Version classiqueVersion mobile

Historiens de l'Anjou

 | 
Jean-Luc Marais

L’apport des chartistes à l’histoire de l’Anjou

Élisabeth Verry

Texte intégral

1La fondation de l’École des chartes, formalisée par une ordonnance de Louis XVIII du 22 février 1821, correspond on le sait à la redécouverte de la civilisation médiévale par la première vague romantique. Le but de la nouvelle institution est alors de former des jeunes gens capables de prendre en charge et d’organiser les dépôts de documents issus des confiscations révolutionnaires, de les analyser, de les faire connaître et de permettre ainsi le renouvellement de l’histoire nationale, leurs études étant sanctionnées par le titre d’archiviste-paléographe, créé en 1829.

2Après que l’École eut fait ses premiers pas, l’ordonnance du 31 décembre 1846 réorganisa profondément la scolarité : elle étoffa les enseignements, fixa la durée des études à trois années et institua une thèse qui, soutenue à la fin du cycle d’études, permettait aux élèves de faire preuve de leur aptitude à conduire des travaux de recherche.

3C’est dans ce double registre de l’organisation des fonds documentaires et de la production de travaux historiques, thèses ou études, que se déploie l’apport des chartistes à l’histoire de l’Anjou. Il est, nous le verrons, majeur au XIXe siècle sur les deux plans, alors qu’étaient posées au sein de l’École des chartes les bases scientifiques qui renouvelaient profondément, par les principes rigoureux de l’examen des sources, la méthodologie de la recherche historique. Il est plus diffus au XXe siècle, où se théorise l’archivistique, science de l’organisation des fonds d’archives, tandis que l’histoire se spécialise et se structure au sein des universités.

Les thèses d’École des chartes consacrées à l’Anjou : ombres et lumières d’un apport méconnu

4L’apport des chartistes à l’histoire de l’Anjou est au premier chef celui des hommes et femmes qui y ont résidé, et y ont rempli des fonctions officielles. Se succédant au long des années, formés par un enseignement aux principes stricts, voire immuables – la « méthode chartiste – ils ont inlassablement sauvegardé, classé, fait connaître les sources relatives à l’histoire du territoire qui leur était confié, et pour beaucoup, par leurs études et publications, ont réellement fait œuvre d’historiens.

5Mais il est une autre forme d’apport, plus méconnu parce que bien souvent resté discrètement sur les rayons des bibliothèques voire même dans les archives personnelles des chartistes, c’est celui des travaux d’élèves, ces « thèses d’École des chartes » instituées en 1846, qui restent aujourd’hui encore l’expression finale de la reconnaissance des apprentissages, à mi-chemin entre mémoire de recherche et thèse d’université. La première soutenance publique en fut faite en 1849, et un relevé attentif des travaux réalisés depuis cette date jusqu’à nos jours fait apparaître que plus de cinquante thèses furent, en un siècle et demi, consacrées à l’histoire de l’Anjou, soit en objet direct, soit à travers un objet plus large incluant le territoire angevin.

  • 1 La conservation systématique des thèses d’École des chartes n’a été instituée qu’en 1961. Avant ce (...)

6Toutes ces études n’ont pas été conservées. En effet la thèse, pourtant passage obligé de l’attribution du titre d’archiviste-paléographe, est considérée comme une œuvre d’étude, et ne fait pas l’objet avant la seconde moitié du XXe siècle d’une préservation systématique1. Elle reste un travail manuscrit, une étape dans la formation chartiste. Avant la fin du XIXe siècle on n’en trouve que très peu de traces, et aucune en mains publiques, ni dans la bibliothèque de l’École des chartes ni dans celle des Archives nationales, qui ont pourtant voisiné longtemps dans les mêmes murs de l’hôtel de Soubise. Aussi, au travers de l’étude qui suit, justice sera en quelque sorte rendue à ces travaux, pour une grande part aujourd’hui perdus. Il nous a cependant semblé utile de ne rien excepter.

Les 51 thèses « angevines » (1868-2004)

  • 2 [http://theses.enc.sorbonne.fr] ; Positions de thèses, table générale 1849-1966, École nationale d (...)

7De 1868 à 2004, 51 thèses d’École des chartes, toutes thématiques et périodes confondues, ont été consacrées à l’Anjou si l’on en croit la liste des thèses publiée par l’École des chartes elle-même2. Pour présenter ce corpus, un découpage chronologique par périodes a paru forme la plus appropriée, croisant à la fois le déroulement progressif du temps historique et, pour chaque époque, la liste des auteurs par ordre de soutenance.

Des origines au XIIe siècle (12 thèses)

81868 – Gaston Dubois, Recherche sur le lieu, l’origine, la famille et la vie de Guillaume des Roches, sénéchal d’Anjou, du Maine et de Touraine, jusqu’à la conquête de ces trois provinces par Philippe-Auguste.

91887 – Louis Loizeau de Grandmaison, Geoffroy II, dit Martel, comte d’Anjou (1006-1060).

101904 – Louis Halphen : Les transformations politiques du comté d’Anjou sous les premiers capétiens, le gouvernement de Foulques Nerra (987-1040).

111923 – Geneviève Dillay, La propriété foncière en Anjou du IXe siècle à la fin du XIIIe siècle, étude de la condition des personnes et des terres.

121931 – Yvonne Mailfert, Le premier cartulaire de Saint Nicolas d’Angers (XIe-XIIe siècles). Essai de reconstitution précédée d’une étude historique.

131932 – Jacques Boussard, Le comté d’Anjou d’Henri Plantagenêt à la conquête de Philippe-Auguste.

141935 – Geneviève Beauchesne, Les possessions en Bretagne aux XIe et XIIe siècles des abbayes bénédictines de Touraine, Anjou et Normandie.

151944 – Henri Hemmer, Le rôle économique et social des prieurés angevins de Marmoutier. Étude suivie de l’édition du cartulaire de Saint-Pierre de Chemillé.

161958 – Jean Vezin, Les scriptoria d’Angers au XIe siècle. 1961 – Si Seydou, La tenure en partage dans les coutumes de l’Ouest aux XIIe-XIIIe siècles.

171971 – Maurice Hamon, Les origines de l’abbaye Saint-Florent-lès-Saumur. Histoire du monastère du Montglonne et du château de Saumur (Ve-VIe siècles-1126).

181998 – Damien Heurtebise, Les sources de l’hagiographie épiscopale angevine avant l’an 1000.

XIIIe siècle (6 thèses)

191879 – Georges Philippon, La Provence de 1245 à 1252, les premières années de Charles d’Anjou.

201898 – Joseph Petit, Essai sur Charles de Valois (1270-1325).

211908 – Paul Graziani, La Provence au milieu du XIIIe siècle : l’opposition à Raymond Bérenger IV et à Charles d’Anjou.

221933 – Guy Dubosc, Charles d’Anjou, Ier comte du Maine.

231945 – Édouard Baratier, Le domaine comtal de Provence à l’avènement de Charles 1er d’Anjou.

241946 – Hubert Landais, Étude sur la géographie, l’histoire et l’administration du comté d’Anjou au XIIIe siècle.

XIVe et XVe siècles (14 thèses)

251890 – Adrien Planchenault, La monnaie royale d’Angers (1319-1738).

261890 – Henri de Roux, La chancellerie du roi René en Anjou et en Provence.

271890 – André Walkenauer, Louis 1er duc d’Anjou, lieutenant général en Languedoc.

281891 – Paul Marichal, René II duc de Lorraine et l’héritage de la seconde maison d’Anjou.

291892 – Henri Forgeot, Vie de Jean Balue, cardinal d’Angers (1421-1491).

301899 – Jules Machet de la Martinière, Les guerres anglaises dans l’ouest et le centre de la France.

311906 – Pierre Bernus, Essai sur la vie de Pierre de Brézé.

321912 – Jean Jablonski, « Le comte d’Anjou », roman d’aventure au XIVe siècle.

331912 – René Jouanne, Étude sur la chambre des comptes d’Angers (1360-1483).

341923 – René Planchenault, La lutte contre les Anglais en Anjou pendant la première moitié du XVe siècle.

351939 – Jacques Benêt, Jean d’Anjou, duc de Calabre et de Lorraine (1426-1470).

361947 – Alain Robert, La politique domaniale de René d’Anjou en Provence.

371958 – Pierre Boisard, Le roman de Ponthus et Sidoine et la famille de la Tourlandry.

381965 – Agnès Pouillon, L’hôtel de Marie d’Anjou, reine de France, d’après les comptes de son hôtel (1422-1427).

XVIe siècle (9 thèses)

391897 – Bernard Palustre, Essai sur la réforme de l’ordre de Fontevraud (1459-1641).

401897 – Charles Porée, Un parlementaire sous François 1er : Guillaume Poyet (1473-1548).

411903 – Gabriel Esquer, François de Valois, duc d’Alençon et d’Anjou (1554-1584).

421910 – Gabriel Garric, Contribution à l’étude de Duplessis-Mornay, et de ses débuts dans la politique et la diplomatie (1549-1582).

431912 – Pierre Hellouin de Cenival, Henri de Valois, duc d’Anjou (1551-1573).

441929 – Philippe de Cossé-Brissac, Arthus de Cossé, seigneur de Gonnord, surintendant des finances et maréchal de France (1512-1582).

451932 – Jeanne Varangot, Les institutions municipales d’Angers de 1474 à 1584.

461967 – Michel Melot, L’abbaye de Fontevraud de la réforme de 1458 à nos jours : étude archéologique.

471991 – Jean-Michel Gleize, Édition critique des œuvres de François Le Roy, pour servir d’introduction à l’étude de la spiritualité fontevriste au moment de la réforme de l’ordre.

XVIIe et XVIIIe siècles (5 thèses)

481907 – Claude Cochin, Étude sur Henri Arnault dans ses rapports avec le jansénisme.

491912 – Paul Roussier, Étude historique sur la rivière de Maine ou Mayenne.

501952 – Bernard Lemée, Les missions du diplomate Hercule de Charnacé de 1629 à 1633.

511967 – Monique Merlet, Le péage de la cloison d’Angers : contribution à l’étude du trafic de Loire à la fin de l’Ancien Régime.

521982 – Isabelle Bonnot, L’action pastorale d’Henri Arnault, évêque d’Angers (1650-1692).

XIXe-XXe siècles (5 thèses)

531957 – Louis Barth, Les hospices d’Angers sous la Révolution et le début de l’Empire.

541962 – André Geoffroy, Les biens nationaux dans le district de Baugé.

551996 – Hélène Blais, Les voyages d’Abel Dupetit-Thouars et les débuts de l’expansion française dans le Pacifique.

561997 – Jean-Baptiste Auzel, Le général de Bourmont sous le règne de Louis XIV, portrait moral et politique.

572004 – Aurélien Conraux, L’école de cavalerie de Saumur (1814-1914) : la création de l’équitation militaire.

58Pour apprécier cet apport, deux approches peuvent être croisées. Tout d’abord, il convient d’évaluer, autant que faire se peut, les conditions de la conservation et de la transmission de ces travaux, et de leur valorisation à travers d’éventuelles publications. Ensuite, la typologie des sujets abordés peut être observée afin de la situer dans la méthodologie de l’École des chartes, et notamment de mesurer l’intérêt porté par la formation à l’histoire provinciale. Enfin, il n’est pas inutile de regarder, à travers quelques exemples, quelle suite les auteurs ont pu donner à ces premiers travaux au cours de leur carrière.

Transmission et publication

  • 3 Il est à noter que cette thèse, abondante et documentée, est encore aujourd’hui inédite.
  • 4 A. Planchenault, Monnaie d’Angers : origine de la monnaie royale 1319-1738, la juridiction de la m (...)
  • 5 P. Marichal, « René II duc de Lorraine et les possessions de la maison d’Anjou dans le Maine, et R (...)
  • 6 Ibid., Note sur le lieu de naissance [à Angers] de René II duc de Lorraine, Nancy, Crépin-Leblond, (...)
  • 7 H. Forgeot, Vie de Jean Balue, cardinal d’Angers (1421-1491), bibliothèque de l’École des hautes é (...)
  • 8 C. Poree, Un parlementaire sous François Ier : Guillaume Poyet (1473-1548), Angers, Germain et Gra (...)

59Comme il a été dit plus haut, la plupart des travaux antérieurs au milieu du XXe siècle ont disparu avec leurs auteurs. En ce qui concerne l’histoire de l’Anjou, le premier des travaux à être intégralement conservé est celui d’André Walckenauer soutenu en 1890, consacré à Louis 1er duc d’Anjou, lieutenant général en Languedoc3. Il s’agit d’ailleurs de la plus ancienne thèse conservée aux Archives nationales. Nous ne savons rien des raisons qui conduisirent à préserver plutôt qu’une autre l’œuvre de ce chartiste, qui poursuivit sa carrière comme bibliothécaire à la bibliothèque Mazarine, et mourut prématurément en 1905 à 39 ans. La fin du XIXe siècle est d’ailleurs une période particulièrement féconde. Soutenue en 1886, la thèse de l’Angevin Adrien Planchenault, consacrée à La monnaie royale d’Angers (1318-1738), est la première à faire l’objet d’une publication en 18964. Il est vrai que son auteur, né à Angers le 26 mai 1862, s’y réinstalle et y occupe diverses fonctions administratives et politiques jusqu’à sa mort en 1927, étant notamment secrétaire de la Commission du musée d’antiquités Saint-Jean, et conseiller de l’arrondissement d’Angers. Le travail de Paul Marichal sur René II duc de Lorraine et l’héritage de la seconde maison d’Anjou soutenu en 1891 fut publié par extraits, notamment à travers deux longs articles donnés à la Société des lettres, sciences et arts de Bar-le-Duc5. Il avait été précédé en 1890 par une courte notice publiée à Nancy mais concernant l’Anjou, éclairant un point d’histoire mis au jour par ses travaux de recherche6. La thèse d’Henri Forgeot, soutenue en 1892 sur le cardinal d’Angers Jean Balue fut quant à elle publiée en 1895 par la Bibliothèque de l’École des Hautes études7. Malheureusement ce confrère brillant, promis sans nul doute à une belle carrière, fut emporté par la maladie en 1898. La même année Charles Porée publiait à Angers sa thèse sur le chancelier Guillaume Poyet soutenue l’année précédente8.

  • 9 L. Halphen, Le comté d’Anjou au XIe siècle, Paris, Picard, 1906.
  • 10 Membre de l’École française de Rome (1904), secrétaire de l’École des chartes (1906), professeur à (...)
  • 11 L. Halphen, Chronique des comtes d’Anjou et des seigneurs d’Amboise, Paris, Picard, 1913.

60Certains travaux particulièrement remarqués trouvent place chez les éditeurs d’envergure nationale. C’est le cas bien entendu de la thèse de Louis Halphen, major de sa promotion en 1904, sur Les transformations politiques du comté d’Anjou sous les premiers capétiens, le gouvernement de Foulques Nerra (987-1040), qu’il prolonge en doctorat ès Lettres et édite deux ans plus tard9. Mais tout en poursuivant une exemplaire carrière de médiéviste10, Louis Halphen continuera cependant à contribuer à l’histoire de l’Anjou, notamment par une publication majeure en 191311.

  • 12 C. Cochin, Henri Arnault, évêque d’Angers, 1597-1662, Paris, Picard, 1921.
  • 13 P. Roussier, Notes historiques sur la rivière de Maine ou Mayenne et sa navigation, Laval, Goupil, (...)

61La Première Guerre mondiale interrompt les publications savantes. En 1921, c’est encore l’éditeur Picard qui publie Henri Arnault, évêque d’Angers12, une étude de Claude Cochin tirée des éléments de sa thèse soutenue en 1907 sous le titre Étude sur Henri Arnault dans ses rapports avec le jansénisme. Peu après parait, sous les auspices d’un éditeur de Laval, les Notes historiques sur la rivière de Maine ou Mayenne et sa navigation13 tirées de la thèse de l’Angevin Paul Roussier soutenue en 1912.

62Des contributions plus modestes sont fournies par nombre de chartistes à des revues savantes, dont il est difficile de dresser ici la liste. Ainsi de Bernard Palustre dont l’Essai sur la réforme de Fontevraud, soutenu en 1897, fait l’objet d’une publication partielle dans la Revue des Questions Historiques la même année, ou de René Planchenault, dont la thèse sur La lutte contre les Anglais en Anjou pendant la première moitié du XVe siècle, soutenue brillamment en 1923, figure en plusieurs extraits publiés dans les périodiques régionaux, principalement dans la Revue du Maine. Heureuses publications, car ces deux travaux sont hélas considérés comme perdus.

  • 14 J. Varangot, Les institutions municipales d’Angers de 1474 à 1584, thèse d’École des chartes, 1932 (...)
  • 15 J. Boussard, Le comté d’Anjou d’Henri II Plantagenêt à la conquête de Philippe-Auguste, Paris, Édi (...)

63En 1932, la thèse de Jeanne Varangot sur les institutions municipales d’Angers est publiée par les Presses universitaires de France14. Puis il faut attendre 1938 pour qu’une production éditoriale fasse place aux travaux des générations chartistes de l’entre-deux-guerres. Dans la continuité des travaux de Louis Halphen, Jacques Boussard fait en effet paraître à Paris, aux Éditions Champion, sa thèse majeure soutenue en 1932 consacrée à l’histoire du comté d’Anjou sous Henri II Plantagenêt et ses fils15. Après avoir occupé diverses fonctions de bibliothécaire, à Orléans puis à la Bibliothèque nationale et à celle de l’Arsenal, Jacques Boussard achèvera sa carrière comme professeur à l’université de Poitiers, et directeur d’études à l’École pratique des hautes études, poursuivant ses contributions à l’histoire de l’Anjou et de la Touraine.

  • 16 É. Baratier, Enquêtes sur les droits et revenus de Charles 1er d’Anjou en Provence (1252 et 1278), (...)
  • 17 J. Vezin, Les scriptoria d’Angers au XIe siècle, Paris, Éditions Champion, 1974.
  • 18 M. Melot, Fontevraud, Paris, J. Lanore, 1971.
  • 19 I. Bonnot, Hérétique ou saint ? Henri Arnault, évêque janséniste d’Angers au XVIIe siècle, Paris, (...)

64La belle époque des publications est révolue. C’est en 1969 seulement que sont publiées, sous les auspices de la Bibliothèque nationale, les études déjà anciennes d’Édouard Baratier sur le règne de Charles d’Anjou en Provence16. En 1974 parait l’étude remarquée de Jean Vezin sur Les scriptoria d’Angers au XIe siècle17 présentant sa thèse soutenue en 1958 sous le même titre ; tandis qu’en 1971 Michel Melot publie sous le titre Fontevraud18 une assez brève étude qui est loin de donner la mesure de sa thèse sur L’abbaye de Fontevraud de la Réforme à nos jours : étude archéologique soutenue en 1967. La dernière thèse intégralement publiée est celle d’Isabelle Bonnot, soutenue en 1982 et consacrée à L’action pastorale d’Henri Arnault, évêque d’Angers, parue en 198419.

  • 20 B. Lemée, Les missions du diplomate Hercule de Charnacé de 1629 à 1633, s. l. n. d.
  • 21 B. Benet, Jean d’Anjou, duc de Calabre et de Lorraine (1426-1470), Nancy, société Thierry Alix, 19 (...)
  • 22 Y. Labande-Mailfert, Le premier cartulaire de Saint-Nicolas d’Angers, essai de reconstitution préc (...)
  • 23 H. Hemmer, Le rôle économique et social des prieurés de Marmoutier. Étude suivie de l’édition du c (...)
  • 24 M. Hamon, Les origines de l’abbaye de Saint-Florent-lès-Saumur, histoire du monastère du Montglonn (...)
  • 25 H. Landais, Étude sur la géographie, l’histoire et l’administration du comté d’Anjou au XIIIe sièc (...)
  • 26 A. Geoffroy, Les biens nationaux dans le district de Baugé, thèse d’École de chartes, tapuscrit, 1 (...)
  • 27 M. Merlet, Le péage de la cloison d’Angers : contribution à l’étude du trafic de Loire à la fin de (...)

65Il arrive toutefois qu’une publication tardive vienne rendre hommage à un travail resté longtemps inédit. C’est le cas de celui de Bernard Lemée, consacré au diplomate Hercule de Charnacé, que son auteur publia plus de trente ans après la soutenance de sa thèse en 195220, ou encore de celui de Jacques Benêt, consacré à Jean d’Anjou, duc de Calabre, publié en 1997 à Nancy21, témoignage du regain d’intérêt des sociétés d’histoire locale pour les études inédites. Car de nombreux travaux d’importance restent aujourd’hui inédits : Parmi eux la thèse d’Yvonne Mailfert sur Saint-Nicolas d’Angers22, soutenue en 1931, est régulièrement consultée par les médiévistes et reste une contribution majeure à l’histoire de cette fondation angevine ; celle d’Henri Hemmer, soutenue en 1944, sur les prieurés de Marmoutier qui contient la précieuse édition du cartulaire de Chemillé23 ; celle de Maurice Hamon sur les origines de l’abbaye Saint-Florent est également accompagnée d’une abondante édition de textes24 et n’a jamais été à ce jour renouvelée. En dehors de ces travaux classiques d’histoire religieuse médiévale, celle d’Hubert Landais, consacrée à un panorama historique et géographique du comté d’Anjou au XIIIe siècle25 contient de précieuses mises au point, tandis que n’ont pas besoin d’être démontrés les apports de sujets abordés par André Geoffroy sur les biens nationaux26, ou Monique Merlet sur la navigation de Loire27, et encore bien d’autres qui figurent parmi les 51 travaux recensés.

Choix et typologie des sujets

66Cette transmission pour le moins aléatoire rend impossible un bilan raisonné de l’apport des travaux de thèses d’École des chartes à l’histoire de l’Anjou. Il faudrait, pour pouvoir y prétendre, suivre la trace de chacun de ses auteurs, établir une bibliographie exacte des publications entières ou partielles, voire des travaux complémentaires suscités, investigations qui, tout en étant certainement souhaitables, n’ont pas été possibles dans le cadre de cet article.

67En revanche, il est possible de tirer de l’observation même de la liste des sujets choisis d’autres remarques. Tout d’abord, la préférence affichée, de manière incontestable, pour l’histoire du Moyen Âge, qui ne nous surprend pas de la part d’une école dès l’origine vouée à la spécialisation médiévale, mais est confortée par l’observation des sujets d’étude qu’elle propose à ses élèves. Sur 51 travaux, 37 sont consacrés à l’histoire médiévale, dont 12 portent sur le haut Moyen Âge jusqu’au XIIe siècle inclus, 5 portent sur le XIIIe siècle, et 20 sur les XIVe et XVe siècles.

68On remarque que la première période (Ve-XIIe siècles) a fait l’objet d’un intérêt régulier, suscitant des travaux aussi bien sous le Second Empire (Gaston Dubois, Recherches sur le lieu, l’origine, la famille et la vie de du sénéchal Guillaume des Roches…, 1868) qu’à l’apogée de la période méthodique (Louis de Grandmaison, Geoffroy Martel…, 1887, et bien sûr Louis Halphen, Foulques Nerra…, 1904), puis ensuite presque à chaque décennie du XXe siècle, jusqu’à la thèse soutenue en 1998 par Damien Heurtebise sur Les sources de l’hagiographie épiscopale avant l’an 1000. Une belle continuité donc. Plus modeste est le flux qui concerne le XIIIe siècle, représenté par cinq travaux seulement, augmentés d’un sixième si l’on considère comme appartenant à cette période le travail d’Adrien Plachenault en 1890 sur La monnaie d’Angers, dont le terminus a quo se situe en 1319. La caractéristique de tous les travaux portant sur le XIIIe siècle angevin est d’être relativement anciens, le dernier en date n’étant autre que la thèse d’Hubert Landais, inédite, consacrée à l’Étude sur la géographie, l’histoire et l’administration de l’Anjou au XIIIe siècle, soutenue en 1946. Encore a-t-on considéré comme « angevins » des travaux en réalités provençaux portant sur le règne de Charles d’Anjou, ceux de Georges Philippon en 1879, de Paul Graziani en 1908 et d’Édouard Baratier en 1945. Tout autre est le tableau révélé par les études portant sur la période ducale, sans conteste il est vrai la plus prestigieuse de l’histoire angevine. Qu’il s’agisse de la guerre de Cent Ans (Jules de La Martinière en 1899, René Planchenault en 1923), du roi René et de son entourage (Henri de Roux en 1890, René Jouanne en 1912, Jacques Benêt en 1939, Alain Robert en 1947, ou encore Agnès Pouillon en 1965) l’intérêt ne se dément pas avec des sujets thématiques comme biographiques (Le cardinal Jean Balue, par Henri Forgeot en 1898, Le sénéchal Pierre de Brézé par Pierre Bernus en 1906).

69L’Anjou moderne ou contemporain n’intéresse pas les chartistes avant le XXe siècle. Le XVIe siècle garde pour eux ses lettres de noblesse, avec des sujets qui couvrent les aspects variés de ce siècle foisonnant. C’est Gabriel Esquer qui ouvre le ban en 1903 avec une étude sur François de Valois, duc d’Alençon et d’Anjou, tandis que Pierre de Cenival complète le tableau en 1912 en consacrant sa thèse à Henri de Valois, duc d’Anjou. Les sujets institutionnels ne surprennent pas, ce qui n’enlève rien à l’intérêt réel du personnage de Guillaume Poyet, chancelier de France, étudié en 1897 par Charles Porée, ou à la minutieuse étude des Institutions municipales d’Angers présentée en 1932 par Jeanne Varangot. Mais l’on s’avance aussi sur des sujets moins convenus : la jeunesse de Duplessis-Mornay est étudiée par Gabriel Garric en 1910, le portrait d’Arthus de Cossé, maréchal de France réalisé par Philippe de Cossé-Brissac en 1929. Un lieu attire et fascine à travers les siècles toutes les générations : c’est l’abbaye de Fontevraud, qui suscite aussi bien le travail de Bernard Palustre en 1897, Essai sur la réforme de Fontevraud (1473-1548) que l’étude archéologique de Michel Melot en 1967, ou encore en 1991 l’édition par Jean-Michel Gleize des œuvres de François le Roy Pour servir à l’étude de la spiritualité fontevriste au moment de la réforme de l’Ordre. Les deux derniers siècles de l’Ancien Régime sont beaucoup moins riches d’études, n’ayant suscité que cinq thèses seulement, dont deux (Claude Cochin, en 1907, puis Isabelle Bonnot en 1982) sur Henri Arnault, le grand évêque janséniste. Des études économiques (celle de Paul Roussier en 1912 sur La rivière de Maine et celle de Monique Merlet en 1967 sur Le péage de la cloison d’Angers) figurent parmi les références solides de la bibliographie angevine, tandis que la thèse de Bernard Lemée sur Les missions du diplomate Hercule de Charnacé de 1629 à 1633 s’appuie sur des archives privées aujourd’hui dispersées, montrant également tout l’intérêt de conduire des travaux de recherche sur de tels fonds. Enfin, que dire de l’absence totale de travaux sur la période révolutionnaire, à l’exception de la courageuse étude d’André Geoffroy, soutenue en 1962, sur Les biens nationaux dans le district de Baugé, qui n’en aborde le sujet que par ses conséquences. Il est vrai que la première thèse sur l’histoire de l’Anjou au XIXe siècle, consacrée à l’histoire des hospices d’Angers, n’est soutenue par Louis Barth qu’en 1957. Et il appartient aux chartistes de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle de défricher l’histoire contemporaine, à travers de grands sujets comme ceux des voyages d’Abel Dupetit-Thouars (Hélène Blais, 1996), des engagements politiques du maréchal de Bourmont (Jean-Baptiste Auzel, 1997), ou de l’École de cavalerie de Saumur (Aurélien Conraux, 2004). Une preuve s’il en fallait que l’Anjou peut offrir encore de belles pages aux travaux chartistes.

Fidélité provinciale et carrière scientifique

70Faire l’histoire des provinces, préserver et étudier les sources représentatives de chaque territoire, est l’un des buts de la création de l’École des chartes et se situe d’emblée au cœur de ses enseignements. Pendant très longtemps, la connaissance de la géographie historique est l’un des savoirs fondamentaux qui servent de socle à la méthode chartiste, déclinant aussi bien l’histoire topographique qu’administrative ou religieuse, et permettant à travers le temps d’observer la lente émergence de la France moderne.

71Il était donc intéressant de voir si, dans cette préoccupation générale des travaux de l’École tournés vers l’histoire provinciale, celle de l’Anjou avait suscité un engouement particulier. Il semble que non. Toutes les provinces sont régulièrement sollicitées, et nombreuses sont les études sur la Provence, la Normandie, l’Orléanais, le Dauphiné, la Franche-Comté, l’Auvergne, la Saintonge, l’Alsace, la Champagne, et même la Flandre, etc. On aime aussi les histoires de villes, ainsi de Paris, de Lyon, de Narbonne, mais aussi de Senlis et des villes du domaine royal, de Foix et des villes de la mouvance toulousaine, de Coutances et de Besançon, de Sens, de Dijon, de Cahors… Autant que les monographies de hauts personnages, les études d’histoire locale rencontrent, à toutes époques, une grande faveur tant auprès des maîtres que des élèves qui y font l’apprentissage de leurs futures fonctions d’archivistes.

72Choisit-on un sujet par relation avec sa région d’origine ? Il semble que non également. La plupart des chartistes ayant soutenu une thèse sur l’Anjou n’en étaient pas originaires. À quelques exceptions près, bien sûr : Paul Roussier, issu d’une notable famille angevine, travaillant sur l’histoire de la rivière de Maine en 1926, ou les Planchenault, père et fils, soutenant à trente-trois ans de distance le premier, une thèse sur la monnaie royale d’Angers (1890), le second, une thèse sur la guerre de Cent Ans (1923). Le cas de Philippe de Cossé-Brissac, soutenant en 1929 une thèse sur son ancêtre Arthus de Cossé, est tout à fait exceptionnel. Dans la seconde moitié du XXe siècle, Hubert Landais, soutenant en 1946 une thèse sur l’Anjou au XIIIe siècle, et Isabelle Bonnot, consacrant sa thèse en 1982 à l’évêque d’Angers Henri Arnault sont les deux seuls exemples relevés de cette endogamie scientifique.

73Que sont devenus les chartistes qui ont consacré leur thèse à l’Anjou ? La réponse à cette question est une gageure. Elle passe par la reconstitution des parcours professionnels, dont on observe qu’ils sont les déterminants principaux de la poursuite des travaux des chartistes. Leur vocation en effet est d’abord de servir la cause de l’histoire en travaillant à la conservation des sources qui leur sont confiées, plutôt que de se vouer à la recherche sur des thèmes par eux choisis. Aussi, sauf exception, la plupart des chartistes ayant consacré leur thèse à l’Anjou ne continuent pas à valoriser l’histoire de la province. De là sans doute, aussi, l’ombre dans laquelle sont tenus leurs travaux.

Les chartistes affectés en Anjou : l’œuvre des archivistes

74Après les études, la carrière. Et au premier rang des institutions ayant vocation à accueillir des chartistes figure, bien entendu, le dépôt départemental des Archives de Maine-et-Loire.

  • 28 Cécile Souchon (1970) nommée conservateur-adjoint en 1971.
  • 29 Benoît Van Reeth (1984) nommé conservateur des Archives municipales d’Angers la même année.

75De la Révolution jusqu’au début des années 1970, les Archives de Maine-et-Loire restèrent l’unique service d’archives du département, et depuis 1840 jusqu’à ce jour, un chartiste en a toujours assumé la responsabilité. En l’espace de presque deux siècles, sept seulement se sont succédé, et leur longévité dans ce poste constitue l’un des points originaux du cas angevin, même si ce trait s’atténue après la seconde guerre mondiale. Au tournant des années 1970, prenant en compte l’augmentation exponentielle de la production documentaire, le ministère de la Culture renforça l’encadrement scientifique, en affectant un second chartiste aux Archives de Maine-et-Loire28, et en dotant d’un conservateur, lui aussi chartiste, les Archives municipales d’Angers29.

76Chargés de l’organisation et de la conduite de leur dépôt, mais aussi de faire valoir l’histoire du territoire qui leur était ainsi confié, les sept archivistes marquèrent sans conteste chacun pour leur part de leur forte personnalité le département de Maine-et-Loire.

Paul Marchegay (1840-1853), le découvreur des sources médiévales

  • 30 Il était originaire de la commune de Saint-Germain de Prinçay, de famille protestante. Après de br (...)
  • 31 Dr. Mousseau, « Pierre Jubin de Douvre, archiviste de Maine-et-Loire », Mémoires de l’Académie d’A (...)

77Né en Vendée en 181230, Paul Marchegay arrive à Angers le 1er janvier 1841. Avant lui, le dépôt des Archives de Maine-et-Loire avait été confié à deux feudistes, Toussaint Béraud, puis Pierre Guémas, et depuis 1822 à Pierre Jubin de Douvre31, un ancien capitaine du premier bataillon de volontaires de Maine-et-Loire entré après la Révolution au Bureau des domaines, qui s’appliquait davantage aux recherches courantes qu’à l’examen des nombreuses liasses héritées des confiscations révolutionnaires. Paul Marchegay lui rend hommage toutefois dans son premier rapport sur l’état du dépôt, pour son travail de mise en ordre des archives récentes. Quant à lui, il oriente immédiatement ses efforts vers l’identification et l’étude des immenses réserves encore inexplorées du dépôt dont il a la charge. Il est aussitôt frappé par la richesse et l’importance des titres des communautés et abbayes de l’ancien Anjou, et s’attelle à leur rassemblement et à leur publication.

  • 32 Cartulaire de l’abbaye de Fontevraud, Archives départementales de Maine-et-Loire, 101 H 225.
  • 33 P. Marchegay, Archives d’Anjou. Recueil de documents et mémoires inédits sur cette province, 2 vol (...)
  • 34 Les prieurés de Marmoutier en Anjou : inventaire des titres et supplément aux chartes des XIe et XI (...)
  • 35 Histoire du monastère Saint-Serge d’Angers, s. l. n. d., 1852.
  • 36 P. Marchegay, Les cartulaires français en Angleterre, Paris, Firmin Didot, 1855.
  • 37 Le cartulaire du prieuré bénédictin de Saint-Gondom sur Loire, 866-1172, tiré des archives de l’abb (...)
  • 38 Chroniques de Saint Aubin, s. l., 1854.
  • 39 Chroniques des comtes d’Anjou et des seigneurs du Maine, 2 vol., Paris, Vve J. Renouard, 1856-1871.
  • 40 Chroniques des églises d’Anjou, 2 vol., Paris, Vve J. Renouard, 1869.
  • 41 Cartulaire de l’abbaye du Ronceray, édité par Eugène Vallée, Paris, Picard, Angers, Lachèse, 1900.
  • 42 Chartes de Fontevraud concernant l’Aunis et La Rochelle, Paris, Firmin Didot, 1857.
  • 43 L’abbaye de Nyoiseau, s. l. n. d.
  • 44 L’académie des protestants à Saumur, s. l., 1852.
  • 45 Lettres de Marie de Valois, fille de Charles VII et d’Agnès Sorel, à Olivier de Coetivy, sieur de T (...)
  • 46 Lettres originales des rois de France et des ducs d’Anjou aux maires et échevins d’Angers de 1488 à (...)

78Son bilan, trop souvent éclipsé par celui de son brillant successeur Célestin Port, est considérable. Il enrichit les fonds d’archives, en identifiant hors d’Anjou des sources majeures dispersées par les événements de la Révolution. Pour les faire connaître et assurer leur transmission, il va jusqu’à les recopier de sa main, comme le cartulaire de l’abbaye de Fontevraud, dont les Archives de Maine-et-Loire ne disposent plus que de quelques feuillets, et dont il retrouve la trace en Angleterre. La copie de sa main est encore conservée aux Archives de Maine-et-Loire32. En 1851 il assiste à la dispersion des collections personnelles du bibliothécaire Toussaint Grille. Il réussit à faire acquérir plusieurs lots, parmi lesquels les précieuses notes du feudiste Audouys. Mais son apport principal consiste en ses nombreux travaux d’érudition, pour une grande part publiés : en 1843 et 1853 paraissent les deux volumes d’Archives d’Anjou33, dont le sous-titre (Recueil de documents et mémoires inédits sur cette province) décrit parfaitement l’ambition. En 1846 parait une étude sur les prieurés de Marmoutier en Anjou34, en 1852 une histoire du monastère Saint-Serge d’Angers35, en 1855 une importante étude sur les cartulaires français en Angleterre36. À cette date, Paul Marchegay a déjà quitté ses fonctions d’archiviste de Maine-et-Loire, sans doute pour pouvoir plus aisément se consacrer à ses travaux de recherches. D’ici la fin de sa vie, sa production est alors impressionnante, s’attachant aussi bien à exploiter l’immense fonds de l’abbaye Saint-Florent de Saumur37, qu’à publier en 1854 les Chroniques de Saint-Aubin38, puis de 1856 à 1871 les deux volumes des Chroniques des comtes d’Anjou39, et en 1869 les Chroniques des églises d’Anjou40. Aucune source importante n’échappe à sa curiosité infatigable, qui se tourne aussi vers les abbayes de femmes : le Ronceray, dont il reconstitue le cartulaire41 publié par son confrère Eugène Vallée après sa mort, Fontevraud42 ou encore Nyoiseau43. Même si la publication des sources de l’histoire monastique concentre tous ses efforts, Paul Marchegay s’aventure cependant quelquefois vers des terrains moins austères : ainsi le protestant qu’il est ne peut-il pas délaisser l’histoire de l’Académie protestante qui fit la réputation de Saumur. Il y consacre un opuscule dès 185244, à une époque où cette institution n’est guère encore sortie de l’ombre où l’a plongée sa disparition brutale lors de la révocation de l’édit de Nantes. Plus légèrement, il publie des correspondances, comme celle de Marie de Valois fille de Charles VII45, ou celles des rois de France et ducs d’Anjou adressées aux échevins d’Angers46, sans compter un épais volume de choix de documents inédits sur l’Anjou.

  • 47 Trois lettres à Messieurs les administrateurs des hospices d’Angers concernant le chartrier, le car (...)

79On peut comprendre au terme d’une telle énumération son agacement lors de la publication par son confrère et successeur Célestin Port de l’inventaire des archives de l’hôpital d’Angers, qui, joignant à l’inventaire le cartulaire, omettait de rendre hommage aux travaux conduits par son prédécesseur. Célestin Port n’était pas alors un débutant, et l’omission était certainement intentionnelle. L’évolution des méthodes avait creusé entre les deux hommes un réel éloignement, l’un demeuré fidèle aux pratiques anciennes d’édition intégrale, l’autre ayant adopté les principes d’analyse et de description qui étaient désormais la règle des archivistes. Cette polémique toutefois ne le grandit pas, et l’on aimerait oublier les lettres qu’il publia pour protester de ses mérites47, qui n’avaient pas à être démontrés.

Célestin Port (1853-1901), une longévité fondatrice

80On ne dira jamais assez ce que l’histoire de l’Anjou doit au chartiste Célestin Port, archiviste de Maine-et-Loire de 1854 à 1901, soit durant quarante-sept ans. Chaque aspect de cette œuvre immense mérite d’être soulignée, tant elle est exemplaire et représentative des évolutions qui affectent, durant cette période, le métier d’archiviste.

  • 48 Voir E. Lelong, Célestin Port (1828-1901), Angers, Germain et Grassin, 1902 ; Ibid., Bibliographie (...)
  • 49 C. Port, Inventaire analytique des archives anciennes de la mairie d’Angers, Paris, J. Dumoulin, A (...)

81Lorsque Célestin Port prend possession du dépôt le 4 janvier 1854, il s’attelle comme son prédécesseur à la mise en ordre des fonds et, suivant les instructions précises qui sont alors diffusées par le ministère de l’instruction publique, prépare la publication d’inventaires, qui vont permettre de décrire, sur un mode uniforme, les documents conservés. Il serait inutile de citer exhaustivement sa production, considérable, et qui forme la base aujourd’hui encore des instruments de recherche des Archives de Maine-et-Loire48. Qu’il suffise d’en rappeler ici la chronologie : la première livraison est celle des archives civiles : l’inventaire des séries A, C, D, consacré aux archives administratives d’Ancien Régime, est mis au point et publié dans l’année qui suivit son arrivée. Celui de la série E, plus important, consacré aux titres de familles et de seigneuries, sort en 1871. Il le fait suivre de trois autres volumes consacrés à l’analyse des registres paroissiaux du département, qu’il réalise méthodiquement pour toutes les communes de Maine-et-Loire. Dès que le classement des archives civiles a commencé à prendre forme, Célestin Port se tourne vers la publication des inventaires des archives ecclésiastiques, auxquelles son prédécesseur avait déjà attaché tant de soins. En 1880 parait l’inventaire de la série G (clergé séculier). Dix-huit ans plus tard parait l’inventaire des principaux fonds de la série H (clergé régulier), laissant de côté l’immense fonds de l’abbaye Saint-Florent auquel il avait prévu de consacrer un autre tome. Enfin, il esquisse en parallèle le classement des séries L et Q, portant sur la période révolutionnaire, et fait paraître, on a vu dans quelles polémiques, l’inventaire des archives anciennes de l’hôpital Saint-Jean l’évangéliste, accompagné de la publication du cartulaire. Les archives anciennes de la ville d’Angers font également l’objet de son attention, et il en publie en 1861 le premier inventaire49, organisant les fonds d’archives suivant le cadre de classement rendu réglementaire pour les archives communales par l’instruction du 25 août 1857.

82Jamais Célestin Port ne délaissera, malgré son aridité, l’exigeant et infiniment patient travail d’inventaire. Mais parallèlement, il publie de courtes études, et même quelques travaux littéraires. Sur la demande de ses anciens maîtres, il demeure en lien avec l’activité érudite, participe à des travaux collectifs. Mais pour ceux qui, à Paris, connaissent sa valeur, ce n’est pas assez. Sur la suggestion de Jules Quicherat, Célestin Port s’attache à réunir le fruit de ses notes pour constituer ce qui deviendra son œuvre majeure, le Dictionnaire historique, biographique et géographique de Maine-et-Loire, dont il commence l’impression, par la lettre A, en 1869. Il y consacrera vingt ans de sa vie, déclinant en notices alphabétiques organisées suivant un même plan rigoureux toutes les connaissances accumulées au cours de ses travaux. L’ouvrage est salué unanimement, et l’Académie des inscriptions et belles-lettres lui décerne en 1874 son premier grand prix. Bénéficiant de 1965 à 1996 d’une nouvelle version revue et mise à jour, le Dictionnaire… demeure encore aujourd’hui une somme incontournable pour la connaissance de l’histoire de l’Anjou.

  • 50 C. Port, Questions angevines, 1re série, Angers, Lachèse et Dolbeau, Paris, E. Lechevallier, 1884.
  • 51 Artistes angevins : peintres, sculpteurs, maîtres d’œuvre, architectes, graveurs, musiciens, d’aprè (...)
  • 52 Notes complémentaires sur les artistes angevins : peintres, sculpteurs, maîtres d’œuvre, architecte (...)
  • 53 L’hymne Gloria Laus, Angers, Germain et Grassin, 1879.
  • 54 La Vendée angevine : les origines, l’insurrection (janvier 1789-31 mars 1793) d’après des documents (...)
  • 55 La légende de Cathelineau : ses débuts, son brevet de généralissime, son élection, sa mort. Paris, (...)
  • 56 Pean de la Tuilerie, Description de la ville d’Angers, nouvelle édition augmentée de notes critiqu (...)
  • 57 Livre de Guillaume Lemaire, édité par Célestin Port, Paris, Imprimerie nationale, 1874.
  • 58 F.-Y. Besnard, Souvenirs d’un nonagénaire : mémoires, édités par Célestin Port, Paris, H. Champion (...)

83L’infatigable curiosité de Célestin Port ne pouvait se suffire de l’œuvre essentielle, mais formelle, du Dictionnaire… Aussi chaque année publie-t-il des interventions et des articles dans les revues savantes, en particulier la Revue de l’Anjou, ou des opuscules, lorsque le propos s’y prête. Ainsi en est-il, entre autre, des Questions angevines50, en 1884, ou des notes concernant les Artistes angevins51, en 1881 qui seront prolongées en 1915 par un second volume publié après sa mort par son fils Étienne52. Sa plume est sans aménité, lorsqu’il estime que l’examen des sources le conduit à des certitudes d’interprétation. C’est le cas dans la polémique qui l’oppose à l’abbé François Chamard, à propos de l’hymne Gloria Laus, une source importante de la connaissance du haut Moyen Âge en Anjou, en 187953. C’est le cas plus encore en 1889, lorsqu’il a choisi de marquer, lui, le républicain, la commémoration du bicentenaire de la Révolution en s’attaquant au symbole le plus fort de l’identité locale, l’histoire des guerres de Vendée. Vendée angevine54, paru en 1889, puis La légende de Cathelineau55, parue en 1893, vaudront à leur auteur de solides inimitiés et une polémique mémorable avec un défenseur de la tradition « vendéenne », l’abbé Bossard. Il fait connaître de grands textes, comme la Description de la Ville d’Angers56 de Péan de la Tuilerie en 1869, ou le Journal de l’évêque Guillaume Lemaire57, en 1874 ; mais il est encore partisan lorsqu’il publie, avec des coupures non innocentes, les Souvenirs d’un nonagénaire58 de François-Yves Besnard, qui touche de près également à l’histoire de la Révolution.

84Mais comme d’ailleurs dans le cas de son prédécesseur Paul Marchegay, ce n’est pas l’œuvre de l’historien qui place Célestin Port au plus haut rang des contributeurs de l’histoire angevine. Conformément à leur vocation, à la mission qui leur est confiée, et à leur formation, ce sont bien leurs publications d’archivistes (inventaires, dictionnaire, éditions de textes) qui les distinguent, permettant à tous de connaître par leur médiation les sources de cette histoire dans toute leur ampleur et leur diversité.

Les archivistes dans la première moitié du XXe siècle

Marc Saché (1901-1933), archiviste et bibliothécaire

85Protestant discret, mais lui aussi grand travailleur, Marc Saché, sorti de l’École des chartes en 1893, succède à Célestin Port en 1901. Il a précédemment occupé les fonctions d’archiviste de la Lozère, puis a choisi d’être affecté à la Bibliothèque nationale à Alger. Archiviste, puis bibliothécaire, ainsi peut-on expliquer sans doute qu’outre ses fonctions d’archiviste de Maine-et-Loire, il se voie confier à partir de 1917 la responsabilité de la bibliothèque de la ville d’Angers. Il cumulera ces deux missions jusqu’en 1931, date de sa retraite d’archiviste, mais continuera d’assumer jusqu’en 1935 la responsabilité de la bibliothèque de la ville.

  • 59 M. Saché, Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 : archives ecclésias (...)
  • 60 Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 : série I, état-civil protestan (...)
  • 61 Les archives communales : leur classement, leur intérêt historique, Angers, G. Paré, 1914.

86Ces charges cumulées, et l’évolution progressive qu’introduit, dans le travail de l’archiviste, l’intérêt nouveau pour les archives administratives, expliquent que le bilan de son apport ne peut être évalué au seul examen de ses publications. En cette matière, il s’attache d’abord à poursuivre l’œuvre de ses prédécesseurs. C’est ainsi qu’il publie en 1926 l’inventaire sommaire de l’abbaye Saint-Florent de Saumur59, et cinq ans plus tard l’inventaire des registres de l’état-civil protestant60, qui ne pouvait le laisser indifférent. Sans l’achever, il poursuit le classement du très riche fonds de l’abbaye de Fontevraud, et dresse un premier état des documents recueillis auprès des administrations, ouvrant la voie aux inventaires des séries d’archives « modernes ». Ayant poursuivi l’œuvre de son prédécesseur en matière de dépouillement de l’état-civil communal, il s’intéresse plus largement à la préservation des archives communales, publiant sur ce sujet un opuscule qui est certainement l’un des premiers du genre61.

  • 62 Les livres de raison de Jean V et Jean VI du Bellay, abbés de Saint-Florent de Saumur, Angers, Germ (...)
  • 63 Les abbesses de Fontevraud, influences et corruption, Angers, Imprimerie du Commerce, 1921.
  • 64 Les Prussiens en Maine-et-Loire, août-septembre 1815 ; leurs rapports avec la population, Angers, G (...)
  • 65 Trente années de vie provinciale à travers le journal de Toysonnier, Angers, 1683-1713, Angers, Édi (...)
  • 66 La bibliothèque d’Angers, ses origines et son développement : les Grille, Angers, Éditions de l’Oue (...)

87Sa contribution à l’histoire de l’Anjou mérite cependant d’être notée. Dans le droit fil de la publication de l’inventaire de l’abbaye Saint-Florent, il publie en 1905 une étude sur Les livres de raison de Jean V et Jean VI du Bellay, abbés de Saint-Florent62 ; puis en 1921 sur Les abbesses de Fontevraud63. La même année, son intérêt pour l’histoire religieuse le porte à publier une étude sur La Petite Église en Anjou. Il n’hésite pas à s’aventurer dans l’histoire contemporaine en évoquant Les Prussiens en Maine-et-Loire64, mais revient à un format plus classique en publiant, en 1930, Trente années de vie provincial à travers le journal de Toysonnier65, à partir d’un manuscrit conservé à la bibliothèque municipale d’Angers. Bibliothèque qui lui est chère et qu’il salue peu de temps après en avoir quitté la direction, en 1935, en publiant La bibliothèque d’Angers, son origine et son développement66.

Jacques Levron (1933-1954), l’érudition au service de la culture

88Originaire de Rennes, diplômé de l’École des chartes en 1929, Jacques Levron est nommé en 1931 archiviste de Maine-et-Loire après un bref passage à Guéret comme archiviste de la Creuse. Il y restera jusqu’en 1954. Il est le premier à agrandir résolument les locaux mis à la disposition de l’archiviste, qui n’ont guère varié depuis Célestin Port : un premier agrandissement est réalisé en 1936, un second en 1954. Ainsi peut-il accueillir dans de meilleures conditions les nouveaux fonds d’archives – notariaux, administratifs, judiciaires – dont la garde et le traitement lui incombent désormais. Comme ses prédécesseurs, il s’attelle à la rédaction des inventaires, tout en abandonnant la forme détaillée de l’inventaire sommaire. On lui doit la description des séries L (époque révolutionnaire) et T (instruction publique, sciences et arts), et celle des suppléments aux séries E (fonds de famille et de seigneuries), H (fonds ecclésiastiques – clergé régulier), ainsi que des fonds des archives consulaires et notariales. Enfin, c’est à lui qu’incombe, sur les instances d’Étienne Rabouin, président du Conseil général et petit-neveu de Célestin Port, d’entreprendre la réédition du fameux Dictionnaire de Maine-et-Loire, tâche ambitieuse qu’auront à poursuivre ses successeurs.

  • 67 J. Levron, La véritable histoire de la dame de Montsoreau, Angers, Siraudeau, 1966.
  • 68 La vie et les mœurs du bon roi René, Paris, Amiot-Dumont, 1953.
  • 69 Petite histoire de l’Anjou, Grenoble, Paris, B. Arthaud, 1947.
  • 70 Historique du Palais des marchands Angers, Imprimerie Nouvelle, 1934.
  • 71 Les saints du pays angevin, Grenoble, B. Arthaud, 1943.
  • 72 Jean Bodin et sa famille, textes et commentaires, Angers, Siraudeau, 1950.
  • 73 L’abbaye Saint-Aubin d’Angers, Éditions de l’Ouest, 1936.
  • 74 La cathédrale d’Angers au XVIe siècle : textes et commentaires, Angers, Siraudeau, 1940.
  • 75 Jean de Lespine, architecte et sculpteur angevin de la Renaissance, Paris, 1940.
  • 76 L’église collégiale Saint-Martin d’Angers, Angers, E. Cingla, 1950.
  • 77 La danse macabre de Vergonnes, Angers, Jacques Petit, 1944.
  • 78 L’évolution du goût historique, Paris, R. Debresse, 1942.
  • 79 Clément Jannequin, musicien de la Renaissance : essai sur sa vie et ses amis, Grenoble, B. Arthaud, (...)
  • 80 René Boivin, graveur angevin du XVIe siècle, Paris, Les lettres et la Vie Française, 1941.

89Mais c’est moins à travers ces travaux savants qu’à travers les nombreuses contributions culturelles et de valorisation que son apport à l’histoire de l’Anjou est le plus original. D’une grande aisance de plume, et possédant un sens inné du récit, il popularise l’histoire angevine à travers des publications encore aujourd’hui célèbres : il n’est que de citer La dame de Montsoreau67 ou Le bon roi René68, ce dernier ouvrage de nombreuse fois réédité, pour le mesurer. Sa Petite histoire de l’Anjou69, destinée aux écoliers, parcourt avec pédagogie les grandes dates de l’histoire angevine. Ses contributions sont nombreuses, tant sur le plan de l’histoire (Historique du Palais des marchands70, Les saints du pays angevin71, Jean Bodin et sa famille72, etc.) que de l’histoire de l’art (L’abbaye Saint-Aubin d’Angers73, La cathédrale d’Angers au XVIe siècle74, Jean de Lespine, architecte et sculpteur angevin de la Renaissance75, L’église collégiale Saint-Martin d’Angers76, etc.). Sa curiosité le conduit à mettre en avant des découvertes riches de sens, comme celle de La danse macabre de Vergonnes77, une illustration spontanée et rarissime d’un registre paroissial angevin, tandis que son expérience le conduit à produire une réflexion sur L’évolution du goût historique78. Partout, la vivacité du récit n’enlève rien au sérieux de l’étude, qui sait aussi s’attacher à des sujets plus sévères, en évoquant par exemple Clément Jannequin, musicien de la Renaissance : essai sur sa vie et ses amis79, ou encore René Boivin, graveur angevin du XVIe siècle80.

90Jacques Levron fut en outre, durant les vingt années de sa présence à Angers, un infatigable diffuseur de l’histoire angevine. Enseignant à la faculté catholique d’Angers, membre actif du syndicat d’initiative, il organise des expositions, se produit en conférences ou à la radio, rédige des livrets de spectacles et, s’intéressant particulièrement au théâtre, est l’un des initiateurs du festival d’Angers, futur festival d’Anjou. Il gardera pour l’Anjou, après son départ en 1954, un attachement certain, et continuera à être l’un des propagateurs écoutés de son histoire.

Les archivistes dans la seconde moitié du XXe siècle

Pierre d’Herbécourt (1954-1964), la continuité

  • 81 C. Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l’ancienne (...)
  • 82 P. d’Herbecourt, J. Levron, Le Maine-et-Loire, coll. « Richesses de France », Bordeaux, J. Delmas, (...)
  • 83 Avec P. Porcher, Anjou Roman, coll. « Zodiaque », La Pierre qui Vire, 1979.
  • 84 P. d’Herbecourt, La paroisse Notre-Dame d’Angers avant la Révolution, Saint-Michel du Tertre, depu (...)
  • 85 Les capétiens de Hongrie : le grand siècle de la Hongrie sous les rois angevins, Paris, CIVITEC, 19 (...)
  • 86 L’impartialité de l’Histoire, s. l. n. d.

91Pierre d’Herbécourt, né en 1905, effectue en Anjou les dix dernières années de sa carrière. Comme son prédécesseur, il s’attelle à la réédition du Dictionnaire de Célestin Port, dont il publie en 1965 le premier volume, un second paraissant en 1978 quelques mois après sa mort81. Il s’attache lui aussi à des œuvres de vulgarisation, publiant, avec Jacques Levron et Henri Enguehard, le volume consacré au Maine-et-Loire dans la collection Richesses de France82, et le volume consacré à L’Anjou Roman dans la collection Zodiaque83. Comme archiviste, il attache son nom au premier classement de la série des domaines nationaux, qui comprend notamment les importants fonds d’archives de la vente et du séquestre des biens nationaux ; comme historien, plusieurs études de circonstance consacrées à La paroisse Notre-Dame d’Angers84, ou aux Capétiens de Hongrie85, et un curieux article sur L’impartialité de l’Histoire86, réagissant aux débats sur l’interprétation de l’histoire de la Révolution française.

Robert Favreau (1964-1969), la transition vers la modernité

  • 87 R. Favreau (dir.), Atlas historique français : Maine-et-Loire, Paris, IGN, 1973.
  • 88 J.-M. Bienvenu (éd.), R. Favreau (coll.), G. Pon (coll.), Le Grand cartulaire de Fontevraud, 2 vol (...)
  • 89 R. Favreau (coll.), Anjou, cadre naturel, histoire, art et littérature, langue, économie et tradit (...)

92La courte présence de Robert Favreau à la tête des Archives de Maine-et-Loire, de 1964 à 1969, fut cependant pour l’institution une période de transition décisive. Transformation des bâtiments, organisation des archives administratives, de la bibliothèque, des cartes et plans, les bases de l’organisation contemporaine étaient posées. Parallèlement, il mettait en place une collaboration avec les universités de Rennes et de Poitiers, apportant notamment son concours aux Annales de Bretagne et à la Revue des Antiquaires de l’Ouest. Maître d’œuvre de l’Atlas historique de l’Anjou87, il réunit dans ces deux volumes, sous une forme cartographiée encore inédite, une somme de connaissances qui font encore autorité aujourd’hui. Il devait rejoindre, au bout de cinq ans, l’université de Poitiers ou s’illustrèrent ses talents de médiéviste durant le reste de sa carrière, notamment au travers du Centre de civilisation médiévale. Mais il n’avait pas oublié l’Anjou : il fut l’artisan, en hommage à Jean-Marc Bienvenu, de la publication du Cartulaire de Fontevraud88 et de façon plus anecdotique l’auteur d’une magistrale introduction à l’histoire de l’Anjou dans le guide Maine-et-Loire89 de Christine Bonneton.

Françoise Poirier-Coutansais (1969-1990), reconstruire pour mieux accueillir

  • 90 F. Poirier-Coutansais, C. Souchon, Guide des Archives de Maine-et-Loire, Angers, Imprimerie Farré (...)

93Avec Françoise Poirier-Coutansais, la prééminence des activités gestionnaires de l’archiviste est désormais installée. C’est à elle qu’il revient d’organiser le départ des Archives de Maine-et-Loire de leur site historique de centre-ville vers le site plus excentré de l’ancien couvent de la Visitation, propriété départementale, qui offre aux chercheurs désormais nombreux, comme aux membres du personnel également en croissance, des conditions de travail améliorées, que vont bientôt révolutionner l’informatique. C’est à elle aussi qu’il revient d’accueillir dans le département le premier chartiste en charge des Archives municipales d’Angers, Benoît Van Reeth, en 1983. Le Guide des Archives de Maine-et-Loire90, paru en 1978 avec le concours de Cécile Souchon, conservateur-adjoint, témoigne de la transformation de l’activité érudite vers une activité de transmission, l’historien s’effaçant désormais derrière les exigences du fonctionnement d’une institution devenue l’un des pôles culturels du département.

  • 91 Aux Archives de Maine-et-Loire, Élisabeth Verry, directeur (depuis 1990), Brigitte Pipon (1992-200 (...)

94Après son départ en 1990, la tradition chartiste continue, tant aux Archives départementales avec la présence de chartistes comme directeur et directeurs-adjoint, qu’aux Archives municipales d’Angers91.

Les chartistes dans les autres spécialités patrimoniales

95Parallèlement, les chartistes investissent les disciplines patrimoniales voisines. Les bibliothèques en bénéficient les premières, la présence chartiste s’y installant dès le début du XXe siècle. À partir de 1971, les musées d’Angers voient aussi leurs précieuses collections confiées à des chartistes dont la double compétence, historique et artistique, permet le plein épanouissement des collections. Leur apport mérite sans conteste de figurer à ce bilan.

Les chartistes à la bibliothèque d’Angers

96Le premier chartiste à occuper les fonctions de bibliothécaire de la ville d’Angers est Marc Saché, qui cumule à partir de 1917 cette fonction, on l’a vu, avec celle d’archiviste du département. Quoiqu’il ait pris sa retraite d’archiviste en 1931, il continue d’assurer la direction de la bibliothèque jusqu’en 1935 et à siéger, durant de longues années, au comité des acquisitions.

  • 92 Voir plus haut, note 14.

97Son successeur est également une chartiste, Jeanne Varangot. Sortie de l’École des chartes en 1932, elle connait parfaitement l’histoire de l’Anjou puisqu’elle a consacré sa thèse aux premiers temps des institutions municipales d’Angers92 et la publie d’ailleurs, fait rare, l’année même de sa sortie. Après un bref passage à Toulon de 1934 à 1936, elle est nommée à Angers ou elle accomplit le reste de sa carrière, assumant notamment durant la seconde guerre mondiale la sauvegarde des collections de la bibliothèque. Elle en quitte la direction en 1969. Mais la présence chartiste à la tête de la bibliothèque a franchi le seuil du XXIe siècle. Aujourd’hui Jean-Charles Niclas, directeur, et Marc-Édouard Gautier, directeur-adjoint des fonds patrimoniaux ainsi que son épouse France, en perpétuent les qualités.

Les chartistes dans les musées d’Angers

  • 93 Parmi ses travaux, citons : V. Huchard, Cent dessins des musées d’Angers, Angers, Siraudeau, 1978  (...)

98La présence chartiste s’y inscrit de manière magistrale à travers la personnalité de Viviane Huchard. Sortie de l’École des chartes en 1971, elle prend en charge l’année suivante le musée des Beaux-Arts d’Angers, alors en triste posture. Elle attachera ses efforts à l’enrichissement des collections par une active politique d’exposition, mais surtout à la rénovation du musée Pincé et à la création d’un splendide écrin pour l’œuvre du sculpteur David d’Angers, qui prend place dans l’abbaye Toussaint restaurée, et est inauguré en 198493. Avec son adjointe Béatrice de Chancel, également chartiste, elle prépare un projet de rénovation du musée des Beaux-Arts qui ne verra pas le jour sous sa direction mais inspirera fortement ses successeurs. Auteur de nombreux articles et études, notamment sur l’œuvre de David d’Angers, elle quitte Angers en 1994 pour diriger les musées d’Amiens, puis jusqu’à sa mort en 2005, le musée national du Moyen Âge.

Les chartistes et les universités à Angers

99Depuis Jacques Levron, qui assurait à la faculté catholique un enseignement régulier, les chartistes n’ont cessé d’être présents au sein des universités angevines, notamment par l’intermédiaire des enseignements de paléographie. Formant ainsi les générations d’historiens, favorisant l’accès aux textes et aux sources, ils ont également contribué par leur œuvre de pédagogues à répandre le goût de l’histoire et à en développer l’étude.

100Plus récemment, de nouveaux enseignements se sont développés au sein de l’université d’Angers devenue l’un des pôles professionnels de la formation en archivistique. Successivement Agnès Masson, Valérie Poinsotte, puis actuellement Patrice Marcilloux et Valérie Neveu incarnent la continuité chartiste au service de l’Anjou, et plus largement de ses formations supérieures. Exemple s’il en fallait que la formation chartiste a su s’adapter à tous les contextes, depuis qu’un jour de janvier 1841 Paul Marchegay, le premier d’entre eux, prit possession du dépôt des titres de Maine-et-Loire.

Notes

1 La conservation systématique des thèses d’École des chartes n’a été instituée qu’en 1961. Avant cette date, les thèses demeuraient propriété de leurs auteurs. Toutefois ceux-ci, ou leurs ayant droit, ont pu donner ou déposer à titre privé leur travail auprès d’une institution publique (bibliothèque, service d’archives) ou privée (société savante). Depuis 1961, un exemplaire de chaque thèse est conservé aux Archives nationales à Paris dans la série ABXVIII (archives privées), qui assure la gestion des demandes de consultation et la liaison avec les auteurs.

2 [http://theses.enc.sorbonne.fr] ; Positions de thèses, table générale 1849-1966, École nationale des chartes, 1967.

3 Il est à noter que cette thèse, abondante et documentée, est encore aujourd’hui inédite.

4 A. Planchenault, Monnaie d’Angers : origine de la monnaie royale 1319-1738, la juridiction de la monnaie jusqu’en 1791, Angers, Lachèse, 1896. Adrien Planchenault est également l’auteur de diverses publications, telles que Notice sur la vie et les travaux de M. Godard-Faultrier (1896), Tables du répertoire archéologique de l’Anjou (1898), Les jetons angevins (1901), Le cartulaire du chapitre de Saint-Laud d’Angers (1903), etc.

5 P. Marichal, « René II duc de Lorraine et les possessions de la maison d’Anjou dans le Maine, et René II duc de Lorraine et le douaire de Jeanne de Laval », in Mémoires de la Société des Lettres, Sciences et Arts de Bar-le-Duc, 1909, IIIe série, t. III.

6 Ibid., Note sur le lieu de naissance [à Angers] de René II duc de Lorraine, Nancy, Crépin-Leblond, 1890.

7 H. Forgeot, Vie de Jean Balue, cardinal d’Angers (1421-1491), bibliothèque de l’École des hautes études, Paris, E. Bouillon, 1895.

8 C. Poree, Un parlementaire sous François Ier : Guillaume Poyet (1473-1548), Angers, Germain et Grassin, 1898.

9 L. Halphen, Le comté d’Anjou au XIe siècle, Paris, Picard, 1906.

10 Membre de l’École française de Rome (1904), secrétaire de l’École des chartes (1906), professeur à la faculté des lettres de Bordeaux (1910) puis de Paris (1928), ainsi que directeur d’études à l’École pratique des hautes études, il fut élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1935.

11 L. Halphen, Chronique des comtes d’Anjou et des seigneurs d’Amboise, Paris, Picard, 1913.

12 C. Cochin, Henri Arnault, évêque d’Angers, 1597-1662, Paris, Picard, 1921.

13 P. Roussier, Notes historiques sur la rivière de Maine ou Mayenne et sa navigation, Laval, Goupil, 1924.

14 J. Varangot, Les institutions municipales d’Angers de 1474 à 1584, thèse d’École des chartes, 1932, publiée la même année : Paris, PUF, 1932.

15 J. Boussard, Le comté d’Anjou d’Henri II Plantagenêt à la conquête de Philippe-Auguste, Paris, Éditions Champion, 1938.

16 É. Baratier, Enquêtes sur les droits et revenus de Charles 1er d’Anjou en Provence (1252 et 1278), avec une étude sur le domaine comtal et les seigneuries de Provence au XIIIe siècle, Paris, BNF, 1969. La thèse d’Édouard Baratier sur Le domaine comtal de Provence à l’avènement de Charles d’Anjou, est soutenue en 1945.

17 J. Vezin, Les scriptoria d’Angers au XIe siècle, Paris, Éditions Champion, 1974.

18 M. Melot, Fontevraud, Paris, J. Lanore, 1971.

19 I. Bonnot, Hérétique ou saint ? Henri Arnault, évêque janséniste d’Angers au XVIIe siècle, Paris, Nouvelles Éditions Latines, 1984.

20 B. Lemée, Les missions du diplomate Hercule de Charnacé de 1629 à 1633, s. l. n. d.

21 B. Benet, Jean d’Anjou, duc de Calabre et de Lorraine (1426-1470), Nancy, société Thierry Alix, 1997.

22 Y. Labande-Mailfert, Le premier cartulaire de Saint-Nicolas d’Angers, essai de reconstitution précédée d’une étude historique, thèse d’École des chartes, tapuscrit, 2 vol., 1931.

23 H. Hemmer, Le rôle économique et social des prieurés de Marmoutier. Étude suivie de l’édition du cartulaire de Chemillé, thèse d’École des chartes, tapuscrit, 1944.

24 M. Hamon, Les origines de l’abbaye de Saint-Florent-lès-Saumur, histoire du monastère du Montglonne et du château de Saumur (Ve-VIe siècles-1126), thèse d’École des chartes, tapuscrit, 3 vol., 1971.

25 H. Landais, Étude sur la géographie, l’histoire et l’administration du comté d’Anjou au XIIIe siècle, thèse d’École des chartes, tapuscrit, 1945.

26 A. Geoffroy, Les biens nationaux dans le district de Baugé, thèse d’École de chartes, tapuscrit, 1962.

27 M. Merlet, Le péage de la cloison d’Angers : contribution à l’étude du trafic de Loire à la fin de l’Ancien Régime, thèse d’École des chartes, tapuscrit, 1967.

28 Cécile Souchon (1970) nommée conservateur-adjoint en 1971.

29 Benoît Van Reeth (1984) nommé conservateur des Archives municipales d’Angers la même année.

30 Il était originaire de la commune de Saint-Germain de Prinçay, de famille protestante. Après de brillantes études (il obtint en 1829 un prix d’histoire au concours général), il entre à l’École des chartes dont il sort diplômé en 1838. Après trois années au service du cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale, il est nommé archiviste de Maine-et-Loire. Très attaché à sa Vendée natale, il se retire en 1854 dans sa propriété des Roches-Baritaud tout en poursuivant ses travaux de recherche jusqu’à sa mort en 1885.

31 Dr. Mousseau, « Pierre Jubin de Douvre, archiviste de Maine-et-Loire », Mémoires de l’Académie d’Angers, 1976, p. 113-118.

32 Cartulaire de l’abbaye de Fontevraud, Archives départementales de Maine-et-Loire, 101 H 225.

33 P. Marchegay, Archives d’Anjou. Recueil de documents et mémoires inédits sur cette province, 2 vol., Angers, Ch. Labussière, Cosnier et Lachèse, 1843-1853.

34 Les prieurés de Marmoutier en Anjou : inventaire des titres et supplément aux chartes des XIe et XIIe siècles, Angers, Cornilleau et Maige, 1846.

35 Histoire du monastère Saint-Serge d’Angers, s. l. n. d., 1852.

36 P. Marchegay, Les cartulaires français en Angleterre, Paris, Firmin Didot, 1855.

37 Le cartulaire du prieuré bénédictin de Saint-Gondom sur Loire, 866-1172, tiré des archives de l’abbaye de Saint-Florent près Saumur, Nantes, Forest et Grimaud, 1879 ; Chartes bordelaises de 1080 à 1185 tirées des archives du monastère Saint-Florent près Saumur, Les Roches-Baritaud, 1879 ; Chartes de Saint-Florent de Saumur concernant l’Angoumois, Les Roches-Baritaud, 1879 ; Chartes et autres titres du monastère de Saint-Florent près Saumur concernant l’Île de France, Société de l’histoire de Paris, 1879 ; Chartes nantaises du monastère Saint-Florent près Saumur, Les Roches-Baritaud, 1877 ; Chartes normandes de l’abbaye Saint-Florent près Saumur, Les Roches-Baritaud, 1877 ; Chartes saintongeaises de l’abbaye Saint-Florent près Saumur, Les Roches-Baritaud, 1877.

38 Chroniques de Saint Aubin, s. l., 1854.

39 Chroniques des comtes d’Anjou et des seigneurs du Maine, 2 vol., Paris, Vve J. Renouard, 1856-1871.

40 Chroniques des églises d’Anjou, 2 vol., Paris, Vve J. Renouard, 1869.

41 Cartulaire de l’abbaye du Ronceray, édité par Eugène Vallée, Paris, Picard, Angers, Lachèse, 1900.

42 Chartes de Fontevraud concernant l’Aunis et La Rochelle, Paris, Firmin Didot, 1857.

43 L’abbaye de Nyoiseau, s. l. n. d.

44 L’académie des protestants à Saumur, s. l., 1852.

45 Lettres de Marie de Valois, fille de Charles VII et d’Agnès Sorel, à Olivier de Coetivy, sieur de Taillebourg son mari, 1458-1472, Les Roches-Baritaud, 1875.

46 Lettres originales des rois de France et des ducs d’Anjou aux maires et échevins d’Angers de 1488 à 1593, s. l., 1856.

47 Trois lettres à Messieurs les administrateurs des hospices d’Angers concernant le chartrier, le cartulaire et le fondateur de l’hôpital Saint-Jean l’évangéliste, Les Roches-Baritaud, 1877.

48 Voir E. Lelong, Célestin Port (1828-1901), Angers, Germain et Grassin, 1902 ; Ibid., Bibliographie des travaux de Célestin Port, Saint-Denis, H. Bouilland, 1902 ; J. Lair, Académie des inscriptions et belles-lettres, Notice sur la vie et les travaux de M. Célestin Port, Paris, Firmin Didot, 1902.

49 C. Port, Inventaire analytique des archives anciennes de la mairie d’Angers, Paris, J. Dumoulin, Angers, Cosnier et Lachèse, 1861.

50 C. Port, Questions angevines, 1re série, Angers, Lachèse et Dolbeau, Paris, E. Lechevallier, 1884.

51 Artistes angevins : peintres, sculpteurs, maîtres d’œuvre, architectes, graveurs, musiciens, d’après les archives angevines, Paris, J. Baur, Angers, Lachèse et Dolbeau, 1881.

52 Notes complémentaires sur les artistes angevins : peintres, sculpteurs, maîtres d’œuvre, architectes, graveurs, musiciens, d’après les archives angevines, éditées par Étienne Port, Angers, Germain et Grassin, 1915.

53 L’hymne Gloria Laus, Angers, Germain et Grassin, 1879.

54 La Vendée angevine : les origines, l’insurrection (janvier 1789-31 mars 1793) d’après des documents inédits et inconnus, Angers, Germain et Grassin, 1893.

55 La légende de Cathelineau : ses débuts, son brevet de généralissime, son élection, sa mort. Paris, F. Alcan, 1893.

56 Pean de la Tuilerie, Description de la ville d’Angers, nouvelle édition augmentée de notes critiques et de recherches historiques, par Célestin Port, Angers, Barassé, 1869.

57 Livre de Guillaume Lemaire, édité par Célestin Port, Paris, Imprimerie nationale, 1874.

58 F.-Y. Besnard, Souvenirs d’un nonagénaire : mémoires, édités par Célestin Port, Paris, H. Champion, 1880.

59 M. Saché, Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 : archives ecclésiastiques. Série H t II, abbaye Saint-Florent-de Saumur, Angers, Siraudeau, 1926.

60 Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 : série I, état-civil protestant. Angers, Siraudeau, 1931.

61 Les archives communales : leur classement, leur intérêt historique, Angers, G. Paré, 1914.

62 Les livres de raison de Jean V et Jean VI du Bellay, abbés de Saint-Florent de Saumur, Angers, Germain et Grassin, 1905.

63 Les abbesses de Fontevraud, influences et corruption, Angers, Imprimerie du Commerce, 1921.

64 Les Prussiens en Maine-et-Loire, août-septembre 1815 ; leurs rapports avec la population, Angers, Germain et Grassin, 1915.

65 Trente années de vie provinciale à travers le journal de Toysonnier, Angers, 1683-1713, Angers, Éditions de l’Ouest, 1930.

66 La bibliothèque d’Angers, ses origines et son développement : les Grille, Angers, Éditions de l’Ouest, 1935.

67 J. Levron, La véritable histoire de la dame de Montsoreau, Angers, Siraudeau, 1966.

68 La vie et les mœurs du bon roi René, Paris, Amiot-Dumont, 1953.

69 Petite histoire de l’Anjou, Grenoble, Paris, B. Arthaud, 1947.

70 Historique du Palais des marchands Angers, Imprimerie Nouvelle, 1934.

71 Les saints du pays angevin, Grenoble, B. Arthaud, 1943.

72 Jean Bodin et sa famille, textes et commentaires, Angers, Siraudeau, 1950.

73 L’abbaye Saint-Aubin d’Angers, Éditions de l’Ouest, 1936.

74 La cathédrale d’Angers au XVIe siècle : textes et commentaires, Angers, Siraudeau, 1940.

75 Jean de Lespine, architecte et sculpteur angevin de la Renaissance, Paris, 1940.

76 L’église collégiale Saint-Martin d’Angers, Angers, E. Cingla, 1950.

77 La danse macabre de Vergonnes, Angers, Jacques Petit, 1944.

78 L’évolution du goût historique, Paris, R. Debresse, 1942.

79 Clément Jannequin, musicien de la Renaissance : essai sur sa vie et ses amis, Grenoble, B. Arthaud, 1948.

80 René Boivin, graveur angevin du XVIe siècle, Paris, Les lettres et la Vie Française, 1941.

81 C. Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l’ancienne province de l’Anjou, t. I, revu et mis à jour par Jacques Levron et Pierre dHerbécourt, Angers, Siraudeau et Cie, 1965 ; Ibid., t. II, revu et mis à jour par Jacques Levron, Pierre dHerbécourt, Robert Favreau et Cécile Souchon, Angers, Siraudeau et Cie, 1978.

82 P. d’Herbecourt, J. Levron, Le Maine-et-Loire, coll. « Richesses de France », Bordeaux, J. Delmas, 1957.

83 Avec P. Porcher, Anjou Roman, coll. « Zodiaque », La Pierre qui Vire, 1979.

84 P. d’Herbecourt, La paroisse Notre-Dame d’Angers avant la Révolution, Saint-Michel du Tertre, depuis 1960 Notre-Dame des Victoires, Angers, Imprimerie Praizelin, 1961.

85 Les capétiens de Hongrie : le grand siècle de la Hongrie sous les rois angevins, Paris, CIVITEC, 1957.

86 L’impartialité de l’Histoire, s. l. n. d.

87 R. Favreau (dir.), Atlas historique français : Maine-et-Loire, Paris, IGN, 1973.

88 J.-M. Bienvenu (éd.), R. Favreau (coll.), G. Pon (coll.), Le Grand cartulaire de Fontevraud, 2 vol., Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 2000-2005.

89 R. Favreau (coll.), Anjou, cadre naturel, histoire, art et littérature, langue, économie et traditions populaires, Paris, Christine Bonneton, 1985.

90 F. Poirier-Coutansais, C. Souchon, Guide des Archives de Maine-et-Loire, Angers, Imprimerie Farré et fils, 1978.

91 Aux Archives de Maine-et-Loire, Élisabeth Verry, directeur (depuis 1990), Brigitte Pipon (1992-2005), puis Marie-Paule Schmitt (depuis 2010). Aux Archives municipales d’Angers, Sylvain Bertoldi (depuis 1987).

92 Voir plus haut, note 14.

93 Parmi ses travaux, citons : V. Huchard, Cent dessins des musées d’Angers, Angers, Siraudeau, 1978 ; Ibid., Galerie David d’Angers, Rennes, Ouest-France, 1987 ; Les médaillons de David d’Angers, Angers, Musées d’Angers, 1990 ; Les peintures du musée d’Angers, Angers, Siraudeau, 1990.

Auteur

Archiviste-paléographe (promotion 1978), conservatrice générale du patrimoine, directrice des Archives départementales de Maine-et-Loire ; nombreuses publications sur les fonds d’archives de Maine-et-Loire, l’histoire et le patrimoine de l’Anjou. Chargée de cours à l’université d’Angers, membre du conseil de l’École doctorale et du conseil de documentation, membre du jury de l’université catholique de l’Ouest. Membre de l’Association des archivistes français, coordinatrice de la rédaction de la revue La Gazette des Archives. Conseillère scientifique du Centre national des archives de l’Église de France.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search