Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Quatrième partie. Les formes de la dispersion de l'habitat

Où construire sa maison dans l'ouest de la France ? (XIe-XIIIe siècle)

Daniel Pichot

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1On pourrait penser que la dispersion de l'habitat qui s'impose dans l'Ouest dès l'époque médiévale résulte d'une grande liberté mais l'analyse montre qu'il n'y a pas absence d'organisation et qu'au contraire un système est sous-jacent à l'apparent désordre. L'étude des formes et des caractères de l'habitat peut donc nous conduire à l'identifier. Dès lors, le problème de la localisation de la maison n'est pas une question oiseuse mais essentielle à la compréhension d'un mode de peuplement et aussi de fonctionnement d'une société. Après avoir esquissé une typologie de la diversité des faits, il faudrait en identifier les raisons. Il ne s'agit pas d'analyser les critères matériels ou géographiques qui président à l'installation d'une maison bien orientée, encore qu'un certain nombre ne soient pas à négliger, mais la construction de modestes maisons paysannes n'obéissait pas aux mêmes motivations et ne jouissait pas des mêmes possibilités que celle des gens aisés.

2Bâtir une maison est le fruit d'une série de contraintes mais aussi d'intérêts et d'atouts. Cela dépend des autorisations, des conditions offertes par le pouvoir et de la liberté relative dont peut user le constructeur ou l'habitant qui ne se confondent pas toujours. Peuvent aussi jouer le lien avec la tenture, les solidarités familiales ou plus largement sociales. Derrière ces choix, se profile une société qui ainsi sort un peu de son opacité.

3Les sources ne sont pas négligeables, en effet. Dans la masse de chartes offerte par les fonds d'un grand Ouest qui s'étend de la Bretagne au Maine et à l'Anjou, quelques-unes apportent des informations que l'examen des cadastres et les enquêtes archéologiques, voire l'iconographie, permettent d'éclairer. Il est alors possible d'aboutir à des conclusions qui ne manquent pas d'intérêt pour la mise en lumière d'une société qui connaît un encadrement certain, un « encellulement » ne manquant pas d'originalité.

Les localisations

  • 1 Pichot Daniel, Le Village éclaté, habitat et société dans les campagnes de l'Ouest au Moyen Age, R (...)
  • 2 Ibidem, p. 88-91. Les indicatifs départementaux actuels sont donnés pour situer les localités.

4L'organisation du peuplement avant le xie siècle demeure mal connue malgré les progrès rapides de l'archéologie. D'une façon schématique, il est possible de dire qu'un mouvement de regroupement s'esquisse depuis le viiie siècle mais, si les églises sont maintenant pratiquement associées aux cimetières, l'habitat des vivants est loin encore de se regrouper autour de ce pôle 1 Une part importante de la population s'organise dans des hameaux regroupant quelques habitations dans des enclos, comme on le constate à la Cocherais (Tinténiac, Ille-et-Vilaine), à la Tullaye (Janzé, Ille-et-Vilaine) et ailleurs2

Figure 1- Le noyau ecclésial de Cures (Sarthe) d'après un plan-terrier de 1784. (Arch. dép. de la Sarthe E 316/38.)

Figure 1- Le noyau ecclésial de Cures (Sarthe) d'après un plan-terrier de 1784. (Arch. dép. de la Sarthe E 316/38.)
  • 3 Pichot Daniel, Le Village éclaté..., op. cit., p. 155.

5A partir du xie siècle, l'habitat tend de plus en plus à se regrouper, autour des châteaux mais l'incastellamento demeure faible et beaucoup plus souvent autour du pôle religieux formé par l'église et le cimetière, donnant naissance à un bourg-centre qui sera plus tard dénommé bourg dans tout l'Ouest Une association classique s'opère souvent à l'occasion de la restitution de l'église paroissiale avec la fondation d'un prieuré auquel est joint un bourg (burgus) sinon plusieurs. Le cadastre conserve les traces de l'organisation originelle. À Crues (Sarthe), elle se déploie autour d'un espace central défini par l'église et le cimetière, à Saint-Sauveur-des-Landes (Ille-et- Vilaine), des parcelles semblables accompagnent les maisons régulièrement réparties de chaque coté d'un chemin, tandis que l'église et le prieuré définissent un pôle déterminant à l'extrémité de l'agglomération3

  • 4 Courson Aurélien de, Cartulaire de l'abbaye de Redon, Paris, 1863, n° 375.
  • 5 Chédeville André, Liber controversiarum Sancti Vincentii cenomannensis, n°153, A Sainr-Longis, les (...)
  • 6 « Nondum ad plénum sufficiens erat tam ad bumanda corpora quamque ad domos edificandas », Arch. dé (...)
  • 7 Pichot Daniel, Le Village éclaté..., op. cit., p. 144-145.
  • 8 Zadora-Rio Elisabeth, Galinie Henri et alii, « La fouille du site de Rigny, viie-xixe siècle : l'h (...)

6Trait majeur, l'habitat s'installe très souvent dans le cimetière. Fréquemment, il s'agit de quelques habitations, celle du seigneur, du curé mais aussi de quelques bourgeois ou simples tenanciers comme dans le cimetière de Breulis dans l'actuel Morbihan4. Mais il existe aussi souvent un lotissement systématique ainsi que l'indique la coutume du Maine évoquée par un acte de Saint-Vincent du Mans5. À Romagné, (Ille-et-Vilaine), au milieu du xiie siècle, le prieur de Saint-Sauveur-des- Landes qui régit la paroisse achète une terre pour agrandir le cimetière car « il n'était plus pleinement suffisant tant pour inhumer les corps que pour édifier des maisons6 ». Le cadastre de la commune révèle au début du xixe siècle que le bâti du bourg occupe un quadrilatère grossier de 125 m x 75 m qui semble l'inscription dans le parcellaire des anciennes limites du cimetière7. Partout, ce terrain est alors beaucoup plus vaste que celui d'aujourd'hui ou même du xixe siècle, sa réduction liée à un usage beaucoup plus strictement funéraire apparaît à partir du xiiie siècle8.

  • 9 Pichot Daniel, Le Village éclaté..., op. cit., p. 157. Le texte est un faux mais décrit une pratiq (...)
  • 10 Ibidem p. 158.
  • 11 Ibidem, p. 153.

7Les noyaux paroissiaux, pour autant qu'on puisse les reconstituer, peuvent cependant présenter des aspects variés. Les cadastres anciens montrent que, si certains sont importants et bien constitués, exhibant une réelle cohésion, d autres affichent une évidente faiblesse et se réduisent à quelques bâtiments souvent disséminés de façon lâche aux alentours de l'église. Les premiers se font plus nombreux dans l'Ouest intérieur tandis que les autres caractérisent plutôt la Bretagne occidentale. Les textes ne décrivent pas les maisons mais indiquent clairement qu'elles sont installées dans une parcelle qui permet de les accueillir et de les accompagner d'un jardin et d'une ouche, cette platea ou emplacement constitue la cellule de base. Au début, l'agglomération peut se faire sans plan précis, les plateae s'organisent comme elles peuvent autour du cimetière ou dedans à moins qu'elles ne s'échelonnent le long d un chemin. Aucune esquisse d'urbanisme n'est décelable comme à Brion en Anjou, bourg fondé par Saint-Aubin d'Angers au xiie Siecle. Une opération relativement programmée peut aussi s'organiser. Lors de la fondation du château de Josselin (Morbihan) au xiie siècle, on fiche un pieu au départ qui va servir de référence pour l'édification des constructions9. À Châtillon-sur-Colmont (Mayenne), le cadastre met en évidence une évolution en deux étapes, au nord, autour de l'église, s'est établi le noyau primitif, plus tard, début xiiie siècle ? apparaît au sud, le bas-Bourg, dit Bourg Neuf qui aligne des parcelles égales de part et d'autre d'un chemin10. À La Gravelle (Mayenne), le bourg seigneurial adopte le même plan mais se resserre dans des remparts de terre au pied du château à motte11.

Figure 2- Châtillon-sur-Colmont (Mayenne) d'après le cadastre ancien

Figure 2- Châtillon-sur-Colmont (Mayenne) d'après le cadastre ancien

(Arch. dép. de la Mayenne)

  • 12 Pichot Daniel, « Images du paysage : les bords de la Vilaine au xvie siècle », Mémoires de la soci (...)

8La population ainsi agglomérée demeure faible, ce que confirment beaucoup de cadastres et des dénombrements d'époque moderne. Une étude de quelques paroisses rurales du Bas Maine au xviiie siècle donne un maximum de 29 % de la population agglomérée au bourg et, pour plusieurs, on tombe sous les 15 %12. Il n'y a guère de chance pour que les chiffres médiévaux aient pu être supérieurs, bien au contraire. La majorité de la population est donc installée ailleurs.

9Il n'y a guère de chance pour que les chiffres médiévaux aient pu être supérieurs, bien au contraire. La majorité de la population est donc installée ailleurs.

10Il y a développement concomitant du regroupement dans les noyaux paroissiaux et de la croissance des écarts, le peuplement se définit dans la tension de deux forces antithétiques et concurrentes. Majoritairement, les habitants qui ne sont pas au bourg vivent dans des regroupements secondaires, des hameaux. Bon nombre sont d'importance et possèdent chapelle avec desservant et même cimetière. Héritiers de vieilles implantations carolingiennes (anciennes curtes éventuellement) ou de fondation récente, ils peuvent concurrencer fortement le chef-lieu de paroisse et quelques-uns parviendront au statut de nouvelle paroisse. Dans ce cas, le modèle diffère peu du bourg-centre mais quand les hameaux sont plus faibles, ils peuvent se réduire à quelques maisons regroupées autour d'un espace central qui n'est que l'élargissement d'un chemin. Il n'est pas exclu pour certains de se regrouper près d'une motte ou d'une maison forte, voire d'un moulin.

  • 13 Pichot Daniel, Le Village éclaté..., op. cit., p. 194-197.

11Paradoxalement, nous connaissons assez bien ces hameaux par l'intermédiaire de l'archéologie. La Bretagne a fourni une dizaine de sites qui permettent de dégager certains traits, en particulier grâce aux exemples de Pen-er-Malo (Morbihan), Lann-Gouh (Morbihan), Kerhaes-Vihan (Finistère) et Le Goënidou (Finistère)13. Le premier se présente comme un groupe de modestes maisons organisées en plusieurs ensembles, ce que développe sur un mode un peu différent le hameau de Kerhaes-Vihan qui réunit de façon fort lâche une série d'exploitations. Le Goënidou, un peu plus tardif, est du même type mais la stricte répétition du même module à plusieurs reprises dénote une évidente originalité. Lann-Gouh se présente comme un hameau beaucoup plus fort, il regroupe environ 17 bâtiments. La partie dégagée montre un minimum d'organisation : maisons à foyer et bâtiments d'exploitation ou d'intérêt collectif comme le four se déploient autour d'un espace central.

  • 14 Renard Jean, « Les paysages agraires du sud-est du Massif Armoricain », Enquêtes rurales, 2, p.117

12Une partie variable de la population se retrouve cependant dans des habitats isolés, en général sur les terres de l'exploitation. C'est le cas des plus importantes métairies du Maine et de la haute Bretagne ou des gaigneries du sud de la Loire mais l'importance de la main d'œuvre provoque sans doute un regroupement peu différent des petits hameaux. Les petites exploitations ont souvent tendance à se regrouper mais ce n'est pas systématique. Le village de La Gravelle disperse de multiples bordages isolés le long de la route de Rennes qui sert d'axe au défrichement de la forêt comme en atteste la toponymie14. Souvent, les terres se déployaient sur des ensembles grossièrement ovalaires de 4 à 500 m sur leur grand axe clos par un talus et l'habitat se plaçait en étroite connexion avec ceux-ci, soit au milieu, soit sur le pourtour.

  • 15 Merlet L., Cartulaire de l'abbaye de ta Sainte Trinité de Tirom, Chartres, 1882-1883, n° 254.
  • 16 Meuret Jean-Claude, Peuplement, pouvoir et paysage sur la marche Anjou-Bretagne (des origines au M (...)
  • 17 Astill Grenville et Davies Wendy, A breton landscape, Cambridge, UCL, 1994, 268 p., p. 130-150.

13Si, globalement, on peut constater une évidente permanence du peuplement, la question doit être scindée et il faut distinguer celle des sites et celle des habitations. L'habitat dispersé n'est pas si fragile et les sites de bourg perdurent même si des cas de déplacement plus que d'abandon peuvent être constatés. Saint-Sulpice-les- Chèvres (Mayenne) redevient un désert après la fuite des habitants devant les exigences du seigneur, peut-être faut-il y voir l'échec d'une entreprise de colonisation dans la région difficile des collines des Avaloirs15. Le Masse est abandonné pour Forges (Ille-et-Vilaine), le nom dit assez que l'enjeu minier est alors décisif16. Les hameaux et sites isolés peuvent perdurer dans une grande majorité mais Wendy Davies et Grenville Astill ont constaté dans la région de Ruffiac (Morbihan) que beaucoup de sites disparaissaient, un tiers des sites connus du xiie au xve siècle, mais que d'autres se renouvelaient ; bien plus que de crise, il s'agit plutôt d'un évolution normale, d'une redistribution17. Par contre, et comme partout, les maisons elles-mêmes font l'objet d'une reconstruction sans doute assez fréquente d'autant plus que leur construction révèle une évidente fragilité. Toujours autour de Ruffiac, beaucoup de sites connaissent de légers déplacements, l'habitat s'est un peu décalé. Cette fixité confirme bien que la localisation de cet habitat relève d'un système dont il serait nécessaire de distinguer les éléments, c'est à dire de voir à quels impératifs sociaux obéissent ces implantations.

Figure 3- Répartition de l'habitat à La Gravelle (Mayenne)

Figure 3- Répartition de l'habitat à La Gravelle (Mayenne)

Les facteurs de localisation

14Rares sont les textes évoquant clairement les raisons qui président à l'installation d'une maison. Les chartes, en raison de leur nature, privilégient les aspects juridiques, les autres n'apparaissent que marginalement, le plus souvent par des indices indirects qu'il faut inférer de certaines phrases ou de l'étude des localisations et des fouilles. L'enquête, souvent décevante, jette cependant une certaine lueur sur la société villageoise. L'action des puissants qui contrôlent l'encadrement se présente en premier dans une société marquée par l'encellulement. La seigneurie et la paroisse fortement organisées assument en ce domaine un rôle incontestable mais aux effets nuancés et parfois subtils. C'est la question de la contrainte qui est alors clairement posée.

15Le phénomène de dispersion suggère d'abord un poids limité de la contrainte, cela n'empêche évidemment pas une forme d'intervention. Il s'agit d'abord d'une attraction favorisée par le déploiement d'une politique consciente, modulée en fonction des résultats espérés. Les centres paroissiaux se développent en tant que noyaux d'habitat à partir du troisième tiers du xie siècle. Cela coïncide avec de profondes évolutions. La seigneurie renforce son organisation et la paroisse entame un mouvement de structuration à partir des restitutions des églises et des cimetières accompagnées plus tard par une vraie politique pastorale. La simple présence d'un château, même modeste, avec la présence seigneuriale su ffit à attirer les populations, les ministériaux n'étant pas les seuls à être intéressés. Protection et intérêts économiques interviennent alors. Cependant, l'incastellamento demeure rare si l'on considère l'ensemble des villages.

  • 18 Treffort Cécile, L'Église carolingienne et la mort, christianisme, rites funéraires et pratiques c (...)

16Le centre paroissial en lui-même provoque un regroupement beaucoup plus général. Les vivants viennent s'agréger autour des morts18 Ils ne font plus peur mais désormais sont considérés comme des éléments forts de la communauté humaine du village qui prend conscience de son existence dans la communion des générations. La familiarité avec l'espace cimitérial, le siège de nombreuses activités très souvent profanes, ne peut que renforcer cette appréciation. La structuration de plus en plus précise des liens paroissiaux développe ce courant et met l'église en position privilégiée.

  • 19 Chauvin Yves, Premier et second livres des Cartulaires de l'abbaye Saint-Serge et Saint-Bach d'Ang (...)
  • 20 Cartulaire manceau de Marmoutier, Bouère, 4 ; « Burgum facere quantum grandiorem potuerint per att (...)

17Si le mouvement paraît pouvoir se déclencher seul, il trouve des encouragements dans des créations spécifiques. Les seigneurs détenteurs du ban manifestent leur autorité en essayant de regrouper des habitants autour de leurs châteaux mais aussi autour de simples églises en plein accord avec les moines. Dans le dernier tiers du xie siècle, une véritable floraison de bourgs (burgi) et de prieurés éclate et se poursuit avec une chronologie relativement décalée dans toutes les régions de l'Ouest. À de multiples reprises, les cartulaires montrent des restitutions d'églises accompagnées de la fondation d'un bourg et d'un prieuré. La coïncidence des trois choses se retrouve aussi bien à Andrezé (49) fondation de Saint-Serge, Bouère (Mayenne) ou Le Lion d'Angers (Maine-et-Loire) œuvres de Marmoutier et de Saint-Aubin19 L'un des objectifs est de favoriser le peuplement. À Bouère, on envisage l'arrivée de gens de l'extérieur : civitas, villa ou castellum et il est affirmé qu'à Andrezé « les moines pourront faire un bourg aussi grand qu'ils le pourront en attirant un grand nombre d'hommes20 ».

  • 21 Chedeville André, « La guerre des bourgs », dans : mornet Élizabeth, Campagnes médiévales : l'homm (...)
  • 22 « de quo pejus isset castello suo... », Cartulaires de Saint-Serge, I, 234.
  • 23 Chédeville André, « La guerre des bourgs », art cit.

18La mise en place du bourg est orientée en ce sens. Le statut de bourgeois, n'est pas vraiment privilégié. Les coutumes ne disparaissent pas dans le cas de bourgs monastiques, elles sont seulement transférées aux moines mais, leur fixation est plutôt un bien et, au gré des fondations, apparaissent des avantages plus ou moins étendus. Tout cela pouvait faire réfléchir et on en a la preuve. Très souvent, quand le seigneur possède son propre bourg près de celui des moines, des clauses prévoient l'interdiction de changer de bourg, le seigneur ne veut pas voir partir ses hommes, le bourg monastique devra être peuplé de migrants, comme c'est le cas à Vitré (Ille-et-Vilaine) ou Donges (Maine-et-Loire) et Bouère21. La crainte peut même s'installer dans l'esprit d'un seigneur voisin. Guillaume Chamalard multiplie les agressions à l'égard des moines de Saint-Serge parce qu'il craint qu'ils ne fondent un bourg à Cré-sur-le-Loir (Sarthe) « duquel viendrait bien du mal pour son château22.... ». Le risque n'était pas illusoire et André Chédeville a mis en évidence la pratique de construction de bourgs destinés à attirer les hommes d'un voisin23

  • 24 Zadora-Rio Elisabeth, « Archéologie du Peuplement : la genèse d'un terroir communal », Archéologie (...)
  • 25 TonnerrE Noël-Yves, Naissance de la Bretagne, géographie historique et structures sociales de la B (...)

19Provoquée ou non, l'attraction des châteaux et centres paroissiaux est indéniable et l'on peut se demander si l'abandon de certains sites n'est pas à mettre en relation avec leur absence. Il est difficile de conclure mais les désertions autour de la fin du xe siècle soulèvent la question. Les sites de la Tullaye en Janzé, des Grandes Valinières près de Saumur (Maine-et-Loire), Créac'h Gwenn à Quimper pour ne donner que quelques exemples et les prospections effectuées à Blou (Maine-et- Loire) par Elisabeth Zadora-Rio semblent indiquer une phase d'abandon24. A contrario, le déplacement du château de Castennec (Morbihan) vers Rohan ne tarde pas à ruiner l'habitat qui s'était développé à ses pieds25.

  • 26 Pichot Daniel, Le Village éclaté..., op. cit., p. 324.
  • 27 Don : Cartulaires Saint-Serge 1,148, vente : Saint-Vincent 375.

20Le résultat de cette politique incontestable n'en fut pas moins inégal. Pour des succès réels, combien de bourgs périclitèrent ou ne parvinrent jamais à se développer. D'ailleurs, l'ambition des maîtres demeure cantonnée dans des horizons souvent modestes. Des bourgs (burgi) bâtis sur une ouche, cas fréquent, n'ont pas vocation à regrouper tous les habitants des alentours. Il fallait réunir des hommes tant pour le prestige que pour le pouvoir, ceux qui le voulaient ou qu'il était intéressant de faire venir mais il ne fut jamais question de regrouper tout le monde et les nombreux habitants des hameaux purent résider sur leurs terres, sans inconvénient. Cette limitation dans le mouvement résulte sans doute de la faible capacité de contrainte de la seigneurie dans l'Ouest. Solidement implantée et apte à dominer les hommes, elle ne dispose cependant que d'une relative force de coercition. Face à des hommes libres accomplissant peu de corvées et versant des coutumes somme toute assez limitées, il n'était pas question d'imposer une telle action, elle semble d'ailleurs s'en être accommodé en adaptant ses moyens d'encadrement26. D'ailleurs, si les maîtres proposent des plateae et perçoivent un cens, les droits des bourgeois et autres sur leur demeure sont larges. Certes, ils l'ont construite mais ils jouissent dès le début de droits étendus et les maisons sont données ou vendues dès le xie siècle27. L'Église, parallèlement, trouvait son compte dans ce regroupement mais l'encadrement paroissial n'exigeait pas non plus la réunion de tous auprès du sanctuaire.

  • 28 Meuret Jean-Claude, Peuplement, pouvoir et paysage..., op. cit.
  • 29 Barrere M. et Batt Mickaël, « Berrien, Le Goënidou (Finistère) », Gallia, Information, Bretagne, 1 (...)
  • 30 See Henri, Étude sur les classes rurales en Bretagne au Moyen ge, Rennes, éd. : A. Picard et fils, (...)

21Les résidences imposées entrent dans un cadre restreint où la contrainte n'est pas présente, il s'agit plutôt de contrats. Certes, on peut s'interroger sur le transfert du centre villageois du Masse, regroupé autour d'une motte qui quitta la forêt de la Guerche pour s'installer, non loin, sur le site de Forges28. Rien n'autorise à penser à une mesure autoritaire, un processus analogue à celui de Castennec pourrait fort bien s'envisager. En général, quand une résidence est proposée au tenancier, il reprend les bâtiments qu'il est astreint de redonner en bon état. Ceux-ci ne sont pas obligatoirement l'œuvre du maître. On peut le supposer quand même au Goënidou. La répétition du même module oblige à envisager un lotissement construit peut-être par une abbaye pour installer des colons29. Henri Sée a relevé un contrat de féage perpétuel établi en 1272 par l'abbaye Saint-Melaine de Rennes. Deux hommes prennent en charge une terre pour 30 sous de fouage et s'obligent à y résider dans une maison qu'ils construiront30. Cela relève donc, avant tout, du contrat. Généralement, les hommes sont assez libres de choisir leur établissement et si la proximité du pouvoir est à prendre en compte, d'autres facteurs interviennent.

  • 31 « Essemplas namque quasdam quam in Lateio homines sanctimonialium in earum dominicatura fecerant, (...)

22Celui de la sécurité s'inscrivait déjà dans certaines remarques précédentes. La recherche de la paix a pu pousser des gens à se regrouper dans des endroits particulièrement favorables dans un contexte où guerre et violence pouvaient faire craindre leurs effets. L'attrait des châteaux pouvait s'exercer en ce sens, ils offraient un abri, gage de succès pour de nombreux bourgs castraux. Tous les chefs lieux de seigneurie se dotent d'un ou plusieurs bourgs qui souvent prennent de l'ampleur et donnent naissance à des villes, d'autres ne dépassent pas le stade du village comme Bouère, Arquenay, Assé-le-Riboul (Sarthe) ou Pirmil (Sarthe). Il ne faut cependant pas se laisser abuser car un certain nombre de mottes semble s'intégrer a posteriori dans le paysage, venant imposer leur protection de façon peut-être encombrante. Une charte du Ronceray d'Angers relate comment une maison forte vint contrôler un hameau de pionniers dans la forêt du Lattay31 (Maine-et-Loire).

  • 32 « Quicumque vero de hereditariis in eodem cimiterio prope guerram babitatre necesse habuit non cog (...)
  • 33 Pichot Daniel, Le Village éclaté..., op. at., p. 143-144.

23L'absence d'institutions de Paix dans l'Ouest pouvait aussi pousser à se réfugier dans le cimetière qui, terre bénie, profitait de l'extension du statut privilégié de l'église. Plusieurs textes relatifs à des paroisses détenues par Saint-Florent-de- Saumur dans la région de Combourg (Ille-et-Vilaine) évoquent la possibilité de se réfugier dans le cimetière en cas de guerre. À Romazy, les paysans pourront alors y bâtir leur maison et, le danger passé, s'en aller mais on envisage aussi la possibilité qu'ils restent Dans ce cas, ils seront soumis aux mêmes taxes que les bourgeois32. Il ne faut pas généraliser cependant Si le prêtre ou le chevalier détenteur de droits sur le cimetière y logent, c'est un peu dans la nature des choses. Très souvent, on a bâti et même loti dans la terre des morts seulement en raison de son statut privilégié. Il n'y avait pas immunité, mais, si les habitants payaient cens et coutumes, ils n'en bénéficiaient pas moins d'avantages judiciaires, voire d'exemptions et profitaient en sus d'une protection relative. Cela confirmerait l'hypothèse établie précédemment à partir du cas de Romazy. Le cimetière a été un agent majeur du développement des noyaux paroissiaux33.

  • 34 Ibidem., p. 337.

24Tout le monde cependant n'accordait pas la même importance à ces problèmes de sécurité et d'autres facteurs étaient pris en considération touchant au domaine social ou économique, ainsi se pose la question d'une spécificité des fonctions des habitants du bourg-centre. Outre les agents seigneuriaux, les artisans et commerçants ont peut-être de bonnes raisons d'y résider, ce qui donnerait une coloration sociale particulière opposant centre et écarts. Des indices incitent à le penser car le phénomène est bien réel dans les bourgs castraux. Dans le monde rural certains centres présentent une activité exceptionnelle qui légitime leur existence. Un bourg de potiers à l'abri d'une motte et près d'une église a été fouillé à Chartres de Bretagne (Ille-et-Vilaine), le centre de Forges repose sur un lit de scories. En dehors de ces exemples la recherche demeure cependant à poursuivre. Éventuellement, les facteurs économiques et sociaux encourageaient la dispersion. Les hameaux formaient de petites sociétés où jouaient des intérêts de groupe. Des membres d'une même famille pouvaient y résider, d'autant plus qu'il semble bien qu'un certain degré d'indivision pouvait régner. La résidence de couples apparentés dans des maisons proches et mettant en valeur les terres sans doute en commun, la possibilité d'associations de parçonniers évoquées dans la coutume d'Anjou du xiiie siècle militent en ce sens34 Au-delà de la solidarité familiale jouait aussi une solidarité de voisinage qui, bien que mal connue, n'est pas à négliger.

25Enfin, que ce soit dans ces hameaux ou dans des exploitations plus ou moins isolées, il faut faire intervenir les conditions de la mise en valeur. Les pionniers s'installent sur les terres qu'ils défrichent et les maîtres n'y voient aucun inconvénient. Les seigneurs installent leurs métairies sur les franges forestières et c'est sans doute le seigneur de Laval qui après avoir créé la paroisse de La Gravelle a constellé son finage d'une multitude de bordages isolés sur les terres défrichées. Les difficultés de la circulation dont il ne faut cependant exagérer les conséquences à cette époque, bien plus la liberté réelle dont jouissent les hommes de la seigneurie, sans parler de la tradition ancienne de dispersion, au moins relative, encourageaient le phénomène et expliquent cette multiplicité des écarts.

*

26Construire sa maison dans l'Ouest au Moyen Age, n'est pas une mince affaire mais surtout obéit à un système complexe de facteurs qui interfèrent largement entre eux. Très certainement, on ne peut parler de désordre ou d'anarchie malgré une complexité qui peut décourager. L'effet de groupement de l'incastellamento ne joue guère même si les châteaux jouent un rôle indéniable et il vaut mieux parler d'un encellulement qui adopte des formes originales.

27En conséquence, ce dernier crée un système de répartition de l'habitat qui existe toujours, ce qui ne veut pas dire que les sites n'ont pas évolué. L'installation des maisons reflète un jeu complexe de relations entre une seigneurie assez peu contraignante qui joue plus de l'influence que de la coercition face à des hommes dont la liberté et un certain degré d'individualisme, qui ne doit pas pourtant être exagéré, autorise une certaine autonomie. Interfère puissamment dans cette relation la structure paroissiale qui, tout en s'accommodant de la dispersion, n'en contribue pas moins à un regroupement partiel qui donne un centre et un cœur à la communauté. À travers l'implantation des maisons c'est ainsi toute une société qui se livre.

Notes

1 Pichot Daniel, Le Village éclaté, habitat et société dans les campagnes de l'Ouest au Moyen Age, Rennes, 2002, 395 p.

2 Ibidem, p. 88-91. Les indicatifs départementaux actuels sont donnés pour situer les localités.

3 Pichot Daniel, Le Village éclaté..., op. cit., p. 155.

4 Courson Aurélien de, Cartulaire de l'abbaye de Redon, Paris, 1863, n° 375.

5 Chédeville André, Liber controversiarum Sancti Vincentii cenomannensis, n°153, A Sainr-Longis, les hommes paient le cens comme il est de coutume en pays du Maine, « [...] generalis consuetudo antiqua et approbata in tota Cenomannia obtinet que domini villarum, rive tint cleriri sive laïci, quamvis etiam ville in cimiteriis tint rite, babent in cis census, custumas et alia servitia sua... ».

6 « Nondum ad plénum sufficiens erat tam ad bumanda corpora quamque ad domos edificandas », Arch. dép. d'Ille-et- Vilaine, 6H 33 (1141-1157).

7 Pichot Daniel, Le Village éclaté..., op. cit., p. 144-145.

8 Zadora-Rio Elisabeth, Galinie Henri et alii, « La fouille du site de Rigny, viie-xixe siècle : l'habitat, les églises, le cimetière, troisième et dernier rapport préliminaire (1995-1999) », Revue archéologique du Centre, t. 40, 2002, p. 167-242.

9 Pichot Daniel, Le Village éclaté..., op. cit., p. 157. Le texte est un faux mais décrit une pratique courante.

10 Ibidem p. 158.

11 Ibidem, p. 153.

12 Pichot Daniel, « Images du paysage : les bords de la Vilaine au xvie siècle », Mémoires de la société d'histoire et d'archéologe de Bretagne, t. 78, 2000, p. 262-283 ; ANTOINE Annie, Fiefs et villages du Bas-Maine, Mayenne, ERO, 1994, Annexe 5.

13 Pichot Daniel, Le Village éclaté..., op. cit., p. 194-197.

14 Renard Jean, « Les paysages agraires du sud-est du Massif Armoricain », Enquêtes rurales, 2, p.117.

15 Merlet L., Cartulaire de l'abbaye de ta Sainte Trinité de Tirom, Chartres, 1882-1883, n° 254.

16 Meuret Jean-Claude, Peuplement, pouvoir et paysage sur la marche Anjou-Bretagne (des origines au Moyen Âge), Laval, Société d'Archéologie et d'Histoire de la Mayenne, 1993, p. 342-343.

17 Astill Grenville et Davies Wendy, A breton landscape, Cambridge, UCL, 1994, 268 p., p. 130-150.

18 Treffort Cécile, L'Église carolingienne et la mort, christianisme, rites funéraires et pratiques commémoratives, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1996,216 p.

19 Chauvin Yves, Premier et second livres des Cartulaires de l'abbaye Saint-Serge et Saint-Bach d'Angers, Angers, 1997, 1.151 (1056-1082), Laurain Emest, Cartulaire manceau de Marmoutier, Laval, 1911-1945, Bouère, 6 ; Bertrand de broussillon A. de, Cartulmre de l'abbaye Saint-Aubin d'Angers, Angers, 1903,150.

20 Cartulaire manceau de Marmoutier, Bouère, 4 ; « Burgum facere quantum grandiorem potuerint per attractum suum de cunctis hominibus... », Cartulaires de Saint-Serge, 1,151.

21 Chedeville André, « La guerre des bourgs », dans : mornet Élizabeth, Campagnes médiévales : l'homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, Paris, 1995, p. 505.

22 « de quo pejus isset castello suo... », Cartulaires de Saint-Serge, I, 234.

23 Chédeville André, « La guerre des bourgs », art cit.

24 Zadora-Rio Elisabeth, « Archéologie du Peuplement : la genèse d'un terroir communal », Archéologie médiévale, t. 17,1987, p. 7-65.

25 TonnerrE Noël-Yves, Naissance de la Bretagne, géographie historique et structures sociales de la Bretagne méridionale, Nantais et Vannetais de la fin du vii à la fin du xiie siècle, Angers, Presses de l'Université d'Angers, 1994, XXII-625 p., p. 512-513.

26 Pichot Daniel, Le Village éclaté..., op. cit., p. 324.

27 Don : Cartulaires Saint-Serge 1,148, vente : Saint-Vincent 375.

28 Meuret Jean-Claude, Peuplement, pouvoir et paysage..., op. cit.

29 Barrere M. et Batt Mickaël, « Berrien, Le Goënidou (Finistère) », Gallia, Information, Bretagne, 1990, p 19.

30 See Henri, Étude sur les classes rurales en Bretagne au Moyen ge, Rennes, éd. : A. Picard et fils, Plihon et Hervé, 1896, 134 p. Rééd. par André Chédeville, éd. Armeline, 1995, 207 p. Voir p. 151; Cartulaire de Saint-Melaine, f°130.

31 « Essemplas namque quasdam quam in Lateio homines sanctimonialium in earum dominicatura fecerant, instinctu quorumdam adulatorum, Gaufrido filio Garini contra jus dédit [Martellus junior]. Qui cum domum defensabilem edificare ibi vellet eamque jam erexisset [...] », MARCHEGAY P., Cartularium monasterii B M Caritatis andegavensis, Angers, 1854,182.

32 « Quicumque vero de hereditariis in eodem cimiterio prope guerram babitatre necesse habuit non cogeretur aliquid solvere debitum.; si domum fecerit ibi, recuperata pace, poterit eam inde portare [...] », cité par chédeville André, « Construction d'églises en pierre au xie siècle dans le diocèse de Rennes » dans, barrai. Y altett et alii, Artistes,artisans et production artistique en Bretagne au Moyen Age, Rennes, Université de Haute- Bretagne, 1983, VIII-402 p., p. 108.

33 Pichot Daniel, Le Village éclaté..., op. at., p. 143-144.

34 Ibidem., p. 337.

Table des illustrations

Titre Figure 1- Le noyau ecclésial de Cures (Sarthe) d'après un plan-terrier de 1784. (Arch. dép. de la Sarthe E 316/38.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11716/img-1.png
Fichier image/, 1,4M
Titre Figure 2- Châtillon-sur-Colmont (Mayenne) d'après le cadastre ancien
Légende (Arch. dép. de la Mayenne)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11716/img-2.png
Fichier image/, 461k
Titre Figure 3- Répartition de l'habitat à La Gravelle (Mayenne)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11716/img-3.png
Fichier image/, 623k

Auteur

Professeur d'histoire médiévale, Crhisco-université Rennes 2

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540