Version classiqueVersion mobile

Historiens de l'Anjou

 | 
Jean-Luc Marais

Historiens archéologues ou archéologues historiens ? L’œuvre historique des membres de la commission archéologique de Maine-et-Loire (1846-v. 1914)

François Comte

Texte intégral

1L’abbé Xavier Barbier de Montault, cheville ouvrière de la commission archéologique d’Angers, indique dans sa première Étude ecclésiologique du diocèse d’Angers en 1860 :

  • 1 Répertoire archéologique de l’Anjou, 1860, p. 8.

« L’histoire telle que nous la comprenons aujourd’hui procède directement de l’archéologie. Elle ne s’écrit plus sur la foi d’autrui mais sur le témoignage même du passé. Or les sources auxquelles elle puise sont de trois sortes : les monuments, les objets meubles et les archives1. »

2Dans cette déclaration militante, les archives n’apparaissent qu’en troisième position et sont indissociables des sources matérielles.

  • 2 F. Prost, « Archéologie », in C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia et N. Offenstadt (dir.), Historiog (...)
  • 3 Mémoires de la Société d’agriculture, sciences et arts d’Angers [par la suite Mémoires SASAA], 1846 (...)

3La « relation entre l’histoire et l’archéologie est celle d’un vieux couple inséparable, mais qui s’évertue depuis bien longtemps à faire chambre à part2 » selon Francis Prost. Certes, les approches sont différentes et le dialogue entre spécialistes est souvent au bord du divorce. Il paraît donc utile de revenir sur une période ancienne où archéologues et historiens travaillaient ensemble et souvent traitaient des mêmes disciplines au sein de la première société archéologique angevine. Ils ont en commun de s’intéresser à « la conservation des monuments […], les fouilles, les objets antiques […] et la recherche des inscriptions3 », mais ses membres ne se sont jamais éloignés de l’histoire traditionnelle et ont pris leur part dans la recherche historique locale.

Historiens et archéologues dans une société savante originale

  • 4 C. Giraud-Labalte, Les Angevins et leurs monuments 1800-1840, Angers, 1996, p. 141.

4Les précurseurs de l’archéologie angevine sont aussi parmi les premiers à puiser aussi bien dans les sources monumentales que textuelles. Au temps de l’archéologie balbutiante des premières décennies du XIXe siècle, Jean-François Bodin avait refondu pour une troisième édition ses ouvrages plutôt à caractère archéologique sous le titre : Recherches historiques sur l’Anjou où il montre qu’il est « avant tout attaché à la valeur historique du monument4 ». Préparées par la génération de « l’invention du patrimoine », les années 1840 sont décisives pour la diffusion des connaissances historiques.

Une commission archéologique… et historique

  • 5 Arch. dép. de Maine-et-Loire, 193J 3/15 et H. Bonhomme, La Société d’agriculture, sciences et arts (...)
  • 6 Mémoires SASAA, 1846, 1re série, t. V, p. 390.

5En décembre 1845 lors d’une séance de la Société d’agriculture, sciences et arts d’Angers (active depuis 1833), le comte Théodore de Quatrebarbes se propose de donner divers objets au récent musée des antiquités d’Angers (fondé en 1841). Le président de la Société, Jean-Frédéric Sourdeau de Beauregard émet l’idée vite relayée de créer une commission dont les fouilles archéologiques et les achats alimenteraient les collections du musée. Trois membres dont Victor Godard-Faultrier, directeur-conservateur et fondateur du musée, proposent un projet de règlement adopté en séance le 7 février 1846. La « section archéologique » de la Société d’agriculture, sciences et arts d’Angers est formée le 29 mai 1846 avec l’élection de son bureau et l’établissement de la liste des membres5. Elle prend le titre de commission archéologique d’Angers puis de Maine-et-Loire. V. Godard-Faultrier dans son discours d’ouverture espère que cette commission aura une durée de vie plus longue qu’un précédent comité de lettres et beaux-arts qui n’avait tenu que cinq séances. Il y évoque principalement l’intérêt de l’archéologie et du musée des antiquités, mais par deux fois, il précise qu’il s’agit de connaître le milieu historique du monument et de rapprocher les objets des textes qui permettent de les éclairer. C’est là « toute la science de l’antiquaire6 ».

6La lecture des Nouvelles archéologiques, première publication de la commission semble au premier abord quasi exclusivement archéologique. Néanmoins lors de leur publication en un volume en 1854, plusieurs fascicules œuvres de V. Godard-Faultrier y sont inclus notamment des biographies. Déjà on y trouve aussi des articles très peu archéologiques : un projet de colonisation en Algérie (n o 3) ou différentes lettres adressées à Duplessis-Mornay (n o 3 et 4). Le no 9 de février 1848 reconnaît que « les Nouvelles archéologiques justifient mal leur titre car il n’y va être nullement question d’archéologie, il y a disette à ce sujet ». Depuis le no 6 de juillet 1847 le titre modifié une première fois en Nouvelles archéologiques et historiques afin d’évoquer le tableau des avocats et l’enseignement du droit. En décembre 1847 la publication s’élargit encore en prenant le titre de Nouvelles archéologiques, historiques et artistiques pour parler des statuettes de David d’Angers ou d’une toile de Lenepveu. Finalement, le titre définitif adopté en février 1848 devient Nouvelles archéologiques et diverses. Cela permet d’y inclure un fac-similé d’une lettre d’Henri III datée de 1580 ou une relation de la catastrophe du pont de la Basse-Chaîne par T. Tardif en 1850.

  • 7 A. Planchenault, Notice sur la vie et les travaux de M. Godard-Faultrier, Angers, 1896, p. 4.
  • 8 Publié en dos de couverture de Commission archéologique. Procès-verbaux et nouvelles depuis sa fon (...)
  • 9 A. Planchenault, Table du Répertoire archéologique de l’Anjou, Angers, 1898, p. 8. La préface de c (...)
  • 10 Ce titre est inspiré du Répertoire archéologique de la France, sous la direction du CTHS dont le p (...)

7Les trois dernières Nouvelles de 1854 sont même essentiellement historiques avec la « Vallée, ville et château de Beaufort » première monographie communale, œuvre de la commission complétant la toute première étude locale, celle de l’abbé A. Pau, également membre de la commission mais publiée dès 1841. La dernière Nouvelles (n o 50) est une étude de V. Godard-Faultrier sur saint Maur, abbé de Glanfeuil, retour en quelque sorte aux origines de sa vocation qu’il dit être née lors d’une visite à l’abbaye de Saint-Maur7. Du second volume des Nouvelles archéologiques (1855-1857) on ne connaît que quatre fascicules dont deux entièrement historiques : le no 1 sur l’évêque Henri Arnauld et le no 3 sur Charlotte Blouin, institutrice des sourds-muets. Le compte-rendu critique d’A.-N. Didron dans les Annales archéologiques est significatif : « La commission archéologique d’Angers peut intéresser les historiens et les archéologues du département [et] ne se borne pas aux monuments, il signale les manuscrits, les chartes, les inscriptions8. » L’inflexion est institutionnalisée dès la réorganisation de 1858 qui va vers une plus grande autonomie par rapport à la Société d’agriculture, sciences et arts d’Angers. L’article 1 du nouveau règlement adopté le 6 janvier 1858 mentionne que « la commission s’occupera exclusivement d’archéologie et d’histoire locale9 » (figure 1). Elle assume ainsi les changements qui s’accentueront par un changement de titre : aux Nouvelles archéologiques et diverses succède le Répertoire archéologique de l’Anjou10 en 1858 qui devient en 1868 le Répertoire archéologique et historique de l’Anjou. La table de ce Répertoire indique nombre de documents publiés : inscriptions et épitaphes mais aussi notices épiscopales, extraits de censiers, etc.

Fig. 1 – Histoire et archéologie dans les deux revues de la commission archéologique de Maine-et-Loire (1846-1869).

Les premiers membres de la commission et leur formation

  • 11 V. Godard-Faultrier est membre de la Société des antiquaires de l’Ouest dès 1835 avant son entrée (...)
  • 12 B. Lequeux, M. Mainjonet, S. Roscian, Les sociétés savantes et l’archéologie. Répertoire et analys (...)
  • 13 On retrouve plusieurs membres dans V. Godard-Faultrier, Inventaire du musée d’antiquités Saint-Jea (...)
  • 14 M.-C. Sainson, La bonne société Orléanaise 1850-1914. Loisirs et sociabilités, Orléans, 2008, p. 1 (...)

8La première liste des membres en 1846 a été publiée à la fin des procès-verbaux des Nouvelles archéologiques. Trois catégories apparaissent : correspondants, adjoints et titulaires. Les 20 correspondants sont des noms prestigieux de l’Institut ou des Monuments historiques (C. Lenormant, A. Le Prévost, P. Mérimée), des artistes (P.-J. David d’Angers, G. Bodinier, F. Taluet) mais aussi de véritables correspondants habitant hors Angers tels Auguste Courtiller, fondateur du musée de Saumur ou Arcisse de Caumont de Caen, incontournable animateur de la recherche en province à travers les congrès scientifiques et les congrès archéologiques et enfin des sociétés telles que les Antiquaires de l’Ouest ou l’Institut archéologique de Londres11. Les membres titulaires sont au nombre de 40 avec à leur tête V. Godard-Faultrier, qui préside naturellement la commission et 19 membres adjoints, n’appartenant pas à la Société mère mais vite intégrés par la suite. Ce faible nombre de près de 80 est assez conforme à ce que l’on connaît ailleurs et à d’autres périodes : les trois quarts des sociétés en ont moins de 10012. La plupart d’entre eux sont loin d’appartenir au milieu des personnalités impliquées dans l’archéologie ou l’histoire. Certains sont scientifiques tel F. Genest, pharmacien et uniquement connu pour des publications de chimie, ou J.-L. Hossard, médecin orthopédiste. Mais le recrutement qui doit beaucoup à son président, semble aussi s’effectuer parmi les donateurs du musée d’Antiquités13. La commission n’a donc rien d’un regroupement corporatiste comme on peut en trouver dans d’autres régions14. L’entrée reste assez aisée en se limitant à une cotisation annuelle de 10F et un parrainage de trois membres. Par la suite il y aura même de simples abonnés au Répertoire archéologique sans autre lien avec la commission. Les membres sont invités à envoyer des « mémoires » mais le président est souvent le principal rédacteur, du moins au début.

  • 15 Voir listes manuscrites, Arch. dép. de Maine-et-Loire, 1F 6/11, mais faute de procès-verbaux détai (...)
  • 16 Abbé E. Girou, Monseigneur Xavier-Marie-Joseph Barbier de Montault, bio-bibliographie, Angers, 191 (...)
  • 17 J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition, les sociétés savantes en France XIXe-XXe siècles, Paris, (...)

9La composition sociologique évolue quelque peu15. En 1846 les magistrats et les avocats sont les plus représentés avec 14 membres. V. Godard-Faultrier est d’ailleurs un ancien membre du barreau puis juge de paix. On y retrouve A. de Soland, avocat et vice-secrétaire de la commission ou F. de Beauregard, président de chambre et qui préside la Société d’agriculture. Parmi les 13 ecclésiastiques on trouve l’abbé L. Legeard de La Diryais, premier secrétaire, et plus tard l’archiviste de la commission, Mgr X. Barbier de Montault, historiographe du diocèse et fondateur du musée diocésain16. Le milieu des conservateurs, que ce soit à la bibliothèque ou au musée, est bien représenté comme T. Grille et l’un de ses successeurs J.-G. Adville. Les propriétaires si nombreux dans la société mère sont en faible nombre. On y retrouve des professions intellectuelles : enseignants, médecins, architectes, imprimeurs, ou artistiques : maître verrier, sculpteur, doreur mais très peu de fonctionnaires ou de commerçants17.

10En 1861 la situation change. Le nombre de titulaires tombe à 51 (il n’y a plus de membres adjoints) et peu de correspondants car les membres hors Angers sont intégrés tels Louis Bodin comte de Galembert de Tours connu pour ses travaux sur la peinture murale ou Tristan Martin de Saint-Pierre-Montlimart, historien de sa commune mais surtout de Segora (Le Fief-Sauvin). Les artistes, (peintres, sculpteurs, doreurs, graveurs, maîtres verriers…) au nombre de 13 forment le groupe social dominant. Les ecclésiastiques restent nombreux et se renouvellent. Parmi eux le chanoine L. Joubert, custode de la cathédrale et sauveur des tapisseries de l’Apocalypse. Les propriétaires sont un peu plus nombreux et sont toujours principalement les donateurs du musée d’antiquités. On remarque aussi l’entrée en force des architectes au nombre de 7 dont plusieurs constructeurs et restaurateurs d’église (A. Beignet, A.-E. Heulin, C. Roques…). Mais bien peu sont actifs et on constate que les publications sont aux mains d’un nombre réduit qui sont les plus assidus aux séances de la commission. Pour les 11 volumes du Répertoire archéologique on ne trouve que trois rédacteurs principaux : V. Godard-Faultrier, Mgr X. Barbier de Montault et L. Raimbault. T. Martin, L. de Farcy, P. Ratouis ou F. Prévost n’ont guère donné plus de trois articles chacun.

  • 18 L. Cosnier, M. Toussaint Grille, bibliothécaire honoraire de la ville d’Angers, Angers, 1851, p. 1 (...)
  • 19 G. Bodinier, Gustave d’Espinay (1829-1908), sa vie, ses œuvres, Angers, 1909, p. 12.
  • 20 Il fut élève de F. Guizot à la Sorbonne, L. Cosnier, Notice sur F.-L.-J. de Lens, inspecteur honor (...)
  • 21 Aucune allusion à sa participation dans les travaux de la commission d’après les notices biographi (...)
  • 22 A. Planchenault, Notice…, op. cit., p. 4.
  • 23 En 1845 paraissait les Éléments d’archéologie à l’usage des séminaires par M. l’abbé A. Crosnier, (...)

11Si on examine leurs formations et parcours, on constate que très peu ont pu recevoir un véritable enseignement historique ou archéologique. Même le milieu cultivé des conservateurs arrive à ces fonctions sur le tard : un Adville, lieutenant d’artillerie sous l’Empire se reconvertit d’abord dans l’enseignement et un Grille, savant génovéfain passe lui aussi de l’enseignement des lettres à la bibliothèque18. L’histoire reste enseignée dans les facultés de droit, du moins à travers le droit romain et les institutions. Gustave-Marie d’Espinay publie d’ailleurs peu de temps après sa thèse de droit un mémoire substantiel d’histoire du droit19. Hormis un professeur comme Léon de Lens, ancien élève de l’École normale supérieure20, il faut vraiment attendre C. Port secrétaire de la commission en 185521, pour avoir un professionnel rompu aux méthodes historiques et archéologiques et qui fut élève et protégé de Jules Quicherat à l’École des chartes. V. Godard-Faultrier lors de son séjour à Paris comme étudiant en droit entre 1833 et 1837 suivra les cours de cette École ainsi que de l’École supérieure des Beaux-Arts22 où un enseignement d’histoire et d’archéologie avait été mis en place vers 1828-1829, cours qu’ont pu suivre certains des architectes de la commission. Quant aux ecclésiastiques nombreux à partir des années 1860, certains ont peut-être bénéficié de lectures d’histoire et d’archéologie, timidement encouragé par Mgr Angebault23. Cet évêque a d’ailleurs participé au renouveau des études historiques avec la fondation du musée et de la bibliothèque diocésaine. Hormis l’abbé Legeard, aucun des prêtres de la commission n’a suivi un enseignement universitaire. Ce sont avant tout des autodidactes dont quelques-uns surtout vicaires ou chanoines, ont un peu de temps pour se consacrer à d’autres travaux.

Les sources historiques dans les œuvres des présidents de la commission archéologique

  • 24 A. Planchenault, Notice…, op. cit., et G. Bodinier, Gustave d’Espinay…, op. cit.

12Entre V. Godard-Faultrier né à Angers en 1810 et son successeur G. d’Espinay né à Saumur en 1829, il y a presque une génération. Ils ont cependant quelques points communs. Fils de familles peu fortunées, ils suivent néanmoins toute leur scolarité dans des lycées jusqu’au baccalauréat. Ils ont surtout la même formation obtenant tous deux un diplôme de droit le premier à Paris, le second à Poitiers. Si V. Godard-Faultrier n’exerce qu’un temps très court de 1837 à 1842 des fonctions modestes au barreau ou dans la justice, G. d’Espinay fit une belle carrière dans la magistrature avant de finir conseiller à la cour d’appel d’Angers jusqu’à sa retraite anticipée en 1883. Ils exercent aussi tous deux des fonctions politiques. V. Godard-Faultrier devient conseiller de l’arrondissement de Segré en 1841 puis maire de Sainte-Gemmes-sur-Loire de 1872 à 1881, tandis que G. d’Espinay est élu maire de Marçay (Indre-et-Loire) de 1884 à 1900, commune où il possède un château. Leur idéal politique conservateur est rarement mis en avant mais leur engagement chrétien à la conférence de Saint-Vincent de Paul est connu. Tous les deux occupent aussi des fonctions dans de nombreuses sociétés savantes. V. Godard-Faultrier est inspecteur pour la Société française d’archéologie et G. d’Espinay, secrétaire général de plusieurs congrès archéologiques, fut président de la Société d’agriculture, sciences et arts d’Angers de 1880 à 188924.

  • 25 L’Anjou et ses monuments, Angers, 1839, t. I, p. iv.
  • 26 Monuments antiques de l’Anjou…, Angers, 1864, p. 61.
  • 27 Notices archéologiques, Angers, 1876, vol. I, p. v.

13On leur doit deux grand livres consacrés à l’Anjou, publiés à près de quarante ans d’écart. Dans L’Anjou et ses monuments, Angers, 1839-1840, 2 vol., V. Godard-Faultrier trace sa ligne de conduite : « Éviter l’érudition trop nue, trop froide, se défier des folies de l’imagination, et passer sain et sauf au milieu des deux écueils », il reconnaît cependant que parfois « l’imagination nous prêtera ses couleurs25 ». Ses intuitions sont parfois surprenantes. Il est ainsi le premier à évoquer un culte de Mithra à Angers un siècle et demi avant sa découverte26. Dans les Notices archéologiques, Angers, 1876-1878, 2 vol. de G. d’Espinay qui n’a curieusement jamais été réédité on trouve la réfutation de maintes légendes. Il reste encore une référence de nos jours. L’ouvrage comporte un découpage traditionnel depuis J.-F. Bodin, un volume sur Angers et un autre sur Saumur. L’auteur en a précisé la méthode en introduction : « La critique historique à l’aide de l’archéologie et l’examen archéologique à l’aide de l’histoire27. » Cette différence de conception se retrouve dans un sujet éminemment archéologique : l’enceinte gallo-romaine d’Angers. L’utilisation des sources et de la bibliographie sur un même sujet publié à dix ans d’intervalle montre toute la différence de conception et d’étendue de la documentation chez ces deux archéologues qui veulent faire œuvre d’historien. On doit aussi reconnaître que V. Godard-Faultrier est le précurseur et qu’il doit être considéré comme une source de première main par ses observations, même si ses comparaisons et interprétations ont beaucoup vieilli.

14– V. Godard-Faultrier, « Enceinte gallo-romaine », in Monuments antiques de l’Anjou ou mémoire sur la topographie gallo-romaine du département de Maine-et-Loire, Angers, 1864, p. 56-59 et p. 63-72.

15Auteurs ou ouvrages cités : Code romain, Grégoire de Tours, Vie de saint Lézin de Marbode, Journal de Louvet, Gallia Christiana, Péan de La Tuillerie, Histoire parlementaire de Buchez et Roux, Arcisse de Caumont, Bulletin monumental.

16– G. d’Espinay, « La ville romaine et la Cité », in Les enceintes d’Angers (extrait des mémoires de la Société d’agriculture, sciences et arts), Angers, 1875, p. 13-24.

17Auteurs ou ouvrages cités : Suétone, codes Théodosien et Justinien, Grégoire de Tours, Vitae de saint Aubin, saint Lézin et saint Maimboeuf, chroniques des comtes d’Anjou, cartulaire de Saint-Aubin, chartes de Toussaint, Livre de Guillaume Le Maire, comptes de la fabrique de Saint-Maurice, Histoire d’Anjou de Roger, Gallia Christiana, Histoire de l’université d’Angers de Rangeard, Moithey, Péan de La Tuillerie, Arcisse de Caumont, Archives d’Anjou de Marchegay, Godard-Faultrier, Ledain, Bulletin monumental.

18Outre une question de date de publication ou d’avancée des connaissances, c’est une véritable différence de l’utilisation des sources historiques qui vont parallèlement prendre une place de plus en plus importante dans les travaux de la commission archéologique.

Les publications et l’évolution de la recherche historique

Une politique éditoriale reflétant des activités irrégulières

  • 28 Nouvelles archéologiques du 1er juin 1880 (extrait des mémoires de la Société d’agriculture, scienc (...)

19Les publications de la commission ont été évoquées précédemment à travers ses deux revues mais l’essentiel des activités se retrouve dans les procès-verbaux de la commission. Ils sont d’abord publiés en fascicule à l’imprimerie Pignet jusqu’en 1852. Le relais est ensuite pris par l’imprimerie Cosnier et Lachèse. Ces deux imprimeurs, Léon Cosnier et Paul Lachèse seront membres de la commission. À partir du 14 juillet de cette même année et jusque dans le courant de l’année 1855 les procèsverbaux se retrouvent dans Le journal de Maine-et-Loire et forment des fascicules en théorie mensuels de 4, 6 ou 8 pages avec une numérotation par année. Ce journal, ainsi que L’Union de l’Ouest accueillent volontiers des travaux historiques. Leurs directeurs, Camille Levesque des Varannes et Marin Pocquet de Livonnière sont aussi membres de la commission. Mais un fléchissement apparaît très nettement. En effet, on ne retrouve plus de procès-verbal après 1855 alors qu’avait été entrepris le 2e volume des Nouvelles archéologiques et diverses publié lui aussi en tiré à part du Journal de Maine-et-Loire dont on connaît trois numéros pour cette année. Mais tous les travaux lus dans cette commission ne sont pas inclus dans les Nouvelles. C’est ainsi que la notice sur le poète de la Renaissance René Tardif par C. Port se retrouve dans la Revue de l’Anjou de 1855. C’est d’ailleurs cette même revue qui accueille en février 1857 dans ses chroniques, le no 4 du 2e volume des Nouvelles archéologiques. Les autres Nouvelles ne reprennent qu’en novembre 1858 et sont incluses dans le Répertoire archéologique de l’Anjou de cette même année. Elles s’arrêtent en février-mars 1859 et sont notées à la fin du tiré à part comme extraites des Mémoires de la Commission archéologique de Maine-et-Loire, 1er volume. Y avait-il l’intention de continuer une série parallèle au Répertoire archéologique en poursuivant les Nouvelles archéologiques ? De fait après l’arrêt du Répertoire archéologique en 1869 qui se clôt par la lettre de démission pour raisons de santé de V. Godard-Faultrier, on retrouve les activités de la commission parfois publiées à nouveau sous le titre de Nouvelles archéologiques28.

  • 29 Liste des expositions archéologiques dans Souvenir de musée. 150e anniversaire du musée Saint-Jean (...)
  • 30 Arch. dép. de Maine-et-Loire, 193J 3/16. Le programme est publié par A. Lemarchand, Revue de l’Anj (...)

20Les travaux de la commission archéologique ne se limitent pas aux acquisitions du musée, aux publications et même à des expositions comportant des sections archéologiques comme celles de 1858 et de 186429. En 1858 alors que selon V. Godard-Faultrier la commission prend « un développement considérable », la résolution est prise de dresser un inventaire de toutes les richesses artistiques et monumentales de la ville d’Angers. Plusieurs visites ont lieu dans la Cité et sont consignées dans un registre qui n’a pas été prolongé au-delà de 1859. Dans son programme, la commission prévoit des observations archéologiques tant sur le sous-sol que sur l’architecture, le mobilier ou les peintures mais aussi historiques tels les « souvenirs de la Révolution, souvenirs des personnages illustres30 ».

  • 31 H. Bonhomme, La société…, op. cit., p. 175-176.
  • 32 Mémoires SASAA, 1870, 3e série, t. XIII, p. 169. Les discussions entre certains membres (d’Espinay (...)
  • 33 Id., p. 142-156 et 1874, 3e série, t. XVII, p. 171-172.
  • 34 Id., 1880, 3e série, t. XXII, p. 269-270 et Revue de l’Anjou, 1880, 4e série, t. I, p. 160.
  • 35 Id., 1908, 5e série, t. XI, p. 333.
  • 36 Id., 1912, 5e série, t. XV, p. 570.
  • 37 Id., 1914, 5e série, t. XVII, p. 389.

21Enfin l’action de la commission est aussi marquée par des visites et des excursions. Encore simple section, elle inaugure ses travaux le 9 mars 1846 en se rendant sur les thermes de Mûrs-Erigné qui viennent d’être découverts31. En 1854 est publié à part le compte rendu de la « première excursion archéologique de la commission archéologique ». C’est aussi sa dernière activité connue après la démission de V. Godard-Faultrier. Avec son nouveau président G. d’Espinay, la commission abandonne son principe d’autonomie et n’a plus de réunion32. Elle se rend néanmoins à Fontevraud en 1870 et aux Chatelliers dont la commission finance toujours les fouilles en 187433. En 1880, F.-J. Hervé-Bazin tente une réorganisation en proposant des excursions archéologiques d’abord à Angers34. C’est le vice-président de la commission Louis de Farcy qui organisera une excursion en 1907 dont rendra compte le chanoine C. Urseau et qui fit l’objet d’une légère controverse avec G. d’Espinay35. La commission paraît arrêter ses travaux. Aucun président ne semble avoir été désigné en 1908 après le décès de G. d’Espinay, à moins que L. de Farcy en assume la responsabilité en tant que vice-président à la fois de la commission et de la Société d’agriculture. Il organise en 1908 une dernière visite, mais ce déplacement lui apparaît même « comme un effort trop considérable » et il propose en 1912 de réaliser un voyage d’une journée tous les deux ans36. Ce n’est plus qu’une aimable association d’excursionnistes depuis 1870 et qui finira silencieusement en 1914 malgré une ultime tentative cette année-là de Guillaume Bodinier37.

  • 38 Sur cette commission du musée, voir V. Tuchais, Victor Godard-Faultrier et le musée d’antiquités d (...)

22On observe que les actions archéologiques de la Société ne sont plus relayées par la commission comme l’examen des découvertes archéologiques de Saint-Maur-sur-Loire en 1898 ou la protestation contre un nouveau projet d’enlèvement des gisants de Fontevraud (1906). Le congrès archéologique d’Angers-Saumur de 1910 ne fait aucune allusion à la commission archéologique qui n’est pas non plus associée lors des fouilles de la cathédrale menées en 1902 par son président de fait. Les archéologues et architectes de la Société d’agriculture se retrouvent plutôt dans la commission archéologique du musée Saint-Jean qui se réunit jusqu’en 1895 sous la direction de V. Godard-Faultrier puis jusqu’en 1918 sous celle d’A. Michel38. Avec cette nouvelle répartition des compétences, c’est aussi la fin des ambitions de la commission dont les travaux des membres sont publiés à l’extérieur faute de support et de réunion pour les présenter.

Une concurrence entre les sociétés et les revues ?

  • 39 N. Bulourde, Étude des bulletins de la Société industrielle d’Angers 1830-1939, université de Nant (...)

23Avant la création de la commission archéologique de Maine-et-Loire au sein de la Société d’agriculture n’existe que la Société industrielle d’Angers et du département de Maine-et-Loire fondée en 1830. Dans cette société, a été créé un comité d’histoire, sciences et arts dont le secrétaire est L. Cosnier également imprimeur du bulletin. Vers 1850-1865, sur 378 membres honoraires, titulaires et correspondants on compte une quinzaine de personnalités qui sont aussi membres de la commission dont les professeurs J. Sorin et L. de Lens, ou encore les historiens et archéologues T. Grille, C. Port et V. Godard-Faultrier. Cependant les contributeurs en articles d’histoire et d’archéologie ne sont pas ces membres mais principalement P. Marchegay, E. Bonnemère et F. Grille. La Société industrielle abandonnera après 1864 toute velléité en matière historique pour se consacrer principalement à l’agriculture39.

  • 40 E. Pavie, Aimé de Soland 1814-1910, Angers, 1911, p. 39.
  • 41 Revue de l’Anjou et du Maine, 1860, 2e série, t. VI, p. 320.

24Avec A. de Soland la collaboration s’arrête vers 1850 au moment où celui-ci se tourne vers les sciences naturelles pour créer la Société Linnéenne de Maine-et-Loire où il fait publier dans ses Annales des notices historiques. Fort de son succès et encouragé par sa collaboration avec le journal L’Union de l’Ouest, il fait paraître le Bulletin historique et monumental de l’Anjou de 1852 à 1870 avec un dernier volume en 1881. Sa forme évolue comme les publications de la commission archéologique. Au début proche des Nouvelles archéologiques, il va se transformer en 1859-1860, la même année que le Répertoire, pour changer de format et recevoir également de l’illustration pour s’arrêter aussi quasiment en même temps. Il voulut adosser cette publication à une association, le Comité historique et artistique de l’Ouest qui reçu l’autorisation en 1873. Mais l’homme était « d’une humeur trop mobile, trop divergente et trop centrifuge40 » pour tenir une revue qu’il rédigeait presque seul. Albert Lemarchand n’y voit pas de concurrence car « les publications de MM. V. Godard-Faultrier et A. de Soland suivent à peu près la même direction ; mais loin de se nuire, elles se complètent l’une l’autre, et le champ dans lequel glanent les auteurs est assez vaste pour qu’ils ne puissent jamais se heurter dans le même sillon41 ». Propos sans doute optimiste car le nombre d’abonnés au Répertoire archéologique de l’Anjou se maintient à un chiffre réduit d’une centaine de personnes et ne pouvait espérer durer sans le secours de la Société d’agriculture.

  • 42 Société académique de Maine-et-Loire. Table méthodique des matières des Mémoires de la société (185 (...)

25L’affaire de la création de la Société académique de Maine-et-Loire apparaît plus sérieuse. Elle est fondée en 1857 à un moment où les travaux de la commission battent de l’aile. Ses Mémoires publiés de 1857 à 1883 comportent deux séries dont l’une a pour titre Lettres et arts, émanation de la 3e section consacrée aux belles-lettres, arts et sciences historiques. On y retrouve les incontournables imprimeurs Cosnier et Lachèse qui participent assez peu aux travaux et semblent être présents pour d’évidentes raisons commerciales. D’autres ont quitté la commission pour venir dans la nouvelle société comme J.-G. Adville, T.-C. Béraud qui en est le secrétaire général, ou encore L. de Lens. C’est le beau-frère de V. Godard-Faultrier, E. Poitou, conseiller à la cour qui est le président de la 3e section et A. Parrot le vice-secrétaire42. Cet opposant à V. Godard-Faultrier lors des fouilles de la place du Ralliement de 1868-1870 en devient le président lorsqu’elle se transforme en Académie des sciences et belles-lettres d’Angers en 1881, pour finalement disparaître en 1897.

  • 43 E. Pavie, M. Léon Cosnier. Première partie : le littérateur, Angers, 1904, p. 55-56.
  • 44 Liste des revues dans F. Uzureau, « Revues angevines », L’Anjou historique, 1921, no 123, p. 186-1 (...)

26En somme, peu de cumuls de personnes dans ces différentes sociétés ou même de démissions mais des concurrences de publication qui s’aggravent au fil des années. Toujours dans ces années 1850 on trouve la création de deux revues à vocation régionale : la Revue des provinces de l’ouest (Bretagne, Vendée, Anjou) publiée à Nantes de 1853 à 1858 et la Revue de Bretagne et Vendée fondée également à Nantes en 1857. Elles prennent en quelque sorte le relais de La Mosaïque de l’Ouest (1844 à 1847) dans laquelle ont publié V. Godard-Faultrier, E. Lachèse et P. Béclard43. Mais c’est surtout la Revue de l’Anjou et de Maine-et-Loire fondée en 1852 sur une initiative de l’inaltérable L. Cosnier qui insiste dans sa préface sur le caractère « essentiellement historique », sans doute pour ne pas empiéter sur la commission archéologique. Cependant elle se transforme de 1867 à 1880 en Revue historique, littéraire et archéologique de Maine-et-Loire44. La confusion intervient même quand elle produit les planches des Notices archéologiques de G. d’Espinay en abrégeant le nom en Revue archéologique de l’Anjou ! Il est vrai qu’à ce moment le Répertoire archéologique d’Anjou a cessé d’exister. Cette revue a pour collaborateurs tous les meilleurs rédacteurs de la commission archéologique.

L’histoire, discipline à part entière plutôt que simple introduction à l’archéologie

  • 45 A. de Falloux, Études historiques en province (extrait du Correspondant), Paris, 1846, p. 3.

27Alfred de Falloux qui n’est encore que député, auteur de biographies historiques et accessoirement membre de la commission archéologique de Maine-et-Loire, publie en 1846 des Études historiques en province consacrées à la polémique sur la réédition des Recherches historiques sur l’Anjou de J.-F. Bodin. Il remarque en préambule : « Le vif mouvement qui porte depuis quelques années nos études de province vers l’archéologie demeurerait incomplet et insuffisant s’il n’était pas accompagné d’un retour analogue vers les archives locales45. » En effet ce « vif mouvement » se poursuit parallèlement pour l’histoire et l’archéologie dans ces années 1840. En 1841, le premier congrès archéologique tient ses séances à Angers et fait une place à P. Marchegay, premier archiviste issu de l’École des chartes à Angers qui publie une liste de documents sur La Roche-sur-Yon et divers monuments de la région. C’est lui qui édite le premier des cartulaires angevins, celui de l’abbaye de Saint-Maur dans le premier volume de ses Archives d’Anjou en 1843. Lorsqu’ils se lancent dans la monographie communale ou paroissiale nos archéologues vont publier de nombreuses sources. Dès celle de Beaufort par V. Godard-Faultrier en 1854, publiée dans les Nouvelles archéologiques, on trouve deux extraits de textes assez longs sur le règlement des communaux par Jeanne de Laval en 1471 et des lettres patentes d’Henri IV pour l’établissement des récollets en 1599. Ces courtes monographies vont se multiplier dans le Répertoire archéologique avec les Études ecclésiologiques de Mgr X. Barbier de Montault et les notices communales de V. Godard-Faultrier ou de L. Raimbault. Ce sont le plus souvent les premières et parfois aussi les dernières études générales sur ces communes qui malgré leur brièveté restent précieuses.

  • 46 G. d’Espinay avait bien noté que les « notices n’ont point porté préjudice aux grands travaux hist (...)
  • 47 J. Denais entre à la Société d’agriculture, sciences et arts d’Angers en 1870 au moment où G. d’Es (...)

28On peut constater que l’archéologie n’est pas un domaine exclusif y compris chez V. Godard-Faultrier46 mais elle est parfois une simple introduction à un catalogue. Il faut chercher par exemple un historique de l’abbaye Toussaint dans Musée d’antiquités d’Angers. Toussaint, histoire et catalogue, Angers, 1860. Ce n’est que dans l’importante monographie de Joseph Denais, Notre-Dame, église et paroisse, Angers, 1874 que sont entrecroisées allègrement archéologie et histoire47. Quand V. Godard-Faultrier publie des textes, ils concernent trois domaines : les inventaires médiévaux (trésor de la cathédrale, résidences du roi René), les histoires inédites de monastère par les mauristes comme à Saint-Serge ou l’Esvière et les témoignages sur les massacres de la Révolution. Son ouvrage Le champ des martyrs publié en 1852 connaît un grand succès avec cinq éditions à chaque fois revues et corrigées jusqu’en 1899 et a même été réédité en 1984.

  • 48 Ouvrage encore utile selon A. Ruais in F. Laplanche (dir.), Les sciences religieuses 1800-1914, Pa (...)
  • 49 Mémoires SASAA, 1862, 3e série, t. V, p. 265-266.

29L’histoire du droit constitue même l’essentiel de la production de G. d’Espinay avec parmi ses œuvres remarquables : Les cartulaires angevins : étude sur le droit de l’Anjou au Moyen Âge, La coutume d’Anjou en 1411, La coutume de Touraine au XVe siècle, La sénéchaussée d’Anjou, Le droit de l’Anjou avant les coutumes… Sans revenir sur la production historique de certains auteurs déjà évoqués ou certains membres qui n’ont fait qu’un furtif passage à la commission archéologique tels C. Port ou A. de Soland, on peut passer en revue une œuvre historique marquante en son temps publiée par quelques-uns des principaux membres de la commission : Mgr X. Barbier de Montault, Œuvres complètes, Poitiers, 1889-1902, 16 volumes48 (publication incomplète malgré tout qui reprend plusieurs articles du Répertoire archéologique en particulier dans les volumes X et XI sur l’hagiographie) ; Lemarchand, Album vendéen avec des dessins de T. Drake, Angers, 1856-1860 (on doit aussi à Lemarchand nombre de publications de textes comme l’Histoire de l’Anjou de B. Roger ou le Journal de J. Louvet) ; L. de Lens, Université d’Angers du XVe à la Révolution Française, Angers, 1880 (histoire publiée partiellement, concerne principalement la faculté de droit) ; A.-R. Maupoint, Vie de Mgr Montault des Isles, évêque d’Angers, Angers, 1844 ; Abbé T. Pletteau, Annales ecclésiastiques de l’Anjou, Angers, 1874-1880 (biographies de beaucoup d’évêques, d’Eusèbe Brunon à Gabriel Bouvery). T. Pletteau est à l’origine d’une polémique sur Henri Arnauld et le jansénisme dont la commission archéologique s’est désolidarisée en proclamant que « sa devise en matière historique sera toujours : Liberté de discussion49 ».

  • 50 T.-L. Houdebine, M. Louis de Farcy 1841-1921. Essai biographique, Angers, 1921, p. 12-14.
  • 51 Trois sections composaient cette société : les monuments, les objets mobiliers, la préhistoire et (...)

30C’est finalement L. de Farcy dernier animateur de la commission archéologique qui amorce un changement avec l’utilisation d’un chapitre histoire dans une œuvre d’archéologie monumentale. Ses deux publications majeures pour Angers, Monographie de la cathédrale d’Angers, Angers, 1901-1926, 4 volumes + 1 album de planches et Le palais épiscopal d’Angers. Histoire et description, Angers, 1903, utilisent les sources historiques accessibles pour dater les parties de l’édifice mais il réserve un chapitre plus historique à part sans arriver à l’achever50. Le 4e volume de la Monographie consacré aux institutions est surtout l’œuvre de l’abbé T.-L. Houdebine. Quant au Palais épiscopal la troisième et dernière partie consacrée aux évêques et à leur mode de vie n’est qu’esquissée par son coauteur l’abbé P. Pinier. Ces deux archéologues collaborateurs de L. de Farcy marquent la fin de la commission archéologique. Ils tenteront avec d’autres nouveaux historiens de la faire revivre entre les deux guerres à travers la Société des amis du vieil Angers et de l’Anjou51 aux ambitions plus limitées avec comme support de publication La province d’Anjou qui ne vivra que dix années (1926-1936).

Fig. 2 – Une spécialisation accrue : la fin des archéologues historiens au début du XXe siècle.

*

  • 52 Seuls ouvrages réédités : X. Barbier de Montault, Traité d’iconographie chrétienne, Neuilly-sur-Se (...)

31La commission archéologique, simple section de la Société d’agriculture, sciences et arts puis société quasi autonome avec ses propres budgets et publications ne se remet pas de la démission de son fondateur V. Godard-Faultrier en 1869. Pendant vingt-quatre ans il a organisé une grande partie de la recherche archéologique et même historique malgré la concurrence de plusieurs sociétés et revues. L’intérêt marqué pour la publication de sources a été poursuivi malgré la concurrence de la Revue de l’Anjou. La génération suivante plus indépendante et peut-être plus spécialisée se démarque de son nouveau président beaucoup moins disponible que ne l’était V. Godard-Faultrier. La discrétion de G. d’Espinay au sein de la commission ne doit pas nous faire oublier tous ses travaux sur les monuments médiévaux encore très utilisables par sa connaissance importante des textes. Il a appliqué avant l’heure le programme qu’a tracé le doyen M. de Boüard dans son Manuel d’archéologie médiévale en 1975 : De l’histoire à la fouille et de la fouille à l’histoire. Avec l’assoupissement de la recherche archéologique de terrain passé les fouilles de la place du Ralliement à Angers de 1878-1879, la Société d’agriculture, sciences et arts se tourne vers d’autres sujets. L’essor de l’université catholique de l’Ouest renouvelle la recherche historique locale avec des personnalités telles que le chanoine C. Urseau. Il contribuera au développement de l’édition de textes dans la série de Documents historiques sur l’Anjou de 1896 à 1930. La comparaison de ses publications avec celles des deux présidents de la commission archéologique est significative (figure 2). La spécialisation est patente et on a affaire à un quasi professionnel de la conservation. Un point commun néanmoins : quand ces trois archéologues (V. Godard, G. d’Espinay, C. Urseau) s’intéressent à d’autres périodes historiques que le Moyen Âge, c’est la Révolution qui est l’objet de leur étude. Si les deux publications de la commission restent surtout consultées pour leurs informations archéologiques de première main on aurait tort de négliger les œuvres historiques de Mgr X. Barbier de Montault, G. d’Espinay, L. de Farcy ou L. de Lens qui restent encore des références52.

Notes

1 Répertoire archéologique de l’Anjou, 1860, p. 8.

2 F. Prost, « Archéologie », in C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia et N. Offenstadt (dir.), Historiographies. Concepts et débats, Paris, 2010, p. 54-67.

3 Mémoires de la Société d’agriculture, sciences et arts d’Angers [par la suite Mémoires SASAA], 1846, 1re série, t. V, p. 351.

4 C. Giraud-Labalte, Les Angevins et leurs monuments 1800-1840, Angers, 1996, p. 141.

5 Arch. dép. de Maine-et-Loire, 193J 3/15 et H. Bonhomme, La Société d’agriculture, sciences et arts d’Angers de 1828 à 1855, université d’Angers, mémoire de maîtrise d’histoire, 1993, p. 108-110. Un historique des premiers membres de la commission a été dressé dans V. Godard-Faultrier, « Mouvement archéologique en Anjou », Congrès archéologique de France. XXXVIIIe session. Angers 1871, Paris-Caen, 1872, p. 211-214.

6 Mémoires SASAA, 1846, 1re série, t. V, p. 390.

7 A. Planchenault, Notice sur la vie et les travaux de M. Godard-Faultrier, Angers, 1896, p. 4.

8 Publié en dos de couverture de Commission archéologique. Procès-verbaux et nouvelles depuis sa fondation jusqu’en 1854, Angers, 1854.

9 A. Planchenault, Table du Répertoire archéologique de l’Anjou, Angers, 1898, p. 8. La préface de cette table est un historique des publications de la commission.

10 Ce titre est inspiré du Répertoire archéologique de la France, sous la direction du CTHS dont le projet est de 1858.

11 V. Godard-Faultrier est membre de la Société des antiquaires de l’Ouest dès 1835 avant son entrée à la Société d’agriculture, sciences et arts d’Angers. Quant aux sociétés anglaises, leur influence sur la naissance de l’archéologie française a été reconnue par A. de Caumont. Sur l’appartenance des premiers membres de la commission à des sociétés savantes nationales voir C. Giraud-Labalte, « La naissance d’une politique du patrimoine dans le département de Maine-et-Loire (1800-1850) », in Pour une politique du patrimoine, Paris, 2003, p. 94, 105-106 et 113.

12 B. Lequeux, M. Mainjonet, S. Roscian, Les sociétés savantes et l’archéologie. Répertoire et analyse, Paris, 1986, p. 17.

13 On retrouve plusieurs membres dans V. Godard-Faultrier, Inventaire du musée d’antiquités Saint-Jean et Toussaint, Angers, 1884, p. 52-66.

14 M.-C. Sainson, La bonne société Orléanaise 1850-1914. Loisirs et sociabilités, Orléans, 2008, p. 108-109.

15 Voir listes manuscrites, Arch. dép. de Maine-et-Loire, 1F 6/11, mais faute de procès-verbaux détaillés on ne connaît pas tous les membres de la commission.

16 Abbé E. Girou, Monseigneur Xavier-Marie-Joseph Barbier de Montault, bio-bibliographie, Angers, 1910, p. 40-50.

17 J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition, les sociétés savantes en France XIXe-XXe siècles, Paris, 1995, p. 104-129 pour l’analyse sociologique des sociétés savantes.

18 L. Cosnier, M. Toussaint Grille, bibliothécaire honoraire de la ville d’Angers, Angers, 1851, p. 11-12.

19 G. Bodinier, Gustave d’Espinay (1829-1908), sa vie, ses œuvres, Angers, 1909, p. 12.

20 Il fut élève de F. Guizot à la Sorbonne, L. Cosnier, Notice sur F.-L.-J. de Lens, inspecteur honoraire d’académie, Angers, 1883, p. 3.

21 Aucune allusion à sa participation dans les travaux de la commission d’après les notices biographiques de C. Port.

22 A. Planchenault, Notice…, op. cit., p. 4.

23 En 1845 paraissait les Éléments d’archéologie à l’usage des séminaires par M. l’abbé A. Crosnier, Tours. Le premier professeur d’histoire en titre du séminaire d’Angers est l’abbé Bretaudeau en 1871, arch. dioc. d’Angers, fond du séminaire, 13/8.

24 A. Planchenault, Notice…, op. cit., et G. Bodinier, Gustave d’Espinay…, op. cit.

25 L’Anjou et ses monuments, Angers, 1839, t. I, p. iv.

26 Monuments antiques de l’Anjou…, Angers, 1864, p. 61.

27 Notices archéologiques, Angers, 1876, vol. I, p. v.

28 Nouvelles archéologiques du 1er juin 1880 (extrait des mémoires de la Société d’agriculture, sciences et arts d’Angers), Angers, 1880.

29 Liste des expositions archéologiques dans Souvenir de musée. 150e anniversaire du musée Saint-Jean 1841-1991, Angers, 1992, p. 134.

30 Arch. dép. de Maine-et-Loire, 193J 3/16. Le programme est publié par A. Lemarchand, Revue de l’Anjou, 1858, 2e série, t. III, p. 117-118.

31 H. Bonhomme, La société…, op. cit., p. 175-176.

32 Mémoires SASAA, 1870, 3e série, t. XIII, p. 169. Les discussions entre certains membres (d’Espinay, Choyer et Farges) sombrent dans les théories sur la création de la terre (procès-verbaux des mémoires de la Société d’agriculture, sciences et arts d’Angers, 1873).

33 Id., p. 142-156 et 1874, 3e série, t. XVII, p. 171-172.

34 Id., 1880, 3e série, t. XXII, p. 269-270 et Revue de l’Anjou, 1880, 4e série, t. I, p. 160.

35 Id., 1908, 5e série, t. XI, p. 333.

36 Id., 1912, 5e série, t. XV, p. 570.

37 Id., 1914, 5e série, t. XVII, p. 389.

38 Sur cette commission du musée, voir V. Tuchais, Victor Godard-Faultrier et le musée d’antiquités d’Angers (1841-1881), université d’Angers, mémoire de maîtrise d’histoire, 2001, p. 86-89.

39 N. Bulourde, Étude des bulletins de la Société industrielle d’Angers 1830-1939, université de Nantes, mémoire de maîtrise d’histoire, 1990, p. 71.

40 E. Pavie, Aimé de Soland 1814-1910, Angers, 1911, p. 39.

41 Revue de l’Anjou et du Maine, 1860, 2e série, t. VI, p. 320.

42 Société académique de Maine-et-Loire. Table méthodique des matières des Mémoires de la société (1857-1866) et état du personnel de la société au 31 décembre 1866, Angers, 1867, p. 50.

43 E. Pavie, M. Léon Cosnier. Première partie : le littérateur, Angers, 1904, p. 55-56.

44 Liste des revues dans F. Uzureau, « Revues angevines », L’Anjou historique, 1921, no 123, p. 186-188 et Répertoire des Inventaires. Pays de la Loire, Paris, 1986, p. xix-xxiv.

45 A. de Falloux, Études historiques en province (extrait du Correspondant), Paris, 1846, p. 3.

46 G. d’Espinay avait bien noté que les « notices n’ont point porté préjudice aux grands travaux historiques menés à bonne fin par notre laborieux archéologue », M. Victor Godard-Faultrier. Sa vie, ses œuvres (extrait des mémoires de la Société d’agriculture, sciences et arts d’Angers), Angers, 1896, p. 33.

47 J. Denais entre à la Société d’agriculture, sciences et arts d’Angers en 1870 au moment où G. d’Espinay prend en main la commission d’archéologie.

48 Ouvrage encore utile selon A. Ruais in F. Laplanche (dir.), Les sciences religieuses 1800-1914, Paris, 1996, p. 31.

49 Mémoires SASAA, 1862, 3e série, t. V, p. 265-266.

50 T.-L. Houdebine, M. Louis de Farcy 1841-1921. Essai biographique, Angers, 1921, p. 12-14.

51 Trois sections composaient cette société : les monuments, les objets mobiliers, la préhistoire et l’histoire angevine (Statuts provisoires, Angers, 1926, p. 5).

52 Seuls ouvrages réédités : X. Barbier de Montault, Traité d’iconographie chrétienne, Neuilly-sur-Seine, 1979, 2 tomes (reprod. de l’édit. de 1890) ; G. dEspinay, La féodalité et le droit civil français, préface de J. Foyer, Cholet, 1994 (reprod. de l’édit. de 1858) ; L. de Farcy, « Les clochers de l’Anjou (XIe-XVIIIe siècles) », in Pages d’histoire de l’Anjou, Paris, 1992, p. 9-21 (reprod. de l’article de 1912).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Histoire et archéologie dans les deux revues de la commission archéologique de Maine-et-Loire (1846-1869).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117231/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 2 – Une spécialisation accrue : la fin des archéologues historiens au début du XXe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117231/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k

Auteur

Conservateur du patrimoine, est archéologue de la ville d’Angers depuis 1985. Il a conduit de nombreux chantiers archéologiques à Angers dont le premier à l’abbaye Toussaint, également premier chantier de V. Godard-Faultrier. Auteur, seul ou en collaboration, de 72 publications qui portent principalement sur l’organisation urbaine médiévale d’Angers en utilisant largement les sources historiques autant que monumentales ou issues des fouilles. Plusieurs de ces recherches se sont intéressées à l’historiographie angevine à l’occasion d’expositions : Souvenir de musée (1992), La mort : voyage au pays des vivants (1996) ; de biographies : Dr M. Gruet et J.-M. Bienvenu (1998) ; d’un numéro spécial sur les musées de la revue Archives d’Anjou (2004).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search