Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Historiens de l'Anjou

 | 
Jean-Luc Marais

Les sources angevines et l’histoire de la Bretagne : l’exemple du Haut Moyen Âge

Noël-Yves Tonnerre

Texte intégral

  • 1 B. Pocquet du Haut-Jussé, Les papes et les ducs de Bretagne, Paris, 1928.
  • 2 H. Touchard, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, 1965.

1La Bretagne souffre d’importantes défaillances documentaires. Ces lacunes sont bien sûr chronologiques : les 400 actes du cartulaire de Redon font un peu illusion au IXe siècle, les XIe et XIIe siècles souffrent d’un déficit documentaire important : moins de 1 500 actes, et il faut attendre le XIVe siècle pour que les archives deviennent plus abondantes. Les défaillances des sources écrites sont surtout géographiques : la Haute Bretagne est relativement bien pourvue, plus à l’ouest la Cornouaille a la chance de disposer du cartulaire de Landévennec et du cartulaire de Quimperlé, la partie nord de la péninsule c’est-à-dire les diocèses de Léon, Tréguier et Saint-Brieuc sont par contre un véritable désert historiographique jusqu’au XIIIe siècle. Le bilan est donc maigre. Dans ces conditions, les historiens de la Bretagne doivent aller chercher la documentation ailleurs et parfois assez loin : pour la fin du Moyen Âge Barthélémy Pocquet de Haut Jussé a utilisé les documents pontificaux pour étudier l’épiscopat breton des XIVe et XVe siècles, une source dont il a montré toute la richesse1. Henri Touchard a pour sa part exploré les archives anglaises pour son étude sur le commerce maritime breton2. Pour les périodes plus anciennes les documents angevins ne peuvent être que très recherchés. Pour les XIe et XIIe siècles l’Anjou, trois fois moins vaste que la Bretagne, fournit plus de 6 000 actes alors que la Bretagne ne dispose que de 1 500 actes. La présence dans la péninsule de prieurés d’abbayes angevines est un attrait supplémentaire

  • 3 Allusion au célèbre discours de l’évêque de Saint-Brieuc voyant dans Arthur de la Borderie le nouv (...)

2Le Haut Moyen Âge est aussi une période où les sources angevines sont utiles. Le jugement peut paraître paradoxal puisqu’ici les manuscrits sont rares. Et pourtant des informations, même lacunaires, peuvent donner un éclairage nouveau et précis. Nous nous trouvons ici dans un espace historique qui a été largement exploité au XIXe siècle, parfois même manipulé, pour construire une identité bretonne. Arthur de la Borderie a été l’historien majeur, canonisé de son vivant pourrait-on dire3. Certains passages de son Histoire de Bretagne dispenseront ici de longs commentaires. Ainsi en conclusion de son premier chapitre sur les migrations bretonnes il écrit :

  • 4 Histoire de Bretagne, t. I, p. 279.

« Sans l’émigration bretonne, la péninsule Armorique aurait été pays de langue latine, province banale du royaume des Francs, languissante, inculte, désolée, longtemps encore souillée de paganisme. L’émigration bretonne lui a donné un peuple nouveau, de race et de langue celtique, peuple fier, énergique, indépendant, qui l’a défrichée, fécondée, christianisée en un mot qui en a fait la BRETAGNE4. »

  • 5 Le réveil de l’historiographie bretonne est due à une historienne anglaise Nora Chadwick et a un l (...)

3Devant une telle profession de foi une réaction scientifique était indispensable mais les historiens bretons la firent avec retard. C’est seulement depuis les années 1960 que l’historiographie a vraiment refusé cette interprétation « patriotique » pour mieux comprendre les transformations médiévales de la Bretagne, ce qui a amené à mieux replacer la Bretagne dans des ensembles historiques plus larges, Grand Ouest, Royaume franc, Empire carolingien5. Dans cette perspective les sources angevines sont d’un grand intérêt même si les documents écrits sont restreints. Deux exemples méritent d’être mis en valeur, celui de l’immigration bretonne et celui la fondation du monastère Saint-Sauveur de Redon.

  • 6 L’originalité de la Bretagne primitive tient à sa langue proche du brittonique d’outre-Manche, à u (...)
  • 7 La thèse du linguiste Joseph Loth vient ici appuyer les conceptions d’Arthur de La Borderie. Pour (...)
  • 8 Cette présentation des migrations bretonnes présente une réelle cohérence, elle apparut vraiment s (...)

4Les migrations bretonnes représentent un premier champ d’investigation. L’arrivée d’immigrants d’outre-Manche est une réalité historique incontestable. Pour la plupart des historiens du XIXe siècle, c’est encore plus, il s’agit d’un événement fondateur qui a créé une société particulière caractérisée par la langue, une christianisation précoce, des structures sociales6. Pour que cette patrie soit créée il fallait admettre une vraie rupture avec l’Armorique romaine, d’où deux idées force : la ruine et le dépeuplement de la moitié occidentale de l’Armorique et surtout une date tardive pour lier le départ des Bretons avec les offensives saxonnes7. L’émigration a donc été fixée à la fin du Ve siècle au moment où la colonisation saxonne commence à menacer les royaumes bretons. Elle s’est intensifiée au milieu du VIe siècle quand les Saxons ont atteint la basse Severn (région de Bristol) séparant les Gallois des habitants du Cornwall et du Devon. Elle s’arrête au début du VIIe siècle quand la conquête saxonne laisse se maintenir des pouvoirs bretons à l’ouest de la Grande-Bretagne. Bien entendu l’émigration a touché essentiellement les populations occidentales de l’île qui étaient christianisées mais parlaient le brittonique8.

  • 9 Léon Fleuriot nous a fourni une liste complète des sources narratives contemporaines : L. Fleuriot (...)
  • 10 Sur les Vies de saints on se contentera de citer ici B. Merdrignac, Recherches sur l’hagiographie (...)
  • 11 La Borderie dans sa monumentale Histoire de Bretagne ne consacre que 19 pages au Bas Empire, à ce (...)
  • 12 L. Halphen, Étude sur les Chroniques d’Anjou et des seigneurs d’Amboise, Paris, 1906.
  • 13 G. Kurth, Clovis, Paris, 2e édition, 1901, p. 235-236 ; Wilhelm Levison a joué un rôle important d (...)
  • 14 Nous utilisons ici la traduction faite par L. Fleuriot, ibid., p. 227-228.

5Dans cette reconstitution historique les historiens se sont servi essentiellement des Vies de saints. Les annales et chroniques contemporaines ont été négligées alors qu’elles avaient l’avantage d’avoir été écrites aux Ve et VIe siècles9 contrairement aux Vies de saints dont la plus ancienne, la Vie de saint Samson, n’est pas antérieure au VIIIe siècle10. Parmi ces textes narratifs les vieilles Chroniques d’Anjou occupent une place intéressante car elles évoquent des événements des IVe et Ve siècles très peu connus par ailleurs11. Ce précieux document est connu par cinq rédactions différentes contenues dans une dizaine de manuscrits. Les quatrième et cinquième rédactions sont les mieux connues, elles ont été faites par Jean de Marmoutier. Léon Fleuriot a attiré l’attention sur une autre rédaction, le manuscrit 6216 de la Bibliothèque nationale, celui de Thomas de Loches contenant la rédaction la plus ancienne et possédant en préambule le Liber de compositione castri Ambaziae. Il s’agit d’un ensemble assez complexe où on trouve parfois des textes légendaires. Un des rédacteurs de ce préambule s’appelait Robinus Brito Amabaziensis. Louis Halphen dans son édition des chroniques d’Anjou a estimé « qu’il s’agissait d’un résumé très rapide et mal fait de quelques chapitres de l’Historia Britonum écrite par Geoffroy de Monmouth12 ». Critique expéditive, car de nombreux éléments du Liber ne proviennent pas de Geoffroy mais de très anciennes annales angevines dont plusieurs érudits allemands G. Kurth, Wilhelm Levison ont prouvé l’authenticité13. Les trois passages que nous citons ici14, mettent en évidence les troubles sociaux qui marquèrent l’ouest de la Gaule, au IVe siècle, les liens entre le pouvoir romain et les Bretons, le rôle des Bretons dans la vallée de la Loire face aux Wisigoths et aux Francs :

p. 11 : Les Bagaudes pacifiés. La Gaule fut de nouveau et longtemps sujette des Romains.
p. 13 : Un jeune homme de Bretagne nomme Maurice vint à Trêves voir Maxime. Sur son conseil Maxime navigua vers la Bretagne et il épousa la fille unique de Caredoctus, roi de Bretagne. Obtenant ainsi le royaume. Caredoctus était devenu fort vieux et Conan, son neveu, fils du duc de Cornouaille (Cornubia), gouvernait son royaume. Maxime, craignant qu’il ne troublât sa domination, l’emmena avec lui, ainsi que de nombreux Bretons et lui donna la Gaule Armorique. Celui-ci fit venir après lui des troupes innombrables de Bretons nobles, non nobles, avec femmes et enfants. Il remplit ainsi de ses Bretons, après avoir expulsé les indigènes du lieu, toute l’Armorique jusqu’à Nantes et Rennes. Ainsi les Romains perdirent cette province.
p. 23 : Le cinquième roi franc fut Clodoveus, roi grand et catholique qui, à la dixième année de son règne, chassa de l’oppidum de Blois les Bretons qui infestaient les rives de la Loire entre Tours et Orléans et se cachant dans les bois tuaient les voyageurs. Comme lors de son retour de Saxe on lui avait révélé ce fait. Il accourut rapidement et après avoir tué ou mis en fuite les Bretons, détruisit Blois. Il restaura ce castrum un peu plus haut dans un endroit mieux adapté.

  • 15 Le mouvement bagaude désorganisa une grande partie de la Gaule du Nord, et plus particulièrement l (...)
  • 16 M. Rouche, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes. Voir aussi notre thèse : Noël-Yves Tonnerre, Nais (...)
  • 17 Cette arrivée de mercenaires bretons a été mise en évidence par l’historienne britannique Nora Cha (...)

6En faisant le tri des informations, on doit mettre en évidence trois choses. D’abord l’importance de la révolte des Bagaudes15. La Gaule a en effet connu dès la fin du IIIe siècle une révolte sociale consécutive à des charges fiscales devenues oppressives. Sans doute aussi, comme l’a souligné Michel Rouche, cette révolte trahit un maintien de traditions indigènes celtiques, comme le prouvent les transformations de l’habitat, l’apparition de motifs celtiques dans la céramique locale, l’émergence de pagi disparus16. La Borderie a complètement négligé cette agitation sociale à connotation linguistique parce qu’il rejetait toute idée de permanence celtique, les Armoricains avaient abandonné le gaulois pour le latin. Pourtant aujourd’hui le maintien de la langue gauloise au Ve siècle est largement admis aussi bien dans la vallée du Rhin qu’en Auvergne17. D’autre part, les cités armoricaines n’ont pas hésité à faire sécession au début du IVe siècle et ceci est certainement en liaison avec l’agitation sociale.

  • 18 Général commandant les armées romaines en Bretagne, Maxime se révolte en 383 et passe avec une gra (...)
  • 19 Les historiens considèrent aujourd’hui que ces deux cités ont été concédées aux Bretons par les au (...)
  • 20 Le tractus armoricanus et nervicanus a été établi officiellement par Valentinien I en 371. Il est (...)

7Le deuxième passage mentionne une concession territoriale faite par les Romains aux Bretons d’outre-Manche. Il s’agit plus précisément de l’empereur Maxime18 qui a gouverné la Gaule et la Bretagne à la fin du IVe siècle. Qu’il ait concédé l’ouest de l’Armorique aux Bretons, c’est-à-dire les cités de Osismes et des Coriosolites19 est tout à fait vraisemblable et on peut voir là l’aboutissement d’un long mouvement d’immigration suscité par le pouvoir impérial lui-même. Les autorités romaines avaient appelé dès le début du IVe siècle des mercenaires dans le cadre du Tractus armoricanus et nervicanus, vaste réseau défensif partant de la mer du Nord jusqu’au golfe de Gascogne20. Il s’agissait de lutter contre la piraterie saxonne mais aussi contre les révoltes rurales. Il n’est pas question de s’attarder ici sur la mise en place de ce système défensif, soulignons cependant que l’utilisation de mercenaires bretons ne concerne pas uniquement l’Armorique, on retrouve ces mercenaires dans d’autres régions de l’Empire. Cependant il semble bien que ces mercenaires provenant des régions les moins romanisées de la Grande-Bretagne aient fait de l’Armorique une destination privilégiée. Qu’il ait subsisté un lien entre ces Bretons immigrés et les royaumes bretons insulaires est également vraisemblable. Les noms de Cornubia et de Dumnonia, qui apparaissent dès le VIe siècle, ne sont pas venus au hasard. La seule chose dont on peut douter est que les Bretons aient éliminé les populations indigènes : on peut au contraire penser que la proximité linguistique a favorisé la fusion.

  • 21 Jordanes, getica, MGH, Auctores antiquissimi, t. V, p. 116, par. 45. Aux côtés des Armoricains les (...)
  • 22 Un autre passage de l’ancienne Chronique d’Anjou rappelle que dès 410 un chef breton nommé Ivomadu (...)
  • 23 D’où le fameux texte de Grégoire de Tours qui dit que les Bretons sont gouvernés par des comtes et (...)

8Le dernier passage évoque des Bretons qui ont combattu dans la vallée de la Loire. Cette assertion est intéressante car nous savons par Jordanes, historien des Goths qu’un chef breton Riothime ou Riothamus est venu combattre en 469 les Wisigoths pour le compte de l’empereur Anthemius21. Après la chute de l’Empire romain en 476 ces Bretons, livrés à eux-mêmes, ont hésité entre une alliance avec Syagrius, voire les Wisigoths, et un rapprochement avec Clovis, d’où cette intervention de Clovis maître de la Gaule du Nord après la victoire de Soissons22. Finalement les Bretons se rallieront à l’autorité de Clovis mais très certainement après son baptême donc après 49723.

  • 24 Geoffroy de Monmouth a été beaucoup lu du fait du succès de la Matière de Bretagne aux XIIe-XIIIe (...)
  • 25 Les autres sources sont rares mais il y a Procope.

9Au total ces sources angevines amènent à voir la complexité des IVe et Ve siècles. Les historiens du XIXe siècle avaient refusé les récits légendaires de Nennius et surtout de Geoffroy de Monmouth, récits qui mentionnaient des Bretons en Armorique dont le célèbre Conan Meriadec dès la fin du IVe siècle24. La Chronique d’Anjou est un élément qui permet de revenir à l’idée d’une immigration plus ancienne mais délivrée de tout un corpus légendaire25.

La fondation de Saint-Sauveur de Redon et l’Anjou

  • 26 Sur les origines de Redon : A. Chedeville, H. Guillotel, La Bretagne des saints et des rois, p. 24 (...)
  • 27 La dédicace de l’abbaye de Redon au Saint Sauveur, vénération particulièrement appréciée des Carol (...)

10Le second exemple particulièrement significatif est la fondation du monastère de Redon. En 832, Conwoion, issu d’une famille aristocratique du Vannetais, archidiacre de Vannes, décide de fonder un nouveau monastère sur le site de Redon à la confluence de l’Oust et de la Vilaine. Il obtient d’un chef local Ratuili quelques terres puis de Nominoé, comte de Vannes, la partie méridionale de la paroisse de Bain. Tout n’était pas réglé pour autant puisque Conwoion devait obtenir le consentement de l’empereur Louis le Pieux. Là les choses furent difficiles : par deux fois, Louis le Pieux refusa de donner son accord. L’historiographie traditionnelle insiste sur l’hostilité du comte de Nantes Richouin et de l’évêque de Vannes Rainarius. En vérité le refus de l’empereur s’explique par le fait qu’il s’agit de biens du fisc. Finalement Conwoion se rendit à Thionville et la situation fut dénouée26. Redon allait devenir une abbaye prospère et un pôle important pour la réforme de l’Église en Bretagne27.

  • 28 L’importance prise par Redon tient au fait que ses archives du IXe siècle ont été en grande partie (...)
  • 29 Marc Simon, L’abbaye de Landévennec, Rennes, 1895, p. 61.
  • 30 Il s’agit d’Ingilgrid, abbé de Saint-Jean-Baptiste – Saint-Lézin. L’information vient des Formulae (...)

11On l’aura compris, la fondation de Redon a été considérée comme un moment fondateur de l’histoire de la « patrie » bretonne face au pouvoir franc, d’où une utilisation souvent tendancieuse des sources bretonnes28. Pourtant c’est sur le plan religieux que le lien avec le pouvoir carolingien se manifesta le plus nettement. Le monachisme avait connu en Armorique comme dans les autres pays celtiques un grand succès mais ce monachisme privilégiait l’érémitisme et une grande indépendance vis à du pouvoir épiscopal. La soumission aux Carolingiens entraîna l’adoption du cénobitisme et de la règle de saint Benoît. On sait que dès 818 Louis le Pieux exigea que l’abbaye de Landévennec adopte la règle de saint Benoît29. Peu après, un moine de Saint-Jean-Baptiste – Saint-Lézin d’Angers est envoyé en Bretagne30. Dans le cas de Redon c’est une autre abbaye angevine qui joua un rôle décisif : Saint-Maur-de-Glanfeuil. Notre chance ici est de disposer à la fois de sources bretonnes et angevines, ce qui permet de bien mesurer le rôle de l’Anjou et de l’aristocratie carolingienne.

  • 31 Gesta sanctorum rotonensium, édité et traduit par C. Brett, Londres, 1989.

12Les Gesta de Redon, écrites à un moment où la Bretagne s’était émancipée du pouvoir franc insistent sur le particularisme breton pour finir par dire que les ermites en question ont adopté à Saint-Maur-de-Glanfeuil la règle bénédictine31.

« À cette époque vivait un ermite dans la partie retirée de la Bretagne, dans une forêt. Il se nommait Gerfred. Une nuit Dieu fit entendre une voix au saint ermite Gerfred qui lui disait : “Lève-toi vite de ce lieu et va rendre visite à mes serviteurs, les rudes moines demeurant en un lieu désert, travaillant de leurs mains, ne demandant l’aide de personne, sinon de Dieu seul.” L’ermite […] rapporta toutes ses paroles à son collègue Fidweten ; […] il se mit à chercher où se trouvaient ces nouveaux moines. Il parvint à […] Vannes. Il y reçut l’hospitalité d’un illustre prêtre nommé Woretwen ; le saint ermite lui demanda en quelle province vivaient ces frères dont il est question… Le prêtre lui répondit : “Les prêtres que tu cherches […] habitent en un lieu-dit Redon sur la Vilaine. Le premier d’entre eux s’appelle Conwoion ; sa perfection le rend vénérable ; il fut éduqué et nourri avec moi en cette ville et fut instruit pour le mieux des saintes écritures. Il y a d’autres hommes illustres avec lui qui ont possédé en ce monde une grande puissance, des richesses et des honneurs mais, pour Dieu, ils ont méprisé ces attraits.” À ce récit l’ermite fut rempli d’une grande joie et demanda à ce même prêtre […] un de ses serviteurs pour qu’il le conduise au lieu cité ci-dessus. Enfin, le jour suivant, l’ermite arriva à l’endroit que Dieu lui avait révélé. Mais dès que très vénérable Conwoion et ses frères apprirent toutes ces nouvelles, ils allèrent au-devant de lui et le conduisirent au monastère en chantant les louanges de Dieu. Là, il demeura avec eux durant presque deux années, dirigeant leur vie et les instruisant le plus pleinement possible. Par la suite. Il retourna à son cloître dans un monastère qui est dit Saint-Maur (de Glanfeuil) au bord de la Loire. »

  • 32 Cette donation se trouve dans le cartulaire de Saint-Maur de Glanfeuil composé au XIIe siècle.
  • 33 Cartulaire de l’abbaye Saint-Maur, Archives d’Anjou, 1843, I, 328 et 362, M. Planiol (éd.), La don (...)

13Saint-Maur de Glanfeuil apparaît donc seulement dans la dernière ligne du texte et on remarquera l’absence de mention directe de la règle bénédictine. Si nous regardons maintenant un document angevin et un peu plus tardif, 843, provenant de la même abbaye de Saint-Maur-de-Glanfeuil, la donation d’Anowareth32, nous découvrons une réalité bretonne beaucoup plus proche du monde carolingien. Anowareth, aristocrate breton, vient au bord de la Loire pour donner à l’abbaye la plou (c’est-à-dire la paroisse) qu’il possède. Sans doute est-il entré ensuite définitivement comme moine dans ce monastère. Précisons aussi qu’Anast (aujourd’hui Maure-de-Bretagne) est proche de Redon et que plusieurs des proches d’Anowareth sont entrés à Saint-Sauveur de Redon33.

« Tout fidèle qui enrichit de ses biens une église […] recevra du généreux bienfaiteur des récompenses éternelles. C’est pourquoi moi, Anowareth né dans la province de Bretagne, je veux apprendre aux fidèles ce qui m’a été révélé par Dieu. Une nuit […] il m’a été prescrit par une vision de me rendre au monastère de Saint-Maur qui est situé en Anjou sur la Loire. Alors que j’y arrivai, que je priai pour mes péchés et que les frères célébraient l’office du soir, je vis par une fenêtre située au sud de l’autel entrer un ange. Le suivait un homme vénérable habillé en diacre. Se tenant avec l’ange devant l’autel, il se tourna vers le chœur, les bras étendus, puis il se tourna vers l’ange, comme pour offrir en présent les prières. […] Le diacre vint à moi et me dit : “Je viens souvent ici pour faire ce que tu viens de voir.” Moi donc, ayant confiance que les mérites de saint Maur effaceront mes péchés, je donne à ce lieu […], c’est-à-dire à Glanfeuil, une part de mes biens […] la terre appelée Anast avec l’église dédiée à saint Pierre et sept chapelles dépendant de cette église, sauf l’église qui est située dans le domaine appelée Mernel et consacrée à saint Martin. Ces biens que je donne à Dieu et à saint Maur sont libres de tout impôt venant du comte ou de quelque séculier, mais non pas de l’évêque en raison de la redevance synodale qui est de deux sous. Ce don est confirmé par les livres de l’Ancien et du Nouveau Testament. Ce don de mon alleu susdit Anast, si quelqu’un l’enlève à Saint-Maur de quelque façon, qu’il soit condamné à un perpétuel anathème et soit perdu éternellement. Fait au monastère de Glanfeuil, année de l’incarnation du Seigneur 843, deuxième année du règne de Charles le Chauve. Gauzbert gouvernant le dit monastère… »

  • 34 La règle bénédictine fut imposée à l’abbaye de Landévennec dès 818 et en 819 Ingilfrid abbé de Sai (...)
  • 35 C. R no CVII. Entre 828 et 834 il entreprend la réforme de l’abbaye de Saint-Maur-de-Glanfeuil qu’ (...)
  • 36 Par contre il mentionne la captivité au monastère de Redon pendant quatre mois de ce même abbé Gau (...)
  • 37 Sur les Widonides : Régine Lejan, Famille et pouvoir dans le monde franc, Paris, 1995.
  • 38 La Chronique de Nantes dit qu’il a été nutritus chez les Bretons, on retrouve une vieille coutume (...)
  • 39 Sur cette question : A. Chedeville, H. Guillotel, op. cit, p. 260.

14Cet acte angevin est un document exceptionnel : c’est un témoignage précieux sur les vastes paroisses de l’époque carolingienne avec une église principale et des chapelles mais on trouve aussi des informations sur les droits du comte. Le rayonnement du monachisme bénédictin est net. Le monastère est représenté ici comme l’antichambre du paradis, cliché tout à fait carolingien34, d’autre part on sent le progrès de l’autorité épiscopale puisque la redevance synodale est mentionnée. Mais il est possible d’aller plus loin. Le monastère de Glanfeuil dépend d’une grande famille aristocratique carolingienne, les Rorgonides. C’est sous sa direction que la réforme a été réalisée. Or ces Rorgonides ont exercé des fonctions comtales à Alet. On peut donc imaginer qu’Anowareth est un proche de cette grande famille carolingienne liée par mariage à la famille impériale et que cette donation manifeste une relation de fidélité35. On découvre là une réalité qui a été volontairement négligée par La Borderie36 : il y a des liens qui s’établissent entre l’aristocratie bretonne et l’aristocratie carolingienne. Le cas le plus célèbre est celui du comte Lambert issu d’une autre grande famille aristocratique franque qui a dominé la marche de Bretagne sous le règne de Charlemagne : les Widonides37. Lambert II, fils du comte de Nantes Lambert I destitué en 831 et qui a été élevé chez les Bretons38 se révolte contre le jeune roi franc quand celui-ci choisit Renaud. Par deux fois Lambert va combattre Charles le Chauve en 843 et en 850. Il obtiendra quelque temps l’abbatiat de Saint-Aubin d’Angers. Il est intéressant de remarquer ici que le sixième chapitre de la Chronique de Nantes, qui traite de la révolte de Lambert et de Nominoé et de la mort du comte Renaud à Messac est probablement issu d’annales rédigées à Angers entre 875 et 87739. Ces annales sont aujourd’hui perdues, mais leur existence au Moyen Âge témoigne de la vitalité culturelle de l’Anjou au IXe siècle.

  • 40 Les formules du Haut Moyen Âge viennent de faire l’objet de deux études intéressantes : A. Jeannin (...)

15Les sources angevines et d’une manière plus large ligériennes méritent donc d’être intensément exploitées pour compenser les faiblesses documentaires de cette époque. Les résultats sont parfois décevants : ainsi les Annales de Saint-Aubin et les Annales de Vendôme n’apportent que des informations laconiques mais il faut dire aussi que certains champs de la recherche historique ont été insuffisamment exploités, par exemple le domaine des formulaires40. Il est frappant de voir que les actes de Redon ont utilisé des formules diplomatiques ligériennes. Par-delà ces formules angevines ou tourangelles c’est toute la question de l’héritage du droit romain et de la naissance du droit coutumier qui est engagée.

  • 41 Reginon de Prum est une source essentielle pour la période des invasions scandinaves, sa bonne con (...)
  • 42 Ces sources sont surtout intéressantes pour la mise en place des premières forteresses entre Anjou (...)

16Il faut reconnaître aussi que les sources extérieures à la Bretagne ne se réduisent pas à l’Anjou. Les Annales de Flodoard, les Annales de Saint-Vaast, les Annales d’Angoulême sans compter la chronique de Réginon de Prum41 sont des sources de renseignement essentielles dans le dernier tiers du IXe siècle alors que les abbayes bretonnes sont ruinées. Cependant au cours du Xe siècle et au début du XIe siècle quand se constitue la puissance des comtes d’Anjou. Les sources angevines redeviennent précieuses pour les historiens de la Bretagne42.

  • 43 On lira ici C. Cassard, « Les chroniqueurs et historiens bretons face à la Guerre de succession », (...)

17Cette présentation sur l’apport des sources angevines à l’histoire de la Bretagne offre un résultat qui peut paraître décevant. Aucune source n’apportera un récit continu capable de suppléer les lacunes graves de la documentation bretonne. Par contre l’historien trouvera des informations précises permettant de confirmer certaines hypothèses voire de corriger certaines interprétations basées sur les sources écrites de la péninsule. Le problème de l’histoire bretonne est double : d’une part elle a eu longtemps tendance à s’appuyer sur des sources tardives, on vient de le voir pour les Vies de saints qui sont au mieux des VIIIe-IXe siècles mais qui parfois ne sont connues que par des manuscrits du XIe voire du XIIe siècle, mais c’est également vrai pour les grandes chroniques bretonnes de la fin du Moyen Âge. Les Grandes Chroniques de Bretaigne d’Alain Bouchart ou les Chroniques et Ystoires des bretons de Pierre Le Baud ou encore l’Histoire de Bretaigne des rois, ducs comtes et princes d’icelle de Bertrand d’Argentré43. L’argument avancé par La Borderie et ses disciples a été de dire que les grands chroniqueurs avaient lu des chroniques aujourd’hui disparues, et qu’il fallait donc leur faire confiance. C’est un argument qui ne résiste pas à une critique historique à moins que l’on puisse trouver des preuves dans des sources contemporaines extérieures à la Bretagne. D’autre part l’histoire de la Bretagne a été souvent conçue comme la construction d’une identité sur le modèle de l’Histoire de France de Lavisse. Il s’en suit un risque d’isolement artificiel de la Bretagne et en même temps la recherche un peu forcée d’une unité qui n’est pas si évidente que cela. La Bretagne a toujours été bilingue sans prendre en compte la diversité des dialectes ; il faut aussi ne pas négliger la diversité des pays ; c’est tardivement que les ducs ont pu imposer partout leur pouvoir. Le premier texte législatif, l’Assise du comte Geoffroy ne date que de la fin du XIIe siècle.

  • 44 La différence principale vient du fait que ces royautés sont généralement accordées à des fils de (...)
  • 45 Dans le tome III de l’histoire de Bretagne on trouve ceci : « La Bretagne resta quinze ans aux gri (...)
  • 46 Dans un premier temps Henri II avait donné à son frère Geoffroy le comté de Nantes. À la mort de G (...)
  • 47 Pour plus de détails on lira J. Everard, Brittanny and the Angevians 1158-1203, Cambridge, 2000. L (...)

18On peut aller plus loin et voir que les sources angevines sont d’un double intérêt : d’abord elles permettent de bien replacer l’histoire de la Bretagne dans un horizon plus large. Les historiens du XIXe siècle proches de l’école méthodique ont accordé à l’histoire politique une place démesurée. Mais même dans cette approche strictement politique nous venons de voir que la période carolingienne a été très mal comprise : l’empreinte carolingienne a été forte en Bretagne. L’établissement d’une royauté bretonne ne saurait être vu sous l’éclairage d’une souveraineté d’État telle qu’on l’envisage au XIXe siècle. Il s’agit plutôt d’une royauté déléguée dans le cadre de l’empire carolingien. Il y a eu d’autres exemples en Aquitaine, en Bavière44. Et dans ce domaine de l’intégration de la Bretagne dans l’espace carolingien, les sources angevines sont particulièrement utiles au niveau politique mais aussi religieux et social. Elles permettent de comparer et de bien évaluer les apports. L’enjeu se joue aussi bien sur le fond que dans la perspective de la méthode de travail. Si l’on veut faire un grand saut vers le Moyen Âge central, c’est encore plus net pour le XIIe siècle. Pendant longtemps l’historiographie bretonne a été marquée par une hostilité ouverte contre la tyrannie d’Henri II45. Or quand on regarde de près on s’aperçoit que la domination des Plantagenêts a eu des aspects bénéfiques, elle a permis de grands progrès dans l’unification du duché avec ce curieux paradoxe : c’est Henri II qui a rattaché définitivement Nantes à la Bretagne46 ! La lecture des sources écrites relatives au pouvoir angevin est donc essentielle pour comprendre la réalité des faits même s’il faut constater que les chroniqueurs proprement angevins sont très rares47.

19Si l’on envisage une histoire « totale » maintenant, le rôle des sources angevines est plus important encore. Une histoire culturelle ne peut se concevoir que dans les liens avec la Loire et tout particulièrement avec le centre culturel essentiel qu’est Angers. On remarquera que parmi les plus anciens manuscrits de la bibliothèque d’Angers se trouvent des manuscrits de Landévennec, conséquence de la ruine de l’abbaye à la suite des invasions normandes. Si l’on se penche sur le monde des campagnes, force est de constater que l’apport des riches cartulaires angevins est indispensable pour connaître les structures agraires et la société rurale de la Haute Bretagne. Les actes de la pratique constituent une source limitée pour le Haut Moyen Âge mais exceptionnellement riche pour le Moyen Âge central. La publication attendue des cartulaires de Saint-Florent et de Saint-Nicolas devrait permettre l’accessibilité de l’ensemble de la documentation et, à partir de là, l’exploitation informatique. Des études comparatives avec les sources beaucoup plus modestes de la Bretagne peuvent déboucher sur une histoire rurale de l’Ouest français. On le voit les sources angevines restent incontournables pour l’histoire de la Bretagne d’autant plus que la prospection archéologique a bien progressé en Anjou sur l’habitat.

Notes

1 B. Pocquet du Haut-Jussé, Les papes et les ducs de Bretagne, Paris, 1928.

2 H. Touchard, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, 1965.

3 Allusion au célèbre discours de l’évêque de Saint-Brieuc voyant dans Arthur de la Borderie le nouvel Arthur de la Bretagne : « Ce roi que nos Bretons ne veulent pas croire mort Arthur c’est vous ! C’est vous qui nous rendrez la Bretagne ancienne, comme nos pères l’avaient faite, comme nos pères l’ont vue », cité par Jean-Yves Guiomar, « La Trinité bénédictine. Essai sur la production du signe Bretagne », La Taupe bretonne, no 3, octobre 1972, p. 69-94.

4 Histoire de Bretagne, t. I, p. 279.

5 Le réveil de l’historiographie bretonne est due à une historienne anglaise Nora Chadwick et a un linguiste breton : François Falc’hun. F. Falc’hun, L’histoire de la langue bretonne d’après la géographie linguistique, 2 vol., Paris, 1963.

6 L’originalité de la Bretagne primitive tient à sa langue proche du brittonique d’outre-Manche, à un réseau paroissial précoce : les fameux plou conservés aujourd’hui encore dans la toponymie, à l’importance de l’érémitisme, à la place de la famille large, au rôle de la femme.

7 La thèse du linguiste Joseph Loth vient ici appuyer les conceptions d’Arthur de La Borderie. Pour Joseph Loth le gaulois a disparu au Ve siècle en Armorique et le breton est issu du brittonique d’outre-Manche : J. Loth, L’immigration bretonne du Ve au VIIe siècle. La Borderie a défendu l’idée d’une organisation clanique du plou ; Marcel Planiol, historien du droit éloigné de l’esprit patriotique de La Borderie fait commencer aussi l’immigration à la fin du Ve siècle : M. Planiol, Histoire des institutions de la Bretagne, Rennes, 1981 (nouvelle édition), p. 140-142.

8 Cette présentation des migrations bretonnes présente une réelle cohérence, elle apparut vraiment scientifique par rapport aux récits légendaires qui s’étaient imposés jusqu’alors. Nous en reparlerons.

9 Léon Fleuriot nous a fourni une liste complète des sources narratives contemporaines : L. Fleuriot, Les origines de la Bretagne, Paris, 1980, p. 222-269.

10 Sur les Vies de saints on se contentera de citer ici B. Merdrignac, Recherches sur l’hagiographie bretonne armoricaine du VIIe au XVe siècle, 2 vol., dossiers du CeRAA, 1984.

11 La Borderie dans sa monumentale Histoire de Bretagne ne consacre que 19 pages au Bas Empire, à ce qu’il appelle la ruine de la péninsule armoricaine et encore s’agit-il surtout d’un récit sur les invasions barbares.

12 L. Halphen, Étude sur les Chroniques d’Anjou et des seigneurs d’Amboise, Paris, 1906.

13 G. Kurth, Clovis, Paris, 2e édition, 1901, p. 235-236 ; Wilhelm Levison a joué un rôle important dans les Monumenta Germaniae Historica. On lira une présentation plus complète dans L. Fleuriot, op. cit.

14 Nous utilisons ici la traduction faite par L. Fleuriot, ibid., p. 227-228.

15 Le mouvement bagaude désorganisa une grande partie de la Gaule du Nord, et plus particulièrement l’Armorique et la vallée de la Loire. Une première révolte est mentionnée dès 284-285. Après une accalmie au IVe siècle le mouvement redémarre au début du Ve siècle. Les cités armoricaines se révoltent contre l’autorité impériale. En 417 le général gallo-romain Exuperantius rétablit l’autorité impériale mais c’est seulement Aetius qui vient à bout de la révolte entre 426 et 431.

16 M. Rouche, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes. Voir aussi notre thèse : Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne, p. 54.

17 Cette arrivée de mercenaires bretons a été mise en évidence par l’historienne britannique Nora Chadwick dès 1965 : « Colonisation of Brittany from Celtic Britain », in Procceedings of the British Academy, t. LI, 1965, p. 235-299.

18 Général commandant les armées romaines en Bretagne, Maxime se révolte en 383 et passe avec une grande partie de ses troupes en Gaule, bat les troupes de l’empereur légitime Gratien et s’installe à Trêves. Il fut finalement battu en 388.

19 Les historiens considèrent aujourd’hui que ces deux cités ont été concédées aux Bretons par les autorités romaines ; par contre le Vannetais, le Bro Weroc est une conquête du VIe siècle : B. Tanguy : « Principautés, et Pagi ; Domnonée, Cornouaille et Broerec », in B. Tanguy et M. Lagrée (dir.), Atlas d’Histoire de Bretagne, Morlaix, 2002, p. 60.

20 Le tractus armoricanus et nervicanus a été établi officiellement par Valentinien I en 371. Il est l’aboutissement de plusieurs décennies de stratégie défensive. Les Bretons très faiblement romanisés de l’ouest de la Grande-Bretagne sont assimilés aux Germaniques et enrôlés dans l’armée romaine : L. Fleuriot, op. cit., p. 39-50.

21 Jordanes, getica, MGH, Auctores antiquissimi, t. V, p. 116, par. 45. Aux côtés des Armoricains les Bretons ont également combattu contre Atila en 451.

22 Un autre passage de l’ancienne Chronique d’Anjou rappelle que dès 410 un chef breton nommé Ivomadus ayant avec lui un millier d’hommes a obtenu des autorités romaines le droit de s’établir autour ce qui deviendra la ville de Blois. Voir N.-Y. Tonnerre, « L’Armorique à la fin du Ve siècle », in M. Rouche, Clovis, Histoire et mémoire, 1, 1997, p. 141-156.

23 D’où le fameux texte de Grégoire de Tours qui dit que les Bretons sont gouvernés par des comtes et non des rois, Grégoire de Tours, MGH, cipt. Rer. Mer., I, p. 137.

24 Geoffroy de Monmouth a été beaucoup lu du fait du succès de la Matière de Bretagne aux XIIe-XIIIe siècles. Il affirme que le chef des Bretons s’appelait Conan Meriadec. Selon lui, Maxime, à peine débarqué de Grande-Bretagne lui avait fait don de tout le pays avec le titre de roi. Au XVIIIe siècle la famille de Rohan affirma être issue de Conan Meriadec, ce qui lui permettait de revendiquer une origine royale plus ancienne que la famille royale française. Pour avoir refusé une manipulation Dom Lobineau préféra abandonner le chantier de publication des sources bretonnes. Dom Morice se montra plus accommodant.

25 Les autres sources sont rares mais il y a Procope.

26 Sur les origines de Redon : A. Chedeville, H. Guillotel, La Bretagne des saints et des rois, p. 241-242.

27 La dédicace de l’abbaye de Redon au Saint Sauveur, vénération particulièrement appréciée des Carolingiens est déjà une preuve du loyalisme de Nominoé et de Conwoion.

28 L’importance prise par Redon tient au fait que ses archives du IXe siècle ont été en grande partie conservées. Ce n’est pas le cas de Saint-Méen, abbaye plus précoce et qui a reçu en 816 à la demande d’Hélocar évêque d’Alet un diplôme de Louis le Pieux confirmant ses privilèges et lui accordant l’immunité. L’abbaye de Saint-Méen a bénéficié d’un grand rayonnement mais ses archives sont disparues. Les informations sont également restreintes sur Landévennec.

29 Marc Simon, L’abbaye de Landévennec, Rennes, 1895, p. 61.

30 Il s’agit d’Ingilgrid, abbé de Saint-Jean-Baptiste – Saint-Lézin. L’information vient des Formulae imperiales, MGH, Legum sectio sectio V., no-, p. 291-292. Voir J.-P. Brunterc’h, « Le duché du Maine et la marche de Bretagne », in La Neustrie. Actes du colloque historique international publié par ATSMAH, Sigmaringen, 1989, p. 48.

31 Gesta sanctorum rotonensium, édité et traduit par C. Brett, Londres, 1989.

32 Cette donation se trouve dans le cartulaire de Saint-Maur de Glanfeuil composé au XIIe siècle.

33 Cartulaire de l’abbaye Saint-Maur, Archives d’Anjou, 1843, I, 328 et 362, M. Planiol (éd.), La donation d’Anowareth, texte et commentaire, Rennes, 1894. Ce riche aristocrate était peut-être un machtiern un aristocrate dirigeant un plou, c’est-à-dire disposant d’une réelle autorité. Le problème est que ce serait le seul exemple de machtiern propriétaire d’une paroisse. Anowareth avait un frère prêtre, nommé Budworeth, qui se montra généreux vis-à-vis de l’abbaye de Redon (cartulaire de l’abbaye de Redon, 44, 69 et 83). Le cartulaire de Redon mentionne plusieurs prêtres à Anast : Wurcomin, Wetenmonoc, Sulcunnan, Haëlobrit, Arbidoc, Boric, Gundric et Eudon ; ce dernier se fit moine à Redon en 867.

34 La règle bénédictine fut imposée à l’abbaye de Landévennec dès 818 et en 819 Ingilfrid abbé de Saint-Jean-Baptiste d’Angers fut envoyé en Bretagne pour répandre la règle de saint Benoît. Formulae Imperiales, in MGH Legum sectio V. Formulae Merovingici et karolini aevi, no 6, Hanovre, Karl Zeumer (éd.), 1886, p. 291-292.

35 C. R no CVII. Entre 828 et 834 il entreprend la réforme de l’abbaye de Saint-Maur-de-Glanfeuil qu’il a reçu de Louis le Pieux comme abbé laïc. La restauration suscite des oppositions et les Miracles de Saint Maur précisent que les moines sont allés se réfugier dans un domaine du comte Brennowen qu’Hubert Guillotel a identifié avec Bernéan dans l’actuelle commune de Campénéac (aujourd’hui dans le Morbihan à proximité de la forêt de Paimpont). Rorgon devint en 831 comte du Maine. Sa famille représentée ici par Gauzbert conserva l’abbatiat. A. Chedeville, H. Guillotel, op. cit., p. 220.

36 Par contre il mentionne la captivité au monastère de Redon pendant quatre mois de ce même abbé Gauzbert à la suite de l’offensive de Nominoé en Anjou en 850.

37 Sur les Widonides : Régine Lejan, Famille et pouvoir dans le monde franc, Paris, 1995.

38 La Chronique de Nantes dit qu’il a été nutritus chez les Bretons, on retrouve une vieille coutume celte.

39 Sur cette question : A. Chedeville, H. Guillotel, op. cit, p. 260.

40 Les formules du Haut Moyen Âge viennent de faire l’objet de deux études intéressantes : A. Jeannin, Formules et formulaires. Marculf et les praticiens du droit au premier Moyen Âge, 2007.

41 Reginon de Prum est une source essentielle pour la période des invasions scandinaves, sa bonne connaissance des événements vient du fait que son abbaye possède des biens en Anjou.

42 Ces sources sont surtout intéressantes pour la mise en place des premières forteresses entre Anjou et Nantais.

43 On lira ici C. Cassard, « Les chroniqueurs et historiens bretons face à la Guerre de succession », in Chroniqueurs et historiens de la Bretagne du Moyen Âge au milieu du XXe siècle, p. 57-75. J. Kerherve : « Aux origines d’un sentiment national. Les chroniqueurs bretons à la fin du Moyen Âge », Bulletin de la société archéologique du Finistère, t. CVIII, 1980, p. 165-206.

44 La différence principale vient du fait que ces royautés sont généralement accordées à des fils de souverain mais en 856 un nouvel accord prévoit que le fils de Charles le Chauve Louis épouse la fille d’Erispoé. Voir sur ce point : A. Chedeville, H. Guillotel, op. cit., p. 292-293.

45 Dans le tome III de l’histoire de Bretagne on trouve ceci : « La Bretagne resta quinze ans aux griffes de ce Henri II. Terrible despote, mélange de génie et de crime, le plus odieusement cruel et le plus misérable des souverains de ce temps. Pendant quinze ans (1166 à 1181), il tourna, broya dans ses tenailles la nation bretonne pour la métamorphoser en province anglaise ; malgré tout sa puissance et toute sa cruauté il échoua. »

46 Dans un premier temps Henri II avait donné à son frère Geoffroy le comté de Nantes. À la mort de Geoffroy en 1156, il garda le comté de Nantes mais après le mariage de son fils Geoffroy avec l’héritière du duc de Bretagne, Constance le comté de Nantes fut replacé dans le duché de Bretagne. A. Chedeville, N.-Y. Tonnerre, La Bretagne féodale, p. 86.

47 Pour plus de détails on lira J. Everard, Brittanny and the Angevians 1158-1203, Cambridge, 2000. Les principaux chroniqueurs du règne d’Henri II, Robert de Thorigny, Roger de Howeden, ne sont pas angevins. Seul Raoul de Diceto est peut-être originaire de l’Anjou. Il a étudié à Paris et a effectué plusieurs séjours à Angers. Ses Ymagines Historiarum fournissent un bon récit des événements allant de 1148 à 1202. Les Annales de Saint Aubin et les Annales de Vendôme restent laconiques.

Auteur

Noël-Yves Tonnerre est agrégé d’histoire en 1969 après des études supérieures à Rennes. Professeur de lycée à Vannes puis à Nantes, chargé de cours à l’université de Nantes, maître de conférences au Mans, docteur d’État en 1992 (Naissance de la Bretagne : géographie historique et structures sociales de la Bretagne méridionale [Nantais et Vannetais] de la fin du VIIIe à la fin du XIIe siècle) et professeur à l’université d’Angers à partir de 1993. Il a codirigé un colloque sur Le Haut Moyen âge en Anjou, publié en 2010.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540