Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Cinquième partie. La maison et son environnement

Le mas catalan de l'Albera

L'exemple du mas Massot d'Abaix de La Roca d'Albera (du XVIIe au XIXe siecle)

Martina Camiade

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Cette communication fait partie du dossier d'habilitation (HDR) en préparation.

1Nous avons tenté de décrire le parcours d'un mas depuis sa création au xviie siècle jusqu'au xxe siècle. Cette histoire a pour point de départ une personne, Jean Pierre Lacombe Massot, propriétaire et héritier du mas Massot d'Abaix. Nous avons pu, avec son aide, en décrire la parentèle, mais aussi l'évolution de la propriété. Cette analyse ne s'est pas simplement nourrie de l'apport des documents, elle s inscrit dans une démarche de connaissance du milieu longuement arpenté et exploré. Les stratégies d'alliance et de pouvoir sont envisagées dans un cadre très précis. Ainsi tout en décrivant le parcours du mas Massot d'Abaix, nous tenterons de dégager la structure et le fonctionnement du groupe familial et l'organisation de l'espace domestique, de montrer la part de continuité et son évolution dans le temps. Ce travail s'inscrit dans une étude basée sur les stratégies d'alliance et de pouvoir entre les mas de l'Albera du xvie au xxe siècle1.

L'Albera, territoire transfrontalier

2Le massif de l'Albera forme l'extrémité est des Pyrénées, limité d'un côté par la mer Méditerranée et de l'autre par le col du Perthus. Il se présente comme un massif aux formes arrondies d'une trentaine de kilomètres de long, qui culmine à 1256 m au pic Neulós. Son versant nord, très abrupt, plonge sur le piémont en quelques kilomètres, tandis que son versant sud descend plus progressivement en formant une large zone vallonnée. Ses vallées transversales et ses cols ont formé l'axe majeur de communication entre le Nord et le Sud C'est sur les plaines du piémont et les contreforts montagneux, jusqu'à 500 m d'altitude environ, que se sont implantés les habitats : villages, hameaux ou mas.

  • 2 Catafau, Aymat, Les Celleres et la naissance du village en Roussillon, Presses Universitaires de P (...)
  • 3 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 1C 1081.
  • 4 L'ayminate ou « eiminada » ou éminate est la mesure de superficie agricole spécifique au Roussillo (...)
  • 5 Cours, André, Matheu, Gabriel, La Roca d'Albera, Les presses littéraires, 1995, p. 105.

3Le territoire communal de La Roca d'Albera est au cœur de cette histoire. C'est de là que sont issus les descendants du mas Massot d'Abaix ; ils s'y sont fixés jusqu'à aujourd'hui. Le village est situé au piémont de l'Albera ; il est bâti sur un piton rocheux surmonté des vestiges de son château et de sa tour, édifiés au xie siècle. Les maisons qui l'entourent forment la cellera castrale2. À cet habitat groupé s'ajoute un habitat dispersé structuré sous la forme de mas. Il se développe jusqu'aux limites des communes voisines de Sureda à l'est et de Vilallonga dels Monts à l'ouest, et au sud jusqu'à une altitude de 500 mètres. Les dénombrements de 1725 et 17303 dressés sur les communautés de l'Albera montrent que La Roca est la plus importante d'entre elles avec 132 maisons et 153 feux, 448 ayminates4 de vignes et 250 de bois à glands. Ses trois moulins à huile inventoriés et ses 224 ayminates d'olivettes en font le producteur le plus important de tout le massif. En 1792, la population de La Roca est de 941 habitants ; elle augmente progressivement pendant le xixe siècle pour atteindre 1210 habitants en 18965.

  • 6 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 8J25, 8J23.
  • 7 Arch. privées Mas Massot.
  • 8 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 3 E19/1289.

4Le mas est une unité d'exploitation agricole composée de la famille et au moins de quatre ensembles : les terres agricoles, les bois, les pacages et les bâtiments. Dans les capbreus6, terriers de La Roca d'Albera du xvie et du xviie siècle, c'est le terme de mansum ou de mas qui prévaut Ils sont rédigés soit en latin, soit en catalan ou parfois dans un mélange des deux. Ce n'est que dans les actes écrits en français, par les notaires, comme celui de 1711 d'achat de terres par Michel Masso7, et par les juges, comme en 1714 à propos d'un conflit avec leur voisin 8 et de l'interrogatoire qui s'ensuit, que nous trouvons le terme de mettairie. En fait le mas est appelé mettairie lors du processus de francisation du Roussillon.

  • 9 Assier-Andrieu, Louis, « Representacions juridiques i consequències sociologiques del model domèst (...)

5Dans tous les cas, il est une réalité matérielle incorporant sous une même dénomination l'habitation, le patrimoine foncier, les personnes qui y vivent et le travaillent, recouvrant différents termes suivant les régions ou les pays : casa, ostau, mas, ostal, casai, casau.... C'est une croisée de croyances et de repères d'identité dans laquelle se développe l'exercice d'un pouvoir par son représentant, le cap de casa, le chef de maison, légitimé par le système successoral catalan. Ce système, qui possède une extrême homogénéité, se fonde sur un même principe, celui de l'unité et de la pérennité du patrimoine. Il permet au seul cap de casa de planifier la succession9. Le père choisit l'héritier pour sa capacité à assurer la continuité de la maison, du mas. Il institue bereu, au moment du mariage dans le pacte matrimonial – capitol matrimonial–, qui comporte la création de réserves par le père de l'hereu pour le reste de ses enfants.

Le mas Massot d'Abaix

  • 10 Jeanne Massot Julien est née le 24 août 1917.

6Nous ne possédons aucune information précise sur l'état du mas aux xviiie et xixe siècles n'ayant à ce jour découvert d'inventaires de biens après décès. De même, tous les registres notariaux n'ont pas été encore exploités. Une photographie du mas en 1918 et un entretien avec Jeanne Massot Julien10 nous ont permis de réaliser la description qui suit.

Au début du xxesiècle

  • 11 Voir documents annexes n° 1 et 2.

7Le mas est composé de deux corps de bâtiments : un corps principal et un corps annexe, chacun subdivisé en parties mitoyennes qui trahissent, par des élévations variables, des périodes de construction différentes. Il nous est impossible, à ce jour, de dater ces étapes, n'ayant retrouvé aucun document, note ou facture nous permettant de suivre leur évolution. Nous nous bornerons à décrire l'état des lieux au début du xxe siècle11.

Figure 1- Le Mas Massot d'Abaix en 1918

Figure 1- Le Mas Massot d'Abaix en 1918

8Les murs sont d'une largeur moyenne de 50 à 60 cm, en pierres, grosses et moyennes, non travaillées, de gneiss, quartzite, marbres... à l'exclusion de toutes roches sédimentaires. Elles sont extraites dans l'environnement immédiat. De petites pierres servent de blocage (reble en catalan), le tout étant lié par de la terre. Les cloisons sont en briquettes, crépies. Les sols sont de terre battue pour les parties destinées à l'exploitation agricole, dalles de pierre pour la cuisine et dalles en terre cuite pour la salle à manger. Les chambres du rez-de-chaussée et de l'étage sont en planchers faits de lattes de bois juxtaposées, reposant sur des chevrons supportés par des poutres en chêne. Les toitures sont en tuiles courbes.

  • 12 . Arch. privées Mas Massot, bail verbal 1905.

9Le corps de bâtiment principal se compose de trois parties mitoyennes de hauteurs différentes : l'habitat, la cave et l'écurie. Le bâtiment d'habitation est de forme carrée. Une partie A repose directement sur la roche, tandis qu'au-delà d'un mur porteur, l'autre partie B, à l'Est, a nécessité un plancher pour compenser la forte déclivité du terrain. Cette partie semble avoir été rajoutée ultérieurement. L'espace sous le plancher est aménagé en cave. Le rez-de-chaussée se compose de deux parties. La partie A comprend une cuisine où se déploie une grande hotte sous laquelle, outre le foyer, se trouve l'entrée du four à pain. Une porte percée dans un mur porteur permet de passer de la cuisine vers une grande pièce servant de salle commune. Par une autre porte, on accède à une petite pièce, la souillarde. Il s'agit d'une dépendance extérieure au plan de base et de plus faible élévation. L'ouverture entre cuisine et souillarde n'existait pas à l'origine ; l'accès à cette dernière se faisait par l'extérieur. On y stockait alors de grosses jarres à huile. Attenant à la souillarde, on trouve le four à pain puis un autre petit local dont la destination nous est inconnue. L'entrée principale du mas s'ouvre dans le mur sud de la salle commune. La partie B est divisée en trois chambres l'une donnant sur la cuisine et les deux autres sur la salle commune. Un escalier monte de la cuisine à un étage qui occupe la seule partie A. Il est divisé en « trois chambres non plafonnées mais habitables 12 »

10Attenante à la salle à manger avec laquelle elle communique, se trouve la cave qui comprend les cuves à vin, bâties. On y entrepose le gros matériel viticole, pompe et pressoir. Quelques marches permettent d'accéder à un grenier à foin occupant l'étage de la dernière partie, l'écurie. On descend du grenier à l'écurie par une échelle meunière. On rejoint également le grenier directement de l'extérieur, par quelques marches.

11Le bâtiment annexe comprend deux parties distinctes, mitoyennes, de hauteurs différentes et non communicantes, ainsi que deux petites cours fermées. Ce bâtiment semble avoir été édifié en deux étapes. Le rez-de-chaussée de la première partie, appelé « remise », sert d'atelier et de rangement d'outils ; on y trouve aussi une enclume. Son sol est en terre battue. Sur son mur ouest s'ouvre une porte, petite et basse, murée qui donne dans une petite cour fermée par un mur de pierre. Elle laisse supposer que ce local a pu servir de porcherie. On accède à l'étage qui sert de grenier à céréales, par une échelle meunière. Elle n'existait pas à l'origine ; l'accès se faisait alors par une simple échelle disposée sur la seule ouverture (au sud), large et surmontée d'une poulie qui permettait de hisser les bottes.

12Le rez-de-chaussée du local mitoyen est divisé en deux par un muret de 1 m de haut. Une partie sert de porcherie et débouche dans une petite cour fermée par un mur de pierre. L'autre, qui abrite la volaille, comprend une toute petite ouverture au pied de son mur nord ; elle débouche dans une volière en plein air, grillagée. Un escalier extérieur en pierre permet de monter au colomer (pigeonnier). On y stocke alors le grain pour la volaille, mais sa fonction première comme son nom l'indique, devait être celle d'un pigeonnier, omniprésent dans les mas, au xviiie siècle.

Origine du mas Massot

  • 13 Arch. dép. des Pyrénées Orientales, 3 E1/3476.

13On trouve le mas Massot (mas d'origine situé à 200 m. au sud du mas Massot d'Abaix) dans un capbreu du xviie siècle Il appartient alors à Pere Massot, « Pere del mas », descendant de Bartholomeu. Pere en a hérité, il est l'hereu. En droit catalan, l'hereu, désigné par testament, reçoit les biens de ses parents, tandis que les autres ayant droit, les legitimari, se partagent la valeur du quart de l'héritage, la quarta. Pere a épousé Anna Terrades. De cette union sont nés sept enfants. Le 25/10/1671, malade, Pere dicte son testament13 par lequel il fait de l'aîné des garçons, Pere Massot Terrades, l'hereu. D laisse l'usufruit à son épouse qui lui survivra 22 ans et donne à ses deux autres fils Francisco et Miquel et à sa fille Agna une somme de dix ducats à chacun. Pere Massot Terrades épouse Maria Angela avec qui il a 6 enfants dont deux garçons morts jeunes. C'est sa fille Teresa qui devient héritière. Elle se marie avec Pere Bes du mas voisin, le mas Durbau. Des lors le mas Massot sera désigné comme mas Bes ou mas Massot de dalt (d'en haut).

14Au moment où est établi le capbreu de 1583, l'Albera fait partie de la Catalogne, elle-même incluse dans le royaume d'Espagne. En 1671, année de la mort de Pere, le versant Nord du massif est devenu français avec la signature, en 1659, du traité des Pyrénées entre la France et l'Espagne, après de longues années de guerre qui ont saigné le Roussillon. De 1635 à 1659 les combats font rage. Ils concernent surtout les villes stratégiques d'Argelers et de Cotlliure à l'est et le fort de Bellaguarda à l'ouest On ne note pas à La Roca, éloigné d'une dizaine de kilomètres de ces deux zones, de destruction particulière. Par contre le village et ses habitants doivent contribuer à l'effort de guerre, et ses récoltes sont comme partout tour à tour convoitées par les troupes françaises ou espagnoles. N'ayant aucun document à l'appui, nous ignorons l'impact précis de ce conflit sur le mas lui-même.

Création du Massot d'Abaix

  • 14 Baile ou plus courant Batlle est en catalan le représentant administratif du seigneur.
  • 15 Voir document annexe n° 3.

15Miquel Massot Terrades, fils cadet de Pere, n'a pas la qualité de pages qui implique la possession de terres, mais de simple brasser, celui qui loue ses bras. Il achète le 4 février 1711 à Bernard Gujas, pages et baile du lieu de Villelongue14, une pièce de terre, champ, pré et jardin de 3 ayminades au lieu-dit Coma del Bern, situé à 400 mètres environ au nord du mas Massot15.

  • 16 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 3 E 19/1289.

16Miquel Massot Terrades et son épouse Maria ont eu trois garçons et deux filles, peut être plus. Parmi eux Pere et Feliu se retrouvent impliqués dans un procès16, le 30 juin 1714, pour avoir fait pacager deux bœufs dans le champ de blé d'un voisin et s'être battu avec lui. Il est précisé que Feliu est alors « âgé d'environ 18 ans, gardien de bœufs a la maitterie de Michel Massot [son] père... », et qu'il se trouvait au moment des faits « près de la méttairie de Pere Massot, [son] oncle ». Ces précisions nous indiquent que Michel Massot possède, en juin 1714, une métairie guère éloignée du mas Massot Le terrain ayant été acheté en février 1711, c'est entre ces deux dates que se situe le début de la construction du mas Massot d'Abaix.

  • 17 Arch. privées Mas Massot, acte du 4/08/1715.
  • 18 Voir document n° 3.

17Il occupe une position intermédiaire, charnière entre les mas de plaine et ceux de montagne. Il est édifié sur un replat rocheux situé au piémont nord du massif à 145 mètres d'altitude, équidistant (2 km) des villages de Vilallonga dels Monts et de La Roca d'Albera, étant inclus dans le territoire communal de ce dernier. Quatre ans plus tard, le 4 août 1715, Michel Massot procède à un nouvel achat de 8 ayminades, dans le voisinage immédiat, toujours lieu-dit Coma del Bern. Le fait d'être devenu français ne met pas pour autant un terme aux principes du droit féodal qui restent en vigueur. Ces achats concernent le domaine utile et sont assujettis au paiement des redevances au seigneur de La Roca : « 10 livres 13 sols et 4 deniers de dite monnoÿe de France de censal annuel et perpétuel17 ». À la mort de Michel, ce que nous appellerons le noyau du mas Massot d'Abaix, c'est-à-dire les terres les plus proches du bâtiment, comprises entre les ravins de la Fontferrera et de Durbau18, représentent 11 ayminates, soit : 6 ha 57 a 69 ca.

  • 19 Arch. privées Mas Massot, acte du 31/12/1749.

18Pere (1694-1762), le fils aîné, un des deux protagonistes du procès de 1714, est l'hereu. Il reconnaît par acte du 14 mai 1749, devoir payer « un censal ou rente constituée de 4 livres 10 sols monnoye de France en pension » à Bazelica Gujas veuve de Vincent Gujas et « usufructuaire des biens de Bernard Gujas », pour les 3 ayminates acquises par son père en 1711. Quelques mois plus tard, par acte du 31 décembre 174919 c'est pour l'autre terre, de 8 ayminates, achetée en 1715, qu'il reconnaît devoir « une rente constituée ou censal, pension annuelle de 10 livres 13 sols 4 deniers monnoye de France [...] provenant du prix de la vente de dite pièce faite à Michel Massot père du reconnaissant... ». Entre ces deux dates, le 22 mai 1749, Pere a acheté une petite parcelle de demÿ cartonatte (environ 800 m2) mitoyenne des autres terres. À sa mort en 1762, le noyau du mas Massot d'Abaix se compose de 11 ayminates et ½ cartonata, soit environ : 6 ha 65 a 69 ca. L'activité du mas Massot d'Abaix est centrée sur une polyculture vivrière et l'élevage.

Stagnation, guerres et révolution

  • 20 Les prénoms et souvent les noms sont à ce moment là francisés.

19Feliu Massot Bonet (1718-1796) l'hereu a épousé Marianna Maury Duran (1721-1794) d'Argelers de la Marenda. La surface du mas Massot d'Abaix ne s'accroît pas, alors que, favorisé par la paix qui dure une bonne partie du xviiie siècle, la croissance démographique s'accélère et rejaillit sur le développement des villages du piémont Quand éclate la Révolution, Feliu a 71 ans et vit au mas avec son fils Joseph 20 Massot Maury (1753-1828). Ce dernier avait épousé quelques années auparavant, en 1774, Victoria Fort Benessis de Sureda, union dont il naîtra 9 enfants. Aux troubles généraux qui agitent la France, s'ajoute la guerra gran qui place le massif de l'Albera au cœur des opérations. Du printemps 1793 à l'automne 1794 de violents combats opposent les troupes françaises et espagnoles de Banyuls au Perthus.

  • 21 Cours, André, Matheu, Gabriel, La Roca d'Albera, op. cit., p. 31 et 32.

20Nombreux sont les partisans royalistes qui émigrent en Espagne par les cols de l'Albera. Les Massot ne sont pas de ceux-là ; Joseph figure, en 1792, sur l'« État des citoyens en état de porter les armes dans la commune de La Roque 21 », Feliu sur celui « des citoyens qui ne sont pas en état de porter les armes ». Un second conflit éclate, en 1807, après que Napoléon ait décidé d'annexer l'Espagne et d'installer son frère Joseph sur le trône. C'est la Guerra del Francès, qui ouvre une nouvelle période de troubles pour le massif. Les réquisitions de bétail et de vivres pour les besoins de l'armée et les mobilisations de jeunes gens frappent les villages du piémont En réaction à l'occupation française, des juntes locales se créent. Des opérations de guérilla se multiplient. Cette période d'insécurité s'apaise progressivement et prend fin avec le retour en France des armées napoléoniennes au début de 1814.

Reprise et expansion

  • 22 Arch. privées Mas Massot. acte du 23/08/1813.
  • 23 Feliu, en français Félix, est en réalité appelé Philippe dans les actes. Cette déformation est la (...)
  • 24 Arch. privées Mas Massot, acte du 16/06/1816.

21Quelques mois plus tôt, le 23 août 181322, Feliu Massot Fort (1777-1845)23, fils de Joseph, avait acheté deux parcelles dans le voisinage du mas ; c'est le premier achat après 64 ans de stagnation. Trois ans plus tard, le 26 juin 181624, il en effectue un second à 2 km à l'est, lieu-dit al Quinta. C'est la première fois qu'une acquisition est réalisée à l'extérieur du noyau. Son père Joseph se porte acquéreur d'une partie complémentaire du même domaine dit de Rocavella, incluant un petit mas et la ruine de la chapelle romane de Sant Fructuós-Saint Fructueux. Il achète également deux oliveraies, lieu-dit les Olivedes et la Citadelle.

  • 25 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 1C 1081.
  • 26 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 1016 W/191-194.

22En 1822, à la création du cadastre, Joseph Massot Maury possède 9 ha 4 a 54 ca de terres et son fils Feliu Massot Fort, 1 ha 23 a 94 ca, soit au total : 10 ha 28 a 48 ca. Cette structure diffère peu de celle de 1749, à l'exception notoire de l'apparition des olivettes. Elle traduit une amorce de diversification de l'activité agricole qui reste encore majoritairement fondée sur la polyculture et l'élevage. Au piémont du massif, la culture de l'olivier connaît une forte expansion fin xviie-début xviiie siècle. Elle est bien implantée à La Roca depuis le début du xviiie siècle, dans une parcelle au nom évocateur de les Olivedes, les oliveraies, comprise entre le village et le mas Massot d'Abaix. Un état de répartition des cultures réalisé en 172525 met La Roca à la première place parmi les communes du versant nord de l'Albera, pour cette culture. Dans un état cadastral de La Roca du 10 juin 182226, avec 10 hectares 28 ares 48 centiares pour un revenu cadastral de 272,26 F, le mas Massot d'Abaix occupe la 22e position au niveau de la surface, et la 24e au niveau du revenu. Il se trouve loin du premier de la liste, le mas Rancoure, situé à 300 mètres au nord du mas Massot d'Abaix, qui compte près de 99 ha pour un revenu de 1517 F.

23Feliu Massot Fort a épousé Maria Barda (1777-1849) dont la famille possède d'importantes propriétés entre Sureda et Argelers, confrontant la rivière de la Massana. À la mort de Joseph en août 1828, Feliu, le fils aîné, hérite du Mas Massot d'Abaix. Il est bien l'héritier, mais plus d'hereu au sens juridique du terme. Entre temps, la Révolution française a balayé les fondements de l'Ancien Régime. Les abolitions sont nombreuses parmi lesquelles deux concernent directement la propriété : la suppression des emphytéoses perpétuelles et du droit d'aînesse. Le partage égal entre enfants est institué par le code Napoléon. Le seul avantage que les législateurs maintiennent au donateur reste la possibilité d'attribuer librement une « portion disponible », dans les limites maxima du quart s'il a trois enfants ou plus. Les notions de division, de partage font leur apparition, entraînant le démembrement des domaines. Si les plus grands d'entre eux peuvent demeurer viables après leur partage, il en va différemment des petits qui, souvent, se retrouvent condamnés. Pour pallier ou retarder l'inéluctable chute, diverses stratégies se mettent en place : l'une consiste à racheter la part des autres ayants droit et l'autre à mettre en place un système d'alliances par les doubles mariages entre deux familles.

24Avant son décès, Joseph Massot avait acheté deux parcelles, dont une vigne, dans la plaine voisine, au lieu-dit la Barnede sur la commune de St Genis-de-Fontanes ; de son côté Feliu, entre 1828 et 1845, conforte le noyau du mas et poursuit l'acquisition de terres dans le secteur de l'Olivede – des parcelles d'un ancien mas lo mas cremat d'en Pujas et dans la plaine, une vigne au Puig d'en Trilles. En 1845, les terres du mas Massot d'Abaix atteignent un total de 16 hectares 16 ares 99 centiares. Aux activités traditionnelles de polyculture et d'élevage s'ajoute celle de la vigne et se confirme celle de l'olivier. Ce développement est en parfaite harmonie avec l'expansion générale de ces deux cultures dans tout le piémont de l'Albera, au début de xixe siècle Les Massot ne restent pas à l'écart du mouvement L'acquisition d'une châtaigneraie, de taille modeste (20 ares), est liée à la culture de la vigne. Son bois est utilisé pour faire des piquets, des paniers ou banastes, et autres outils.

  • 27 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 3 E 58/31.

25Feliu Massot Fort meurt en 1845. Il laisse quatre enfants : un garçon, Barthélémy Massot Barda (1812-1896) et trois filles, Victoire, Marie et Rose qui ont épousé respectivement, Jean Gasté cultivateur à Sureda, Pierre Foucher Carbasse cultivateur à Vilallonga et Sébastien Atxer cultivateur à Banyuls de la Marenda. Barthélémy s'était marié en 1834 avec Marguerite Atxer Ribes, la sœur de Sébastien, avec qui il aura six enfants dont trois filles et trois garçons. Les Atxer sont une famille de Banyuls de vieille souche. Ils vivent dans le mas du même nom situé à la limite entre la Haute Vallée et la Basse Vallée, en bordure de la rivière Vallauria. Quelles sont les raisons qui conduisent ces familles de mas à s'allier, séparées de plus de 30 km ? Il semble que ce double mariage s'inscrit dans une stratégie d'alliances afin de pallier la division des propriétés. L'intérêt est d'autant plus grand que Sébastien et Marguerite Atxer sont les seuls héritiers de Jean Atxer et de Thécle Ribes, décédés depuis plusieurs années. Les enfants entreprennent de régler la succession, le 9 février 184027 Sébastien rachète 4 000 F la part de sa sœur et devient propriétaire de la totalité du mas Atxer. Il règle 2 000 F comptant et « s'oblige à payer les 2 000 F pour solde de ce prix à la cédante lorsqu'il y aura lieu à la régler un jour à la succession de Feliu Massot, beau-père de la cédante et père aussi de Rose Massot épouse du cessionnaire... ». Par compensation financière entre les deux successions, deux démembrements sont ainsi évités.

  • 28 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 3 E 58/25.
  • 29 Préciput : action de prélever une certaine portion sur un tout.
  • 30 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 3 M 192.
  • 31 Entretien Ernest Massot Thibaut.
  • 32 Camiade Boyer, Martina, La Casa en la comunitat andorrana, del S. xviii al S.xix, solidaritats i e (...)

26Héritier du mas Massot d'Abaix, Barthélémy avait reçu, lors de son mariage, le 26 mars 183428, la donation par préciput29 du quart de tous les biens de son père Feliu. La part de sa sœur Rose étant résolue par le double mariage, il ne lui reste plus qu'à dédommager Victoire et Marie et à racheter à sa cousine Marie Piquemal sa part dans la succession indivise de leurs grands-parents, ce dont il s'acquitte pour 900 F. Barthélémy Massot Barda vit au mas Massot d'Abaix avec son fils Jean Massot Atxer (1836-1910) et leurs familles. Cette cohabitation durera 60 ans en raison de la longévité de Barthélémy (84 ans). Celui-ci s'implique dans les affaires de son village et est élu conseiller municipal en 185230. Il déclare à l'occasion un revenu de 2 400 francs, qui le place en quatrième position parmi les 12 élus. Sa forte personnalité l'amène à gérer le mas, laissant peu de place à l'expression de son fils31. Il est le parfait représentant du patriarche, cap de casa, prohom que nous retrouvons en Andorre 32 et en Catalogne. Ce dernier achète entre 1867 et 1893 plusieurs parcelles, essentiellement des champs et des pâtures, un bois de 3,5 ha non loin du mas, lieu-dit Galici, une châtaigneraie et une maison à La Roca, dans le village.

  • 33 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 124 W 868.

27En 1856, un événement survient Son oncle, Abdon Barda, veuf d'Élisabeth Gratia, meurt à l'âge de 78 ans, « sans ascendants ni descendants 33 ». Il fait de Barthélémy l'héritier de tous ses biens mobiliers et immobiliers. Le cadeau est important, il consiste en une propriété de plus de 75 ha répartie sur les communes d'Argelers, de Sant- Andreu de Sureda et de Sant-Genìs. La partie la plus importante se compose d'un ensemble appelé mas Barda, lieu-dit la Pava, dont les terres s'étendent de la plaine située à l'entrée de la vallée de la Massana, jusqu'au château médiéval d'Ultrera, à 500 m d'altitude. Cet ensemble – hors les biens situés à Sant-Genîs qui n'excèdent pas 64 ares et une maison – est en grande partie dans la zone de montagne ; il est à près de 80 % dominé par les pâturages et les bois qui sont d'un faible rapport Les vignes, situées dans la plaine, au Nord des autres terres atteignent néanmoins 7,5 ha. En 1888, les terres cumulées de Barthélémy Massot Barda, au mas Massot d'Abaix et au mas Barda, et celles de Jean Massot Atxer forment un ensemble qui culmine à 112 ha 87 a 4 ca.

  • 34 Arch. privées Mas Massot, acte du 18/05/1846.
  • 35 Liée à un mas.
  • 36 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 7 M 68.

28Le seul domaine du mas Massot d'Abaix compte 35 ha 68 a 27 ca. Il est en progression de +131 % par rapport à 1845. Cette progression a profité au noyau du mas Massot d'Abaix qui passe de 8 ha 11 a 6 ca en 1845 à 13 ha 25 a 78 ca en 1888. Outre par les acquisitions, cet accroissement s'est fait par un échange de terre, en 184634, toujours avec le mas Rancoure. Anna Pardinella, qui a succédé à son père Pau, épouse de Jean Carrera, échange 1,80 ha de bois et garrigue qu'elle possède à les Planes contre une olivette de 30 ares. Dicté par une volonté de remembrement, cet échange paraît au premier abord disproportionné quant aux surfaces, mais si nous nous référons à leur revenu, il est équilibré, les deux pièces étant « chacune d'un revenu de 15 francs 35 ». Les revenus de l'oléiculture sont encore importants en 1846, moment où s'est fait cet échange. Ils déclinent dans les décennies qui suivent en raison des maladies qui affectent les oliviers. De nombreux arbres sont arrachés en Roussillon, et sont remplacés par la vigne. Le mas Massot d'Abaix s'inscrit dans cette tendance : de 2,63 ha en 1845, les olivettes chutent à 1,68 ha en 1888, et les vignes passent pendant la même période de 3, 24 à 5,60 ha. Cette expansion viticole est, à son tour, brisée net par l'arrivée du phylloxéra. Introduit des États-Unis en 1863, il atteint les environs de l'Albera en 1878. Dans un compte rendu de 1882, le délégué régional Catta précise qu'« à Laroque le mal s'est généralisé...36 ». Le vignoble est totalement détruit La reprise sera lente car elle nécessite la greffe de plants français sur des plants américains réfractaires à la maladie.

29Le mas Massot d'Abaix est moins affecté par ce fléau que d'autres mas de la plaine qui avaient presque fait de la vigne une monoculture. Avec ses 5,60 ha, elle ne représente que 15 % des surfaces agricoles. Barthélémy et Jean Massot avaient joué la carte de la diversification en se portant acquéreurs, entre 1868 et 1874, de pâturages et de bois dans la partie montagne : au lieu-dit Balma Corba, plus d'1 ha d'anciens communaux, au lieu-dit « la Soulane », plus de 3,5 ha comprenant une bergerie ou cortal, et au lieu-dit Galici, 7,5 ha. Au total, en 1888, pâtures et bois représentent près de 16 ha contre 4,5 ha en 1845, et les champs 9,84 ha contre 5,35 ha. La propriété du mas Barda, héritée en 1855, est formée de 79 % de bois et de pâturages. La structure foncière des deux ensembles qui forment les propriétés de Barthélémy et de Jean favorise le développement des cultures céréalières, de l'élevage et de l'exploitation forestière (vente de bois, charbonnage). L'ensemble de la propriété est devenue grâce à l'apport des terres du mas Barda, une des plus importantes de l'Albera.

Figure 3- Évolution de l'état parcellaire de la propriété du Mas Massot d'Abaix du xviie au xixe siècle

Figure 3- Évolution de l'état parcellaire de la propriété du Mas Massot d'Abaix du xviie au xixe siècle

Stratégies d'alliances et de pouvoir

30Barthélémy, le patriarche a eu le souci de développer son domaine, il a à cœur de le préserver. Il n'est pas étranger aux alliances qui se tissent dans sa descendance. La première concerne sa fille Thérese (1839-1867) et son fils Jean. Ce dernier a épousé, en 1865, Catherine Parer Reig, en même temps que sa sœur Thérèse Massot Atxer épousait le frère de Catherine, Jean Parer Reig. La stratégie du double mariage, qui avait déjà prouvé son efficacité au niveau des parents, se répète à celui des enfants, toujours avec des familles banyulenques.

31Les Parer sont enracinés dans la Haute et la Basse Vallée depuis le Moyen Âge. Ils occupent plusieurs mas avant de s'installer au XVIIIe dans le mas qui était à l'origine le moulin seigneurial, ce qui leur vaudra le surnom de Parer del moli. Ce mas, situé en bordure de la Vallauria, n'est guère éloigné du mas Atxer. Une seconde alliance est nouée entre Barthélémy Massot Parer, petit-fils du « patriarche » Barthélémy et fils aîné de Jean Massot Atxer et Élisabeth Pages Massines du mas Torrent de la Pava. Les terres du mas Torrent et celles du mas Barda sont mitoyennes ; elles sont séparées par la rivière Massana. Le mariage a eu lieu en août 1888. Il a reçu tous les encouragements du patriarche Barthélémy qui a fait donation par préciput à son petit-fils de son quart disponible. Il consiste en une jouissance immédiate d'une partie des terres du mas Barda, soit 22 ha. De son côté Elisabeth Pages Massines dépose dans la corbeille de mariage « en avancement de ses droits paternels avec jouissance à partir du mariage », une somme de 4 500 francs, 2 vignes et une olivette. Ces dispositions sont révélatrices de la stratégie du patriarche qui a déjà formé le projet de faire du mas Barda le domaine de son petit-fils.

  • 37 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 3 E 81/3.

32Le 27 avril 1893, Barthélémy Massot Barda procède à la donation partage 37 de ses biens restants, entre ses trois cohéritiers. À son fils Jean Massot Atxer, le noyau du mas Massot d'Abaix (13 ha 25 a 78 ca) et les terres les plus proches (les Olivedes et Camp d'en Madern à La Roca et La Barnède à Sant-Genîs), soit un total de 18 ha 74 a 13 ca. À son petit-fils Jean Parer Massot demeurant à Banyuls de la Marenda dont la mère Thérèse Massot Atxer est décédée en 1867, les terres les plus éloignées, Rocavella – al Quinta et Balma Corba à La Roca ainsi que l'Astudiante, la Figuerasse et les 2 Carmasses - parties de l'héritage Abdon Barda, soit un total de 12 ha 39 a 42 ca. À sa petite fille Marie Catherine Guixet - épouse de Jean Fite, demeurant à Saint Jean Pla de Corts, dont la mère Marie Massot Atxer est décédée en 1868 – la partie mas Barda au sens strict, c'est-à-dire la zone de bois et de pâturages et une petite vigne dite de la Font d'en Falla à La Roca, soit un total de 50 ha 54 a 07 ca.

  • 38 Arch. privées Mas Massot acte du 28/04/1893.

33Mais cette donation ne traduit pas la volonté du donateur. Elle est immédiatement suivie de deux actes qui précisent ses réelles intentions : réintégrer le mas Barda dans le patrimoine de son fils Jean Massot Atxer pour qu'il aille à terme à son destinataire prévu de longue date, son petit-fils Barthélémy Massot Parer. Aussi, le lendemain même de la donation, Jean Massot Atxer rachète à sa nièce Marie Catherine Guixet les biens dont elle vient d'hériter, au prix de 12 000 francs38. Cette opération subtile permet de régler la part d'héritage de Marie Catherine tout en maintenant le mas Barda dans le patrimoine des Massot Celui pour qui cette démarche n'est pas sans conséquence, c'est Jean Massot Atxer, car il n'a pas l'argent disponible. Il s'engage à payer 5 000 francs dans les 5 ans et le solde dans 10 ans. Dans les faits, le poids de cette dette s'avérera une contrainte jusqu'à la génération suivante.

  • 39 Nous rencontrons les mêmes types de stratégies en Andorre et en Catalogne.
  • 40 Acte du 1/05/1893, notaire Abdon Guitard à Céret – successeur Maître Tejedor Faja.
  • 41 Arch. privées de Mr André Parer à Banyuls.

34Éviter le démembrement de la propriété, en faisant à nouveau jouer la stratégie d'alliance par le double mariage Massot/Parer39. Quatre jours plus tard, Jean Parer Massot échange les terres 40 qu'il vient de recevoir, contre celles que Catherine Parer Reig épouse Massot a reçu (sixième lot) dans la succession de Jean Parer Cabot et de Rose Reig ses parents, en 186441.

*

  • 42 Assier Andrieu, Louis, « Production, pouvoir et parenté dans une commune villageoise des Pyrénées (...)

35À l'issue de cette étude, il est intéressant de souligner le rôle primordial joué par le mode de filiation légitimant et concrétisant la primauté de l'hereu sur sa fratrie, du cap de casa sur le mas, de la terre sur les hommes, rendant licite la domination des mas importants sur les autres. Le noyau dur du mas Massot d'Abaix reste intact Mais les modalités du droit commun catalan qui sont demeurées en vigueur malgré l'annexion du Roussillon à la France en 1659, ont subi d'importantes transformations. Les chefs de maison ont alors cherché à contourner les pratiques plus égalitaires du Code Napoléon. Pour conserver et assurer la continuité de leur patrimoine, ils ont travesti les pratiques consistant à instituer un hereu – héritier – par les stratégies d'alliance permettant l'échanges des terres. Autre solution, l'aîné ou celui qui restait sur l'exploitation devait la reconstituer par l'achat de terres à ses frères et sœurs. De fait, le morcellement n'est que théorique, le noyau dur du patrimoine reste indivis ainsi que le pouvoir du chef de maison, cap de casa, de désigner fermement l'héritier. L'objet véritable de la succession, c'est ce statut de cap de casa – chef de maison. Sa transmission confère le pouvoir d'instituer un nouvel héritier et donc « le pouvoir de reproduire le pouvoir42 ».

36Les conséquences économiques d'événements, telles la Guerra Gran, la Révolution et la Guerra del Francès, sont notables car durant ces périodes aucun achat de terres s'effectue. Enfin, la survivance de l'identité du mas Massot d'Abaix jusqu'à nos jours, n'est pas fondée sur la précellence terrienne, mais sur la volonté de vivre sur la propriété morcelée, riche de ses archives et de son histoire.

Bibliographie

37Assier-Andrieu, Louis, Le Droit dans les sociétés humaines, Paris, Nathan, 1996.

38Becat, Jean, Les Albères, conquêtes et abandons, numéro monographique de la Revue Confient, Prades, 1973.

39Camiade Boyer, Martina, La Casa en la comunitat andorrana, del S. xviii al S. xix, solidaritats i estratègies d'aliances i de poder, Editorial Andona, Andorra, 2001

40Camiade Boyer, Martina, « Territori i frontera, estratègies d'aliances i migracions : el cas d'uns masos de l'Albera (1731-1893) ». Actes del Colloqui sobre el mas català durant l’edat mitjana i la moderna (SS, ix-xviii), Consell Superior d'Investigations Cientifiques, Institucó Milà i Fontanals, Departament d"Estudis Medievals, Barcelona, 2001, p. 537-546

41Cours, André, Matheu, Gabriel, La Roca d'Albera, Les presses littéraires, Perpignan, 1995

42Cursente, Benoît, Des Maisons et des hommes, la Gascogne médiévale (xie-xve siècle), Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 1998.

43Ferrer i Mallol, M.T., Mutge i Vives, J., Riu i Riu, M, El mas català durant l'Edat mitjana i la maderna (segles ix-xviii), Conseil Superior d'Investigacions cientifiques, Institució Milà i Fintanals, Departament d'Estudis Medievals, Barcelona, 2001.

44Justrafre, Marc, Permanence et mutations d'une famille au sein d'une communauté des Pyrénées catalanes : les Justafré de Las Illas, du xvieau milieu du xixe siècle. Thèse dirigée par Michel Brunet, mai 2001, Université de Toulouse Le Mirail, éditée en CD ROM

45Lacombe Massot, Jean Pierre, Tocabens, Joan, L'Albera, 2000 ans d'histoire et plus..., 2000 anys d'bistoria i plus..., Éditions Sources, Perpignan, 2000.

46To Figueras Lluis, Famila i hereu a la Catalunya Nord-Oriental (segles x-xii), Publicadons de l'Abadia Montserrat, Barcelona, 1997

47Zinck, Anne, L'héritier de la maison, géographie coutumière du Sud-Ouest de la France sous l'Ancien régime, Éditions de l'École des Hautes Études en Stiences Sociales, Paris, 1993.

Notes

1 Cette communication fait partie du dossier d'habilitation (HDR) en préparation.

2 Catafau, Aymat, Les Celleres et la naissance du village en Roussillon, Presses Universitaires de Perpignan, Editorial Trabucaire, Perpignan, 1998.

3 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 1C 1081.

4 L'ayminate ou « eiminada » ou éminate est la mesure de superficie agricole spécifique au Roussillon correspondant à 5979,2580 m2.

5 Cours, André, Matheu, Gabriel, La Roca d'Albera, Les presses littéraires, 1995, p. 105.

6 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 8J25, 8J23.

7 Arch. privées Mas Massot.

8 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 3 E19/1289.

9 Assier-Andrieu, Louis, « Representacions juridiques i consequències sociologiques del model domèstic als Pirineus », Quaderns de l'Institut Català d'Anteopologia, 1984, Num. 5, p. 9-27.

10 Jeanne Massot Julien est née le 24 août 1917.

11 Voir documents annexes n° 1 et 2.

12 . Arch. privées Mas Massot, bail verbal 1905.

13 Arch. dép. des Pyrénées Orientales, 3 E1/3476.

14 Baile ou plus courant Batlle est en catalan le représentant administratif du seigneur.

15 Voir document annexe n° 3.

16 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 3 E 19/1289.

17 Arch. privées Mas Massot, acte du 4/08/1715.

18 Voir document n° 3.

19 Arch. privées Mas Massot, acte du 31/12/1749.

20 Les prénoms et souvent les noms sont à ce moment là francisés.

21 Cours, André, Matheu, Gabriel, La Roca d'Albera, op. cit., p. 31 et 32.

22 Arch. privées Mas Massot. acte du 23/08/1813.

23 Feliu, en français Félix, est en réalité appelé Philippe dans les actes. Cette déformation est la conséquence de la francisation qui s'est progressivement mise en place après que le Roussillon est devenu une province française. Les greffiers et autres préposés aux écritures tentent tant bien que mal, en fonction de leurs compétences, de transcrire la phonétique catalane en français. La majorité des paysans, ne sachant pas ni lire ni écrire, se trouvait dans l'impossibilité de contrôler l'orthographe. C'est ainsi que de très nombreux noms de famille ou de mas se retrouvèrent certains déformés et d'autres changés, ne possédant plus leur sens étymologique et ainsi remettant en cause l'identité de la maison et des personnes.

24 Arch. privées Mas Massot, acte du 16/06/1816.

25 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 1C 1081.

26 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 1016 W/191-194.

27 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 3 E 58/31.

28 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 3 E 58/25.

29 Préciput : action de prélever une certaine portion sur un tout.

30 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 3 M 192.

31 Entretien Ernest Massot Thibaut.

32 Camiade Boyer, Martina, La Casa en la comunitat andorrana, del S. xviii al S.xix, solidaritats i estratègies d’aliances i de poder, Editorial Andorra, 2001. P109-124.

33 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 124 W 868.

34 Arch. privées Mas Massot, acte du 18/05/1846.

35 Liée à un mas.

36 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 7 M 68.

37 Arch. dép. des Pyrénées Orientales 3 E 81/3.

38 Arch. privées Mas Massot acte du 28/04/1893.

39 Nous rencontrons les mêmes types de stratégies en Andorre et en Catalogne.

40 Acte du 1/05/1893, notaire Abdon Guitard à Céret – successeur Maître Tejedor Faja.

41 Arch. privées de Mr André Parer à Banyuls.

42 Assier Andrieu, Louis, « Production, pouvoir et parenté dans une commune villageoise des Pyrénées Catalanes françaises (xixe- début du xxe siècle) », dans le monde méditerranéen de Sumer à nos jours, Vol II, Libr. Orientaliste Paul Geuthner, Paris, 1993, p. 287.

Table des illustrations

Titre Figure 1- Le Mas Massot d'Abaix en 1918
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11725/img-1.png
Fichier image/png, 866k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11725/img-2.png
Fichier image/png, 340k
Titre Figure 3- Évolution de l'état parcellaire de la propriété du Mas Massot d'Abaix du xviie au xixe siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11725/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M

Auteur

Maître de conférences en Études Catalanes, spécialité histoire, ICRESS Institut catalan de recherches en sciences sociales, Université de Perpignan

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540