Version classiqueVersion mobile

Historiens de l'Anjou

 | 
Jean-Luc Marais

François Grille (1782-1853), entre conservation et interprétation des sources d’histoire de l’Anjou

Marc-Édouard Gautier

Texte intégral

  • 1 « François Grille est-il un historien ? », L’Anjou historique, t.  XLIV, avril 1944, p. 55-57. La (...)
  • 2 Angers, Arch. mun., 56 J, fonds Guillory aîné (acquis en 2010), lettre de F. Grille à Eugène Talbo (...)

1En avril 1944, la revue de l’Anjou historique du chanoine Uzureau publiait une note intitulée François Grille est-il un historien ? Ces trois pages non signées se terminaient par une sentence accablante contre « Grille le menteur, Grille le faussaire, Grille le fabricant de pièces1 ». La note était étayée d’exemples précis et nombreux de sources présentées comme authentiques mais éditées par François Grille avec force réécritures de phrases et inventions de paragraphes entiers. L’affaire semble donc entendue et certains pourraient s’étonner de voir François Grille évoqué à nouveau dans un ouvrage sur les historiens de l’Anjou. Plutôt que de reprendre point par point le réquisitoire de 1944, mon propos visera à comprendre quelles contradictions dans la conception de l’histoire et de son écriture ont mené à l’échec celui qui, parallèlement à ses aspirations politiques, rêvait d’accomplir son grand œuvre en publiant plusieurs centaines de pages d’« histoire militaire de l’Ouest et particulièrement de l’Anjou2 » sous la Révolution.

  • 3 F. Grille, La Vendée en 1793, Paris, t.  II, 1852, p. 185-191.
  • 4 Sur les étapes de la carrière de Grille au ministère de l’Intérieur, voir P. Adamy, op. cit., p. 4 (...)

2Avant de s’attacher à l’écriture d’un pan d’histoire angevine, François Grille mena une importante carrière au ministère de l’Intérieur. Né à Angers d’un père négociant en drap le 29 décembre 1782, il voit son enfance marquée à jamais par les guerres de Vendée en Anjou en 1793. Témoin des deux sièges d’Angers, il suit tout jeune les colonnes mobiles qui pourchassaient les Blancs. Près de soixante ans plus tard, c’est encore le souffle de l’épopée qui porte ses souvenirs des affrontements d’Angers du 19 septembre 1793 qu’il publie dans la Vendée en 1793 : « Il faut y avoir été pour s’en faire une idée3. » Après des études à l’École centrale d’Angers auprès de son oncle Toussaint Grille (1766-1850), puis quelques essais dans le négoce, il obtient un poste d’employé au ministère de l’Intérieur en 1807. Rapidement remarqué, il est nommé le 8 septembre 1812 chef du bureau des sciences et arts. Promu chef adjoint de sa division en 1820, il parvient à un poste plus exposé où il subit les aléas de l’instabilité gouvernementale. Destitué en 1822, réintégré en 1828 sous Martignac comme chef titulaire jusqu’à l’automne 1829, il est de nouveau destitué à l’arrivée du ministre La Bourdonnaye. Libéral, et même républicain et anticlérical, il tente un retour en août 1830. Mais il a développé une mésentente profonde avec Guizot et Barante depuis leur arrivée au ministère en 1814. Aussi Guizot s’empresse-t-il de l’écarter définitivement dès septembre 18304.

3Cette carrière au ministère fut d’une extraordinaire richesse. Réforme de la Comédie-Française et des théâtres parisiens, réorganisation de l’Institut de France, organisation des salons, des voyages d’hommes politiques ou d’artistes, érection de monuments comme la statue d’Henri IV sur le Pont Neuf, tout ce qui touchait aux sciences et aux arts était de son ressort.

  • 5 Cité dans M. Saché, « La bibliothèque d’Angers, ses origines et son développement : les Grille », (...)

« J’ai été chargé pendant douze ans de la division des sciences, lettres, arts, théâtres, travaux publics, monumens, achats de marbre, encouragements, distribution de livres aux bibliothèques, de tableaux aux musées, d’arbres aux jardins botaniques. Les voyages scientifiques, les recherches d’antiquités, les écoles de dessin, de musique, etc., tout était dans mes attributions en ce qui importait à l’état moral du pays5. »

  • 6 Les lettres du baron de Wismes, préfet de Maine-et-Loire, à Toussaint Grille de juin 1819 à juin 1 (...)
  • 7 Brouillon de la lettre dans Angers, Bibl. mun., liasses des archives de François Grille non invent (...)
  • 8 P. Adamy, op. cit., p. 48 et Y.-M. Bercé, « Aux origines de l’École des chartes, le baron de Géran (...)
  • 9 F. Grille et V.-D. de Musset-Pathay, Suite au Mémorial de Sainte-Hélène, ou observations critiques (...)

4L’histoire aussi est de ses compétences. Ainsi le voit-on relayer en 1819-1820 les circulaires ministérielles sur la recherche des antiquités et monuments de la France, et solliciter la participation à cette enquête, aux côtés de Jean-François Bodin, de son oncle Toussaint Grille, devenu bibliothécaire en chef de la bibliothèque municipale d’Angers en 18056. Dans une lettre au maire d’Angers du 25 avril 1845 dans laquelle il fait l’éloge du chartiste Paul Marchegay, il revendique sa participation à la création de l’École des chartes : « Aujourd’hui, l’estime s’est attachée aux recherches sur nos vieilles annales. C’est en 1820 que ce mouvement a commencé. Par un rapport que je fis au ministère de l’Intérieur, l’École des chartes fut fondée7. » De fait, il travaillait depuis 1815 sur les questions de l’enseignement mutuel8, et avec le baron de Gérando, véritable inspirateur de l’École des chartes. Il n’est donc pas étonnant de découvrir chez lui un réel attachement aux sources dans ses premiers ouvrages historiques parus à Paris en 1824 et 1825. La première œuvre ne prétend pas moins rééditer, en le corrigeant et complétant, le déjà célèbre Mémorial de Sainte-Hélène de Las Cases. Le texte de la première édition s’y trouve repris, entrecoupé de longs commentaires de deux à trois pages9. La seconde œuvre, en deux volumes également, suit en 1825. Sous le titre d’Introduction aux mémoires sur la Révolution française ou tableau comparatif des mandats et pouvoirs donnés par les provinces à leurs députés aux États généraux de 1789, François Grille édite suivant un classement thématique assez original et novateur des extraits de cahiers de doléances provenant des trois ordres et de toute la France, à la suite d’une introduction pleine d’élans rhétoriques et de considérations générales sur l’histoire des assemblées du peuple dans l’Antiquité, ainsi que sur l’histoire du Parlement et des états généraux en France. Sous l’apparente rigueur de la construction se lit déjà pourtant un tiraillement, qui ne fera que croître par la suite, entre le souci d’éditer des sources originales et celui d’exprimer à partir d’elles des commentaires personnels, d’ordre politique, religieux ou philosophique. Dans ces deux volumes sur les états généraux, les notes de bas de pages et le chapitre final de Commentaires du premier tome servent d’asile à ces considérations générales, mais il n’en sera plus ainsi plus tard.

  • 10 Bibliographie chronologique partielle des œuvres de François Grille dans P. Adamy, op. cit., p. 14 (...)

5Ces ouvrages restent bien isolés dans la production des années parisiennes de Grille car depuis 1799, il écrivait et publiait des poèmes et des pièces de théâtre, drames, opéras ou comédies de mœurs10. Ses écrits occupent encore sa traversée du désert entre 1830 et 1837 où, après de vains espoirs de devenir préfet et de se faire élire député, il accepte la mairie de la petite commune d’Étang-la-Ville dans la forêt de Marly. Il l’abandonne rapidement pour prendre la succession de son oncle Toussaint Grille comme bibliothécaire en chef de la bibliothèque publique d’Angers le 22 novembre 1837. Plus d’une fois, il a avoué avoir accepté ce poste par nécessité. Aussi n’hésite-t-il pas plus d’une heure à en démissionner pour devenir commissaire de la République en Vendée le 1er avril 1848, expérience brève et malheureuse à la suite de laquelle il se retire de toute fonction publique pendant les cinq années qu’il lui reste à vivre.

  • 11 F. Grille, Catalogue des manuscrits de la bibliothèque d’Angers, t.  I : Théologie, Jurisprudence, (...)
  • 12 Angers, Bibl. mun., rés. ms. 2190, fol. 76vo-77vo.
  • 13 Sur Toussaint Grille, il convient de se reporter à C. Giraud-Labalte, Les Angevins et leurs monume (...)

6Cependant, le travail très important qu’il réalise à la bibliothèque d’Angers le confronte aux sources et à l’histoire. L’une de ses premières missions, édictée dans son arrêté de nomination, est de dresser l’inventaire des manuscrits de la bibliothèque, issus principalement des confiscations révolutionnaires. Le catalogue, achevé en 1843 mais jamais publié, montre plus d’une fois de réelles qualités dans la maîtrise des sciences auxiliaires de l’histoire, en codicologie, en bibliographie ou en philologie, et une bonne connaissance de l’histoire de l’Anjou11. Par exemple, la notice sur l’Officium sancti Renati, alors coté 138, aujourd’hui coté 140, est constituée d’une véritable dissertation bibliographique retraçant tout le débat sur l’authenticité de l’existence de saint René à travers les positions de chaque auteur depuis celle de Bourdigné jusqu’à celle de Godard-Faultrier dans L’Anjou et ses monumens paru en 1841. Des comparaisons complémentaires sont faites avec d’autres manuscrits de Lyon et d’Angers, avant d’achever la notice sur l’évocation de récentes publications du diocèse et sur le pèlerinage à la chapelle Saint-René de La Possonnière12. Las ! si l’écriture est assurément celle de François Grille, si le déséquilibre entre les notices et l’étonnante implication personnelle de l’auteur qui plus d’une fois insère un débat historique dans ses notices avant d’exprimer sa propre position sont bien de son esprit, la matière scientifique n’est pas de lui mais de son oncle Toussaint Grille, remarquable collectionneur et érudit13.

  • 14 Archives des achats faits par Toussaint Grille pour ses collections privées : Angers, Bibl. mun., (...)
  • 15 Angers, Bibl. mun., rés. ms. 981-986. Reliures et ex-libris manuscrits ou armoriés témoignent de l (...)
  • 16 Catalogue des collections de feu M. Toussaint Grille d’Angers, antiquités, curiosités, objets d’ar (...)
  • 17 P. Marchegay, Archives d’Anjou. Recueil de documents et mémoires inédits sur cette province, Anger (...)
  • 18 C. Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, Angers, t.  II, (...)

7Cet oncle à qui François Grille doit son poste de bibliothécaire en chef de la bibliothèque d’Angers, est alors réputé comme l’un des meilleurs connaisseurs de l’histoire de l’Anjou. La collection privée de manuscrits, médailles, peintures et pièces archéologiques qu’il constitue dès la fin de la Révolution rassemble nombre des sources les plus importantes de l’histoire de l’Anjou. Du cartulaire de l’abbaye Saint-Aubin à l’histoire de l’Anjou de Barthélémy Roger en passant par les notes et mémoires de Joseph Grandet, de Brossier et de Thorode, de Jacques Rangeard ou de Merlet de la Boulaye, ou les histoires monumentales de Bruneau de Tartifume et de Ballain, il est parvenu à réunir les principales histoires de l’Anjou manuscrites et inédites des érudits des XVIIe et XVIIIe siècle passées jusqu’alors de mains en mains14. Quoiqu’il n’ait pu obtenir du naturaliste manceau Maulny les tomes VI et VIII des mémoires de Jean Louvet, on lui doit la réunion des six autres volumes d’au moins trois provenances différentes15. Plus de trois cents de ces volumes furent acquis par la bibliothèque municipale lors de la dispersion de la collection au cours d’une impressionnante vente aux enchères en avril et mai 1851 tandis que les Archives départementales acquéraient plus de six cents cartons de titres de familles originaux intégrés dans la série E16. Malgré sa très grande et précoce réputation, ce trésor resta bien gardé jusqu’à sa mise en vente. En effet, malade et sans doute velléitaire, plus friand d’anecdote que de synthèse, Toussaint Grille n’écrivait que peu, publiait moins encore, et de surcroît n’accordait qu’avec parcimonie l’accès à ses collections. Seul le jeune Paul Marchegay obtient véritablement la confiance du savant pour consulter largement ses ouvrages17. Mais pour réaliser le catalogue des manuscrits d’Angers, plus qu’à ces livres, plus qu’à ces sources directes de l’histoire de l’Anjou, qu’il espère un jour voir légués à la ville et à sa bibliothèque, François Grille aspire aux anecdotes et aux notes collectées par son oncle dans les centaines de portefeuilles qui inspireront et conforteront plus tard Célestin Port dans son projet de Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire18.

  • 19 T. Grille, Correspondance de mon neveu François Grille : témoignages rendus par lui en faveur des (...)
  • 20 Ibid., lettre du 26 septembre 1841.
  • 21 F. Grille avoue nettement cette préférence pour « l’histoire décousue comme je la puis faire, comm (...)
  • 22 Ibid., lettres du 18 et 19 octobre 1841.

8La correspondance conservée entre l’oncle et le neveu à l’automne 1841 témoigne bien de la répartition du travail pour la réalisation du catalogue des manuscrits19. En septembre 1841, François Grille annonce avoir enfin dressé la liste classée des manuscrits que lui réclame le ministre mais il ne veut pas se contenter de cela : « Cette liste suffit comme inventaire, comme indication, mais il faudrait à présent un travail de recherches, de comparaison, de science enfin. » Il veut faire de ce catalogue « un ouvrage curieux que je rendrais piquant, tant que je pourrais, en m’aidant de vos conseils et de vos lumières20 ». De fait, le déséquilibre des notices et les constantes digressions rappellent singulièrement l’incroyable désordre qui règne dans les recueils de pensées détachées que François Grille publie ces annéeslà sous les titres évocateurs de Bouquet de violettes (1840), Fagot d’épines (1843), Pêle-mêle philosophique (1850), Le bric-à-brac (1853), Miettes littéraires, biographiques et morales (1853)21. Si la forme est de François, il faut attribuer le fond des observations scientifiques à Toussaint. François le reconnaît lui-même dans deux lettres du 18 et du 19 octobre 1841 par lesquelles il achève de vaincre un mois de résistance de son oncle : « D’après quelques paroles de Leclerc, il semblerait qu’une de vos craintes serait que je cherchasse à m’emparer de votre travail pour le faire passer comme étant le mien et à m’en attribuer la gloire. » Et de conclure : « toute l’érudition vous sera attribuée et […] je n’interviendrai que pour la copie22 ». Dès lors, Toussaint accepte de transmettre pour partie ses notes à François et de lui dicter ses analyses dans des séances quotidiennes de travail commun, entre midi et trois heures, que l’oncle et le neveu adoptent en 1842.

  • 23 Angers, Bibl. mun., rés. ms. 2190, fol. 4-9. Ce manuscrit portait la cote 4 dans le catalogue de 1 (...)
  • 24 Angers, Bibl. mun., rés. mss. 1893-1894 (précédés de notes linguistiques diverses de Toussaint et (...)

9La notice du manuscrit de la Cité de Dieu dans la traduction de Raoul de Presles qu’on pense aujourd’hui provenir de la bibliothèque de Charles V au Louvre puis de Jean de Berry est emblématique de cette collaboration23. Près de dix pages apportent au milieu de légitimes observations codicologiques ou iconographiques, des considérations inattendues dans ce type d’ouvrage. La première surprise est de voir présentée l’importance de saint Augustin par une référence à l’éloge funèbre de Monseigneur Paysant prononcé en 1842, « il y a peu de jours », par l’abbé Gourdon, curé de la cathédrale. Les incipit et explicit sont cités conformément aux recommandations du ministère mais d’autres passages ou mots retiennent l’attention et donnent lieu à de curieuses dissertations. La copie d’un long extrait visant à montrer tout à la fois la ressemblance et les variantes du manuscrit d’Angers avec le manuscrit français 712 de la bibliothèque royale, donnent lieu de s’arrêter sur le mot « begaux » croisé dans les commentaires de Raoul de Presles. Begaux (ou bigot) retient l’attention des Grille en raison de la survivance populaire de ce terme en Anjou. On reconnaît ici les préoccupations de Toussaint qui s’était constitué un Vocabulaire des termes et idiotismes employés par le peuple et les personnes qui ne savent pas parler dans le département de Mayne et Loire, véritable embryon d’un dictionnaire de patois angevin24. Comme au sujet de saint René, un véritable état de la question est dressé, abordant sur ce mot jusqu’aux toutes récentes positions de Mlle Vauvilliers dans sa biographie de Blanche de Castille parue en 1841 et aux dernières découvertes inédites de Marchegay aux archives de la préfecture.

  • 25 F. Grille, Lettres, mémoires et documents publiés avec des notes sur la formation, le personnel, l (...)
  • 26 F. Grille, La Vendée en 1793, 3 vol., Paris, Chamerot, 1851-1852.

10Au-delà de ce travail d’inventaire, François Grille entreprend dès 1838 d’écrire l’histoire du 1er bataillon des Volontaires de Maine-et-Loire pendant la Révolution25. Ce travail interrompu en 1840, repris à partir de 1847, ne paraît en quatre forts volumes qu’après sa démission de la bibliothèque municipale et son départ d’Angers. Dans sa retraite, François Grille poursuit son projet d’histoire militaire de l’Anjou à travers les trois tomes de sa Vendée en 179326. Ce sont, au soir de sa vie, les plus volumineuses publications de François Grille. Dans ces livres comme dans les quelques autres écrits historiques plus modestes qu’il publie dans l’intervalle apparaissent clairement une méthode et un dessein.

11La méthode semble sûre : plus d’une fois, il proclame de véritables actes de foi dans le retour aux sources qui témoignent de son adhésion aux principes fondateurs de l’École des chartes.

  • 27 F. Grille, Rapport à la Société industrielle de Maine-et-Loire sur la notice de Paul Marchegay rel (...)

« Il n’y a qu’une voie saine et directe, c’est consulter les documens écrits […] ne pas s’en fier légèrement aux copies, […] éviter les fausses lueurs de la légende, de revenir au principe et aux textes, d’y fouiller avec le génie de l’impartialité et de l’analyse, de peser froidement son opinion et par ainsi d’asseoir ses argumens sur des bases inébranlables27. »

  • 28 Angers, Arch. mun., 56 J, lettre à Eugène Talbot, 7 mars 1846. Un an plus tôt, il lui écrivait : « (...)
  • 29 « Où vous moissonnez, je glane », adresse à P. Marchegay dans F. Grille, Lettres à MM. Quérard et (...)
  • 30 Lettres de madame de Longueville (Angers, Bibl. mun., rés. ms. 1313). F. Grille, Lettres inédites (...)
  • 31 F. Grille, Lettres à MM. Quérard et Marchegay…, op. cit., p. 1. Quoiqu’en dise F. Grille dans sa l (...)

12Pour encourager Eugène Talbot à persévérer en 1846 dans sa bataille contre la réédition corrigée des Recherches historiques sur l’Anjou de Jean-François Bodin par Godet, il l’exhorte à « puiser à toutes nos sources […] avec lesquels vous pouvez si bien former des torrens et des fleuves qui inondent, entraînent et renversent tous les barrages et toutes les digues28 ». Par glanes, plus que par grandes moissons ordonnées29, il édite nombre de ces sources pendant ses années angevines. Publiant quinze lettres inédites de madame de Longueville découvertes dans un manuscrit de la bibliothèque d’Angers, il fait un travail très exact d’édition et de collation pour compléter les éditions de copies fragmentaires données par Victor Cousin30. Lors de sa découverte fortuite en 1845 du texte original de l’Assemblée et arrêté des mères, sœurs, épouses et amantes des jeunes citoyens de la ville d’Angers, réjouissant canular de la bazoche d’Angers daté de février 1789 qui avait abusé plus d’un historien de la Révolution, il écrit à Paul Marchegay et au célèbre bibliographe Joseph Quérard qu’il « regrettai(t) qu’on n’allât pas aux sources, qu’on délayât trop le récit […] et qu’on ne nous donnât pas tout simplement, avec des remarques, ces documents, ces chartes, ces diplômes qui sont la base de toutes les vérités, les seuls témoins qu’on puisse interroger31 ».

  • 32 Angers, Bibl. mun., rés. ms. 1058. Toussaint Grille avait acheté le manuscrit à la mort de Merlet (...)
  • 33 F. Grille, L’émigration angevine, Angers, Cosnier et Lachèse, 1840, p. 2.

13Il semble donner en août 1840 un témoignage important de cette rigueur et de cette impartialité. Connaissant ses projets, son oncle Toussaint Grille venait de lui offrir un manuscrit sur L’émigration angevine acquis de son parent Gabriel Merlet de la Boulaye32. Entreprenant de le publier, François Grille écrit en préface : « Je ne vois jamais, quand j’ai un manuscrit à ma disposition, rien de mieux à faire que de l’imprimer33. » Quoiqu’affichant dès la première page son attachement « à la cocarde de 89 » et au « drapeau tricolore », il reconnaît que « parler d’émigration, c’est toucher une corde sensible ». Aussi y met-il, de son propre aveu, de la prudence. En note conclusive, il s’avoue « rien moins que touché de ce courage qui éclate dans les rangs de l’ennemi ». Mais en réalité, il n’hésite pas à corriger et à compléter le texte original. Quelques-uns de ces ajouts, édités dans des paragraphes à part, entre parenthèses, sont explicites, mais d’autres, innombrables, ne se découvrent qu’en collationnant l’imprimé au manuscrit original. Curieusement, toutes ces modifications exaltent la bravoure des émigrés : « Ils firent merveille dans toutes les occasions et, comme par miracles, aucun ne fut tué », « Ils étaient pillards en diable, mais ils se battaient bien et se sont tous fait tuer à l’avant-garde », « Classer les hommes, les employer à propos, puis les reposer, leur donner les moyens de se refaire, c’est la marque d’un capitaine qui ne sait pas seulement se battre, mais gouverner » sont autant de phrases entièrement de son crû. Simples transports épiques ou espoir déguisé de se faire ainsi ouvrir des archives de familles d’émigrés ? On voit poindre ici les défauts de méthode qui lui vaudront les soupçons de manipulations formulés à partir de 1848 contre ces grands ouvrages sur les Volontaires et sur la Vendée en 1793.

  • 34 Large aperçu dans « François Grille est-il un historien ? », art. cit. Une lettre de Marchegay à F (...)
  • 35 F. Grille, Lettres, mémoires et documents publiés avec des notes sur la formation, le personnel, l (...)

14Ces sept épais volumes se présentent comme une suite d’éditions de lettres, de rapports et de délibérations d’acteurs et de témoins des événements. Et pourtant l’authenticité de nombre de ces sources a été mise en doute et les falsifications ont été abondamment démontrées34. Célestin Port lui-même ne pouvait le cacher dans son dictionnaire malgré sa complicité politique et son estime pour François Grille. Mais pour ce dernier, la recherche des sources authentiques n’exclut pas un patriotisme militant dans l’écriture de l’histoire : « J’écris de passion et n’en fais pas mystère35. » Le dessein fausse alors la méthode.

  • 36 D’après Grille, Marchegay lui aurait écrit : « Je vais modifier ma notice d’après vos observations (...)
  • 37 « Un jour j’ai fait un rapport sur un travail de Marchegay. Il y était question de moines et je di (...)
  • 38 Angers, Arch. mun., 56 J : les lettres de F. Grille à Talbot entre 1845 et 1847 sont du plus haut (...)

15Une illustration de l’articulation biaisée de la méthode avec les objectifs du militant républicain et anticlérical est offerte par le rapport inédit donné par François Grille devant la Société industrielle d’Angers le 10 mars 1842 pour faire voter la publication des recherches de Marchegay sur un jugement de Dieu à l’eau bouillante sous le comte Geoffroy le Barbu. Ce compte-rendu est comme une cassure dans l’œuvre historique naissante de Grille. Après dix pages d’éloges de la présentation rigoureuse et impartiale des sources par Marchegay, il se lance dans douze pages d’un très violent réquisitoire contre le monachisme. Malgré des tentatives d’apaisement par Leclerc-Guillory, Grille s’interdit de revenir sur son texte que la Société industrielle refuse de publier en l’état. La réaction de Marchegay illustre les tensions très fortes qui existent alors chez les historiens angevins entre le souci d’une histoire scientifiquement rigoureuse et l’ardeur à défendre et justifier par l’histoire ses convictions politiques36. Si Marchegay se réjouissait de trouver en Grille une seconde main capable de prolonger sa pensée sans compromettre sa réputation savante, François Grille ne pouvait espérer de même. Le refus de la Société industrielle de publier son rapport l’affecta profondément. Il avouera plus tard à Eugène Talbot qu’il cessa dès lors d’écrire pour le public angevin37. Désormais, ses travaux historiques consistaient à fournir des références bibliographiques, à orienter et à suggérer des recherches à quelques proches amis, particulièrement à Talbot qu’il aide très activement en sous-main pendant le débat sur la réédition de l’œuvre de Bodin38.

  • 39 Cf. ses échanges avec Guitet, vétéran des Volontaires dont il récupère le journal de route (Angers (...)
  • 40 F. Grille (sous le pseudonyme de Malvoisine), Le Siège d’Angers, Angers, V. Pavie, 1841, p. 59.
  • 41 F. Grille, La Vendée en 1793, op. cit., t.  III, p. 11.

16Ceci explique qu’il ait attendu sa démission de la bibliothèque d’Angers en 1848 pour mettre sous presse ses travaux sur l’histoire militaire de l’Anjou sous la Révolution. Mais voulant faire œuvre de patriote contre ceux qui disputent sans fin sur la mémoire de Beaurepaire, contre Barante et d’autres historiens, faisant même de sa Vendée en 1793 un testament pour lui-même et pour tous les vétérans dont il a recueilli les témoignages oraux ou les archives39, il se lance dans une véritable réécriture des sources en les recomposant selon un mode original, quoiqu’éminemment contestable, d’écriture de l’histoire. Ne plaçant que dans les sources et dans leur édition, et non dans le commentaire ou la démonstration de l’historien, la force de conviction et d’exemplarité de l’histoire, il se permet d’adapter les sources et d’y fondre sa pensée. Pour lui, rien n’est faux ; il ne fait que gommer la distinction entre la source écrite authentique, le témoignage oral qu’il s’attache à collecter, le souvenir de l’acteur de l’histoire, l’émotion de l’éditeur des sources et le commentaire de l’historien. Le principe est comme revendiqué dans le titre d’un aparté « Observations sur une forme nouvelle de rédaction » qu’il glisse au milieu de son Siège d’Angers : « Ce que j’ambitionne, ce n’est pas le stérile honneur de mettre des faits les uns au bout des autres […]. Ils me touchent vivement et j’entre fort avant dans la terre que je remue40. » Reniant dans les faits les principes qu’il proclame, son élan le pousse à un véritable suicide critique lorsque, s’opposant à l’œuvre de Jacques Crétineau-Joly, il lui reproche d’éditer des sources : « Il est commode de citer des mémoires manuscrits ; il n’y a point là de vérifications gênantes à redouter41 » !

17Conservateur de bibliothèque, François Grille s’était rêvé en magistrat impartial. Historien, il refusait d’équilibrer ces aspirations entre militantisme et révérence envers les sources. Dans une lettre à son fidèle Eugène Talbot, il résume le paradoxe de son travail sur les sources de l’histoire de l’Anjou :

  • 42 Angers, Arch. mun., 56 J, lettre à Eugène Talbot, 15 mars 1845.

« Je suis actif et assidu, prêt à seconder les défenseurs de la raison et de nos lois dans leurs efforts, mais destiné par une singularité du sort à fournir des armes au mensonge même. Une bibliothèque a de tout un peu, du faux, du vrai, du clair et de l’absurde. […] Voilà un métier bizarre que je fais. Je ressemble au coutelier qui vend des couteaux de cuisine et des poignards. […] Ne nommez et ne vantez jamais le bibliothécaire qui est ici à tous et pour tous. C’est une espèce de magistrat qui se tient ferme et impartial entre les partis. Ailleurs se montre l’homme ; et vous savez qu’alors il ne manque pas à ses convictions et à ses devoirs42. »

Notes

1 « François Grille est-il un historien ? », L’Anjou historique, t.  XLIV, avril 1944, p. 55-57. La sentence qui conclut l’article est empruntée à Arsène Launay : A. Launay, Correspondance et papiers de Benaben, Paris, 1886, p. 97. Les deux biographes récents de F. Grille n’abordent que très marginalement son œuvre historique : C. Gohier, François Grille ou la passion du service public, mémoire de maîtrise d’histoire, Angers, université d’Angers, 1992, p 100-104 et P. Adamy, La vie et les griffonnages de François Grille : 1782-1853, histoire et bibliographie, Bassac, Plein Chant, 2010, passim.

2 Angers, Arch. mun., 56 J, fonds Guillory aîné (acquis en 2010), lettre de F. Grille à Eugène Talbot, 9 novembre 1851.

3 F. Grille, La Vendée en 1793, Paris, t.  II, 1852, p. 185-191.

4 Sur les étapes de la carrière de Grille au ministère de l’Intérieur, voir P. Adamy, op. cit., p. 40-70. Pour son éviction en 1830, cf. F. Grille, Manque de foi de Monsieur Guizot, ministre à l’Intérieur, août 1830 (Angers, Bibl. mun., rés. ms. 1577) ; Id., Notes autobiographiques (Angers, Bibl. mun., rés. ms. 1291) ; P. Adamy, op. cit., p. 60-64 et C. Gohier, op. cit., p. 21-23.

5 Cité dans M. Saché, « La bibliothèque d’Angers, ses origines et son développement : les Grille », La Province d’Anjou, t.  LI, 1935, p. 141-157, spéc. p. 147. Sur l’organisation des voyages, voir la préparation de celui de Nodier en 1818 dans P. Adamy, op. cit., p. 50-52 et celui du peintre Isidore Dagnan en 1828 dans M.-É. Gautier, « Les archives de François Grille, sources oubliées pour l’histoire des arts sous la Restauration et la monarchie de Juillet », in C. Girault-Labalte (dir.), Artistes en mouvement : la scène culturelle des années 1830. Colloque de l’Université catholique de l’Ouest des 28 et 29 novembre 2008, Rennes, PUR, à paraître en 2012.

6 Les lettres du baron de Wismes, préfet de Maine-et-Loire, à Toussaint Grille de juin 1819 à juin 1820 évoquent une répartition concertée du travail entre Jean-François Bodin et Toussaint Grille pour répondre à l’enquête sur la recherche des antiquités et monuments de la France : Grille était chargé de la partie de l’arrondissement d’Angers qui est sur la rive droite de la Loire et de l’arrondissement de Segré, tandis que la rive gauche de la Loire et l’arrondissement de Baugé revenaient à Bodin. Cependant, Toussaint Grille ne parvint pas à achever son travail. Invoquant très tôt à sa décharge de pénibles ophtalmies, son écriture révèle aussi dès cette époque un très fort tremblement. Dans la lettre au maire d’Angers du 18 novembre 1837 où il fait valoir ses droits à la retraite, il mentionne « le tremblement manuel qui m’affecte, une santé débile, une vue fatiguée, de la goutte » (Angers, Bibl. mun., archives de Toussaint Grille).

7 Brouillon de la lettre dans Angers, Bibl. mun., liasses des archives de François Grille non inventoriées.

8 P. Adamy, op. cit., p. 48 et Y.-M. Bercé, « Aux origines de l’École des chartes, le baron de Gérando », L’École nationale des chartes, histoire de l’École depuis 1821, Paris, Gérard Klopp, 1997, p. 20-25.

9 F. Grille et V.-D. de Musset-Pathay, Suite au Mémorial de Sainte-Hélène, ou observations critiques, anecdotes inédites pour servir de supplément et de correctif à cet ouvrage, 2 vol., Paris, Raynal et Roret, 1824.

10 Bibliographie chronologique partielle des œuvres de François Grille dans P. Adamy, op. cit., p. 143-158.

11 F. Grille, Catalogue des manuscrits de la bibliothèque d’Angers, t.  I : Théologie, Jurisprudence, Sciences et arts, Angers, 1843 (Angers, Bibl. mun., rés. ms. 2190) ; t.  II : Belles-Lettres, Histoire, Angers, 1844 (Angers, Bibl. mun., rés. ms. 2191). Ce catalogue resté inédit manifeste l’ampleur du travail accompli depuis les premières notes préparatoires rassemblées dès 1838 (Angers, Bibl. mun., rés. ms. 2189). Il contient de nombreuses dissertations sur les manuscrits, sur leur texte, sur leur provenance, sur leur reliure, etc. non reprises dans les catalogues des manuscrits d’Angers publiés par Albert Lemarchand en 1863 et Auguste Molinier en 1898. Ces derniers ayant largement modifié le classement et le système de cote établi par François Grille, notamment pour y intégrer les manuscrits acquis en 1851 lors de la vente des collections de Toussaint Grille, l’identification des manuscrits n’y est pas toujours aisée (une table de concordance est en cours d’établissement). Sa consultation n’en reste pas moins utile et instructive.

12 Angers, Bibl. mun., rés. ms. 2190, fol. 76vo-77vo.

13 Sur Toussaint Grille, il convient de se reporter à C. Giraud-Labalte, Les Angevins et leurs monuments, 1800-1840, Angers, Société des études angevines, 1996, spéc. p. 135-141.

14 Archives des achats faits par Toussaint Grille pour ses collections privées : Angers, Bibl. mun., rés. ms. 1869.

15 Angers, Bibl. mun., rés. ms. 981-986. Reliures et ex-libris manuscrits ou armoriés témoignent de la rapide dispersion des volumes de Louvet.

16 Catalogue des collections de feu M. Toussaint Grille d’Angers, antiquités, curiosités, objets d’art, sacellum romain en argent, 9 000 médailles, belle et nombreuse bibliothèque, manuscrits, archives et autographes. Angers, 1851. Plusieurs catalogues annotés des montants ou des noms des adjudicataires sont conservés dans les différentes collections publiques angevines.

17 P. Marchegay, Archives d’Anjou. Recueil de documents et mémoires inédits sur cette province, Angers, 1843, p. 193-194, 231 et id., Le jugement de Dieu par l’eau bouillante, manuscrit, Angers, 1843 (Angers, Bibl. mun., rés. ms. 858, p. 9, 10 et 25 citant l’obituaire de Saint-Serge et les annales de Saint-Aubin alors aux mains de Toussaint Grille).

18 C. Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, Angers, t.  II, 1876, p. 306, col. a. Ces portefeuilles de Toussaint Grille classés en articles d’histoire topographiques et biographiques sont conservés à la bibliothèque municipale d’Angers sous les cotes rés. mss. 1679-1814 principalement. S’ils furent incapables de mener aucun dictionnaire biographique à bien, Toussaint et François Grille partageaient la même fascination pour les grandes entreprises du début du XIXe siècle. Sur les projets et les contributions de François Grille à ces dictionnaires biographiques, cf. P. Adamy, op. cit., p. 92-102 dont la vision pourrait être largement amplifiée par la comparaison des notes biographiques de François Grille conservées à la bibliothèque municipale d’Angers (rés. mss. 1284-1291) avec différentes notices de dictionnaires biographiques parus sous la Restauration.

19 T. Grille, Correspondance de mon neveu François Grille : témoignages rendus par lui en faveur des travaux et de la gestion de son oncle (Angers, Bibl. mun., rés. ms. 2192).

20 Ibid., lettre du 26 septembre 1841.

21 F. Grille avoue nettement cette préférence pour « l’histoire décousue comme je la puis faire, comme j’aime qu’on la fasse. Je hais le guindé, le compassé, le didactique. Je ne me plais qu’aux épistolaires, aux brocheurs de mémoires, aux faiseurs d’anecdotes » (cité par C. Gohier, op. cit., p. 101).

22 Ibid., lettres du 18 et 19 octobre 1841.

23 Angers, Bibl. mun., rés. ms. 2190, fol. 4-9. Ce manuscrit portait la cote 4 dans le catalogue de 1843, aujourd’hui la cote ms. 162 (depuis le catalogue de Molinier).

24 Angers, Bibl. mun., rés. mss. 1893-1894 (précédés de notes linguistiques diverses de Toussaint et de François Grille sous les cotes mss. 1891-1892). Ce Vocabulaire… a été attribué à tort à François Grille par Molinier. Quoique peut-être parfois enrichies par François Grille, les fiches sont dans leur très grande majorité de la main de Toussaint Grille, dont le tremblement croissant est particulièrement reconnaissable. Célestin Port ne connaissait cet embryon de dictionnaire que de réputation, pour ses relevés de notes de Deville, Chasteau, Rangeard et Papin (C. Port, op. cit., t.  II, 1876, p. 306, col. a.). François Grille n’était toutefois pas indifférent à ces questions de langue mais avec une profonde répugnance pour toute forme de patois : « Une chose m’afflige au Mans et à Laval où j’ai fait une excursion : c’est l’accent prononcé de cette langue qui n’est presque plus française. C’est au cœur de la république qu’on estropie aussi cruellement le bel idiome […] de Voltaire et de Mirabeau. […] Eh bien ! le premier besoin de la civilisation réelle et nouvelle c’est d’avoir une loi commune, une langue universelle » (Angers, Arch. mun., 56 J, lettre à Eugène Talbot, 9 novembre 1851).

25 F. Grille, Lettres, mémoires et documents publiés avec des notes sur la formation, le personnel, l’esprit du premier bataillon des volontaires de Maine-et-Loire, et sa marche à travers les crises de la révolution française, 4 vol., Paris, Pagnerre puis Amyot, 1848-1850.

26 F. Grille, La Vendée en 1793, 3 vol., Paris, Chamerot, 1851-1852.

27 F. Grille, Rapport à la Société industrielle de Maine-et-Loire sur la notice de Paul Marchegay relative au jugement de Dieu par l’eau bouillante, 1842 (Angers, Bibl. mun., rés. ms. 859, fol. 2).

28 Angers, Arch. mun., 56 J, lettre à Eugène Talbot, 7 mars 1846. Un an plus tôt, il lui écrivait : « Le malheur d’Angers jusqu’ici a été de ne rien dire et écrire qu’à demi, de ne rien comparer, rien vérifier, de parler à des crédules, à des convertis et de faire de l’histoire comme d’un sermon où tout le monde adhère et applaudit, même ceux qui dorment. Il est temps de sortir de cette voie fausse et de ne publier que ce qui est appuyé sur des témoignages irrécusables » (Angers, Arch. mun., 56 J, lettre à Eugène Talbot, 16 mars 1845). Cf. sur ce débat la contribution de Jean-Luc Marais dans le présent volume.

29 « Où vous moissonnez, je glane », adresse à P. Marchegay dans F. Grille, Lettres à MM. Quérard et Marchegay sur la manière d’écrire l’histoire en ce temps-ci, à propos d’un arrêté qu’on attribue aux dames angevines, Angers, Cosnier et Lachèse, Paris, Techener, 1845, p. 6.

30 Lettres de madame de Longueville (Angers, Bibl. mun., rés. ms. 1313). F. Grille, Lettres inédites de Mme de Longueville, publiées avec des notes, Angers, V. Pavie, Paris, Techener, 1844. Grille reçut pour cet ouvrage les compliments de Chateaubriand (lettre du 9 juin 1844 conservée à Angers, Bibl. mun., rés. ms. 618, dossier Chateaubriand).

31 F. Grille, Lettres à MM. Quérard et Marchegay…, op. cit., p. 1. Quoiqu’en dise F. Grille dans sa longue dédicace manuscrite à Blordier-Langlois (exemplaire dédicacé, Angers, Bibl. mun., rés. H 2068), cette plaquette illustre aussi tout le mordant et le venin de son auteur. Cf. à ce sujet la contribution de Sylvain Bertoldi dans le présent ouvrage.

32 Angers, Bibl. mun., rés. ms. 1058. Toussaint Grille avait acheté le manuscrit à la mort de Merlet et l’avait prêté au préfet Gauja en 1833. Cf. aussi P. Adamy, op. cit., p. 34-35.

33 F. Grille, L’émigration angevine, Angers, Cosnier et Lachèse, 1840, p. 2.

34 Large aperçu dans « François Grille est-il un historien ? », art. cit. Une lettre de Marchegay à F. Grille du 8 novembre 1851 illustre déjà l’étendue du soupçon (Angers, Bibl. mun., rés. ms. 614).

35 F. Grille, Lettres, mémoires et documents publiés avec des notes sur la formation, le personnel, l’esprit du premier bataillon des volontaires, op. cit., t.  I, p. 1.

36 D’après Grille, Marchegay lui aurait écrit : « Je vais modifier ma notice d’après vos observations, et je vous prie, de grâce que votre travail soit imprimé à la suite du mien. J’y mets le plus haut prix, j’en approuve les principes, j’en adopte toutes les conséquences » (Angers, Bibl. mun., rés. ms. 859, fol. 22).

37 « Un jour j’ai fait un rapport sur un travail de Marchegay. Il y était question de moines et je disais alors des choses qui se sont vérifiées depuis. Cependant votre beau-père (qui m’aime) [Leclerc-Guillory] ne voulut pas admettre mes vérités utiles dans son bulletin. Il préfère y parler de choux et de carottes. Depuis ce temps, j’ai cessé de penser à des publications à Angers » (Angers, Arch. mun., 56 J, lettre à Eugène Talbot, 20 mars 1845). C’est sous le pseudonyme d’Hélyon de Champ-Charles qu’il déroge à sa règle pour les Pièces inédites sur la guerre civile de l’ouest, Paris, Charavay, 1847.

38 Angers, Arch. mun., 56 J : les lettres de F. Grille à Talbot entre 1845 et 1847 sont du plus haut intérêt sur ce point.

39 Cf. ses échanges avec Guitet, vétéran des Volontaires dont il récupère le journal de route (Angers, Bibl. mun., rés. ms. 623).

40 F. Grille (sous le pseudonyme de Malvoisine), Le Siège d’Angers, Angers, V. Pavie, 1841, p. 59.

41 F. Grille, La Vendée en 1793, op. cit., t.  III, p. 11.

42 Angers, Arch. mun., 56 J, lettre à Eugène Talbot, 15 mars 1845.

Auteur

Ancien élève de l’École des chartes, est depuis 2006 conservateur des collections patrimoniales de la bibliothèque municipale d’Angers. Médiéviste, par sa thèse sur les premiers ducs de Bourbon, il a déjà abordé l’historiographie angevine à travers les premières généalogies des comtes d’Anjou dressées au XIe siècle, en organisant l’exposition des livres du roi René au château d’Angers (à l’occasion de laquelle il a dirigé le volume Splendeur de l’enluminure, Le Roi René et les livres, 2009). Mais la richesse des collections de la bibliothèque d’Angers l’amène aussi à travailler sur les milieux culturels et artistiques angevins du XIXe siècle.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search