Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Quatrième partie. Les formes de la dispersion de l'habitat

Essai sur la borde médiévale dans la France du Sud-Ouest

Benoît Cursente

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Je renvoie aux grands instruments lexicographiques classiques (Du Cange et Niermeyer), comme aux r (...)
  • 2 Brunet, Pierre, Ferras, Roger et Théry, Henri, Les Mots de la géographie, Paris, 3e éd.,1993, s.v.
  • 3 Je remercie pour ses informations et ses conseils mon collègue et ami Pierre-Henri Billy, éminent (...)
  • 4 Cf. Répertoire informatique des voies et des lieux-dits, Paris, Direction générale des Impôts, 198 (...)
  • 5 Cf. le logiciel Tous les noms de famille de France, Paris, éditions SWIC, 2000.

1La borde est attestée dans de vastes secteurs de l'Europe médiévale comme désignation d'une forme d'habitat répondant à deux caractéristiques, plus ou moins marquées selon le contexte : bâtiment sommaire de bois et localisation écartée1 Cela étant, l'empreinte laissée par la borde dans le tissu rural est très inégale selon les régions et les géographes ont bien repéré la prégnance qui est la sienne dans le Sud-Ouest de la France, avec la double signification possible de métairie et de grange qui renvoie à une dualité sémantique observable dès le Moyen Âge2. Une rapide enquête onomastique aide à mieux cerner en quoi ce lexème correspond à une composante identitaire de l'espace humanisé aquitain3. Si on considère les noms de lieux, la distribution des borda, bordas et de tous leurs dérivés intéresse une large partie de l'espace français4. Par contre si on cartographie les patronymes en Bordes et Laborde (avec leurs dérivés), on observe une concentration incomparablement élevée dans les bassins de la Garonne et de l'Adour5. Dans cet espace, la borde n'est donc pas seulement une réalité matérielle, omniprésente, elle est aussi un fait anthropologique majeur. Pour cette raison, elle nous a paru constituer un bon fil rouge pour tenter de mieux comprendre, dans cette double dimension, la réussite durable d'une structure d'habitat dispersé d'origine médiévale.

2Trois variables sont à prendre simultanément en considération : le temps (au fil des siècles le contenu sémantique du mot a fortement évolué), l'espace (dans deux régions voisines il peut désigner des réalités différentes), les sources (elles sont pleines de biais qu'il importe de décrypter). Dans un premier temps, on procèdera à un déblayage des difficultés qui rendent particulièrement délicate une étude de la borde. Par delà l'impression d'une réalité éclatée qui domine au premier abord, se fait jour une polarisation du phénomène en deux cas de figure, fortement spatialisés, qui seront analysés successivement.

  • 6 Baqué, Zacharie, « Des bordes aux bastides », Bull Soc. Arcb. Gers, 1939, p. 55-74.

3La première difficulté de l'enquête consiste à restituer le rythme et la chronologie de l'implantation des bordes. Dans nos régions, particulièrement dépourvues en textes du haut Moyen Âge, le mot se révèle à l'histoire à partir du xie siècle, après avoir vraisemblablement connu plusieurs siècles d'évolution sémantique correspondant à des réalités matérielles et sociales dont nous ignorons tout. Dans l'historiographie, deux propositions extrêmes ont été avancées. La première présente la borde comme le prototype de l'habitat primaire, celui qui caractérise le haut Moyen Âge antérieurement à la naissance des villages6 À l'opposé, il est plus courant de considérer la borde comme étant par excellence une structure de dispersion secondaire qui se diffuse à compter du xiiie siècle à partir de l'habitat groupé.

  • 7 Hautefeuille, Florent, Structures de l'habitat rural et territoires paroissiaux en bas-Quercy et h (...)
  • 8 Ourliac, Paul et GilleS, Monique, Cartulaire de l'abbaye de Lézat, Paris 1987, actes n° 289 (1243- (...)
  • 9 Gérard, Pierre et Thérèse, Cartulaire Saint-Sernin de Toulouse, Toulouse, 1999.
  • 10 Hlgounet, Charles et Ariette, Le grand Cartulaire de La Sauve-Majeure, Bordeaux, 1996.

4Pour les périodes antérieures au xiiie siècle, il faut sans doute se résigner à des aperçus excessivement modestes, sinon à un constat d'impuissance. On peut certes tabler sur un développement des recherches archéologiques sur les sites ruraux isolés, pour l'heure à peine amorcées. Pour autant, on voit mal comment un fouilleur pourrait décider d'identifier comme borde tel ou tel bâtiment mis au jour, et plus précisément sur quoi il pourrait se fonder pour décider si telle structure d'habitat isolé correspond à un mas ou à une borde. Par ailleurs les sources écrites paraissent être irrémédiablement biaisées, dans la mesure où le manse y est omniprésent en tant que fondement du système de prélèvement et de transfert de la rente seigneuriale, ce qui n'est pas le cas de la borde. Ce fait a été bien souligné par Florent Hautefeuille pour le Bas Quercy7. Il convient de le garder soigneusement à l'esprit pour relativiser les faibles indices de présence de la borde dans les cartulaires : trois mentions seulement dans les 1744 actes que compte celui de Lézat8, deux bordarias dans les 701 actes du cartulaire Saint-Sernin de Toulouse9, et une dizaine à peine dans les 1480 actes de La Sauve majeure10... En résumé, l'existence de bordes antérieurement au bas Moyen Âge ne fait aucun doute. En revanche on ne saurait prétendre en évaluer la densité et la fonction réelles au vu de la complexité des faits que révèle la documentation ultérieure.

  • 11 Debord, André, La Soaciété laïque dans les pays de Charente, Xe-XIIIe siècles, Paris, 1984, p. 302
  • 12 Hautefeuille, op. cit.
  • 13 La borde constituant l'équivalent de l'appendaria du Massif-Central.
  • 14 Dans le cartulaire de Bigorre (Bibl. municipale Bordeaux ms 745, fol. 2-3), le censier des maisons (...)
  • 15 Cartulaire de Saint-Sernin, op. cit., actes 233,234 ; Cartulaire de La Sauve Majeure, op. cit., ac (...)
  • 16 Cursente, Benoît, Des Maisons et des hommes. La Gascogne médiévale, Toulouse, 1998.

5À partir du milieu du xiiie siècle, les sources changent de nature, se multiplient et se diversifient Logiquement le nombre des bordes s'accroît, leur image se précise, leur rapport avec le paysage actuel commence à s'éclairer. Quoique partiellement occulté par le manse, la borde prend sens par rapport à cette structure. On la perçoit comme une unité d'habitation et d'exploitation de calibre généralement inférieur à lui (parfois un demi-manse11). Différence qualitative observée en Bas-Quercy : le manse est une entité dotée d'un nom qui s'impose à des occupants successifs tandis que la borde, qui reçoit pour nom celui de la famille qui l'occupe, va de ce fait demeurer simplement « borde » dans la toponymie12. Pour ce qui est des origines, quelques indices permettent d'y voir le résultat d'un fractionnement du manse13, ou bien d'une opération de défrichement, ou encore, dans le massif pyrénéen, l'avènement d'un complexe agro-pastoral articulant maison de vallée et grange d'altitude14. Sa signification sociale demeure incertaine et passablement contradictoire. Les plus anciennes mentions la désignent parfois comme une tenure liée au système féodal, redevable de droits de justice et de service de gîte15. Le défrichement donne à penser à la possibilité d'établissement de petits paysans libres, mais le fait que les bordes soient souvent des tenures taillées dans une censive préexistante met au contraire sur la piste d'une classe de sous- tenanciers. Vient immédiatement à l'esprit un possible parallélisme avec les bordiers anglais. Au pied des Pyrénées il existe effectivement des sous-tenanciers assez comparables aux bordars. Toutefois ils sont ici désignés comme botoys16, et la borde, on y reviendra, s'intègre à un jeu social qui dépasse très largement l'existence de cette catégorie défavorisée.

  • 17 À titre d'exemple, G. de Falguerolles, « Essai sur la formation des mazatges, des métairies et des (...)
  • 18 Deffontaines, Pierre, Les Hommes et leurs travaux dans les pays de la Moyenne Garonne, Lille, 1932 (...)

6Passé le milieu du xive siècle, la documentation acquiert une précision et une densité qui permettent d'envisager comme un continuum le demi-millénaire qui suit, jusqu'à l'aube du xxe siècle. D'où la tentation, pour le médiéviste, de procéder par méthode régressive en se fondant, dans un premier temps, sur les indices lexicaux et onomastiques. On peut ainsi aboutir à de premières et sans nul doute indispensables clarifications aréographiques. À l'intérieur de la boucle de la Garonne, la Gascogne est le pays de la borde proprement dite, tandis que plus au nord et à l'est triomphe la borderie (littéralement : espace commandé par une borde), qui entretient d'ailleurs un rapport ambigu avec la borie (dérivée, elle, de la bovaria)17. Les grandes monographies régionales « vidaliennes » du premier vingtième siècle permettent une analyse spatiale plus précise et mieux étayée. Les « pays de bordes » correspondent à un type d'occupation du sol et de société agraire bien particulier, largement hérité des siècles médiévaux est-il souligné. C'est ainsi que Pierre Deffontaines a jadis campé de lumineuse manière ce secteur des mollasses de la Moyenne Garonne « réfiractaire au groupement » où une borde, environnée de son exploitation-bloc18, couronne la moindre colline.

  • 19 Marandet, Marie-Claude, « L'habitat intercalaire en Lauragais oriental du XIVe au XVIe siècle », d (...)
  • 20 J'ai notamment glané l'ensemble des données contenues dans les mémoires de maîtrise soutenus à l'U (...)

7Or si on l'examine en s'interdisant tout préjugé téléologique, cette documentation nous avertit, simultanément et de façon contradictoire, de l'importance et de la rapidité des glissements qui ont pu s'opérer, notamment entre le xive et le xvie siècle. La borde, unité d'exploitation caractéristique des confins de terroir ? Les plus anciennes mentions de Lézat et de La Sauve Majeure attestent une localisation au pied même de l'église ou des murs du village. La borde maison du métayer ? Marie-Claude Marandet montre que dans le Lauragais cette acception « classique » est postérieure au Moyen Âge où la borde (comme en bien d'autres endroits) revêt une palette de sens allant de la cabane à l'exploitation en passant par la grange19. Divers coups de sonde opérés dans la documentation de l'Aquitaine orientale aboutissent à un constat convergent20. Dès lors, le fait qu'au siècle passé une région donnée soit identifiée comme un pays de bordes ne résout rien mais appelle bien des questions. Notamment celle-ci : s'il est vrai que dès le Moyen Âge cette région était ainsi caractérisée, de quelles bordes s'agissait-il dans la palette des cas de figure que l'on vient de répertorier ? Nous entendons démontrer que cette plasticité ne constitue pas un caractère secondaire qui vient perturber le travail de l'historien, mais la donnée structurelle qui donne toute sa cohérence au phénomène.

8Matériellement, d'un bout à l'autre de l'Aquitaine, on trouve donc nommée « borde » une réalité qui peut aller de la cabane à la maison de maître et qui est enkystée dans le tissu des maisons du bourg, implantée au pied de l'enceinte villageoise, ou bien isolée aux contins du terroir. Cependant, loin de s'émietter en une poussière de cas de figure, comme on peut en avoir l'impression de prime abord, les mouvantes figures de la borde médiévale s'ordonnent selon deux combinatoires majeures qui correspondent à deux espaces géographiques cohérents. C'est à partir du xiiie siècle que la physionomie de ces deux secteurs s'individualise par l'effet combiné d'une structuration de l'habitat différente et d'une évolution des pratiques familiales divergente.

  • 21 Poumarède, Jacques, Les successions au Moyen Âge dans la France du Sud-Ouest, Paris, 1972.
  • 22 Higounet, Charles, Paysages et villages neufs du Moyen Âge, Bordeaux, 1975 ; -,. Villes, Sociétés (...)
  • 23 Cursente, op. dt., p. 441-445.
  • 24 Arch. dép. de Haute-Garonne, H Malte, Toulouse 344, 6 : accord de paix entre les habitants de Sain (...)
  • 25 Mousnier, Mireille, La Gascogne toulousaine aux XIIe et XIIIe siècles.Une dynamique sociale et spa (...)
  • 26 Ibid

9S'individualise en premier lieu une aire qui a été, de différentes manières, fortement marquée par le mouvement de regroupement de l'habitat qui culmine dans le second xiiie siècle avec le phénomène des bastides. Ici prévalent des pratiques familiales d'esprit égalitaire plus ou moins pondéré, selon les secteurs, de dispositions préciputaires. Dans le sillage des historiens du droit les plus autorisés21 nous qualifierons de « garonnais » cet espace qui, de fait, s'étend à cheval sur la gouttière garonnaise, du piémont des Pyrénées aux marges du Massif-Central22. Les chartes de coutumes locales qui se multiplient alors font état du fait que, simultanément avec la mise en place du bourg, existent et se créent un certain nombre de bordes disséminées dans le terroir. Faute de recoupements, leur interprétation est difficile. Il semble qu'on ait affaire à un phénomène complexe et qu'aient coexisté des figures contradictoires23. Les bordes peuvent en effet correspondre au maintien d'une population dispersée préexistante, à l'avènement pour les petits propriétaires d'un système d'habitat double bourg-terroir, à l'affirmation - conflictuelle - d'un habitat des confins24, ou/et à la rationalisation d'une société duale, avec une élite de propriétaires fonciers qui exploitent depuis le bourg des métairies confiées à des bordiers25. En tout état de cause, l'impression qui domine est que la borde ne constitue pas tant un habitat résiduel que la composante d'un système d'occupation et d'exploitation de l'espace : « dispersion et concentration ne sont plus antagonistes, mais corollaires26 ». En tous cas impossibles à penser séparément.

  • 27 En 1533 la salle de Ferrabouc (Gers) est désignée comme une « borde noble » ; cf. E. Ducassé, « Dé (...)
  • 28 Cursente, op. cit., chap. 8., p. 445-450.

10Pour la foi du Moyen Âge, il est possible de constituer plusieurs dossiers restituant avec une belle précision le devenir des structures mises en place au xiiie siècle. L'insécurité liée à la guerre de Cent Ans a provoqué le renforcement des enceintes défensives qui protègent les petites bourgades. Une situation courante d'habitat double s'est créée : une famille possède un hospicium dans l'enceinte du village et une borde en plein terroir. Or, les registres notariés permettent de vérifier que c'est la borde (dans laquelle, notamment, le chef de famille dicte son testament), qui est devenue le véritable centre de la cellule familiale et de l'exploitation. Autrement dit, en l'espace d'un siècle, la hiérarchie qui sous-tendait la logique des fondateurs du bourg s'est inversée au profit de la borde, maison de plein champ. Du reste, tous les propriétaires de bordes n'ont pas de maison dans le bourg. Tant s'en faut Dès avant la reconstruction de la fin du Moyen Âge, s'est développé un groupe de petits paysans propriétaires qui a constitué autour des bordes autant d'exploitations-blocs. Mais les faits sont autrement complexes en réalité. Lorsqu'on a la chance de pouvoir mettre en œuvre des informations croisées (compoix et minutes de notaires), on observe que la borde, à la fin du Moyen Âge, est présente dans tout le spectre de la société, et qu'elle correspond à une palette de réalités allant de la maison-forte à la cabane27 Au sommet, les bordes résultent des investissements des marchands et des hommes de lois qui en font des métairies (bientôt environnées de leur hameau de brassiers). Dans la partie médiane, elles constituent un ensemble de solides cellules de la petite propriété paysanne (autour desquelles bourgeonnent les maisons dévolues aux cadets). Enfin, certaines constituent des instruments d'arrimage à cette classe moyenne de paysans pauvres qui promeuvent en borde une simple « cabane » 28

  • 29 Sicard, Germain, Le métayage dans le Midi toulousain à la fin du Moyen Âge, Toulouse, 1957 ; Brune (...)

11Or, de toute cette diversité, manifeste dans la documentation du milieu du xve siècle, va émerger dans les décennies suivantes une figure de la borde nettement dominante — une domination certes bien réelle, mais encore accentuée par l'historiographie. En effet, de thèse en synthèse et de synthèse en littérature de manuel, nul n'ignore que la borde toulousaine constitue un paradigme de la restauration agricole des dernières décennies du Moyen Âge29. Amorcée dans la seconde moitié du xve siècle par la division des domaines seigneuriaux en petites exploitations tenues en métayage, la mise en place de cette structure a été amplifiée par l'investissement des bourgeois et des paysans aisés qui ont repris ce même schéma de faire-valoir. La borde est ainsi devenue synonyme de domaine tenu en métayage par une paysannerie aisée disposant d'une ou plusieurs bovées de terre - on rappelle qu'une bovée équivaut environ à 15 hectares.

  • 30 Cursente, ap. cit., p. 450-456.
  • 31 Clerbide, Ricardo, Le Censier gothique de Soule, Saint-Etienne de Baïgorry, éd. Izpagui, 1994, p. (...)

12S'individualise tout aussi nettement une aire « pyrénéenne » (le massif montagneux et son piémont), caractérisée par l'échec des formes de groupement de l'habitat autour des lieux de pouvoir et par la prégnance d'un régime familial marqué par la primogéniture. Un régime familial qui se rigidifie et se généralise, semble-t-il, à partir du xiiie siècle, et dans lequel la borde se trouve être partie prenante. Ici donc, la borde, omniprésente, correspond en règle générale au bâtiment annexe de la demeure -l'ostau -, voué à la stabulation du gros bétail et/ou au stockage du fourrage. Dans la réalité des faits, se développe une casuistique complexe dont les sources, généralement sont loin de rendre compte. Dans les censiers, est fréquente la formule « Untel tient ostau et borde ». Selon le contexte on comprend que la borde correspond à une grange jouxtant la demeure principale (censier de Bigorre de 1429), ou plutôt à un bâtiment d'exploitation annexe isolé en altitude (livre d'estimes de Moulis en Couserans de 1449)30, qui exerce un rôle complémentaire dans l'économie pastorale31. On observe aussi un jeu sémantique subtil autour du suffixe —ilis (vocalisé en —iu) qui donne naissance à des « bourdieux » correspondant à la création d'exploitations-blocs autour de la borde (soit, du moins formellement, l'équivalent des bordarias nord-aquitaines).

  • 32 L'absence de cheminée, jusqu'à la fin du Moyen Âge, a fortement contribué à la poly-fonctionnalité (...)

13Pour aller plus au fond des choses dans l'analyse du rôle de la borde dans la société rurale de ces pays, il faut pouvoir disposer, outre des sources fiscales ou d'administration domaniale, de minutes notariées. Dans cette région de sources médiévales maigres, ce n'est guère le cas que dans la vicomté de Béarn. L'exploitation de cette documentation permet de constater que, si la borde a clairement le sens général de grange (qui jouxte souvent la maison), par opposition à l'ostau (habitation désignant par métonymie la cellule familiale et l'exploitation rurale) qui sert d'assiette au prélèvement fiscal, il existe entre ces deux entités une large - et féconde - frange d'indétermination. On découvre en effet que le coût d'une belle grange désignée comme borde peut excéder celui d'une maison (ostau), et qu' il est courant de procéder à l'achat une maison pour la transformer en grange (borde), à moins de récupérer la charpente d'une maison pour édifier une borde32 Dès lors, la borde se trouve prise dans un jeu complexe où entrent les stratégies familiales, le contrôle de la communauté (la besiau), la nécessité de s'adapter aux aléas du temps et celle de faire face aux contraintes de l'État princier.

  • 33 Par d'exemple, en 1385 les enquêteurs de Gaston Fébus dans le village d'Arette (vallée de Barétous (...)
  • 34 Poumarède, op. cit.
  • 35 Cursente, op. cit. chap. 9, p. 449, 552, 553

14La borde, en effet, permet une certaine dissimulation fiscale. Certaines communautés déclarent comme granges des bâtiments dans lesquels les enquêteurs du prince, qui ne sont pas dupes, notent la présence de cendres et de châlits33. La borde, par ailleurs, constitue un palliatif temporaire aux situations de déshérence : faute d'héritier capable ou disponible, on donne l'exploitation en métayage à un bordier. Plus ambiguës peuvent être les situations de cumul. Ce sont les aléas démographiques, mais aussi parfois une politique d'investissement, qui placent tel ou tel individu à la tête d'un ensemble d'exploitations dans lesquelles sont installés autant de bordiers (notamment au xve siècle, aux abords des petites villes marchandes). La borde peut donc avoir dans les deux secteurs ici considérés une fonction identique. Pourtant, dans les Pyrénées occidentales, la borde-métairie n'a pas tendu à devenir un phénomène massif. La raison en est qu' elle constitue, de façon structurelle, un rouage utile au bon fonctionnement du système familial. Er. effet, du droit pyrénéen, on retient en général qu'il exclut les cadets de l'héritage des biens avitins34. Or, dans les faits, la politique des ostaus a souvent tendu à chaser les cadets dans de nouvelles maisons. C'est faute d'un cadet de maison qu'on recourt au système du métayage. Cette capacité expansionniste constitue même, à vrai dire, une marque majeure de distinction des bonnes maisons. Elles ont pour cela - entre autres manœuvres - tenté de récupérer des maisons en déshérence réduites à l'état de granges. Les bordes ont donc ainsi servi de sas d'attente dans des stratégies familiales délibérées35.

  • 36 On trouvera un échantillonnage significatif d'exemples de ces conflits dans Toulgouat, Pierre, Voi (...)
  • 37 Pour le secteur oriental, Chevalier, Michel, La Vie humaine dans les fyrénées ariégeoises, Paris, (...)

15Mais cet investissement ne pouvait s'effectuer qu'a doses homéopathiques dans la mesure où il nécessitait tout à la fois le bon vouloir du « seigneur » de la maison (désignation ici du chef de la famille paysanne) et de la communauté (la besiau, véritable syndicat des chefs de maisons). La croissance démographique du xvie siècle venue, l'investissement des bordes par les cadets a pris une autre tournure, plus massive, plus contestataire, notamment dans les zones de montagnes où subsistaient des espaces que le malthusianisme des maisons en place maintenait en sous-exploitation. C'est ainsi que de nombreuses bordes ont cessé de constituer des annexes de l'exploitation principale pour devenir des maisons de cadets, puis que des bordes nouvelles, utilisées comme résidences, ont été fondées par les cadets, et qu'enfin un certain nombre de ces hameaux d'altitude ont fini par obtenir d'être reconnus comme villages à part entière. Tout cela, naturellement, constitue une trame émaillée de conflits plus ou moins violents36.Le rôle de soupape de sécurité joué par les bordes a sans doute été permanent ; il a revêtu durant le xvie puis le xviiie siècle un caractère massif et spectaculaire en raison de la longueur et de la puissance de la vague de croissance démographique37.

*

16En définitive, à partir du xiiie siècle, dans des contextes très diversifiés, la borde s'affirme partout comme un instrument d'accommodation de la société aux changements. À toutes les formes du changement comme on a pu le vérifier en examinant deux cas de figure de nature différente mais non dépourvus de points communs ni de zones de contact et de transition. Les deux sociétés considérées ont beau obéir à des règles du jeu dissemblables qu'impliquent des régimes familiaux différents, elles n'en ont pas moins eu besoin de multiplier les bordes dans les phases de croissance et de reconstruction. Dans les deux cas, les bordes peuvent procéder de créations délibérées ou bien résulter d'évolutions empiriques qui se répandent de proche en proche. Elles peuvent constituer le volet d'innovation contrôlé par les puissants en complément des anciennes structures, ou bien matérialiser l'effort des exclus pour se faire une place au terroir. Elles peuvent constituer un palliatif à une situation temporaire, ou une réponse à une évolution de longue durée... Peut-être parce que les sources consignent rarement la mémoire des échecs, l'histoire des bordes apparaît souvent comme une « success story », éclatée dans l'espace et étalée en vagues successives sur plusieurs siècles. Bien entendu les réussites se traduisaient au fur et à mesure par une assimilation aux anciennes structures, voire par une accession de la borde même au rang de structure dominante. Ainsi en est-il de la borde-métairie qui s'impose au xvie siècle dans les campagnes du Toulousain. Notre essai, on l'aura compris, avait pour premier objectif de sortir la borde médiévale de l'ombre réductrice de ce paradigme.

17Reste à connecter cette étude régionale avec une histoire plus générale de l'habitat. Elle paraît ressortir à la thématique groupement-dispersion. Or, pour la borde, il est manifeste que ce binôme n'occupe qu' un rang second par rapport à une dialectique habitat institué -habitat émergent qui court à travers tout le millénaire médiéval (et sans nul doute bien au-delà). Durant le haut Moyen Âge, les maîtres des hommes et du sol ont éprouvé l'impérieux besoin de se référer à des cadres stables (villa, mansus...) comme mesure de leur puissance et base de leurs ressources. Mais au fur et à mesure que la croissance faisait sentir ses effets, ces cellules tendaient à devenir des « unités de compte » et la production et la vie sociale s'effectuaient de plus en plus au sein de cellules actives dérivées des premières, ou bien franchement nouvelles. La période antérieure au milieu du xie siècle se caractérise par la présence d'un lexique qui suggère l'émergence d'une multitude d'unités de peuplement et d'habitat créées par extension ou par « mitose » (villulae, villare, mansionile, appendariae...). Mais du xie au xiiie siècle, l'encellulement va faire du village aggloméré l'habitat institué et stable par excellence. La maison - notre ostau - se substitue au manse - notre casai — comme unité première de l'ordre institué. Dans la région considérée l'ostau apparaît doublement engoncé. Sur les bords de la Garonne il est matériellement enkysté dans l'enceinte exiguë d'un bourg sans qu'existe un régime communautaire de gestion du terroir. Au pied des Pyrénées, il est juridiquement corseté dans un système familial malthusien. Dans ces deux contextes, la borde a constitué non pas un aspect marginal de l'habitat, mais la condition sine qua non du fonctionnement du système social. Notre souhait final est de voir ce que pourraient donner, pour d'autres régions, des analyses conduites dans une semblable perspective.

Notes

1 Je renvoie aux grands instruments lexicographiques classiques (Du Cange et Niermeyer), comme aux récents glossaires destinés aux étudiants.

2 Brunet, Pierre, Ferras, Roger et Théry, Henri, Les Mots de la géographie, Paris, 3e éd.,1993, s.v.

3 Je remercie pour ses informations et ses conseils mon collègue et ami Pierre-Henri Billy, éminent spécialiste en onomastique.

4 Cf. Répertoire informatique des voies et des lieux-dits, Paris, Direction générale des Impôts, 1986.

5 Cf. le logiciel Tous les noms de famille de France, Paris, éditions SWIC, 2000.

6 Baqué, Zacharie, « Des bordes aux bastides », Bull Soc. Arcb. Gers, 1939, p. 55-74.

7 Hautefeuille, Florent, Structures de l'habitat rural et territoires paroissiaux en bas-Quercy et haut-Toulousain du VIIe au XIVe siicle, thèse, Toulouse-Le Mirail, 1998, p. 401-428.

8 Ourliac, Paul et GilleS, Monique, Cartulaire de l'abbaye de Lézat, Paris 1987, actes n° 289 (1243-44), 440 (1245), 625 (1245).

9 Gérard, Pierre et Thérèse, Cartulaire Saint-Sernin de Toulouse, Toulouse, 1999.

10 Hlgounet, Charles et Ariette, Le grand Cartulaire de La Sauve-Majeure, Bordeaux, 1996.

11 Debord, André, La Soaciété laïque dans les pays de Charente, Xe-XIIIe siècles, Paris, 1984, p. 302.

12 Hautefeuille, op. cit.

13 La borde constituant l'équivalent de l'appendaria du Massif-Central.

14 Dans le cartulaire de Bigorre (Bibl. municipale Bordeaux ms 745, fol. 2-3), le censier des maisons de Lourdes, datable des années 1250-1272, énumère un certain nombre d'entités à double composante, maso- borda, qui semblent correspondre à cette configuration.

15 Cartulaire de Saint-Sernin, op. cit., actes 233,234 ; Cartulaire de La Sauve Majeure, op. cit., acte 791.

16 Cursente, Benoît, Des Maisons et des hommes. La Gascogne médiévale, Toulouse, 1998.

17 À titre d'exemple, G. de Falguerolles, « Essai sur la formation des mazatges, des métairies et des bories dans le consulat de Lempaut (Tarn) », Rev. Géog. des Pyrénées et du Sud-Ouest, t. X, 1939, p. 5-29 : la borde désigne habituellement une écurie, mais parfois aussi l'ensemble d'un domaine rural appelé de façon générique borie.

18 Deffontaines, Pierre, Les Hommes et leurs travaux dans les pays de la Moyenne Garonne, Lille, 1932, p. 69-71.

19 Marandet, Marie-Claude, « L'habitat intercalaire en Lauragais oriental du XIVe au XVIe siècle », dans : L'habitat dispersé dans l'Europe médiévale et Moderne, Flaran 18, Toulouse, 1999, p. 235-256.

20 J'ai notamment glané l'ensemble des données contenues dans les mémoires de maîtrise soutenus à l'Université de Toulouse-Le Mirail depuis un quart de siècle.

21 Poumarède, Jacques, Les successions au Moyen Âge dans la France du Sud-Ouest, Paris, 1972.

22 Higounet, Charles, Paysages et villages neufs du Moyen Âge, Bordeaux, 1975 ; -,. Villes, Sociétés etEconomies médiévales, Bordeaux, 1992 (recueils d'articles).

23 Cursente, op. dt., p. 441-445.

24 Arch. dép. de Haute-Garonne, H Malte, Toulouse 344, 6 : accord de paix entre les habitants de Sainte-Foy-Peyrolière et les bordalarios qui ont colonisé Cambernard à propos du paiement de la taille (1326).

25 Mousnier, Mireille, La Gascogne toulousaine aux XIIe et XIIIe siècles.Une dynamique sociale et spatiale, Toulouse,1997, p. 293-305.

26 Ibid

27 En 1533 la salle de Ferrabouc (Gers) est désignée comme une « borde noble » ; cf. E. Ducassé, « Dénombrement des biens du marquis de Fimarcon en 1533 », Bull Soc. Arch. du Gers, 1998, p. 30-52.

28 Cursente, op. cit., chap. 8., p. 445-450.

29 Sicard, Germain, Le métayage dans le Midi toulousain à la fin du Moyen Âge, Toulouse, 1957 ; Brunet, Roger Les Campagnes toulousaines, Toulouse, 1965, p. 323-327 ; Duby, Georges et Wallon, A., Histoire de la France rurale, Paris, 1975, t 2, p. 127-128.

30 Cursente, ap. cit., p. 450-456.

31 Clerbide, Ricardo, Le Censier gothique de Soule, Saint-Etienne de Baïgorry, éd. Izpagui, 1994, p. 27 et passim : certaines maisons sont dotées d'une borde dont le nom indique une localisation près de l'espace pastoral d'altitude.

32 L'absence de cheminée, jusqu'à la fin du Moyen Âge, a fortement contribué à la poly-fonctionnalité des bâtiments ruraux.

33 Par d'exemple, en 1385 les enquêteurs de Gaston Fébus dans le village d'Arette (vallée de Barétous) en 1385 font état d'« une maison au dessus de celle d'Arripe, dont il fut dit qu'elle n'était qu'une grange (borde) et dans laquelle il a été trouvé un foyer, avec de la braise humide, des châlits, un tonneau, des poules et un jardin planté de choux », Cursente, ap. cit., p. 446 note 148.

34 Poumarède, op. cit.

35 Cursente, op. cit. chap. 9, p. 449, 552, 553

36 On trouvera un échantillonnage significatif d'exemples de ces conflits dans Toulgouat, Pierre, Voisinage et solidarité dans l'Europe du Moyen Âge, « Lou besi de Gascogne », Paris, 1981, chap. 3.

37 Pour le secteur oriental, Chevalier, Michel, La Vie humaine dans les fyrénées ariégeoises, Paris, 1956, p. 168- 169.

Auteur

Directeur de Recherche au CNRS, Université de Toulouse-Le Mirail

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540