Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Historiens de l'Anjou

 | 
Jean-Luc Marais

Louvet, l’apport du mémorialiste (1583-1634)1

Jacques Maillard

Texte intégral

  • 1 Cette communication doit beaucoup au travail de six étudiants en maîtrise à l’université d’Angers (...)
  • 2 Depuis Joseph Audouys (1727-1802) et Jacques Rangeard (1723-1797) qui ont eu entre les mains les m (...)

1Tous les historiens qui ont abordé l’histoire de l’Anjou pour les années 1560-16302 ont utilisé de précieux documents : les manuscrits que nous a laissés Jean Louvet. Ils l’ont fait en portant des jugements sévères sur le personnage et sur son œuvre, comme Ernest Mourin qui écrivait en 1856 :

  • 3 E. Mourin, ibid., p. ix.

« Sa phrase incorrecte et embarrassée se traîne lourdement. Si la passion religieuse l’emporte quelquefois, et qu’un cri s’échappe de son cœur brisé, son émotion est passagère, il retombe bientôt pesamment dans son impassibilité […]. Il note les faits dramatiques de l’histoire comme un marchand qui inscrit dans son journal ses ventes et ses achats. On s’étonne qu’un personnage aussi peu intelligent ait eu la tentation d’écrire3. »

2Un tel jugement est partagé peu après par Célestin Port dans la notice qu’il consacre à Louvet dans son Dictionnaire :

  • 4 C. Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine et Loire, t. II, Paris, 18 (...)

« Louvet […] a laissé sur les événements, petits et grands, de son temps un curieux Journal, écrit d’un style confus, bizarre, où tous les jugements s’inspirent des passions naïvement populaires et des haines sauvages d’un ardent ligueur4. »

3Ernest Mourin et Célestin Port nuancent, toutefois, ces jugements sévères. « Tel qu’il est cependant, le journal de Louvet n’en intéresse pas moins vivement », écrit Ernest Mourin tandis que Célestin Port considère que le travail de Louvet « se recommande à tous les historiens de l’Anjou par une abondance inépuisable de renseignements minutieux ». Comment utiliser les manuscrits de Jean Louvet aujourd’hui ? Après avoir présenté ce que nous savons de Jean Louvet et de l’histoire des manuscrits qui nous sont parvenus, nous nous proposons de montrer l’importance de son travail pour notre connaissance de l’histoire de l’Anjou à l’époque des guerres de Religion, du règne d’Henri IV et du début de celui de Louis XIII, avant de nous interroger, en conclusion, sur les projets de Louvet : voulait-il écrire une histoire de sa province, est-il un mémorialiste et également un historien de l’Anjou ?

Jean Louvet et ses manuscrits

  • 5 Bib. mun., Angers, ms 984 (862), fol. 1.
  • 6 Les registres paroissiaux de la paroisse conservés aux archives municipales d’Angers commencent en (...)
  • 7 Arch mun., Angers, GG 212.
  • 8 Si l’on admet qu’à cette époque la première naissance survenait dans les 12-18 mois suivant le mar (...)
  • 9 Les décès pour la paroisse de la Trinité ne sont pas disponibles pour ces années.
  • 10 Pour quatre enfants de ce premier mariage, nous ne possédons que l’acte de baptême. Est-il possibl (...)

4Nous connaissons peu de chose de la vie de Jean Louvet qui parle rarement de lui et de sa famille dans ses manuscrits. D’après ce qu’il écrit nous savons qu’il est né à Angers, paroisse Saint-Maurille5, mais les registres paroissiaux de cette paroisse n’ont pas permis de retrouver la date de sa naissance6. Il apparaît pour la première fois sur les registres de la paroisse de la Trinité à l’occasion du baptême de son premier enfant connu, Jean, le 25 mars 15837. Son mariage avec Jeanne Bestin, veuve d’un certain Symon, avait dû avoir lieu en 1582 ou peu avant8. Est-il possible dans ces conditions d’avancer qu’il serait né vers 1555-1560 ? De ce premier mariage nous connaissons l’existence de six enfants, tous baptisés à la Trinité, la dernière née, Perrine, étant baptisée le 30 novembre 1596. Est-ce des suites de cette naissance que meurt sa première épouse à une date que nous ignorons9 ? Il se remarie avec Macée Bourgoing, à une date qui nous est inconnue également. Le premier enfant connu de cette nouvelle union, Françoise, est baptisé le 21 juin 1605. Comme 12 enfants sont nés de ce second mariage, c’est donc au total 18 enfants qui sont issus de Jean Louvet. Parmi eux, sept seulement ont atteint l’âge adulte, deux du premier mariage10, cinq du second.

  • 11 Bib. mun., Angers, ms 984 (862), fol. 1.
  • 12 Il est alors désigné comme sergent royal.
  • 13 Arch. mun., Angers, AA 14, fol. 61.
  • 14 Arch. mun., Angers, BB 60, fol. 11.

5Louvet habite dans la Doutre. Tous ses enfants sont baptisés dans l’église paroissiale de la Trinité. Il écrit d’ailleurs qu’il demeure dans une rue de cette paroisse, « rue Paincte11 ». C’est aussi dans l’église de la Trinité qu’a lieu la cérémonie de sa sépulture, le 4 novembre 163612. A-t-il vécu quelques années dans « la petite tour […] qui est joignant le vieil portal Saint-Nicolas » qui lui est baillée à viager par le corps de ville le 17 mai 161313 et qu’il a abandonnée en décembre 163114 ? Nous l’ignorons.

  • 15 Plusieurs parrains de ses enfants sont des clercs au greffe civil, comme lui, ou au greffe crimine (...)
  • 16 Arch. dép., Maine-et-Loire, 1 B 157, fol. 1.
  • 17 Comme l’indique une note en marge de l’acte qu’il avait commencé à recopier, Arch. dép., Maine-et- (...)
  • 18 Ainsi, l’édit royal de 1564 fixant le début de l’année civile au premier janvier et non plus au le (...)
  • 19 Dans ses manuscrits Louvet précise souvent qu’il recopie les actes qu’il a enregistrés. Ainsi, en (...)
  • 20 Arch. dép., Maine-et-Loire, 1 B 159, fol. 106 vo.
  • 21 Arch dép., Maine-et-Loire, 1 B 162. La nomination de son successeur, René Guiry, en date du 16 jan (...)
  • 22 Bib. mun, Angers, ms 981 (862), fol. 109 ro.

6Si nous savons ainsi peu de chose sur la vie familiale de Louvet, nous sommes par contre mieux renseignés sur sa carrière. Et celle-ci nous permet de comprendre dans quelles conditions Louvet a écrit. Il a en effet occupé deux fonctions, certes subalternes, mais qui lui ont permis d’être au courant de nombreux événements de la vie du royaume et des principaux faits de la vie quotidienne des Angevins. La première fonction exercée par Jean Louvet est celle, comme il l’écrit lui-même à plusieurs reprises sur ses manuscrits, de « clerc commis à faire les registres des insinuations du greffe civil de la sénéchaussée d’Anjou et siège présidial d’Angers15 ». Le premier acte qu’il recopie sur le registre des insinuations du tribunal angevin est à la date du 15 novembre 158616. Il exerce cette responsabilité jusqu’au samedi 23 décembre 1634, malade, il ne peut finir la copie de l’acte qu’il avait commencé à transcrire, un autre greffier achève son travail17. Une telle fonction est importante car elle lui permet d’avoir connaissance des ordonnances, des édits et déclarations royales ainsi que de nombreux documents officiels qu’il faut enregistrer, car sans cet enregistrement les décisions du pouvoir ne sont pas appliquées dans le ressort de la sénéchaussée d’Anjou et présidial d’Angers18. Elle lui permet aussi de connaître de nombreux aspects de la vie des grandes familles et des communautés religieuses angevines dont il enregistre les testaments, les contrats de mariage, les donations entre vifs, les acquisitions de biens et d’offices divers19. À partir du 25 septembre 1593, date de l’enregistrement de sa nomination20, Louvet occupe une deuxième fonction. Il a fait l’acquisition d’un office de sergent royal et général en Anjou. Le deux septembre 1593 le roi l’a nommé dans cet office vacant par le décès de Jacques Vaillant « dernier paisible possesseur d’icelluy ». Louvet est sergent royal et général en Anjou jusqu’en janvier 1635, il résigne alors son office21. La possession de cet office lui permet aussi d’être au courant de nombreux faits de la vie quotidienne des Angevins et d’intervenir, comme sergent royal, dans leurs querelles. Louvet note, également, une grande partie des missions qui lui sont confiées dans son journal, comme celle du 7 juillet 1610 lorsqu’il est envoyé auprès du recteur de l’université « en présence de tous Messieurs du corps de l’université » pour demander aux membres de l’université de ne pas occuper les places réservées pour les gens de justice à l’intérieur de la cathédrale pour « assister au service et oraison funèbre du deffunct roi22 ». Louvet est un homme curieux qui regarde ce qui se passe dans les rues d’Angers, qui participe à toutes les fêtes et cérémonies publiques, mais sans l’exercice de ces deux fonctions aurait-il noté tous ces faits de la vie angevine que l’on peut trouver dans ses manuscrits ?

  • 23 F. Dujany et S. Marcarie, op. cit., t. I, p. 128-140.
  • 24 Bib. mun., Angers, ms 982 (862).
  • 25 Prêtre et historien, Pierre Rangeard a commencé la réaction d’une histoire de l’Anjou à la demande (...)
  • 26 « Discours historiques et critiques sur les écrivains de l’Histoire de l’Anjou », Bib. mun., Anger (...)
  • 27 Bib. mun., Château-Gontier, ms 10, pièce 11. Audouys considère que Louvet est « crédule ».
  • 28 Jacques Rangeard est le neveu de Pierre Rangeard. Il a recueilli une grande partie des manuscrits (...)
  • 29 Il écrit « Rangeard archiprêtre ».
  • 30 Il considère que Louvet est « ligueur fanatique, cependant ses mémoires sont précis ».
  • 31 « Extraits de divers ouvrages manuscrits et imprimés pour servir à l’étude de l’histoire d’Anjou » (...)
  • 32 Bib. mun., Angers, ms 1018 (892).
  • 33 Est-ce celui qui l’a aussi prêté à Audouys ?
  • 34 C’est grâce à lui que Jean-François Bodin peut les consulter. Dans ses Recherches historiques sur (...)
  • 35 Sur cette même page un auteur non identifié écrit : « Javois un 8e volume de ce livre qui commence (...)

7Une partie des manuscrits de Jean Louvet est aujourd’hui conservée à la bibliothèque municipale d’Angers. Une partie seulement car deux des huit tomes du journal ont disparu. Comme le montrent les nombreuses mentions portées en marge des manuscrits conservés par ceux qui les ont possédés, ceux-ci sont passés entre de nombreuses mains23. Après la mort de Louvet les manuscrits appartiennent à son gendre Nicolas Guyet qui a noté sa propriété sur plusieurs volumes. D’autres noms apparaissent par la suite, comme celui d’un certain Brisset « paroisse de l’Église de la très Sainte Trinité » ou de « Madame Palussière demeurant rue painte paroyse de la trinité24 », mais nous ignorons dans quelles conditions ils en ont fait l’acquisition. Plus connus sont ceux qui les ont eus entre les mains au XVIIIe siècle. Leurs remarques nous permettent de constater, qu’à cette époque, ils appartiennent à plusieurs personnes. Ainsi, en 1731, Pierre Rangeard (1691-1736)25 nous apprend26 que « Monsieur de Livonnière a entre les mains l’Histoire d’Anjou de Louvet ». Pierre Rangeard précise : « Ses mémoires sont dispersez en plusieurs bibliothèques. Il n’y a pas longtemps qu’on en sauva un tome de la boutique d’un épicier. Nous avons une copie fidèle de ses mémoires depuis 1583 jusqu’en 1617. » Joseph Audouys a eu entre les mains le tome premier du journal de Louvet dont il nous a laissé une « copie corrigée », mais il ne précise pas qui lui a prêté ce volume27. Claude-Gabriel Pocquet de Livonnière, ou ses héritiers, ont prêté ces manuscrits à Jacques Rangeard (1723-1797)28 qui a noté à plusieurs reprises son nom sur une des pages d’un volume29 et fait des commentaires, dans la marge des manuscrits qu’il a eu entre les mains, sur ce qu’écrit Louvet30. Il a aussi recopié quelques pages de ces manuscrits31. Comme Pierre Rangeard il n’a pas eu entre les mains tous les manuscrits de Louvet. Pocquet de Livonnière lui a prêté les volumes II, III, IV et V32 tandis que le volume I sur la première page duquel il écrit « Rangeard archiprêtre » lui a été prêté par quelqu’un d’autre dont il ne donne pas le nom33. Pocquet de Livonnière a-t-il donné ces manuscrits à Jacques Rangeard ou celui-ci ne les a-t-il pas rendus à son propriétaire ? Peu avant de mourir, Jacques Rangeard avait légué à son ami Louis-Guillaume Papin une grande partie de ses manuscrits34 et c’est par ce dernier qu’ils sont sans doute passés dans la bibliothèque de Toussaint Grille. Celui-ci qui avait amassé une importante collection d’ouvrages anciens, possédait six des huit manuscrits de Louvet. Il avait sans doute cherché les deux tomes qui lui manquaient, et qui nous manquent toujours aujourd’hui, puisqu’il note sur la page du premier tome : « Monsieur Maulny naturaliste au Mans possède le VIIIe volume et aussi je crois le VIe mais il s’agit de savoir si ce qu’il a est l’original même ou seulement une copie35. » Au lendemain de la mort de Toussaint Grille, ses manuscrits et les nombreux ouvrages imprimés de sa bibliothèque ont été mis en vente. La bibliothèque municipale d’Angers, en a acheté une grande partie, dont les manuscrits de Louvet, le vendredi 23 mai 1851.

Louvet mémorialiste

8Jean Louvet a tenu son journal d’août 1583 à septembre 1634. Il écrit pour être lu. À plusieurs reprises il s’adresse à ses lecteurs. Ainsi, en 1620, lorsqu’il raconte les conflits qui opposent Marie de Médicis à Louis XIII il précise :

  • 36 Bib. mun., Angers, ms 983 (862), fol. 72 vo.

« Seront les lecteurs du présent manuscript suppliez que celuy qui a esté curieux de recueillir et transcripre en icelluy la vérité de tout ce qui s’est faict et passé, comme étant chose digne de mémoire, n’a escript aulcune chose […] pour offenser l’honneur, soit en général ou particulier, d’aulcun qui soit desnommé, tant audict manuscript, livres et escripts transcriptz en icelluy, mais seulement pour montrer à ceulx qui sont curieulx de veoir et savoir la vérité, tout ce qui s’est passé es-règnes et temps pour, par la lecture d’icelluy manuscript, veoir et apprendre36. »

  • 37 Nous conservons l’orthographe adoptée par les historiens angevins du XIXe siècle qui n’est pas cel (...)
  • 38 Aujourd’hui dans la Nièvre.
  • 39 L’acte précise que Fouquet de la Varenne est nommé « capitaine et gouverneur de la ville et châtea (...)
  • 40 Bib. mun., Angers, ms 981 (862), fol. 92 vo. et 93 ro.
  • 41 Ibid., fol. 94 ro-98vo. Louvet évoque la fondation de messes par les frères du défunt « tous les a (...)
  • 42 Arch. dép., Maine-et-Loire, 5 E 8/215. Sur ces contrats, cf. Fr. de La Moureyre, « Mieux vaut un v (...)

9Louvet note au jour le jour les événements qui lui paraissent les plus importants et dont il a été le témoin oculaire, ce qui explique que son journal soit assez hétéroclite. Sur une même page peuvent se suivre la mention de l’installation d’un officier royal, celle du décès d’une personnalité angevine, la description de faits militaires ou la création d’une nouvelle communauté religieuse. En juillet 1627, c’est le passage d’un éléphant à Angers qui retient son attention tandis que le 8 août 1632 il mentionne la chute de moulins aux Ponts-de-Cé. Louvet effectuait cependant un travail de relecture des pages écrites, ce qui lui permettait de corriger des dates, d’apporter des précisions à son texte par des compléments ajoutés dans la marge ou en notes. Sur une même page on peut ainsi trouver le texte initial, des notes en marge, des ratures et des corrections, des ajouts entre deux paragraphes, ce qui ne facilite pas la compréhension du texte. À plusieurs reprises, toutefois, Louvet a réécrit un premier texte quelques années après les faits mentionnés. Prenons un exemple qui nous le montre clairement. En 1605, Louvet consacre plusieurs pages à la cérémonie de sépulture d’un personnage important dans l’histoire de la ville, Pierre de Donadieu, seigneur de Puycharic37. Parti soigner ses nombreuses blessures à Pougues les Eaux38 celui-ci y est décédé le 26 août 1604. En septembre 1604, sur le registre des insinuations, Louvet a recopié l’acte signé par Henri IV le 29 août, portant nomination de Guillaume Fouquet de la Varenne comme gouverneur de la ville et château d’Angers à sa place39. Pourtant, sur la page, très courte, consacrée à l’année 1604, Louvet ne mentionne pas ces événements importants pour l’histoire d’Angers40. Par contre, à la date de mars 1605, dix pages sont consacrées aux cérémonies de sépulture de l’ancien gouverneur, présentant en réalité des faits qui se sont déroulés de 1604 à 161341. Évoquant l’inhumation dans la « belle et riche chapelle voultée » que François de Donadieu, évêque d’Auxerre, frère du défunt, a fait bâtir « tout à neuf » dans l’église des jacobins, il décrit le beau tombeau en « marbre blanc » qui y a été édifié. Or c’est en octobre 1607 seulement que l’évêque d’Auxerre a passé, chez le notaire René Sérezin, les contrats avec l’architecte René Gaudin d’Angers pour la reconstruction de la chapelle, avec le peintre Jean Lagouz pour sa décoration intérieure et avec le sculpteur Gervais Delabarre, du Mans, pour le tombeau42. Les derniers paiements pour le travail des artistes sont effectués en 1613. Ces pages, écrites sous la rubrique « année 1605 » qui mélangent des faits allant de 1604 à 1613 sont mieux rédigées que les autres et ont donc été réécrites après 1605, sans doute en 1613.

10Avec ses lacunes et ses défauts le journal de Louvet est un document précieux pour l’histoire angevine. Il nous apporte des observations et des renseignements précis, qui sont ceux d’un témoin, dans quatre grands domaines de la vie de la ville et de la province que nous allons examiner : le mode de vie des riches habitants de la ville, les problèmes du fonctionnement de la justice, l’importance des méfaits de la guerre pour les plus pauvres, les traits caractéristiques de la vie religieuse angevine durant ces années. Les commentaires qui accompagnent son récit nous permettent de comprendre la mentalité d’un petit officier royal angevin à la fin du XVIe siècle et dans les trente premières années du XVIIe siècle.

  • 43 Bib. mun., Angers, ms 981 (862) (année 1675).
  • 44 Bib. mun., Angers, ms 984 (862) (année 1630).

11Louvet évoque à plusieurs reprises le mode de vie de la haute société angevine dont il dénonce le goût du luxe et l’amour de l’argent. Il écrit des pages très dures sur les femmes de cette société angevine qui s’habillent comme les dames de la cour, oubliant que leur mari et leur père n’étaient que des roturiers. À plusieurs reprises, il n’hésite pas à donner le nom de ces femmes « biens dissolues tant en leurs habits que coiffures […] qu’on appeloit faulces perrucques, faictes sur du fil de fer, enveloppé de cheveulx qui n’estoient points à elles, et lesquelles damoyselles et celles qui les portaient l’on appeloit les Rattes-penaddes43 ». Il dénonce aussi les habits « tant en velours, satin, que manteaulx doublez de velours à pans de soye » que portent les hommes « à tous les jours44 ». Pour Louvet de tels vêtements sont un scandale à une époque où les plus pauvres sont accablés par le poids des guerres et par la lourdeur des impôts royaux. Pour lui une telle attitude est la conséquence de la place prise par l’argent au sein de cette bourgeoisie angevine, en particulier de celle qui est liée au pouvoir, municipal ou judiciaire. Pour Louvet, cet argent mal employé dans ces vêtements trop luxueux l’est aussi dans des constructions que notre mémorialiste juge trop somptueuses et inutiles, justifiées uniquement par le désir de paraître. D’une façon générale Louvet dénonce tous ceux qui s’enrichissent en ces temps difficiles, les officiers royaux, les riches bourgeois mais aussi les marchands, ou les boulangers. Mal employé par les riches bourgeois de la ville, l’argent l’est aussi, pour Louvet, par ceux qui ont le pouvoir et qui multiplient les constructions nouvelles ou les embellissements des bâtiments publics, comme l’hôtel de ville ou le palais royal, siège des juridictions royales de la ville.

12Louvet est très sévère envers les modifications apportées au palais royal par les responsables d’une justice qu’il considère comme mal rendue et dont il ne cesse de dénoncer le mauvais fonctionnement. En novembre 1625, rendant compte du déroulement d’une des multiples processions générales qui parcourent les rues de la cité, il demande à ses lecteurs de prier Dieu pour qu’il fasse la grâce au roi « de mettre bonne justice ». Dans les écrits de Louvet deux reproches essentiels reviennent souvent contre les gens de justice. Pour lui, la justice est trop lente et trop chère. Les juges rendraient la justice « avec une sy grande longueur de temps, qu’auparavant qu’elle soit par eux rendue au peuple, ils sont tous ruisnés, tant les demandeurs que deffendeurs, tant elle est chère ». En outre, tous les Angevins ne sont pas égaux devant la justice car tous les coupables ne sont pas poursuivis « par lesdits juges et procureurs du roy, tant du siège de la prévosté que du siège présidial ». Louvet regrette le temps où les juges n’hésitaient pas à punir les « gentilshommes » et ceux qui appartenaient à la même classe sociale qu’eux. Ainsi, les parents et amis des juges ne seraient jamais poursuivis. Évoquant les suites d’une affaire criminelle il précise : « et que c’estoit des enfants et parents de la justice qui avoient faict et commis ung sy salle et villain crime qu’ils n’avoient garde d’en faire poursuitte ny d’en parler ». Il suffit aussi d’être riche et d’avoir de l’argent pour échapper aux poursuites, les gens de justice étant liés aux riches, en particulier « aux malttôtiers », chargés de lever les impôts et qui s’enrichissent, « Messieurs de la justice souffrent et endurent sans en pugnir aucun, de tant que la justice n’est rendue ».

  • 45 Fr. Dujany et S. Marcarie, Un angevin témoin…, op. cit., t. I, p. 58-67.

13Le troisième sujet que Louvet aborde tout au long de ses manuscrits et qui est une de ses grandes préoccupations, c’est la guerre avec ses conséquences sur la vie quotidienne des populations45. Louvet est tout d’abord un bon témoin du passage des soldats dans la province. Il note régulièrement ces passages de troupes, royales ou ligueuses, et il dénonce leurs méfaits. Ainsi, en 1590, il note : « Audict mois et an, est arrivé au pais d’Anjou environ quinze cents lansquenets qui ont […] tout gasté et perdu à raison du dégast qu’ils ont faict de long séjour. » À la date du 25 décembre 1591 c’est l’armée du duc de Mercoeur qui a « apporté beaucoup de perte aulx pauvres gens de tout autour de la ville, qui auraient tout quitté et lesquels accoururent en la ville d’Angers avecques leurs femmes, enfants, bestiaulx ». Grâce à Louvet nous pouvons mesurer les ravages de tous ces soldats et brigands dans les campagnes angevines, la peur que leur passage provoque chez les habitants des paroisses rurales et des villes. Louvet est préoccupé par les décès d’innocentes victimes, femmes et enfants, par la présence de nombreux enfants orphelins dans les rues de la ville. Une présence qui est aussi importante en période de paix, à cause de la misère d’une grande partie de la population. En bon témoin, Louvet nous donne une des causes essentielles de cette misère : les mauvaises récoltes qui entraînent une hausse importance du prix du pain, comme en mai 1631, quand de nombreux pauvres arrivent en ville, « estoient en sy grande quantité tant es-rues, églises et portes d’icelles, mesme aulx portes desdicts habitants, mesme dans le palais, tellement que c’estoit chose grandement pitoyable de les voir, particulièrement les petits enfants, couscher dans les rues sur le pavé ». Toutefois, comme les hommes et les femmes de son temps, Louvet est sévère envers ceux qui lui apparaissent comme de « mauvais pauvres » et il approuve les décisions des autorités qui décident d’expulser les pauvres « forains et vagabonds », réservant les bénéfices de la charité publique aux seuls pauvres originaires d’une des seize paroisses de la ville.

  • 46 Bib. mun., Angers, ms 981 (862), t. I, fol. 160 ro.
  • 47 Bib. mun., Angers, ms 984 (862), t. IV.

14Enfin, Louvet est bon témoin de la vie et des mentalités religieuses des Angevins de son temps. Il ne cesse de parler tout au long de son journal des événements religieux qui rythment la vie des fidèles. Toutes les manifestations religieuses, ordinaires ou extraordinaires, sont rapportées : les processions nombreuses dans les rues de la ville, les Te Deum, les prières des Quarante Heures, les neuvaines, toutes ces cérémonies religieuses sont soigneusement notées. Lorsque des événements exceptionnels se produisent, peste, inondations, grande sécheresse, Louvet nous les rapporte en précisant que pour lui et ses contemporains, ils sont une manifestation de la volonté de Dieu, de sa colère aussi pour punir les hommes de leurs péchés et que les processions qui se multiplient dans les différentes paroisses de la ville sont destinées à apaiser « l’ire de Dieu ». Non seulement Louvet nous décrit ces manifestations religieuses, mais il les approuve, déclare qu’il y a participé. Partisan d’une vie religieuse de qualité, il approuve aussi les efforts des évêques d’Angers pour remédier aux abus et mettre fin aux scandales, très importants au lendemain des guerres de Religion. Ainsi, le 18 avril 1617, il nous décrit la visite que l’évêque Guillaume Fouquet de la Varenne a faite dans toutes les paroisses de la ville « pour faire un bonne et sainte réforme ». Il est un bon témoin des dérèglements de la vie religieuse dans les abbayes et couvents de la ville. Le 29 juillet 1609, il nous décrit la vie scandaleuse des Carmes. C’est lui qui, le 9 janvier 1620, nous rapporte les désordres qui se produisent chez les Jacobins et nous informe de la visite en octobre 1631 du général de l’ordre pour imposer une réforme. Bon et fidèle catholique, Louvet est enfin le témoin de l’intolérance et de l’hostilité de la majorité de la population angevine envers les protestants. Durant les guerres de Religion, Louvet est un ligueur fanatique pour lequel les réformés sont des hérétiques qu’il ne faut pas tolérer. Les pages qu’il écrit sur Jean Calvin à l’occasion de la mention de son décès en 1564 en sont un bon témoignage : « Jehan Calvin, hérétique, larron, brigand, couppeur de bources, macquereau, falsaire, blasphémateur du nom de Dieu, bany et exillé du Royaulme de France […], est mort misérable en la ville de Genève46. » Pendant de nombreuses années Henri IV n’a été pour lui que le « roi de Navarre ». Cette hostilité de Louvet envers les réformés reste forte jusqu’à sa mort, comme le montrent les pages très dures qu’il écrit sur eux à l’occasion du siège de La Rochelle47.

Conclusion

  • 48 Bib. mun., Angers, ms 981 (862).
  • 49 Bib. mun., Angers, ms 983 (862), à partir du fol. 67 vo.
  • 50 Bib. mun., Angers, ms 986 (862).
  • 51 t. V, fol. 101 vo.
  • 52 Comme « Du trésor des Histoires de France et des Antiquités de Paris », par Gilles Corrozet.
  • 53 Au t. VII, fol. 93-112. Sur ce journal cf. X. Masson, Commentaire du journal de Guillaume Oudin (1 (...)
  • 54 Louvet précise, « la suite et parachèvement du présent manuscript est en un petit cahier couvert d (...)
  • 55 À deux reprises, t. I, fol. 217-228 et t. VII, fol 78-90. Des passages du journal de Demarian sont (...)
  • 56 « Qui escrivoit tout ce qui ce faisoit et passoit digne de mémoire en l’année 1556 et aultres anné (...)
  • 57 Les troubles lors des élections des députés aux États Généraux en 1560, la journée des mouchoirs.
  • 58 La prise d’Angers par les protestants et les destructions iconoclastes dans les églises de la vill (...)

15Avec ses répétitions, ses incohérences, ses ratures et corrections, le journal de Louvet est d’une lecture difficile. Elle est indispensable pour tout historien voulant écrire une histoire d’Angers et de l’Anjou des années 1580-1630. Louvet est incontestablement un bon témoin des faits qui ont marqué l’histoire de la province durant ces années troublées. Peut-il aussi être classé parmi les historiens de l’Anjou ? Avait-il en projet la rédaction d’une histoire de la province depuis l’Antiquité ? Il est possible de se poser cette question en découvrant les ouvrages que Louvet a recopiés et qui constituent l’essentiel des volumes I48 et V49 et VII50 des manuscrits conservés. Ainsi, dans le premier volume, Louvet essaie de retracer l’histoire d’Angers et de l’Anjou des origines à 1560, à partir de copies d’ouvrages écrits par des auteurs angevins antérieurs à son temps pour la plupart. Ces documents lui permettent de dresser la liste des évêques d’Angers, celles des sénéchaux de la province, des maires d’Angers et des « plus renommés autheurs angevins de scavoir qui ont escripts51 », de présenter les principales fondations d’églises ou de communauté religieuses de la province. Des copies de faits divers et sensationnels qui se sont produits en Anjou se retrouvent aussi aux tomes V et VII, elles y sont mélangées avec des listes de rois de France et des récits de décès de princes ou princesse « d’autre mort que naturelle » et de nombreux événements n’ayant rien à voir avec l’Anjou. Toutefois, dans toutes ces pages, Louvet n’écrit pas une véritable histoire d’Angers et de l’Anjou mais rassemble des matériaux divers recopiés sans ordre. La plupart de ces copies sont très courtes, sans référence à l’ouvrage copié et sans nom d’auteur, rares sont celles qui mentionnent l’ouvrage que Louvet a eu entre les mains52. Ces matériaux sont difficiles à utiliser par l’historien et lui sont pour la plupart peu utiles. Deux copies sont, toutefois, importantes, car c’est grâce à elles que nous sont parvenus quelques passages des mémoires de deux personnages dont les écrits sont très utiles pour écrire l’histoire de l’Anjou : Guillaume Oudin53, prêtre angevin mal connu, sacriste de Notre-Dame du Ronceray, qui a tenu son journal pour les années 1447-149954 et Pierre Demarian55, avocat56, notre meilleur témoin pour les événements arrivés à Angers en 156057 et en 156258. En copiant ainsi des ouvrages variés, en rassemblant des faits sortant de l’ordinaire, sans ordre cohérent, Louvet avait-il en projet la rédaction d’une histoire d’Angers et de l’Anjou qu’il n’a pu mener à bien ? Ces copies ne sont-elles pas plutôt des preuves de la grande curiosité de Louver, un homme qui lisait beaucoup et notait tout ce qui lui paraissait digne d’intérêt ? Pour toutes ces raisons, les manuscrits de Jean Louvet conservés à la bibliothèque municipale d’Angers sont des sources importantes pour écrire une histoire de l’Anjou.

Notes

1 Cette communication doit beaucoup au travail de six étudiants en maîtrise à l’université d’Angers qui, de 1994 à 2001, ont relu et retranscrit, en les commentant, les six manuscrits de Louvet conservés à la bibliothèque municipale d’Angers, ms 981-986 (862), « Récit véritable de tout ce qui est advenu digne de mémoire, tant en la ville d’Angers, païs d’Anjou et autres lieux […] par Jehan Louvet clerc au greffe civil du siège présidial audit Angers ». Les études critiques du texte laissé par le mémorialiste angevin qu’ils ont réalisées mériteraient une publication, celle du XIXe siècle parue dans la Revue de’Anjou et du Maine-et-Loire, de 1854 à 1856, étant très insuffisante (il y a des coupures nombreuses non signalées, des erreurs de lecture). Fr. Dujany et S. Marcarie, Un angevin témoin de son temps : Jehan Louvet sergent royal (vers 1560-1636), Angers, 1994, ont étudié le manuscrit pour la période juillet 1583-avril 1598. Ils ont aussi réalisé une étude de la vie de Jean Louvet, présentant sa famille, ses activités et son cadre de vie. Cl. Garcia, Transcription et étude commentée du journal de Jehan Louvet (1598-1623), Angers 1996, G. Menard, Le journal de Jehan Louvet (1624-1630), Angers, 1998, et Fr. Pillet, Transcription et étude commentée du journal de Jehan Louvet (1631-1634), Angers, 1998, ont publié les années suivantes. Frédéric Pillet a aussi présenté les différents documents d’histoire angevine recopiés par Jean Louvet. C. le doze, Le Journal de Louvet (1560-1584), Angers, 2001, a publié les pages écrites par Louvet sur le début des guerres de Religion, à partir d’autres témoins.

2 Depuis Joseph Audouys (1727-1802) et Jacques Rangeard (1723-1797) qui ont eu entre les mains les manuscrits de Louvet et en ont recopié des extraits et, surtout Ernest Mourin, La Réforme et la Ligue en Anjou, Angers 1856, 321 p., qui, le premier, a montré la richesse de ces manuscrits.

3 E. Mourin, ibid., p. ix.

4 C. Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine et Loire, t. II, Paris, 1876, p. 557.

5 Bib. mun., Angers, ms 984 (862), fol. 1.

6 Les registres paroissiaux de la paroisse conservés aux archives municipales d’Angers commencent en juin 1537. Mais il y a de nombreuses lacunes pour les années concernées.

7 Arch mun., Angers, GG 212.

8 Si l’on admet qu’à cette époque la première naissance survenait dans les 12-18 mois suivant le mariage, Fr. Lebrun, La vie conjugale sous l’Ancien Régime, Paris, 1975, p. 106.

9 Les décès pour la paroisse de la Trinité ne sont pas disponibles pour ces années.

10 Pour quatre enfants de ce premier mariage, nous ne possédons que l’acte de baptême. Est-il possible, en l’absence de registres de décès, et d’autres documents les concernant, de considérer qu’ils sont morts en bas âge ?

11 Bib. mun., Angers, ms 984 (862), fol. 1.

12 Il est alors désigné comme sergent royal.

13 Arch. mun., Angers, AA 14, fol. 61.

14 Arch. mun., Angers, BB 60, fol. 11.

15 Plusieurs parrains de ses enfants sont des clercs au greffe civil, comme lui, ou au greffe criminel. D’après un accord passé entre les « propriétaires des greffes civils de la sénéchaussée d’Anjou et siège présidial d’Angers » et les clercs en fonction le 3 août 1601 et confirmé le 9 août 1656, les clercs civils sont alors au nombre de quinze. Ils doivent être présents au greffe, le matin de 7 h à 11 h de la Toussaint à Pâques et de Pâques à la Toussaint de 6 h à 11 h et l’après-midi de 14 h à 18 h, Arch. dép., Maine-et-Loire, 5 E 1/349, notaire Jean Gouin.

16 Arch. dép., Maine-et-Loire, 1 B 157, fol. 1.

17 Comme l’indique une note en marge de l’acte qu’il avait commencé à recopier, Arch. dép., Maine-et-Loire, 1 B 162, fol. 270.

18 Ainsi, l’édit royal de 1564 fixant le début de l’année civile au premier janvier et non plus au lendemain de la fête de Pâques, n’est pas appliqué en Anjou en 1565, n’ayant pas été enregistré, mais en 1566 seulement. En septembre 1790, encore, le chapitre de la cathédrale refuse de se conformer à l’article de la constitution civile du clergé « qui supprime les titres de dignités, canonicats, prébendes, tant des églises cathédrales que collégiales », non parce qu’il refuse cette suppression mais parce que le décret de l’assemblée, sanctionné par le roi, n’a pas été enregistré à la sénéchaussée « et que sans cet enregistrement jusqu’alors rigoureusement observé, la décision royale ne peut être regardée comme obligatoire ».

19 Dans ses manuscrits Louvet précise souvent qu’il recopie les actes qu’il a enregistrés. Ainsi, en 1626, il recopie les lettres patentes du roi permettant la construction du nouveau couvent des carmélites d’Angers en précisant : « Les lettres cy dessus ont esté […] présentées par lesdictes Religieuses Carmélites d’Angers à Monsieur le lieutenant général en datte du XXXe jour d’apvril dernier », bib. mun., Angers, ms 984 (862), fol. 245-246.

20 Arch. dép., Maine-et-Loire, 1 B 159, fol. 106 vo.

21 Arch dép., Maine-et-Loire, 1 B 162. La nomination de son successeur, René Guiry, en date du 16 janvier 1635, est insinuée le 6 février 1635.

22 Bib. mun, Angers, ms 981 (862), fol. 109 ro.

23 F. Dujany et S. Marcarie, op. cit., t. I, p. 128-140.

24 Bib. mun., Angers, ms 982 (862).

25 Prêtre et historien, Pierre Rangeard a commencé la réaction d’une histoire de l’Anjou à la demande de Joseph Grandet en 1723. Mais il n’a pu rédiger qu’une introduction « Discours historique sur les écrivains de l’Histoire de l’Anjou », publiée en 1852 dans la Revue de l’Anjou.

26 « Discours historiques et critiques sur les écrivains de l’Histoire de l’Anjou », Bib. mun., Angers, ms 971 (853).

27 Bib. mun., Château-Gontier, ms 10, pièce 11. Audouys considère que Louvet est « crédule ».

28 Jacques Rangeard est le neveu de Pierre Rangeard. Il a recueilli une grande partie des manuscrits de son oncle. Membre de l’Académie d’Angers, il y prononce de 1754 à 1761 quatre communications qui retracent l’histoire des comtes d’Anjou jusqu’à Foulques le Réchin. En 1767, il est devenu curé d’Andard, archiprêtre d’Angers. En mars 1789, il est élu député du clergé de la sénéchaussée d’Angers pour les États généraux.

29 Il écrit « Rangeard archiprêtre ».

30 Il considère que Louvet est « ligueur fanatique, cependant ses mémoires sont précis ».

31 « Extraits de divers ouvrages manuscrits et imprimés pour servir à l’étude de l’histoire d’Anjou », par Jacques Rangeard, Bib. mun., Angers, ms 1018 (892).

32 Bib. mun., Angers, ms 1018 (892).

33 Est-ce celui qui l’a aussi prêté à Audouys ?

34 C’est grâce à lui que Jean-François Bodin peut les consulter. Dans ses Recherches historiques sur l’Anjou et ses monuments. Angers et le Bas-Anjou, t. II, Angers, 1823, p. 88, il écrit : « Je suis parvenu à trouver un manuscrit cité par l’abbé Rangeard et que j’avais long-tems et inutilement cherché ; c’est le journal de Louvet, commis-greffier du présidial d’Angers, contenant jour après jour, tout ce qui s’est passé dans cette ville et ses environs depuis 1560 jusqu’à 1605. Ce manuscrit n’est en quelque sorte qu’un registre mortuaire, car on y voit presque à chaque page des assassinats, des noyades, des supplices […], mais il est précieux, parce qu’il a été écrit par un contemporain. »

35 Sur cette même page un auteur non identifié écrit : « Javois un 8e volume de ce livre qui commence par un recueil de diverses choses dont le premier article est de l’an 1481 […]. Monsieur Cardinau receveur du Ronceray me l’avoit presté j’en ay fait faire une copie et la luy ay donnée. Je ne say si j’en ay encore l’original. »

36 Bib. mun., Angers, ms 983 (862), fol. 72 vo.

37 Nous conservons l’orthographe adoptée par les historiens angevins du XIXe siècle qui n’est pas celle du XVIe siècle. Sur les nombreux actes que le gouverneur de la ville et du château d’Angers signe chez le notaire Mathurin Grudé, Arch. dép., Maine-et-Loire, 5 E 7, il signe toujours « Puchairic ».

38 Aujourd’hui dans la Nièvre.

39 L’acte précise que Fouquet de la Varenne est nommé « capitaine et gouverneur de la ville et château d’Angers », à la place de Pierre de Donadieu « vacant à présent par sa mort et trépas », Arch. dép, Maine-et-Loire, 1 B 160, fol. 301.

40 Bib. mun., Angers, ms 981 (862), fol. 92 vo. et 93 ro.

41 Ibid., fol. 94 ro-98vo. Louvet évoque la fondation de messes par les frères du défunt « tous les ans au XXVIe jour d’aoust qui est le jour du trépas dudict deffunst », ibid., fol. 97 vo.

42 Arch. dép., Maine-et-Loire, 5 E 8/215. Sur ces contrats, cf. Fr. de La Moureyre, « Mieux vaut un vrai Delabarre qu’un faux Sarazin. Le tombeau de Donadieu de Puycharic et le sculpteur Gervais Delabarre », Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français », année 1991, Paris, 1992, p. 65-90.

43 Bib. mun., Angers, ms 981 (862) (année 1675).

44 Bib. mun., Angers, ms 984 (862) (année 1630).

45 Fr. Dujany et S. Marcarie, Un angevin témoin…, op. cit., t. I, p. 58-67.

46 Bib. mun., Angers, ms 981 (862), t. I, fol. 160 ro.

47 Bib. mun., Angers, ms 984 (862), t. IV.

48 Bib. mun., Angers, ms 981 (862).

49 Bib. mun., Angers, ms 983 (862), à partir du fol. 67 vo.

50 Bib. mun., Angers, ms 986 (862).

51 t. V, fol. 101 vo.

52 Comme « Du trésor des Histoires de France et des Antiquités de Paris », par Gilles Corrozet.

53 Au t. VII, fol. 93-112. Sur ce journal cf. X. Masson, Commentaire du journal de Guillaume Oudin (1447-1499), mémoire de maîtrise, université de Tours, 1991.

54 Louvet précise, « la suite et parachèvement du présent manuscript est en un petit cahier couvert de parchemin qui est avec mes autres manuscrits ». Cette suite figurait-elle au tome VIII disparu ? Louvet écrit que ce « vieil manuscrit » lui avait été prêté par François Lasnier, premier président et lieutenant général au présidial d’Angers.

55 À deux reprises, t. I, fol. 217-228 et t. VII, fol 78-90. Des passages du journal de Demarian sont aussi recopiés, d’après Louvet, par Joseph Audouys, Bib. mun., Château-Gontier, ms 10.

56 « Qui escrivoit tout ce qui ce faisoit et passoit digne de mémoire en l’année 1556 et aultres années suivantes, qui m’a esté presté et ay rendu à Maistre Demarian, son fils avocat, le VIIIe may 1631. »

57 Les troubles lors des élections des députés aux États Généraux en 1560, la journée des mouchoirs.

58 La prise d’Angers par les protestants et les destructions iconoclastes dans les églises de la ville au printemps 1562.

Auteur

Jacques Maillard est agrégé d’histoire en 1963, professeur émérite d’histoire moderne de l’université d’Angers, il y a enseigné de 1970 à 2003. Sa thèse de doctorat (1983) est consacrée à l’exercice du pouvoir municipal à Angers de 1660 à 1789. Ses travaux sont consacrés à l’histoire des institutions urbaines de l’Anjou sous l’Ancien Régime et à la vie religieuse dans le diocèse d’Angers aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il a rédigé le tome III d’une histoire de l’Anjou de l’Antiquité à nos jours, consacré à l’Anjou sous l’Ancien Régime et la Révolution (2011). Président de l’Association des amis des archives d’Anjou, fondée en 1996.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540