaissance.

2Ceci étant posé, mon propos appliqué à l’Anjou qui fut un temps mon champ d’études privilégié, articulera théorie et pratique. La théorie d’abord, en posant quelques propos liminaires sur la question de l’importance du choix de l’échelle pour l’historien. La pratique ensuite, avec un retour sur ma propre expérience de terrain, à savoir celle d’un historien qui a choisi d’étudier deux contextes « extraordinaires » (l’épuration post-Seconde Guerre mondiale et la crise sociale des années 1968) au prisme d’un département souvent perçu, par les autres comme par lui-même, comme très « ordinaire ».

De la théorie des jeux d’échelles…

  • 3 A. Croix, D. Guyvarc’h (dir.), Guide de l’histoire locale, Paris, Le Seuil, 1990. On peut égalemen (...)

3Sans s’appesantir, il paraît important de rappeler, pour mémoire, quelques bases et surtout précautions méthodologiques indispensables à celles et ceux qui seraient tentés de « faire de l’histoire locale3 ».

  • 4 J. Revel, « L’émergence de la micro-histoire », in J.-C. Ruano-Borbalan (dir.), L’histoire aujourd (...)
  • 5 A. Farge, « L’histoire sociale », in F. Bédarida (dir.), L’histoire et le métier d’historien en Fr (...)

4En effet, il ne s’agit pas de céder à tout prix aux vertiges du tout local, de l’individuel ou du très petit sur le mode small is beautiful. De même, l’objectif n’est pas d’opposer les apports ou mérites comparés d’une perception par « le haut » ou par « le bas ». L’enjeu consiste plutôt à les articuler et à reconnaître que la réalité historique n’est pas la même selon le niveau d’analyse ou plutôt l’échelle d’observation. Dès lors, le but n’est pas de postuler que le contexte général va nécessairement éclairer ou s’appliquer à son espace d’étude, mais plutôt d’observer une éventuelle pluralité de contextes particuliers qui construisent, mais aussi affinent un processus plus global. Ainsi, la pratique de la monographie pour la monographie, non problématisée et sans dimension comparée, ou inversement la seule volonté d’un découpage en « tranches » d’une histoire plus vaste, sont à proscrire sauf à faire du cadre spatial un cadre purement fonctionnel, « pratique » ou « neutre », ce qu’il n’est pas. De même, il ne faudrait pas davantage croire naïvement et de manière un peu simpliste, qu’à l’échelle nationale, on fait de l’histoire nationale et… à l’échelle locale, uniquement de l’histoire locale : d’ailleurs, l’orientation actuelle vers une histoire « croisée » et « connectée » n’exclut pas la microapproche, bien au contraire. Dans le même esprit, n’en déplaise à une culture « jacobine » encore fréquente, y compris dans les milieux de la recherche ou de l’université, l’analyse « parisienne » d’un phénomène historique n’est pas forcément plus nationale ni moins locale que ses éventuelles déclinaisons « provinciales », alors même que très souvent seules ces dernières lectures se trouvent « taxées » d’un certain localisme ! En effet, la hiérarchie des niveaux d’observation ne conditionne pas automatiquement la hiérarchie des enjeux historiques et l’on peut très bien imaginer faire de l’histoire internationale à une échelle réduite. À ce stade, il est donc préférable d’adopter le présupposé méthodologique selon lequel chaque acteur historique participe de façon plus ou moins proche ou lointaine à des contextes sociaux, politiques, économiques ou culturels plus larges et de dimensions variables. Jouer sur les échelles permet alors de « comprendre comment des processus sociaux englobants, et que nous ne saisissons communément que dans leur définition la plus large, ont été portés par des trajectoires particulières, celle d’individus ou de groupe4 ». Dès lors, ce que l’expérience d’un individu, d’un groupe ou d’un espace permet de saisir, c’est une modulation particulière et parfois singulière d’une histoire plus globale et la démarche de l’historien peut consister à analyser la manière dont ces individus et au-delà, ces groupes voire ces espaces s’articulent à l’événement tout en faisant de la relation entre les deux un objet historique5.

  • 6 B. Lepetit, « De l’échelle en histoire », J. Revel (dir.), Jeux d’échelles La micro-analyse à l’ex (...)

5In fine, le choix de l’échelle est donc d’abord une question de méthode et de problématique, seule la variation d’échelle se révélant, féconde pour rendre possible la construction d’objets historiques toujours complexes. En effet, en accord sur ce point avec Bernard Lepetit, aucune échelle ne doit jouir d’un privilège particulier et les macro phénomènes ne sont pas moins réels que les microphénomènes ou inversement. Il n’y a donc pas de hiérarchie méthodologique ou heuristique entre eux et seule « la multiplication contrôlée des échelles de l’observation est susceptible de produire un gain de connaissance dès lors que l’on accepte de postuler la complexité du réel6 ». De même, la question de la généralisation doit moins se poser en terme de modélisation qu’en terme de champ de validité ! L’historien, à l’entame d’une recherche, doit donc surtout s’interroger sur le mode : en quoi cette échelle est-elle pertinente au regard de ma problématique ou du questionnement qui est le mien ? Sachant qu’il nous faut ici admettre qu’il existe des échelles plus ou moins adaptées aux hypothèses ou objectifs poursuivis !

… à la pratique du terrain en Anjou à l’aune de deux retours d’expérience

6Sans sacrifier à une « égo-histoire », ni facile, ni agréable, et sans prétendre résumer ici les travaux concernés, j’ai, pour satisfaire aux exigences de ce collectif, articulé cette réflexion sur ma pratique d’historien de l’Anjou autour de deux questions :

  • Quels ont été les facteurs déterminants du choix de l’échelle départementale pour ma thèse sur l’épuration en France au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ?
  • Que peut nous apprendre, que nous ne sachions déjà, une enquête départementale appliquée aux événements de 1968 ?

Des facteurs déterminants du choix de l’échelle départementale pour ma thèse

  • 7 P. Novick, L’Épuration française, 1944-1949, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 1991 (1re édition (...)
  • 8 H. Rousso, « L’épuration en France : une histoire inachevée », Vingtième siècle. Revue d’histoire,(...)
  • 9 Sur les administrations des PTT et de l’éducation nationale en particulier, F. Rouquet, L’épuratio (...)
  • 10 Renouveau dont témoigne, pour partie, l’ouvrage collectif dirigé par Marc-Olivier Baruch (dir.), U (...)
  • 11 À titre indicatif, les travaux sur les violences (Fabrice Virgili), l’internement administratif (D (...)
  • 12 À l’échelle de villes (Philippe Barrière, Megan Koreman) ou de régions (Patricia Boyer pour le Lan (...)

7Autrement dit, pourquoi ce choix initial d’analyser l’épuration en Maine-et-Loire ? Premier constat, qui relève de la banalité mais qui gagne toujours à être rappelé à tout nouveau venu sur le terrain de la recherche, on ne part jamais à vide sur un sujet, même le plus pointu en apparence. On s’inscrit au contraire dans une production historique autour de son objet, qui constitue l’historiographie de son sujet. Ainsi, à l’entame de ma thèse, la bibliographie était déjà immense et mon choix a d’abord été conditionné par cet état de la production historique. Pour faire vite, l’épuration des strates supérieures (politique, économique, culturelle) de la société française était connue et on disposait déjà quelques bilans d’ensemble solides en particulier grâce au travail de Peter Novick7. Il n’en demeure pas moins que d’importantes zones d’ombre demeuraient dont Henry Rousso s’était fait l’écho en 1992 dans un article référence intitulé « L’épuration en France : une histoire inachevée8 ». Déterminant pour mon itinéraire de chercheur, cet article a, de fait, inauguré une période de profond renouvellement historiographique du sujet au profit d’une histoire sociale et culturelle du processus. Amorcée par François Rouquet dans son étude sur l’épuration administrative ordinaire9, cette évolution a vu notamment se multiplier des travaux relatifs à des corps sociaux10, à des formes d’épuration11 ou à des échelles spatiales différentes12. Ce faisant, on constate que longtemps centrée sur les enjeux de pouvoirs ou les bilans quantitatifs de l’épuration (judiciaire et extrajudiciaire) et surtout perçue par le haut de la société française, la connaissance de l’épuration s’est progressivement diffusée et approfondie « vers le bas » restituant toute une épaisseur et une complexité sociales au phénomène. Ainsi, d’abord appréhendée comme un simple fait politique, appendice de l’Occupation, l’épuration est désormais analysée comme un phénomène social majeur, aux résonances multiples. C’est pourquoi, ne souhaitant pas me limiter à une forme particulière d’épuration ni à un corps social exclusif, j’ai choisi d’emblée de réaliser une coupe de la société française confrontée à l’ensemble des procédures d’épuration. Restait alors à savoir si le choix de la maille départementale était pertinent ?

8Dans les faits, le cadre départemental, inédit jusqu’alors, s’avérait particulièrement légitime, puisqu’il représente la collectivité territoriale de référence pour l’organisation de l’épuration. Ainsi, le préfet, le Comité départemental de libération, les multiples commissions départementales d’épuration ou encore les sections départementales des cours de justice ou chambre civique sont autant d’acteurs déterminants d’un processus qui, dans une certaine tradition administrative française, est d’abord pensé à l’échelle départementale. Par ailleurs, le Maine-et-Loire s’est révélé une échelle d’autant plus commode qu’Angers était à l’époque (en vertu d’une réforme de Vichy maintenue, du moins jusqu’en 1946, par le gouvernement provisoire de la République française) chef-lieu départemental et capitale régionale avec à sa tête des personnalités aussi fortes et remarquables que Michel Debré et Alain Savary. Outre, cette notoriété des intéressés, tous deux à l’aube de carrières prestigieuses, ce double statut administratif s’est révélé un atout archivistique indéniable en raison de la richesse des fonds départementaux et régionaux disponibles, soulignant au passage qu’il n’y a pas de sujet viable sans un corpus d’archives cohérent et conséquent pour le traiter.

  • 13 M. Bergère, Une société en épuration L’épuration vécue et perçue en Maine-et-Loire de la Libératio (...)
  • 14 M. Lemesle, L’Anjou des années 40, Cholet, Éditions du Choletais, 1976, p. 206. La citation est ex (...)
  • 15 Cf. « Différence des sexes et répression judiciaire », in M. Bergère, Une société en épuration…, o (...)

9En revanche, le choix du Maine-et-Loire, un département réputé pour son calme et sa modération, pouvait paraître risqué. Mais c’est précisément ce caractère banal qui renforce l’intérêt de son étude. Appréhendé comme « une société en épuration », d’où le titre retenu pour la publication de ma thèse13, le champ départemental angevin a été érigé en observatoire pour comprendre comment l’épuration, dans sa globalité et sa diversité, a été vécue et perçue par des Français et Françaises ordinaires c’est-à-dire précisément par celles et ceux qui, sans grade et anonymes, échappent le plus souvent à toute étude historique. L’objectif était donc bien, à l’aune et dans les limites de cette étude de cas il est vrai, de proposer des clés pour comprendre sur quelles bases la société française s’est épurée. Au ras de la réalité angevine, on constate alors que, sans excès majeurs, l’épuration en Anjou fut plus violente, diffuse, profonde et durable qu’on ne le pense souvent. En soi, ce résultat constitue déjà un réel apport à l’histoire de l’Anjou en invalidant le mythe de la « douceur angevine ». Trace de ce mirage récurrent qui associe souvent caractère paisible à la mollesse voire à la faiblesse dans le cas présent, cette citation en bonne place dans l’introduction du chapitre « épuration » de l’ouvrage L’Anjou des années 40 de Michel Lemesle : « J’ai toujours pensé que si j’avais eu à échapper à l’épuration, c’est à Angers que j’aurais voulu me réfugier14. » Quoique l’on pense du bilan du processus épuratoire à l’œuvre en Anjou, nécessairement imparfait et inévitablement insatisfaisant voire injuste parfois, reconnaissons néanmoins que rien dans nos conclusions ne saurait justifier ce sentiment d’impunité. Au-delà du cas strictement angevin, cette approche totale d’une société confrontée à toutes les formes d’épuration participe également d’une meilleure compréhension du phénomène dans son ensemble. Ainsi, l’angle retenu permet de saisir des dimensions qu’une perception plus haute écrase ou désincarne et des formes d’épuration (économique mais aussi parfois « officieuse » voire tacite) ou des milieux (syndicats, Église…) peu ou mal connus y gagnent clairement en lisibilité. À titre d’exemple, il révèle les conditions à travers lesquelles la justice a été rendue et a fonctionné alors que l’historien s’arrête fréquemment à la porte de son seul bilan. En effet, jusqu’alors les historiens avaient trop souvent limité leur champ d’action au temps du procès comme principal résultat visible du passage de la justice, alors même que les temps de la construction et de l’évolution de la norme, de la jurisprudence, de l’enquête, de l’instruction voire du classement restaient hors de leur portée bien que riches d’horizons de temporalités différents et de perspectives comparées, en particulier en matière de sévérité ou d’approche « genrée15 ».

10Illustration de ce questionnement, on constate à la Libération que les femmes accusées ou suspectées de « collaboration » sont très nombreuses dans les prétoires au moment même où, paradoxalement, elles accèdent enfin à la citoyenneté politique. Dès lors, sachant qu’elles représentent 38,3 % des justiciables angevins (soit un chiffre très supérieur à leur taux de comparution ordinaire au pénal), on peut légitimement se demander si elles ont bénéficié d’un traitement judiciaire particulier. En ce sens, ce travail se voulait également une réponse, au moins partielle, aux lacunes historiographiques soulignées par Jean-Claude Farcy dans son Histoire de la justice française :

  • 16 J.-C. Farcy, L’histoire de la justice française de la Révolution à nos jours. Trois décennies de r (...)

« C’est finalement ce qui manque le plus maintenant à cette histoire de la répression politique de la Libération : celle des cours de justice et des chambres civiques, de leur personnel, des règles de procédures suivies, de la jurisprudence suivie et des variations régionales et selon les périodes. On connaît bien leur bilan d’activité mais peu leur fonctionnement concret16. »

11Ainsi, comme l’observe Xavier Rousseaux, dans un bilan historiographique de l’histoire de l’épuration dans l’espace français, le changement d’échelle opéré sur la décennie écoulée fut fécond, même s’il en appelle désormais d’autres :

  • 17 X. Rousseaux, « Historiographie du crime et la justice criminelle dans l’espace français (1990-200 (...)

« Susceptible d’une approche par en haut, en terme de politique répressive à l’instar du cas belge, elle s’enrichit d’études locales et micro-historiques […]. Croisant des niveaux d’échelle différents, articulant des demandes sociales avec des pratiques juridiques, variant dans l’espace et dans le temps, l’enquête nationale s’enrichit d’études régionales. Reste à l’inscrire dans une histoire comparée des sorties de guerres européennes17. »

Que peut nous apprendre que nous ne sachions déjà une enquête départementale appliquée aux événements de 196818 ?

  • 18 Cette partie s’appuie notamment sur les publications suivantes : « Mai juin 1968 en Anjou : entre (...)
  • 19 R. Branche, S. Thénault (dir.) La France en guerre 1954-1962, Autrement, 2008.
  • 20 Outre mes recherches relatives à la guerre et ma contribution aux travaux sur les années 1968, don (...)

12Cette fois, le choix de l’échelle n’était pas seulement mien, dans le sens où il s’inscrivait dans une certaine culture de l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP) adepte des emboîtements d’échelles dans le cadre de vastes enquêtes collectives problématisées au niveau national et déclinées ensuite au niveau local par un réseau serré de correspondants, départementaux le plus souvent. Les vertus de la méthode et la qualité des résultats obtenus ne sont plus à démontrer notamment sur l’important renouvellement historiographique en matière d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, et en particulier de la Résistance, mais aussi plus récemment autour du vécu de la guerre d’Algérie en métropole19. Je dois d’ailleurs reconnaître ici ma dette à l’égard de ce laboratoire où j’ai beaucoup appris de 1994 à 2002 dans une émulation constante entre recherche individuelle et recherche collective20.

  • 21 Cf. Michelle Zancarini-Fournel, « La longue décennie des mouvements sociaux et la grève générale d (...)

13Ce préalable étant posé et à l’heure du bilan : on se demande bien ce que peut apporter à la connaissance de l’événement 1968, l’étude d’un département comme le Maine-et-Loire, tant ce dernier est souvent présenté comme a priori « non remarquable » sur le front de la contestation sociale21.

14Pourtant, force est de constater que la moisson s’est avérée particulièrement productive au moins à deux niveaux.

Une chronologie autonome et originale

15À l’encontre de certaines idées reçues, la crise de mai 1968 n’éclate pas comme un orage dans un ciel sans nuage ! Ainsi, à l’inverse d’une lecture fréquente qui consiste à faire de cette crise sociale majeure une crise de prospérité, on découvre au contraire en Anjou comme dans l’Ouest de la France, de manière plus générale, la préexistence d’un malaise latent. Bien entendu, il n’est pas question ici d’occulter ou de nier le contexte global des Trente Glorieuses avec sa croissance soutenue et son plein-emploi, mais cela démontre, encore une fois, combien cette vision opératoire à l’échelle de cycle macroéconomique mérite pour le moins d’être nuancée dans le temps et dans l’espace.

  • 22 Un florilège des slogans relevés en particulier lors de la manifestation du 8 mai 1968, témoigne d (...)

16« À l’Ouest, rien ne va plus, la colère gronde ! », clame la banderole unitaire du 8 mai 1968. À l’origine de cette inquiétude, il y a un département qui se sent à l’écart des Trente Glorieuses et craint d’être oublié ou, pire encore, victime de l’aménagement du territoire ou de la construction européenne (en particulier de la politique agricole commune). Certains symptômes du malaise sont, il est vrai, objectifs : une situation de « mal emploi » au sein d’un département très jeune, où règnent les bas salaires (72e département métropolitain dans le domaine) mais aussi l’exode rural et particulièrement des jeunes (y compris hors département)22.

17Dès lors, les secousses se multiplient à compter de 1965, y compris sous la forme de manifestations régionales à Cholet, Redon, ou au Mans dès 1967. D’ailleurs, c’est dans la continuité de ces mobilisations que commence le mai angevin via l’imposante manifestation du 8 mai 1968 (10 000 manifestants à Angers). Manifestation, dont le principe avait été arrêté par les principaux syndicats agricoles (FDSEA-CDJA) et ouvriers (CGT-CFDT) au mois de mars précédent et pour laquelle on mesure bien l’effet d’entraînement très relatif des événements parisiens d’ailleurs encore quasi exclusivement estudiantins à cette date.

18En décalage avec la vision ternaire classique et « parisienne » des phases successives de mai 1968 (étudiante, sociale, politique), on relève donc ici une chronologie propre au département non sans chevauchements entre mouvements sociaux régionaux et nationaux. À partir de la mi-mai néanmoins, les chronologies tendent à se rapprocher et la scène départementale rejoint alors la scène nationale selon le triptyque – manifestations, grèves, occupations –, mais en conservant certains traits originaux, en particulier au niveau des acteurs.

Une diversité des acteurs et des aspirations

19En effet, si l’on rencontre bien en Anjou des étudiants, ils ne constituent pas le fer de lance de la contestation et il faut plutôt y souligner la place particulière d’acteurs plus négligés voire occultés au niveau national.

20En Anjou, le mouvement social est d’abord salarié et particulièrement le fait d’ouvriers et d’employés (services, grands magasins, administrations), la CFDT apparaissant, de loin, comme la centrale la plus influente et agissante. On assiste alors dans le département à un mouvement de grève long (21 mai-15 juin), massif (la paralysie des activités socio-économiques est quasi-totale) et spectaculaire (sur 108 entreprises industrielles en grève, 28 sont occupées). Ce faisant, il révèle également des acteurs plus « inattendus ».

21Les agriculteurs d’abord, qui participent à des manifestations unitaires et témoignent de certaines solidarités. Ils sont très actifs le 8 mai mais aussi, à un degré moindre et dans un contexte politique désormais très différent, le 24 mai. Ce jour est le théâtre d’une manifestation agricole qui vise à tirer « la sonnette d’alarme » selon l’expression de Joseph Ariaux, président de la FDSEA. Pour la seconde fois et malgré certaines réticences dans leurs rangs, FDSEA et CDJA acceptent d’organiser un rassemblement commun avec les fédérations ouvrières et étudiantes. Le préfet parle d’un échec relatif, avec seulement trois mille manifestants à Angers dont la moitié d’agriculteurs, mais, si l’on considère la nouvelle donne politique et sociale, on peut aussi estimer, avec François-Henri de Virieu dans Le Monde du 25 mai, que ces manifestations unitaires en Bretagne et Pays de la Loire constituent : « un test intéressant de l’influence des minorités agissantes de la gauche chrétienne paysanne, qui en liaison avec la CFDT, essaient actuellement de donner des objectifs idéologiques au mouvement de protestation paysan ».

22Le clergé ensuite qui, dans la continuité des débats autour de Vatican II, voit se développer en son sein un progressisme chrétien qui érode les alliances et les hiérarchies traditionnelles. Même l’évêque Mgr Mazerat, ne reste totalement pas neutre : ainsi, le dimanche 26 mai, il informe les curés et les paroissiens que les produits de la quête iront aux familles de grévistes en difficulté. De même, son homélie de Pentecôte, s’achève sur les mots suivants :

« Que les classes sociales les plus favorisées acceptent des sacrifices même exceptionnels pour que les avantages actuels ne soient pas effacés en quelques mois, cela en vue du bien commun. Notre société ne doit pas provoquer l’appauvrissement des pauvres, selon le mot de Paul VI dans l’encyclique sur le développement des peuples […]. C’est pour cette cause de promotion humaine que des hommes et des femmes ont payé ces jours de leur personne et de leurs peines, nous leur disons notre respect et notre estime. »

  • 23 Voir notamment sur ce point E.-C. Marrel, Mémoires et histoire des féminismes (Angers 1965-1985), (...)

23Au sein de l’Église comme du monde agricole, on note une importante dimension générationnelle. Ainsi, le mouvement paysan ne sort pas indemne du conflit comme en témoignent les dissensions, au sein du CDJA et avec son syndicat aîné de la FDSEA. Au niveau national, les congrès du CNJA de l’automne 1968 puis de juillet 1970 sont particulièrement houleux et les représentants du Maine-et-Loire y soutiennent « l’opposition », c’est-à-dire la ligne « paysans-travailleurs » défendue localement par Dominique Lebrun. Enfin, la place et le rôle exacts des femmes au sein du mouvement social, notamment dans les secteurs ou entreprises où elles sont majoritaires (Thomson, Bull, municipaux d’Angers), gagneraient également à être plus et mieux soulignés23. Là encore, dans le paysage syndical angevin, il faudrait souligner l’intérêt plus marqué de la CFDT à la question des femmes, depuis au moins 1965. Cette évolution conduira d’ailleurs en 1975, Mauricette Jarry à la tête de l’UD-CFDT de Maine-et-Loire, poste qu’elle occupera pendant 12 ans.

  • 24 B. Gobille, « L’événement Mai 68 Pour une sociohistoire du temps court », Annales Histoire et Scie (...)

24En définitive, dans une approche sociohistorique croisant la chronologie courte du phénomène contestataire de mai-juin avec celle, plus longue, de mutations socio-économiques profondes, Angers constitue un bon cadre d’analyse pour mieux saisir certaines « passerelles entre mondes sociaux et professionnels » et « des articulations entre conjoncture critique et mutations sociales, économiques, idéologiques et syndicales antérieures24 ». Dès lors, comme le note Boris Gobille,

  • 25 B. Gobille, Mai 1968, La Découverte, coll. « Repères », 2008, p. 45.

« Les interactions complexes entre la dynamique générale de la crise et les intrigues particulières à certains sites ne s’observent pas seulement au niveau des usines et des entreprises mais aussi à l’échelle municipale, départementale voire régionale. Le cas du Maine-et-Loire est à cet égard emblématique25. »

*

  • 26 A. Jacobzone, En Anjou, loin du front, Vauchrétien, Éditions Davy, 1988 et L’éradication tranquill (...)

25Pour conclure, mon intime conviction de modeste arpenteur de certaines allées de l’histoire angevine en des temps troublés, c’est que l’histoire de l’Anjou mérite mieux que la vision faussement lisse et consensuelle que l’on a souvent d’elle. Au contraire, elle gagne toujours à être plus et mieux connue, à condition de vivre cet exercice comme une ouverture et non comme un enfermement. C’est d’ailleurs, sur des périodes et problématiques voisines ce que démontrent également par leurs apports indéniables, à la connaissance de l’Anjou comme de l’événement, les recherches d’Alain Jacobzone sur la Grande Guerre ou la Shoah26.

Notes

1 Comme en témoignent les dossiers « Une histoire à l’échelle globale », Annales, Histoire, Sciences sociales, 56/1, 2001 ou « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 54/4 bis, 2007. Dans un contexte d’internationalisation croissante de la recherche, de développement des travaux sur les aires culturelles et d’une volonté de rompre avec une écriture de l’histoire parfois jugée trop « européocentrée », les historiens français s’emparent, non sans ambiguïtés, de ces concepts et débats, lire sur ce point, O. Petregrenouilleau, « Les historiens français et les mondialisations », in J.-F. Sirinelli, P. Cauchy, C. Gauvard (dir.), Les historiens français à l’œuvre 1995-2010, Paris, PUF, 2010, p. 287-300.

2 Outre les références précédentes, on peut retenir parmi les balises remarquables de ces évolutions : J.-C. Ruano-Borbalan (dir.), L’histoire aujourd’hui, Auxerre, Sciences Humaines Éditions, 1999. (l’index thématique comporte une entrée « échelle d’observation ») ; J. Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1996 (à noter en particulier la contribution de Bernard Lepetit, « De l’échelle en histoire »), et tout récemment, Christian Delacroix, « échelle », in C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia, N. Offenstadt (dir.), Historiographies. Concepts et débats, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2010, t. II, p. 725-730.

3 A. Croix, D. Guyvarc’h (dir.), Guide de l’histoire locale, Paris, Le Seuil, 1990. On peut également consulter l’article « Approche régionale » de Michel Denis, in F. Bedarida (dir.), L’histoire et le métier d’historien en France 1945-1995, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1995, p. 187-200.

4 J. Revel, « L’émergence de la micro-histoire », in J.-C. Ruano-Borbalan (dir.), L’histoire aujourd’hui, Auxerre, Sciences Humaines Éditions, 1999, p. 244.

5 A. Farge, « L’histoire sociale », in F. Bédarida (dir.), L’histoire et le métier d’historien en France 1945-1955, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1995, p. 297.

6 B. Lepetit, « De l’échelle en histoire », J. Revel (dir.), Jeux d’échelles La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1996, p. 92.

7 P. Novick, L’Épuration française, 1944-1949, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 1991 (1re édition anglaise, 1968, française, 1985).

8 H. Rousso, « L’épuration en France : une histoire inachevée », Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 33, 1992, p. 78-105.

9 Sur les administrations des PTT et de l’éducation nationale en particulier, F. Rouquet, L’épuration dans l’administration française, Paris, CNRS Éditions, 1993.

10 Renouveau dont témoigne, pour partie, l’ouvrage collectif dirigé par Marc-Olivier Baruch (dir.), Une poignée de misérables. L’épuration de la société française après la Seconde Guerre mondiale, Paris, Fayard, 2003.

11 À titre indicatif, les travaux sur les violences (Fabrice Virgili), l’internement administratif (Denis Peschanski), l’épuration judiciaire (Alain Bancaud, Alice Kaplan, Bénédicte Vergez-Chaignon), ou encore le récent colloque sur l’épuration économique (Marc Bergère, [dir.]).

12 À l’échelle de villes (Philippe Barrière, Megan Koreman) ou de régions (Patricia Boyer pour le Languedoc, Luc Capdevila pour la Bretagne, Jean-Laurent Vonau pour l’Alsace).

13 M. Bergère, Une société en épuration L’épuration vécue et perçue en Maine-et-Loire de la Libération au début des années 50, Rennes, PUR, 2004.

14 M. Lemesle, L’Anjou des années 40, Cholet, Éditions du Choletais, 1976, p. 206. La citation est extraite du témoignage d’un étudiant réfugié en Anjou à compter de 1943. Cette lecture est d’autant plus intéressante que les livres de Monsieur Lemesle, pionniers en leur temps, ont longtemps été, et restent encore aujourd’hui à certains égards, des références.

15 Cf. « Différence des sexes et répression judiciaire », in M. Bergère, Une société en épuration…, op. cit., p. 156-167.

16 J.-C. Farcy, L’histoire de la justice française de la Révolution à nos jours. Trois décennies de recherches, Paris, PUF, 2001, p. 422.

17 X. Rousseaux, « Historiographie du crime et la justice criminelle dans l’espace français (1990-2005) : de la Révolution au XXIe siècle », Crime, Histoire et Sociétés, 2006, vol. 10/2, p. 152.

18 Cette partie s’appuie notamment sur les publications suivantes : « Mai juin 1968 en Anjou : entre mutations et contestations », Archives d’Anjou, no 2, 1998, p. 207-219 et « Les grèves en France : le cas du Maine-et-Loire », in R. Frank, G. Dreyfus Armand, M.-F. Lévy et M. Zancarini (dir.), Les années 68. Le temps de la contestation, Bruxelles, Complexe, 2000, rééd. format poche 2008, p. 312-327.

19 R. Branche, S. Thénault (dir.) La France en guerre 1954-1962, Autrement, 2008.

20 Outre mes recherches relatives à la guerre et ma contribution aux travaux sur les années 1968, dont il va être question ci-après, j’ai également participé au programme de recherche sur les élites locales en France des années 1930 aux années 1950 : « Permanences et ruptures au sein du Conseil général de Maine-et-Loire (1935-1953) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1996, t. CIII, no 3, p. 69-80. ; « Jean De Geoffre, un élu très angevin » et « Le Maine-et-Loire », in D. Peschanski, G. Le Béguec (dir.), Les élites locales dans la tourmente. Du Front populaire aux années cinquante, Paris, CNRS Éditions, 2000, p. 111-117 et 325-333.

21 Cf. Michelle Zancarini-Fournel, « La longue décennie des mouvements sociaux et la grève générale de mai-juin 1968 », in R. Frank, G. Dreyfus Armand, M.-F. Lévy et M. Zancarini (dir.), Les années 68. Le temps de la contestation, Bruxelles, Complexe, 2000, rééd. format poche 2008, p. 276.

22 Un florilège des slogans relevés en particulier lors de la manifestation du 8 mai 1968, témoigne de ces préoccupations : « Du travail pour tous », « Nous voulons des usines », « Déplacer les usines pas les hommes », « Non à la déportation de la main-d’œuvre », « élève aujourd’hui, chômeur demain ».

23 Voir notamment sur ce point E.-C. Marrel, Mémoires et histoire des féminismes (Angers 1965-1985), maîtrise d’histoire, université d’Angers, 1998 (mémoire ayant reçu le prix Jean Maitron).

24 B. Gobille, « L’événement Mai 68 Pour une sociohistoire du temps court », Annales Histoire et Sciences sociales, 2008, no 2, p. 335.

25 B. Gobille, Mai 1968, La Découverte, coll. « Repères », 2008, p. 45.

26 A. Jacobzone, En Anjou, loin du front, Vauchrétien, Éditions Davy, 1988 et L’éradication tranquille. Le destin des juifs en Anjou (1940-1944), Vauchrétien, Éditions Davy, 2002.

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Rennes 2 et chercheur au CERHIO CNRS, a été longtemps (1994-2002) correspondant départemental de l’Institut d’histoire du temps présent pour le Maine-et-Loire. Spécialiste de l’histoire de l’épuration en France, il a publié plusieurs ouvrages sur l’épuration de la société française au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, dont sa thèse sur le Maine-et-Loire.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search