Version classiqueVersion mobile

Historiens de l'Anjou

 | 
Jean-Luc Marais

L’Histoire de Cholet et de son industrie d’Auguste-Amaury Gellusseau (1862). Une voix singulière

Jean-Joseph Chevalier

Texte intégral

1Comme toute histoire, celle écrite par Gellusseau reflète l’enracinement de son auteur et porte fortement la marque de l’espace-temps dans lequel elle a été conçue : Cholet et les Mauges, épicentre du conflit qui opposa soixante-dix ans plus tôt les Blancs et les Bleus ; le Second Empire, phase de profondes transformations économiques et sociales. Écrite dans un contexte temporel et spatial sensible et s’attachant à rendre compte du temps présent d’alors, elle a mué au fil du temps en un document où l’historien d’aujourd’hui peut saisir des données factuelles mais aussi et surtout les regards d’un contemporain sur les transformations de la cité du mouchoir et relever ses étonnements, ses obsessions et ses convictions. Critiquée dès sa parution, ignorée puis oubliée, l’Histoire de Cholet et de son industrie peut donc être revisitée sous le double angle du récit et du discours : d’une part, l’auteur a collecté et ordonné des informations qui ne peuvent être globalement rejetées au motif d’erreurs et maladresses ; d’autre part, ses considérations personnelles éclairent possiblement l’origine de sa défaveur et font entendre une voix singulière sur la portée de laquelle, dans la construction d’un particularisme choletais, on pourra s’interroger.

Une histoire pionnière

  • 1 A.-A. Gellusseau, Histoire de Cholet et de son industrie, 2 vol., in-8o, Paris, Hachette et Cie, A (...)
  • 2 Guerre des Vendéens et des Chouans par un officier supérieur de l’armée de Vendée (Jean-Julien-Mich (...)
  • 3 Notes manuscrites alors non éditées. boutillier de Saint-André, Mémoires d’un père à ses enfants, (...)

2L’Histoire de Cholet et de son industrie1 est la première histoire synthétique jamais écrite sur cette ville, plus de cent ans avant la parution, en 1970, de 20 siècles de l’histoire de Cholet d’Elie Chamard. Parus en 1883, les ouvrages de Léon Pissot, Recherches sur l’origine de Cholet et Topographie historique de la ville de Cholet, ne traitaient en effet ni de la Révolution ni de la guerre de Vendée ni du XIXe siècle. Gellusseau traite en cinq parties les deux millénaires qui courent de la Gaule au Second Empire. La première partie, « Souvenirs des Mauges », est très largement le fruit de son imagination romantique. La seconde et la troisième partie, « Cholet au Moyen Âge » et « Origine industrielle de Cholet », reposent sur le recours aux sources éditées par les bénédictins mauristes et par François Guizot et sur la compilation de nombreux auteurs, le plus souvent historiens d’inégale qualité. La quatrième partie, « Cholet, quartier général, centre des guerres vendéennes », la plus personnelle et la plus sensible, prend appui principalement sur Savary2 et Boutillier de Saint-André3. La dernière partie, « Cholet au XIXe siècle », ressort de la connaissance directe qu’a eue l’auteur des hommes et des événements. Si l’abondance des références témoigne d’un riche travail d’investigation, leur sélection et l’usage qui en est fait ne sont pas ceux d’un érudit rompu à la méthodologie de l’histoire prévalant chez les bons éditeurs de textes et auteurs que, pourtant, il a lus et sollicités : jalonnement chronologique imprécis, absence de recul critique dans l’utilisation des documents, survalorisation des sources ou commentaires confirmant ses propres convictions. Le récit a une tonalité hétérogène, la chronique sensible et empathique de la guerre de Vendée contrastant violemment avec la restitution convenue des crises et guerres antérieures et avec la démarche annalistique qui prévaut pour le XIXe siècle.

3Laissant de côté les erreurs qui parsèment l’ouvrage, retenons de Gellusseau, à grands traits, quelques apports utiles à la connaissance de l’histoire de Cholet.

« On ne connaîtra plus que la Vendée4 »

  • 4 H. de Ch., t. II, p. 146.
  • 5 Op. cit.
  • 6 H. de Ch., t. II, p. 255.
  • 7 H. de Ch., t. II, p. 249-250.

4En puisant abondamment dans l’historiographie de l’insurrection alors accessible et en introduisant dans son récit des témoignages poignants extraits des Mémoires d’un père à son fils, alors inédits5, Gellusseau a livré à un public élargi un récit de la guerre civile enlevé, empathique et, au-delà de son indéfectible sympathie pour « les paysans vendéens, ces derniers défenseurs du trône et de l’autel6 », un récit exempt de passion partisane. D’une part, la représentation qu’il en donne dépasse et transcende les relations écrites au début du XIXe siècle par des auteurs engagés dans le conflit, d’autre part elle est éloignée, dans sa forme et dans son contenu, de celle que façonnera la reconstruction mémorielle dans le dernier tiers du siècle : avec un souci manifeste d’équilibre et par des exemples, il laisse à voir que chaque camp est entaché par des actes d’atrocité ; avec force, il exalte les comportements généreux ou héroïques des Blancs comme des Bleus ; avec commisération, il s’attarde sur les malheurs des réfugiés, les oubliés de la geste vendéenne ; avec insistance et à rebours d’une vision idéalisée de la population insurgée, il oppose en termes vigoureux les « chefs et [les] paysans vendéens qui, presque tous étaient bons, […] dévoués et courageux » aux « volontaires des bourgs et des villages, sortes de natures jalouses et ambitieuses qui n’avaient ni la foi ni le désintéressement des cultivateurs, [et qui] s’appropriaient tout ce qu’ils pouvaient prendre, dans les maisons et les dépôts de marchandises7 ». Éloigné de tout manichéisme, il excelle dans la construction de symétries symboliques entre les acteurs des deux camps : Marceau et La Rochejacquelein, Kléber et Bonchamps, Travot et Bonchamps, Westermann et Stofflet. Ses jugements sont également distribués : propos élogieux pour les blancs Bonchamps, Cathelineau, d’Elbée, La Rochejacquelein et les bleus Kléber, Marceau, Savary, Travot ; propos très durs pour les blancs Stofflet, Six-Sous, Cesbron d’Astorg et les bleus de Beauvau, Westermann, Léchelle, Carrier, Turreau.

« Les nobles enseignes de l’industrie8 »

  • 8 H. de Ch., t. II, p. 519.

5S’il n’est pas convaincant lorsqu’il attribue le décollage manufacturier de Cholet aux interventions directes de Colbert et non pas, proposition moins exaltante, au seul contexte colbertiste, il apporte néanmoins des notations utiles sur l’appel des « Isles », l’introduction des premières mécaniques à filer le coton, les tentatives locales pour teindre en rouge les filés de cette fibre allogène, l’émergence d’une bourgeoisie entreprenante gagnant en puissance sociale et politique et l’installation à Cholet de négociants languedociens. Évoquant l’enjeu de l’énergie, il relate le recours successif aux manèges à chevaux, à la roue hydraulique et à la machine à vapeur et décrit la ruée sur la Sèvre des négociants en quête de force motrice pour la mise en mouvement des métiers. Il pointe aussi la construction de la filature de lin de Mortagne en 1840. La relation qu’il fait de la modernisation et de la montée en puissance du textile est enthousiaste et donne le sentiment d’un dynamisme conquérant.

« Écrire l’histoire de son pays et de son temps est une périlleuse entreprise9 »

  • 9 H. de Ch., t. II, p. 345.
  • 10 H. de Ch., t. II, p. 254.
  • 11 L.-L. Barré, Essai sur l’industrie, les mœurs, l’administration et les besoins de la Vendée, Paris (...)
  • 12 J.-J. Chevalier, « La Société des Onze associés de Cholet (1796-1806) : reconstructions économique (...)

6La reconstruction de Cholet que la guerre a laissé exsangue est largement traitée dans ses différents aspects. Reconstruction du tissu social tout d’abord : le « revivre ensemble » paraît avoir été recouvré très tôt, favorisé sans doute par le retour des « patriotes » réfugiés qui redoutent le retour des haines partisanes. Touchés dans leur chair ou dans leur cœur, des rescapés sont entrés dans des pratiques de réconciliation et ont contribué « par l’aménité de leurs rapports et l’intelligente gaîté de leur esprit, à cicatriser les plaies de la guerre10 ». Reconstruction économique également : s’appuyant en partie sur l’ouvrage écrit par Barré11, sous-préfet de Beaupréau de 1800 à 1815, Gellusseau revient à trois reprises sur l’impulsion donnée par la Société des Onze au redressement de la manufacture et insiste sur le rôle moteur de l’activité cotonnière dans ce revival12. Reconstruction institutionnelle et politique enfin : pacification religieuse avec le Concordat, mise en place de la municipalité, de la justice de paix, du tribunal de première instance (à Beaupréau), du bureau de charité, du tribunal de commerce (1807) et ouverture de deux écoles (1806). De la renaissance de Cholet et des Mauges, il fait crédit à l’empereur et aux industriels :

  • 13 H. de Ch., t. II, p. 395.

« Au XIXe siècle, sa résurrection doit être attribuée tout entière à la généreuse protection de Napoléon, à l’intelligence du haut commerce, de ces négociants improvisés, de ces industriels habiles, qui produisaient les matières nécessaires à la fabrication, qui créaient des débouchés aux tissus de Cholet. […] Ce n’est pas seulement au point de vue de Cholet qu’il faut considérer l’action de ses commerçants ; c’est dans l’influence exercée sur tout le Bocage13. »

  • 14 H. de Ch., t. II, p. 455.
  • 15 H. de Ch., t. II, p. 486.
  • 16 H. de Ch., t. II, p. 472.
  • 17 Ibid.
  • 18 H. de Ch., t. II, p. 473.
  • 19 H. de Ch., t. II, p. 487-488.

7Le devenir de Cholet après la chute du Premier Empire est l’objet de pages riches de données économiques, sociales et politiques et semées d’observations personnelles qui laissent transparaître peu à peu les penchants idéologiques de l’auteur. Gellusseau a des propos très critiques à l’égard de la Restauration qui, « perdue dans des luttes ardentes, ne sut pas s’attacher cette ville industrielle14 ». Il ne cache pas sa sympathie pour la monarchie de Juillet dont « l’avènement avait été le signal de l’émancipation politique de la bourgeoisie, et qui avait donné à l’industrie, à la fabrication de Cholet en particulier, de si lucratifs développements15 » et « s’occupa d’éteindre à jamais dans ce pays les éléments de la guerre civile16 », d’y « introduire les idées nouvelles17 » en ouvrant des « voies larges et dégagées18 ». Il passe vite sur la révolution de Février, évoquant néanmoins la formation à Cholet de deux « clubs », l’un dit « de la démocratie » et l’autre qu’il présente comme celui de la « bourgeoisie [et du] commerce19 ». Il relate les élections à l’Assemblée constituante puis à la l’Assemblée nationale et, chemin faisant, exprime les craintes que lui inspire l’émergence des idées socialistes :

  • 20 H. de Ch., t. II, p. 490.

« Les passions mauvaises de la Révolution, qui avaient trop espéré de ce vote [à la Constituante], s’agitèrent ostensiblement, pour essayer de jeter la société dans les ornières d’un socialisme impossible […] et l’égalité des salaires, cette utopie coupable qu’on proclamait comme le plus saint des Évangiles, au milieu de travailleurs inégaux de force, d’habileté et de conduite, commençait à jeter ses ébranlements au milieu des minorités ouvrières de Cholet20. »

8Après quelques mots sur la victoire de Louis-Napoléon Bonaparte à l’élection présidentielle du 10 décembre 1848, il fait écho à la forte agitation ouvrière de l’année 1849 à Cholet :

  • 21 H. de Ch., t. II, p. 494.

« La nation avait donc un chef, le pouvoir était constitué ; les clubs, devenus sans but, se fermaient par raison ou par voie d’autorité, mais avec eux ne tombèrent point les émotions qu’ils avaient soulevées ; l’air était comme saturé de leurs émanations brûlantes, la contagion était partout. La population de Cholet ne réussit pas à s’en garder […] ; elle fut prise avec d’autant plus de violence qu’elle avait été jusque-là la plus impassible. La fièvre des salaires, qui bouleversait toutes les têtes, alluma son sang et poussa le trouble jusqu’au délire. L’ouvrier demandait une augmentation du prix de main-d’œuvre de cinq centimes par mètre de pièces fabriquées. Cette demande […] était de droit légitime, mais elle perdait ses titres aux respects publics, à la sollicitude de l’autorité, en faisant appel aux passions des intéressés, en troublant le pays par ses excitations fiévreuses21. »

  • 22 H. de Ch., t. II, p. 495.

9À travers ces lignes, c’est le monde ouvrier naissant et ses premières revendications qui entrent dans l’histoire de Cholet, non sans les craintes de leur auteur, bourgeois épris d’ordre, qui souhaite « jeter un voile épais sur ces jours de trouble et de deuil qui font tache dans l’histoire22 » et ajoute :

  • 23 Ibid.

« La population de Cholet, d’ordinaire si calme, si résignée, ne tarda pas à reconnaître qu’elle venait de faire fausse route, et […] reprit le chemin de ses ateliers, en demandant à la raison, à la justice, ce qu’elle avait follement espéré de l’émeute, de l’appel aux armes, de l’agitation de la rue23. »

10Du Second Empire, Gellusseau retient l’extension des fonctions administratives de la ville, le renforcement du pouvoir politique de la bourgeoisie industrielle et les travaux d’urbanisme impulsés par le maire, le manufacturier Gustave Richard.

Un auteur méconnu, un ouvrage dérangeant et dédaigné

11Gellusseau est le vilain petit canard de l’historiographie de Cholet. Son Histoire est perçue comme peu sérieuse et s’y intéresser aujourd’hui, c’est encourir l’étonnement des amateurs d’histoire locale répercutant, un siècle et demi plus tard, la critique défavorable que reçut le livre à sa parution. Au discrédit dont il souffre, s’ajoute une totale méconnaissance de l’homme et de son œuvre.

Le Choletais d’origine et de cœur

  • 24 Dictionnaire généalogique des familles de l’Anjou, fascicule no 52, avril 2006, p. 2630 à 2640.

12Gellusseau appartient à une vaste parentèle de notables ruraux parmi lesquels des marchands-tanneurs et des marchands-fabricants dont il faut chercher le berceau, au XVIIe siècle, au cœur des Mauges, et dont plusieurs membres sont venus s’installer à Cholet au cours du XVIIIe siècle24 : du côté paternel, on peut relever son grand-oncle, Amaury Pierre Jacques (env. 1735-1803), négociant à Cholet, président de la municipalité en 1796 et 1797, son oncle, Amaury Michel dit Gellusseau-Lefeuvre (1774-1853), négociant en toiles à Cholet, son père, Henry Ambroise Gellusseau (1775-1846), marchand de laine à Cholet. Auguste-Amaury est le troisième des six garçons que son père a eus de Constance Hérault : l’aîné, Henri-Pierre, tué en 1831, alors que, comme grenadier de la Garde nationale, il poursuivait des réfractaires près de Cholet ; Léon Amaury Jean, percepteur à Baugé ; Alexandre, docteur-médecin à Cholet, conseiller municipal de 1840 à 1864, adjoint en 1848 et de 1855 à 1860, juge de paix du canton, de 1859 à 1874 ; Pascal, clerc de notaire ; Édouard-Louis, le benjamin, négociant en fil et tissus à Cholet. Les Gellusseau sont alliés à plusieurs familles influentes de la manufacture de Cholet que la guerre a toutes affectées. Né en 1812, l’historien de Cholet n’a pas pu ne pas être marqué par la pesanteur tragique de la guerre civile.

Le médecin à Nantes

  • 25 H. de Ch., t. I, p. 9 et t. II, p. 343.
  • 26 Étrennes nantaises : annuaire du commerce de Nantes ; arch. mun. de Nantes, I 5, Hygiène publique, (...)

13À l’issue d’études secondaires accomplies sans doute au collège de Beaupréau comme le suggèrent, dans son Histoire de Cholet, deux allusions personnelles à cette institution religieuse25, Auguste-Amaury suit des études à la faculté de médecine de Paris où il est reçu docteur après avoir soutenu, en juillet 1839, une thèse dont le titre Questions sur diverses branches des sciences médicales dénote déjà un esprit éclectique. Son frère Alexandre et son cousin par alliance Charles Auguste Boutillier de Saint-André étant installés à Cholet, il choisit d’exercer à Nantes où annuaires et recensements médicaux annuels constatent sa présence, quai de la Fosse, d’octobre 1839 au début des années 188026. Sa qualité de médecin de ville conjuguée à son état de célibataire lui laisse quelques loisirs qu’il met à profit pour satisfaire sa passion de l’histoire et son plaisir d’écrire.

L’auteur d’une œuvre oubliée

14Sous le pseudonyme transparent d’Auguste Amaury, il est l’auteur de quatre ouvrages à caractère historique : Le monastère de la Meilleraye ou visite à Notre-Dame de la Trappe (1857), Itinéraire de Nantes à Saint-Nazaire (1858), Itinéraire de Nantes à Napoléon-Vendée et aux Sables-d’Olonne, précédé de l’histoire des chemins de France (1867), Guide à Clisson (1868), extrait de l’ouvrage précédent, Notice historique sur l’ancienne et la nouvelle église Saint-Nicolas à Nantes (1870). Sous son pseudonyme, il a écrit également un article sur « La Madeleine de Clisson » pour L’Écho du Bocage vendéen. En 1879, sous son nom, paraît un dernier livre : Esquisses biographiques : Saint-Félix, Philippe du Bec, Félix Fournier, évêques de Nantes. Dans sa bibliographie, les deux Itinéraires, par leur sujet, témoignent d’un homme curieux, vivant pleinement son temps, étonné et admiratif devant les inventions contemporaines et leurs applications pratiques, fasciné par l’énergie-vapeur et sachant s’emparer des événements : Napoléon III inaugure les gares, Gellusseau écrit des Itinéraires dont la parution coïncide avec l’arrivée du chemin de fer à Saint-Nazaire (1857) puis à La Roche et aux Sables (1866).

L’historien de Cholet contesté

  • 27 Recensement exhaustif des erreurs in J.-A. Broque, Annotations critiques au sujet de l’Histoire de (...)
  • 28 C. Port, Dictionnaire… de Maine-et-Loire, t. I, A-C, revu et mis à jour par J. Levron et P. d’Herb (...)
  • 29 A. Sarrazin, Supplément au Dictionnaire… de Maine-et-Loire de Célestin Port, t. II, F-Z, Éditions (...)
  • 30 C’est le cas de M. Faucheux, A. Chauvet, Cl. Petitfrère, Ch. Tilly, A. Bendjebbar, G.-M. Lenne, et (...)
  • 31 M. Prevost et Roman dAmat, Dictionnaire de biographie française, t. VIII, Paris, Letouzé et Ané, (...)

15C’est par un article très critique paru dans l’hebdomadaire L’Intérêt public, daté du 4 mai 1862, que les Choletais prennent connaissance de l’Histoire de Cholet et de son industrie sortie des presses trois mois plus tôt. Son signataire, Jean-André Broque est bien connu des lecteurs de ce journal pour les contributions régulières qu’il leur livre sous le titre « Les anciennes familles nobles de la ville et du canton de Cholet. Détails historiques et anecdotiques ». Ses « griefs » sont de trois ordres : 1/le travail de Gellusseau repose sur des matériaux apportés par lui-même, Broque, et par Charles Boutillier de Saint-André, ce qui ne serait pas suffisamment dit ; 2/cette histoire est semée d’erreurs27 ; 3/l’auteur n’a pas fait un travail d’« historien ». Et Broque, en digne correspondant local de l’archiviste du Maine-et-Loire, Célestin Port, d’énumérer alors plusieurs des règles méthodologiques qu’instaure alors l’histoire savante : « connaissance approfondie des dates et des faits, leur classement méthodique, une critique judicieuse et sévère, une fidélité scrupuleuse dans les citations, des raisons et des preuves à l’appui des hypothèses et des faits susceptibles d’être contestés », autant d’exigences auxquelles Gellusseau ne se serait pas plié. L’histoire, ajoute-t-il malicieusement, ne peut s’écrire sans de « longues et minutieuses recherches et, partant, beaucoup de loisirs », ce que la profession de Gellusseau ne permettrait pas. Une concession néanmoins : il est le premier à avoir « essayé de soulever le linceul historique qui s’étendait sur notre contrée » et à avoir « recueilli des documents intéressants et peu connus ». La réplique de l’incriminé est immédiate et paraît dans L’Intérêt public du 11 mai 1862. S’adressant au rédacteur, il épingle d’abord le silence de trois mois du journal sur son livre puis récuse sobrement l’accusation de récupération des notes de Broque et Charles Boutillier de Saint-André. Il glisse quelques confidences sur la genèse de son travail qui a été facilité par la proximité d’une « bibliothèque d’une grande richesse », celle de Nantes qu’il ne nomme pas. Et si Broque a trouvé son expression écrite « trop belle, à teinte romantique », c’est qu’elle contraste avec « la phrase grave et réservée » de son censeur. Quant à lui, Gellusseau, il n’a « cherché à enrichir la forme que pour rendre le fond plus attrayant et populariser notre ville, en rendant la lecture de ses faits plus attachante ». Manifestement, c’est l’affrontement de deux tempéraments, deux projets et deux conceptions de l’histoire : un érudit local labourant trois siècles, homme d’archives plus que de livres, consciencieux, réservé, patient, exclusif sans doute et dépité, publiant ses études dans le modeste hebdomadaire local face à un écrivain d’histoire, hersant deux millénaires, homme de livres plus que d’archives, pressé, entreprenant, auteur d’un gros ouvrage coédité par quatre libraires et destiné à un large public ; un projet tourné vers le passé face à un projet qui ouvre sur le présent et l’avenir ; une histoire d’ambition savante, corsetée par la documentation disponible, toute de froide retenue face à une histoire d’ambition populaire, ouverte à l’imagination, chaleureuse et passionnée. Polémique et indifférence locales auront un impact durable. Vingt-trois ans après la parution de l’Histoire de Cholet, la mort de son auteur passe totalement inaperçue dans L’Intérêt public. Plus d’un siècle après, la nouvelle édition révisée et enrichie du volume I du Dictionnaire… de l’Anjou de Célestin Port l’ignore. Et si son Histoire y est évoquée, c’est indirectement et par un commentaire meurtrier dans la notice « Cholet » : « Ouvrage vieilli […] où les fantaisies ne se comptent plus28. » Paru en 2004, le Supplément à ce même dictionnaire29 fait toutefois grâce à Gellusseau d’une notice insignifiante. Il est vrai que, entre-temps, Lafitte Reprints et Pays et Terroirs l’avaient réédité. Encore aujourd’hui, aucune rue de Cholet ne porte son nom. Moins indifférents, mais non sans prudence, ont été les universitaires qui l’ont utilisé avant tout comme source30. Le débat et les doutes sur sa qualité d’historien auraient-ils été les seuls facteurs de sa marginalisation ? Son traitement équilibré de la guerre de Vendée et ses opinions sur diverses questions de son temps n’ont-ils pas provoqué, à la parution, réserves et embarras, dans des milieux que la guerre civile a affectés et qui ne souhaitent pas le réveil des vieux antagonismes, et entretenu hostilité, plus tard, dans des cercles qui en feront une lecture manichéenne ? Il faut remarquer en effet que, à aucun moment de la controverse de 1862, les aspects sensibles du travail de Gellusseau n’ont été évoqués par des acteurs locaux. Examinateur pointilleux, Broque s’est tu sur la Vendée et le XIXe siècle. Aucune autre personnalité locale ne s’est exprimée. Et lorsque L’Intérêt public rompt le silence, le 16 novembre 1862, c’est en accueillant en première page une recension de l’ouvrage signée de « Chéron de Villiers, ancien rédacteur en chef du Courrier de Paris » présenté comme « homme de mérite, […] publiciste distingué [qui a bien voulu] se charger de cette tâche délicate ». Sans doute Chéron de Villiers a-t-il répondu à une sollicitation de Gellusseau qu’il a pu connaître à Nantes lorsqu’il y exerçait les fonctions de chef de cabinet du préfet de Loire-Inférieure31. Dans son billet, il fait l’éloge de l’« impartialité » de l’auteur, en particulier dans le « récit dramatique des guerres de la Vendée, […] page de la Révolution française […] palpitante [et] d’un intérêt immense, surtout lorsque l’on songe que les chances de cette lutte ont pu menacer un instant les résultats politiques du grand cataclysme de 1789 ». Ainsi, symptôme d’un malaise devant l’Histoire de Cholet, aucun honnête homme du cru ne s’est chargé de la « tâche délicate » d’en rendre compte, abandonnée par défaut à une personnalité complaisante des milieux de la presse.

Une voix singulière et passionnée

16On chercherait vainement dans l’Histoire de Cholet et de son industrie un développement, même bref, dans lequel l’auteur exprimerait un positionnement idéologique clairement exposé. Hormis son providentialisme, ses convictions ne se laissent entrevoir que progressivement dans la partie consacrée au XIXe siècle. L’une d’elles, sans doute la plus profonde chez lui, ne se laisse saisir que peu à peu, pour éclater dans les dernières lignes de l’ouvrage. Néanmoins, quatre thèmes en accord avec sa proclamation finale et appelés à des résonances futures peuvent être extirpés des points de vue exprimés ici et là par l’auteur.

Les vertus réconciliatrices du combat économique

17Bon connaisseur de l’histoire manufacturière de Cholet et instruit des effets positifs de l’action des Onze, Gellusseau défend l’idée que le combat économique permettra aux Choletais de dépasser la guerre civile :

  • 32 H. de Ch., t. I, p. 308.

« Il nous faut donc maintenant sortir des combats où la gloire ne s’acquiert que dans l’effusion du sang, pour entrer sur le théâtre qui ne donne un nom et de la fortune, qu’à ceux qui se rendent utiles par leurs inventions ou leurs produits32. »

  • 33 Ce sera fait en 1866.

18À cet égard, la reconstruction et le développement de Cholet, l’essor et la modernisation de son industrie, la restauration et l’élargissement de sa fonction tertiaire sont autant de victoires sur les luttes fratricides dont il témoigne avec enthousiasme dans les pages consacrées aux années 1830 à 1860. Par son titre et par son contenu, son Histoire de Cholet et de son industrie, ne contribue-t-elle pas elle-même, au dépassement des affrontements en ne prenant pas la guerre civile comme le terme ou le début de son ouvrage mais en la traitant comme un épisode, certes tragique, d’un parcours ascendant commencé à la fin du XIe siècle et largement ouvert à de nouvelles perspectives. Tourné vers celles-ci, Gellusseau, en quelques pages bien informées, se fait le porte-voix des élites choletaises qui, toutes tendances confondues, agissent depuis la fin des années 1830 pour l’arrivée du chemin de fer à Cholet33. Avec son livre, il adoube l’accès de la cité toilière au rang de ville, et accompagne les efforts de son maire, le manufacturier Gustave Richard, pour l’embellir et la moderniser.

Le discours particulariste

  • 34 Ce syntagme revient à de multiples reprises dans les deux tomes.
  • 35 H. de Ch., t. I, p. 55.
  • 36 H. de Ch., t. II, p. 102.
  • 37 H. de Ch., t. I, p. 154.

19L’Histoire de Cholet est bâtie autour d’un postulat qui fait de l’espace sur lequel se constituera le « pays de Cholet34 », une étendue isolée, enclavée, fermée aux invasions et aux influences extérieures. Les occurrences isolationnistes sont innombrables : « peuple des Mauges, parqué dans son immense forêt, sans industrie, sans communication avec l’extérieur35 », « pays fermé de toutes parts aux influences du dehors36 ». Les figures de style faisant du « pays de Cholet » une entité politique et de son chef-lieu une « capitale37 » sont également fréquentes. L’épaisseur socio-économique qu’a prise le « pays » depuis le XVIIe siècle est mise en évidence :

  • 38 H. de Ch., t. II, p. 372.

« Tous les bourgs et villages qui s’étendent des bords de la Sèvre à ceux de la Loire ont des relations tellement intimes avec Cholet, que cette ville en est regardée comme la capitale ; le commerce, véritable fondateur des cités, appelle dans celle-ci, tous les pays épars, et les réunit dans son sein, comme en un centre commun d’affaires. De là l’influence de Cholet sur cette partie de la Vendée38. »

  • 39 H. de Ch., t. I, p. 162. Le terme « indépendance » revient régulièrement.
  • 40 A. Chauvet, Porte nantaise et isolat choletais. Essai de géographie régionale, Hérault, Maulévrier (...)
  • 41 « Cholet prête à rejoindre la Vendée », Ouest France, édition de Cholet, 22-23-24 décembre 2006.

20Et c’est au cœur de cette « terre d’indépendance et de liberté39 » qu’éclate l’insurrection de 1793 dont le déroulement et les conséquences, loin d’effacer le vieil isolat40, le refondent en lui donnant une épaisseur historique et une identité mémorielle. En insistant sur l’enclavement séculaire et la tradition d’autonomie de Cholet et des Mauges, tradition largement fantasmée, Gellusseau n’a-t-il pas contribué, par les vertus d’autorité et de transmission de l’imprimé, à renforcer chez les Choletais le particularisme qui leur est si souvent attribué ? N’a-t-il pas jeté les bases d’une frustration durable dont témoignent périodiquement les déclarations sécessionnistes plus velléitaires et communicationnelles que sérieuses de son premier magistrat41 ?

L’exaltation de l’industrie

  • 42 H. de Ch., t. II, p. 113.
  • 43 H. de Ch., t. II, p. 27.
  • 44 H. de Ch., t. II, p. 113.
  • 45 H. de Ch., t. II, p. 475.
  • 46 H. de Ch., t. II, p. 102.

21Chantre des paysans vendéens qu’il pare de toutes les vertus, Gellusseau n’en est pas moins l’illustrateur passionné de l’« industrie », terme qu’il emploie au sens nouveau du XIXe siècle de production de biens secondaires. Il souligne combien le développement de la manufacture de toiles et mouchoirs a été puissant au cours du XVIIIe siècle en dépit de l’enclavement et de la modestie urbaine de Cholet et combien sa renaissance a été rapide au lendemain de la guerre de Vendée en dépit de l’ampleur des destructions. Pareils essor et capacité à rebondir ne laissent de l’étonner, faisant de l’« industrie », sous sa plume romantique, une figure de proue de l’histoire de Cholet. Au cours du XVIIIe siècle, les Choletais ont acquis un « instinct manufacturier42 » et Cholet a pris une « teinte industrielle43 ». Pour le plus grand nombre, le travail du fil et du tissu est devenu exclusif de toute autre activité : « À Cholet, chaque enfant naissait tisserand […]. Élevé dans les ateliers de l’industrie de Cholet, il n’avait d’aspiration que pour le tissage ; pour lui il n’était d’autre profession possible44. » Pour Gellusseau, quoi qu’en disent les milieux conservateurs locaux, les apports de l’industrie sont positifs et « Cholet et son industrie ont donc des titres à la reconnaissance du pays45 ». Par les échanges qu’elle implique, elle a ouvert de nouveaux horizons et désenclavé les mentalités. À la veille de la Révolution, « toutes [les portes de Cholet] sont ouvertes aux trafiquants du royaume […] ; cette cité est tout entière aux idées d’amélioration sociale ; […] et, comme si la patrie ne suffisait plus aux élans de son négoce, son génie passe les mers et va au-delà de l’Atlantique créer des débouchés à ses produits manufacturés46 ». Sous la monarchie de Juillet, les allées et venues de travail entre les bourgs et Cholet, favorisent la circulation des idées à l’intérieur même du bastion blanc :

  • 47 H. de Ch., t. II, p. 474.

« Cholet était le comptoir général du Bocage ; c’est là que le tisserand venait chercher son ouvrage et recevoir son salaire, que le paysan allait étaler le lin, le blé de ses sillons, la laine de ses troupeaux, les magnifiques produits de ses étables ; le contact des Vendéens avec les populations industrielles de Cholet contribua considérablement à la propagation des idées de la Révolution ; le clergé du Bocage […] s’alarma promptement, et crut que le bissac du tisserand et la sacoche du paysan ne revenaient jamais des bords de la Moyne sans rapporter quelques idées de contrebande religieuse, qui, en se répandant par les nouveaux chemins du pays, ébranlaient sinon les croyances du moins les pratiques catholiques des Vendéens et pervertissaient leurs cœurs47. »

22Par le travail qu’elle a apporté, l’industrie, impulsée de Cholet, a eu un impact politique sur les populations rurales :

  • 48 H. de Ch., t. II, p. 475.

« L’industrie, disait-on, est fille du XVIIIe siècle ; elle doit avoir tous les instincts de son origine. […] Si Cholet a fait du mal, il a fait du bien en chassant l’oisiveté […] ; son commerce a donné du travail aux plus mauvaises natures et aidé à réformer leurs instincts les plus pervers ; […] tous les habitants, […] grâce à un travail sans vacance, ont fixé leur humeur remuante48. »

  • 49 H. de Ch., t. II, p. 396.

23Par les revenus qu’elle a générés, elle a été le moteur de la relance économique au lendemain de la guerre de Vendée : « Quand l’industrie prospère, l’agriculture s’épanouit et s’enrichit49. » Par son expansion spatiale et ses effets induits, elle a, au lendemain de la Révolution, préservé le Bocage de l’exode rural alors même que, faute de centres industriels, la Bretagne se vidait de ses habitants :

  • 50 H. de Ch., t. II, p. 395-396.

« Dans les derniers siècles, ces deux pays, […] avaient la même existence ; c’était le délaissement improductif du sol et l’ignorance de toute industrie. Grâce à l’inspiration commerciale des habitants de Cholet, [et] à leur infatigable activité, en rétablissant au centre du Bocage leur ruche industrielle ils ont répandu l’existence dans toutes ses parties […]. La Bretagne, faute des mêmes bienfaits, faute d’avoir vu s’abattre au milieu de ses falaises et de ses bruyères un essaim de travailleurs, d’industriels actifs et intelligents, garde ses allures primitives, souffre dans les attardements du progrès, et sa population, pour échapper à la misère, […] va dans les grands centres industriels chercher une existence meilleure50. »

  • 51 H. de Ch., t. II, p. 484.

24Par le titre de son ouvrage et par l’importance qu’il attache à l’industrie, Gellusseau n’a-t-il pas contribué, sur un fond de données objectives que l’avenir ne démentira pas, à renforcer par le discours une représentation de Cholet et du Choletais comme étant naturellement industriels, comme ayant « le feu sacré de l’industrie51 » ?

L’esprit d’entreprise

  • 52 H. de Ch., t. II, p. 118.
  • 53 H. de Ch., t. II, p. 395.
  • 54 H. de Ch., t. II, p. 395.
  • 55 H. de Ch., t. II, p. 522.

25Si l’attachement qu’a Gellusseau pour les paysans tient aux valeurs morales et religieuses qu’il leur prête, l’inclination qu’il montre pour les « négociants » repose sur leur volontarisme, leur capacité à saisir les innovations, leur sens du marché, autrement dit leur esprit d’entreprise. Les grandes figures de Gellusseau, ce ne sont pas seulement les héros de la guerre de Vendée mais aussi les pionniers du coton et de la mécanisation. Avant même la Révolution, les « négociants », dominent socialement la ville : « Les plus importants de la cité [prirent] la place des seigneurs de la féodalité ; la bourgeoisie, en l’absence de tout élément aristocratique, devint l’âme, le rouage de la société nouvelle ; […] livrés à eux-mêmes, [ils] devinrent plus entreprenants52. » Au lendemain de la guerre civile, les Onze associés relancent l’économie locale. Sous la Restauration et sous la monarchie de Juillet, alors que « la noblesse du pays revenue de l’exil ou de l’émigration, […] cherchait, dans un intérêt personnel, sans utilité pour les masses, à relever […] de glorieuses ruines53 », les « négociants de Cholet54 », par leur dynamisme et leurs investissements, confortaient la relance et évitaient aux Mauges, le cœur du Bocage, de connaître le marasme breton. Fer de lance de la bourgeoisie choletaise, les négociants sont honorés par Gellusseau comme dotés d’une « noblesse du travailleur55 » irréductible à la noblesse d’Ancien Régime, oisive et improductive, qu’il brosse sans aménité à la fin de son livre :

  • 56 H. de Ch., t. II, p. 519-520.

« Les fils du négoce mettent […] un légitime orgueil […] à entrer dans la maison de commerce de leurs pères […] en s’enrôlant à quinze ans sous les nobles enseignes de l’industrie. Ici la fortune patrimoniale […] n’est point un titre au désœuvrement, à un repos anticipé. Tout le monde est à son poste, paie sa dette au travail, soutient l’honneur du pavillon, la réputation de l’industrie du pays. Vous auriez peine à y trouver ces inutilités dorées, ces fils dégénérés qui n’ont pas, comme autrefois pour se rehausser, un parfum de chevalerie, l’éclat de leurs services, la gloire de leurs armes, et qui ne savent que conduire une meute en forêt, monter un cheval avec plus ou moins de dextérité56. »

*

26Par son antériorité et par son amplitude chronologique, par ses apports factuels et par sa teneur idéologique, l’ouvrage de Gellusseau, quoi qu’aient pu en dire ses détracteurs, demeure malgré tout, la matrice de l’historiographie choletaise. Aujourd’hui, cent cinquante ans après sa parution, c’est tout à la fois son romantisme, son statut de source et les passions de son auteur qui le gardent attachant et intéressant, alors même que les livres de Léon Pissot, d’une indéniable rigueur méthodologique et scientifique, n’ont pas la même saveur, le même élan et la même portée.

  • 57 Ch.-O. Carbonnell, Histoire et historiens. Une mutation idéologique des historiens français, 1865- (...)
  • 58 Voyageurs en Vendée, textes choisis et présentés par P. Rézeau, La Roche-sur-Yon, Éditions du CRVH, (...)

27Personnalité complexe qui reste à découvrir dans sa vie privée et professionnelle et dans ses relations avec les milieux intellectuels et politiques de Nantes et Cholet, Gellusseau, au travers de son écrit, apparaît comme un homme partagé balançant entre des tropismes opposés : la terre et l’atelier, la paysannerie et les gens de manufacture, les Blancs et les Bleus, la Vendée et la France. C’est un homme du milieu du XIXe siècle chez qui le romantisme de l’écriture et de l’imagination n’est rien moins que passéiste et ne tait pas la fascination pour les machines à vapeur, les cheminées d’usines, le chemin de fer et l’industrie conquérante. Historien, conteur, annaliste, écrivain d’histoire ? Il est tout cela dans son livre mais, en dépit de ses censeurs, peut être regardé simplement comme un historien, un historien amateur du XIXe siècle, un « historien du terroir57 ». Si son œuvre non choletaise, le fait voir plutôt comme un polygraphe, un littérateur ou un publiciste, l’histoire en est aussi le principal objet58.

  • 59 H. de Ch., t. II, p. 410.

28Pas de mouchoir qui étoufferait ses convictions ! Gellusseau malmène la Restauration et regarde très favorablement le Consulat, le Premier Empire, la monarchie de Juillet et le Second Empire. Il tient sur la guerre de Vendée un discours personnel allant très loin dans la volonté de dépassement lorsque, par exemple, il évoque les hauteurs de Cholet comme « la terre où reposent pêle-mêle les Mayençais, l’honneur de l’armée française, et d’illustres Vendéens, les derniers soldats de la fidélité, les martyrs de la foi en Dieu, du dévouement à une illustre dynastie59 ». N’y a-t-il pas là, l’origine profonde de son ostracisme ? Lors de la sortie de son livre, ostracisme de la part des légitimistes qui ne peuvent accepter ses commentaires sur la Restauration et de la part des Républicains qui ne peuvent agréer ses sympathies pour l’Empire ? Plus tard, lorsque la Vendée devient un enjeu d’histoire et de mémoire dans l’affrontement entre l’Église et la Troisième République, ostracisme de la part de tous ceux que rebute son discours de réconciliation et de dépassement par l’industrie et l’individualisme libéral ? D’hier à aujourd’hui, dédain de tous ceux qui, empreints d’une conception positiviste de l’élaboration de l’histoire, ont lu le récit mais n’ont pas entendu le discours.

29Par la magnification du rôle créateur et mobilisateur des négociants et manufacturiers et par la glorification de nombre d’entre eux, Gellusseau n’a-t-il pas instillé dans la culture locale, l’idée que l’esprit d’entreprise est ici un trait de caractère naturel et spontané ? Les slogans de communication retenus depuis une quarantaine d’années par les équipes municipales et consulaires – « Le Choletais, des hommes d’énergie, une terre d’harmonie », « Cholet l’entreprenante », « Le Choletais, l’audace pour réussir » – ne sont-ils pas en étonnante adéquation avec le discours de Gellusseau ?

  • 60 H. de Ch., t. II, p. 528.
  • 61 Ibid.

30Point d’orgue d’une Histoire de Cholet au fil de laquelle, crescendo, il a laissé entrevoir ses convictions, la dernière page, adressée à l’empereur, est une profession de foi lyrique en Cholet, en son industrie et en ses capacités à lutter dans les « arènes de la concurrence60 ». Profession de foi que vient colorer in fine, plutôt brutalement et trivialement, le lieu commun libéral « Dieu pour tous, chacun pour soi61 ».

Notes

1 A.-A. Gellusseau, Histoire de Cholet et de son industrie, 2 vol., in-8o, Paris, Hachette et Cie, Angers, Cosnier et Lachèse, Nantes, Petitpas, Cholet, Fillion, 1862 [Marseille, Laffite Reprints, 1976 ; Cholet, Pays et Terroirs, 2000]. Par la suite : H. de Ch.

2 Guerre des Vendéens et des Chouans par un officier supérieur de l’armée de Vendée (Jean-Julien-Michel Savary), 6 vol., Paris, Baudouin frères, 1824-1825.

3 Notes manuscrites alors non éditées. boutillier de Saint-André, Mémoires d’un père à ses enfants, Une famille vendéenne pendant la grande guerre (1793-1795), Paris, Plon, 1896.

4 H. de Ch., t. II, p. 146.

5 Op. cit.

6 H. de Ch., t. II, p. 255.

7 H. de Ch., t. II, p. 249-250.

8 H. de Ch., t. II, p. 519.

9 H. de Ch., t. II, p. 345.

10 H. de Ch., t. II, p. 254.

11 L.-L. Barré, Essai sur l’industrie, les mœurs, l’administration et les besoins de la Vendée, Paris, Chaignieau Jeune, Gérard, 1815, 107 p.

12 J.-J. Chevalier, « La Société des Onze associés de Cholet (1796-1806) : reconstructions économique et politique au lendemain de l’insurrection vendéenne », ABPO, t. XCVII, no 3, 1990, p. 237-255.

13 H. de Ch., t. II, p. 395.

14 H. de Ch., t. II, p. 455.

15 H. de Ch., t. II, p. 486.

16 H. de Ch., t. II, p. 472.

17 Ibid.

18 H. de Ch., t. II, p. 473.

19 H. de Ch., t. II, p. 487-488.

20 H. de Ch., t. II, p. 490.

21 H. de Ch., t. II, p. 494.

22 H. de Ch., t. II, p. 495.

23 Ibid.

24 Dictionnaire généalogique des familles de l’Anjou, fascicule no 52, avril 2006, p. 2630 à 2640.

25 H. de Ch., t. I, p. 9 et t. II, p. 343.

26 Étrennes nantaises : annuaire du commerce de Nantes ; arch. mun. de Nantes, I 5, Hygiène publique, Statistique des médecins…, carton VIII, dossiers 11 et 12.

27 Recensement exhaustif des erreurs in J.-A. Broque, Annotations critiques au sujet de l’Histoire de Cholet par M. le docteur Gellusseau, [36] f., 32 cm, s. d., conservé aux Arch. dép. de Maine-et-Loire sous la cote BIB 7700.

28 C. Port, Dictionnaire… de Maine-et-Loire, t. I, A-C, revu et mis à jour par J. Levron et P. d’Herbécourt, Angers, Siraudeau, 1965, p. 762.

29 A. Sarrazin, Supplément au Dictionnaire… de Maine-et-Loire de Célestin Port, t. II, F-Z, Éditions Régionales de l’Ouest, Mayenne, 2004.

30 C’est le cas de M. Faucheux, A. Chauvet, Cl. Petitfrère, Ch. Tilly, A. Bendjebbar, G.-M. Lenne, et Tessie P. Liu.

31 M. Prevost et Roman dAmat, Dictionnaire de biographie française, t. VIII, Paris, Letouzé et Ané, 1959.

32 H. de Ch., t. I, p. 308.

33 Ce sera fait en 1866.

34 Ce syntagme revient à de multiples reprises dans les deux tomes.

35 H. de Ch., t. I, p. 55.

36 H. de Ch., t. II, p. 102.

37 H. de Ch., t. I, p. 154.

38 H. de Ch., t. II, p. 372.

39 H. de Ch., t. I, p. 162. Le terme « indépendance » revient régulièrement.

40 A. Chauvet, Porte nantaise et isolat choletais. Essai de géographie régionale, Hérault, Maulévrier, 1987.

41 « Cholet prête à rejoindre la Vendée », Ouest France, édition de Cholet, 22-23-24 décembre 2006.

42 H. de Ch., t. II, p. 113.

43 H. de Ch., t. II, p. 27.

44 H. de Ch., t. II, p. 113.

45 H. de Ch., t. II, p. 475.

46 H. de Ch., t. II, p. 102.

47 H. de Ch., t. II, p. 474.

48 H. de Ch., t. II, p. 475.

49 H. de Ch., t. II, p. 396.

50 H. de Ch., t. II, p. 395-396.

51 H. de Ch., t. II, p. 484.

52 H. de Ch., t. II, p. 118.

53 H. de Ch., t. II, p. 395.

54 H. de Ch., t. II, p. 395.

55 H. de Ch., t. II, p. 522.

56 H. de Ch., t. II, p. 519-520.

57 Ch.-O. Carbonnell, Histoire et historiens. Une mutation idéologique des historiens français, 1865-1885, Toulouse, Privat, 1976.

58 Voyageurs en Vendée, textes choisis et présentés par P. Rézeau, La Roche-sur-Yon, Éditions du CRVH, 2010. Pierre Rézeau observe que L’Itinéraire de Nantes à Napoléon-Vendée et aux Sables d’Olonne… est « boursouflé de digressions historiques » (p. 257).

59 H. de Ch., t. II, p. 410.

60 H. de Ch., t. II, p. 528.

61 Ibid.

Auteur

Professeur d’histoire-géographie à Cholet puis personnel de direction, est le fondateur en 1982 de l’Association des amis du musée du textile choletais. En 1987, il organise à Cholet le colloque régional Les industries textiles dans l’Ouest et, en 1997, avec Élisabeth Loir-Mongazon et Nicole Pellegrin, le colloque international Le mouchoir dans tous ses états. Il est l’auteur de plusieurs articles consacrés à l’industrie textile choletaise, ses acteurs et ses produits. Ses recherches actuelles portent sur le « mouchoir rouge de Cholet », les militants ouvriers au XIXe siècle et les négociants languedociens à Cholet à la veille de la Révolution. Il a commencé la rédaction d’un Dictionnaire des industries textiles choletaises (hommes, associations, sites).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search