Version classiqueVersion mobile

Figures du Nord

 | 
Éric Schnakenbourg

Conclusion

Texte intégral

1L’intégration du Nord, et de ses représentations, dans la carte du monde entre le Moyen Âge et le XVIIIe siècle forme un discours général d’où se dégagent trois perspectives traversant les contributions qui viennent d’être présentées.

2La première concerne l’ambivalence de la représentation des hommes du Nord. Ils peuvent être perçus comme des contre-modèles dont la valeur varie en fonction de l’usage que souhaite en faire l’auteur qui les évoque. Ils balaient tout le spectre de l’espèce humaine pour le meilleur, lorsqu’ils en sont des incarnations vertueuses, mais aussi pour le pire quand ils servent à déterminer le premier stade de l’humanité et qu’ils sont considérés comme le vestige du moment fondamental auquel l’homme s’est distingué de l’animal. Ce prisme influence la perception de la nature nordique, car les qualités comme les défauts s’inscrivent dans le rapport de l’homme à son environnement. La rigueur du climat et l’âpreté des conditions d’existence élèvent ou écrasent, sans juste milieu. Elles éloignent les habitants des vaines tentations qui amollissent et pervertissent ceux qui se trouvent sous des latitudes plus clémentes ou, tout au contraire, condamnent à l’abrutissement ceux qui ne font que subir le milieu dans lequel ils vivent. Ces deux humanités sont moins perçues comme des alternatives que comme deux figures juxtaposées destinées à avoir la vie dure : d’une part, celle du Scandinave bienveillant, d’autre part celle du Lapon, du Groenlandais ou du Samoyède sauvages. Il existe bien une frontière qui interpelle la tentation de définir une humanité septentrionale unique : les premiers sont périphériques, les seconds sont marginaux.

3La deuxième perspective est celle de l’imaginaire de l’espace. Il est le recours de ceux qui souhaitent relever le défi de la représentation des marges. À la Renaissance, le Nord, « espace de papier » (Jean-Marc Besse), naît d’une sédimentation de savoirs parfois très anciens qui s’empilent, se répètent, se complètent ou se contredisent pour nourrir des hésitations cartographiques. Leur réappropriation crée un espace qui a sa propre identité, avec ses îles inventées ou réelles, ses monstres marins et les légendes qui en découlent. La recherche de points d’ancrage sur lesquels appuyer leur entendement conduit ceux qui ne connaissent pas le Nord, mais qui en parlent ou le représentent, à opérer des transferts erronés et à commettre des confusions. Le remplissage nécessaire de la carte du Nord et des textes le concernant crée une région fictive qui est une toile de fond sur laquelle les apprentissages générés par les découvertes liées à la navigation ou aux voyages viennent se frotter. L’examen critique, l’exigence de cohérence et l’amplification des connaissances auxquels est soumise cette dialectique instable réduisent peu à peu la distance entre le Nord imaginé et le Nord véritable. Situé sur la frontière poreuse séparant le rêve de la réalité, le Nord est longtemps une alternative qui permet la cohabitation des contraires : les jours sans fin de l’été et les interminables nuits de l’hiver, le feu et la neige des volcans d’Islande, mais aussi la fertilité du passé et la stérilité du présent. Dans ce monde de confins, le plausible devient le possible à défaut de preuves du contraire. La résolution des ambivalences et des contradictions s’opère par l’imaginaire historique de l’espace.

4Troisièmement, il faut envisager le Nord dans une perspective historique et l’aborder par un discours sur l’espace, mais aussi par un discours sur l’histoire. Une partie des lieux communs et des interprétations projetés sur cette région septentrionale s’inscrit dans le temps. Les incertitudes de la chronologie, le télescopage entre la connaissance des faits passés et leur signification contemporaine participent à la construction culturelle du Nord qui n’a pas la même signification chez les Scandinaves et chez les autres Européens. Pour les premiers, elle participe de l’élaboration d’une identité en offrant le modèle d’un passé révolu, ou en donnant à leurs États une épaisseur historique sur laquelle appuyer leur légitimité et leur dignité, non seulement dans le cadre de leurs rivalités entre voisins, mais aussi dans un contexte européen plus large. Le Nord scandinave, dans la marche de l’histoire de l’Europe, se distingue de sa périphérie polaire. Son héritage le rapproche du continent et le déplace dans le temps pour inventer une nouvelle géographie. Elle inverse non pas le rapport en lui-même, mais la localisation du centre et de la périphérie afin de construire un nouvel espace qui ne pivoterait plus autour de l’Occident, mais autour des rives de la Baltique. La notion de Nord porte une dimension historique éminente pouvant en faire un outil du discours politique autour des idées de liberté et de vertu des Scandinaves, qui creusent encore l’écart les séparant des habitants des régions les plus septentrionales, abrutis par le froid. La dynamique vertueuse inscrite dans la longue durée des progrès de l’humanité chère aux Lumières bute sur le cercle polaire.

5La pluralité des approches ne saurait résoudre le Nord aux stéréotypes négatifs du froid et de l’inaccessibilité qui génèrent le dédain. La notion est plurielle et souple, c’est pourquoi elle est convoquée dans différents discours et peut constituer une entrée dans l’épistémologie de différentes sciences humaines. La puissance évocatrice des représentations du Nord s’appuie sur la prégnance d’une géographie construite et reconstruite. Les parts de la réalité et de l’imagination varient en fonction des auteurs, des sujets abordés ou encore du dessein des textes ou des cartes. La réalité nordique ne se découvre pas progressivement par un processus d’élaboration d’un savoir empirique ou par des approches qui seraient de plus en plus raisonnées, bien qu’il y ait indiscutablement davantage de connaissances sur le Nord au XVIIIe siècle que dans les périodes précédentes. Au fil des siècles, la perception se corrige et se rectifie sans toutefois faire disparaître la part d’inconnu et d’exotisme du milieu naturel et de ses habitants, qui leur vaut de continuer d’être envisagés avec intérêt et curiosité. Le cœur des interrogations se déplace vers les régions les plus septentrionales qui conservent un goût de mystère. Le renouvellement incessant des questionnements et des problématiques portant sur le Nord est davantage généré par la situation, la culture et l’enjeu que représente le traitement de cette région pour ses observateurs que par l’objet septentrional à proprement parler. Le Nord est aussi un outil rhétorique commode autorisant un détour allégorique. En ce sens, il peut être une métaphore, permettant de faire comprendre et de faire ressentir, pour parler d’autre chose en jouant sur les idées préconçues et en stimulant les sensations des destinataires du discours. Ainsi, l’imaginaire et les fantasmes entourant le monde nordique se déclinent sans perdre en intensité du Moyen Âge aux années 1760-1770, qui marquent une inflexion due à l’émergence de la sensibilité préromantique et aux nouvelles exigences du lectorat érudit. Bien qu’il soit considéré comme un objet propre par les voyageurs et les auteurs entrant, volontairement ou pas, en confrontation avec lui, le monde septentrional qu’ils découvrent et qu’ils recréent est aussi une toile sur laquelle se projettent des interrogations sur les confins du monde ou de l’humanité. Nommer le Nord est un défi qui ne peut être relevé que par une véritable appropriation d’un espace à la fois singulier et pluriel. À ce titre, il faut insister sur l’idée d’une gradation latitudinale dans les représentations et les perceptions du Nord qui doit mettre en garde le chercheur contre la réduction à l’unicité et à la simplification du paysage humain, des perceptions et de la dynamique historique des espaces septentrionaux. Les régions les plus boréales se distinguent peu à peu de l’espace scandinave, qui devient de plus en plus européen au fil de l’époque moderne. Plus lointain, soumis à des conditions naturelles très rigoureuses et peuplé d’hommes à l’aspect étrange et aux mœurs surprenantes, le Grand Nord ne fait pas partie de l’Europe. Pour la plupart des observateurs occidentaux qui ont été évoqués, il se situe au-delà d’une frontière, dans une zone nébuleuse d’où se dégagent des formes interprétées par un petit noyau d’auteurs, eux-mêmes réinterprétés par ceux qui les utilisent et les compilent. Ainsi, les représentations du Nord se nourrissent d’elles-mêmes pour construire un monde ambivalent dans lequel les rigueurs naturelles et le caractère primitif des habitants n’abolissent ni le mythe de l’Ultima Thulé hyperboréenne aux habitants proches des dieux, ni celui de l’Arcadie nordique au sein de laquelle règnent la douceur et la félicité.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search