Version classiqueVersion mobile

Figures du Nord

 | 
Éric Schnakenbourg

Quatrième partie. Le Nord objet de discours

Le Grand Nord : un modèle pour les Alpes au XVIIIe siècle ?

The Far North: a Model for the Eighteenth-Century Alps?

Alain Guyot

Résumé

In the second half of the eighteenth century, the fad for the Alps and in particular for Mont Blanc started a fashion for travelling from which stories would be written and which were amongst the first to describe a world where only a few men had yet dared venture: the high mountain peaks. However, in order to describe the emotions aroused by this unusual spectacle, travellers to Switzerland or Savoy often had recourse to make comparisons with another environment which was not necessarily better known: this environment would later be called the Far North, whether it was called Greenland, Spitzberg or New Zemble (‘New Earth’) before. Why did the first descriptive writers about the Alps frequently have recourse to this “Northern model”? More than a reference point enabling us to understand a neglected landscape, the Far North was rather a representation of a “fantasy machine” inspired by the traditional myth of Thule and alluring readers who were eager for powerful experiences on their doorstep.

Texte intégral

  • 1 Windham W., « Lettre à M. Arlaud » (1743), H. Ferrand éd., Revue alpine, no 18, 1912, p. 60.

« Nous étions sur le sommet d’une montagne [depuis laquelle] nous avions une pleine vue de la glacière. Je vous avoue que je suis extrêmement embarrassé à vous en donner une idée juste, ne connaissant, de tout ce que j’ai encore vu, rien qui y ait le moindre rapport. La description que donnent les voyageurs des mers du Groenland me paraît en approcher le mieux1. »

  • 2 Voir Joutard P., L’invention du mont Blanc, Paris, Gallimard-Julliard, 1986.

1C’est par ces mots que l’aristocrate anglais William Windham, en voyage dans la vallée de Chamonix en 1741, décrit pour la première fois, dans une lettre à un ami genevois, le gigantesque glacier qu’il découvre depuis le Montenvers et qui sera très vite baptisé la mer de Glace. Les propos de ce « touriste » britannique avant la lettre, que Philippe Joutard considère comme l’« inventeur » du mont Blanc2, ne sont pas sans intérêt pour qui s’intéresse à la perception du Nord au XVIIIe siècle, puisque, pour tenter de donner à son correspondant une idée, fût-elle imparfaite, de ce qu’il a sous les yeux, il a recours à une analogie avec un espace éminemment boréal – les « mers du Groenland ».

  • 3 Au XVIIIe siècle, il ne faut guère plus de deux jours et demi pour se rendre de Genève à Chamonix, (...)

2Or – et c’est le premier enseignement de ce passage –, si manifestement le destinataire de la lettre ignore tout autant que son auteur l’existence et la nature de l’incroyable spectacle de la mer de Glace, n’en est-il pas de même – et peut-être plus encore – des « mers du Groenland » invoquées par Windham comme point de comparaison pour tenter de « donner une idée juste » de cette manifestation, inédite à ses yeux, de la nature en majesté ? Nous voici donc face à un paradoxe de taille – qu’on nommera le « paradoxe de Windham » : pour donner à voir un espace certes mal connu, mais tout de même géographiquement proche3, Windham a recours à la médiation d’un espace lointain – le Grand Nord, comme on le nommera à partir de la fin du siècle suivant –, un espace connu des seuls et rares voyageurs à s’y être aventurés – explorateurs, chasseurs de fourrures ou pêcheurs de baleines...

  • 4 Bernard J.-F., Recueil de voyages au Nord, Rouen-Amsterdam, Machuel-Bernard, 1716-1727, 8 vol. (l’ (...)
  • 5 Rappelons que le Recueil de voyages au Nord est constitué de récits qui sont le plus souvent eux-m (...)

3Paradoxe riche d’enseignements : si Windham se sert de cette analogie, fort improbable à nos yeux, c’est dire à la fois la diffusion et la prégnance de l’univers hyperboréen chez les hommes des Lumières. Il est à peine besoin de faire référence à l’incroyable succès des récits de voyages dans le Nord, dont témoigne en France la série d’ouvrages publiés par Jean-Frédéric Bernard4 : rappelons simplement qu’ils ont rendu au public européen de l’époque les espaces septentrionaux plus familiers que ceux des Alpes, pourtant beaucoup plus proches mais encore nimbés de mystère. On méditera en outre sur le rôle déterminant de ce que l’on nommerait maintenant la « médiation culturelle » – le livre, l’image, l’ouï-dire souvent5 – pour donner à celui qui l’ignore l’accès à un lieu qui n’avait pas été représenté auparavant.

4Pour nombre d’explorateurs et de descripteurs des montagnes à partir des années 1750, le Grand Nord (Groenland, Spitzberg, Nouvelle-Zemble, plus rarement la Norvège, la Laponie ou l’Islande) va donc servir de point de référence, comme on va le voir, pour représenter ce que l’on nommait alors les « hautes Alpes ». À cette sorte de « modèle boréal » seront, selon le cas et les besoins, attribuées des vocations très différentes : les savants s’en serviront, à la manière de Windham, comme module de comparaison avec les montagnes alpines et leurs glaciers ; mais ceux qui racontent leurs voyages dans les Alpes l’utiliseront aussi souvent comme un vecteur de l’imagination destiné à susciter chez le lecteur une représentation, souvent effrayante, des plus hauts sommets, au point que le « modèle boréal » se transformera, dans les guides de voyage de la fin du siècle, en un appât, non dépourvu d’ambiguïté, destiné à ceux que l’on ne nomme pas encore des « touristes » et qui se pressent toujours plus nombreux pour visiter les « horreurs délicieuses » de l’Oberland bernois ou de la vallée de Chamonix.

5Les premiers auteurs à fournir une description complète et circonstanciée des Alpes helvétiques et de leurs glaciers, les Suisses Altmann et Grüner, le premier en 1751, le second en 1760, font eux aussi la part belle à la comparaison entre les hautes montagnes alpines et celles du nord de l’Europe. Gottlieb Sigmund Grüner, dans son Histoire naturelle des glacières de Suisse, traduite en français en 1776, accorde ainsi une large place aux glaciers nordiques et arctiques, qu’il utilise tour à tour comme objet de comparaison, comme repoussoir ou comme argument publicitaire : c’est pourquoi son ouvrage nous servira de « fil rouge » tout au long de ce bref voyage entre les Alpes et l’univers boréal.

  • 6 Voir Grüner G. S., Histoire naturelle des glacières de Suisse (1760), L. F. Guynement de Kéralio, (...)
  • 7 Voir ibid., p. 250, 253.
  • 8 Voir ibid., p. 291-292.
  • 9 Voir ibid., p. 253-254.
  • 10 Voir ibid., p. 246-248, 253.
  • 11 Voir ibid., p. 295.
  • 12 Voir ibid., p. 292-294.
  • 13 Voir ibid., p. 246-247.

6Grüner consacre en effet une entière section de son ouvrage à une comparaison raisonnée entre les glaciers de Suisse et ceux du Nord6. Elle paraît essentiellement destinée à comprendre les ressemblances et les différences entre les uns et les autres, sous les points de vue les plus variés : froid7, altitude8 – que Grüner éprouve encore des difficultés à associer à la latitude9 –, forme des glaciers10, qualité et formation de la glace, qui dépend selon lui en grande partie des minéraux qu’elle renferme11 – en particulier du salpêtre, que l’on pense encore très souvent à l’époque générateur de neige et de glace12. Mais hormis quelques différences de vocabulaire, qui contribuent à une forme d’exotisme – les glaciers se nomment isbrede en norvégien et jaekelen en islandais13 –, Grüner conclut le plus souvent à une étroite ressemblance entre les « monts de glace » des terres septentrionales et ceux de la Suisse, les différences restant à ses yeux d’ordre essentiellement quantitatif :

  • 14 Ibid., p. 247.
  • 15 Ibid., p. 250.
  • 16 Ibid., p. 253.
  • 17 Ibid., p. 291-292.

« Rien ne ressemble tant aux glacières de Suisse, que ces isbredes de Norvège14. »
« Il paraît que le froid n’est pas aussi vif en Islande que dans la Suisse ; mais il y est beaucoup plus long [...]. En Islande on n’éprouve point de différence dans le froid et dans la chaleur, qui soient aussi considérables qu’en Suisse15. »
« Les monts de glace ont partout la même structure, les mêmes particularités, les mêmes accidents : ceux d’Islande et de Norvège ont beaucoup de ressemblance avec ceux de Suisse16... »
« Les glacières du nord, qui sont conformes en tout à celles de Suisse, se forment sans doute de la même manière ; mais le point de la gelée étant plus bas dans ce climat, on y doit trouver plus de glace en général, et à de moindres hauteurs que dans nos climats tempérés17. »

  • 18 Entre autres l’Histoire naturelle de la Norvège (1752) de Pontoppidan, les descriptions de l’Islan (...)
  • 19 Grüner G. S., Histoire naturelle des glacières de Suisse, op. cit., p. 247.
  • 20 Voir ibid., p. 248-249.
  • 21 Voir ibid., p. 295.
  • 22 Ibid., p. 250.
  • 23 Ibid., p. 251-252.
  • 24 Ibid., p. 252-253.
  • 25 Ibid., p. 253.

7Il n’en reste pas moins que le savant suisse s’intéresse aussi aux éléments qui caractérisent le paysage montagneux et glaciaire des différentes terres du Nord auxquelles il fait allusion dans son traité. Il se fonde pour cela sur les ouvrages les plus diffusés à l’époque18, et il en tire un tableau aussi édifiant que significatif de la nature septentrionale. L’eau qui sort des glaciers islandais apparaît ainsi « trouble, noirâtre, presque toujours puante », sans doute, pense Grüner, à cause des lits de tourbe sur lesquels elle passe19 ; les sommets du pays sont souvent dépourvus de neige, tandis que les glaces s’y forment et y disparaissent à une vitesse déconcertante, à laquelle ne sont peut-être pas étrangers les fameux glaciers-volcans que comporte l’île20 : en leur sein se manifeste une mystérieuse collaboration entre l’eau et le feu21. La Laponie présente pour sa part un « spectacle encore plus effrayant : on y trouve des marais et des lacs toujours glacés jusques à leur fond22 », tandis que les glaciers du Groenland se caractérisent par leurs « pyramides énormes » et leurs « masses de glace inaccessibles ». « [C]ontrée inabordable », aux côtes « défendues par une grande quantité de rochers à fleur d’eau », le Groenland se compose uniquement de « montagnes couvertes de neige » et de « vallées comblées par les glaces ». La neige fond à peine l’été ; quant à l’hiver, il « n’y est supportable qu’aux habitants du nord », avec ses vents provenant des terres gelées, qui « en apportent de petits glaçons, en si grande quantité qu’ils forment un brouillard épais et piquent le visage comme des aiguilles23 ». Quant au Spitzberg, il s’agit de la « terre la plus voisine du pôle : elle est inhabitée et inhabitable. » Il s’élève des « montagnes pointues dont elle est couverte », et dont elle tire son nom, « des vapeurs si froides, qu’il est impossible de les soutenir longtemps. Depuis le pied jusqu’au sommet, tout y est revêtu de glace, et les cimes elles-mêmes sont chargées de masses de neige. Quand le soleil les éclaire, elles sont éclatantes comme des flammes. » Sur la foi de certains récits de voyage, Grüner décrit en outre la « forme extraordinaire » des « glaçons » – on parlerait maintenant d’icebergs – qui flottent au voisinage des côtes, qui « ressemblent à des arbres entiers garnis de leurs branches, et peints des plus belles couleurs [...] et répandent, nous dit-on, une odeur agréable24 ». La Nouvelle-Zemble, pour finir, n’a droit qu’à quelques lignes, puisqu’il agit du « plus misérable pays du monde », avec ses « îles flottantes de glace, qui la rendent inabordable », mais qui sont toutefois « d’un beau bleu de ciel25 ».

8En dépit de la rigueur scientifique revendiquée par Grüner dans ce traité de glaciologie avant la lettre, le Nord qui se dessine sous la plume du savant suisse reste donc bien un espace où peuvent s’alimenter les fantasmes des hommes des Lumières. Un espace où se manifestent des phénomènes étranges et déconcertants, où les contraires se rejoignent mystérieusement, où les spectacles les plus merveilleux et les plus inattendus prennent place dans un environnement qui reste farouche, presque inaccessible, en tout cas foncièrement hostile à l’homme et qui ne lui réserve aucune place.

  • 26 Ibid., p. 30.

9Dans cette logique, la comparaison entre les glaciers alpins et les contrées septentrionales chez Grüner ne relève plus du simple expédient lexical auquel avait eu recours Windham pour suppléer son admiration impuissante. Lorsque le savant suisse l’emploie, ne fût-ce que de manière sporadique, pour évoquer les montagnes les plus élevées de son pays, la référence boréale est là pour susciter chez son lecteur un imaginaire de l’effroi qui se retrouve dans toute la littérature alpine des Lumières finissantes. Évoquant ainsi l’« affreux pays » qui se situe autour du mont Grimsel, en Suisse centrale, où la vue « des masses de neige et de glace, entassées les unes sur les autres, fait frémir d’horreur », il prend soin de préciser, à propos de ce « pays horrible et presque inconnu » dépourvu de toute végétation, qu’« un Groenlandais croirait être dans le sien26 ».

10La nature du Nord devient donc ici une sorte de repoussoir, l’expression hyperbolique de l’« horreur » alpine, avec laquelle elle partage les traits que nous avons déjà aperçus : froid intense, neige et glace, paysage désert et dévasté, environnement hostile et dangereux. Dans un certain nombre de récits d’excursions alpines, les images des contrées les plus septentrionales du globe sont en effet convoquées en manière de référence pour faire éprouver au lecteur l’impression épouvantable – et forcément sublime – suscitée par les hautes montagnes chez les voyageurs qui les ont traversées. Dès 1773, Marc-Théodore Bourrit, auteur de l’un des premiers guides destinés aux visiteurs de la vallée de Chamonix, résume ainsi le sentiment que provoque en lui la vue du glacier du Tour :

  • 27 Bourrit M. Th., Description des glaciers, glacières et amas de glaces du duché de Savoie (1773), G (...)

« La vallée qui couronne ce glacier est un assemblage de montagnes de glaces élevées les unes sur les autres ; cette vallée n’est pas praticable ; son aspect en est affreux, c’est l’image des glaces du Spitzberg et de la Nouvelle-Zemble27... »

  • 28 Deluc J. A. et Dentand P. G., Relation de différents voyages dans les Alpes du Faucigny, Maëstrich (...)
  • 29 Coxe W., Lettres à M. W. Melmoth sur l’état politique, civil et naturel de la Suisse... (1779), L. (...)

11Trois années plus tard, le naturaliste genevois Deluc, qui a gravi les 3 000 mètres du Buet pour y effectuer des mesures, a lui aussi recours aux « idées que nous ont données les voyageurs, du Spitzberg et de la Nouvelle-Zemble » pour donner à son public « la plus sensible image de l’hiver » offerte par le panorama qu’il aperçoit depuis le sommet du glacier28. Ramond de Carbonnières, traducteur et commentateur en 1781 du voyage de Coxe en Suisse (1779), évoque pour sa part sa propre traversée des hautes Alpes helvétiques quelques années auparavant, avec leur « dédale [...] tendu d’un blanc uniforme, menacé par des sommets d’une prodigieuse hauteur, [qui] présentait l’aspect terrible des déserts du Groenland ou du Spitzberg29. »

  • 30 Deluc J. A. et Dentand P. G., Relation..., op. cit., p. 86.
  • 31 Coxe W., Lettres à M. W. Melmoth..., op. cit., p. 233.

12À noter tout de même que ces voyageurs opposent l’un et l’autre cette hyperbole de l’enfer hivernal, résumée par les seules mentions des îles de l’Arctique, au paysage qui entoure les montagnes désolées où ils se sont aventurés. Du sommet du Buet, Deluc voit « des pâturages et des moissons » s’étaler « [a]u pied même de ces glaces30 », tandis que, depuis les redoutables hauteurs où il se trouve, Ramond paraît regretter vivement « les petites vallées vertes » de l’Oberhasli qu’il n’aperçoit plus « au-dessous de [lui que] dans un obscur précipice31 ». Ces contrastes paysagers ou climatiques sont là encore soulignés par Grüner lorsqu’il décrit les montagnes des Grisons : « Ceux qui ont la curiosité et le courage » de les affronter « n’y découvrent dans l’été le plus chaud que les effets d’un hiver affreux, et peuvent se croire portés tout à coup des frontières de l’Italie, aux côtés de la mer glaciale. » Mais qui se rend « un peu plus bas », en Valteline, « éprouve un changement étonnant », eu égard à la « très grande chaleur » qui y règne :

  • 32 Grüner G. S., Histoire naturelle des glacières de Suisse, op. cit., p. 213-214.

« Là tout est stérile et sans vie : ici, on trouve de très beaux raisins en pleine maturité : de sorte que ce climat rassemble les horreurs du Groenland, et les charmes de l’Italie32. »

  • 33 Dans le poème Die Alpen de 1729.
  • 34 Rousseau J.-J., Julie ou la nouvelle Héloïse (1761), M. Launay éd., Paris, Garnier-Flammarion, 196 (...)
  • 35 Curtius E. R., La littérature européenne et le Moyen Âge latin (1948), J. Bréjoux trad., Paris, PU (...)

13Les Alpes ne sont donc pas simplement le lieu où trouve à s’exprimer une nature hyperboréenne, qui ne serait comparable qu’à celle du Septentrion le plus extrême. Comme le disaient déjà Haller33 et Rousseau, c’est aussi là que se réunissent « toutes les saisons dans le même instant, tous les climats dans le même lieu » : « Au levant les fleurs du printemps, au midi les fruits de l’automne, au nord les glaces de l’hiver34. » C’est là en outre que se rencontrent pour s’opposer le sublime boréal et le pittoresque méridional, le locus horridus, que la tradition rhétorique situe presque toujours dans la montagne ou le Grand Nord, et le locus amoenus, incarné par le jardin méditerranéen où il est né, avec Homère et Virgile, comme l’a montré Curtius il y a déjà longtemps35. Ce contraste piquant, pour les sens comme pour l’esprit, Bérenger, voyageur sentimental en vallée de Chamonix, ne manque pas de le souligner en 1787 :

  • 36 Bérenger L. P., « Fragment d’un voyage aux glaciers de Chamonix en Savoie. Lettre adressée à M. de (...)

« Dans un même jour, on descend dans des vallées où croissent et mûrissent tous les fruits de l’Italie, et quelques heures après on se trouve élevé à des hauteurs qui offrent la rigoureuse température et les affreux spectacles du pôle36... »

14Quand on sait que ledit Pôle ne sera finalement atteint que plus d’un siècle après, on mesure le poids de l’imaginaire rhétorique chez ces voyageurs dans les Alpes à la fin des Lumières...

15Le Nord qu’ils invoquent à titre de comparaison pour donner à voir les merveilles naturelles que ces montagnes recèlent est donc moins un espace réel, inscrit sur les cartes de géographie et décrit dans les récits viatiques, qu’un « lieu », et même un « lieu commun », qui relève à la fois de la rhétorique, de l’esthétique et de l’imaginaire. Les noms rutilants de ces « lieux » hyperboréens – Groenland, Spitzberg, Nouvelle-Zemble – reviennent trop fréquemment sous la plume des voyageurs aux Alpes et sont surtout chargés de trop d’« horreur » pour être entièrement honnêtes : derrière eux se dissimulent encore l’Ultima Thulé et ses légendes, un Nord onirique qui a plus de rapport avec le mythe qu’avec la connaissance pratique. Ce très ancien imaginaire du Nord, qui joue sur les différents registres de la sensibilité marquant la fin des Lumières et résonne avec une intensité particulière à partir du moment où il est mis en opposition avec l’imaginaire lié au Midi, les auteurs de guides de voyage, qui prolifèrent dans les toutes dernières années du XVIIIe siècle, savent en user pour « vendre » à leur public les hautes Alpes toutes neuves.

  • 37 Voir Bourrit P., Marc Théodore Bourrit (1739-1819) : une histoire des natifs de Genève, Genève, Tr (...)
  • 38 Voir, entre autres, Ballu Y., « Introduction », dans Bourrit M. Th., Description des glaciers..., (...)

16On prendra pour exemple ce que nous en dit le Genevois Bourrit, ancien chantre devenu « historiographe des Alpes » autoproclamé, auteur entre 1773 et 1803 d’une impressionnante série de guides, traduits en plusieurs langues et qui ont contribué à élaborer la représentation des Alpes dans l’imaginaire européen37. Dans le contexte de concurrence féroce qui marque alors le marché des ouvrages illustrés consacrés à la montagne, Bourrit déploie les trésors de sa rhétorique, que certains ont jugé flatulente38, pour donner à voir à ses lecteurs le spectacle alpin, et il appelle souvent à la rescousse la comparaison avec les paysages hyperboréens. Se retrouvant ainsi au Montenvers par temps de brouillard, il constate que

  • 39 Bourrit M. Th., Itinéraire de Genève, Lausanne et Chamonix, Genève, Didier, 1791, p. 264.

« la mer de Glace, qui paraissait n’avoir point de bornes, devint d’un aspect effrayant, mais sublime ; nous nous crûmes sur les mers glaciales du pôle, et le froid, que le vent rendait rigoureux, ajoutait à l’illusion39 ».

17Mais cette « illusion » spectaculaire est encore plus violente lorsque la renforce le contraste, au moins potentiel, avec le climat des contrées qui bordent la vallée de Chamonix. Décrivant ailleurs la même mer de Glace, il s’exclame ainsi :

  • 40 Bourrit M. Th., Nouvelle description des glacières et glaciers de Savoie..., Genève, Barde, 1785, (...)

« Quelle scène magique ! Entre la France et la belle Italie, je vois réunies les horreurs des deux pôles, et l’image de la nature telle qu’elle a dû être au sortir du chaos ! Des monts sourcilleux, décharnés, déchirés du haut en bas, crevassés, fracturés dans toute leur étendue, menaçant les cieux de leurs cimes chenues paraissent défier la fureur des éléments réunis, et la marche destructive du temps !... Au bas de ces monts, que vois-je encore ? L’image d’une mer en courroux qu’un gel subit aurait saisie, une vaste étendue de glace solide, épaisse de plusieurs centaines de pieds ! Mes regards étonnés en suivent les ondes, les couches, les crevasses, et je vois ces glaces énormes se prolonger au loin, et se joindre à d’autres masses de glace qui couvrent les sommets : nous voilà transportés dans la Nouvelle-Zemble, dans un autre Spitzberg, pays perdu pour les hommes ; comment se peut-il que si loin des pôles, sous un ciel tempéré, nous retrouvions les mêmes phénomènes40 ? »

18Par-delà les variations de modalité à vocation pathétique qui, au lieu de l’émouvoir, peuvent finir par agacer le lecteur le mieux disposé, Bourrit déploie ce que l’on appellerait aujourd’hui une véritable « stratégie de communication ». Se fondant sur quelques « lieux » communs aux paysages alpin et arctique, peut-être pêchés dans l’ouvrage de Grüner – les monts inaccessibles, la mer déchaînée et gelée d’un coup, le paysage dévasté, inhabité, inhabitable, littéralement envahi par les glaces –, Bourrit se sert des noms « Spitzberg » et « Nouvelle-Zemble » pour provoquer chez son lecteur la mise en route d’un imaginaire boréal, surtout lorsque ces noms entrent en résonance avec la mention de la « belle Italie ». Le message destiné au public de « touristes » potentiels est clair : les Alpes, c’est le Nord dans le Sud, Thulé au milieu des climats tempérés, le frisson de l’aventure hyperboréenne à deux pas de chez soi !

19Dans un autre passage, Bourrit accuse encore cette représentation des Alpes comme terre de contrastes, où se résument les climats, l’activité et même l’histoire du globe en un diorama fabuleux d’une explicite vocation pédagogique, et il convoque à nouveau pour cela l’opposition entre le Septentrion et le Midi :

  • 41 Ibid., p. 208.

« Non certainement, il n’est peut-être pas dans notre hémisphère, de théâtre plus instructif, plus propre à la réflexion que celui de cette montagne. Où trouver ailleurs [...] cette variété et ce contraste dans les formes ? Où voir ailleurs ces résultats des efforts des siècles, ces effets de tous les climats et de toutes les saisons ? Où chercher ailleurs un lieu propre à embrasser d’un coup d’œil les frimas de la Laponie et les frontières de l’Italie ; les moissons et les glaces [...] ? Où l’homme peut-il n’avoir qu’à tourner la tête pour parcourir dans un clin d’œil, toutes les horreurs de l’hiver et les richesses de l’été41... ? »

  • 42 Voir Walter F., « Les préventions d’H.-B. de Saussure au risque de la métaphore », dans Carozzi A. (...)

20Il ne faut donc pas s’y tromper : le « Nord » présent dans ces représentations alpines constitue, dans l’esprit de leurs auteurs, et peut-être même à leur insu, moins un modèle descriptif qu’une machine à fantasmes. Le chercheur ne doit pas se laisser prendre à ce miroir aux alouettes : la source des images hyperboréennes qui ponctuent régulièrement les récits de voyage en montagne à la fin du XVIIIe siècle ne se trouve ni dans l’expérience de leurs auteurs ni dans les livres qu’ils auraient pu consulter, et qui sont d’ailleurs d’une grande pauvreté en descriptions de nature, elle relève à la fois de l’imaginaire et du bouche à oreille, et ces images sont moins destinées à faire voir qu’à faire rêver, sur la base d’un paysage moins réel que mythique. Après tout, les vrais savants qui s’intéressent aux Alpes, comme Saussure, connaissaient parfaitement les récits des voyageurs aux terres arctiques, et ne s’en sont jamais servi pour illustrer leurs ouvrages42...

21Il n’y a pas non plus de « paradoxe de Windham », comme on pouvait initialement le croire : celui qui veut représenter les Alpes par le biais du Grand Nord ne se sert pas du lointain pour donner à voir le proche, il entend simplement conférer à ce proche encore mal connu l’aura prestigieuse d’un lointain qu’il ne connaît pas mieux, mais que toute une tradition et des ouvrages récents ont nimbé d’un imaginaire mystérieux. D’autres, moins scrupuleux, se serviront de ce même lointain nordique pour donner l’impression au public que les Alpes si proches le mettent à portée de sa main.

22D’ailleurs, le vrai Nord qui transparaît plus ou moins dans l’ouvrage de Grüner, cette Islande aux eaux puantes, ce Groenland inaccessible, cette Nouvelle-Zemble si misérable, sont-ils vraiment si engageants pour un homme du XVIIIe siècle ? Et le jeu de la comparaison en vaut-il vraiment la chandelle ? Si l’on fait une brève incursion au siècle suivant, on s’aperçoit que les voyageurs qui ont fait, à l’instar de Xavier Marmier, le voyage au mont Blanc après celui de la mer glaciale arctique, n’ont pu être que déçus :

  • 43 Marmier X., La vallée de Chamouni, dans Garibaldi G., Mémoires, A. Dumas éd., Paris, Naumbourg-Pae (...)

« Si vaste et si brillante que soit la fameuse nappe des Bossons, elle ne pourrait me faire oublier les montagnes de glace du Groenland et du Spitzberg qui descendent jusque dans la mer, et les blocs de glace gigantesques que l’on voit dans ces parages flotter comme des navires, ou comme des tours immobiles, sur les vagues de l’Océan43. »

23Les Alpes, ce serait donc un Arctique sans la mer, et miniaturisé... Décidément, à l’instar de l’Orient ou de l’Espagne romantique, il valait mieux, dans son intérêt, dans celui des Alpes et des somptueuses descriptions que les voyageurs du temps nous en ont laissées, que le Nord de la fin des Lumières restât un rêve...

Notes

1 Windham W., « Lettre à M. Arlaud » (1743), H. Ferrand éd., Revue alpine, no 18, 1912, p. 60.

2 Voir Joutard P., L’invention du mont Blanc, Paris, Gallimard-Julliard, 1986.

3 Au XVIIIe siècle, il ne faut guère plus de deux jours et demi pour se rendre de Genève à Chamonix, qui dépendait alors du royaume de Sardaigne.

4 Bernard J.-F., Recueil de voyages au Nord, Rouen-Amsterdam, Machuel-Bernard, 1716-1727, 8 vol. (l’ensemble sera réédité en 10 volumes entre 1731 et 1738).

5 Rappelons que le Recueil de voyages au Nord est constitué de récits qui sont le plus souvent eux-mêmes des compilations.

6 Voir Grüner G. S., Histoire naturelle des glacières de Suisse (1760), L. F. Guynement de Kéralio, trad., Paris, Pancoucke, 1770, 3e partie, section IX, p. 246 sq.

7 Voir ibid., p. 250, 253.

8 Voir ibid., p. 291-292.

9 Voir ibid., p. 253-254.

10 Voir ibid., p. 246-248, 253.

11 Voir ibid., p. 295.

12 Voir ibid., p. 292-294.

13 Voir ibid., p. 246-247.

14 Ibid., p. 247.

15 Ibid., p. 250.

16 Ibid., p. 253.

17 Ibid., p. 291-292.

18 Entre autres l’Histoire naturelle de la Norvège (1752) de Pontoppidan, les descriptions de l’Islande par Olaus Magnus (1555) et Horrebow (1752), celle de la Laponie par Högström (1747), le Recueil des voyages au Nord.

19 Grüner G. S., Histoire naturelle des glacières de Suisse, op. cit., p. 247.

20 Voir ibid., p. 248-249.

21 Voir ibid., p. 295.

22 Ibid., p. 250.

23 Ibid., p. 251-252.

24 Ibid., p. 252-253.

25 Ibid., p. 253.

26 Ibid., p. 30.

27 Bourrit M. Th., Description des glaciers, glacières et amas de glaces du duché de Savoie (1773), Genève-Paris, Slatkine-Champion, 1977, p. 120.

28 Deluc J. A. et Dentand P. G., Relation de différents voyages dans les Alpes du Faucigny, Maëstricht, Dufour et Roux, 1776, p. 86.

29 Coxe W., Lettres à M. W. Melmoth sur l’état politique, civil et naturel de la Suisse... (1779), L. F. E. Ramond de Carbonnières trad. et comment., Paris, Belin, 1781, t. 1, p. 233.

30 Deluc J. A. et Dentand P. G., Relation..., op. cit., p. 86.

31 Coxe W., Lettres à M. W. Melmoth..., op. cit., p. 233.

32 Grüner G. S., Histoire naturelle des glacières de Suisse, op. cit., p. 213-214.

33 Dans le poème Die Alpen de 1729.

34 Rousseau J.-J., Julie ou la nouvelle Héloïse (1761), M. Launay éd., Paris, Garnier-Flammarion, 1967, 1re partie, lettre 23, p. 44.

35 Curtius E. R., La littérature européenne et le Moyen Âge latin (1948), J. Bréjoux trad., Paris, PUF, 1956, t. 1, p. 301 sq. Voir aussi Adam J.-M., La description, Paris, PUF, 1993, p. 40 sq.

36 Bérenger L. P., « Fragment d’un voyage aux glaciers de Chamonix en Savoie. Lettre adressée à M. de Pastoret... », dans Bérenger L. P. et Couret de Villeneuve L. P., Recueil amusant de voyages en vers et en prose faits par différents auteurs..., Paris, Nyon, t. 8, 1787, p. 98.

37 Voir Bourrit P., Marc Théodore Bourrit (1739-1819) : une histoire des natifs de Genève, Genève, Tribune Éd., 1989.

38 Voir, entre autres, Ballu Y., « Introduction », dans Bourrit M. Th., Description des glaciers..., op. cit, p. XXX.

39 Bourrit M. Th., Itinéraire de Genève, Lausanne et Chamonix, Genève, Didier, 1791, p. 264.

40 Bourrit M. Th., Nouvelle description des glacières et glaciers de Savoie..., Genève, Barde, 1785, p. 68-69.

41 Ibid., p. 208.

42 Voir Walter F., « Les préventions d’H.-B. de Saussure au risque de la métaphore », dans Carozzi A. V., Crettaz B. et Ripoll D. (dir.), Les plis du temps. Mythe, science et H.-B. de Saussure, Genève-Annecy, musée d’Ethnographie-Annexe de Conches-Conservatoire d’Art et d’Histoire de Haute-Savoie, 1998, p. 201-209.

43 Marmier X., La vallée de Chamouni, dans Garibaldi G., Mémoires, A. Dumas éd., Paris, Naumbourg-Paetz, t. 5, 1861, p. 131.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search