Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Cinquième partie. La maison et son environnement

Cornaus et maisons de la lande bordelaise au prisme des premières sources écrites (XVIIIe-XVIe siècle)

Fabrice Mouthon

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 On distinguera ici « les landes » qui désignent un type de paysage et d'écosystème du département (...)
  • 2 Vieillard, Jean, Le Guide du pèlerin de Saut-Jacques de Compostelle, Paris, 1984, p. 19.
  • 3 Toulgouat Pierre, La Vie rurale et la maison de l'ancienne lande, Pau, 1987, p. 11-100. Pour la ve (...)

1Les landes de Gascogne sont un pays fascinant1. Aujourd'hui premier massif forestier d'Europe, elles constituaient, jusqu'au xixe siècle une sorte de désert semi-marécageux s'étendant des portes de Bordeaux à l'Océan. Au xiie siècle, le pèlerin de Saint-Jacques parle d'un pays aux villages rares où l'on ne trouve pas de pain mais des porcs, du miel, du mil et du panis en abondance2. Jadis, les grandes dunes boisées ouvertes aux droits d'usage des habitants de Lesparre, de La Teste ou de Biscarosse s'appelaient des montagnes et les troupeaux du Béarn descendaient y passer l'hiver. En réalité, c'est plutôt aux pays de l'ouest atlantique que se rattachent les Landes mais plusieurs éléments y rappellent aussi la montagne : un système agropastoral original où l'exploitation du saltus conditionne l'existence de l'ager3 ; une condition paysanne hétérogène allant du servage majoritaire à une très grand liberté ; une structure d'habitat fondamentalement dispersée, enfin, qui va de pair avec une organisation communautaire à plusieurs étages. C'est ce dernier point que j'ai voulu approfondir ici en m'intéressant les cellules de base de l'habitat landais à savoir le quartier ou cornau et la maison familiale. J'ai, pour ce faire limité mon champ géographique aux landes situées dans l'ancien diocèse de Bordeaux (les landes de Bordeaux), plus précisément dans les pays de Médoc, de Buch, de Born et de Cernés. Les sources utilisées sont uniquement des sources écrites, les premières à avoir été conservées, depuis un procès du milieu du xiiie siècle jusqu'aux plus anciens terriers de la première moitié du xvie siècle.

Le cornau : hameau ou quartier ?

2Qui consulte une carte administrative de la Gironde ne peut manquer d'être frapper par la dichotomie de son réseau communal : à l'est, les communes couvrent quelques centaines d'hectares, à l'ouest plusieurs milliers d'hectares, quelques-unes unes figurant parmi les plus vastes de France : Lacanau 21 400 hectares, Hourtin, 19 050 hectares, Le Porge 14 900 hectares, Salles 13 800 hectares, Mios 13 740 ha. Cette situation est, avec quelques retouches, le reflet de la situation du réseau paroissial médiéval.

D'immenses paroisses

  • 4 Mouthon, Fabrice, Les Blés du Bordelais. L'Économie céréalière dans les diocèses de Bordeaux et de (...)
  • 5 Au sein d'une entité plus vaste, le diocèse de Bordeaux, ou domine largement l'habitat dispersé. C (...)
  • 6 Dainville, François de, La Carte de Guyenne par Belleyme, 1761-1840, Bordeaux, 1957.
  • 7 Les tentatives d'implantation de sauvetés au cœur de la lande paraissent s'être soldées par des éc (...)
  • 8 Higounet, Charles, « Avant propos », dans Flaran 8, Toponymie et défrichement médiévaux et moderne (...)
  • 9 Marquette, Jean-Bernard, Trésor des chartes d'Alhret, t. 1, Les archives de Vayres, Paris, Bibliot (...)
  • 10 Terrier du Porge pour le seigneur de La Rivière (E-Terrier 335, Pagan, notaire, 1504), terrier de (...)

3La présence de ce réseau paroissial aux très grandes mailles doit être mise en rapport avec trois autres caractéristiques du pays. Premièrement, les très médiocres potentialités agricoles qui n'autorisent qu'une occupation humaine des plus diffuses ; ceci a frappé les anciens voyageurs4 Deuxième caractéristique : la faible présence des châteaux comme des monastères, des institutions dont on connaît le rôle comme vecteur de création de paroisses. Dernier point, et c'est ce qui nous intéresse particulièrement ici, la très grande dispersion de l'habitat5. Établie à la fin du xviiie siècle, la carte de la Guyenne dite de Belleyme donne une image frappante de la façon dont, avant la rupture provoquée par le reboisement, se répartissaient les hommes dans ces pays ingrats6. Elle ne figure pas de véritables villages, pas de villes non plus mais seulement quelques très modestes bourgades nées autour d'un château (Castelnau-de-Médoc, Lesparre, Lan diras puis La Teste) ou d'une sauveté (Soulac, Mimizan), toutes concentrées à la périphérie de la lande véritable7. Seul Belin, établi sur le grand chemin de saint Jacques près du château qui aurait vu naître Aliénor d'Aquitaine fait office de petit centre. À côté de cela, la carte de Belleyme figure, entourés par la lande, quelques semis de maisons, parfois agrémentés d'une chapelle, auxquels elle donne le nom de « quartier ». De fait, cette notion de quartier, qui n'est évidemment pas propre aux landes, renvoie davantage à un territoire, une portion de la paroisse, qu'à une localité. Elle illustre donc bien l'idée d'un habitat dispersé. Mais « quartier » est un terme français inconnu des sources locales médiévales qui lui préféraient les termes gascons, de loc ou de cornau. Si le premier possède un sens très général appliqué, tantôt à un habitat, tantôt à un simple lieu dit, le second est plus spécifique. Selon Charles Higounet, il s'agirait là d'un terme associé aux défrichements d'époque romane, désignant un « coin », enfoncé dans la lande ou la forêt8. La première mention connue de cornau dans le diocèse de Bordeaux date de 1288 mais reste isolée. Il s'agit de la concession par le roi d'Angleterre Edouard Ier, à son fidèle Bertrand de Podensac, de la haute justice sur les villagiorum seu comalibus de Penne et Saint-Magne, dans la paroisse d'Hostens, en pays de Cernés9. L'administration anglo-gasconne, hésite ici entre le terme local et celui, français, de « village ». On retrouve ensuite épisodiquement « cornau » dans les actes du xive et au xve siècle émanant des grandes seigneuries ecclésiastiques bordelaises à propos de leurs possessions du Médoc, du Cernés ou du Pays de Buch. Celles-ci lui préfèrent cependant loc / locus, plus familier. Il faut en fait attendre les registres de notaires et les terriers de la première moitié du xvie siècle, établis par des notaires locaux et rédigés en Gascon ou dans un sabir franco-gascon, pour voir le terme de cornau régulièrement utilisé avec une signification différente de celle de loc10.

L'habitat dispersé

  • 11 Arch. dép. de Gironde, Inventaire des titres de la seigneurie de Castelnau, C 3350, fol.179. À not (...)
  • 12 Ibidem, fol. 195 et 195 v° (1332-1515).
  • 13 Arch. dép. de Gironde, E-Terrier 713 (1540).
  • 14 Arch. dép. de Gironde, terrier pour le prieuré de Belin, fol. 9 v°, 46 v°, 87 v°, 92 (1538).
  • 15 Zink, Anne, « Le quartier dans les Sénéchaussées landaises à l'époque moderne », L'Habitat dispers (...)

4La paroisse landaise est vue et vécue par les contemporains comme une fédération de cornaus. Une transaction de 1318 conclue entre la dame de Castelnau-de-Médoc et les hommes de la paroisse de Saint-Hélène, dans les landes du Médoc, désigne d'abord ces derniers comme les habitants des « villages » de Touriac, Macavin, Ludée, Sadouillan, Villefort, Eyrissan et ensuite comme les paroissiens de Saint-Hélène11. Plus à l'est, à Lacanau, les mêmes seigneurs de Castelnau traitent séparément avec les habitants de Mistres, Myos, Méjos et Meogas qui relèvent d'eux12. Dans la première moitié du xvie siècle, les terriers continuent de préciser les cornaus où résident les tenanciers de telle paroisse. À Salles, les hommes du seigneur Pierre de Lur se répartissent essentiellement entre les cornaus de Saugues, Saugon, Badet, Bulos, Sesque, le Pujeau et le Pourgau13. L'église est le point de ralliement des habitants des cornaus, même si certains quartiers peuvent, on le verra, disposer de leur propre chapelle et manifester des velléités d'indépendance. Cette centralité est presque parfaitement symbolisée par la notion de « carnin gleysau » ou encore « camin processionau » du cornau. Les terriers désignent ainsi un chemin reliant le centre du quartier à l'église ou plutôt au cimetière paroissial : dans la paroisse de Mios, on découvre ainsi le « chemin gleysier de ceux de Lalande », le « chemin gleysier des Agues », le « chemin gleysier de ceux du Vivey », et le chemin public qui va du cornau de Garnung à la « gleyze » de Mios, etc...14. Pour le xviiie siècle et les régions landaises plus méridionales, Anne Zink relève la même réalité : une église paroissiale, parfois isolée, située au centre d'une ellipse renfermant le cimetière et vers laquelle convergent les chemins15.

Le cornau : un « village éclaté »

  • 16 Marquette, Jean-Bernard, Le Trésor des Charles d'Albret, op. cit., n° 45, p. 70-75.
  • 17 Arch. dép. de Gironde, E-Terrier 335.
  • 18 Arch. dép. de Gironde, C 3350, foL 195.

5Plus qu'un véritable village, le cornau est un hameau à la structure très lâche, voire un simple semi de fermes. Dans une charte d'affranchissement de 1291, les cornaus de Saint-Magne, Penne et Avenssa, dans la paroisse d'Hostens, en Cemès, sont décrits comme des nébuleuses d'estatges ; c'est-à-dire d'exploitations tenues par des familles de serfs ou questaux16. Deux siècles à deux siècles et demi plus tard, les terriers rendent bien compte de cette organisation. Au Porge en 1504, le cornau de Las Vinhas (aujourd'hui quartier du Vignas) est manifestement un quartier englobant sept locs ou lieux-dits dont certains sont habités et d'autres non. Il rassemble au total une quinzaine d'exploitations ou maynes17. À Lacanau, le mayne de Bonpau qui relève en 1514 des sires de Castelnau n'est qu'un des lieux habités du vaste cornau de Meogas18. Les confrontations des maisons sont un bon révélateur de cette structure lâche de l'habitat Sur les cinquante et une maisons décrites par les terriers de Salles et de Belin, vingt-six, soit un peu plus de la moitié n'ont aucune autre habitation dans leur voisinage immédiat ; vingt touchent à une seule autre maison ; trois à deux maisons et une avec trois autres maisons. Certes, la notion d'isolement est ici relative car on ne connaît que les confrontations immédiates mais une maison au moins, située au Cornau de Bulos, à Salles, est complètement entourée par les vacants du seigneur, c'est-à-dire par la lande. À l'inverse, voisinage n'est pas mitoyenneté. L'expression « terre et maison » qui revient souvent dans les confronts montre que lorsqu'on dit que sa maison confronte à celle du voisin, c'est en fait au casal, c'est-à-dire à la parcelle bâtie et non au bâtiments eux-mêmes que l'on fait allusion. À Saugues, cornau de Salles, huit maisons sur seize relevant du seigneur de Salles sont isolées, six ont un voisin proche, une autre à deux voisins et une autre encore trois voisins. Toujours à Saugues, sept maisons sont simplement localisées au cornau de Saugues, les dix autres étant, en plus, associées à un toponyme particulier. Les autres cornaus paraissent avoir une structure similaire, à savoir : un lieu central qui reprend le nom du cornau et des « locs » périphériques comprenant une ou deux maisons. Pour autant le lieu de Saugues peut-il être qualifié de village ? À travers le terrier, il se présente lui-même comme une nébuleuse : un groupe de quatre maisons voisines, un groupe de trois maisons, un autre de deux maisons et quatre maisons isolées, soit treize maisons au moins, mais passablement dispersées. Les lieux-dits périphériques désignent de simples habitats isolés ou des groupes de deux maisons. Un cornau est donc composé d'une nébuleuse centrale comprenant plusieurs groupes de quelques maisons très espacées, et d'un nombre variable d'habitats périphériques eux même isolés ou très dispersés.

Dispersion de l'habitat au cornau de Saugues (Salles) en 1538

Dispersion de l'habitat au cornau de Saugues (Salles) en 1538

Gens des cornaus

6Malgré cet éparpillement, le cornau est une cellule d'habitat disposant d'une identité bien affirmée, fondée sur la parenté, la défense et l'exploitation du territoire, des institutions propres.

La famille

  • 19 Marquette, Jean-Bernard, « Le réseau paroissial... », art cit, p. 164.
  • 20 À Penne et Saint-Magne, la charte d'affranchissement de 1291, évoque des feux nouveaux que les hér (...)
  • 21 Le terrier de Salles évoque ainsi « la terre de Pey Daycart lo Tic et de ses frères et consorts »

7Le cornau est sans doute né de l'implantation d'une ou de quelques familles dans la lande. Comme l'a fait remarquer Jean-Bernard Marquette à propos de la Grande Lande, les noms des familles du xiiie siècle sont bien souvent à l'origine des noms de lieux repérables à l'époque moderne19. De fait, au début du xvie siècle, la famille est encore un des éléments fédérateurs du cornau. Dans le terriers de Salles, sur les treize maisons identifiées au lieu de Saugues, cinq sont tenues par la famille Daycart : Pey, dit Mathieu, reconnaît deux maisons isolées, Pey, dit lo Tic, en reconnaît une, également isolée, enfin Pey, dit Mathelin en reconnaît une dernière qui confronte à celle des héritiers de Bernard Daycard (qui ne relève pas du seigneur de Salles). Par ailleurs Pey Daycart Mathelin reconnaît également une maison isolée dans le cornau de Saugues, au lieu du Prigney, où elle confronte les terres de Pey Daycart lo Tic. À Saugues même, les Daycart ne sont pas seuls : une autre maison est tenue par Petit-Johan du Vivey tandis que son frère Jean habite au loc de Pey Vidau et que son autre frère Esteven est installé au Bougés. Le noyau central du lieu de Saugues, composé de quatre maisons, est tenu par Guiraud de Lafon, Pey de Lafon, Jean de Lafon et ses consorts et par Jean de Lalande vraisemblablement alliés aux Lafon. On notera qu'aucune de ces familles n'apparaît dans les autres cornaus de la paroisse de Salles. À noter également qu'une branche au moins de chacun des principaux lignages présents dans le cornau, continue à résider au lieu central de celui-ci. Autrement dit, coexistent à Saugues même, la plupart des lignages éparpillés dans les autres lieux du quartier. Cela confirme l'idée que la colonisation du cornau a commencé par le hameau dont il porte le nom. Cependant les familles gardent leurs distances. Chaque lignage domine un groupe de maisons issu de l'essaimage du ménage originel, les fils bâtissant à côté du père suivant une pratique déjà signalée au xiiie siècle20. Bien sûr, avec le temps les branches cadettes de la famille finissent par quitter le lieu central pour s'établir à la périphérie du cornau. Ce départ s'effectue soit à la suite d'un mariage, on va le voir, soit en bâtissant sur les terres familiales. La séparation de corps entre les frères n'empêchait d'ailleurs pas de conserver quelques parcelles en indivision suivant une pratique alors commune à de nombreuses régions d'Europe21. Au-delà de l'aspect pratique, il s'agissait de conserver, par des travaux en commun et le partage de leurs fruits, des liens de solidarité puissants. Au total, l'âme du cornau était constituée par un groupement de lignages eux-mêmes subdivisés en différentes branches. La formule de l'essaimage et la forte autonomie spatiale conservée par ces lignages explique la répartition de l'habitat sur le territoire du cornau et, en partie, sa très forte dispersion.

La communauté

  • 22 Mouthon, Fabrice, L'habitat dispersé, art ; cit., p. 195-196.
  • 23 Arch. dép. de Gironde, Comptes de l'archevêché de Bordeaux, G 238, fol. 230 (1354).
  • 24 Arch. dép. de Gironde, G 308,1483.
  • 25 Marquette, Jean-Bernard, Trésor des Chartes d'Albret..., op. cit, n°7, p. 47-48. Signalons qu'en 1 (...)
  • 26 Ibid., n° 12, p. 50-51 (12/09/1262).
  • 27 Ibid

8Les comptes de l'archevêché de Bordeaux des xive et xve siècles présentent souvent les cornaus comme des circonscriptions dimaires autonomes, parfois pourvues d'une chapelle22. Au début du xive siècle, les habitants du quartier du Tronquât, dans la paroisse de Saint-Hélène-de-la-Lande en Médoc, avaient même obtenu l'inféodation des cens et des dîmes dus par eux à l'archevêque de Bordeaux23. Trois quarts de siècle plus tard, les résidents de la lande de Lis trac, toujours en Médoc, se voyaient reprocher par le chapitre Saint-André-de-Bordeaux, décimateur, d'avoir bâti de leur propre chef une chapelle « loin de l'église »24. En Cemès, l'affaire de Saint-Magne et de Penne illustre, sous son aspect le plus extrême, l'émergence de ce sentiment identitaire. En 1262-1264, les chefs de famille des deux cornaus s'opposaient, comme on l'a vu, à l'hôpital Saint- Jacques de Bordeaux à propos des dîmes novales. L'hôpital Saint-Jacques était alors le décimateur de la paroisse d'Hostens dont étaient censés faire partie Penne et Saint-Magne, cornaus sans doute de création récente. Or, les gens des cornaus ne l'entendaient pas de cette oreille : disposant de leur propre chapelle, située à Saint-Magne, ils se déclarent paroissiens de Saint-Magne et refusent, à partir de la Pâque 1262, de verser les dîmes novales dues au curé d'Hostens25 Devant l'official de Bordeaux, le procureur de l'hôpital concède que deux prêtres nommés Arnaud et Guilhem de Saint-Magne, possessionnés dans ce cornau, ont exercé, avant leur mort, les fonctions de chapelain. Il précise cependant que ceux-ci tenaient leur charge du curé d'Hostens et qu'ils venaient recevoir les sacrements dans l'église d'Hostens, ce que contestent les habitants26. Le même cite encore les noms d'une trentaine de défunts des deux localités en rappelant qu'ils ont été enterrés dans le cimetière d'Hostens et que leurs parents ont, pour cela, acquitté les droits de sépulture coutumiers au curé, ce que contestent encore les habitants27.

  • 28 Le rôle des Bordasoula apparaît parfois de façon flagrante : en août 1262, l'official de Bordeaux (...)
  • 29 Ibid, p. 198-199. et Arch. dép. de.Gironde, G1112.
  • 30 Pichot, Daniel, Le Village éclaté. Habitat et société dans les campagnes de l'Ouest au Moyen Age, (...)
  • 31 Marquette, Jean-Bernard, Trésor des Chartes d'Albret..., op. cit., n° 540, p. 675-676.

9On vient de l'apercevoir, l'unité du cornau résidait dans le fait que les familles qui le composaient étaient capables de faire jouer, de façon tangible, leur solidarité, et ce, aussi bien face à l'extérieur, lorsque celui-ci menaçait leurs intérêts, que dans la l'exercice de droits collectifs et la réalisation de travaux communs. À Penne et Saint-Magne, la communauté manifestait son existence par l'assemblée des chefs de famille et la désignation de procureurs. En fait, la volonté commune s'exprimait essentiellement par la voie de deux familles, celle des Bordasoula, de Saint-Magne, et celle des de Penne... à Penne. Celles-ci, fortes de leur nombre et peut-être de leur patrimoine, fournissent la quasi-totalité des procureurs28. On retrouve donc là le rôle central de la famille comme épine dorsale du cornau. L'exemple de Penne et Saint-Magne révèle également une communauté composée de deux cornaus : un cas de figure pas très fréquent mais l'on retrouve ailleurs. Dans la périphérie bordelaise, les cornaus de Caudéran, du Bouscat et de Villeneuve, fraction landaise de la paroisse suburbaine de Saint-Seurin-de-Bordeaux forment également une communitas unique. Ici, cependant, les intérêts de la communauté sont représentés par une institution originale : la confrérie commune, dotée d'une assemblée générale, de dirigeants permanents et de statuts, qui, par chance, ont été conservés29. Si, dans tout le Bordelais, la confrérie est la seule institution formelle des communautés paroissiales, ce n'est que dans les parties landaises du diocèse que l'on trouve des confréries de quartier qui rappellent notamment les fratries des hameaux bretons30. Souvent, comme à Caudéran/Le Bouscat, leurs fonctions dépassent manifestement la célébration du saint patron ou la distribution de vivres. À Saint- Laurent-de-Médoc, en 1358, c'est devant la maison de la confrérie commune que les hommes des deux quartiers de Corbiac et de Villeneuve prêtent serment au bayle de leur nouveau seigneur Amanieu d'Albret31.

  • 32 Archives municipales de Bordeaux, chartrier des Dominicains.
  • 33 Harlé, Pierre, Les Padouens du Bordelais, Bordeaux, 1911, p. 34-36.
  • 34 Arch. dép. de Gironde, C3350, p. 195, n° 1. Les mêmes reconnaissent tenir de droit en 1362.
  • 35 « Lo paduent commun de ceuls de Lalande » (3E, 12470, fol. 7), « lo brau deus de Coilhotes, feu de (...)
  • 36 « peguilheyre de ceulx de Badet », « peguilheyre de ceulx de de Saugues » (Arch. dép. de Gironde, (...)
  • 37 « Logrant barrat de Lalande » (3E 12470, fol.3), « grant fossat deus Hougas » (ibid., fol. 46 v°)

10La confrérie de quartier peut jouer un rôle non négligeable dans la gestion du territoire. A Eysines, le petit cornau de la Forêt dispose, en 1345, de sa propre confrérie chargée, entre autre, de gérer les landes communes, c'est à dire les landes ouvertes aux droits d'usage des seuls habitants du quartier32. De fait, à côté des padouens, c'est-à-dire des communs, ouverts à tous les paroissiens, il existe, dans les landes, d'autres communs propres au quartier. Or, cette particularité constitue un facteur d'identité fondamental dans le contexte d'un système agraire du type infitld/outfield33. En 1332, dans la paroisse de Lacanau, les habitants du quartier de Myos, et seulement eux, reçoivent du sire de Castelnau le droit de pacage et de padouentage dans les vacants relevant de lui34. Dans les terriers et les actes notariés du début du xvie siècle, la mention des communs est même seul le seul indice de l'existence de la communauté du cornau. Les droits des habitants sont évoqués au travers des formules « la lande de ceux de » ou « le padouent de ceux de »35. Des drailles ou chemins pastoraux appelées ici pegulheyres, relient les locs habités du cornau aux landes communes36. Les mêmes sources signalent aussi, dans ces terres mal drainées, des ouvrages hydrauliques communs tels que fossés, canaux de drainage (fossatz arroilhatz craste communaus) et levées de terre (levades ou barratz communaus) dont on peut supposer qu'ils sont entretenus par la communauté du cornau37.

Des maisons sut la lande

11À propos des habitations, le vocabulaire peut varier d'un document à l'autre et, plus rarement à l'intérieur d'un même document Comme dans le reste du Bordelais, les notaires hésitent entre le terme de mayson et celui d'hostau ; le premier utilisé aussi bien en français qu'en gascon et le second uniquement en gascon. Rédigés vers 1540, les terriers de Salles et de Belin utilisent à 95 % le terme de mayson et, à 5 % seulement celui d'hostau. Plus tôt, en 1504, le notaire du terrier du Porge préférait systématiquement hostau. Même si, à l'origine, hostau a pu désigner une maison urbaine, puis une maison rurale plus cossue que la moyenne, il semble bien qu'à compter du xve siècle, les deux termes soient interchangeables.

Le nom de la maison

  • 38 Pour le Moyen Âge, voir Cursente, Benoît, Des Maisons et des hommes. La Gascogne médiévale (xie-xv(...)
  • 39 Arch. dép. de Gironde, E-Terrier 713, fol 219 v° (1540). Citons aussi le cas de Johan de Craste, m (...)
  • 40 Arch. dép. de Gironde, E-Terrier 713, fol 78 v° (1540).
  • 41 Arch. dép. de Gironde, E-Terrier 713, fol. 25 et 38 v° (1540).
  • 42 La maison du Galan qu'occupe Esteven de Lafon confronte à la terre et maison des héritiers de feu (...)
  • 43 Arch. dép. de Gironde, 3E 12470, fol. 73 (1538).

12Comme tous les éléments du patrimoine foncier, les maisons citées dans les terriers ou les minutes notariales reçoivent normalement une triple localisation : dans la paroisse, dans le cornau et dans un loc ou lieu-dit. Toutefois, la spécificité de la maison par rapport aux terres réside dans le fait qu'elle peut également être identifiée par un nom propre, distinct de celui du lieu-dit Cette coutume du nom de la maison, bien connue pour le sud de la Gascogne et le Pays Basque, se repère dans d'autres pays bordelais comme l'Entre-deux-Mers ou le Libournais38. Elle y est toutefois beaucoup plus rare que dans les pays de landes qui nous occupent ici. Dans les terriers de Mios et de Salles, en 1539-1540, sur 51 maisons, 18 sont uniquement localisées dans la paroisse et le cornau, 15 le sont également par un nom de lieu (au Bourgau, au Prigney, à la Crotz deu Priourat...) et 18 par un anthroponyme spécifique à la maison (la Mayson du Galan, la Mayson Louis, la mayson de ceulx Danrroust, la Mayson du Hariat...). Or ce nom de la maison correspond rarement à celui de son occupant. À Mios et Salles toujours, on ne relève que deux cas où la maison est désignée par le nom complet de son tenancier. Autrement, il arrive que le nom de la maison perpétue le souvenir d'un aïeul de celui qui l'occupe au moment de la confection du terrier. Au cornau de Pourgau, les forgerons Johan de Martin et Johan de Forton reconnaissent ainsi tenir en commun la maison appelée « la mayson de Marie de Martin dite la Menuziere39 ». Cette Marie la Menuisière a-t-elle fait construire la maison, lui a-t-elle apporté des modifications substantielles ou bien a-t-elle simplement laissé le souvenir d'une personnalité hors du commun qui a fait d'elle une refondatrice de lignage ? Les sources, bien évidemment, n'en disent rien. La formule la plus courante (15 cas sur 18) est celle où rien ne permet de faire le lien entre l'identité de la maison et le patronyme de son tenancier. Ainsi la maison d'Esteven de Lafon, située dans la paroisse de Salles, au cornau de Saugon, est-elle « vulgarement appelée la mayson du Galan 40 ». De même Johan Dupuch et Bertrand de Tingerman occupent-ils chacun la moitié de la « mayson de ceulx Darroust », au cornau de Saugues41. Le nom de la maison rappelle ici manifestement celui d'un lignage disparu auxquels ont succédé les deux consorts soit par vente, soit par concession soit encore par mariage. Bien souvent, d'ailleurs, les nouveaux occupants, tels Esteven de Lafon ou Johan Dupuch, sont des cadets dont la maison paternelle, occupée par le frère aîné, voisine voire confronte la leur42. Lorsque la maison et ses occupants conservent des identités distinctes, le surnom du chef de famille peut parfois servir de lien. À Lilet, dans la paroisse de Mios, les six hostaus sont reconnus par le seul Giron de Lacause dit Lilet Mari de Marguerite Lilet, unique héritière du lignage, Giron devient, par son mariage, l'homme des maisons Lilet Autre exemple, Arnaud du Puch, paroissien de Mios, est surnommé « Loc Greydon » dans sa reconnaissance au prieuré de Belin. Et, de fait, au cornau de Case où il réside, Arnaud occupe un hostau précisément appelé « Loutau Bielh de Graydon43 ». Contrairement au cas précédent, le surnom dérive ici manifestement du lieu (loc) qu'occupe la maison et non pas du patronyme de l'épouse dont il n'est pas question. Tout ceci plaide, comme en Gascogne du sud pour l'existence d'un lien fort entre famille, maison et ressources exploitables. Le caractère ponctuel des sources ne permet toutefois pas d'affirmer que le nom de la maison ait pu, à terme, se substituer au patronyme de son acquéreur. Il permet tout de même de penser le comau comme une fédération de « maisons ».

La maison, aspects matériels

  • 44 « Ung selier cubert de brande » à Mons, près de Belin en 1541 » (Lespiau, notaire, Arch. dép. de G (...)
  • 45 Coutumes de Maremne, art. 24 dans Toulgouat, Pierre, Voisinage et solidarité dans l'Europe du Moye (...)
  • 46 Arch. dép. de Gironde, 1 B, Parlement, juridiction de Biscarosse, transcription de 1737.
  • 47 Toulgouat Pierre, La Vie rurale..., op. cit., p. 25.
  • 48 Ecomusée de la Grande Lande, Bordeaux, 1984, p. 3-6.
  • 49 Arch. dép. de Gironde, E-Terrier 335.
  • 50 Arch. dép. de Gironde, 3E 10168, Pomereau notaire à Lesparre, fol. 70 v° et fol. 87.
  • 51 « Mayson... tot bastit de fuste saup de teula, de ferradure e de bardis », Arch. dép. de Gironde, (...)
  • 52 Arch. dép. de Gironde, E-Terrier 713, fol. 1 v° (1540).
  • 53 Arch. dép. de Gironde, 3E 8691, fol. 13 v° (Lespiau, notaire). Le tout avait coûté aux enfants ou (...)

13L'aspect matériel de la maison est, sans surprise, le parent pauvre des sources écrites. À propos des matériaux utilisés, la seule certitude est qu'au xvie siècle, la tuile est systématiquement employée pour les toitures : une maison est en effet, presque toujours dite cuberte de teules, la paille, la bruyère et la brande étant réservées, et encore pas toujours, aux annexes44. Au xiiie siècle, les coutumes de Maremmes qui concernent, il est vrai, une portion plus méridionale des Landes, signalaient des maisons couvertes de tuiles, mais aussi de bois et de paille45. En ce qui concerne le reste du bâti, la pauvreté des sources écrites fait qu'on ne peut guère faire de statistique mais seulement raisonner sur des exemples. En 1277, les coutumes de Biscarosse évoquaient, comme celles de Maremne, le droit des habitants à bâtir des maisons mais aussi à les abattre pour les remonter ailleurs46. Cette précision correspond assez bien aux descriptions des maisons « traditionnelles » de la région constituées d'une charpente de bois garnie d'un clayonnage enduit de torchis47. Abattre la maison c'est sans doute démonter la charpente, récupérer la fuste, et la remonter ailleurs. C'est d'ailleurs de cette façon que s'est monté l'écomusée de Marquèze à Sabres, dans le département des Landes48. De fait, au Porge, en 1504, sur neuf maisons reconnues dans le terrier, une seule est dite perey, c'est-à-dire bâtie en pierre49. Les maisons entièrement de bois paraissent avoir été plus courantes, du moins dans les landes du Bas Médoc. En 1501, un notaire de Lesparre signale, un hostau de modera cubert de teule à Saint-Trélodi, et un autre à Couquèques en 151650. La modem désignant de grosses poutres, sans doute s'agit-il là de maison du type blockbau à empilement de bois. Plus courante était sans doute la maison à pans de bois. À Lesparre, en 1391, un charpentier s'engageait ainsi à monter, pour un paysan des environs, une maison entièrement bâtie de bois, à l'exception des tuiles, des ferrements et du torchis (hardis)51. Pour la première moitié du xvie siècle, les terriers de Mios et de Salles n'apportent guère de précision mais une maison du cornau de Sesque, à Salles, est dite « cubberte de tibles et fermée de argille », terme français sans doute employé ici comme équivalent du Gascon « bardis »52. Un acte tiré du minutier du notaire Lespiau, de Belin, donne quelques informations supplémentaires. Il rappelle, à l'occasion d'un nouveau prix-fait, la restauration d'une « grande maison » effectuée entre juin et septembre 1548, par le charpentier Jehan du Pomps dit Lardeu. Selon ses propres dires, celui-ci avait remplacé « le cousté et append de la dite maison devers la mer, le cousté de darrier, le cousté de la dite maison devers soleil levant et deux échelles de planches de la dite maison ». Il précise qu'il y avait mis huit tirants et trois douzaines de chevrons ou environs et changé toute la defuilha du côté ouest, le plus exposé au vent et à la pluie53.

  • 54 Toulgouat, Pierre, La Vie rurale..., op. cit, p. 59-66.
  • 55 Ibid, p. 85-90.
  • 56 Ibid., p. 95.
  • 57 Arch. dép. de Gironde, 3E 8691, Lespiau, notaire à Belin, fol. 68 v° (Belliet, 1546).
  • 58 De Laige, notaire à Lesparre (1331-1340) : pargaus à Bégadan, Saint-Martin-de-Cadourne, Saint-Laur (...)
  • 59 « mayson cuberte de tible et une parguye fermée de pau » au cornau de Badet, paroisse de salles (E (...)
  • 60 Vente d'un « pargau cubert de tieublen » dans la paroise de Potensac en 1540 (Arch. dép. de Girond (...)
  • 61 Au bourg de Beliet, en 1539, Pey de Lalande reconnaît du prieur de Belin une « grande mayson et l' (...)
  • 62 Arch. dép. de Gironde, 3 E, 8960, Mallet, notaire à Castelnau-de-Médoc, fol 42 v° (pentis de forne (...)
  • 63 Ouvrage pour lequel il a reçu un franc bordelais et demi et un boisseau de seigle (Arch. dép. de G (...)
  • 64 Arch. dép. de Gironde, 3E 8691, fol. 13 v°. Pour Beliet, ibid, fol. 68 v°. Egalement au Taillan-Mé (...)

14Dans les terriers du début du xvie siècle, la maison est toujours reconnue avec la parcelle qui la porte. À Salles et à Mios, la superficie de cette parcelle n'est jamais donnée mais elle est parfois qualifiée d'eyre de la maison. Ce terme évoque à la fois celui d'ayrial qui désigne à la fois le lot à bâtir de certaines bastides gasconnes et cet espace ouvert qui forme le cœur de l'exploitation landaise traditionnelle54. Parmi les annexes bâties, la plus souvent cité est le pargau, parguyau ou parguye, c'est à dire l'enclos à moutons. Il est parfois accompagné du parc qui, dans les pays landais, désigne la bergerie55. En 1486, le roi Charles VII confirmait aux habitants de Sanguinet, en Born, le droit de faire pacager leurs bêtes dans la lande et d'y construire des parcs pour le logement des bestiaux et des pasteurs56. La plupart des pargaus semblent néanmoins être localisées au plus près de la maison. Si à Mios et Salles, seules trois maisons en sont apparemment dotées, ils sont presque systématiquement cités dans les terriers du Porge, en 1504 et d'Aureilhan, en 1542. Dans le minutier du notaire de Belin, plusieurs pargaus apparaissent également à proximité immédiate de maisons, dont un tenu en indivision par plusieurs personnes57. Plus au Nord, le pargau est souvent évoqué par les notaires du Bas-Médoc58. En revanche, le terme n'apparaît jamais dans les pays bordelais situés en dehors du secteur landais. Il s'agit bien là d'une spécificité. Terriers et minutiers ne disent rien de l'aspect du pargau si ce n'est qu'il est fermé d'une palissade59. Malgré une mention médoquine de pargau couvert de tuile, on ne peut affirmer avec certitude qu'il s'agit bien de l'endos couvert désigné sous ce nom au xixe siècle60. Autre dépendance, moins fréquemment citée, le four qui est toujours situé dans un bâtiment indépendant nommé forneyra (fournil)61. Deux actes concernant la paroisse médoquine de Cuyac, en 1511, précisent qu'il est couvert d'un toit de tuile à un seul pan ce qui lui donne tout à fait l'air des fours landais traditionnels62. En mars 1548, le charpentier Jehan de Pomps, déjà rencontré, certifie avoir, plusieurs années auparavant « levé une fournière »63. Le cellier ou serey fait également partie des annexes de la maison. La présence d'un « selier cubert de brande » dans la paroisse de Mons, au comau de Lasdet, en 1541, ou celle d'un « cellier cubert de palhe et fermé d'argille » à Beliet la même année, laisse penser qu'il ne s'agit pas d'une pièce froide mais d'un édifice isolé, à la manière du grenier, chambre ou mazot de certaines régions alpines contemporaines64.

*

15La dispersion de l'habitat en milieu landais s'explique tout à la fois par l'ingratitude du milieu naturel, par le caractère extensif du régime d'exploitation dans un cadre de peuplement très lâche, par le caractère familial de la colonisation initiale, enfin, par l'échec ou le semi-échec des tentatives médiévales de regroupement de l'habitat et de colonisation planifiée. À la fin du Moyen Âge, l'élément fondamental de ce peuplement est constitué par la maison, ou le groupe de maisons lié à un lignage paysan. Les relations, familiales, économiques et institutionnelles de cette maison avec d'autres groupes de maisons plus ou moins proches donnent vie au quartier ou cornau, lui-même composante d'une vaste paroisse. Avec des caractères propres, tout ceci rattache bien les landes bordelaises au monde de l'Ouest atlantique, de la Norvège à la Galice.

Notes

1 On distinguera ici « les landes » qui désignent un type de paysage et d'écosystème du département des Landes (40) qui ne couvre que la partie sud des pays landais.

2 Vieillard, Jean, Le Guide du pèlerin de Saut-Jacques de Compostelle, Paris, 1984, p. 19.

3 Toulgouat Pierre, La Vie rurale et la maison de l'ancienne lande, Pau, 1987, p. 11-100. Pour la version médiévale : Mouthon Fabrice, « L'agriculture des pays de Buch et de Born de la fin du xiiie au début du xvie siècle », Le Littoral gascon et son arrière-pays. Actes du colloque d'Arcachon (octobre 1992), Arcachon, 1992, p. 17-26.

4 Mouthon, Fabrice, Les Blés du Bordelais. L'Économie céréalière dans les diocèses de Bordeaux et de Bazas (vers 1300-vers 1550), thèse nouveau régime, Université de Bordeaux III, inédite, t 1, p. 119-123 et t 2, carte 9.

5 Au sein d'une entité plus vaste, le diocèse de Bordeaux, ou domine largement l'habitat dispersé. Cf. Mouthon, Fabrice, « L'habitat dispersé en Bordelais médiéval (fin xiie-milieu xvie siecle) », Actes des xviiie journées internationales d'Histoire de Flaran (15-17 sept. 1996), Toulouse, 1999, p. 187-205.

6 Dainville, François de, La Carte de Guyenne par Belleyme, 1761-1840, Bordeaux, 1957.

7 Les tentatives d'implantation de sauvetés au cœur de la lande paraissent s'être soldées par des échecs complets. Voir Clémens, Jacques, Recherches sur la sauveté de la lande de Corn et la chapelle de Birac, Mémoire de Diplôme d'Études Supérieures de Bordeaux, 1964, manuscrit ; et Higounet, Charles, « Villeneuves et bastides désertées », Villages désertés et Histoire économique, xie -xvliie siècle, Paris, 1965, p. 254-265.

8 Higounet, Charles, « Avant propos », dans Flaran 8, Toponymie et défrichement médiévaux et modernes en Europe occidentale et moderne, 8e journées internationales d'Histoire, 19, 20, 21 septembre 1986, Auch, 1986, p. 5.

9 Marquette, Jean-Bernard, Trésor des chartes d'Alhret, t. 1, Les archives de Vayres, Paris, Bibliothèque Nationale, 1973, n°42,1288, p. 67-68. Notons qu'au xiiie siècle, le terme déroute un peu les chancelleries. Le Chartrier d'Albret évoque les mêmes lieux dans 18 autres actes entre 1262 et 1291, sans que cornau apparaisse de nouveau : Penne et Saint-Magne sont qualifiés six fois de locis, une fois de villarium (hameau), et sont à onze reprises évoqués uniquement à travers leurs habitants (« hominibus de Pena et de Sanct- Magno ») (ibid, n°7-23, p. 47-58 et n° 45, p. 70-72).

10 Terrier du Porge pour le seigneur de La Rivière (E-Terrier 335, Pagan, notaire, 1504), terrier de Mios pour le prieur de Belin (3E 12470, 1538, Laurent, notaire à Salles), terrier pour le seigneur de Salles (E-Terrier 713, Laurent, notaire à Salles, 1539-1540), terrier d'Aureilhan pour le seigneur de Roulie (Laurent, notaire à Salles, 1542),

11 Arch. dép. de Gironde, Inventaire des titres de la seigneurie de Castelnau, C 3350, fol.179. À noter que les cornant d'Eyrissan et de Villefort se trouvent aujourd'hui dans la commune de Castelnau-de-Médoc.

12 Ibidem, fol. 195 et 195 v° (1332-1515).

13 Arch. dép. de Gironde, E-Terrier 713 (1540).

14 Arch. dép. de Gironde, terrier pour le prieuré de Belin, fol. 9 v°, 46 v°, 87 v°, 92 (1538).

15 Zink, Anne, « Le quartier dans les Sénéchaussées landaises à l'époque moderne », L'Habitat dispersé dans l'Europe médiévale et moderne. Actes des XVIIe journées internationales d'Histoire de l'abbaye de Flaran, 15-17 septembre 1996, Toulouse, PUM, 1999, p. 208-209.

16 Marquette, Jean-Bernard, Le Trésor des Charles d'Albret, op. cit., n° 45, p. 70-75.

17 Arch. dép. de Gironde, E-Terrier 335.

18 Arch. dép. de Gironde, C 3350, foL 195.

19 Marquette, Jean-Bernard, « Le réseau paroissial... », art cit, p. 164.

20 À Penne et Saint-Magne, la charte d'affranchissement de 1291, évoque des feux nouveaux que les héritiers des tenanciers sont susceptibles d'établir dans leurs possessions (Marquette, Jean-Bernard, Trésor des Chartes d'Albert, op. cit., n° 45, p. 72).

21 Le terrier de Salles évoque ainsi « la terre de Pey Daycart lo Tic et de ses frères et consorts »

22 Mouthon, Fabrice, L'habitat dispersé, art ; cit., p. 195-196.

23 Arch. dép. de Gironde, Comptes de l'archevêché de Bordeaux, G 238, fol. 230 (1354).

24 Arch. dép. de Gironde, G 308,1483.

25 Marquette, Jean-Bernard, Trésor des Chartes d'Albret..., op. cit, n°7, p. 47-48. Signalons qu'en 1288, la chancellerie du roi d'Angleterre place bien Penne et Saint-Magne dans la paroisse d'Hostens (supra note 8) mais que Saint-Magne est aujourd'hui une commune indépendante.

26 Ibid., n° 12, p. 50-51 (12/09/1262).

27 Ibid

28 Le rôle des Bordasoula apparaît parfois de façon flagrante : en août 1262, l'official de Bordeaux convoque seulement « Garsia de Bordasoula et ses consorts » (ibid, n° 9, p. 48-49). Enfin, devant l'official d'Agen, en juin 1264, Bernard de Bordasoula est le seul procureur de Saint-Magne et Penne (ibid, n° 24, p. 56-57).

29 Ibid, p. 198-199. et Arch. dép. de.Gironde, G1112.

30 Pichot, Daniel, Le Village éclaté. Habitat et société dans les campagnes de l'Ouest au Moyen Age, Rennes, PUR, 2002, p. 340.

31 Marquette, Jean-Bernard, Trésor des Chartes d'Albret..., op. cit., n° 540, p. 675-676.

32 Archives municipales de Bordeaux, chartrier des Dominicains.

33 Harlé, Pierre, Les Padouens du Bordelais, Bordeaux, 1911, p. 34-36.

34 Arch. dép. de Gironde, C3350, p. 195, n° 1. Les mêmes reconnaissent tenir de droit en 1362.

35 « Lo paduent commun de ceuls de Lalande » (3E, 12470, fol. 7), « lo brau deus de Coilhotes, feu de monsenhor de Certes (fol. 58 v°), « lo fenar deus de Coilhotes, feu deu priourat » (fol. 60).

36 « peguilheyre de ceulx de Badet », « peguilheyre de ceulx de de Saugues » (Arch. dép. de Gironde, E-T 713, fol. 20).

37 « Logrant barrat de Lalande » (3E 12470, fol.3), « grant fossat deus Hougas » (ibid., fol. 46 v°)

38 Pour le Moyen Âge, voir Cursente, Benoît, Des Maisons et des hommes. La Gascogne médiévale (xie-xve siècle), Toulouse, 1998, p. 536-541.

39 Arch. dép. de Gironde, E-Terrier 713, fol 219 v° (1540). Citons aussi le cas de Johan de Craste, mineur, paroissien de Mons, dont les tuteurs sont obligés, pour assurer sa subsistance, de louer la maison appelée « la mayson de feu Nauthon de Craste » (3E 8691, Lespiau notaire, fol 13 v°).

40 Arch. dép. de Gironde, E-Terrier 713, fol 78 v° (1540).

41 Arch. dép. de Gironde, E-Terrier 713, fol. 25 et 38 v° (1540).

42 La maison du Galan qu'occupe Esteven de Lafon confronte à la terre et maison des héritiers de feu Guirault de Lafon, peut-être le père d'Esteven. De même, la maison Darroust, tenue par Johan Dupuch et Bertrand de Tingerman, confronte par le midi à celle qu'occupe le frère et la sœur de Jehan Dupuch, dont on peut supposer qu'il s'agit de la maison paternelle.

43 Arch. dép. de Gironde, 3E 12470, fol. 73 (1538).

44 « Ung selier cubert de brande » à Mons, près de Belin en 1541 » (Lespiau, notaire, Arch. dép. de Gironde, 3E 8691, fol. 13 v°). « Celier cubert de pailhe et fermé d'argille » à Beliet, en 1547 [ibid., fol. 68 v°).

45 Coutumes de Maremne, art. 24 dans Toulgouat, Pierre, Voisinage et solidarité dans l'Europe du Moyen Âge, Paris, 1981, p. 306.

46 Arch. dép. de Gironde, 1 B, Parlement, juridiction de Biscarosse, transcription de 1737.

47 Toulgouat Pierre, La Vie rurale..., op. cit., p. 25.

48 Ecomusée de la Grande Lande, Bordeaux, 1984, p. 3-6.

49 Arch. dép. de Gironde, E-Terrier 335.

50 Arch. dép. de Gironde, 3E 10168, Pomereau notaire à Lesparre, fol. 70 v° et fol. 87.

51 « Mayson... tot bastit de fuste saup de teula, de ferradure e de bardis », Arch. dép. de Gironde, H 89, fol. 170.

52 Arch. dép. de Gironde, E-Terrier 713, fol. 1 v° (1540).

53 Arch. dép. de Gironde, 3E 8691, fol. 13 v° (Lespiau, notaire). Le tout avait coûté aux enfants ou plutôt à leur tuteur, 20 francs bordelais payés « tant en argent comptant qu'en abilhement ».

54 Toulgouat, Pierre, La Vie rurale..., op. cit, p. 59-66.

55 Ibid, p. 85-90.

56 Ibid., p. 95.

57 Arch. dép. de Gironde, 3E 8691, Lespiau, notaire à Belin, fol. 68 v° (Belliet, 1546).

58 De Laige, notaire à Lesparre (1331-1340) : pargaus à Bégadan, Saint-Martin-de-Cadourne, Saint-Laurent-de-Médoc, Daignac, Sainte-Trélodi, Potensac (3 E 7805, fol. 142, 191, 187 v°, 212, 262, 403 ; 3 E 7806, fol. 97). Coussac, notaire à Soulac (1510-1515) : « tot aquet pacr a tenir oulbas et moutons qui es en la dymari de Solac » (3 E 3721, fol 11).

59 « mayson cuberte de tible et une parguye fermée de pau » au cornau de Badet, paroisse de salles (E-Terrier 713, fol. 135 v°, 1540).

60 Vente d'un « pargau cubert de tieublen » dans la paroise de Potensac en 1540 (Arch. dép. de Gironde, 3E, 7806, fol. 97).

61 Au bourg de Beliet, en 1539, Pey de Lalande reconnaît du prieur de Belin une « grande mayson et l'autre mayson out es la forneyre » (Arch. dép. de Gironde, 3E 12470, fol. 53 v°).

62 Arch. dép. de Gironde, 3 E, 8960, Mallet, notaire à Castelnau-de-Médoc, fol 42 v° (pentis de forneyra) et Toulgouat, Pierre, La Vie rurale..., op. cit, p. 57-58.

63 Ouvrage pour lequel il a reçu un franc bordelais et demi et un boisseau de seigle (Arch. dép. de Gironde, 3E 8691, Lespiau, notaire à Belin, fol. 13 v°).

64 Arch. dép. de Gironde, 3E 8691, fol. 13 v°. Pour Beliet, ibid, fol. 68 v°. Egalement au Taillan-Médoc, en 1408, un « bostau et mayne » avec son « eyre » et un «serey defen» (Archives Historiques de la Gironde, tome 10, p. 492).

Table des illustrations

Titre Dispersion de l'habitat au cornau de Saugues (Salles) en 1538
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11724/img-1.png
Fichier image/png, 246k

Auteur

Maître de conférences en histoire médiévale, Université de Savoie

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540