Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Quatrième partie. Les formes de la dispersion de l'habitat

Les écarts et leurs habitations en Basse-Auvergne du Moyen Âge à la Révolution

Pierre Charbonnier and Emmanuel Grélois

Index terms

Geographical index :

France

Full text

  • 1 Fournier, Gabriel, Le Peuplement rural en Basse-Auvergne durant le haut Moyen Âge (1962) ; article (...)

1On retient souvent l’idée que l’Auvergne juxtapose un peuplement concentré en plaine et un habitat dispersé en montagne. La réalité est plus complexe et les deux formes d’habitat existent en plaine comme en montagne, à des degrés divers. Malgré une concentration de l’habitat en Basse-Auvergne entre les ixe et xiie siècles bien étudiée par Gabriel Fournier1, très poussée en plaine (Grande Limagne) et sur les buttes bordières, moins aboutie mais également présente en moyenne montagne (entre 700 et 1200 mètres d’altitude), il existe durablement un habitat dispersé, un semis d’écarts, en plaine comme en montagne.

  • 2 Les deux premières parties sont dues à Emmanuel Grélois, les deux suivantes à Pierre Charbonnier. (...)

2La présente communication2 entend faire le point sur la question, en abordant sur la longue durée le phénomène des écarts et de leur sort à travers les mutations des campagnes : encellulement, essor des domaines ecclésiastiques et laïques, guerre de Cent Ans, reconstruction du xve siècle, concentration foncière et multiplication des domaines à l’époque moderne. L’espace retenu est bordé à l’ouest par la Sioule, à l’est par la varenne de Lezoux, de manière à obtenir une zone d’étude centrée sur Clermont et combinant la plaine, la montagne et le contact entre ces deux ensembles ; l’extension sur une partie de la rive droite de l’Allier, autour de Vertaizon et Billom, se justifie par l’unité paysagère que constitue la Limagne des buttes, largement viticole, de part et d’autre de la rivière. Hors de cette zone, les Combrailles au nord-ouest et la varenne de Lezoux à l’est présentent une dispersion presque totale de l’habitat : c’est donc un espace mixte que nous abordons ici. On insistera particulièrement sur les points suivants : la dispersion de l’habitat au xie siècle, y compris en plaine ; la relative stabilité de la carte du peuplement en moyenne montagne ; la disparition de nombreux écarts en plaine et dans la zone de contact entre plaine et montagne, entre la fin du xiie et le début du xive siècle, en période de croissance ; l’expansion des domaines ecclésiastiques (canoniaux et monastiques) au xiiie siècle, mais aussi laïques (nobiliaires et de plus en plus bourgeois) favorisés par les déguerpissements de la fin du Moyen Âge ; la transformation de gros villages en domaines entre la fin du xive et le xvie siècle, avec le mouvement de concentration foncière. L’examen de la période moderne conduira, en raison de la précision accrue des sources, à la question des maisons d’habitation.

Généralités : systèmes agricoles et types d’habitat

L’habitat dans les sources écrites

  • 3 À ce sujet, voir Fournier, Gabriel et Pierre-François, La Vie pastorale dans les montagnes du cent (...)

3L’Auvergne est un espace très différencié. On y rencontre cinq systèmes agricoles. Dans les plaines riches domine la polyculture à base de froment. Dans la zone de contact plaine/montagne, une polyculture fait une large place à la vigne. Dans la zone de moyenne montagne, une polyculture à base de seigle accorde une place assez importante à l’élevage ; un système assez semblable se rencontre en plaine dans les varennes à l’est Lezoux. Enfin les hauts sommets, les « montagnes », sont caractérisés par un élevage bovin d’été. En termes d’habitat, les deux premières zones ont un habitat principalement groupé et la cinquième n’a qu’un habitat temporaire (en « cabanes » ou tras) dont l’altitude peut dépasser 1300 mètres (attesté au xve siècle et par observation aérienne)3. Pour la troisième et la quatrième, une distinction est à faire entre des secteurs à très gros villages et d’autres où ils sont plus modestes.

4Mais il existe une forme d’habitat transverse en isolats, correspondant à des domaines plus ou moins fortifiés situés hors des bourgs et des villages et appartenant à de petits nobles, des établissements ecclésiastiques, voire des bourgeois. On se contentera d’évoquer les églises et les moulins isolés, trop nombreux et obéissant à d’autres logiques d’évolution, par là en marge du sujet : les unes peuvent être désaffectées mais demeurer dans le paysage, tandis que les seconds doivent leur longévité à leur implantation sur les cours d’eau en fonction de la hauteur de chute qu’ils offrent. De même, il peut exister quelques isolats liés à la circulation (carrefour, pont ou gué) : moulins avec habitation, manoirs, hameaux. Il est délicat de faire rentrer un même lieu observé à des époques différentes dans une catégorie fixe : hôtel, maison forte, manoir, domaine ; aussi les cartes que nous avons dressées proposent-elles tantôt l’hypothèse la plus vraisemblable, tantôt une solution moyenne.

  • 4 BNF, ms. lat. 17714 (1357) ; Arch. dép. du Puy-de-Dôme, F O 5 (1372) et 5 C 184 (1399-1406) ; Arch (...)

5Dans les archives, les écarts sont plus difficiles à dénombrer et à localiser que les villages de taille plus grande. S’ajoute la difficulté inhérente au vocabulaire employé dans les textes médiévaux : si la domus est forcément de petite taille (depuis le logis seigneurial jusqu’aux bâtiments d’un domaine), les notions de villa et de mansus expriment une réalité intermédiaire entre le village groupé et la domus. Seul le mot tenementum, fraction du mansus ou de la villa et unité d’exploitation, indique sa position dans un ensemble plus vaste d’exploitations... qui peut être aussi bien ce que nous appellerions un hameau qu’un village plus grand. À côté de la documentation seigneuriale (transactions, inventaires de titres dont censiers, lièves, terriers et autres documents comptables), il faut faire un sort aux sources judiciaires et aux sources fiscales (royales) qui ont laissé à partir du milieu du xive siècle des données chiffrées qui révèlent une carte du peuplement parfois insoupçonnée. La comparaison entre les levées de 1357, 1372 et 1399, par exemple, complétée dans quelques cas par des données de 13434, est fort instructive sur le sort de petites localités de plaine qui servent de collecte à l’impôt royal.

En montagne

  • 5 Gioux, c. et cant. Rochefort-Montagne, arr. Clermont-Ferrand.
  • 6 Fléchat, c. Orcival ; Montcheneix et Saint-Martin-de-Tours, c. et cant. Rochefort-Montagne.
  • 7 3 G, armoire 7, sac A, c. 2 au carton des sceaux (s. d., analyse dans le cartulaire en rouleau du (...)
  • 8 Édition : Baluze, op. cit., t. II, p. 483 (« extrait du Tresor des chartes de Clugny »), s. d. (en (...)

6On observe deux types de paysages. Le premier correspond à habitat très majoritairement dispersé, avec peu de changements sur le long terme. Trois textes du xie siècle, tirés des fonds (vers 1043 ; sur Gioux5 : manses voisins de Fléchat, Montcheneix, Tours6 ; sur Méjanesse7) et de Cluny (biens situés dans les paroisses de Tauves, Chastreix et Saint-Donat8) témoignent d’un peuplement qui a peu évolué, mosaïque de manses sans véritable polarisation de l’espace ou hiérarchisation des points de peuplement Les exploitations sont établies jusqu’à des altitudes comprises entre 1100 et 1200 mètres. C’est un paysage rural typique des pentes des monts Dore, marquées par l’élevage et les estives.

7L’autre type se rencontre dans les bassins intramontagnards et sur certains plateaux, où il existe quelques castra et villages groupés comparables à ceux de la plaine, et même de gros écarts. On peut mentionner comme exemples le plateau de Laschamps au pied des Dôme dans les paroisses de Laschamps et de Saint-Genès-Champanelle, ainsi que le bassin d’Olby bien étudié par Pierre Charbonnier. On y rencontre une association céréaliculture/élevage.

  • 9 50 H 36, liasse 13 b, c. 10.

8Les documents comptables de l’abbaye féminine de Beaumont, à la fin du xiiie siècle9, et les terriers des siècles suivants montrent que ces villages comptent plusieurs dizaines de chefs de feu. Sur le versant oriental des Dôme, les paroisses n’ont pas de structure spatialement hiérarchisée : le chef-lieu paroissial de Saint-Genès n’est pas plus conséquent que les villages de Pardon ou Beaune. En revanche, au revers occidental, les écarts sont davantage dominés par les gros chefs-lieux : Olby (localité qui a même donné son nom à un archiprêtré, attesté en 1157, dont le titre est récupéré au siècle suivant par Rochefort), Nébouzat et Aurières cumulent paroisse et castrum.

  • 10 5 E O 188, f. 146 v et suiv.

9Le mode descriptif des tenures varie entre la plaine et la montagne. En Limagne prédomine très nettement la désignation par la parcelle (maison, champ, vigne) confinée par les parcelles voisines. En montagne, en zone d’habitat dispersé, on recourt à la villa ou au manse ou à une fraction de celui-ci, voire au tènement, presque toujours cum pertinentiis avec énumération des bois, prairies, moulins, pêcheries, étangs, eaux et autres droits, le tout confiné globalement Certains écarts comptent plusieurs exploitations (comme le Lot, c. Aydat, terrier de 149210), d’autres une seule (type domaine). Une différence tient au traitement des espaces non cultivés régulièrement, qui seront appelés plus tard par les cadastres « terres vaines et vagues » ou encore « bruyères » et qui jouent un rôle très important dans l’ancienne économie. Dans la partie orientale des Dôme, ces espaces sont dans la main du seigneur, hors quelques cas précis d’acensement, et les habitants n’en ont que la jouissance : s’ils les défrichent, ils doivent normalement verser une percière au seigneur ; l’utilisation des communaux est réservée aux seuls habitants. Au contraire, dans la partie occidentale, où les acensements sont faits par mas, ces mêmes espaces sont incorporés dans le finage du village et les contenanciers (c’est-à-dire les tenanciers qui n’habitent pas dans le village) y ont droit.

Figure 1- Les écarts des Dôme, xve-xviiie siècle

Figure 1- Les écarts des Dôme, xve-xviiie siècle

En Limagne

10En Limagne, la tendance à la concentration est beaucoup plus marquée. Mais des écarts demeurent. Aux xe-xiie siècles -cas sans grande originalité- l’habitat a tendance à quitter les fonds de vallée et à gagner les crêtes ou à s’établir à mi-pente des buttes calcaires ou volcaniques. L’encellulement castral conduit à l’irrésistible déclin de nombreux sièges paroissiaux et de plusieurs ville. La banlieue clermontoise n’échappe pas à la règle, où les ville établies au bord des cours d’eau sont soit anéanties par la croissance urbaine (Pomers près de Saint-Alyre) soit réduites à l’état de lieu-dit (Noals = Naud : pont et moulin isolé), ou de chapelle (Rabanesse : édifice desservi par un chapelain du chapitre cathédral, moulin).

Figure 2- Habitat groupé et habitat dispersé en Grande Limagne xiiie-xvie siècle

Figure 2- Habitat groupé et habitat dispersé en Grande Limagne xiiie-xvie siècle
  • 11 1 H 279, layette L1, n° 1975 : Ahelis, filia quondam Audini Espaclara quondam domicelli, domino de (...)
  • 12 3 G, armoire 9, sac J, c. 4-5 (1282-1284) ; Fournier, Gabriel, Le Crest au Moyen Âge, Le Crest auj (...)

11Les écarts, dans une structure du peuplement où le castrum et le gros village sont de règle, sont souvent situés sur les limites paroissiales ou très près d’elles. Du moins s’agit-il des limites paroissiales connues à partir de la seconde moitié du xiiie siècle. Dans certains cas, celui d’églises dont certaines ont perdu leur qualité de paroissiale réelle, l’écart sert même de limite : Saint-Avit (domus aristocratique avec sans doute une chapelle, située près d’un pont et d’un moulin sur le Bédat, aux confins de Gerzat, Montferrand et Cébazat, et vendus aux moines de Saint-Alyre en 129811), Sainte-Flamine (chapelle aux confins de Chamalières, Clermont et Ceyrat), Gandaillat (église paroissiale encore au xiie siècle, ruinée au début du xve siècle, aux limites d’Aulnat, Montferrand et Cournon), Saint-Amandin (lieu de sépulture primitif de Sidoine Apollinaire, aux limites de Clermont et Beaumont), peut-être Neyrat (paroisse captée par Montferrand). Un cas semblable est fourni par le village du Fest (ou Faix), situé dans la paroisse Saint-Hippolyte de Tallende-le-Mineur mais subtus castrum Cresti, cause d’un conflit de juridiction12. Souvent aussi, le nom des dîmeries (décimarie) semble conserver le souvenir d’un lieu habité : ainsi Batoin (Batoent) sur la paroisse de Gerzat, Mareugheol sur celle de Romagnat ou bien sûr Neyrat dans la justice de Montferrand, mais ce n’est là qu’une hypothèse qui demande de plus amples vérifications.

12Au tournant du xiie siècle, le réseau paroissial a été presque définitivement modifié. Les limites sont fixées et les écarts, au même titre que d’autres éléments remarquables du paysage (arbres, rochers, cours d’eau) servent à borner paroisses et justices. Au terme de cette première évolution sensible, les écarts de Grande Limagne peuvent être classés comme suit :

  1. églises avec bâtiments attenants : prieurés (Neyrat), chapelles sans fonction paroissiale mais desservies (Rabanesse), ruines (Gandaillat à la fin du xive siècle) ;
  2. moulins (parfois accompagnés d’un petit habitat permanent) ;
  3. demeures seigneuriales (parfois avec moulin et chapelle) ;
  4. petits villages comprenant quelques exploitations ;
  5. domaines.

Du xiie au xve siècle : une évolution des écarts contrastée et sélective

Une chronologie différentielle

13Chronologiquement, on peut distinguer plusieurs phases dans la formation des écarts, avec une nette tendance à la formation de domaines (mis à part le cas des moulins et des demeures seigneuriales isolées).

14Des écarts sont le résidu de ville attestées autour de l’an Mil, qui souvent ne sont pas devenues des villages mais sont demeurées à l’état de groupe d’exploitations ou de domaine, notamment quand d’autres agglomérations proches, généralement sur un site défensif et dotées de fortifications, les ont concurrencées. On peut dater l’achèvement de ces transformations entre le xiie et le xiiie siècle, en période de croissance agricole et démographique.

  • 13 Mémoire de l’assiette faite par les commissaires royaux de 2000 livres de revenu annuel sur les li (...)
  • 14 BNF, ms. lat. 17714, f. 28, éd. Drouot, Lucien, Notes et documents pour servir à l’histoire du Liv (...)
  • 15 . BNF, ms. lat 17714, f. 18-18v, éd. Drouot, Lucien, op. cit., p. 49. Il faut cependant demeurer p (...)
  • 16 1 G 57 : mandement de Charles V au premier huissier du Parlement (arrêt de défaut) l’enjoignant d’ (...)

15D’autres écarts sont la dernière trace d’habitats bien plus importants, gros villages ayant parfois le rang de chef-lieu paroissial. En général, leur disparition est liée à la guerre de Cent Ans. En Limagne, le passage récurrent des routiers dans les années 1359-1392 semble avoir eu raison de trois villages : Perpezat (rayé de la carte) et surtout Le Temple (60 feux en 134313), Machal (paroisse de Dallet, 44 feux en 135714) et Notre-Dame-de-La-Prade (paroisse, 36 feux en 135715) réduits à l’état de domaines au cours des siècles suivants. Des dévastations attestées à Lempdes et aux alentours en 137816 accréditent cette thèse. À l’inverse du premier cas, ce sont des formations résiduelles issues d’un contexte de crise agricole et démographique : la disparition des paysans (morts en raison des pestes ou des guerres, émigrés dans des agglomérations fortifiées pour se protéger des routiers) a dû encourager indirectement le mouvement de concentration foncière amorcé bien avant les crises.

16D’autres écarts enfin sont des créations nettes de domaines, issues de remembrements (qui peuvent cependant s’appuyer sur une tour, une manoir ou un moulin... situation qui peut rejoindre la première).

Les domaines à la fin du Moyen Âge en Limagne et au contact avec la montagne

  • 17 BNF, Nouvelles acquisitions françaises 9790, f. 348, copie d’après un registre de La Chaise-Dieu :(...)
  • 18 1 H 255, layette C2, n° 917 : infra locum de Ben Assis alias Lo Pecheyr (1399).

17Nombreux sur la carte de Cassini, ils existent, en quantité plus faible il est vrai, au Moyen Âge, y compris avant les restructurations du xive siècle. L’identification des écarts, surtout des manoirs et des granges, est parfois compliquée par les changements de nom, tantôt de véritables changements, tantôt des améliorations euphoniques de toponymes jugés trop rocailleux à l’oreille voire peu honnêtes. C’est ainsi que « Les Salles » finit par supplanter « Château-Sarrazin » dans la plaine de Jaude, comme si le mot « sarrazin », qui désigne souvent des ruines antiques, paraissait trop négatif. Dans le genre scabreux, mentionnons Bordellas, maison de Templiers près de Saint-Beauzire, qu’on retrouve à l’époque moderne sous le nom sans équivoque de « Bourdeilles », ou encore, hors de notre zone d’étude, la modification obtenue par les religieuses de Comps pour que leur établissement ainsi que leur village reçoivent le nom de Lavaudieu et qu’il soit désormais interdit de prononcer son ancien nom, jugé obscène17. Ailleurs, des toponymes jugés disgracieux furent transformés en noms plus euphoniques et surtout faisant sens : ainsi, Belde ou Beaude devient « Beaulieu », Bussojol ou Boysseugheulh « Boisséjour », le Pêcher (Pescheir, ; qui rappelle trop le pêche) disparaît au profit de « Bien-Assis » (qui exprime bien la belle assiette du manoir, qui offre une vue sur toute la ville de Clermont)18, Lou Baric (c. Orcines) devient « La Baraque ». Ces modifications interviennent presque toutes dans la seconde moitié du xve siècle.

  • 19 1 G 18/2 aux sceaux (1288) ; 1 G 26/17 : apud Altam Rippam prope Cornonium iuxta Aligerim in domo (...)
  • 20 16 H 41/1, n° 5 : in territorio del Mas de Cussac (1310-1311) ; 5 G 2, f. 6v : in territorio de La (...)

18Il est difficile de dater l’apparition des manoirs. Tout juste peut-on en voir surgir plusieurs, dans la documentation écrite du moins, à la fin du xiiie siècle, comme celui d’Auteribe, possédé par Jean Azam, de Cournon, lequel rédige son testament en 128819 ou encore celui du Pêcher au nord de Clermont (dont il sera question plus bas). Il en va sans doute de même pour ceux de Cussat20 et, plus près encore de Clermont, des Salles (ou Château-Sarrazin), ces deux derniers s’appuyant sur des murs antiques. On peut distinguer, en fonction de la chronologie, différents types de domaines, ecclésiastiques et laïques.

  • 21 Le 28 septembre 1295, l’abbesse de Beaumont se rend en personne dans la grange qu’elle possède à L (...)

19Les domaines ecclésiastiques, avec ou sans prieurés, se sont formés sans doute pour la plupart aux xiie et xiiie siècles. Il s’agit pour l’essentiel de domaines monastiques et canoniaux, tantôt simples lieux de stockage, tantôt de véritables granges avec exploitation et résidence de colons21. Pour la Limagne des Marais, on peut mentionner les domaines de Cœur et Grange-Blanche (appartenant aux cisterciens de Montpeyroux), le domaine de Laschamps de Cormède (bénédictines de Beaumont), la maison de Marmilhat (prieuré et grange de La Chaise-Dieu), la grange d’Aulnat (chapitre cathédral), plus près de Clermont le domaine du Grenouiller (domaine affermé au xive siècle par l’évêque à l’hôpital Saint-Barthélemy de Clermont) et la maison de Ségur (Hospitaliers de Saint-Jean). Mentionnons aussi le cas du lac de Sarliève, au sud-est de Clermont, zone tantôt en eau tantôt en roselières et pacages, dont les rendements attirent la convoitise d’établissement ecclésiastiques : grange de Bonneval (cisterciens de Bonnaigue, qui possèdent aussi plus au sud le domaine de Naves), grange de Prat un peu plus haut (cisterciennes de l’Éclache), domaine de Sarliève (ou Fontentige) doublant le domaine viticole de Gergovie (prémontrés de Saint-André-lès-Clermont). D’autres domus sont des hôpitaux, centralisant des revenus levés à proximité : Herbet (léproserie) près de Montferrand, hôpitaux de Gerzat, Cébazat, Malintrat, Orcet...

20Quant aux domaines laïques, ils laissent apparaître deux générations. Les plus anciens correspondent à des domaines seigneuriaux cédés à des établissements ecclésiastiques par la petite aristocratie endettée : il s’agit souvent d’ensembles formés par une église, une dîmerie, des biens-fonds, un manoir et des colons ; on les voit notamment dans les acquisitions de dîmes par l’Église au cours du xiiie siècle. La seconde génération est celle des fondations de la fin du xiiie ou du xive siècle, notamment dans la périphérie immédiate de Clermont.

  • 22 4 G 55, f. 18v-19 : els dos ortz Johan de Mautas [1242], de mosen Lozoic [ajout de la seconde moit (...)
  • 23 Ces informations doivent beaucoup au récent travail de lescuyer, Mathieu, « l’Inventaire après déc (...)

21Le cas du Pêcher est assez bien documenté. Au milieu du xiiie siècle, Louis de Roure, chanoine de la cathédrale de Clermont et membre d’un lignage noble, possède ou acquiert plusieurs jardins entre la Tiretaine du Nord et un petit affluent de rive gauche, la Champanelle22 ; c’est vraisemblablement lui qui fait aménager des viviers ou pêcheries (pescheir) en dérivant les eaux puisque son nom demeure attaché au lieu (piscarium sive locum vocatum le Pescheyr). Il passe ensuite à Pons de Vissac, seigneur de Vals (Enval) et Marsat, puis en 1333 à Reynard Balbet23 qui y dispose d’un manoir (domus ou reparium) avec tour, que lui ont peut-être léguées ses prédécesseurs. Le tout est clos d’un mur qu’on rencontre dans plusieurs délimitations des xive et xve siècles (lorsque le domaine prend le nom de « Bien-Assis ») ; du domaine rasé lors de l’extension des usines Michelin au début du xxe siècle, il subsiste une porte gothique remontée dans le jardin Lecoq à Clermont-Ferrand - peut-être une trace de la fortune des Balbet au xive siècle. Le même Raynard Balbet, anobli en 1336 pour services rendus à la royauté, acquiert en outre au milieu du xive siècle des parcelles de manière à former un domaine ou grange par remembrement entre Lempdes et Pont-du- Château, non loin de Paulhat ; des maisons et une tour seigneuriale (achetée à un chevalier en 1351), bien visibles dans une campagne plane, achèvent de dessiner un paysage qui annonce l’époque moderne.

Des bourgeois profitant des crises : l’exemple de la grange de Belde (Beaulieu)

  • 24 Acquisition de la dîme : 4 G 13/1-2 (1221 a. st. et 1227) ; procédure devant l’officialité de Cler (...)

22Les crises de la seconde moitié du xive siècle ont parfois profité à quelques-uns. Entre 1394 et 1414, un procès oppose le chapitre clermontois de Notre-Dame-du- Port à deux bourgeois de Montferrand, Jacques et Étienne Biolet, frères. L’objet de la procédure est la perception par les chanoines d’une dîme, dite de Belde, acquise par le chapitre en 1221-1222 sur le ressort de laquelle les bourgeois ont ni plus ni moins installé vers 1380 deux granges24. La dîme convoitée - puisque les bourgeois semblent se l’être arrogée sur une partie du ressort de la dîmerie canoniale - ne nous retiendra pas ici. Ce qui nous importe, en revanche, c’est la description du paysage et de l’habitat que détaillent les nombreux témoins assignés à comparaître devant l’official de Clermont, à charge ou à décharge des parties impliquées.

23Les chanoines du Port, jusqu’à l’arrivée des routiers et des Anglais peu avant 1359, percevaient la dîme de biens-fonds emblavés ou en vignes. Ils n’y percevaient pas de cens. Les comptes de cellériers, recopiés dans le registre de procédure pour la quasi-totalité des années 1310-1339, montrent une hausse tendancielle du produit de la dîme, sans qu’on puisse cependant l’attribuer à l’efficacité de sa perception (affermée) ou à une hausse de la production, c’est-à-dire des rendements agricoles. Une cinquantaine d’années plus tard, la situation a considérablement changé. Tout d’abord, les paysans ont converti certaines vignes en labours, à cause du passage fréquents des routiers et de dévastations occasionnées (mieux vaut en effet perdre une récolte que des années de travail de la vigne). D’autre part, à cause de déguerpissements (chute démographique ? émigration en ville ?), les parties basses (humides) situées dans le ressort de la dîmerie ont été pour la plupart laissées à l’abandon : ce ne sont plus, disent plusieurs témoins, que chardons et broussailles.

24C’est sur ce terrain propice aux convoitises que les frères Biolet établissent leurs granges. Les témoins assurent qu’elles comprennent des maisons d’habitation et des bâtiments d’exploitation, y compris des étables pour le bétail et autres animaux. C’est même, selon un témoin, un lieu appelé Villanova. Preuve supplémentaire qu’il s’agit d’un lieu habité : l’une des questions posées aux témoins à propos des colons de l’exploitation concerne le lieu de baptême, confession, mariage et sépulture, bref de quelle paroisse ils dépendent (les habitants de Beaulieu vont à Montferrant, plus près que Notre-Dame-du-Port, ce qui prouve si nécessaire que la dîmerie ne fait pas la paroisse, loin s’en faut).

25Qu’il y ait ou non usurpation (le droit de lever la dîme n’est pas un droit de propriété), c’est là assurément une acquisition massive de terres, une forme de remembrement visant à créer un domaine sur le modèle déjà ancien des granges ecclésiastiques. En 1412, les Biolet obtiennent même de percevoir la moitié du produit de la dîme de Belde, l’autre moitié demeurant aux chanoines du Port. Les granges ou domaines (domus et grangia sont synonymes) semblent donc se multiplier de manière à former un réseau dense en Limagne - mouvement poursuivi à l’époque moderne.

Du xve au xviiie siècle dans la montagne et ses bordures

L’habitat dispersé dans la reconstruction

  • 25 Charbonnier, Pierre, « Les villages disparus de la région des Dômes », Actes du 90e Congrès nation (...)

26La reconstruction du xve siècle a été conçue en ce qui concerne les tenures comme la reconduction des structures antérieures. Les seigneurs se sont efforcés de faire revivre les mas désertés en imposant lors de leurs acensements une clause de résidence ou encore en prélevant une redevance pour non-résidence. Aussi au total le maillage des villages n’a subi que de faibles amputations comme on peut le voir sur la carte de la région des Dôme25 où le signe affecté aux villages disparus n’est guère représenté (six cas seulement), et encore Auzat compte un habitant dans un terrier de l’Éclache du début du xve siècle.

  • 26 Ibid, t. 2, p. 753.

27Dans un secteur où les désertions avaient été nombreuses, comme celui des seigneuries de Murol et du Chambon plus engagé dans la montagne et plus exposé aux pillages puisque des « Anglais » occupaient un château voisin, l’habitat du xve siècle n’est pas très différent de celui d’avant la crise2. Il y a cependant quelques disparitions. De fait dans les terriers de ces deux seigneuries certains mas sont tenus par des habitants d’un autre mas qui n’y possèdent plus que des chazaux (nom local pour les bâtiments en ruines). Il y a aussi des habitats moribonds tel celui de Perchaduc qui ne compte plus qu’un habitant. On peut relever une initiative originale avec la transformation d’un mas récemment acquis par les Murol, celui du Cheix, en un domaine d’exploitation directe26.

  • 27 Ibid, t. 2, p. 949.

28L’autre structure d’habitat, à savoir les isolats aristocratiques, avait été également frappée par la crise. Il convient toutefois de distinguer entre les granges ecclésiastiques et les manoirs laïques. Les premières connurent toutes un changement de statut car les abbayes étaient trop affaiblies, tant en moyens financiers qu’en potentiel humain, pour les maintenir en exploitation directe. Deux formules furent essayées pour la remplacer et chacune connut des résultats variables en sorte que chaque grange représente un cas particulier. La première formule fut celle de l’acensement à des paysans. C’est celle qu’employa Saint-Alyre pour Pachalm et Le Pouzet27. Pachalm, très aventuré au coeur des Dôme, était déjà ruiné avant même la grande crise ; aussi, l’abbaye se contenta d’une simple remise aux habitants d’un village voisin. En revanche, pour Le Pouzet il était imposé aux tenanciers d’y construire des maisons, obligation qui ne fut pas respectée. En revanche à Randanne (c. Aurières) qui appartenait à la lointaine chartreuse de Saint-Gilbert-de-Neuffonds (dans l’actuel département de l’Allier) il semble qu’un petit village remplaça effectivement la grange.

  • 28 59 H, liasses 16 à 18.

29La seconde formule consistait à amodier la grange à un ou plusieurs preneurs pour des durées plus ou moins longues. Avec cette formule l’habitat devait être en principe maintenu dans sa forme d’isolat Mais les résultats furent variables. Il y eut des cas d’échec comme La Védrine, grange de Saint-André dans les Monts Dore qui disparut Inversement une autre grange de Saint-André, celle de Villeneuve (c. Orcines) traversa sans trop de dommages les siècles jusqu’au renouveau ecclésiastique du xviie siècle. Le point faible de cette formule était l’entretien des bâtiments. En effet, les preneurs, pour peu qu’ils aient leurs propres bâtiments dans le voisinage, pouvaient être tentés de négliger ceux de la grange. C’est l’évolution que l’on constate à Chagourdat (c. Chanonat)28 La première mention de Chagourdat est une autodonation faite en 1428 par les frères Sautarel habitants du manse de Chagourdat à l’abbaye de l’Eclache (abbaye cistercienne féminine installée dans la Montagne) de tous leurs biens, c’est-à-dire essentiellement de Chagourdat qui était un habitat aristocratique, en dépit de l’appellation de mas dans l’autodonation, comme le souligne l’existence d’une garenne et le fait qu’un acte de 1460 n’y parle que d’un seul hôtel. Il se peut qu’après le décès des Sautarel Chagourdat soit resté quelque temps à l’abandon car un document de 1448 mentionne la terre « herme » de l’Éclache. Pour 1499 est conservé un bail à ferme de Chagourdat pour 7 livres et 7 setiers. Après avoir passé de mains en mains au fil des fermes, les bâtiments étaient totalement en ruines au début du xviie siècle tandis que la situation financière de l’abbaye était elle- même très mauvaise. Aussi, en 1621, l’abbaye consentit un bail emphytéotique de Chagourdat à un certain Besson contre 50 livres de rente annuelle, somme modeste, avec il est vrai un versement de 1200 livres du preneur pour éponger les dettes des religieuses.

  • 29 Charbonnier, Pierre, Une autre France..., op. cit., t. 1, p. 222.

30Mais dans la seconde moitié du xviie siècles les établissements ecclésiastiques, revivifiés par l’élan de la Contre-Réforme, reprennent une politique agricole active dont on constate des répercussions au niveau des isolats. Saint-Alyre, s’appuyant sur le non-respect de l’obligation de construire au Pouzet, y réinstalle une grange de nouveau style gérée par les religieux. Saint-André reprend aussi un temps Villeneuve pour l’exploiter directement Même l’Éclache évince Besson de Chagourdat pour y mettre un métayer, forme d’amodiation qui s’est alors imposée pour les domaines car moyennant une certaine participation du propriétaire c’était elle qui se révélait la plus rémunératrice29.

Manoirs et domaines

  • 30 Ces deux chartriers appartenaient à la famille de Chabrol. L’auteur remercie vivement messieurs Je (...)

31Les manoirs sont plus difficiles à atteindre que les villages car les terriers ne les prennent normalement pas en compte. L’infériorité des archives laïques les pénalise aussi face aux granges. Toutefois on a pu approfondir quelques cas grâce aux deux beaux chartriers privés de Murol et de Tournoël30. Ceux-ci montrent que la crise a eu des répercussions sur cette structure. Ainsi le manoir de Bosredon d’abord localisé au dessus de Volvic aurait été détruit par les Anglais et le lignage qui le possédait obtint de transférer sa demeure à côté du bourg. À Murol deux lignages existant avant 1340 disparurent dans la crise et leurs manoirs revinrent dans les mains des seigneurs de Murol. La Sudrie fut acensée à de simples tenanciers et par la suite fut incorporée dans le village de Murol d’en bas, c’est-à-dire le Murol actuel. Le Bac (c. du Chambon) conserva son statut de manoir car il fut remis au capitaine de Murol, un noble, de surcroît époux d’une fille naturelle de Guillaume de Murol.

Figure 3- Le pigeonnier du domaine de Chagourdat (commune de Chanonat)

Figure 3- Le pigeonnier du domaine de Chagourdat (commune de Chanonat)

La date de 1628 est inscrite sur le linteau de la porte. Elle correspond précisément au contrat passé par Bresson

  • 31 Ces aveux sont conservés dans le fonds de Tournoël. Les domaines extérieurs sont ceux de La Ribbe, (...)
  • 32 Arch. Nat., JJ 226/250. Autres lettres pour des affaires de pâturage : JJ 195/803 et JJ 206/59.

32D’une façon générale les manoirs sont connus par les aveux dont on n’a pas pour l’Auvergne de tableau d’ensemble. À défaut, on peut utiliser les déclarations pour le ban de 1488, bien qu’elles soient moins précises qu’un véritable dénombrement. Certaines comportent en effet mention d’un domaine à côté des rentes. Si peu de seigneurs importants déclarent un domaine, alors qu’ils en ont un comme les d’Estaing, seigneurs de Murol, en revanche près de la moitié des simples brigandiniers en possèdent un. Est-il en situation d’isolat ? Oui sans doute dans certains cas. Les aveux faits au xve siècle par ses vassaux au seigneur de Tournoël montrent qu’il existait autour de ce puissant château pas moins de quatre petits lignages pourvus chacun d’un domaine isolé alors qu’un autre était localisé comme on l’a dit près du bourg de Volvic31. Les lettres de rémission de la seconde moitié du xve siècle permettent de faire revivre certains de ces isolats aristocratiques. Ainsi, l’écuyer Jean de Frédeville explique que son bouvier travaillant pour lui le domaine de Frédeville (c. Augerolle) est parti sans donner congé. Il apprend qu’il a été débauché par un lignage voisin exploitant le domaine de la Senthe. Il s’y rend et se bat avec le maître du lieu32.

  • 33 Charbonnier, Pierre, Une autre France. ...op. cit., t. 2, p. 753.

33L’exploitation directe semblait donc la forme généralement pratiquée au xve siècle dans ces domaines33. Elle demandait toutefois un contrôle strict du propriétaire que pouvait effectivement effectuer un petit lignage noble avec un seul domaine. Il n’est pas certain cependant que cette forme d’exploitation ait donné d’excellents résultats dans la conjoncture maussade du xve siècle, bas prix des grains et salaires restés à leur niveau d’après la peste. Aussi Le Cheix, domaine appartenant aux Murol comme remplaçant d’un village, fut bientôt affermé. D’autre part, la disparition d’un lignage entraînant la concentration de plusieurs manoirs dans une seule main était une menace pour la bonne santé des possessions secondaires. L’affermage du Cheix est sans doute aussi à rapprocher de l’insertion de Murol dans le grand complexe seigneurial des d’Estaing. Puis les bâtiments du Cheix disparurent et finalement les maîtres de Murol préférèrent en faire une simple annexe de leur montagne d’estive de Chagordeir. L’extinction du lignage des Bour au Crest avait entraîné le déclin de leur manoir de La Jonchère qui lors de sa vente aux Jésuites en 1643 n’était plus que ruines. Cependant la grande majorité des isolats laïques a pu se maintenir en adoptant le métayage comme forme d’exploitation d’autant que le xvie siècle voit une nette hausse des prix des grains. Le nombre des manoirs va même augmenter en raison d’un bouleversement des structures agraires.

  • 34 Pour la Franche-Comté, voir Febvre, Lucien, Philippe II et la Franche-Comté, Paris 1911.

34En effet le facteur essentiel de changement dans l’habitat à l’époque moderne a certainement été le transfert de propriété qui se produit à partir du milieu du xvie siècle au détriment des paysans. Les acquéreurs sont soit des notables locaux, soit des bourgeois de la ville voisine, soit le seigneur qui est en effet souvent créancier de ses tenanciers, soit enfin au xviie siècle des établissements religieux revitalisés par la Contre-Réforme. Il n’est pas lieu ici de traiter ce phénomène que nous avons décrit dans notre thèse et qu’on retrouve en d’autres régions34 Il a provoqué la multiplication des domaines. Par exemple à Cunlhat, dans la partie orientale de la Basse-Auvergne, dans l’enquête des grains de 1694 les domaines sont très nombreux, vingt-cinq, c’est-à-dire qu’il y en a un dans la majorité des mas et ils sont souvent les seuls à détenir des grains. Au placement financier qui pouvait être de bon rapport en une période de haut prix du blé comme entre 1550-1650, s’ajoutait la possibilité de s’ouvrir une voie vers la noblesse. Ainsi l’emphytéote de Chagourdat n’hésite pas à se parer du titre de « sieur de Chagourdat ».

Villages absorbés par des domaines

35Quant à l’impact sur l’habitat, on n’a pas rencontré de création d’un habitat nouveau qui aurait soulevé un problème pour les espaces collectifs. Comme les terres étaient prises à des habitants d’un lieu existant, le plus simple était de se lier à celui-ci. Autour de Cunlhat, presque tous les villages ont continué d’exister. Mais les choses ont pu aller plus loin et parfois le domaine incorpore l’essentiel des fonds. Il n’y a plus de place pour un agriculteur indépendant. L’habitat se réduit alors à une ou deux maisons selon que le maître a ou non une demeure distincte des bâtiments de l’exploitation confiée généralement à un métayer. À Cunlhat, il y a deux cas d’absorption, ceux de Fontbonne et de Boufoux, le premier appartenant à la famille noble de Terraules et l’autre à des roturiers du bourg. De telles absorptions supposaient que le village fût peu développé. C’était le cas près de Tournoël où une belle succession de terriers permet de repérer deux remplacements de hameaux existant à la fin du xve siècle, par un domaine avec apparition d’un habitat de prestige. Il s’agit du Vivet dans la commune de Volvic à la limite de la plaine et de Clerzat (c. Chanat) plus engagé dans la montagne. À l’ouest des Dôme, on a pu déterminer trois cas d’absorption ou de disparition liée à un domaine proche, Le Rodadour qui devient une annexe du château des Roches (c. Saint-Ours), Confolent (c. Olby), siège d’une petite seigneurie qui absorbe le village qui l’entourait, et enfin Villevieille (c. Saint-Pierre-le-Chastel). Les ruines de ce village avaient attiré l’attention des archéologues dès le xixe siècle. Des fouilles avaient alors permis d’écarter une fantaisiste origine préhistorique puisque on avait découvert un modeste trésor comportant une pièce émise sous Philippe VI. Cette thésaurisation incite à penser que le village a pu être déserté lors de la crise de la fin du xive, siècle d’autant que les noms des tenanciers ont changé entre la fin du xiiie et un terrier de 1427 de la seigneurie de Bonnebaud. Un terrier de 1558 de cette seigneurie, le dernier conservé, montre qu’il y a toujours des habitants mais que des non-résidents ont pris place dans les possesseurs, en particulier « honorable homme sire Etienne Dézégaulx marchand de Pontgibaud ». On n’a plus ensuite de mention d’un habitant de Villevieille. En fait le village a certainement disparu par incorporation de ses fonds dans ceux du manoir proche de Tournebize qui passe à la fin du xvie siècle aux mains de la famille Dézégaulx.

  • 35 Le même phénomène s’observe pour le village voisin d’Argnat mais ce dernier échappera à la dispari (...)
  • 36 D’après De Remacle, comte Albert, Dictionnaire généalogique. Familles d’Auvergne, 1824, (rééd. 199 (...)

36Il y a toutefois un cas où le village absorbé était nettement plus important Sozonières, situé près de Sayat, relevait principalement en directe de la seigneurie de Tournoël. Selon un terrier de la fin du xve siècle, on y comptait pas moins de vingt tenanciers et il était divisé en plusieurs quartiers. Une liève de 1593 montre que les paysans avaient alors conservé la grande majorité des fonds ; toutefois un certain maître Jean Rondy y possédait plusieurs biens. Il descendait très probablement d’un autre Jean Rondy, mentionné en 1516 comme habitant de Volvic et capitaine de Tournoël. Or les opérations de la Ligue vont concerner ce secteur. En effet, le seigneur de Tournoël s’étant déclaré pour le roi alors que la province était fortement ligueuse, le château fut pris en 1594 par les Ligueurs et repris après un long siège en 1595. Il est vraisemblable que Sozonières ait été victime de violences au cours de ces opérations. En tout cas, une liève modée couvrant les recettes des années 1618-26 montre une situation totalement changée. D’une part une bonne partie des fonds n’est pas exploitée et passe en non-valoirs, ce qui corrobore l’idée d’une interruption brutale de l’activité35. D’autre part la plus grosse partie des biens pour lesquels un paiement a été effectué, est partagée entre deux maîtres, Amable Reynaud et Gaspard Rondy. Le premier s’effaça ensuite au profit des Rondy. Cette famille s’installa d’ailleurs à Sozonières où Gaspard fit en 1604 une donation à son fils François, gendarme de la compagnie du dauphin. Ce dernier prit le nom de « Féligonde » qui était celui d’un terroir proche de Sozonières36. Les Rondy cédèrent leurs biens de Sozonières-Féligonde vers 1635 à une famille de marchands enrichis de Clermont, les Pellissier qui entrèrent bientôt dans la noblesse par les offices. Les Pélissier de Féligonde possédèrent donc dorénavant l’emplacement de Sozonières comme le montrent clairement les plans du terrier de Tournoël de 1760. On ne rencontre plus personne se déclarant habitant de Sozonières. Cette disparition d’un gros habitat correspond donc à la conjonction du mouvement général des achats par les notables avec une crise locale exceptionnelle.

37De fait, au total, le tissu de l’habitat n’a pas été fortement modifié par rapport au xve siècle, les domaines isolats n’étant qu’une petite minorité en face de ceux intégrés dans les hameaux. Cependant l’aspect de ces derniers a changé en raison de l’insertion de demeures d’un type nouveau comme va le montrer l’étude des habitations.

Les habitations

38Il s’agit ici seulement de quelques pistes car une synthèse élaborée correspondant au cadre de cette communication demanderait un long travail. Les variables sont en effet nombreuses. Il faut d’abord tenir compte des deux grandes catégories, à savoir paysanne et aristocratique, puis les projeter dans le temps. Il faudrait de plus tenir compte des zones distinguées. De ce point de vue on s’est borné aux zones d’habitat dispersé de moyenne montagne qui sont d’ailleurs de loin les plus vastes.

Figure 4- Le château du Vivet (commune de Volvic)

Figure 4- Le château du Vivet (commune de Volvic)

Figure 5- Détail de la façade du château du Vivet

Figure 5- Détail de la façade du château du Vivet

39Il fut édifié au xviiie siècle sur l’emplacement d’un village. Son propriétaire avait alors un domaine dont les bâtiments subsistants sont hors du champ de cette photographie. Au xviiie siècle, un parc à la française s’étendait devant le château avec en son centre une fontaine dont on voit les restes au premier plan.

40On peut admirer les pierres de Volvic sculptées qui constituent l’encadrement de la porte et des fenêtres

41Une autre difficulté vient de la documentation qui se révèle décevante. Les terriers couvrent bien toute la période mais ils ne donnent généralement aucune description des bâtiments. Quant aux actes notariés, c’est seulement à partir des dernières années du xvie siècle qu’on a une couverture satisfaisante. Il faut d’ailleurs admettre que les actes de vente, d’échange ou de partage ne sont guère plus diserts que les terriers. Les contrats de prix-faits sont difficiles à trouver car s’ils étaient passés devant notaire, ce dernier ne gardait pas de telles minutes. C’est seulement pour le xviiie siècle qu’on est un peu mieux armé grâce aux rapports d’experts.

42Un problème de terminologie est à soulever au préalable : celui que pose la dualité des termes domus/hospitium en latin et maison/hostel en français. Ce n’est qu’au xviie siècle que le mot hostel se replie sur sa signification actuelle et que maison devient exclusif. Aux xve et xvie siècles, il arrive qu’on les rencontre conjointement dans les déclarations d’un terrier, ce qui fait penser à deux réalités différentes. On peut penser que le mot hostel implique un habitat plus complexe et donc le rattacher à deux réalités sociales différentes de l’habitation ordinaire à laquelle serait réservée maison, soit à une demeure aristocratique en face des « maisons » des paysans, soit à l’habitation d’une communauté familiale, structure qui connut en Auvergne un très grand succès dans la seconde moitié du xve siède, les ménages simples se contentant d’une « maison ». Mais il faut convenir que ces deux hypothèses, pour séduisantes qu’elles soient, ne tiennent pas face à la réalité des textes. En effet on constate que dans le même document un bâtiment peut être qualifié tantôt d’« hôtel », tantôt de « maison ». C’est le cas du manoir de La Jonchère dans une lettre de rémission. Parallèlement, dans le terrier de Dallet du milieu du xvie siècle, la même construction est désignée tantôt par une appellation, tantôt par l’autre.

  • 37 Arch. Nat, JJ 176 / 274, lettre de 1443. Aydat, cant. Saint-Amant-Tallende.

43Est-ce à dire que les communautés et l’aristocratie n’avaient pas de demeures particulières ? Quant à l’aristocratie, son habitation, quand on peut la saisir précisément, présente des caractères distinctifs qu’on détaillera plus loin. Pour les communautés elles devaient vivre en principe « au même pot et au même feu », donc dans une seule habitation qui était nécessairement vaste. C’est ce qu’implique une lettre de rémission concernant une communauté d’Aydat regroupant quatre frères et leurs familles37. Un valet y était employé qui avait « connu charnellement » la fille du suppliant La grossesse fut découverte une nuit, ce qui provoqua un grand bruit dans la maison. Le suppliant avait perçu le bruit, mais ne s’était pas rendu compte de son infortune, ce qui implique que la maison était vaste. Alors qu’il travaillait quelques jours plus tard avec le valet, une de ses nièces lui révèle l’affaire et il tue le coupable.

44Donc tout en abandonnant la dichotomie entre hôtel et maison, on doit retenir des critères sociaux et subdiviser cette étude de la maison rurale en deux parties, ferme paysanne et domaine en englobant sous ce terme les anciens manoirs et granges et les créations des temps modernes. On n’a pas étudié les demeures des bourgs indus dans la zone d’habitat dispersé en considérant qu’elles relèvent de l’habitat groupé, mais on pourrait adopter un autre point de vue et en faire un troisième type d’habitation dans la zone d’habitat considérée.

La ferme paysanne

45Dans les textes présentant des possessions complexes l’habitation est toujours citée en premier, ce qui témoigne de l’importance qui y est attachée. En corollaire on ajoutera que les cessions de maisons paraissent rares encore qu’une statistique soit difficile à établir sur ce point On trouve plutôt des maisons dans les partages et les échanges. Parmi ceux-ci beaucoup sont dissymétriques en ce sens qu’une maison est échangée contre un fonds. Ils sont, de plus, généralement déséquilibrés socialement en ce sens que celui qui cède la maison est un notable. On peut supposer qu’il l’a acquise récemment avec d’autres biens et n’en a pas l’usage à l’inverse du paysan qui lui cède en contrepartie un ou plusieurs fonds.

  • 38 3 G, armoire 14, sac J, supplément, c. 31.
  • 39 5 E 0 3984, pièce 24.

46De fait un fonds pour peu qu’ils soit vaste, pouvait équilibrer la valeur de la maison. C’est que les constructions étaient assez rudimentaires et tournaient facilement au « chazal » ou « chezal », terme local pour désigner un bâtiment en ruines. Un procès de 1740 relatif à la réfection d’un terrier est très instructif sur ce point Le présumé censitaire refusait de reconnaître devoir le cens pour sa maison, arguant que dans le terrier précédent de 1603 il était question de deux maisons attenantes alors que sa maison n’était contiguë à aucune. Les arbitres lui donnent tort en expliquant combien la disparition d’une maison est fréquente : « faute d’entretien la maison devient un chezal et au lieu de la rétablir on la laisse en basse-cour ou on la cultive en jardin en y faisant une clôture des débris du chezal38 ». Dans ces conditions il n’est pas étonnant de rencontrer de nombreux chazaux même dans des villages qui ne sont pas menacés de disparition. Les chazaux ou les « coutils », terme désignant plutôt l’emplacement du chazal, font d’ailleurs l’objet d’achats assez nombreux soit que l’acquéreur veuille pratiquer la rotation évoquée par les experts, laquelle était judicieuse car l’occupation humaine avait enrichi le sol, soit qu’il envisage une reconstruction. Toutefois les sommes mises en jeu restent modiques, de l’ordre de la dizaine de livres à Cunlhat vers 1650. Inversement il arrivait que l’on bâtisse sur un jardin39.

47Ces maisons construites grossièrement et au confort rudimentaire étaient susceptibles de partage tant horizontal que vertical, parfois seulement théorique puisque le bien était en indivision, mais parfois réel. On rencontre ainsi la cession d’un sixième de maison, en indivision il est vrai. La lecture des minutes notariales de la fin du xvie siècle, en ce qui concerne les maisons, fait penser à un jeu de cubes pour enfants qu’on assemble ou divise à volonté. Les maisons « entières » ne sont mentionnées que dans 22 % des actes. Cette situation est sans doute à mettre en rapport avec l’accroissement démographique du xvie siècle car au début de ce siècle d’après un registre d’Ambert, mais en ne retenant que les actes concernant les villages, le taux des maisons entières était de 56 %. Au xviie siècle il intervint ensuite une réunification des bâtiments. Autour de 1650 dans les minutes de Montaigut-en- Combraille et de Cunlhat pour les villages exclusivement le taux est remonté à 84 et 92 %. Ce revirement peut être expliqué à la fois par la stagnation démographique et par l’élévation de la qualité de la vie qui en introduisant dans la maison des éléments de confort telle qu’une cuisine pourvue d’une cheminée, rendait le partage plus délicat.

  • 40 Une bibliographie complète est donnée par le dernier paru : Poitrineau, Abel, Auvergne, coll. « L’ (...)
  • 41 Robert, Maurice, Maisons paysannes d’Auvergne. Tradition, technique, société, 1992.

48Quant à l’aspect de ces maisons, comme les textes ne sont pas très précis mais qu’en revanche plusieurs ouvrages très complets ont traité de la maison rurale traditionnelle d’Auvergne, entendant par là celles qui ont été construites à la fin du xixe siècle ou entre les deux guerres et dont il subsiste de nombreux spécimens, on a jugé préférable de s’appuyer sur ces travaux, en se contentant de marquer les différences existant entre leurs descriptions et les demeures des siècles antérieurs40. Ces ouvrages sont largement concordants et définissent un type quasiment unique pour les moyennes montagnes. Seul fait exception celui de Maurice Robert qui admet l’existence de plusieurs types et évoque la possibilité d’une évolution au cours du xixe siècle41.

49Selon l’opinion commune, la ferme paysanne est construite en pierre. Pour la couverture les auteurs évoquent le grand débat entre tuiles creuses du sud et tuiles plates du nord, tout en reconnaissant qu’au xixe siècle le chaume était encore très employé, et pour illustrer leurs ouvrages ils ont d’ailleurs réussi à dénicher quelques beaux toits de chaume bien qu’ils soient devenus rarissimes. S’ils laissent judicieusement de côté les toits de lauzes, pierres volcaniques délitées, qui ne se rencontraient que dans la région des Dore, ils ont omis un mode de couverture qu’ils n’ont sans doute pas rencontré car il était tombé en désuétude. Il s’agit des bardeaux, « allebardeaux » dans le parler local, petites planches qui tenaient lieu de tuiles. C’était un mode de couverture plutôt aristocratique, mais on l’employait aussi pour de simples fermes.

50Pour le plan ces auteurs soulignent la prépondérance de la formule dite de la « maison bloc à terre », associant l’habitation et les bâtiments d’exploitation, soit en les juxtaposant, soit même en les réunissant sous le même toit Une formule très répandue car la fréquence des pentes la favorisait consistait à placer la grange à foin au-dessus de l’étable, ce qui facilitait le ravitaillement des bêtes, en aménageant un accès direct à la grange par une « montade ». Parfois plusieurs complexes sont associés en un même alignement, constituant une « barriade ». Enfin, quant à l’élévation, les maisons paysannes se contentaient souvent d’un seul étage surmonté d’un « galetas » (terme local pour grenier). Une variante est admise concernant le Livradois où la maison d’habitation serait plus élevée comportant deux vrais étages plus un troisième en galetas.

Figure 6- Un exemple de maison bloc à terre

Figure 6- Un exemple de maison bloc à terre

51Cette maison peut être considérée comme comportant deux étages quoique celui du dessus soit occupé principalement par la grange. À gauche il y a l’habitation avec la cheminée, au centre l’étable et à droite la grange où l’on accède par une « montade ».

  • 42 Études de Duranthon entre 1648 et 1652 (5 E 7/162 à 165) et de Pellet entre 1746 et 1755 (5 E 7/32 (...)

52C’est précisément pour cette région qu’on a établi deux petites statistiques basées sur le dépouillement d’études notariales pendant quelques années du milieu du xviie siècle et du milieu du xviiie42.

Les maisons des villages de la région de Cunlhat vers 1650

Les maisons des villages de la région de Cunlhat vers 1750

  • 43 Série B, Riom 477a, expertise du 26 janvier 1786.

53L’absence de renseignements dans les minutes ne permet pas d’ouvrir une colonne consacré aux matériaux utilisés. L’abondance de La pierre dans l’espace des montagnes permet de penser que l’on utilisait en général pour les murs la pierre sous forme de moellons en réservant les pierres de taille aux points sensibles de la construction tels que les angles et les encadrements. La médiocrité du bâti soulignée par la fréquence des chazaux s’expliquerait par la mauvaise qualité du liant qui n’était que de la terre ou de la glaise et non du ciment qui aurait dû venir de loin. C’est ainsi que l’expertise réalisée en 1786 d’une construction récente à Chambois explique que pour les murs on a employé des pierres « trouvées sur place étant celles provenues des masures occupant l’emplacement dudit bâtiment43 ». L’expert ne compte donc rien pour ces pierres. Pour faire le mortier il a fallu 70 tombereaux de terre glaise prise à proximité. Ils ont coûté 17 livres et 10 sols. Les pierres de taille pour les portes des bâtiments et les coins des murs « apportées de la cheire » qui est à côté, n’en reviennent pas moins à 54 livres.

54Pour la couverture, on constate la nette prépondérance de la paille en dépit de sa dangerosité même encore au milieu du xviiie siècle. La tuile est une marque de supériorité sociale. Aussi est-elle plus employée dans les bourgs que dans les villages. Mais à Cunlhat même elle reste minoritaire en 1750.

  • 44 On est assez bien informé sur ce point car les actes notariés ne manquent pas d’indiquer les confi (...)

55La disposition en maison bloc à terre est loin d’être de règle au milieu du xviie siècle même si la maison d’habitation est souvent flanquée d’une petite étable pour abriter les porcs44. Les granges destinées encore surtout aux grains sont regroupées à part. Dans les gros villages où elles sont nombreuses, elles constituent un quartier appelé naturellement des « granges ». Il y a toutefois une évolution et au milieu du xviiie siècle la juxtaposition de la maison et des bâtiments d’exploitation a marqué des points. On peut y voir un aspect du mouvement d’unification dont on a déjà parlé. Le changement d’orientation économique du xixe siècle privilégiant l’élevage a ensuite imposé le rapprochement entre les hommes, les animaux devenus plus nombreux et le foin qui remplace le grain.

56Une nouveauté du xviiie siècle dans les villages autour de Cunlhat est la multiplication parmi les maisons isolées de celles qui sont qualifiées de « petites ». Elles sont vraisemblablement l’habitation d’un paysan sans terre, catégorie devenue assez nombreuse avec le mouvement d’acquisition par les non-paysans dont on a parlé plus haut En corollaire s’est développée une industrie textile fabriquant des étamines, ce qui se traduit sur le plan des constructions par des mentions d’ouvroirs.

57Quant à la hauteur des maisons, on est précisément dans la zone des maisons hautes et il est vrai qu’elles sont nombreuses. Elles n’apparaissent pas comme une forme nécessairement en progression puisque dans un partage de biens communautaires la maison « appelée la maison vieille » est à trois étages alors que l’autre n’en a que deux. En fait le rapport entre les deux hauteurs n’évolue pas entre 1650 et 1750. Ces maisons hautes de montagne ont été interprétées comme liées à l’élevage des ovins auxquels aurait été consacré l’étage inférieur, l’habitation étant rejetée au premier étage. Le fait qu’elles soient également nombreuses dans les Dôme paraît donner du poids à cette théorie. Mais on n’a pas vu de document étayant cette hypothèse. Toutefois, une maison d’étaminier reprend le même dispositif en plaçant un ouvroir dans le bas. Les maisons hautes étaient plus nombreuses dans les bourgs. Dans celui de Cunlhat on a même rencontré une maison de quatre étages.

58Au total, la maison paysanne d’Ancien Régime dans le secteur de moyenne montagne est assez différente de la maison présentée comme « traditionnelle » par les ouvrages ethnologiques récents. Il y a eu une évolution attachée d’une part à la place de plus en plus grande accordée à l’élevage bovin et d’autre part à la mainmise des non-paysans sur une bonne part des terres. Au xixe siècle se produit une récupération par les paysans qui rend à leurs habitations une fonction agricole que certaines avaient perdue, ce qui justifie la généralisation du modèle « bloc à terre ».

Les domaines

59Ces derniers se sont multipliés et sont devenus une composante fréquente de l’habitat On a pour les domaines quelques informations sur les coûts et procédés de construction. C’est ainsi que Chagourdat étant en très piteux état quand il en obtint l’emphytéose, le sieur Besson y entreprit des travaux dont il demanda le remboursement par l’Éclache quand l’abbaye l’évinça quelques années après. Un premier contrat, fait en octobre 1624 avec des maçons de Saint-Amant-Tallende, localité proche, prévoit la construction d’un bâtiment en pierre de 2 étages d’une hauteur d’un peu plus de 5 m jusqu’à la base du pignon. Il comportera 4 chambres, 2 par étage, chacune de 6 m sur 5, celles du rez-de-chaussée voûtées, un « four à cuire pain de 2 setiers de farine » (environ 200 kg), une cave, deux cheminées et une « petite vesselière à tenir l’eau » avec « un canal pour ressortir d’icelle ». Pour le sol, Besson achète 6 000 petits carreaux et 2 000 grands « appelés de parquettage » qu’il fait venir de Sermentizon à plus de 50 kilomètres. Pour monter aux chambres supérieures il y aura un degré prolongé par une galerie pourvue d’accoudoirs, cet ensemble étant protégé par une voûte. Un an plus tard, Besson complète la construction en traitant des pignons et de la couverture qui sera en tuiles creuses. Un galetas est prévu au-dessus des chambres avec un degré pour y accéder sous lequel sera une armoire. En 1626 c’est la basse-cour qui est projetée ; elle aura une enceinte de murs de 3 m de haut. En 1628 l’effort porte sur des aménagements annexes : construction d’un colombier, creusement d’un puits et apport de terre pour le jardin. Un pré est clos de muraille pour y installer un verger. Quant aux bâtiments d’exploitation, la couverture de la grange et celle de l’étable sont refaites en paille. Le coût de ces travaux a dépassé 1 500 livres ; encore certains matériaux ont-ils été récupérés sur place ou fournis par Besson. La remise en état de La Jonchère par les Jésuites, comprenant cette fois les matériaux, est estimée à un montant comparable soit 1 250 livres. C’est évidemment beaucoup plus qu’une maison de ferme dont le prix tourne alors autour de 200 livres. La différence portait sans doute moins sur les dimensions du bâtiment que sur les aménagements.

  • 45 Série B, Riom 474, expertise du 12 mai 1783.
  • 46 Voir un débat sur ce point dans le commentaire de la Coutume d’Auvergne par Chabrol, Guillaume-Mic (...)

60Les domaines se distinguent aussi des fermes par le développement, la disposition et la destination des bâtiments annexes. Sur le premier point on ne s’étonnera pas de les voir plus vastes et plus nombreux même en ne considérant que ceux qui sont proprement agricoles, car le domaine est plus étendu que l’exploitation paysanne, même si en Auvergne il n’atteint pas la centaine d’hectares. Les bâtiments étaient généralement disposés autour d’une cour fermant par un portail. C’est ainsi que dans l’expertise du domaine de Maisonneuve dans la paroisse de Montcel les experts notent en sa défaveur : « le tout en mauvais état et ayant cour commune avec la maison d’Antoine Tournier [un habitant du lieu], à laquelle cour il n’y a point de portail pour la fermer 45 ». Dans les annexes figurait presque toujours un élément caractéristique, le colombier. Sa construction était libre en Auvergne mais, comme il n’avait pas d’utilité réelle, c’était surtout une manière d’affirmer sa prospérité46. À l’extérieur, il y a un effort pour avoir un verger ou un jardin, avec parfois des essences rares comme celles que renfermait sans doute à Clerzat un jardin qualifié de « botanique » dans le cadastre napoléonien. Un autre élément extérieur est aussi présent très souvent, même dans des conditions naturelles difficiles, à savoir un étang ou du moins une serve. Ils avaient leur utilité en permettant d’affronter la rigueur du carême. Toutefois le recul de l’abstinence provoqua un net désintérêt envers les étangs et les domaines récents ne cherchèrent pas à en aménager.

  • 47 Série B, Riom 472a.

61Il y avait d’autres différences entre les vieux domaines dérivés des manoirs et ceux qui avaient été créés récemment Un document est assez révélateur sur ce point Il s’agit d’une expertise réalisée en 1781 pour la succession d’un notaire de Brioude. Celui-ci possédait deux domaines dans le secteur montagneux à l’est de la ville, l’un récent, celui des Chomettes et l’autre, un ancien fief, Le Chariol (c. Frugières-le-Pin, Haute-Loire)47. Les deux comportent à peu près les mêmes dépendances. Ce qui les distingue, c’est que dans le premier il y a de nombreux aménagements, tels que salon, cabinets (au sens de cabinet de travail) auquel Le Chariol oppose sa tour et son colombier.

  • 48 Série B, Riom 477a. Chambon-sur-Voueize, actuellement dans le département de la Creuse, relevait d (...)

62Dans ces deux domaines il n’y avait apparemment qu’un seul bâtiment Il convient en effet de distinguer deux cas : soit un bâtiment unique d’habitation, soit le dédoublement de l’habitat entre le maître et le métayer. La succession d’un notable de Chambon-sur-Voueize comportait deux domaines. L’un dans la paroisse de Chambon relevait du premier cas et l’autre situé à quelque distance du second, différence tout à fait logique48. Dans le premier cas le maître se contentait de réserver un espace soit pour résider temporairement, soit pour entreposer sa part des récoltes. Une formule, en quelque sorte intermédiaire, consistait en l’existence de deux granges dont l’une était réservée au maître. Dans le second cas les textes soulignent la hiérarchie des demeures : par exemple la maison du métayer se contente d’un toit de paille alors que la demeure du propriétaire bénéficie d’une couverture en tuiles ou en allebardeaux. La maison de maître était donc une demeure bien caractérisée comme le souligne cette réflexion d’un expert Ayant à évaluer en 1783 la maison d’un notaire de Chapdes-Beaufort, il chiffre sa valeur à 2950 livres mais ajoute :

  • 49 Série B, Riom 474, expertise du 18 août 1783.

« en observant cependant qu’attendu que cet article ne convient qu’à un bourgeois et qu’il n’en est que peu dans la campagne qui n’aient leur habitation, la rareté d’acquéreur portera infaillible ment un préjudice notable au parti qu’on pourrait espérer en tirer49 ».

63Il n’est pas sûr en effet que les domaines ne soient pas sur le déclin à la fin du xviiie siècle. Plusieurs font en tout cas l’objet d’un bail à rente foncière. C’est une autre séquence de l’histoire rurale qui s’amorce. Mais on a parcouru suffisamment de siècles pour qu’il soit temps de conclure.

*

64Cette longue tranche de l’histoire des campagnes est à découper en deux périodes. Le Moyen Âge jusqu’à la crise du xive siècle oppose des secteurs où les habitats se concentrent et d’autres où ils se multiplient. L’époque moderne donne, pour la montagne, un sentiment contradictoire de permanence puisque on retrouve les mêmes lieux habités sauf en de rares exceptions, et à l’inverse d’évolution à travers les changements des structures rurales et des habitations qui leur correspondent. En tout cas cet examen attentif de l’habitat a souligné l’importance sous l’Ancien Régime des écarts et notamment de leur forme extrême, les isolats.

65On aboutit ainsi à un contraste (voir les deux cartes) entre des secteurs où les écarts sont nombreux et forment un semis serré (ouest des Dôme et retombée de la montagne dans la plaine, entre 500 et 800 m d’altitude) et la Grande limagne et ses buttes caractérisées par de gros villages et une faible dispersion avec cependant, sur la rive gauche de l’Allier, un très dense réseau de granges ou domaines.

Notes

1 Fournier, Gabriel, Le Peuplement rural en Basse-Auvergne durant le haut Moyen Âge (1962) ; articles divers, monographies villageoises, notamment dans le Bulletin Association Site de Gergovie.

2 Les deux premières parties sont dues à Emmanuel Grélois, les deux suivantes à Pierre Charbonnier. Sauf mention contraire, les cotes indiquées renvoient aux fonds des Archives départementales du Puy-de-Dôme. De même, sauf précision contraire, les localités mentionnées se trouvent dans l’actuel département du Puy-de-Dôme.

3 À ce sujet, voir Fournier, Gabriel et Pierre-François, La Vie pastorale dans les montagnes du centre de la France, Clermont-Ferrand, 1983 (Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, 1983, p. 199-358), et plus récemment, pour sa riche iconographie, Paysages et architecture rurale entre Dômes, Sancy et Artense. Cantons de Rochefort-Montagne, dt Tauves et de La Tour-d’Auvergne, Puy-de-Dôme, Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France, Auvergne, « Images du patrimoine » n° 211, 2001, notamment p. 24-29, 57-61 (pages dues à Gabriel Fournier).

4 BNF, ms. lat. 17714 (1357) ; Arch. dép. du Puy-de-Dôme, F O 5 (1372) et 5 C 184 (1399-1406) ; Arch. dép. de l’Isère, B 3765 (1343).

5 Gioux, c. et cant. Rochefort-Montagne, arr. Clermont-Ferrand.

6 Fléchat, c. Orcival ; Montcheneix et Saint-Martin-de-Tours, c. et cant. Rochefort-Montagne.

7 3 G, armoire 7, sac A, c. 2 au carton des sceaux (s. d., analyse dans le cartulaire en rouleau du chapitre cathédral de Clermont, xie siècle, vers 1060). Édition : Baluze, Étienne, Histoire généalogique de la maison d’Auvergne, Paris, 1708, t II, p. 46. Méjanesse, c. Saint-Sauves-d’Auvergne, cant. Tauves, arr. Issoire.

8 Édition : Baluze, op. cit., t. II, p. 483 (« extrait du Tresor des chartes de Clugny »), s. d. (entre 1077 et 1095). Tauves, chef-lieu de cant, arr. Issoire ; La Tour-d’Auvergne, chef-lieu de cant., arr. Issoire ; Chastreix et Saint-Donat, cant La Tour-d’Auvergne.

9 50 H 36, liasse 13 b, c. 10.

10 5 E O 188, f. 146 v et suiv.

11 1 H 279, layette L1, n° 1975 : Ahelis, filia quondam Audini Espaclara quondam domicelli, domino de Sancto Avito, uxor Stephani de Murato, domicelli, [...] vendidit [...] religiosis viris fratri Bernardo, abbati monasterii Sancti Illidii Claromontis [...], precio sexaginta librarum monete communiter currentis [...] quasdam domos vulgariter dictas domos de Sancto Avito cum viridario eisdem domibus contiguo, cum suis ingressibus et egressibus, juribus et pertinentiis universis, que movent, ut asseruit eadem venditrix, de feudo dicti monasterii, que sita sunt in parrochia Cebaziaci, iuxta molendinum vulgariter dictum lo moli Borceyr ab oriente, quodam rivo intermedio, et rivum dictum de Bedat a borea, et vias publicas a meridie et ab occidente (1298).

12 3 G, armoire 9, sac J, c. 4-5 (1282-1284) ; Fournier, Gabriel, Le Crest au Moyen Âge, Le Crest aujourd’hui et demain, 1998, p. 24 (2e éd. 2003, p. 18).

13 Mémoire de l’assiette faite par les commissaires royaux de 2000 livres de revenu annuel sur les lieux de la Terre d’Auvergne, cédées par le roi au dauphin de Viennois, s. d. (v. 1339-1343 ?). Original : Arch. dép. de l’Isère, B 3765. Copies : BNF, Nouvelles acquisitions françaises 7455 ; Bibl. mun. de Poitiers, ms. Fonteneau n° 28, f. 60 v-66 v. ; édition, préparée mais jamais publiée, par Fournier, Pierre-François, Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 28 J 58, n° 9006.

14 BNF, ms. lat. 17714, f. 28, éd. Drouot, Lucien, Notes et documents pour servir à l’histoire du Livradois, du Vallorgue et des pays de la vallée de la Dore, t. III, 1995, p. 61-62. Un ajout, en date du 22 septembre 1358, sur la foi des déclarations faites par le curé de Dallet (paroisse dont relève le village) et des consuls de Machal, indique qu’il n’y a plus alors que 29 feux (solvables) et 2 pauvres (incapables fiscaux : duo impotentes, crucesignati et pauperes, ces trois catégories représentant respectivement ceux qui peuvent payer un peu, ceux qui sont morts et ceux qui sont dans la pauvreté absolue). La perte de 13 feux en un peu plus d’un an (la première liste d’habitants est dressée le 13 mars 1357), à une époque où la fiscalité royale recourt encore au dénombrement des feux réels et pas encore aux feux fiscaux, peut s’expliquer aussi bien par des déguerpissements que par la mort d’individus : dans les deux cas, le passage des routiers en est plus que probablement la cause.

15 . BNF, ms. lat 17714, f. 18-18v, éd. Drouot, Lucien, op. cit., p. 49. Il faut cependant demeurer prudent dans le cas de La Prade, parce que le nombre de 36 feux doit comprendre les habitants d’un autre écart, si l’on ose dire, La Rochette (actuellement Les Rochettes-Hautes et Basses, c. Saint-Julien-de-Coppel, cant. Billom, arr. Clermont-Ferrand), comme le prouve la présence en dans la levée de 1357 d’un certain Guillaume Mathieu (Guillelmus Mathei), apparaissant encore en 1398 (il est alors âgé d’environ 60 ans) sous le nom de Guillelmus Mathei de La Rocheta, parrochianus ecclesie Beate Marie de Prata prope Biliomum (4 G 558, f. 86v et 134).

16 1 G 57 : mandement de Charles V au premier huissier du Parlement (arrêt de défaut) l’enjoignant d’ajourner Guillaume de Villelume et Arbert, seigneur de Montvert, accusés par Henri de La Tour, évêque de Clermont, d’avoir commis, sous la conduite de Jean, fils du comte de Boulogne, avec leurs complices, des dévastations, viols et autres violences à Lempdes puis à Clermont.

17 BNF, Nouvelles acquisitions françaises 9790, f. 348, copie d’après un registre de La Chaise-Dieu : pour ce que ledit nom de Comps est vil et deshonneste a nommer ausd. religieuses, l’abbé de La Chaise-Dieu supplie Chartes VIII, pour l’honneur d’icelles et aussy pour eviter aux vaines paroles qui chacun jour sont a ceste cause dittes et proferées par plusieurs maldisans [...] au deshonneur et reproche d’icelles religieuses, que le prieuré soit dorénavant nommé et appelé le prieuré de Vaudieu (Lavaudieu, cant Brioude-Est, Haute-Loire).

18 1 H 255, layette C2, n° 917 : infra locum de Ben Assis alias Lo Pecheyr (1399).

19 1 G 18/2 aux sceaux (1288) ; 1 G 26/17 : apud Altam Rippam prope Cornonium iuxta Aligerim in domo que fuit quondam Johannis Azam in aula dicti loci (1311).

20 16 H 41/1, n° 5 : in territorio del Mas de Cussac (1310-1311) ; 5 G 2, f. 6v : in territorio de Las Peyrozas de retro domum de Cussac (1376).

21 Le 28 septembre 1295, l’abbesse de Beaumont se rend en personne dans la grange qu’elle possède à Laschamps en Limagne : fuit computatum et certificatum per familiarios dicte domus quod, exepta summa cuiuscumque bladi necessaria ad seminandum in terris dicte domus cultis et coltndis anno dicto et reliais in dicta domo ad hoc, et etiam exepta summa bladi necessaria ad pascendum familiares et gentes dicte domus dicto anno et per dictum annum usque ad messiones proximo adventuras, et etiam exepto hlado quod expenderunt usque ad dictam diem, remanserunt in dicta domo 31 sextaria frumenti, item 4 sextaria fabarum, item 4 sextaria et emina palmole, item 4 sextaria et 4 quartas avene (50 H 36, liasse 13b, c. 10, comptes de 1294-1296).

22 4 G 55, f. 18v-19 : els dos ortz Johan de Mautas [1242], de mosen Lozoic [ajout de la seconde moitié du xiiie siècle] ; f. 27 : e l’ort den Lozoic [...] iosta la treilha d’aquest mezeis en Lozoic de Roire [1242].

23 Ces informations doivent beaucoup au récent travail de lescuyer, Mathieu, « l’Inventaire après décès de Raynard Balbet, bourgeois de Clermont (1359) », Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, t. 160 (2002/1), p. 79-173 (édition et commentaire ; original : 5 E 01338, P 2-17v).

24 Acquisition de la dîme : 4 G 13/1-2 (1221 a. st. et 1227) ; procédure devant l’officialité de Clermont : 5 G 558 (1397-1398) ; sentence de l’official : 4 G 13/14 (1412).

25 Charbonnier, Pierre, « Les villages disparus de la région des Dômes », Actes du 90e Congrès national des sociétés savantes (Nice, 1965), Paris, Cths, p. 357-376.

26 Ibid, t. 2, p. 753.

27 Ibid, t. 2, p. 949.

28 59 H, liasses 16 à 18.

29 Charbonnier, Pierre, Une autre France..., op. cit., t. 1, p. 222.

30 Ces deux chartriers appartenaient à la famille de Chabrol. L’auteur remercie vivement messieurs Jean et Louis de Rohan-Chabot qui lui ont permis d’accéder à ces archives.

31 Ces aveux sont conservés dans le fonds de Tournoël. Les domaines extérieurs sont ceux de La Ribbe, Lavaur, Rochevert et les Ratiers avec Bosredon dans Volvic.

32 Arch. Nat., JJ 226/250. Autres lettres pour des affaires de pâturage : JJ 195/803 et JJ 206/59.

33 Charbonnier, Pierre, Une autre France. ...op. cit., t. 2, p. 753.

34 Pour la Franche-Comté, voir Febvre, Lucien, Philippe II et la Franche-Comté, Paris 1911.

35 Le même phénomène s’observe pour le village voisin d’Argnat mais ce dernier échappera à la disparition.

36 D’après De Remacle, comte Albert, Dictionnaire généalogique. Familles d’Auvergne, 1824, (rééd. 1995 et 2004), 1824, t. 3, p. 247.

37 Arch. Nat, JJ 176 / 274, lettre de 1443. Aydat, cant. Saint-Amant-Tallende.

38 3 G, armoire 14, sac J, supplément, c. 31.

39 5 E 0 3984, pièce 24.

40 Une bibliographie complète est donnée par le dernier paru : Poitrineau, Abel, Auvergne, coll. « L’architecture rurale française », 1999.

41 Robert, Maurice, Maisons paysannes d’Auvergne. Tradition, technique, société, 1992.

42 Études de Duranthon entre 1648 et 1652 (5 E 7/162 à 165) et de Pellet entre 1746 et 1755 (5 E 7/329 à 338).

43 Série B, Riom 477a, expertise du 26 janvier 1786.

44 On est assez bien informé sur ce point car les actes notariés ne manquent pas d’indiquer les confins des biens concernés.

45 Série B, Riom 474, expertise du 12 mai 1783.

46 Voir un débat sur ce point dans le commentaire de la Coutume d’Auvergne par Chabrol, Guillaume-Michel, Coutumes générales et locales de la province d’Auvergne, t. 1, Riom, 1784, p. 53.

47 Série B, Riom 472a.

48 Série B, Riom 477a. Chambon-sur-Voueize, actuellement dans le département de la Creuse, relevait de la sénéchaussée d’Auvergne. Le second domaine était situé exactement à Viersat.

49 Série B, Riom 474, expertise du 18 août 1783.

List of illustrations

Title Figure 1- Les écarts des Dôme, xve-xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11719/img-1.png
File image/png, 2,1M
Title Figure 2- Habitat groupé et habitat dispersé en Grande Limagne xiiie-xvie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11719/img-2.png
File image/png, 1,5M
Title Figure 3- Le pigeonnier du domaine de Chagourdat (commune de Chanonat)
Caption La date de 1628 est inscrite sur le linteau de la porte. Elle correspond précisément au contrat passé par Bresson
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11719/img-3.png
File image/png, 816k
Title Figure 4- Le château du Vivet (commune de Volvic)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11719/img-4.png
File image/png, 1,3M
Title Figure 5- Détail de la façade du château du Vivet
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11719/img-5.png
File image/png, 672k
Title Figure 6- Un exemple de maison bloc à terre
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11719/img-6.png
File image/png, 536k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11719/img-7.png
File image/png, 304k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11719/img-8.png
File image/png, 334k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Terms of use: http://www.openedition.org/6540