Version classiqueVersion mobile

Historiens de l'Anjou

 | 
Jean-Luc Marais

Jean de Bourdigné : conceptions et méthodes d’un « historien » angevin de la fin du Moyen Âge1

Isabelle Mathieu

Texte intégral

Je tiens à remercier Jean-Luc Marais pour les notes manuscrites qu’il m’a gentiment transmises ainsi que Jean-Michel Matz pour avoir relu ces quelques pages.

  • 1 Je tiens à remercier Jean-Luc Marais pour les notes manuscrites qu’il m’a gentiment transmises ain (...)

1Lorsqu’il s’est intéressé au métier d’historien il y a une trentaine d’années, Bernard Guenée a bien montré que l’étude du passé était loin d’avoir été négligée et mal faite au Moyen Âge. Selon lui,

  • 2 B. Guenée, « En guise d’introduction : l’historien par les mots », in B. Guenée (dir.), Le métier (...)

« le problème n’[étai]t [d’ailleurs] plus de se demander s’il y a[vait] eu au Moyen Âge des historiens dont l’œuvre mérit[ait] d’être étudiée mais de savoir quels ils furent et quelle fut leur œuvre, c’est-à-dire quels hommes ils étaient, quelle histoire ils faisaient, [et] en quoi elle marqua les esprits2 ».

  • 3 M. Zink, La littérature française du Moyen Âge, Paris, 1992, p. 192 et p. 197.

2Si les tout premiers chroniqueurs peuvent à certains égards apparaître comme les pères de l’histoire en langue française, il serait plus juste de les considérer comme des mémorialistes. En effet, il faut véritablement patienter jusqu’au milieu du XIVe siècle pour que l’histoire en prose française s’impose en tant que telle et se développe sous d’autres formes que celle des simples récits de mémoires3.

  • 4 P. Bourgain, « Histoire », in C. Gauvard, A. de Libera, M. Zink (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge,(...)

3Inscrit largement dans une démarche réflexive sur le devenir du monde et sa signification, le devoir de mémoire puise principalement dans la Bible et éventuellement, à titre de modèle de confection, dans les travaux produits par les historiens antiques. Dès lors, la tâche de l’historien au Moyen Âge consiste à expliquer le sens du temps en essayant de dévoiler l’accomplissement de la volonté divine. À cette fin, tout en accumulant des renseignements sur l’histoire humaine qu’il souhaite saisir et retranscrire, il se tourne aussi naturellement vers des matériaux qui vont lui permettre de prendre la mesure du temps, qu’il s’agisse d’ailleurs d’appréhender le temps long ou le court terme4.

  • 5 P. Deck, « Mémoire », ibid., p. 900.
  • 6 B. Guenée, « En guise d’introduction… », op. cit., p. 3-4.

4À l’époque médiévale, la mémoire participe clairement « à coucher par écrit les faits et les personnages mémorables car il est nécessaire, comme le souligne Grégoire de Tours, de conserver la mémoire des choses passées afin qu’elles arrivent à la connaissance des hommes à venir5 ». Ainsi l’historien doit-il en quelque sorte créer un passé qui puisse être relié, et assurer une certaine continuité, voire une unité, avec le présent. Comme le rappelle Bernard Guenée, à partir du XIIe siècle et jusqu’à la fin du Moyen Âge, les deux mots les plus constants pour désigner ces individus dont la fonction était de transmettre les faits passés, sont historiographus et chronographus, le premier désignant plus particulièrement celui qui a composé une histoire et le second celui qui a écrit une chronique, jusqu’à ce que, par la suite, les deux termes deviennent de parfaits synonymes6.

5Dans son acception la plus large, on peut dire que le genre des chroniques, qui va plus particulièrement retenir notre attention, a été pratiqué pendant toute l’Antiquité tardive et le Moyen Âge, aussi bien dans les milieux chrétiens que musulmans, en Occident comme en Orient. Qu’elles gardent un ancrage fortement local ou qu’elles prennent un caractère plus général, voire dans certains cas une valeur officielle, les chroniques suivent toutes pour ainsi dire un canevas relativement stéréotypé. Elles se présentent sous la forme de recueils d’événements historiques, mais également parfois fictifs ; lesquels événements sont souvent narrés dans l’ordre chronologique de leur déroulement. Ayant vocation à être un récit « objectif », la chronique se contente de rapporter les faits « bruts » comme le ferait un historien. Son appartenance au genre semi-litteraire la pousse par ailleurs à arborer un style souvent assez sobre.

6Pour l’Anjou médiéval, nous avons choisi de retenir un nom, celui de Jean de Bourdigné et, à travers son œuvre autant que sa vie, nous allons tenter de montrer de quelle manière cet homme s’y prend pour restituer l’histoire des temps anciens. Si son Hystoire agregative s’inscrit bien dans ces premiers éléments de définition générale, il nous incombe de décoder en profondeur le message que ce dernier a voulu transmettre, et nous verrons alors que les fils conducteurs ne manquent pas pour appréhender et comprendre cette société médiévale où coexistent sacré et profane, religieux et civil.

À la rencontre de Jean de Bourdigné

  • 7 C. Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, 4 tomes, rééd. An (...)

7Jean de Bourdigné est né vers 1480, sans doute à Angers. C’est un clerc qui a très vraisemblablement fait ses études à l’université dans cette même ville7. Chapelain de Saint-Laud d’Angers dès 1511, il est chargé de régler les affaires judiciaires dans lesquelles cette collégiale de fondation comtale est partie prenante ; il devient par la suite l’official du doyen de cette église vers 1523-1525. À cette date, sa carrière est déjà passée par la cathédrale d’Angers, mais il n’y devient définitivement chapelain qu’en 1526 et n’y décroche que tardivement une prébende canoniale, en 1538, alors qu’il est l’official du doyen de Saint-Maurice depuis 1530.

8De sa carrière universitaire, on sait peu de chose ; si ce n’est qu’il est licencié avant 1523 et docteur en décret, soit en droit canon, en 1532. Pilier de la vie universitaire locale, Jean de Bourdigné est surtout connu pour son ouvrage intitulé Lystoire agregative des annalles et cronicques d’Anjou… Toutefois, il est également le rédacteur d’une large partie du recueil des miracles de Jean Michel, le « saint » évêque d’Angers de 1439 à 1447.

9S’il y a bien au Moyen Âge des individus qui composent des œuvres historiques, rares sont ceux – il convient de le souligner – qui ne sont à proprement parler qu’historiens. Par exemple, un moine qui fait de l’histoire est d’abord et avant tout un homme d’Église, tantôt théologien, canoniste, liturgiste, musicien, tantôt hagiographe ou bien encore computiste ; ou pour le dire de manière simple, à l’époque médiévale, on fait souvent de l’histoire, mais on est rarement historien parce que se dire ou être dit historien marque davantage une activité qu’un état « social ». Et Jean de Bourdigné n’échappe pas à la règle en consacrant du temps à différentes activités (liturgie, écriture, etc.).

10Cet homme est l’archétype de la figure classique du clerc et de l’étudiant. Après une vie bien remplie, Jean de Bourdigné meurt le 19 avril 1547. De son environnement social, on sait qu’il est le frère de l’humaniste Charles de Bourdigné ( ?-1555), lequel est connu pour sa légende de Maistre Pierre Faifeu, une série de contes licencieux. Appartenant tous deux au milieu des lettrés humanistes angevins de ces années, l’empreinte des réseaux de leurs relations est en fait celle des liens qui unissent à Angers aux derniers siècles du Moyen Âge la cathédrale à l’université et aux autres collégiales.

L’Hystoire agregative : « une lecture attachante et un style facile »

  • 8 Il y a deux éditions, l’une en janvier, l’autre en octobre, voir Guy Bechtel, Catalogue des Gothiq (...)

11Plusieurs hypothèses peuvent expliquer les motivations qui auraient poussé Jean de Bourdigné à rédiger son Hystoire agregative. En effet, il rapporte que Jean Cadu, juge royal et maire d’Angers (mort en 1539), l’aurait incité à écrire ce livre. Mais on sait également qu’en 1514 sont publiées les Grandes Croniques de Bretaigne d’Alain Bouchard, par l’éditeur parisien Galliot du Pré, le même qui publiera par la suite L’Hystoire agregative. Bourdigné a-t-il répondu à une commande de cet éditeur ? À ce jour, il est impossible d’apporter une réponse tranchée. Quoi qu’il en soit, l’ouvrage de Bourdigné est publié en 15298, imprimé donc à Paris, et vendu à Angers chez Charles de Boigne et Clément Alexandre, libraires de l’université. Il s’agit d’un in-folio de 206 feuillets comprenant quelques illustrations, sans doute reprises d’autres ouvrages.

  • 9 Sur l’identité du Viateur, deux noms circulent : Jean Bouchet et Jean Pèlerin. Jean Pèlerin est po (...)

12Si le frontispice porte le long titre d’Hystoire agregative des annalles et cronicques d’Anjou… et plusieurs faicts dignes de mémoire, advenuz tant en France, Italie, Espaigne, Angleterre, Hiérusalem et autres royaulmes tant chrétiens que sarrazins depuis le temps du déluge jusques à présent très utile proffitable et récréative à tous nobles et vertueux esprits. Recueil liées et mises en forme par noble et discret missire Jehan de Bourdigné prestre docteur es droycts et depuis revues et additionnes par le Viateur9, le privilège, le prologue et la table des matières parlent plus simplement des Cronicques d’Anjou et du Maine.

  • 10 Jean de Bourdigné, Chronicques d’Anjou et du Maine, 2 tomes, Théodore de Quatrebarbes (éd.), impr. (...)

13A priori, il existe une seconde édition de ces chroniques angevines, datant de 1533, également parisienne en in-folio mais elle est nettement moins bien connue. Plus tard, Lystoire agregative a été rééditée en 1842, sous le titre, cette fois, de Chroniques d’Anjou et du Maine ; une réédition qui comprend une introduction rédigée par Théodore de Quatrebarbes avec des notes de Victor Godard-Faultrier. Le tout fut imprimé chez Cosnier et Lachèse à Angers, en deux volumes in-quarto10. C’est cette réédition, plus facilement disponible, qui a contribué à la célébrité de cet ouvrage.

14Dans son avant-propos, le Comte de Quatrebarbes livre son sentiment à l’égard de l’œuvre de Bourdigné :

« D’une lecture attachante et d’un style facile, il remplace les chroniques détruites ou égarées à une époque de folie sanglante, nous fait revivre le passé, et se rattache à tous les souvenirs de nationalité, qui, sur les rives de la Méditerranée, à Jérusalem, en Angleterre, en Sicile, à Naples, en Aragon et en Hongrie, s’unissent à la gloire et aux malheurs de nos princes et chevaliers angevins. »

15Si l’on se fie à ce commentaire, l’ambition de l’auteur semble pour le moins vaste, tant chronologiquement que géographiquement. Mais quel était le projet réel de Bourdigné ?

  • 11 B. Guenée, « En guise d’introduction… », op. cit., p. 6.

16Pour répondre à cette interrogation, il faut aller lire l’avant-propos de l’auteur dans lequel ce dernier expose explicitement sa démarche. En se référant aux auteurs anciens, il reprend les thèmes assez peu originaux du rôle classique de l’historien transmettant aux hommes le récit des événements passés ; un récit qui a pour but de les faire bénéficier de l’expérience des temps anciens. Il n’y a là rien de bien singulier puisque « la culture médiévale a été portée, [on le sait], pendant des siècles, par des armées de copistes dont elle a toujours proclamé l’éminente dignité, soulignant même parfois que le Christ, lui aussi, avait fait office de scribe11 ». Ce postulat de départ dressé, il n’est dès lors plus possible de faire le reproche à ces historiens du Moyen Âge – comme ce fut souvent le cas aux XIXe et XXe siècles – de n’avoir procédé que par découpage, juxtaposition et compilation puisque c’est exactement ce qu’ils désiraient faire. Une telle manière de procéder ne doit rien au hasard quand on sait que ces individus écrivaient en un temps peu réceptif à la nouveauté de sorte que même un esprit un tant soit peu original tenait à affirmer qu’il ne disait rien de neuf. Il semble, en effet, que les lecteurs accordaient plus facilement leur confiance aux auteurs anciens.

17Ainsi, en toile de fond des propos exposés par Bourdigné, nous retrouvons d’un côté la vision classique de l’histoire fournissant des exemples et éducatrice des princes et des peuples et, de l’autre, la célébration de la gloire de son pays natal, l’Anjou. Évoquant les difficultés qu’il rencontre pour établir l’origine d’Angers, et le découragement qui le menace, il n’hésite d’ailleurs pas à écrire que seul le fait de se rappeler la grandeur de son pays le sort de cet abattement. Mine de légendes parmi les plus farfelues pour les temps reculés, Lystoire agregative n’en a pas moins une valeur réelle à mesure qu’elle se rapproche de l’histoire du temps de son auteur car le témoignage devient plus précis et abondant. Toutefois, certains partis pris transparaissent nettement. Jean de Bourdigné tombe parfois dans la « belle » histoire, à l’instar, par exemple, de son éloge dithyrambique de René qui tend presque à en faire l’histoire de « saint René ». Il semble d’ailleurs que c’est à lui que l’on doit en partie le surnom du « Bon » roi René.

18Ces chroniques, Bourdigné dit les adresser à « tous nobles et vertueux esprits ». Le contenu de son œuvre va bien dans ce sens. En effet, bien que clerc, il n’accorde pas une très grande place à l’histoire ecclésiastique, sans toutefois la passer totalement sous silence. Il semble en revanche bien plus intéressé par l’histoire bataille et les faits d’armes des princes d’Anjou et de la noblesse du pays. D’ailleurs, il déclare qu’il veut plaire aux « prélatz et nobles barons, chevaliers et escuyers, dames et damoizelles du pays d’Anjou ». À de nombreuses reprises, il donne ainsi la liste des guerriers angevins présents lors de tel ou tel affrontement, pendant les conflits armés de la guerre de Cent Ans, ou à la bataille de Marignan ; démarche qui ne pouvait qu’honorer leurs descendants. Même s’il n’est pas un écrivain de cour, il se situe dans la tradition médiévale des auteurs qui recherchent d’une part la « vérité » de l’histoire, d’autre part, qui veulent que ce récit soit plaisant à entendre : Bourdigné l’affirme haut et fort, il conçoit une chronique à la fois, comme « très utile, proffitable et récréative ». Aimant conter, parfois, il n’hésite pas à amplifier les choses pour qu’elles soient plus vivantes. Il reprend ainsi certains textes du XIe siècle, mais les rend plus attrayants par des discours lui permettant d’exposer les positions des divers protagonistes, par l’amplification de certaines descriptions, et par l’invention de scénettes pittoresques. Il se délecte à raconter le combat d’Ingelger pour défendre sa marraine Adèle de Château-Landon ou l’action de Foulques Nerra contre les fils de Conan de Bretagne qui étaient venus mettre le siège devant Angers. Il ne se prive pas de reprendre également quelques légendes comme celle de la vision des trois étoiles. Suivant cette légende, trois étoiles auraient indiqué à Geoffroy Martel et à son épouse où fonder l’abbaye de la Trinité de Vendôme ; un récit qu’il introduit par une scène conjugale où « Agnès sa robe de nuyct prinse vint à icelle fenestre tenir compaignie à son seigneur ». Comme le dit son éditeur du XIXe siècle Théodore de Quatrebarbes, « Bourdigné est le dernier des écrivains du Moyen Âge ».

19On rencontre également chez ce dernier un souci constant de rendre les choses accessibles à ses lecteurs ou auditeurs. Ainsi, il n’hésite pas à expliciter certains faits. Par exemple, à propos de Foulques le Roux, abbé de Saint-Aubin, « dont aucuns se pourroient émerveiller comment Foulques le Roux, qui conte et homme belliqueux estoit, pouvoit tenir les abbayes », il précise « mais (ainsy que l’on peult veoir en la vieille cronicque de Sainct-Deny) en ce temps-là les abbayes étaient données aux bons cappitaines ». De la même manière, s’il ne se refuse pas complètement à insérer ici ou là quelques légendes ou récits fantastiques, il s’empresse souvent d’ancrer ses propos dans le réel en fournissant une explication des plus rationnelles. On raconte, par exemple, que Foulques Nerra, en embrassant la pierre du Saint-Sépulcre à Jérusalem, en aurait arraché un morceau avec ses dents et qu’il aurait ensuite déposé ce morceau à l’abbaye de Beaulieu-lès-Loches telle une précieuse relique. Dans ses chroniques, Bourdigné rapporte bien cet épisode à la différence près qu’il lui adjoint une note explicative à savoir qu’« au baiser du comte, la pierre devint molle et flexible comme de la cire ». Sans doute est-ce pour lui une façon de donner un peu de crédibilité à son récit – et secondairement à sa démarche d’historien – en prouvant à son lectorat qu’il ne prend pas tout pour argent comptant.

20Ces quelques petites fantaisies mises à part, Bourdigné organise son livre de façon méthodique, autour de trois grandes parties. Dans la première, il dresse une présentation géophysique des trois Gaules de César, à savoir la Belgique, la Celtique et l’Aquitaine. Il choisit de faire terminer cette partie avec les premières invasions barbares. Divisée en une vingtaine de chapitres, elle traite globalement des origines de la France et de l’Anjou. Ainsi, tout en décrivant le territoire, il établit des listes, des chronologies et des catalogues qu’il s’agisse de fournir la généalogie des princes, des comtes, des ducs et des évêques ou bien encore de répertorier les différentes collégiales et abbayes.

21La seconde partie s’ouvre avec la conversion de Clovis, qu’il présente comme le « premier roy de France et quatrième conte d’Anjou », et se termine par la mort du roi de France Philippe VI de Valois (1328-1350). Elle comprend une soixantaine de chapitres évoquant tour à tour l’Anjou mérovingien, carolingien, l’empire des Plantagenêts et les débuts de la guerre de Cent Ans. Enfin, la dernière partie, construite autour d’une petite trentaine de chapitres, débute par l’érection de l’Anjou en duché en 1360 et s’achève par la mort du seigneur de Semblançay en août 1527. Si l’histoire événementielle reste présente, qu’il s’agisse de parler de l’affrontement franco-anglais, de la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons ou des tensions avec la papauté, Bourdigné aborde également la question, omniprésente en cette fin de Moyen Âge, des famines et des épidémies.

22Au-delà de ces distinctions purement formelles, on remarque l’existence d’une constante tout au long de l’œuvre, résidant dans son souci de lier intimement l’Anjou et la monarchie française. À cet égard, selon l’auteur, le point crucial est l’avènement de Clovis car à partir de l’instant où il devient chrétien, l’histoire de l’Anjou et l’histoire de France s’entrelacent étroitement. Au fil des pages, il rappelle ainsi que tous les rois de France sont comtes ou ducs d’Anjou, comme Clovis et ses successeurs, Charlemagne, Louis VIII, Louis XI, Louis XII, etc., ou bien donnent l’Anjou en apanage à leurs frères.

Choix de la méthode et sources mobilisées : les techniques des historiens du Moyen Âge

23À l’instar d’autres chroniqueurs, la réflexion de Bourdigné est triple : témoigner, juger, savoir. Mais pour ce faire, il ne dévoile pas systématiquement ses sources. Un rapide comptage permet d’établir que l’œuvre ne renferme qu’une centaine (132) de références explicites, ce qui est assez peu. Quand il le fait, c’est généralement pour donner plus d’autorité et de crédit à son propos, ou plus rarement, pour contrer le point de vue de l’auteur qu’il cite. Par exemple, lorsque Jacques de Bergame dit que le pape Grégoire XI est limousin, Bourdigné, archives à l’appui, affirme que le pontife est angevin. Son raisonnement est subtil. Grégoire XI se nomme en réalité Pierre Roger de Beaufort. De fait, les Roger sont limousins mais étant donné qu’ils ont obtenu l’investiture du comté de Beaufort-en-Vallée, cette famille est également bien possessionnée en Anjou et c’est ce qui fait d’elle, selon Bourdigné, une famille angevine.

24L’auteur a eu recours à des sources d’origines diverses. Il s’est tout d’abord appuyé sur un certain nombre de travaux ayant trait de manière générale à l’histoire (locale et nationale) :

– Martial de Paris (vers 1420-1508) et ses Vigilles de Charles VII à neuf leçons (publié à Paris en 1493), sorte de chronique rimée de la guerre contre les Anglais.
– Les Cronicques d’Anjou et les Gesta consulum Andegavensium qui datent du début XIIe siècle. Le manuscrit se trouvait joint au cartulaire de l’église Saint-Laud d’Angers. Tout porte à croire que par son action auprès du chapitre, l’auteur a pu avoir facilement accès aux archives de cet établissement.
– Les Cronicques de Bretaigne : soit celles d’Alain Bouchard dont la première impression date de 1514, soit celles de Pierre Le Baud dont deux versions sont a priori connues. La première Compillation des cronicques et ystoires des Bretons a été achevée en 1480. La seconde Cronique des roys et princes de Bretaigne armoricane est terminée en 1505.
– Les Cronicques de Saint-Denis. Datant du XVe siècle, rédigées en langue latine, elles constituent une histoire quasi officielle de la royauté dont les grandes chroniques de France représentent la suite.
– La Cronicque de Grégoire de Tours, souvent rebaptisée sous le titre d’Histoires des Francs (VIe siècle).
– La Cronicque Turpin intitulée Historia Karoli Magni rédigée au XIIe siècle par un moine bénédictin.
– L’Hystorial (plus précisément le Miroir historiale) de Vincent de Beauvais (vers 1190-1264).
– La Cronicque de Robert Gaguin, intitulée De origine et gestis Francorum compendium et datée de 1495.
– L’Histoire des Francs d’Aimon de Fleury (vers 979-1008).
– Les Histoires du moine bourguignon du XIe siècle Raoul Glaber.

25Mais, compte tenu de l’ampleur géographique de son œuvre, Jean de

26Bourdigné a également consulté des ouvrages d’histoire étrangers :

– L’œuvre de l’historien et géographe perse Megasthènes (IIIe siècle av. J.-C.).
– Les Hystoires de Dictis de Crète (IIIe ou IVe siècle) et Darès de Phrygie (Ve-VIe siècles).
– L’œuvre de Bérose (IVe siècle av. J.-C.). Prêtre, contemporain d’Alexandre, il est l’auteur d’une histoire de Chaldée. Des fragments de l’œuvre, alors perdue, ont été mis à jour par Annius de Viterbe (1432-1502).
– Les Commentaires de César traduits par Robert Gaguin (1433-1501).
– Les Antiquitez de Diodore de Sicile (Ier siècle av. J.-C.).
– L’Hystoire romaine de Salluste (86-35 av. J.-C.).
– Les Hystoires rommaines de Tite-Live (59-17 av. J.-C.).
– L’œuvre de Gueldas, un moine romanisé – c’est l’hypothèse qui est souvent avancée – de Bretagne ayant vécu du VIe siècle.
– Les Cronicques de la grant Bretaigne rédigées par Geoffrey de Monmouth (1129-1154). Bourdigné évoque également les prédictions du prophète anglais Merlin (vers 540-612), prédictions tirées de la Vita Merlini de ce même Geoffrey de Monmouth.
– La Cronicque des roys de Hierusalem : peut-être s’agit-il des Gesta Francorum et aliorum hierosolymitanorum, l’un des plus anciens documents retraçant l’histoire de la première croisade dont l’auteur semble être un croisé anonyme d’origine italienne.
– La Cronicque de Bergame que l’on doit à Philippe de Bergame dit frère Jacques, mort vers 1380.
– Les œuvres du pape Pie II (1458-1464).
– Le Livre de la vie des papes de Platine (1421-1481).
– L’Hystoire Sabellic (1436-1506).
– L’œuvre de Raffaelo Maffei dit Volaterranus (1451-1522).

27Amoureux des lettres, Jean de Bourdigné a aussi consulté des auteurs de l’Antiquité :

  • 12 De lourds doutes subsistent sur l’identité de cet individu ; des doutes sur lesquels revient M. Ca (...)

– Apollonius de Rhodes (vers 295-vers 230 av. J.-C.)12.
– Cicéron (106-43 av. J.-C.).
– Virgile (79-19 av. J.-C.), notamment ses épilogues.
– Horace (65-8 av. J.-C.) et son Ars poetica.
– Sénèque (vers 55-vers 39 av. J.-C.).
– Martial (vers 40-vers 104) et son épigramme.

28Et il n’oublie pas non plus de faire une place à certains auteurs plus récents :

– Jean de Meung (1240-1305) et son Testament.
– Pétrarque (1304-1374).
– Jean Boccace (1313-1375).
– René Tardif, un poète angevin du XVe siècle.

29Quelques ouvrages ne rentrent pas tout à fait dans notre classification. Ainsi, il s’inspire également des Étymologies, l’encyclopédie d’isidore de Séville (560-636) et de l’œuvre, composée pour l’essentielle de traités de pédagogie et de théologie et d’une Bible, du savant et religieux anglais Alcuin (730-804). Enfin, certaines références restent difficiles à identifier à l’image, par exemple, des Cronicques troyennes ou des Cronicques itallicques.

30Mais, en termes de fréquence, quatre œuvres sont majoritairement utilisées : les Chroniques de France, les Chroniques de Philippe de Bergame, l’Histoire de Sabellic et la Chronique de Robert Gaguin.

31Toutes ces références invitent à essayer de savoir comment Jean de Bourdigné a pu avoir accès à tous ces ouvrages et à ces diverses sources et archives. Si malheureusement les inventaires des bibliothèques de l’université d’Angers, de l’église Saint-Laud et de la cathédrale ne sont pas toujours conservés (seulement un datant de 1472 pour la cathédrale), tout porte à croire que celui-ci a largement utilisé les fonds disponibles au sein de ces établissements. Par ailleurs, dans sa présentation de l’œuvre publiée en 1842, Théodore de Quatrebarbes indique de manière vague que Jean de Bourdigné a également puisé sa matière dans les « chartriers des châteaux et des monastères de la province ».

32Dans sa façon d’utiliser les sources qu’il mobilise, Jean de Bourdigné procède globalement de quatre manières différentes. Pour les origines lointaines, du Déluge à Clovis, il lui arrive de citer des auteurs anciens comme Bérose, Diodore, Isidore de Séville ou César, mais il le fait sans doute de seconde main, à travers les chroniqueurs qui ont écrit des histoires universelles, comme l’Hystorial de Vincent de Beauvais. Il est à noter l’absence d’harmonisation du système de datation de sorte qu’il fait appel autant à la Création du monde (Angers est ainsi refondée par les Troyens l’an 4027 de la Création) qu’au Déluge (Samothèse devient roi de Gaule l’an 1043 après le Déluge) ou bien encore à l’ère chrétienne (Francus II devient roi en 38 av. J.-C.).

33Pour la période s’étalant du Ve siècle apr. J.-C. au rattachement de la province à la couronne de France, il utilise davantage les textes médiévaux, qu’ils soient manuscrits ou déjà imprimés. Selon un usage fréquent, il reprend des auteurs qu’il ne peut pas avoir lu, mais qui ont été cités par d’autres comme dans cet extrait : « De ceste division du comté d’Anjou deça Mayenne et oultre Mayenne parlent bien ou long Odo, abbé de Mairemoustier, et Thomas de Loches, deux très notables hystoriens. » Ces auteurs sont cités par Jean de Marmoutier dans les Gesta consulum, mais leurs textes sont perdus depuis longtemps ! Concernant l’Anjou stricto sensu, on peut voir qu’il se réfère principalement à deux chroniques (les Gesta comitum Andegavensium, les Gesta consulum) même si l’on voit bien qu’il accorde surtout sa confiance à l’une d’elles, à savoir la seconde. En effet, il rapporte

qu’« ainsi fut finée la bataille entre les Angevins et Aquitaniens, ainsi que bien au long est déclairée en la cronicque intitulée Gesta comitum Andegavensium. Combien que en aucune autre chronicque aye leu que ceste bataille fut faicte par Geoffroy Martel du vivant de Foulques Nerra son père, et que icelluy Foulques en fut fort marry contre son filz, et en eurent querelle ensemble, toutesfois la première oppinion me semble la plus vraysemblable ».

34Dans un autre passage, il renforce bien ce choix par un autre argument :

« Et ne régna Maurice que ung an ou environ, parquoy aucuns qui ont escrip les cronicques d’Anjou ont laissé cestuy et ont passé de Geoffroy Grisegonnelle à icelly Foulques, comme s’il n’y eust autre conte en Anjou entre eulx deux. Mais toutes fois au livre intitulé Gesta comitum Andegavensium, il le met fils de Grisegonnelle. »

35Mais si Maurice a régné, Foulques Nerra serait son fils. Certains l’ont pensé, mais Bourdigné démontre, en s’appuyant sur un texte qu’il a vu, qu’il est plutôt son frère : « L’attestation de Foulques le Réchin, commençant au latin : Ego, Fulco, commes qui fui filius, etc, laquelle attestation est gardée en l’abbaye de monseigneur sainct Aubin. » Ces mots sont bien les premiers de la vie de Foulques le Réchin. Bourdigné a donc consulté la version des Gesta consulum conservée à Saint-Laud où il a été clerc, mais il a aussi fréquenté la bibliothèque de Saint-Aubin, et il confronte ces deux sources. Pour compléter ces Gesta consulum, qu’il suit généralement de très près, il a sans doute étudié les chroniques de Bretagne, y piochant des éléments du récit de la bataille de Concret, en 992, à laquelle participe Foulques Nerra, de même qu’il trouve ailleurs un récit des expéditions de Geoffroy Martel en Normandie, ou de l’action de Foulques V en Terre sainte.

  • 13 Sa chronique est imprimée à Venise en 1522.
  • 14 Marcus Antonicus Sabellicus (1436-1506), Histoire universelle en onze ennéades publiée en 1490.
  • 15 Rafaël Maffei de Volterra (1451-1522), dont le Commentariorum rerum urbanarum (sorte d’encyclopédi (...)

36À partir de la réunion de l’Anjou au domaine royal, l’auteur s’appuie davantage sur les chroniques nationales, désormais imprimées. Il utilise ainsi les travaux récents de Robert Gaguin et les relie à la chronologie angevine par des renvois aux évêques en place et des mentions d’événements locaux. Les comtes et ducs d’Anjou ayant été très présents en Italie, Bourdigné utilise également des sources italiennes qui ont souvent été publiées à la fin du XVe siècle ou au début du XVIe siècle : Bergame13, Sabelli14, et Raphaël de Volterra15. Qu’un auteur « soit italien (et par tant hayneux des Français) », ne peut être qu’une attestation supplémentaire de vérité, surtout lorsque cet auteur fait l’éloge de René d’Anjou, ou rapporte les paroles de Louis XII. On voit très clairement quel est l’intérêt de l’auteur de citer ce genre de source.

37Enfin, à partir du milieu du XVe siècle, sans renoncer à utiliser les chroniques, Bourdigné s’appuie beaucoup plus sur des sources locales, des témoignages – « ainsy que ay ouy réciter à gens dignes de foy » –, et même sur ce qu’il a vu. Le système de datation se fait moins précis : « en ce temps », « en ces années », « peu de temps après ». La forme du texte change un peu. Les grands discours et les récits de batailles sont nettement moins présents tandis que d’autres types d’événements apparaissent : mauvaises récoltes, inondations, épidémies, invention de l’imprimerie, crimes, processions, réformation de la coutume d’Anjou, désordres causés par les franc-sarchers, etc. L’auteur achève son œuvre en se faisant l’écho du sac de Rome et des premiers conflits religieux.

  • 16 C. Beaune, La naissance de la nation France, Paris, 1985.

38Bourdigné est un historien qui illustre parfaitement l’état de la science historique médiévale. Comme ses prédécesseurs écrivant l’histoire de la France, il intègre les Angevins dans l’histoire universelle. Il s’attache à montrer que les princes et les comtes d’Anjou sont liés aux souverains et l’Anjou un « pays », qui appartient à la « nation » française. Comme l’a montré Colette Beaune, l’émergence d’une telle idée est à mettre en rapport avec la guerre de Cent Ans, laquelle joue un rôle essentiel dans cette affirmation d’une nation se constituant autour de son roi16. Et pour Bourdigné, la nation est une notion fort concrète : « Les Angloys, ne povans desraciner l’ancien venin de hayne qu’ilz ont de long temps planté en leur cueurs contre la nation française. » Nulle trace d’un quelconque regret d’une autonomie de la province, l’Anjou appartient au royaume de France, et ses princes sont de « très radieux fleurons de la couronne ».

39Au fil de la plume, Bourdigné souhaite apporter une « vérité hystorialle » à ses lecteurs. Pour ce faire, il prend le temps de comparer ses sources, éventuellement de les contrôler par des documents inédits. Mais son souci premier est de transmettre la mémoire des faits remarquables des Angevins, chez eux et dans le monde, à l’imitation des multiples chroniqueurs français et étrangers dont les manuscrits circulent et dont les œuvres sont maintenant imprimées et plus facilement consultables. Par ailleurs, il n’hésite pas à recourir aux travaux de ses contemporains ce qui prouve que les écrits circulent. D’un style simple, il facilite la lecture de son ouvrage par une table des chapitres, diverses annotations marginales permettant de repérer les sujets abordés ainsi que des notes de bas de pages qui permettent de préciser tel ou tel point. L’auteur fait œuvre de pédagogie ce qui explique peut-être le succès de son travail. Les derniers chapitres révèlent un homme qui, se libérant de ses modèles – pour cette histoire récente, il n’y en a pas –, élargit ses préoccupations. La vie quotidienne des populations apparaît, notamment leurs difficultés et leurs souffrances. On entre davantage dans une histoire sociale de la province. L’auteur livre des éléments sur les étudiants et les hommes de loi. Le juriste Bourdigné est attentif à l’organisation de la justice, le clerc de Saint-Maurice soucieux de montrer, comme il le fait tout au long du livre, la piété des Angevins. Devenu annaliste, il est encore plus intéressant.

  • 17 J’emprunte la formule à Jean-Michel Matz, Les miracles de l’évêque Jean Michel…, op. cit., t. III, (...)

40Finalement, Jean de Bourdigné fait bien œuvre d’historien mais il est un historien version « médiévale ». Il est en quelque sorte ce que l’on pourrait appeler un « chroniqueur patriote17 ». Toutefois, son travail représente une contribution non négligeable à l’historiographie angevine. Tout d’abord, il est le premier à écrire une histoire globale de ce territoire, qu’il érige dès lors au rang d’objet historique. Ensuite, son livre prouve que l’Anjou et le Maine existent dans la conscience des Angevins. Mais en même temps, il introduit dans cette histoire un certain nombre de thèmes, on pourrait presque parler de mythes, de clichés, dont ses successeurs auront beaucoup de mal à se détacher : « la fertilité, doulceur et aménité du pays », la qualité des vins, la ferveur de la foi catholique, la qualité de son université, etc.

  • 18 B. Guenée, « En guise d’introduction… », op. cit. p. 13 et p. 17.

41L’histoire au Moyen Âge est assurément autre que celle qui est pratiquée aujourd’hui. Si dans l’histoire de l’historiographie, le Moyen Âge peut être présenté comme le temps de la compilation – et l’historien de cette époque se présente bien en partie comme tel –, il ne faut pas pour autant sous-estimer la qualité de l’érudition que les auteurs mettent en œuvre. Le compilateur juxtapose, c’est sûr, mais, dans les meilleurs cas, il ne se contente pas de reprendre ses prédécesseurs, il peut utiliser, tout comme nous le faisons, des documents originaux. En définitive, l’histoire qui a été faite au Moyen Âge n’est ni moins savante, ni moins élaborée, ni moins engagée. Elle répond à certains critères, à certains codes, à certaines exigences – mais, tout comme nous le faisons aujourd’hui – et il faut s’en accommoder car c’est bien, en partie du moins, à travers son miroir que nous voyons le Moyen Âge. Comme le souligne Bernard Guenée, il serait bien vain d’essayer d’étudier l’histoire du Moyen Âge sans considérer aussi l’histoire au Moyen Âge18.

Notes

1 Je tiens à remercier Jean-Luc Marais pour les notes manuscrites qu’il m’a gentiment transmises ainsi que Jean-Michel Matz pour avoir relu ces quelques pages.

2 B. Guenée, « En guise d’introduction : l’historien par les mots », in B. Guenée (dir.), Le métier d’historien au Moyen Âge. Études sur l’historiographie médiévale, Paris, 1977, p. 1.

3 M. Zink, La littérature française du Moyen Âge, Paris, 1992, p. 192 et p. 197.

4 P. Bourgain, « Histoire », in C. Gauvard, A. de Libera, M. Zink (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, 2002, p. 681-682.

5 P. Deck, « Mémoire », ibid., p. 900.

6 B. Guenée, « En guise d’introduction… », op. cit., p. 3-4.

7 C. Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, 4 tomes, rééd. Angers, 1965, t. I, p. 463-464 ; J.-M. Matz, Les miracles de l’évêque Jean Michel et le culte des saints dans le diocèse d’Angers (vers 1370-vers 1560), thèse de doctorat d’histoire médiévale, 3 tomes, Paris X-Nanterre, 1993, t. III, p. xiii-xvi et C. Bousquet, Jean de Bourdigné (vers 1480-1547), historien de son temps, mémoire de maîtrise, université d’Angers, 1997.

8 Il y a deux éditions, l’une en janvier, l’autre en octobre, voir Guy Bechtel, Catalogue des Gothiques français, Paris, 2008.

9 Sur l’identité du Viateur, deux noms circulent : Jean Bouchet et Jean Pèlerin. Jean Pèlerin est poitevin, né vers 1445, décédé en 1524. Exerçant les fonctions de secrétaire de Louis XI, il a mené des missions diplomatiques. Par la suite, il s’est retiré en Lorraine à Saint-Dié et Toul où il a écrit plusieurs ouvrages. Mais le concernant, Anatole de Montaiglon note qu’« il faut renoncer à y voir notre chanoine puisque ces chroniques qui sont jusqu’au bout toutes angevines alors que notre chanoine habitait depuis longtemps en Lorraine, vont jusqu’en 1527 ; il était alors mort depuis quatre ans. Ce nouveau Viateur serait alors ou Jean Bouchet ou plutôt encore un Pèlerin différent du nôtre [… En effet, le nom Viateur] peut avoir été repris par un autre [suivent quelques exemples] », voir Notice historique et bibliographique sur Jean Pèlerin dit le Viateur, chanoine de Toul et sur son livre De artificiali perspectiva, Paris, 1861, p. 13. Quant à Jean Bouchet, on sait qu’il s’agit d’un écrivain français – certains le présentent également comme un rhéteur –, né à Poitiers en 1476 et mort dans les années 1550. Il a composé des ouvrages historiques et de fantaisie en vers et en prose, voir A. Hamon, Un grand rhétoriqueur poitevin : Jean Bouchet (1476-1557), Paris, 1901. Finalement, on ne connaît pas de manière certaine l’auteur caché sous ce surnom de Viateur.

10 Jean de Bourdigné, Chronicques d’Anjou et du Maine, 2 tomes, Théodore de Quatrebarbes (éd.), impr. de Cosnier et Lachèse, 1842. Pour éviter une multiplication trop importante des notes de bas de page, nous en profitons pour préciser que tous les extraits cités proviennent de cette édition.

11 B. Guenée, « En guise d’introduction… », op. cit., p. 6.

12 De lourds doutes subsistent sur l’identité de cet individu ; des doutes sur lesquels revient M. Cauneau dans son article.

13 Sa chronique est imprimée à Venise en 1522.

14 Marcus Antonicus Sabellicus (1436-1506), Histoire universelle en onze ennéades publiée en 1490.

15 Rafaël Maffei de Volterra (1451-1522), dont le Commentariorum rerum urbanarum (sorte d’encyclopédie en 38 livres dont les 12 premiers traitent de géographie, les 11 suivants de biographies et les derniers de toutes les sciences de l’époque) est publié en 1506 à Rome et quelques années plus tard à Paris.

16 C. Beaune, La naissance de la nation France, Paris, 1985.

17 J’emprunte la formule à Jean-Michel Matz, Les miracles de l’évêque Jean Michel…, op. cit., t. III, p. xiv.

18 B. Guenée, « En guise d’introduction… », op. cit. p. 13 et p. 17.

Auteur

Docteure en histoire médiévale avec une thèse soutenue en octobre 2009 : Les justices seigneuriales en Anjou et dans le Maine à la fin du Moyen Âge : institutions, acteurs et pratiques. Ingénieure de recherches au CRHIA (université de La Rochelle), puis maîtresse de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université d’Angers. Membre du Cerhio. Thèmes de recherche : justice civile et criminelle ; droit coutumier et pratiques judiciaires ; procès et procédure ; personnel de justice ; justiciables, délinquance et criminalité.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search