Version classiqueVersion mobile

Historiens de l'Anjou

 | 
Jean-Luc Marais

Jean-François Bodin (1766-1829), fils des Lumières

Jean-Luc Marais

Texte intégral

  • 1 Projet de l’histoire d’Anjou proposé au public, imprimé, 1689.
  • 2 Discours historique et critique sur les écrivains de l’histoire d’Anjou, Bibl. mun., ms. 971 (853), (...)
  • 3 Par Barthélémy Roger, Touraille, Claude Ménard, Jacques Rangeard.

1Les ouvrages de Jean-François Bodin, publiés entre 1812 et 1847, sont les premiers à aborder l’histoire de l’Anjou dans son ensemble depuis les Antiquités de l’Anjou de Jean Hiret (1618). Après Hiret, deux projets avaient été lancés (par Pétrineau des Noulis en 16891, par Pierre Rangeard, vers 17242), mais n’avaient pas abouti ; des histoires étaient restées manus3, mais ces manuscrits avaient circulé. De plus, depuis le XVIIe siècle, l’érudition angevine avait été fort active, et de nombreux textes anciens publiés, des documents découverts. Bodin se situe à l’aval de ce mouvement de recherches et de publications de sources, le premier à les utiliser dans un texte synthétique et édité.

Sa carrière et ses livres

  • 4 La meilleure biographie de Bodin reste celle de Célestin Port, dans le tome I de la première éditi (...)
  • 5 Selon C. Port. Son fils le qualifie cependant d’architecte.
  • 6 E. Jarry, « Bodin politique », Société des lettres, sciences et arts du Saumurois, octobre 1930, p (...)

2Jean-François Bodin4 (1766-1829), fils d’un entrepreneur en bâtiment5 ; né à Angers, mais a passé son enfance à Beaupréau où son père travaillait à la construction du collège. Dessinateur il a reçu une certaine formation en architecture (son œuvre, illustrée de dessins et de plans témoigne de cette double formation), et participe à la décoration de la chapelle du collège. Les événements de la Révolution bouleversent sa vie : il est administrateur du district de Saint-Florent (dont dépend Beaupréau) en 1792, suit un temps l’Armée du nord de la Loire comme payeur, mais après avoir été arrêté par les Vendéens, s’éloigne du terrain des opérations par son mariage à Baugé en 1794, et sa nomination comme receveur particulier de Saumur en 1796 (jusqu’en 1817). Conseiller municipal nommé de Saumur en 1803, il est élu comme député de cette ville à la Chambre en 1820, et siège jusqu’en 18246.

  • 7 Arch. dép. de Maine-et-Loire, 83 T 1.
  • 8 Réédité en 1984.
  • 9 Selon le dossier de demande d’autorisation (série T).
  • 10 C. Giraud-Labalte, Les Angevins et leurs monuments (1800-1840), Angers, Société des études Angevin (...)
  • 11 Ouvrages réédités sous forme de reprint en 2003. Par la suite, nous désignerons en note ces ouvrag (...)
  • 12 Recherches historiques sur l’Anjou et ses monuments. Angers et le Bas Anjou, Degouy, 1821, p. xix.

3À la suite du décès de son épouse en 1799, Bodin se tourne vers des recherches historiques. « C’est, écrit-il, l’ouvrage d’un convalescent qui voyage dans son arrondissement par ordre de médecin, et qui, pour se distraire de ses maux, s’occupe en chemin des objets qu’il rencontre et qui peuvent offrir quelque intérêt sous le rapport de l’art et de l’histoire7. » En contact avec Normand, ingénieur des Ponts et Chaussées qui aménage alors Fontevraud en pénitencier, il visite ce monument. Le 20 octobre 1809, il envoie une lettre à l’Académie celtique, publiée dans le tome V des Mémoires de cette société, en 1810, comme adressée par un « membre non-résident ». La lettre décrit l’abbaye, en s’attachant à la Tour d’Evraud, et aux tombes des Plantagenêts. C’est là l’origine de son premier ouvrage, assez mince : Recherches historiques sur quelques monuments anciens et modernes de l’arrondissement de Saumur, 1810, Degouy, 79 pages8, tiré à 300 exemplaires9. On ne reviendra pas sur son œuvre d’archéologue, bien connue depuis la thèse de Claire Giraud-Labalte10. Sans doute encouragé par ce premier écho donné à son travail, il élargit sa recherche à l’ensemble de l’arrondissement de Saumur, dans deux volumes publiés en 1812 et 1814 : Recherches historiques sur la ville de Saumur, ses monuments et ceux de son arrondissement, chez Degouy, à Saumur, 445 et 513 pages11, deux volumes accompagnés de plans et dessins. Dès lors, il se place sur le terrain de l’histoire. Alors qu’au XVIIIe siècle une certaine professionnalisation de l’histoire se mettait en place dans le milieu des érudits éditeurs de sources et des rédacteurs de synthèses savantes, Bodin arrive à l’histoire un peu par hasard, attiré par sa curiosité de fils d’entrepreneur passionné par les relevés de monuments, et poussé par son engagement politique, où il trouve une clé de lecture de l’histoire. Il va étendre sa recherche à l’ensemble de l’Anjou, gardant la même méthode qui consiste « à lier l’histoire aux monumens et à rattacher les monumens à l’histoire, en confirmant l’une par les autres, en animant ceux-ci par celle-là, et en les éclairant réciproquement12 ».

  • 13 Saumur, 1812, p. 3.
  • 14 Ibid., p. 78.

4Mais que sont ces monuments ? Ceux « des Celtes, les restes de ceux des Romains, les églises, les châteaux, les maisons remarquables par la célébrité des personnes qui les ont habitées, des faits historiques relatifs à cet arrondissement et quelques fois à ceux limitrophes13 ». Il les présentera dans l’ordre chronologique, car l’« échelle chronométrique […] aide à fixer avec ordre, dans la mémoire, les événements qui ont fait élever, ruiner et réparer ces vieux monuments ». Il introduit d’ailleurs, en marge de son texte, des repères chronologiques (le premier est la date de 400, première mention de Saumur dans un texte14). Le rattachement de l’Anjou à la Couronne marque le passage du premier au second volume. Ce parti-pris chronologique subit quelques entorses, lorsque évoquant un personnage, il remonte aux origines de sa famille, et l’histoire de l’université, introduite après le récit des guerres de Religion, le ramène loin en arrière. Le choix du Saumurois subit également des entorses : il descend la Loire jusqu’aux Ponts-de-Cé, et à propos du Roi René, évoque la pittoresque coutume du roi de Carbay (près de Pouancé), et Henri IV le conduit de Saumur à Angers.

  • 15 Le Magasin encyclopédique de 1814, rend compte du tome I. Le Journal des Savants fait un rapide com (...)
  • 16 Dans Saumur, 1814, p. 494, il signale qu’il a « trouvé beaucoup de matériaux qui pourront me servir (...)
  • 17 t. I, 558 p., 1821, t. II, 595 p., 1823, par la suite Angers, 1821, Angers, 1823.

5Le succès des deux ouvrages sur Saumur15 le conduit à s’intéresser à Angers et au Bas-Anjou16, mais surtout à envisager désormais une histoire générale de l’Anjou. Le titre de son nouvel ouvrage (1821) est révélateur, Recherches historiques sur l’Anjou et ses monuments. Angers et le Bas-Anjou17, mais plus encore la longue préface (20 pages), où il s’explique d’abord, assez difficilement, sur l’harmonisation du nouvel ouvrage avec le précédent. Puis il trace un bilan des travaux antérieurs :

« Je vais seulement passer en revue une partie des ouvrages sur l’Anjou, traités sous un point de vue général. Je n’y comprendrai point le fabuleux Bourdigné, qui n’est intéressant que lorsqu’il raconte des événements contemporains ou rapprochés de son temps ; je ne parlerai pas non plus d’Hiret, son sec abréviateur, ni du sommaire généalogique de Duhaillan. »

6Il avance ensuite une explication de l’échec de tous les essais d’histoire de l’Anjou depuis deux siècles, développe d’intéressantes remarques sur l’histoire locale et le public qu’elle peut toucher, pour terminer par des considérations sur les conséquences des transformations politiques récentes. C’est une préface manifeste. Bodin nous en donne discrètement l’explication deux ans plus tard, au milieu de son texte, au tome II, où il introduit un « chapitre xxxvii. Insurrection des districts de Saint-Florent, de Cholet et de Vihiers. Siège d’Angers par les Vendéens ». Ce chapitre ne comporte que deux lignes :

« Je laisse à ceux qui écriront après moi, sur le département de Maine-et-Loire, le soin de faire ce chapitre. La plupart des lecteurs auxquels cet ouvrage s’adresse ayant été témoins des guerres civiles qui ont ravagé ce département pendant les premières années de la révolution [1793], leurs souvenirs suppléeront à mon silence. »

7Vient ensuit une note, fort claire :

« J’ai renoncé à faire ce chapitre, parce que je ne me crois pas assez sûr de mon impartialité […]. Si l’on m’objecte que cette raison ne m’a point empêché de faire la relation du siège de Saumur, je répondrai qu’à l’époque où je l’ai écrite (1813) la France n’était point comme aujourd’hui (1822), divisée par les opinions politiques ; il n’y avait plus de luttes antre l’ancien et le nouveau régime… »

8Cela signifie clairement que la lutte ayant repris au moment où il écrit l’ouvrage sur le Bas-Anjou, il s’engage clairement dans un camp, celui de la Révolution, d’où le ton de la préface.

9Puis commence le livre, qui tout en maintenant les liens entre monuments et histoire, donne une plus large place au récit des grands faits de l’histoire angevine que les volumes consacrés au Haut-Anjou, auxquels des renvois sont faits. Le tome II, paru en 1823, suit beaucoup moins nettement la chronologie. Il aborde longuement l’histoire des guerres de Religion, puis l’histoire de l’université (revenant aux origines). Une série de chapitres centrés sur les diverses parties de la province lui permettent d’évoquer dans le désordre quelques événements historiques et quelques personnages. Bodin peut ainsi aborder le soulèvement vendéen et le passage de Napoléon. En pièces annexes, les biographies angevines sont le pendant des biographies saumuroises du volume précédent. Suivent des tableaux des évêques, des comtes et ducs, maires d’Angers, députés aux états généraux de 1483 à 1789, etc.

  • 18 Pages 752-759.
  • 19 Pages 623-631.
  • 20 C. Giraud-Labalte, op. cit., p. 152.

10L’ouvrage bénéficia d’un long compte-rendu élogieux par Daunou dans le Journal des Savans, en décembre 1821 pour le tome I18. Le compte-rendu du tome II, en octobre 182319, est plus critique sur quelques points (comme l’origine de l’université d’Angers que Bodin repousse trop loin dans le temps, ou les sévères jugements qu’il porte sur Volney), et revient sur le plan trop complexe des quatre volumes. C’est après la publication du troisième volume que Bodin fut élu en décembre 1822 membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Dans sa correspondance, la comtesse de Serrant évoque en 1825 les ouvrages qu’il semble avoir inspirés, « et dont beaucoup vous citent comme autorité20 », et c’est la même année que David fait son buste.

  • 21 Mémoires de la société d’Agriculture, sciences et arts d’Angers, 1831, p. 127.

11Ces quatre volumes qui selon Daunou tiennent « un rang distingué parmi les histoires particulières des provinces françaises », comblant un vide de deux siècles, semblent avoir été appréciés, même s’ils sont aussi l’objet de critiques : Blordier-Langlois, dans ses « Réflexions sur l’histoire et les principaux historiens des différents siècles21 », les juge ainsi :

« Ce sont des essais, et Bodin en fait l’aveu. Ils épargneront des peines aux écrivains à venir. S’il avait vécu plus longtemps, il eût fondu ses deux ouvrages […] ; il eût fait disparaître ses chapitres ; il n’eût plus, comme il fait sans cesse, interrompu ses récits par des digressions d’antiquités. »

  • 22 Annuaire statistique…, Lesourd, p. 35-64.
  • 23 Lettre de V. Pavie à David, 6 mai 1836 (coll. part.).

12Mais le même qui publie en 1832 un Précis historique sur l’Anjou, d’abord dans l’Annuaire statistique de Maine-et-Loire pour l’année 183222, puis en tant que livret indépendant, s’inspire largement de lui, comme le souligne l’éditeur : « On désirait des détails ; l’auteur en a donné qui ne lui ont pas beaucoup coûté, grâce aux recherches de Bodin. » Mérimée, lors de son voyage dans l’ouest de la France en 1834, le cite sans arrêt, pour critiquer ses datations archéologiques. Lorsqu’en 1836 Victor Pavie veut informer Lasteyrie sur les vitraux d’Angers, il « parcourt Bodin23 ». Victor Godard-Faultrier dans la préface de L’Anjou et ses monuments (1839) lui rend hommage : « À lui donc la gloire d’avoir fait naître dans l’Anjou moderne le goût des études locales », tout en le critiquant nettement : « Bodin n’eut qu’un seul tort, celui d’avoir oublié sa mission d’historien pour se faire homme de parti. »

  • 24 Par la suite, Saumur, 1845.
  • 25 Ce qui fait que l’on peut utiliser cette édition facilement disponible.
  • 26 Dans le second volume sur Angers, il se contentera d’une note globale : « Nous avons dit plusieurs (...)
  • 27 Mémoires de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts, 1845, p. 234-244.
  • 28 E. Talbot, magistrat, qui, nous dit C. Port, su garder devant la montée de l’ultramontanisme « cet (...)
  • 29 Bodin affirmait que Robert d’Arbrissel s’imposait cette pénitence particulière, ce que niaient God (...)
  • 30 J.-L. Marais, Le Maine-et-Loire aux XIXe et XXe siècles, Picard, 2009, p. 158-159. Une polémique e (...)
  • 31 Par la suite, Angers, 1846.
  • 32 Célestin Port nie cette conversion, s’appuyant sur le témoignage – très vraisemblable – de Bonnemè (...)

13Cet ouvrage de Godard-Faultrier remplaçant celui de Bodin, on s’étonne de ses prises de position dans l’affaire Godet. Paul Godet, imprimeur saumurois, successeur de Degouy depuis 1839, réédite en 1845, en un seul volume, les Recherches historiques sur la ville de Saumur, 2e édition augmentée par P. G24. Godet, tout en reproduisant le texte intégral de Bodin25, intègre des « corrections » extraites des travaux de Godard-Faultrier, Marchegay, Mérimée : ces longs ajouts sont insérés dans le texte, sous la signature de leurs auteurs, ou sans que rien ne les signale, si ce n’est des guillemets. Pire encore, Godet corrige plusieurs fois Bodin dans ses appréciations politiques ou religieuses, en introduisant ses commentaires dans des notes de bas de page26. La publication du volume sur Saumur a provoqué à Angers une vive polémique, qui commence après que Godard-Faultrier en eût fait le 11 juillet 1845 un compte rendu très élogieux devant la Société d’agriculture, sciences et arts27, approuvant Godet pour ses corrections utiles. Eugène Talbot28 attaque vivement cette réédition et Godard devant la Société industrielle d’Angers, le 25 novembre 1845. Il s’ensuit une série de discours, de réponses, de réfutations, entre Godard et Talbot, six brochures de plus en plus volumineuses, et pour finir un article de Falloux dans le Correspondant (25 octobre 1846). Trois points soulèvent les passions : la « conversion » de Bodin sur son lit de mort, la vie de Robert d’Arbrissel (a-t-il testé sa chasteté en couchant au milieu des femmes ?), et les effets de la révocation de l’édit de Nantes sur la population de Saumur29. Une de ces polémiques à propos de questions historiques comme Angers en connaît d’autres au XIXe siècle30 ! En 1846, Paul Godet publie les Recherches historiques sur la ville d’Angers, ses monuments et ceux du Bas Anjou, 2e édition considérablement augmentée31. Il y insère la réponse de Godard-Faultrier à Talbot, mais pas le texte de celui-ci, et ajoute à la fin un récit de la réconciliation de Bodin avec l’Église sur son lit de mort32.

  • 33 Par la suite, Anjou, 1847, I et II.

14Les héritiers de Bodin décident alors d’imprimer l’édition revue que celui-ci avait préparée. Les deux volumes paraissent en 1847, sous un nouveau titre : Recherches historiques sur l’Anjou, 2e édition, chez Cosnier et Lachèse, 605 et 585 pages33, avec le texte suivant de G. Montalant :

« M. J.-F. Bodin avait légué à son fils une mission sacrée, celle de publier son œuvre de prédilection, le travail constant de ses dernières années, une seconde édition des Recherches Historiques sur l’Anjou, tellement modifiée et refondue, que cette seconde édition devenait un livre nouveau. Une mort prématurée empêcha M. Félix Bodin d’accomplir le vœu de son père. Héritier de ce précieux manuscrit, je me disposais à le faire connaître, lorsque parut à Saumur une réimpression des Recherches sur l’Anjou, commentée et annotée dans un esprit hostile à la mémoire de M. Bodin. J’ai pensé que la meilleure réponse à d’injustes attaques, était la publication immédiate, imprimée avec la plus scrupuleuse exactitude, sans notes, sans commentaires, telle enfin que les écrivit leur consciencieux auteur. »

15Cette introduction prend quelques libertés avec la chronologie. Bodin est mort en 1829, et son fils en 1837. C’est donc bien tardivement que les héritiers réagissent : on peut supposer que la parution du livre de Godard-Faultrier les avait dissuadés de se lancer dans une réédition, mais que la polémique et la manipulation de la mémoire de Bodin les décidèrent.

  • 34 Bibl. mun. d’Angers, ms. 1037.
  • 35 Chapitre xiii de Saumur, 1812 (langage, costumes, armures).
  • 36 Le chapitre xiv de Angers, 1821, où sont évoquées les « formules d’Angers », est intégré dans le c (...)
  • 37 Le chapitre sur la révocation de l’édit de Nantes se termine par l’évocation du dôme des Ardillier (...)

16Bodin en effet avait travaillé à cette réédition. Son fils aussi. Le texte préparé pour l’édition porte un titre nouveau : Histoire d’Anjou par les monuments, proche de celui qu’adoptera Godard-Faultrier. Ce titre ne fut donc pas conservé lors de l’édition de 1847. En 8 tomes, ce manuscrit34 est formé des pages collées des premières éditions, avec des corrections manuscrites, quelques notes de bas de page ajoutées (parfois signées F. B. : Félix Bodin), des paragraphes supprimés. Le plan d’ensemble est réorganisé. La préface du tome I de 1821 disparaît. Les 202 chapitres des quatre volumes sont réorganisés en 190, avec des suppressions35, des déplacements36, des fusions37, et des rapprochements de chapitres parus dans les deux séries, sans cependant que tous les doublons sur les mêmes sujets disparaissent. Les biographies saumuroises et angevines sont dans le manuscrit fusionnées, mais le travail était inachevé. Les listes des hauts fonctionnaires du département ne sont pas mises à jour. Tout ceci semble indiquer que la révision était restée inachevée (dans l’édition de 1847, ces biographies et ces listes ont disparu), et que la réédition a été faite rapidement, sans les illustrations d’origine.

  • 38 Anjou, I, 1847, p. 44.
  • 39 Angers, 1821, p. 6, Anjou, 1847, I, p. 5.

17Quelles sont les modifications introduites par Bodin, ou par son fils, dans le texte ? Le passage du « je » au « nous », ou au « on » est systématique ; tout comme le remplacement des mesures métriques par les anciennes mesures. Dans les premiers chapitres, certaines hypothèses sont supprimées, comme celle sur une inscription trouvée à Angers : le nouveau texte est ainsi formulé : « Le célèbre Visconti et le savant Millin, auxquels je l’ai confié, n’ayant pu l’expliquer, je me contenterai de dire que ce petit monument, qui sera peut-être un jour l’objet de dissertations intéressantes pour les savants, a été déposé au Jardin des Plantes38. » De multiples corrections mineures, comme le remplacement de Bretons par Armoricains, d’Angevins par Andégaves, ou la suppression des fragments de phrase qui faisaient de Dagobert un comte d’Anjou (reprenant Bourdigné). Ailleurs, Bodin revient plutôt aux positions traditionnelles des historiens angevins. Après avoir d’abord écrit, à propos de la parenté des Andes et de Virgile, qu’elle était « très hasardée », dans son texte définitif, il est plus assuré : « Mais, si nous ne pouvons prouver autrement cette honorable parenté, on ne peut non plus la rejeter absolument faute de titre plus authentiques39. » Certains passages disparaissent, les plus romantiques. Ainsi, dans le chapitre ii de la première édition sur le Bas-Anjou, on lisait une « belle page » où était décrite l’assemblée des Andégaves et des druides « préparant en silence des sacrifices humains […]. C’est alors qu’on reconnaît que les monumens celtiques ont aussi leur éloquence ; mais pour qu’on en sente tous les effets, ils ont besoin encore plus que les autres, à cause de leur extrême rusticité, que l’imagination les replace sur leur antique tableau ». Ceci disparaît dans l’édition définitive, comme un passage équivalent sur les druides dans le volume sur le Haut-Anjou. Subsiste une simple allusion aux débats des savants qui pour la plupart pensent que les pierres couvertes sont des autels, et les tombelles des tombeaux. Disparaît aussi la citation de Shakespeare dans l’histoire de Jean sans Terre, tout comme quelques-unes des piques anticléricales de Bodin, comme celle-ci à propos de l’urne de Cana conservée à la cathédrale : « Il y a apparence que si elle eût conservé cette précieuse propriété [de changer l’eau en vin], les heureux chanoines de Saint-Maurice ne l’eussent pas laissée oisive. » La phrase était d’ailleurs accompagnée d’une note malicieuse sur les chanoines, qui disparaît aussi, comme toutes les notes.

  • 40 Anjou, 1847, I, p. 567-593.
  • 41 Anjou, 1847, II, p. 478-481.

18Qu’y a-t-il de nouveau ? Peu de chose au total : une longue comparaison opposant le Roi René et de Louis XI, et des pages sur la vie simple de René en Anjou et en Provence, inspirées par le livre paru en 1825 de Villeneuve-Bargemont sur le prince angevin (qu’il cite en note)40. Au début du tome II, une page ajoutée au chapitre sur l’institution des communes en général et de la commune d’Angers en particulier, à la fin un chapitre41 sur la Vendée, qui juxtapose un texte sur l’opposition constante des habitants de cette région au pouvoir quel qu’il soit, un récit du pardon de Bonchamps et une description de l’œuvre de David, inaugurée en 1825. Le récit du siège de Saumur n’est pas reproduit. Malgré ces quelques changements, on peut donc dire que Bodin est l’homme d’une seule œuvre, ses travaux des années 1810-1823. C’est donc là qu’il faut se situer pour l’apprécier à sa juste valeur et le resituer dans l’historiographie française.

Comment Jean-François Bodin écrit-il l’histoire ?

19D’une curiosité d’antiquaire, Bodin passe à une réflexion d’historien, comme le prouve l’introduction à son volume sur Angers et le Bas-Anjou en 1821. Sa curiosité face aux monuments, et en particulier aux monuments « celtiques » et romains, l’a poussé rapidement vers les documents manuscrits qui concernent le Saumurois, puis l’Anjou en entier. Son goût pour une réflexion générale sur l’histoire des civilisations est contrebalancé par ce recours constant aux documents locaux.

  • 42 Angers, 1821, avant-propos.
  • 43 Angers, 1821, chapitre li.
  • 44 À propos des affranchissements du XIIIe siècle, Angers, 1846, p. 211.
  • 45 Godard-Faultrier, en 1845, dans son rapport à la Société d’agriculture… : « Cette jeune école qui (...)

20Comme tous ses contemporains, Bodin est fasciné par la Révolution : « Depuis plusieurs années des hommes laborieux recherchent sur divers points de la France les débris de l’histoire et des monuments que la tempête qui a terminé le XVIIIe siècle a dispersés ou détruits. Excité par leur exemple, j’ai tâché de recueillir ceux qui appartiennent à l’Anjou42. » Mais cette opération de sauvetage est moins importante pour lui que la « tempête qui a terminé » le siècle, et qui est d’une certaine manière à l’origine de sa démarche d’historien. L’effondrement de la monarchie et l’ébranlement des institutions ecclésiastiques lui font, par rapport à tous ses prédécesseurs, regarder d’un autre œil ce qu’on appelle désormais l’Ancien Régime : « Tôt ou tard, ceux qui gouvernent les peuples sont appelés au tribunal de l’histoire43. » Cette démarche qui transforme l’historien en juge comporte des risques que son contemporain Godard-Faultrier relève : « Il poursuivit dans son œuvre une idée politique, et de ce point de vue jugea dix-huit siècles. » Bodin, malgré ses excès, rompt avec le ton souvent conventionnel de l’historiographie locale antérieure vis-à-vis des rois et des clercs. Pour lui, le sujet de son livre c’est « le peuple angevin à différentes périodes de son histoire », ce peuple dont les historiens ne se sont guère préoccupés : « mais il ne s’agissait là que de l’histoire du peuple, et ce n’était pas ce dont on [Ménage] s’occupait alors44 ». Moins explicitement que ses contemporains Guizot et Augustin Thierry, il fait du Tiers-État le cœur de son œuvre, et des événements révolutionnaires le tournant méthodologique fondamental. En ce sens, on peut lui appliquer les réflexions plus tardives d’Augustin Thierry, à l’école duquel ses adversaires lors de la querelle de 1845 le rattachaient indirectement45.

  • 46 A. Thierry, Récits des temps mérovingiens précédés de considérations sur l’histoire de France, 184 (...)

« Ce sont les événements, jusque-là inouïs, des cinquante dernières années, qui nous ont appris à comprendre les révolutions du moyen âge, à voir le fond des choses sous la lettre des chroniques, à tirer des écrits des bénédictins ce que ces savants hommes n’avaient point vu, ce qu’ils avaient vu d’une façon partielle et incomplète, sans en rien conclure, sans en mesurer la portée. Il leur manquait l’intelligence et le sentiment des grandes transformations sociales46. »

  • 47 Anjou, 1847, I, p. 50.

21En 1821, Bodin lançait la même idée à propos des travaux des bénédictins : « Les travaux littéraires, à l’aide desquels les religieux de Saint-Benoît faisaient excuser leur opulence, étaient stériles pour les peuples ; semblables à ces marbres élevés dans le désert, auxquels le voyageur demande en vain une source ou un abri47. » Bodin veut donc rendre au peuple l’histoire qui lui appartient, et il pense que l’histoire locale permet de toucher des « lecteurs dans la classe industrieuse de la société » :

  • 48 Angers, 1821, préface.

« L’histoire locale offre peut-être à des hommes peu exercés par d’autres lectures plus d’intérêt que l’histoire générale […]. Dans l’histoire locale, les faits frappent comme la vue des lieux où ils se sont passés : tel événement est arrivé à tel endroit ; cet endroit nous l’avons vu ou du moins nous savons où il est48. »

22En cela Bodin est efficace : sa démarche, qui va des lieux aux événements, souvent artificielle, a une efficacité pédagogique incontestable.

  • 49 D’où son projet de créer un « Élysée » angevin, de vingt ou trente cénotaphes, pour célébrer les g (...)

23L’œuvre de Bodin est sous-tendue de plusieurs convictions. La première, qui le rattache au passé, est le patriotisme provincial. Rien qui ressemble à une revendication régionaliste : Bodin est, en fils de la Révolution attaché à l’unité nationale. Mais il n’abandonne pas cette conviction qu’il faut souligner la grandeur de certains Angevins49, leur rôle exceptionnel, les exemples qu’ils donnent à l’humanité, à commencer par Dumnacus :

« Un autre motif doit exciter notre intérêt pour lui ; il est le premier des Angevins dont il soit parlé dans l’histoire. S’il eut le malheur de succomber et de finir ses jours sur une terre étrangère, en retour il a la gloire d’être le plus ancien homme célèbre de cette nation belliqueuse, mort pour la liberté. »

  • 50 Peut-être un bâtard d’Henri IV, vivant dans les forêts du Saumurois.

24Son patriotisme saumurois lui fait soutenir que l’abbaye de Saint-Maur a été fondée par ce disciple de saint Benoît, alors que la critique du XVIIIe siècle est beaucoup plus hésitante. Ce souci du local lui fait consacrer 28 pages à l’énigmatique ermite des Gardelles50.

  • 51 Angers, 1821, préface.

25Autre conviction de Bodin : l’aggravation de la condition du peuple angevin depuis les Francs, jusqu’à la monarchie absolue, « Nos malheureux ancêtres se débattant pendant dix siècles pour tâcher de sortir des ténèbres de l’ignorance où la barbarie sacerdotale et féodale les tenait enchaînés ». Le lecteur remarquera, écrit-il, que « dans un état tellement constitué que tous les avantages sont d’un côté et toutes les charges de l’autre, il règne nécessairement un désordre continuel […]. Tel était pourtant le régime que nos malheureux ancêtres étaient condamnés à supporter ». Et la Révolution ouvre une ère nouvelle51.

  • 52 Anjou, 1846, I, p. 43, et surtout un long texte p. 50 : « L’on ne s’était point encore avisé d’arme (...)
  • 53 Anjou, 1847, II, p. 415-416 : « Pendant que les troncs de l’église [des Ardilliers] se remplissaien (...)
  • 54 Angers, 1846, I, p. 606.
  • 55 Saumur, 1814, II, p. 398.

26Les convictions religieuses de Bodin sont simples : « La douce morale de l’Évangile, […] ce code sacré qui a donné la liberté aux esclaves et fondé l’égalité des hommes devant Dieu, principe qui, en se développant, les fera aussi reconnaître égaux devant les lois52. » Bodin qui ne se retient pas de décrire les abus du clergé et en particulier des moines, fait l’éloge des femmes charitables telle Jeanne Delanoue53, Anne de Melun ou Mme de la Girouardière. Il fait même l’éloge des pauvres desservants de son temps54. Bodin tente une histoire comparatiste des religions dans la longue durée, en rapprochant l’attachement des Andégaves à la religion druidique, monothéiste selon lui, et l’attachement des Angevins au christianisme ; de même, il évoque le peuple de la Vendée, suivant ses curés dans l’adhésion au calvinisme et le suivant plus tard dans la lutte contre la République, « prodiguer avec enthousiasme son sang, pour le maintien de cette religion que deux siècles auparavant il voulait détruire55 ». Bodin condamne avec vigueur toutes les intolérances, et son récit des guerres de religion décrit toutes les violences et tous les gestes de tolérance (Godard n’y trouvera rien à redire).

  • 56 Anjou, 1847, II, p. 488.
  • 57 Saumur, 1812, p. 99, 273, 549, Saumur, 1814, p. 430, p. 434.

27Puisque l’histoire doit être celle des peuples et des hommes utiles et non pas seulement celle des puissants, Bodin s’intéresse à la dîme, aux impôts, consacre un certain nombre de pages aux costumes des femmes au XVIe siècle, à la fabrique de Cholet « pour prouver que les navettes des tisserands de Cholet et des environs ont plus contribué à la prospérité de cette ville, depuis quatre-vingts ans, que n’auraient pu le faire, en mille, toutes les lances des nobles barons des Mauges56 ». Il s’attache à l’histoire de la levée de la Loire à travers les âges, qui lui paraît comme un des grands monuments de l’Anjou, dont « les auteurs […] sont restés inconnus du public, qui met à peine, au rang des ouvrages de l’art, cette belle digue protectrice de la plus riche partie de la Touraine et de l’Anjou ». Cherchant les dates des grandes inondations, il commente ainsi sa démarche : « Après avoir inutilement feuilleté et parcouru un grand nombre de volumes et de titres dans les archives et les dépôts publics où je croyais découvrir les renseignements que je cherchais, je les ai trouvés où je l’espérais le moins, dans un registre de la commune de Saint-Martin-de-la-Place57. » Voilà qui nous conduit à examiner les sources de Bodin.

28« Maintenant on ne veut souffrir dans l’histoire que ce qui est vrai ou du moins vraisemblablement attesté. » Il faut donc apporter des preuves, et citer ses sources. Bodin hésite entre deux systèmes : des notes de bas de page, signalées par un *, non systématiques, qui renvoient généralement à des ouvrages imprimés, et des notes « in fine », signalées par un chiffre dans le texte, longues, où sont parfois cités plus largement les textes sur lesquels il s’appuie.

  • 58 Fauchet, Antiquités gauloises et françaises, 1579 ; Bergier, Histoire des grands chemins…, 1622 ; (...)
  • 59 Art de vérifier les dates, de Mabillon, mentionné deux fois, Moreri, mentionné deux fois. Fleury, H (...)
  • 60 Il cite Labbé une fois, les Chroniques d’Anjou deux fois. Mais il cite aussi sous ce titre l’ouvra (...)
  • 61 Il le présente, Saumur, 1812, p. 415, note 17.
  • 62 Présenté p. 176, comme ayant été légué à Papin, professeur à l’École centrale. C’est le même texte (...)
  • 63 G. Dufour, « Les sources de Bodin », Société des lettres, sciences et arts du Saumurois, octobre 1 (...)

29Dans ses deux premiers ouvrages (sur le Haut-Anjou), il utilise des auteurs déjà anciens58, et peu les classiques de l’érudition du siècle précédent59, sauf pour l’Anjou, où il recourt à l’Histoire de Sablé, de Ménage, un des rares historiens angevin dont l’ouvrage fut imprimé (1683). Sans doute a-t-il sous la main une édition de la Gesta Consulum Andegavensium, de même que les Chroniques d’Anjou éditées par le P. Labbé60. Mais ses sources essentielles sont le manuscrit de dom Huines sur l’histoire de Saint-Florent de Saumur61, le manuscrit de Rangeard, Mémoires inédits pour servir à l’histoire des comtes et duc d’Anjou62, et un manuscrit préparé par son ami chalonnais Jean-Baptiste Leclerc, ancien constituant et ancien conventionnel63. Les mémoires de Duplessis-Mornay, des ouvrages de Grandet, un ouvrage sur la guerre de Vendée sont également utilisés.

  • 64 Achery, Baillet, Vie des Saints, Dom Bouquet, la Gallia Christiana, le Recueil des Historiens de l (...)
  • 65 Anjou, 1847, I, p. 131 : Mémoires de M. l’abbé Rangeard pour servir à l’histoire des évêques d’Ange (...)
  • 66 Id., il les présente dès la préface du volume, p. v. Voir aussi p. 221, carton VII, p. 400, carton (...)

30Dans ses deux volumes sur Angers et le Bas-Anjou, son information s’améliore nettement. D’abord parce qu’il utilise beaucoup plus les travaux d’érudition et les textes publiés64, ensuite parce qu’il dispose d’un autre manuscrit de Rangeard65, et surtout parce qu’il accède à des sources inédites : la collection de documents recueillis par le mauriste Dom Housseau, conservés à la bibliothèque du Roi, et dont il donne même parfois le numéro de carton66. Cette source nouvelle, et que personne n’avait exploitée avant lui, lui permet de revenir par exemple sur l’histoire de l’abbaye de Saint-Maur, qu’il avait déjà abordée. Outre cette riche collection de copies de documents, il cite les archives de l’hôtel de ville d’Angers, et surtout, a pu consulter le journal de Louvet. Alors qu’il avait annoncé en 1814 qu’il traitait avec Saumur tout ce qui concerne le calvinisme en Anjou, il y revient en 1823 :

  • 67 Angers, 1846, p. 356. Il cite Louvet p. 350, 381, 414.

« Mais depuis je suis parvenu à trouver un manuscrit cité par l’abbé Rangeard, et que j’avais longtemps et inutilement cherché : c’était le journal de Louvet, commis-greffier du présidial d’Angers, et contenant jour par jour, tout ce qui s’est passé dans cette ville et ses environs67. »

  • 68 Saumur, 1812, p. 159, à propos de la conquête de Saumur par Foulques Nerra : « Ces erreurs de chron (...)
  • 69 Ainsi Du Haillan indiquant que Robert le Fort était saxon, contre Bourdigné, doit être cru car « l (...)

31Disposant de plus d’informations, il constate des contradictions entre les sources, sur les dates68, ou sur le récit de certains événements (ainsi Bourdigné et la chronique de Saint-Florent se contredisent). Il tranche généralement en tenant compte des intérêts éventuels des narrateurs à fausser les faits, ce qui est n’est pas toujours si simple69 !

  • 70 Anjou, 1847, p. 68.

32Bien qu’ayant dans sa préface critiqué Bourdigné, Hiret et Du Haillan, il les utilise. Et il n’est pas vraiment en reste sur Bourdigné lorsqu’il raconte l’histoire d’Ingelger, les rapports entre Foulques Nerra et Conan de Bretagne, ou les amours de Bertrade de Montfort. Pourtant, après avoir raconté l’histoire de Milon, comte d’Angers et de son fils Roland, Bodin ajoute : « Notre respect pour la vérité nous fait un devoir de dire que plusieurs auteurs modernes, entr’autres Papire Masson, prétendent que l’histoire de Roland n’est qu’une fable pour amuser la jeunesse », créée à la cour des princes angevins70.

33Face à des sources de types très variés, la démarche critique de Bodin reste limitée. Il remet en cause certaines données, mais n’hésite pas à reprendre des légendes, ou des récits bien anecdotiques, comme l’histoire de la Belle Angevine, ou celle du baron de Vezins. Mais n’avait-il pas annoncé : « Il entre surtout dans le plan de ces recherches d’amuser le lecteur, en répandant de la variété sur les matières qui en sont l’objet. » Bodin nous conduit dans une promenade, grâce à son style vivant, où alternent descriptions et récits. Il a lu ses prédécesseurs, recherché des sources nouvelles, alors que les archives n’étaient pas encore organisées, et tenté, bien maladroitement il est vrai, de leur appliquer une démarche critique. En revanche, il se pose de bonnes questions, même si parfois sa partialité l’aveugle dans ses réponses. Comme son adversaire Godard, il ne renonce pas à « imaginer » les événements qu’il ne peut connaître par les sources. C’est l’historien le plus cité en Anjou au XIXe siècle, ce qui est souvent dommage, mais la faute en est à l’insuffisance de ses successeurs qui n’ont pas su produire un récit aussi attrayant.

Notes

1 Projet de l’histoire d’Anjou proposé au public, imprimé, 1689.

2 Discours historique et critique sur les écrivains de l’histoire d’Anjou, Bibl. mun., ms. 971 (853), imprimé en 1852.

3 Par Barthélémy Roger, Touraille, Claude Ménard, Jacques Rangeard.

4 La meilleure biographie de Bodin reste celle de Célestin Port, dans le tome I de la première édition de son Dictionnaire… de Maine-et-Loire (1878).

5 Selon C. Port. Son fils le qualifie cependant d’architecte.

6 E. Jarry, « Bodin politique », Société des lettres, sciences et arts du Saumurois, octobre 1930, p. 26-33.

7 Arch. dép. de Maine-et-Loire, 83 T 1.

8 Réédité en 1984.

9 Selon le dossier de demande d’autorisation (série T).

10 C. Giraud-Labalte, Les Angevins et leurs monuments (1800-1840), Angers, Société des études Angevines, 1996, p. 142-145 et 178-189.

11 Ouvrages réédités sous forme de reprint en 2003. Par la suite, nous désignerons en note ces ouvrages sous cette forme : Saumur, 1812, Saumur, 1814.

12 Recherches historiques sur l’Anjou et ses monuments. Angers et le Bas Anjou, Degouy, 1821, p. xix.

13 Saumur, 1812, p. 3.

14 Ibid., p. 78.

15 Le Magasin encyclopédique de 1814, rend compte du tome I. Le Journal des Savants fait un rapide compte-rendu en 1819, p. 511.

16 Dans Saumur, 1814, p. 494, il signale qu’il a « trouvé beaucoup de matériaux qui pourront me servir à composer un ouvrage semblable pour Angers et le Bas-Anjou, si le public accueille favorablement celui-ci ».

17 t. I, 558 p., 1821, t. II, 595 p., 1823, par la suite Angers, 1821, Angers, 1823.

18 Pages 752-759.

19 Pages 623-631.

20 C. Giraud-Labalte, op. cit., p. 152.

21 Mémoires de la société d’Agriculture, sciences et arts d’Angers, 1831, p. 127.

22 Annuaire statistique…, Lesourd, p. 35-64.

23 Lettre de V. Pavie à David, 6 mai 1836 (coll. part.).

24 Par la suite, Saumur, 1845.

25 Ce qui fait que l’on peut utiliser cette édition facilement disponible.

26 Dans le second volume sur Angers, il se contentera d’une note globale : « Nous avons dit plusieurs fois, dans le premier volume, ce que nous pensons de ces petites colères antireligieuses, nous n’y reviendrons pas. »

27 Mémoires de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts, 1845, p. 234-244.

28 E. Talbot, magistrat, qui, nous dit C. Port, su garder devant la montée de l’ultramontanisme « cet ancien esprit libéral et indépendant de la magistrature française qu’avec ses opinions toutes conservatrices et de modération, il n’eût jamais consenti à renier ».

29 Bodin affirmait que Robert d’Arbrissel s’imposait cette pénitence particulière, ce que niaient Godet et Godard, et que les historiens actuels acceptent. Bodin donnait le chiffre d’une perte des deux tiers des habitants, ce que Godard niait, en s’appuyant sur les registres d’enregistrements des baptêmes : les résultats de Godard correspondent à peu près aux recherches des historiens actuels.

30 J.-L. Marais, Le Maine-et-Loire aux XIXe et XXe siècles, Picard, 2009, p. 158-159. Une polémique entre l’avocat général Belloc et « un père de famille », à propos des jésuites, venait de se terminer.

31 Par la suite, Angers, 1846.

32 Célestin Port nie cette conversion, s’appuyant sur le témoignage – très vraisemblable – de Bonnemère ; le rédacteur de la notice Bodin dans la réédition du Dictionnaire de Célestin Port (1965) contredit Port, sans s’en expliquer. Joseph-Henri Denécheau apporte une solution : Bodin aurait souhaité une réconciliation discrète, le curé Forest lui impose une rétractation publique (site Internet Saumur-Jadis, à l’article Jean-René Forest).

33 Par la suite, Anjou, 1847, I et II.

34 Bibl. mun. d’Angers, ms. 1037.

35 Chapitre xiii de Saumur, 1812 (langage, costumes, armures).

36 Le chapitre xiv de Angers, 1821, où sont évoquées les « formules d’Angers », est intégré dans le chapitre sur l’histoire de l’université.

37 Le chapitre sur la révocation de l’édit de Nantes se termine par l’évocation du dôme des Ardilliers (où une inscription célèbre la Révocation), ce qui permet à Bodin d’intégrer ici l’histoire des Ardilliers depuis ses origines.

38 Anjou, I, 1847, p. 44.

39 Angers, 1821, p. 6, Anjou, 1847, I, p. 5.

40 Anjou, 1847, I, p. 567-593.

41 Anjou, 1847, II, p. 478-481.

42 Angers, 1821, avant-propos.

43 Angers, 1821, chapitre li.

44 À propos des affranchissements du XIIIe siècle, Angers, 1846, p. 211.

45 Godard-Faultrier, en 1845, dans son rapport à la Société d’agriculture… : « Cette jeune école qui a pour chef MM. Guizot, Augustin Thierry et Chateaubriand. »

46 A. Thierry, Récits des temps mérovingiens précédés de considérations sur l’histoire de France, 1840, p. 197-198.

47 Anjou, 1847, I, p. 50.

48 Angers, 1821, préface.

49 D’où son projet de créer un « Élysée » angevin, de vingt ou trente cénotaphes, pour célébrer les grands angevins, Saumur, 1814, p. 51. L’idée sera reprise par David sous une autre forme.

50 Peut-être un bâtard d’Henri IV, vivant dans les forêts du Saumurois.

51 Angers, 1821, préface.

52 Anjou, 1846, I, p. 43, et surtout un long texte p. 50 : « L’on ne s’était point encore avisé d’armer le dogme pour le rendre victorieux, ni de changer en une torche incendiaire le flambeau qui devait éclairer le genre humain. »

53 Anjou, 1847, II, p. 415-416 : « Pendant que les troncs de l’église [des Ardilliers] se remplissaient de l’or et de l’argent des pèlerins, non loin de là, dans la même rue, une jeune marchande, nommée Jeanne de la Noue, entreprenait de fonder un hôpital. »

54 Angers, 1846, I, p. 606.

55 Saumur, 1814, II, p. 398.

56 Anjou, 1847, II, p. 488.

57 Saumur, 1812, p. 99, 273, 549, Saumur, 1814, p. 430, p. 434.

58 Fauchet, Antiquités gauloises et françaises, 1579 ; Bergier, Histoire des grands chemins…, 1622 ; Duchesne, Histoire d’Angleterre, 1614.

59 Art de vérifier les dates, de Mabillon, mentionné deux fois, Moreri, mentionné deux fois. Fleury, Histoire ecclésiastique, (1722), une fois.

60 Il cite Labbé une fois, les Chroniques d’Anjou deux fois. Mais il cite aussi sous ce titre l’ouvrage de Bourdigné. Le premier ouvrage est paginé, le second folioté en chiffres romains, ce qui permet en principe de les distinguer.

61 Il le présente, Saumur, 1812, p. 415, note 17.

62 Présenté p. 176, comme ayant été légué à Papin, professeur à l’École centrale. C’est le même texte qu’il mentionne sous le titre Mémoires inédits de M. Rangeard. Celui-ci avait légué ses manuscrits à Papin. Il mentionne (p. 414) et cite plusieurs fois un manuscrit de M. Bernard, avocat du roi à Saumur, Mémoires inédits pour servir l’histoire de l’Anjou, de la fin du XVIIe siècle. Il s’agit du manuscrit de Bernard de Haumont (Bibl. mun. d’Angers, ms 1005 [800]).

63 G. Dufour, « Les sources de Bodin », Société des lettres, sciences et arts du Saumurois, octobre 1930, p. 36-40.

64 Achery, Baillet, Vie des Saints, Dom Bouquet, la Gallia Christiana, le Recueil des Historiens de la France, le P. Le Cointe, Dom Martène, les frères Sainte-Marthe, les publication des textes de Suger, Guillaume Malmesbury, Guillaume de Tyr, les Mémoires de la Société royale des Antiquaires (dont il fait partie), les ouvrages de Lobineau sur la Bretagne.

65 Anjou, 1847, I, p. 131 : Mémoires de M. l’abbé Rangeard pour servir à l’histoire des évêques d’Angers.

66 Id., il les présente dès la préface du volume, p. v. Voir aussi p. 221, carton VII, p. 400, carton III.

67 Angers, 1846, p. 356. Il cite Louvet p. 350, 381, 414.

68 Saumur, 1812, p. 159, à propos de la conquête de Saumur par Foulques Nerra : « Ces erreurs de chronologie sont communes dans les anciens manuscrits et dans les anciens auteurs, mais elles ne prouvent rien contre la vérité des faits… »

69 Ainsi Du Haillan indiquant que Robert le Fort était saxon, contre Bourdigné, doit être cru car « l’autorité d’un courtisan est d’un grand poids lorsqu’elle est contraire aux intérêts de la vanité de son maître » (Angers, 1846, p. 84).

70 Anjou, 1847, p. 68.

Auteur

Jean-Luc Marais est agrégé d’histoire (1967), docteur en histoire (1996), professeur de classes préparatoires à Angers pendant 22 ans, puis maître de conférence à l’université d’Angers pendant 12 ans. Ses travaux dans un cadre national ont porté sur la littérature « dite populaire » de l’Ancien Régime, sur le don aux XIXe et XXe siècles, sur l’histoire du catholicisme. Sur l’Anjou, Les Sociétés d’hommes (1986), la direction du Dictionnaire des Préfets (2000), de plusieurs colloques (Mines et carrières, Étrangers dans l’Ouest, Missionnaires et humanitaires), du Maine-et-Loire aux XIXe et XXe siècles (2009), et une trentaine d’articles, communications, et collaborations.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search