Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures du Nord

 | 
Éric Schnakenbourg

Quatrième partie. Le Nord objet de discours

Géographies du savoir historique. Paul-Henri Mallet entre rêves gothiques, germaniques et celtiques

Geographies of Historical Knowledge: Paul-Henri Mallet between Gothic, Germanic and Celtic Dreams

Thomas Mohnike

Résumé

The works of Paul-Henri Mallet are considered to be a turning point in the European history of Images of the North. This article aims to show that this is partly due to his specific style of conceptualising an imaginative geography of origins that may in turn be explained as a result of Mallet’s specific place and travels in a geography of European knowledge production. The North is imagined to be the cradle of a European religion and form of government, original to all European people. Differences are explained by the influence of the climate that occurred when groups of people emigrated from the cold North to the warm South, and by the arrival of Christianity. This open imaginative geography, which offered a place for identification to intellectuals in most parts of Europe, was the product of combinations of different local knowledge and traditions of science. The Geneva uprising and education in a Protestant yet Paris-oriented intellectual milieu offered contact with Montesquieu’s desire for a theory of people based on climatic influences, which in turn was partly inspired by Tacitus and Jordanes and therefore by the humanistic Upper Rhine culture. These coordinates of cultural geography where combined with research results of the Scandinavian historical school of Gothicism.

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple les études récentes : Fink G., « Diskriminierung und Rehabilitierung des Nordens (...)
  • 2 Klitgaard Povlsen K., « Travelling Mythologies... », art. cité ; Böldl K., Der Mythos der Edda : n (...)

1L’œuvre de Paul-Henri Mallet est à juste titre considérée comme un moment clé dans la constitution de l’imaginaire nordique moderne en Europe. Elle marque un important changement de paradigme de la représentation du Nord dans les milieux intellectuels continentaux1. Son Introduction à l’Histoire de Dannemarc où l’on traite de la religion, des moeurs, des lois, et des usages des anciens Danois, et plus encore le volume des Monuments de la mythologie et de la poésie des Celtes, et particulièrement des anciens Scandinaves, comportent des extraits traduits et commentés de deux Eddas, c’est-à-dire de deux groupes de texte du Moyen Âge scandinave qui nous fournissent de précieuses informations sur les mythologies nordiques. Les deux volumes de Mallet représentent les premières interprétations et traductions modernes de ces groupes de textes dans une langue autre que le latin, et furent très longtemps les éditions les plus accessibles pour le public savant européen. Elles connurent plusieurs réimpressions et traductions, aussi bien dans des langues majeures européennes que dans celles qui sont moins pratiquées. Il n’est par conséquent pas possible d’expliquer le succès de Mallet par le fait que son texte soit rédigé en français et qu’il ait traduit l’Edda dans cette langue accessible aux élites cultivées2. Il existait d’ailleurs avant les volumes de Mallet une traduction latine de quelques textes de l’Edda poétique que les savants et les lettrés ont pu lire ou qu’ils auraient pu faire traduire facilement. Pour expliquer leur succès, il est possible d’avancer l’argument décisif selon lequel il s’agissait des premières publications ayant réuni de manière convaincante trois interprétations différentes de l’espace nord-européen. Elles ne sont pas allées, cependant, sans causer des tensions dans les discours scientifiques et populaires jusqu’au XXe siècle. La Scandinavie est-elle de civilisation germanique ? Voire l’origine même de la civilisation germanique ? Ou bien relève-t-elle d’un autre modèle, de quelque chose d’à part, que l’on pourrait peut-être qualifier de gothique, en tout cas de spécifiquement nordique, et donc se distinguant des Germains d’Europe centrale ? Ou la Scandinavie est-elle le berceau de l’esprit de liberté, et donc peut-être la matrice et la fabrique de l’Europe ? Dans la suite de cet article, nous proposons une lecture géographique de l’œuvre de Mallet afin de cartographier sa configuration de l’espace nordeuropéen. Elle peut être approchée sous deux angles : nous analyserons dans un premier temps quelques structures de la « géographie imaginée » que proposent les ouvrages de Mallet, afin de les mettre ensuite en relation avec la « géographie du savoir » dans laquelle s’inscrivait l’auteur.

La géographie imaginée

2L’Introduction à l’Histoire du Dannemarc de Mallet se comprend comme le début d’une histoire du royaume du Danemark, c’est-à-dire comme le récit de sa fondation et de son évolution dans le temps. Cependant, les premières pages du texte ne remontent pas aux lointains débuts, mais commencent, comme tout bon ouvrage historique, par une description de l’espace dans lequel se déroule le récit :

  • 3 Mallet P.-H., Introduction a l’histoire de Dannemarc, ou l’on traite de la religion, des loix, des (...)

« Les divers pays qui composent la Monarchie dont j’écris l’histoire, ne sont pas du nombre de ceux dont on a communément en Europe la plus juste idée. D’anciens préjugés attachés à ce terme si vague de Nord ; des relations infidèles de voyageurs qui rapportoient ce qu’ils ne comprenoient pas, l’éloignement de quelques unes de ces provinces qui les dérobe à la vûe des autres peuples, & en fait une espèce de monde particulier, tout cela exige, que j’arrête d’abord pendant un moment les yeux de mes lecteurs sur l’état présent du Royaume de Dannemarc, & celui de Norvège, uni depuis long-tems & trop étroitement au premier pour en devoir être séparé dans cette courte description3. »

3Les pays qui forment le Danemark, nous dit Mallet, ne sont pas bien connus, certes, mais par qui ? En Europe, précise-t-il, pointant ainsi la frontière entre l’Europe, en tant qu’unité identitaire et géographique, et le nord du continent. Ce « Nord » est, ajoute-t-il, un terme vague rempli de préjugés dus à l’ignorance et au manque d’informations. C’est la raison pour laquelle il écrit sur la géographie de ces pays du Nord, une géographie qui est imaginée et qui passe par des biais, une géographie, donc, qui n’est pas le fruit de l’expérience, mais qui n’en devient pas moins réelle par la médiation du texte et de la carte qui a été ajoutée à plusieurs éditions de l’ouvrage : « [J’] arrête d’abord pendant un moment les yeux de mes lecteurs sur l’état présent du Royaume » – il pense donc aux voyageurs en fauteuil.

  • 4 Gregory D., « Imaginative geographies », Progress in Human Geography, no 19, 1995, p. 447-485; Sai (...)
  • 5 Pour une discussion approfondie de ces notions, Mohnike Th., Imaginierte Geographien. Der schwedis (...)

4Dans un article critique et inspiré, le géographe Derek Gregory a rappelé qu’Edward Said a fourni dans son célèbre ouvrage Orientalism un outil précieux pour l’analyse géographique des phénomènes culturels : la notion de « géographie imaginée ». L’attribut « imaginée » y est utilisé pour souligner que toute « géographie » est « imaginée », du fait que chaque représentation de l’espace qui sort du cercle de la vision est, par la force des choses, un produit intellectuel qui réduit la complexité du réel à un modèle imaginé pour aider à s’orienter dans l’espace. Cet espace, rempli de considérations physiques et culturelles, devient porteur de signes d’autorité et des rapports entre communautés humaines4. Cependant, contrairement à la notion de « mental map » ou de « carte mentale », cette « géographie imaginée » est traitée par ses usagers comme une image fiable du monde, valable pour tous les esprits informés. Ce sont des « géographies normalisées5 ».

5Même si les géographies imaginées de l’Occident et de l’Orient qu’Edward Said étudie dans son livre se distinguent bien des géographies évoquées par Mallet, il est évident que cette notion est utile pour la compréhension de ses ouvrages. Dans les premières phrases citées ci-dessus, l’espace est, comme nous l’avons indiqué, évoqué comme scindé en deux parties : l’Europe, connue, et le « Nord », si vague et rempli de stéréotypes. Dans cet espace, les peuples et les monarchies sont placés, imaginés comme des unités plutôt stables. Cette première ébauche d’une géographie du Nord ne laisse pas de marge pour des changements profonds : la région gouvernée par Copenhague est présentée comme un espace appartenant naturellement à la famille royale. Les processus historiques qui vont suivre dans les centaines de pages de l’Histoire de Dannemarc ne sont en quelque sorte que des faits historiques qui remplissent l’espace du Nord, même si les épisodes importants de cette histoire se sont déroulés également en dehors de ses frontières.

6Ces épisodes, pourtant, sont censés avoir modifié la frontière établie dans les premières pages entre l’Europe et le Nord, par le mouvement même du texte. Après la description de la région, Mallet relocalise le centre et le transfère à la périphérie de manière implicite. C’est en effet dans le Nord que l’on trouve le moteur de l’histoire européenne :

  • 6 Mallet P.-H., Introduction..., op. cit., préface, p. 3-4.

« L’histoire ne nous parle d’aucun peuple qui ait causé de plus grandes, de plus subites, & de plus nombreuses révolutions en Europe que les Scandinaves, & dont les antiquités soient en même temps plus généralement ignorées. [...] Mais l’Europe a pris une autre face durant ces inondations réiterées & presque universelles d’une nouvelle forme. Des établissemens différens, des nouvelles Sociétés, un esprit nouveau se sont formés dans la confusion qu’elles occasionnoient, en sorte que l’on peut assurer avec confiance, qu’on ne sauroit rendre raison de nos mœurs & de nos coûtumes, sans remonter souvent à cette époque qui nous en découvre la principale source6. »

7En effet, selon Mallet, le Nord serait le berceau du peuple européen, dont les populations ne font qu’un :

  • 7 Ibid., p. 4-5.

« Ce peuple [nordique], tel qu’un arbre plein de séve & de vigueur, a déjà étendu ses longues branches sur toute l’Europe, & répandu partout avec lui depuis les bords de la Mer Noire jusqu’aux extrémités de l’Espagne [...] une religion simple & militaire comme lui, une forme de gouvernement imaginée par le bon sens & la liberté, un esprit inquiet, indompté, prêt à s’effaroucher au seul nom d’assujettissement & de contrainte, un courage féroce nourri par une vie sauvage & vagabonde7. »

  • 8 Ibid., p. 5.

8Les différences évidentes entre les religions, les régimes juridiques et les mœurs parmi les populations européennes s’expliquent par des variations du climat qui font que dans le Midi, « la douceur du climat amollit imperceptiblement la dureté » des peuples provenant de la Scandinavie. En revanche, « le premier esprit [...] demeure inaltérable dans les pays froids de l’Europe, & s’y maintient comme leur indépendance8 ».

9Mallet emprunte cette théorie au célèbre ouvrage de Montesquieu De l’esprit des lois ; nous y reviendrons.

  • 9 Ibid.
  • 10 Mallet P.-H., Monumens de la mythologie et de la poesie des Celtes, et particulierement des ancien (...)

10L’esprit nordique est donc pour Mallet le fondement de l’esprit européen : on retrouve dans « presque tous les états de l’Europe » les « traces de sa première Origine9 ». L’expression emblématique de cette origine nordique est ensuite la « Religion Celtique que les Européens peuvent appeler avec fondement la Religion de leurs peres10 ». En employant cette expression, l’auteur se réfère à toutes les religions préchrétiennes de l’Europe, qu’il ne considère que comme des expressions différentes d’une seule et même religion adaptée à « notre climat, notre naturel, nos besoins ». Le christianisme, en revanche, n’aurait été qu’un corps étranger en Europe qui ne se serait imposé que par la force :

  • 11 Ibid.

« Le Christianisme ayant triomphé après de longs combats, n’a pu cependant détruire entierement toutes les traces [de la religion ancienne]11. »

11Cette idée du caractère étranger du christianisme en Europe a encore des répercussions dans les siècles suivants.

12Dans la géographie imaginée telle qu’elle est suggérée par Mallet, l’Europe serait à l’origine une seule communauté d’esprit dotée d’une seule religion qui se serait répandue sur tout le continent par vagues d’émigrations successives, et dont l’état originel serait le mieux conservé dans le Nord grâce à son climat froid ; une idée que l’on pourrait appeler le théorème du « réfrigérateur nordique ». Le christianisme se serait ainsi déposé tel un voile sur cet état originel, voile que l’on pourrait à présent soulever grâce à l’étude de la religion première de la Scandinavie.

Géographie du savoir

  • 12 Cette citation vient de la réédition de l’Introduction à l’Histoire du Dannemarc en tant que volum (...)

13La production de cette géographie imaginée n’est pas le fruit du hasard. Mallet souligne explicitement que sa compréhension de l’histoire et de la géographie est liée « au païs & au tems où j’écris », donc au Danemark dans les années 1750. Outre les expériences personnelles comme l’apprentissage des langues et des coutumes régionales, il mentionne le contact avec des érudits locaux qui ont « considérablement éclairci, amplifié & corrigé » sa connaissance de l’histoire du Danemark grâce « à la facilité de puiser dans les cabinets des curieux, & dans les archives publiques12 ».

14Les formes de savoir ou les régimes de connaissances que Mallet établit dans son ouvrage dépendent donc des données spécifiques accessibles au moment de ses recherches ; le savoir se trouve ainsi être marqué par le lieu de son élaboration. Cette observation peut être élevée au rang de règle générale comme le fait Michel de Certeau quand il souligne :

  • 13 Certeau M. de, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 2001 (rééd.), p. 65.

« Toute recherche historiographique s’articule sur un lieu de production socio-économique, politique et culturel. [...] Elle est donc soumise à des contraintes, liées à des privilèges, enracinées dans une particularité13. »

  • 14 Bauman R. et Briggs C., Voices of Modernity: Language Ideologies and the Politics of Inequality, C (...)

15Toutefois, cela ne signifie pas que la validité attribuée à un savoir soit limitée à son lieu de production : le public visé par Mallet est avant tout le lectorat savant européen, qui reçoit ce qu’il peut apprendre dans un contexte socio-historique différent selon qu’il se trouve à Rome, à Nantes ou à Saint-Pétersbourg ! Mais les théories avancées par Mallet sont supposées être reçues partout de la même manière, car elles ont un caractère scientifique. En conséquence, elles sont considérées comme indépendantes, détachées de leur lieu de production, et par conséquent susceptibles d’être recevables partout. Cette façon de penser le savoir scientifique et sa diffusion par la langue écrite, souvent imprimée et illustrée, est courante dans la communauté des savants et des lettrés en Europe à partir de l’Époque moderne, comme l’ont montré Richard Bauman et Charles L. Briggs dans leur étude Voices of Modernity14. En revanche, la lecture de Mallet par des érudits à Bâle, à Édimbourg ou bien à Cracovie, par exemple, inscrit la réception d’un savoir en un lieu particulier, comme le soulignent Bauman et Briggs.

  • 15 Livingstone D. N., Putting science in its place: geographies of scientific knowledge, Chicago, Uni (...)

16Le texte de Mallet révèle une tension entre les conditions particulières de l’endroit où l’auteur a composé son savoir et celles du lieu de leur réception. Cette tension peut être décrite comme une friction entre le lieu de la production scientifique d’une géographie du savoir et la géographie imaginée qui en découle. Quand nous parlons d’une géographie du savoir, nous nous référons avant tout à l’étude du géographe et historien des idées David N. Livingston qui, dans son livre Putting Science in its Place. Geographies of knowledge, a livré une esquisse des différentes modalités selon lesquelles la formation du savoir scientifique – les connaissances, leur classification et leur évaluation – peut être influencée par le lieu d’où il émerge et les pratiques sociales qui entourent sa production et sa transmission. Il rejoint en ceci les travaux de chercheurs comme Steven J. Harris ou Peter Burke, ou bien encore ceux du groupe de recherches « Les mondes lettrés », réuni autour de Christian Jacob, qui a publié d’autres études pertinentes dans lesquelles il met en évidence les tensions entre le contexte particulier de production d’un savoir scientifique et son discours, qui se prétend détaché des circonstances de son élaboration15.

  • 16 Un autre exemple contemporain est la construction d’un savoir asiatique en Europe du Nord, utilisa (...)

17Cependant, l’influence du contexte dans lequel un savoir se construit ne doit pas faire oublier l’importance des échanges entretenus avec l’extérieur. Ils doivent permettre de constituer une connaissance scientifique homogénéisée, qui ne serait pas marquée par les conditions particulières du lieu de sa formation, grâce au recours à une large gamme d’outils permettant une approche standardisée et objective. À ce titre, les réseaux de communication ainsi que la circulation globale du savoir sont d’une importance considérable, comme nous le verrons16. Pourtant, ces circulations de connaissances à l’échelle européenne et mondiale sont toujours liées à un lieu :

  • 17 Livingstone D. N., Putting science in its place..., op. cit., p. 113.

« Like people, scientific ideas do not diffuse over a flat cultural plain. Rather, they are encountered in particular places. The meaning of particular scientific texts and theories has varied from place to place17. »

  • 18 Pour une lecture genevoise, Stadler H., Paul-Henri Mallet, 1730-1807, Lausanne, Imp. Commerciale, (...)

18Ainsi, quand Mallet explique que son ouvrage est influencé par le pays dans lequel il réside et par le moment auquel il écrit, il replace son texte dans le contexte particulier d’une géographie du savoir. Mais, dans le même temps, il en occulte certains aspects. Mallet, comme nous le savons par l’histoire de sa vie, même s’il ne l’évoque pas dans sa préface, est né et a grandi à Genève, où il a reçu son éducation avant de partir pour Copenhague18. Son exemple témoigne de la mobilité du savoir, car il est recruté comme professeur de français par le roi du Danemark. Il apporte à Copenhague non seulement ses compétences linguistiques, mais aussi toute sa formation scientifique, ses connaissances littéraires et ses réseaux de relations intellectuelles. Ainsi, il est possible de considérer la forme du savoir présentée dans son œuvre comme le fruit de la rencontre de traditions genevoise et copenhaguoise. Elle a permis la traduction et la transformation d’un savoir scandinave sous forme d’expression française et, eu égard à l’importance de cette langue au XVIIIe siècle, comme une forme d’expression européenne.

  • 19 Schepelern H. D., Museum Wormianum : dets Forudsaetninger og Tilblivelse, Aarhus, Wormianum, 1971, (...)
  • 20 Friedrich S., « Gottorf... », art. cité.
  • 21 Müller-Wille S., Botanik und weltweiter Handel : zur Begründung eines Natürlichen Systems der Pfla (...)

19Quelles sont les sources qui structurent le savoir de Mallet ? Outre l’interprétation de son livre comme le produit d’un temps et d’un lieu d’écriture, Mallet fait également référence aux circonstances concrètes de son travail en évoquant « la facilité de puiser dans les cabinets des curieux, & dans les archives publiques ». À quoi fait-il référence ? Au XVIIe siècle, le cabinet de curiosités le plus connu du Danemark est celui d’Ole Worm. Dans son musée de Copenhague, le polymathe a rassemblé des artefacts du monde entier acquis grâce à ses voyages en Europe et ses rapports amicaux avec d’autres collectionneurs et savants européens, mais aussi par l’intermédiaire des réseaux des compagnies orientales et occidentales, y compris la plus connue d’entre elles, la Vereenigde Oostindische Compagnie hollandaise19. Les cabinets de curiosités ont le plus souvent été fondés pour servir la recherche et l’enseignement académique, en particulier faciliter la quête des savants de l’époque qui s’employaient à trouver un système universel de classification des savoirs20 : il sera inventé dans le domaine de la botanique et de la zoologie par le Suédois Carl von Linné21. Bien qu’inscrivant son travail dans un horizon mondial, Ole Worm s’intéressait avant tout à l’histoire et aux antiquités de son propre pays : nous lui devons le premier inventaire exhaustif des inscriptions runiques au Danemark et en Norvège. Dans ce cas, il faut déjà penser l’historiographie nationale du XVIIe siècle dans une perspective très large et transnationale.

20À l’époque de Mallet, le cabinet de curiosités d’Ole Worm fut incorporé dans la Kunstkammer royale. D’ailleurs, dans sa préface, Mallet fait ouvertement référence à Worm, en se plaçant dans sa tradition :

  • 22 Mallet P.-H., Introduction..., op. cit., préface, p. 9.

« Divers savans de ce pays ont traité certains points des antiquités du Nord avec cette vaste érudition qui caractérisoit les études du siècle où ils ont écrit. Je ne puis nommer sans reconnoissane & sans éloges Bartholin, Wormius, Stephanius, Arngrimus Jonas, Torfæus & c. Je ne dois pas moins à deux Savans étrangers & encore vivans Mrs. Pelloutier & Dalin. Le premier dans son Histoire des Celtes a développé mieux qu’on ne l’avoit fait encore, le véritable esprit des premiers habitans de l’Europe22... »

  • 23 Stadius P., « The Gothic Tradition and the North: The image of Gustavus Adolphus and his Men in Se (...)

21Outre Worm, Mallet mentionne ici presque tous les grands noms danois de la recherche sur l’antiquité nordique, qui demeure placée sous le signe du gothicisme et non, comme chez Mallet, sous celui du celticisme. Le gothicisme fut l’idéologie des monarchies nordiques aux XVIe et XVIIe siècles, lorsqu’elles cherchaient à se doter d’une histoire aussi glorieuse et aussi ancienne que celle des pays de l’Europe méridionale, où l’on avait tendance à s’appuyer sur l’Antiquité gréco-romaine. Dans sa tradition historiographique, la Suède et le Nord étaient le berceau des Goths qui ont conquis l’Empire romain. Puisant ses origines dans les relations conflictuelles et amicales avec le royaume d’Espagne, qui se revendique également du gothicisme, et dans ses premiers manifestes diffusés en Europe par l’œuvre des frères Johannes et Olaus Magnus23, l’idéologie gothiciste a trouvé son expression la plus radicale et la plus célèbre dans une œuvre d’Olof Rudbeck, l’Atlantica sive Manheim. L’auteur cherche à prouver que la Suède se confond avec l’Atlantide de Platon, et que ce pays n’est pas uniquement le berceau des Goths, mais de l’humanité même. Mallet connaissait ce travail, mais il lui adressait quelques critiques ironiques dans la réédition de son ouvrage en 1758 :

  • 24 Mallet P.-H., Introduction..., op. cit., p. 37-38.

« Le célèbre Rudbeck savant Suédois, zélé pour la gloire de ses compatriotes. [...] Comme cet auteur joignoit à une érudition des plus vastes une imagination très-féconde, il ne lui manquoit rien de ce qu’il faut pour bâtir des systèmes brillans & frivoles. Il a trouvé l’art de rapporter à son pays une foule de passages d’anciens auteurs qui probablement ne le connoissoient guère24. »

Ill. 1. – Les influences croisées des géographies imaginées de Mallet.

  • 25 The fruits of Swedish researchers to the task of illuminating what was seen by their German counter (...)
  • 26 Pour une introduction à l’histoire de la réception de Tacite, voir Mertens D., « Die Instrumentali (...)

22Les gothicistes nordiques s’appuyaient surtout sur l’histoire des Goths de Jordanes (De origine actibusque Getarum), du VIe siècle. Au cours du XVIIe siècle cependant, les matériaux disponibles pour les reconstructions de l’histoire du Nord ont été multipliés avec la découverte des Eddas et d’autres textes médiévaux islandais. Les monarchies suédoise et danoise ont partagé l’ambition de les collecter et de les éditer, en particulier dans l’un des centres de recherche les plus importants, le Collegium Antiquitatum d’Uppsala. Les efforts des savants du Nord ont été suivis avec beaucoup d’intérêt dans les autres milieux érudits européens, surtout dans les pays germaniques où, en revanche, le gothicisme n’a pas été adopté25. Dans les frontières de l’ancienne Germania, telle que les Romains la concevaient, il y avait un véritable intérêt pour les Goths. En l’occurrence, ils étaient plutôt considérés comme l’une des tribus germaniques. L’invention des Germains en tant qu’acteurs historiques provenait de la redécouverte de Tacite aux XVe et XVIe siècles. Enea Silvio Piccolomini, le futur pape Pie II, avait utilisé le manuscrit récemment retrouvé de la Germania de Tacite pour avancer l’argument selon lequel les Allemands, étant considérés comme les descendants des Germains, devaient se mobiliser contre les Ottomans qui menaçaient la chrétienté. Cependant, il interprétait Tacite comme une autorité fournissant la preuve que les Germains avaient été un peuple primitif avant l’Empire romain et l’avènement du christianisme, et que leurs descendants allemands étaient obligés de participer à présent à la défense de la chrétienté qui leur avait apporté la civilisation. Ce type d’argumentation a conduit à une relecture sérieuse du texte de Tacite par les humanistes au nord des Alpes, en particulier dans les centres d’érudition rhénans de Bâle, Strasbourg, Rotterdam et à Amsterdam26. Tacite et ses Germains devenaient le symbole d’une « contre-Antiquité ». Les Germains étaient imaginés comme un peuple libre vivant dans les forêts, à la moralité et à la pureté exemplaires.

  • 27 Idd C., « Northern Antiquity: The ethnology of Liberty in Eighteenth-Century Europe », Northern an (...)
  • 28 Pour Montesquieu, le Nord comprenait les Germains et les Goths, et donc aussi les Francs : « Nos p (...)

23Même si les érudits rhénans partageaient les mêmes sources et s’intéressaient aux travaux de leurs collègues de l’Europe du Nord, comme le montrent les correspondances qu’ils entretenaient, ils n’étaient pas unanimes à attribuer la primauté aux Goths, c’est-à-dire aux Scandinaves. De façon générale, et sans ignorer quelques exceptions, le tracé des frontières était bien établi. Les Germains se confondaient avec les Allemands contemporains, les Goths avec les populations des royaumes nordiques, surtout de la Suède. Leur lien de parenté présumé ne faisait pas débat ; dans les sources de l’Antiquité gréco-romaine, ces deux peuples ont d’ailleurs souvent été confondus. La géographie imaginée des savants nordiques et allemands des XVIe et XVIIe siècles était donc bien différente de celle de Mallet. Comme nous l’avons vu, Mallet avait, quant à lui, identifié les Germains aux Goths, mais il les considérait comme des Celtes : tous les peuples européens avaient selon lui une seule et même origine, et avaient en partage un caractère premier qui était commun. Cette confusion des Goths, des Germains et des Celtes en un peuple européen est héritée de discussions et de débats qui se déroulent en France aux XVIIe et XVIIIe siècles autour de l’origine de la liberté et des meilleures formes de gouvernance27. L’étude du huguenot berlinois Simon Pelloutier, Histoire des Celtes, et particulièrement des Gaulois et des Germains (1711), et surtout De l’esprit des lois (1748) de Montesquieu furent les deux livres décisifs pour l’élaboration de cette idée. Ce dernier avait souligné et popularisé l’idée que le Nord28 était à l’origine de la liberté, qui était « née dans les forêts germaniques ».

  • 29 Montesquieu C., De l’esprit des lois, Paris, Garnier, 2011, t. 1, p. 300, cité par Mallet, P.-H., (...)

« Je ne sais si le fameux Rudbeck, qui, dans son Atlantique, a tant loué la Scandinavie, a parlé de cette grande prérogative qui doit mettre les nations qui l’habitent au-dessus de tous les peuples du monde ; c’est qu’elles ont été la source de la liberté de l’Europe, c’est-à-dire de presque toute celle qui est aujourd’hui parmi les hommes.
Le Goth Jordanes a appelé le nord de l’Europe la fabrique du genre humain. Je l’appellerai plutôt la fabrique des instruments qui brisent les fers forgés au midi. C’est là que se forment ces nations vaillantes, qui sortent de leur pays pour détruire les tyrans et les esclaves, et apprendre aux hommes que, la nature les ayant faits égaux, la raison n’a pu les rendre dépendants que pour leur bonheur29. »

24Hormis les peuples et les formes de gouvernance nordiques, Montesquieu s’intéressait à la compréhension des structures étatiques et sociétales d’autres régions du monde, y compris à la Chine, au Japon, aux Indiens d’Amérique, etc. Dans cette perspective mondiale d’une géographie des sociétés, les différences parmi les Européens s’atténuent et le modèle nordique de la liberté supposée être européenne devient plus convaincant. Il est fort probable que Mallet comptait parmi les premiers lecteurs de cet ouvrage, que Montesquieu avait écrit lors de ses voyages à travers l’Europe, mais principalement à Paris. Il l’avait fait imprimer à Genève alors que Mallet y faisait toujours ses études. La perception que ce dernier avait du Nord avait donc été forgée avant même son départ pour Copenhague, entre autres par la lecture de Montesquieu. Or, indépendamment des circonstances exactes de sa confrontation avec les écrits de Montesquieu, qui par ailleurs faisaient l’objet de discussions dans les milieux intellectuels genevois depuis un moment déjà, l’ouvrage de Mallet synthétise les savoirs produits à Paris, à Genève et à Copenhague. Ce sont donc ces influences mutuelles de savoirs qui ont fait la spécificité de l’approche de Mallet et qui sont à l’origine de son succès.

Conclusion : des tensions géographiques

  • 30 Beck T., Northern antiquities..., op. cit., p. 116-118.

25L’Introduction à l’Histoire de Dannemarc s’inscrit donc dans la perspective de la philosophie et de la géographie de Montesquieu et des milieux intellectuels qui ont produit un ouvrage comme De l’esprit des lois. En France, Mallet a suscité un intérêt pour le Nord et répondu aux attentes des lecteurs en choisissant une perspective européenne et en mettant l’accent sur son goût pour la liberté. Dans les pays allemands, sa valorisation de la germanité et ses références constantes à Tacite ont trouvé un écho favorable. En Scandinavie, enfin, le rôle central attribué aux Goths fonde sa postérité30. La géographie imaginée proposée par Mallet était donc suffisamment ouverte pour permettre des lectures différentes – voire contradictoires – de la portée de la culture nordique en Europe. Ces interprétations dépendaient donc des milieux scientifiques spécifiques des différentes parties du continent.

26Mais même si ces lectures – gothique, germanique, européenne – n’étaient pas entièrement compatibles avec les frontières proto-nationales entre les États ou les peuples européens, elles l’étaient souvent au regard du monde extra-européen. Comme nous l’avons remarqué, la religion chrétienne était proposée comme un élément nouvellement ajouté à la culture européenne et non pas comme étrangère à la nature originelle de l’Europe. En outre, Mallet exclut aussi les traditions et les langues finno-ougriennes, pourtant présentes en Scandinavie, et néglige leur contribution à l’histoire du Nord. Ces deux exclusions vont être contestées progressivement par les milieux académiques et scientifiques européens des XIXe et XXe siècles. L’histoire de ces mises à l’écart et de l’influence des tensions au sein de l’imaginaire géographique reste encore à écrire en détail.

Notes

1 Voir par exemple les études récentes : Fink G., « Diskriminierung und Rehabilitierung des Nordens im Spiegel der Klimatheorie », Arndt A., Blödorn A., Fraesdorff D., Weisner A. et Winkelmann Th. (éd.), Imagologie des Nordens : kulturelle Konstruktionen von Nördlichkeit in interdisziplinärer Perspektive, Francfort, Peter Lang, 2004, p. 45-107 ; Haakonssen K. et Horstbøll H., Northern antiquities and national identities : perceptions of Denmark and the North in the Eighteenth Century, Copenhague, Det Kongelige Danske Videnskabernes Selskab, 2008 ; Klitgaard Povlsen K., « Travelling Mythologies of the North around 1760 : Molesworth, Mallet, Gerstenberg, and several others in Copenhagen », Klitgaard Povlsen K. (éd.), Northbound, Aarhus, Aarhus University Press, 2007, p. 129-150 ; Lönnroth L. et Clunies Ross M., « The Norse Muse : Report from an International Research Project », alvíssmál, no 9, 1999, p. 3-28.

2 Klitgaard Povlsen K., « Travelling Mythologies... », art. cité ; Böldl K., Der Mythos der Edda : nordische Mythologie zwischen europäischer Aufklärung und nationaler Romantik, Tübingen, Francke, 2000, p. 136-138 ; Kliemann H., Koordinaten des Nordens : wissenschaftliche Konstruktionen einer europäischen Region, 1770-1850, Berlin, BWV, 2005, p. 73.

3 Mallet P.-H., Introduction a l’histoire de Dannemarc, ou l’on traite de la religion, des loix, des mœurs & des usages des anciens Danois, Copenhague, 1755, livre premier, p. 2.

4 Gregory D., « Imaginative geographies », Progress in Human Geography, no 19, 1995, p. 447-485; Said E., Orientalism. Western conceptions of the Orient, Londres, Penguin, 1995.

5 Pour une discussion approfondie de ces notions, Mohnike Th., Imaginierte Geographien. Der schwedische Reisebericht der 1980er und 1990er Jahre und das Ende des Kalten Krieges, Würzburg, Ergon, 2007 ; Langenohl A., « Mental Maps, Raum und Erinnerung. Zur kultursoziologischen Erschließung eines transdisziplinären Konzepts », Damir-Geilsdorf S. et al. (éd.), Mental Maps – Raum – rinnerung. Kulturwissenschaftliche Zugänge zum Verhältnis von Raum und Erinnerung, Münster, LIT-Verlag, 2005, p. 51-69.

6 Mallet P.-H., Introduction..., op. cit., préface, p. 3-4.

7 Ibid., p. 4-5.

8 Ibid., p. 5.

9 Ibid.

10 Mallet P.-H., Monumens de la mythologie et de la poesie des Celtes, et particulierement des anciens Scandinaves : pour servir de supplement et de preuves à l’introduction à l’histoire de Dannemarc, Copenhague, Philibert, 1756, avant-propos, p. 6. Il ajoute dans une note de bas de page explicative : « Que les Savans appellent cette Religion, en France Gaulois, en Angleterre Britannique, en Allemagne Germanique & c., il importe peu. On avoue aujourd’hui, qu’elle étoit la même dans tous ces pays, du moins quant aux dogmes fondamentaux. »

11 Ibid.

12 Cette citation vient de la réédition de l’Introduction à l’Histoire du Dannemarc en tant que volume 1 de son Histoire de Dannemarc, t. 1er, Copenhague, Philibert, 1758, préface, p. 2. Dans la première édition, il évoque encore les études fastidieuses qu’il lui a fallu entreprendre pour la rédaction de son ouvrage mais la tendance à la fabrication d’un savoir particulier est la même : « Plusieurs lectures longues & rebutantes qu’il m’a fallu faire, une langue & même plus d’une langue que j’ai été obligé d’apprendre, des matériaux épars & souvent peu connus que je n’ai pû ressembler sans peine... » Mallet P.-H., Introduction..., op. cit., préface, p. 9.

13 Certeau M. de, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 2001 (rééd.), p. 65.

14 Bauman R. et Briggs C., Voices of Modernity: Language Ideologies and the Politics of Inequality, Cambridge, Cambridge University Press, 2003.

15 Livingstone D. N., Putting science in its place: geographies of scientific knowledge, Chicago, University of Chicago Press, 2003; Burke P., A social history of knowledge from Gutenberg to Diderot, Cambridge, Polity, 2000; Harris St. J., « Long-Distance Corporations, Big Science, and the Geography of Knowledge », Configurations, vol. 6/2, 1998, p. 269-304 ; Id., « Networks of Travel, Correspondence, and Exchange », Park K. et Daston L. (éd.), The Cambridge History of Science, vol. 3 : Early Modern Science, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 341-362 ; Jacob C., Lieux de savoir, Paris, Albin Michel, 2007.

16 Un autre exemple contemporain est la construction d’un savoir asiatique en Europe du Nord, utilisant les réseaux et les employés des compagnies orientales ; Friedrich S., « Gottorf et ses collections d’histoire naturelle provenant des Indes orientales. Objets et “savoir” des non-spécialistes », Deshima, no 3, 2009, p. 271-288.

17 Livingstone D. N., Putting science in its place..., op. cit., p. 113.

18 Pour une lecture genevoise, Stadler H., Paul-Henri Mallet, 1730-1807, Lausanne, Imp. Commerciale, 1924. Par exemple, sur la figure de l’auteur, dans l’introduction (p. 67) : « C’est bien le Genevois réformé qui aime à moraliser, le rationaliste du XVIIIe siècle qui croit aux bienfaits de la civilisation, qui ne peut comprendre qu’une religion épurée. »

19 Schepelern H. D., Museum Wormianum : dets Forudsaetninger og Tilblivelse, Aarhus, Wormianum, 1971, surtout p. 140-205.

20 Friedrich S., « Gottorf... », art. cité.

21 Müller-Wille S., Botanik und weltweiter Handel : zur Begründung eines Natürlichen Systems der Pflanzen durch Carl von Linné (1707-78), Berlin, VWB Verlag für Wissenschaft und Bildung, 1999.

22 Mallet P.-H., Introduction..., op. cit., préface, p. 9.

23 Stadius P., « The Gothic Tradition and the North: The image of Gustavus Adolphus and his Men in Seventeenth Century Spain », Northbound, op. cit., p. 49-68.

24 Mallet P.-H., Introduction..., op. cit., p. 37-38.

25 The fruits of Swedish researchers to the task of illuminating what was seen by their German counterparts as a common heritage, on the other hand a certain amount of indignation at the Scandinavians’narow application of this new knowledge exclusively to their own people and territory was unavoidable. By and large, however, the undertakings of the Collegium Antiquitatum were more than welcome to German researchers who were pursuing similar interests but were limited in their activities by lack of documentary material, organized co-operation among antiquarians and financial backing. Brough S., The Goths and the concept of Gothic in Germany from 1500 to 1750, Francfort-New York, Peter Lang, 1985, p. 94-97.

26 Pour une introduction à l’histoire de la réception de Tacite, voir Mertens D., « Die Instrumentalisierung der “Germania” des Tacitus durch die deutschen Humanisten », Beck H. (éd.), Zur Geschichte der Gleichung « germanisch-deutsch » : Sprache und Namen, Geschichte und Institutionen, Berlin-New York, De Gruyter, 2004, p. 37-101.

27 Idd C., « Northern Antiquity: The ethnology of Liberty in Eighteenth-Century Europe », Northern antiquities and national identities..., op. cit., p. 19-40; également Vophilac-Auger C., Tacite et Montesquieu, Oxford, The Voltaire Foundation, 1985; Beck T., Northern antiquities in French learning and literature (1755-1855), a study in preromantic ideas: vol. 1, « The Vagina gentium » and the liberty legend, New York, Institut of French Studies, 1934.

28 Pour Montesquieu, le Nord comprenait les Germains et les Goths, et donc aussi les Francs : « Nos pères, les anciens Germains », Fink G., « Diskriminierung... », art. cité, p. 82.

29 Montesquieu C., De l’esprit des lois, Paris, Garnier, 2011, t. 1, p. 300, cité par Mallet, P.-H., Introduction..., op. cit., préface, p. 8.

30 Beck T., Northern antiquities..., op. cit., p. 116-118.

Table des illustrations

Légende Ill. 1. – Les influences croisées des géographies imaginées de Mallet.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117158/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540