Version classiqueVersion mobile

Historiens de l'Anjou

 | 
Jean-Luc Marais

Présentation

Jean-Luc Marais

Texte intégral

  • 1 À l’occasion de la parution des tomes III et IV d’une Histoire de l’Anjou, Picard, 2009 et 2011.

1Les Archives départementales de Maine-et-Loire ont organisé en 2009-2010 une exposition sur le thème : Histoire et historiens de l’Anjou1. Un colloque inaugural s’est tenu en novembre 2009, organisé par les Archives départementales et avec la collaboration scientifique du CEHRIO-Angers, UMR CNRS. Le premier objectif de ce colloque était de sortir de l’ombre les historiens qui ont travaillé en Anjou, et ce, depuis un millénaire si l’on considère que le premier historien angevin est Foulques le Réchin, dont l’autobiographie date de 1096. Certes, c’est par abus de langage que l’on utilise ici le terme « historien », qui est loin, au cours de ce millénaire, de toujours correspondre avec l’acception contemporaine. Ce premier objectif est atteint. Des auteurs à peu près ignorés ont émergé de l’ombre, comme Thomas de Loches dont le préambule aux chroniques des comtes d’Anjou, considéré comme de peu d’intérêt par les historiens angevins de l’école positiviste, est d’un grand intérêt pour les historiens de la Bretagne (N.-Y. Tonnerre), ou comme Archanald de Tours, habile hagiographe qui réécrit la vie de Maurille (D. Heurtebise). Autre découverte, grâce à F. Comte, celle de Gustave d’Espinay, plus connu comme archéologue jusque-là. Redécouverte aussi de Gelusseau, « assassiné » par ses contemporains pour des motifs évidents, mais dont l’histoire de Cholet est cependant non négligeable (J.-J. Chevalier). Réévaluation, positive ou négative, pour des personnages moins connus, comme Fortunat, Marbode, Blordier-Langlois (S. Bertoldi), François Grille (M.-É. Gautier).

2Ce colloque a été aussi l’occasion de travaux plus approfondis sur des historiens souvent cités, dont deux au moins (Bourdigné, Jean-François Bodin), ont été qualifiés de « père de l’histoire angevine ». Bourdigné apparaît d’abord comme un représentant de l’historiographie médiévale, s’appuyant sur les autorités reçues, les traditions merveilleuses, les objectifs moraux, le patriotisme local intimement lié au patriotisme national, mais il ouvre la voie, en regroupant toutes les sources alors disponibles y compris quelques sources antiques, à une autre conception de l’histoire, sans pourtant s’engager systématiquement dans une démarche critique (I. Mathieu). Dans un autre registre, celui du mémorialiste, Louvet n’a guère plus d’esprit critique, mais son souci du détail, sa curiosité constante, expliquent pourquoi depuis le XVIIIe siècle, il est tant utilisé. Désormais, on le situe mieux dans son temps, dans ses fonctions, préliminaires indispensables à une exploitation historique de son long texte (J. Maillard). Jean-François Bodin, malgré une formation « sur le tas », a su tirer profit de l’érudition des deux siècles qui l’ont précédé. Il utilise des sources variées, monumentales et manuscrites, il élargit le champ historique. Sa méthode est critique, mais son discours est militant. Son succès durable tient à son écriture, où se mêlent descriptions des lieux, évocations des personnages éminents et vision progressiste de l’histoire humaine. Le premier archiviste du département, Marchegay, n’a pas été le sujet d’une communication spécifique, mais il apparaît dans trois communications (M. É. Gautier, F. Comte, É. Verry), ce qui remet en lumière une personnalité restée un peu dans l’ombre de Célestin Port.

  • 2 B. Kriegel, L’histoire à l’âge classique, t. II, Paris, 1988, p. 88-89.

3On ne pouvait évoquer tous les historiens ayant touché à l’histoire angevine. On pourra relever des lacunes. La première concerne les auteurs, qui, aux XIIe et XIIIe siècles, ont rédigé les diverses chroniques des comtes d’Anjou : les travaux, anciens de Louis Halphen, récents d’Amaury Chaou, avaient cependant éclairé ces premiers textes. La lacune la plus regrettable concerne sans doute « l’histoire érudite » des XVIIe et XVIIIe siècles. Des Angevins participent aux grandes collections de publications de documents, les Mauristes multiplient les copies en vue d’une histoire de l’Anjou qui aurait dû s’insérer dans les grandes histoires provinciales alors publiées2, Pierre Rangeard, qui avait fait ses preuves en écrivant les débuts d’une Histoire de l’université d’Angers, trace même un solide bilan des sources disponibles. Mais rien de tout cela ne débouche sur une publication importante. On peut supposer que l’inexistence en Anjou d’États provinciaux et d’une nombreuse noblesse attachée aux libertés locales n’a pas permis la naissance d’une demande suffisamment forte pour faire aboutir un tel projet. Autre absence, la présentation des « vulgarisateurs », auteurs d’ouvrages à usage scolaire, ou destinés à un public d’amateurs, qui ont joué un rôle certain dans la naissance d’un goût commun pour l’histoire, et dans la circulation de clichés historiques pas toujours étayés scientifiquement.

4Ces absences notées, on constate que les historiens angevins suivent l’évolution générale de l’écriture historique. Fortunat, qui écrit la vie d’Aubin, circule dans toute l’Europe chrétienne, et adopte les règles d’un genre consacré, tout comme les rédacteurs des vies de Lézin et Maimboeuf. Il en va de même des auteurs de la Gesta consulum, qui écrivent pour les princes angevins.

  • 3 Publié seulement en 1852 dans la Revue de l’Anjou.

5L’approche nouvelle du récit historique que l’humanisme impose par le recours aux textes originaux a du mal à s’imposer. Comme le montre la communication de J.-M. Cauneau, si les auteurs sont sensibles au prestige des textes anciens concernant la province, ils tendent souvent à une surinterprétation de ces textes, et acceptent avec réticence l’application d’une érudition « trop » critique : les mythes ont la vie dure, et le combat se poursuit jusqu’au XIXe siècle. S’il avait pu rédiger son histoire de l’Anjou selon la méthode qu’il décrit dans son « Discours historique3 » qui en est l’introduction, Pierre Rangeard aurait sans doute écrit l’histoire de l’Anjou scientifique qui a manqué jusqu’au XXe siècle.

  • 4 L. Halphen, « L’histoire de l’Anjou, Xe-XIe siècles (étude bibliographique) », Société d’Agricultu (...)
  • 5 L’Anjou, Hachette, 1924.
  • 6 L’Anjou à travers les Ages, Angers, Siraudeau, 1947, 350 p.
  • 7 Un chapitre dans Visages de l’Anjou, Éditions des Horizons de France, Paris, 177 p.

6La première moitié du XIXe siècle voit un foisonnement de productions, de débats, voire de polémiques. Les historiens angevins sont tournés vers Paris, lisent Augustin Thierry, Michelet. Avec passion ils retournent le sol, collectionnent les textes anciens, fouillent les archives. Toute une sociabilité érudite se crée autour de quelques figures majeures, que François Comte décrit. Il y a pourtant parfois loin de l’affirmation de principes rigoureux sur le respect des sources à la mise en œuvre de ces sources. L’imagination supplée aux lacunes de la documentation, et les engagements politiques et religieux se ravivent sur certains sujets. Le colloque n’a pu présenter de communication sur l’historiographie de la « guerre de Vendée ». Pourtant, l’histoire de cette guerre civile apparait dans plusieurs communications, qui mettent en évidence le souci de ne pas raviver des braises chaudes, par les silences volontaires (Bodin, Godard-Faultrier) ou embarrassés (Blordier-Langlois), la manipulation des sources (Grille), ou la mise à égale distance des anciens adversaires (Gellusseau). Progressivement, l’histoire « positiviste » s’impose : publication scientifique de sources, thèses rigoureuses de chartistes (redécouvertes par Élisabeth Verry) et d’universitaires posent des jalons de synthèses à venir : « C’est à la fois en se livrant à une étude critique et patiente des textes mêmes et en coordonnant les efforts des travailleurs, au lieu de les laisser se disperser, que l’on arrivera à préparer les matériaux qui permettront peut-être un jour d’écrire à nouveau l’histoire de l’Anjou4 », écrit Louis Halphen en 1902. De rares auteurs s’y lancent au cours du premier XXe siècle : Arthur Le Moy, en19245, le chanoine Guéry en 19476, Jacques Boussard en 19517. Le renouvellement de l’histoire universitaire à partir des années 1960 touche l’Anjou (S. Chassagne) : les nouveaux champs de la recherche historique permettent la diversification des approches grâce à l’exploitation des nouvelles sources, que les archivistes départementaux avaient, depuis un siècle et demi, mises en ordre (É. Verry). Le développement universitaire d’Angers renforce ce mouvement. Le temps des synthèses, forcément provisoires, est enfin venu.

7Mais si l’historiographie angevine ne démérite pas par ses méthodes, son handicap n’est-il pas d’être « angevine » ? Le handicap est double. Handicap du localisme, handicap du découpage territorial.

8Handicap du localisme : la critique vaut pour toutes les provinces. Cette histoire n’est-elle pas l’œuvre d’« historiens du terroir », qui développent un patriotisme local naïf et même ridicule. On les voit se gonfler de fierté dans les généalogies fabuleuses d’un Bourdigné, puis dans la manipulation, décortiquée par Jean-Michel Cauneau, des sources antiques. Lorsque la critique écarte ces naïvetés, il en reste une tendance lourde à situer en Anjou de grands événements, à exalter les personnalités exceptionnelles, les qualités morales ou politiques d’un « Bon Roi René », ou d’un peuple angevin accueillant et cultivé, fidèle à ses traditions ou (thème plus rare) ouvert au progrès. Les travaux des chartistes, généralement non natifs de l’Anjou, ne tombent pas dans ces travers. Sur le moment historique particulier qu’est la guerre civile de l’époque révolutionnaire, l’approche des historiens angevins est, dans la première moitié du XIXe siècle, caractérisée par une sensibilité particulière qui, dans les communications entendues, impose discrétion et silence plus que polémique. À l’inverse, la seconde moitié du siècle, qui n’a pas été abordée, verra sur ce sujet les affrontements se radicaliser, au détriment de la sérénité scientifique, y compris chez un Célestin Port par ailleurs scrupuleux historien.

  • 8 B. Kriegel, L’histoire à l’âge classique, t. II, 1988.
  • 9 L. Halphen, Le comté d’Anjou au XIe siècle, 1906 ; J. Chartrou, L’Anjou de 1109 à 1151, 1928 ; J. (...)
  • 10 E. Mourin, La Réforme et la Ligue en Anjou, 1888.
  • 11 A. Debidour, La Fronde angevine, 1877.

9Ces travers repérés, reste la question plus grave du « découpage territorial », de la délimitation du champ d’étude. En France, la mise en place de l’histoire critique est parallèle à la mise en place de l’État national. État qui d’ailleurs s’occupe d’histoire, à travers l’Académie des inscriptions et belles-lettres, à travers le soutien aux grandes collections de sources dont l’édition commence au XVIIIe siècle et se poursuit jusqu’à nos jours. L’idée s’impose d’une histoire nationale qui se construira sur ces bases solides que seront les histoires provinciales : l’histoire provinciale des mauristes n’est légitime que dans cette perspective d’une synthèse nationale à venir8. Cette délégitimation partielle de l’histoire provinciale ne rencontre pas en Anjou d’opposition politique, à la différence de ce qui se passe dans la Bretagne voisine. Godard-Faultrier arrête son Anjou et ses monuments (1840) en 1789 et conclut ainsi : « Les provinces s’effacent et sont remplacées par la division en départements, si favorable à l’unité administrative et nationale, si fatale à l’esprit de localité […]. Mais à d’autres cette histoire ! » La fin des provinces permet que s’impose facilement une histoire essentiellement politique qui règne du XIXe à la première moitié du XXe siècle : il est significatif que les grandes thèses d’histoire consacrées à l’Anjou à cette époque concernent des questions éminemment politiques : le pouvoir des princes ingelgériens9, la Ligue10, La Fronde11.

10Lorsque les nouveaux thèmes de la recherche historique au milieu du XXe siècle remettent en cause cette domination du politique, l’étude des populations, de l’économie, de la société, des mentalités, de la vie religieuse, de l’alphabétisation, ne peut se faire qu’avec de nouvelles sources, accessibles et maîtrisables seulement dans un cadre restreint, et donc local : « l’histoire universitaire est rattrapée par le local », comme l’a exposé Annie Antoine en introduisant notre colloque. « Les dépouillements de masse doivent être pointus géographiquement. » De façon provocante, l’Angevin Pierre Goubert (qui travaille sur le bailliage de Beauvais), transforme le titre de sa thèse pour l’édition de poche en : Cent mille provinciaux. C’est le beau temps de l’histoire provinciale, où les patrons de thèse (essentiellement parisiens), spécialistes d’histoire médiévale comme d’histoire moderne et contemporaine, partagent entre leurs élèves le territoire national pour qu’ils y mettent en œuvre les nouvelles problématiques en de multiples chantiers parallèles. L’Anjou et le Maine-et-Loire sont concernés, comme le montre Serge Chassagne dans sa communication. D’aucun craignent alors une « départementalisation » de l’histoire de France. Crainte sans doute exagérée, puisqu’au moment où elle est exprimée, et où de célèbres collections d’histoire des villes, d’histoire des provinces, d’histoire des diocèses pourraient apparemment justifier cette inquiétude, la multiplication des synthèses thématiques à l’échelle nationale (les villes, les campagnes, les loisirs, l’éducation) réaffirme la permanence d’un cadre national. Mais l’histoire qui se fait depuis vingt ans permet de dépasser ce système binaire national/départemental. Depuis l’apparition de la micro-histoire qui taille son terrain à l’échelle d’une communauté ou d’un individu, et de l’histoire globalisée et mondialisée, les choix de focales sont multiples, et chaque approche a sa pertinence. Marc Bergère l’a parfaitement montré lors de sa communication très argumentée.

  • 12 B. Carteron, L’engouement associatif pour l’histoire locale, le Maine-et-Loire, Paris, L’Harmattan (...)

11Même si toutes les échelles sont désormais également recevables, il est cependant légitime de s’interroger sur le rapport entre espace vécu et histoire, entre appropriation d’un territoire et discours historique. Annie Antoine a décrit en introduction le succès intemporel de l’histoire locale, de plus en plus largement pratiquée par des auteurs d’un type nouveau, qui font l’histoire de leur famille, de leur commune, de leur canton. L’histoire est là au service d’un sentiment d’appartenance. À l’échelon territorial supérieur, quel rôle le discours des historiens a-t-il joué dans la naissance d’une identité angevine ? Cette problématique est des plus classiques, puisque l’histoire est toujours et partout enrôlée dans la constitution des identités, à commencer par l’identité nationale. On a pu remarquer que le premier des historiens angevins, Jean de Bourdigné, qui écrit peu après le rattachement de l’Anjou à la couronne (qu’il ne critique pas), est aussi le premier auteur à évoquer une identité angevine. Cette identité court à travers les siècles, devenant une vulgate grâce aux manuels à l’usage des écoles. Identité pourtant peu militante, ne s’identifiant pas à des événements ou à des personnages emblématiques. On pourrait suggérer l’hypothèse suivante : l’identité angevine n’utilise pas l’histoire comme un argumentaire, elle est en soi pratique de l’histoire. La communication de François Comte sur le foisonnement des sociétés historiques et archéologiques et de leurs publications au XIXe siècle est révélatrice. L’intérêt pour les monuments du passé, les hommes qui y vécurent, la multiplication des revues, des débats historiques, le succès des ouvrages d’histoire, la diversité des associations historiques12, ne seraient-ils pas, jusqu’au XXe siècle, des éléments consubstantiels de l’identité locale ? Les Angevins ignorent l’histoire militante, leur identité tient à une pratique quotidienne et dépassionnée de l’histoire.

Notes

1 À l’occasion de la parution des tomes III et IV d’une Histoire de l’Anjou, Picard, 2009 et 2011.

2 B. Kriegel, L’histoire à l’âge classique, t. II, Paris, 1988, p. 88-89.

3 Publié seulement en 1852 dans la Revue de l’Anjou.

4 L. Halphen, « L’histoire de l’Anjou, Xe-XIe siècles (étude bibliographique) », Société d’Agriculture, Sciences et Arts, 5e série, t. V, 1902, p. 106.

5 L’Anjou, Hachette, 1924.

6 L’Anjou à travers les Ages, Angers, Siraudeau, 1947, 350 p.

7 Un chapitre dans Visages de l’Anjou, Éditions des Horizons de France, Paris, 177 p.

8 B. Kriegel, L’histoire à l’âge classique, t. II, 1988.

9 L. Halphen, Le comté d’Anjou au XIe siècle, 1906 ; J. Chartrou, L’Anjou de 1109 à 1151, 1928 ; J. Boussard, Le comté d’Anjou sous Henri Plantagenêt et ses fils, 1938.

10 E. Mourin, La Réforme et la Ligue en Anjou, 1888.

11 A. Debidour, La Fronde angevine, 1877.

12 B. Carteron, L’engouement associatif pour l’histoire locale, le Maine-et-Loire, Paris, L’Harmattan, 2004.

Auteur

Jean-Luc Marais est agrégé d’histoire (1967), docteur en histoire (1996), professeur de classes préparatoires à Angers pendant 22 ans, puis maître de conférence à l’université d’Angers pendant 12 ans. Ses travaux dans un cadre national ont porté sur la littérature « dite populaire » de l’Ancien Régime, sur le don aux XIXe et XXe siècles, sur l’histoire du catholicisme. Sur l’Anjou, Les Sociétés d’hommes (1986), la direction du Dictionnaire des Préfets (2000), de plusieurs colloques (Mines et carrières, Étrangers dans l’Ouest, Missionnaires et humanitaires), du Maine-et-Loire aux XIXe et XXe siècles (2009), et une trentaine d’articles, communications, et collaborations.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search