Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures du Nord

 | 
Éric Schnakenbourg

Quatrième partie. Le Nord objet de discours

Les raids vikings dans l’historiographie saxonne : une peur héréditaire1

Viking Raids and Saxon Historiography: The Inherited Fear

Christian Frey
Traduction de Frédérique Laget

Résumé

Viking raids are an important part of Saxon historiography. The northern neighbours not only fought wars on the frontier, but also travelled the rivers with their ships to raid cities such as Hamburg. The reporters of Saxon history treated the experience of those attacks and narrated the stories of the fights, using narrative patterns inherited from Frankish examples. In addition, the Vikings performed certain tasks in the Saxon texts. They served as foreshadowers of bad events, accompanied bad times, and were part of the perceived Christian salvific history. This article examines the basic lines of the tradition of narrating Viking encounters–from the first contacts in England and France to the Saxon historians like Helmold of Bosau and Adam of Bremen. Constitutive for the Saxon reports was the perceived cultural and religious difference from the Scandinavians. Keeping all these in mind, a reinterpretation of medieval texts becomes possible–and the research on Viking history can be enriched with the history of contemporary perception.

Texte intégral

  • 1 Traduction Frédérique Laget.
  • 2 Sawyer B. et Sawyer P. H., Die Welt der Wikinger, Berlin, Siedler Verlag, 2002, p. 17 : Die Erfors (...)
  • 3 Fraesdorff D., Der barbarische Norden, Vorstellungen und Fremdheitskategorien bei Rimbert, Thietma (...)
  • 4 Ce sont surtout des films et des jeux vidéo qui projettent sur les Vikings leurs caractéristiques (...)

1La recherche portant sur la Scandinavie de l’âge viking (VIIIe-XIe siècle) est fortement influencée par les premiers travaux qui s’y sont intéressés. L’intérêt scientifique pour les Vikings est né au XIXe siècle, principalement parmi les spécialistes d’histoire, d’anthropologie et d’archéologie, qui était alors une nouvelle discipline. Ils furent les auteurs des grandes gestes des héroïques guerriers scandinaves, suivant en cela le Zeitgeist (« l’esprit du temps ») de leur époque2. Encore aujourd’hui, le thème viking évoque des images de féroces et intrépides guerriers, dressés sur leurs navires caractéristiques à tête de dragon, portant des casques à cornes, brandissant des haches et ravageant les côtes de l’Europe médiévale3. Constamment réactualisées, ces associations d’idées n’ont pas disparu ; le cinéma, les jeux vidéo et bien d’atres médias modernes continuent à présenter à un large public de multiples variations de ce schéma narratif. Si les premières recherches sur les Vikings étaient toujours motivées par des intérêts idéologiques, l’industrie contemporaine du divertissement a principalement recours à l’image d’une société barbare et païenne pour exciter les instincts fondamentaux de la vie humaine : la peur et la fascination4.

  • 5 Quelques exemples d’une littérature souvent tendancieuse sur le plan idéologique : Römisch-Germani (...)

2En Allemagne, la redécouverte de Hedeby (Haithabu), un site castral proto-urbain situé sur la côte orientale du Schleswig, marqua le point de départ d’un intérêt scientifique et populaire intense pour l’époque viking5. Le site fut fouillé une première fois en 1900. La recherche archéologique s’intensifia dans les années 1930 et 1960, et dure encore aujourd’hui, s’accompagnant d’une évolution constante de ses causes premières : tandis que la quête de ses racines germaniques par l’Allemagne nazie était le moteur des fouilles de l’entre-deux-guerres, la volonté de réhabilitation de l’archéologie médiévale provoqua une nouvelle impulsion après la défaite de la Seconde Guerre mondiale. En même temps, la curiosité du public envers les Vikings, attestée depuis les premières fouilles, demeure intacte. Un flot de publications sur le sujet est disponible en Allemagne et dans d’autres régions d’Europe, la plupart d’entre elles s’intitulant Die Wikinger ou Die Welt der Wikinger, ou suivant des variations sur le même thème. En s’efforçant de réfuter les stéréotypes ou en décrivant la vie quotidienne dans la Scandinavie de l’âge viking, ces livres ou autres médias ont connu un regain d’audience généré par l’intérêt croissant pour les cultures païennes que l’on a pu observer au cours des dernières décennies. Une bonne partie d’entre eux traite des sagas, de la mythologie viking ou de la reconstitution des cultes païens, exactement comme il y a quatre-vingts ans.

  • 6 Les spécialistes de littérature norroise s’accordent à estimer que les sagas les plus anciennes on (...)
  • 7 Sawyer B. et Sawyer P. H., Die Welt der Wikinger, op. cit., p. 25 : « Für das Frühmittelalter sind (...)
  • 8 Fraesdorff D., Der barbarische Norden..., op. cit.
  • 9 Grivas A., Wilde Eroberer zu Wasser und zu Pferd. Wikinger und Reiternomaden in der Wahrnehmung ih (...)

3Étonnamment, les travaux de recherche sur les Vikings comportent très peu d’histoire des représentations. La plupart des sources contemporaines que nous connaissons ne sont pas d’origine scandinave ; ce sont les auteurs de la chrétienté latine qui ont fait connaître les cultures nordiques. Les seules exceptions sont les sagas, plus tardives6, et les pierres runiques7. Pourtant, les Vikings sont très présents dans l’historiographie du haut Moyen Âge européen. Depuis peu, certains spécialistes tentent de combler cette lacune : les travaux actuels d’histoire médiévale en Europe se tournent de plus en plus vers l’histoire de la perception des Vikings et de la culture scandinave par l’Europe occidentale, perception que l’on trouve dans les travaux historiographiques du temps. En 2005, David Fraesdorff a publié à destination du public scientifique une thèse intitulée Le Nord barbare. Représentations et catégorisation de l’altérité chez Rimbert, Dietmar de Mersebourg, Adam de Brême et Helmold von Bosau8, qui était le premier travail important sur la manière dont les auteurs saxons du temps imaginaient le Nord et ses habitants. Fraesdorff explore de façon comparative le savoir géographique et la perception de la différence entre la barbaritas au nord et le regnum franc oriental. Par ce travail fondateur, il ouvre la voie à une compréhension renouvelée des sources écrites, et propose une manière neuve d’appréhender l’histoire des Vikings. En 2010, Anna Grivas a terminé un travail intitulé Conquérants sauvages, sur l’eau et à cheval. La perception des Vikings et des cavaliers nomades par leurs contemporains9, qui procède de façon similaire et ranime le débat en comparant les perceptions de deux menaces différentes de la chrétienté latine.

4Cet article a pour but de tenter de combler une lacune de la recherche. Il est clair que les Vikings étaient vus comme un péril réel pour la chrétienté latine ; mais d’où cette peur tire-t-elle son origine ? À travers l’exemple de l’historiographie saxonne, nous tenterons de dégager les positions traditionnelles et les modèles narratifs qui ont influencé les récits faits sur les voisins scandinaves.

Les Vikings dans les sources écrites

  • 10 Fraesdorff D., Der barbarische Norden..., op. cit., p. 9.
  • 11 Vogel W., Die Normannen und das Fränkische Reich bis zur Gründung der Normandie (799-911), Heidelb (...)

5À partir de l’année 800, l’historiographie latine connaît un profond changement dans ses analyses des Vikings et des cultures scandinaves : elles ne sont pas écrites sur la base d’une tradition orale, mais sur celle des perceptions et des observations mêmes des missionnaires, voyageurs et victimes de raids10. Depuis les premières incursions de la fin du VIIIe siècle dans les îles Britanniques, l’Europe médiévale a connu d’intenses « contacts » avec les marins scandinaves, ce qui eut un effet notable sur les représentations et les récits relatifs à ces voisins du Nord. En 793, le premier endroit qui fut razzié par les Vikings fut le monastère de Lindisfarne, situé sur une île au large du Northumberland ; durant les sept années suivantes, cette côte subit au moins trois autres attaques. En 795, les monastères insulaires de Skye et d’Iona, sur la côte occidentale, comme celui de Rathlin, au large de la côte orientale de l’Irlande, furent pillés. Un diplôme contemporain originaire du Kent demande la destruction des fortifications païennes et contraint les églises à participer à la défense de la région ; c’est là un signe clair de la frayeur que la menace viking suscite. Quelques années après seulement, en 798, des monastères écossais et irlandais furent attaqués, et en 799 un premier raid est rapporté en Europe continentale. C’est à Saint-Philibert, sur l’île de Noirmoutier, près de l’estuaire de la Loire, que la première descente viking dans le regnum franc eut lieu11.

6Si nous pouvons observer que l’intérêt des Scandinaves se concentrait sur les monastères, ce n’est pas seulement parce qu’ils étaient plutôt mal défendus et constituaient des cibles faciles pour les Vikings, mais aussi parce qu’ils étaient des centres de production textuelle. C’est là que les événements du présent étaient conservés et transmis ; les monastères du haut Moyen Âge constituaient ainsi autant de nœuds dans le réseau de l’histoire écrite. Or, il est impossible de déterminer si les Vikings ne s’attaquaient qu’aux monastères parce que c’est ce que les moines écrivent, ou bien – et c’est également possible – si leur quête de butin avait trouvé d’autres cibles, que nous ne connaissons tout simplement pas.

  • 12 Vogel W., Die Normannen..., op. cit., p. 54 sq.
  • 13 Les Abodrites vivaient alors dans les actuelles régions du Mecklembourg et du Holstein. Leur capit (...)
  • 14 MGH (Monumenta Germaniae Historica) SS rer. Germ. 6, Annales Regni Francorum ad a. 808, p. 125.
  • 15 Fried J., « Um 810. Weshalb die Normannenherrscher für die Franken unvorstellbar waren », Jussen B (...)
  • 16 Le tribut [NDT].
  • 17 MGH SS rer, Germ. 6., Annales Regni Francorum ad. a. 821, p. 156 : « De parte Danorum omnia quieta (...)
  • 18 Scharff T., « Reden über den Krieg. Darstellungsformen und Funktionen des Krieges in der Historiog (...)

7Aux alentours de 800, la défense de l’ouest du royaume franc fut organisée12. Pour l’année 808, les Annales regni Francorum rapportent une agression danoise contre les Abodrites, un peuple slave du nord13. La frontière fut sécurisée par une armée franque pour protéger la Saxe des incursions14. Parallèlement à l’intérêt grandissant pour la royauté danoise que l’on peut observer dans les récits du temps, les raids font partie intégrante des Annales à partir du début du IXe siècle15. Les textes nous disent ainsi que les Vikings viennent l’été, que ce soit pour razzier ou pour collecter le danegeld16. L’année 810 est celle de la première attaque relatée dans les régions orientales de l’Empire franc, en Frise. À cette époque, les Vikings s’établirent pour la première fois en colonie dans les îles Britanniques, tandis que les mesures défensives prises sur le continent ne furent pas sans conséquences. Ainsi, une flotte de treize navires vikings fut repoussée dans l’estuaire de la Seine, mais elle lança ensuite des raids en Aquitaine, qui n’était pas aussi bien défendue. La notice de 821, qui signale que les Vikings n’étaient pas venus comme c’était le cas habituellement17, montre bien à quel point les contacts avec les Danois étaient devenus essentiels à la fin de l’année. Comme le changement de saison, la récolte ou la guerre annuelle18, les Vikings avaient trouvé leur place dans le cycle de l’année, d’après les Annales du haut Moyen Âge.

  • 19 Boshof E., Ludwig der Fromme, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1996, p. 192 sq. ; Ba (...)
  • 20 Vogel W., Die Normannen..., op. cit., p. 87 sq. ; Simek R., Die Wikinger, Munich, Beck, 2000, p. 3 (...)

8Assez vite, l’apparition des fameux navires à tête de dragon fut mise en relation avec des événements intérieurs. Les récits procèdent à un certain nombre d’associations, comme pour l’année 834. La crise politique provoquée par l’abdication forcée de Louis le Pieux sous la pression de ses fils était perçue comme un moment particulièrement critique. Lothaire, le fils aîné de Louis, s’était révolté contre son père et était soutenu par les Vikings19. Dans les années 840, les guerriers scandinaves se spécialisèrent dans l’attaque des monastères et des villes situés près des fleuves qu’ils pouvaient emprunter avec leurs navires. De cette manière, ils s’enfoncèrent de plus en plus dans l’arrière-pays20.

  • 21 Levison W., England and the Continent in the Eighth Century, Oxford, Clarendon Press, 1946, p. 132(...)
  • 22 MGH SS rer. Germ. 2, Adam von Bremen, p. 40: Anno domni Rimberti XII. Ludvicus Pius, cesar magnus, (...)

9Les auteurs d’histoire saxonne connaissaient bien la tradition des Annales franques ; en tant que genre historiographique, par rapport aux grands récits de l’Antiquité, elles leur servaient de guides et de modèles pour produire leurs propres travaux historiographiques21. Les raisonnements fonctionnaient alors de manière rétrospective. Les événements qui se déroulaient autour de Louis le Pieux, perçu comme la colonne vertébrale du devenir du royaume, jouèrent un rôle crucial dans l’histoire saxonne. Adam de Brême, rapportant la mort de l’empereur, écrit qu’il avait vaincu les peuples slaves de Bohême, de Lusace, les Suses et encore bien d’autres. D’après Adam, Louis avait aussi réussi à éloigner les Vikings alors qu’ils lançaient des raids sur le royaume franc ; mais « après la mort de l’Empereur, la fureur barbare s’étendit de façon effrénée22 ».

  • 23 MGH, op. cit., p. 40 sq. : Tunc Saxonia vastata est a Danis vel Nortmannis, Brun dux occisus cum a (...)

10Chez Adam de Brême, comme dans les Annales regni Francorum, les raids vikings tels qu’ils sont relatés apparaissent comme des événements naturels. La Saxe, rapporte-t-il, fut attaquée plusieurs fois par les Vikings à cette période ; le duc Brun, douze comtes et deux évêques furent tués23.

  • 24 Ibid., p. 41 : « Tunc piratae Coloniam et Treveros suc cendunt. Aquisgrani palatium stabulum equis (...)
  • 25 McKitterick R., History and Memory in the Carolingian World, Cambridge, Cambridge University Press (...)
  • 26 Voir par exemple Liddiard R., Castles in Context. Power, Symbolism and Landscape, 1066 to 1500, Ma (...)

11Cologne et Trèves, d’après lui, furent incendiées et le palais impérial d’Aix-la-Chapelle transformé en écurie ; Mayence fut fortifiée, craignant l’arrivée des barbares24. C’est là que l’on peut voir l’une des principales intentions des textes historiographiques du temps. L’histoire n’est pas écrite en raison d’une sorte d’intérêt scientifique qui suivrait une forme de vérité ; l’écriture historique est principalement motivée par l’explication du temps présent à l’aide de modèles argumentatifs déjà spécifiques à l’époque25. Hormis ce texte, nous n’avons aucune autre preuve des raids lancés sur Cologne et Trèves, ni que le palais de Charlemagne ait servi à abriter les chevaux d’assaillants barbares. Les récits de ce type suivent un autre but ; l’utilisation des Vikings et de leur culture païenne, de leur image de pilleurs dangereux et acharnés, permet de faire une observation. Toutes les villes qui furent attaquées, ou qui vivaient dans la peur de l’être selon ce texte, étaient des archevêchés d’origine romaine. Le palais impérial d’Aix-la-Chapelle était le noyau du pouvoir séculier et son architecture était largement imitée de Rome pour s’inscrire dans la tradition impériale26. En racontant les attaques de ces lieux, Adam exprime le danger perçu à ce moment précis ; l’absence de gouvernement et les conflits intérieurs étaient vécus par les contemporains comme des périodes néfastes. Lorsque les centres de la vie religieuse étaient attaqués par des guerriers païens et que le palais de Charlemagne devenait une écurie, la situation pouvait difficilement être pire.

  • 27 Sayles G. O., The Medieval Foundations of England, Londres, 1977, p. 87 sq. ; Rudolf Simek (op. ci (...)
  • 28 Forte A., Oram R. D. et Pedersen F., Viking Empires, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, (...)
  • 29 Cassard J.-C., Le siècle des Vikings..., op. cit., p. 19-21 [NDT].
  • 30 Hardt M., Gold und Herrschaft. Die Schätze europäischer Könige und Fürsten im ersten Jahrtausend, (...)

12C’est à cette époque que, dans les églises anglaises, les litanies furent complétées par une nouvelle phrase : « De la fureur des Normands, délivre-nous Seigneur27. » Les raids qui accablaient de plus en plus les côtes et les fleuves de la mer du Nord, et l’installation permanente des marins scandinaves sur ces mêmes rivages, instaurèrent dans les régions concernées un climat général de danger et de peur. En 850, des Danois demeurèrent d’abord en Angleterre pendant l’hiver28 ; durant l’année 852, une flotte de navires vikings hiverna sur la Seine et ravagea Nantes29. Les Francs étaient souvent prêts à payer des rançons élevées. Cela eut des conséquences sur les pillages vikings, puisque les personnalités de haut rang faisaient désormais office de proies favorites : par exemple, l’abbé de Saint-Denis et son frère furent libérés en 858 contre le paiement d’environ trois cents kilogrammes d’or et mille cinq cents kilogrammes d’argent30.

  • 31 Sawyer B. et Sawyer P. H., Die Welt der Wikinger, op. cit., p. 140 sq.

13En opposition à cette perception des Vikings, on peut toutefois observer qu’ils n’étaient ni plus ni moins brutaux et féroces que les autres guerriers de leur époque. On peut cependant relever deux différences avec les autres combattants. D’une part, les Vikings attaquaient en arrivant par la mer et profitaient pleinement de l’effet de surprise, puis repartaient aussi vite qu’ils étaient arrivés ; d’autre part, ils étaient païens. Leur préférence pour les cibles non fortifiées et les retraites rapides montre bien qu’ils évitaient la bataille autant que possible31. Ce type d’attitude est incompatible avec l’image populaire des Vikings ; il semble plutôt attester une certaine couardise et n’est pas le comportement typique que l’on attend d’un guerrier médiéval.

  • 32 Fraesdorff D., Der barbarische Norden..., op. cit., p. 361.
  • 33 Vulgata Jeremia 1 : 14 : « (et dixit Dominus ad me) ab aquilone pandetur malum super omnes habitat (...)
  • 34 Sawyer B. et Sawyer P. H., Die Welt der Wikinger, op. cit., p. 238.
  • 35 Ibid., p. 127.

14Les premiers textes traitant des contacts entre les Saxons et les Vikings sont ceux que rapportent les histoires des missionnaires dans les années 820. Le Nord est alors considéré comme un espace maléfique ; les historiographes du temps supposaient que le diable y vivait sur une montagne, comme le remarque David Fraesdorff32. Au fondement de cette croyance se trouve la prophétie de Jérémie (1, 14) : « C’est du Nord qu’est attisé le malheur, pour tous les habitants du pays33. » C’est de cette manière que les moines de Saint-Germain virent les hommes du Nord après le raid sur Paris de 84534. Mais ce schéma argumentatif fonctionnait également dans l’autre sens. Dans le Nord, l’interprétation des événements dans le sens d’une « histoire salvifique » au sein de la religion païenne était également répandue. Les guerriers qui ravageaient Paris en 845 furent contaminés par une maladie mortelle et en rendirent responsable le pouvoir de saint Germain. Cela eut une conséquence importante : ils entamèrent des pèlerinages vers le monastère35.

  • 36 Ehlers C., Die Integration Sachsens in das fränkische Reich (751-1024), Göttingen, Vandenhoeck & R (...)
  • 37 Karlsruhe, LB Perg. Aug. 167 (s. IX med.), dit aussi le « Bède de Karlsruhe ».

15Les moines francs, irlandais et saxons étaient les principales victimes des raids scandinaves. Des œuvres comme le Bella Parisicae urbis d’Abbon de Saint-Germain-des-Prés sont les premiers exemples d’interprétations intellectuelles et littéraires des raids. On peut supposer que les moines ont emporté avec eux leur connaissance et leur mémoire de cette expérience en Saxe, lorsqu’ils s’y sont rendus pour développer l’encadrement clérical après la conquête, au cours du IXe siècle36. Dans les monastères nouvellement établis, ils transmirent leur savoir aux jeunes nobles saxons qui constituaient le premier groupe de clercs locaux. Un moine irlandais écrit ainsi dans le fragment de Bède de Reichenau37 :

  • 38 Sawyer B. et Sawyer P. H., Die Welt der Wikinger, op. cit., p. 328; Ó Corráin D., « Ireland, Wales (...)

« Sauvez-nous du flot des étrangers et des ennemis, des païens et des peines, des fléaux du feu, de la disette et de la faim et de nombreuses maladies38. »

16C’est par des récits, des prières et des textes comme celui-ci que la littérature historiographique en devenir s’est constituée.

  • 39 MGH SS rer. Germ. 32, Helmolds Slavenchronik, cap. IV.
  • 40 MGH, ibid., p. 12: Statuens eandem civitatem metropolim universis borealibus populis...

17Dès 845, les Vikings pillèrent le château de Hambourg et détruisirent la cathédrale de l’évêque missionnaire Anschaire39. C’est là que Louis le Pieux avait intronisé Anschaire, « désignant alors cette cité comme la tête de toutes les églises pour l’ensemble des peuples du Nord40 ». Cette même année, alors que Paris était également attaquée, les navires scandinaves atteignirent l’Elbe ; c’est à ce moment-là que les Saxons connurent par leur propre expérience le danger viking.

18Adam de Brême rapporte l’histoire suivante peu après avoir relaté la manière dont Hambourg est devenue un archevêché censé servir de base aux missions vers les Slaves et les Vikings :

  • 41 MGH SS rer. Germ. 2, Adam von Bremen, cap. XXI, p. 21: Interea Nortmanni piraticis excursionibus u (...)

« Cependant, les Normands, étendant de toutes parts leurs expéditions de piraterie, soumirent à tribut les Frisons. Ils s’en prirent au même moment, par le Rhin, à Cologne, qu’ils assiégèrent, et à Hambourg, qu’ils avaient atteinte par l’Elbe et qu’ils brûlèrent. La célèbre cité fut entièrement anéantie par le pillage ou l’incendie. L’église, le cloître, les livres qu’on y avait très pieusement rassemblés, tout fut consumé. Selon nos sources, saint Anschaire, en sa fuite hasardeuse, ne sauva que les saintes reliques. Les Annales franques, comme les documents pontificaux, font état de la destruction de Hambourg. Elle survint, à les en croire, au cours de la dernière année du règne de Louis le Pieux41. »

19Des récits comme celui-ci ne se limitent pas à rapporter un fait historique et à donner un aperçu de ce que vivaient les contemporains, ils ont également une certaine fonction dans la composition de l’œuvre historiographique au sein de laquelle ils s’insèrent. Cet exemple met en évidence la difficulté de la mission auprès des peuples païens du Nord et de l’Est : peu après l’établissement d’un archevêché censé apporter la lumière du christianisme aux barbares, tout se trouve brûlé et pillé. Seul saint Anschaire, le prototype de l’évêque missionnaire, et les reliques réussissent à en réchapper ; les contemporains y voient une manifestation de la volonté divine.

  • 42 Fraesdorff D., Der barbarische Norden..., op. cit., p. 9 sq.
  • 43 Ibid., p. 67. Nordliudi et nordalbingi signifient respectivement les « gens du Nord » et « ceux du (...)

20Depuis la conquête de la Saxe et son intégration dans le regnum Francorum, il existait des contacts culturels sur la frontière septentrionale ; leur impact sur les populations qui étaient au nord fut profond. Elles s’approprièrent très progressivement la culture de l’Europe occidentale, en un long mais durable processus42. Les textes font une différence claire entre les Scandinaves et les Saxons qui vivaient au nord de l’Elbe : les Vikings y sont dits nordmanni, les Saxons nordliudi ou nordalbingi43. Les historiographes médiévaux observaient et décrivaient avec stupeur et étonnement l’altérité des peuples scandinaves, non seulement leur mode de vie païen mais aussi leur culture politique. Adam de Brême, là encore, en donne un bon exemple en décrivant l’île de Seeland (Sjælland) :

  • 44 Littéralement les « hommes aux bateaux ».
  • 45 MGH SS rer. Germ. 2, Adam von Bremen, cap. IV/6, p. 223 : Aurum ibi plurimum, quod raptu congeritu (...)

« Il y a là quantité d’or, qu’amasse la piraterie. Car ces pirates, qu’ils nomment là-bas Vikings mais que les nôtres appellent Ascomans44, paient tribut au roi des Danois pour être autorisés à rançonner les peuples barbares vivant en grand nombre autour de cette mer. Et c’est ainsi qu’il leur arrive d’abuser aux dépens des leurs de la liberté qu’ils ont contre l’ennemi. Ils sont sans foi ni loi les uns à l’égard des autres, et c’est sans pitié que, dès qu’il s’en est rendu maître, celui-ci vend celui-là comme esclave à l’ami ou à l’étranger45. »

  • 46 Ibid. : Nam lacrimas et planctum ceteraque genera compunctionis, quae nos salubria censemus, ita a (...)
  • 47 Althoff G., « Empörung, Tränen, Zerknirschung. Emotionen in der öffentlichen Kommunikation des Mit (...)

21Aux yeux des contemporains, les Danois étaient brutaux et cruels. Les femmes adultères sont immédiatement vendues, les hommes préfèrent être décapités que fouettés. Les larmes et les manifestations de chagrin sont condamnées, nul ne peut pleurer46. C’est là un jugement extrêmement sévère au vu des normes de cette époque. Les larmes, par exemple, constituaient un élément crucial de la vie sociale en Europe occidentale : elles montraient la commisération et la grâce de la charité. Un roi qui pleurait n’était pas inhabituel dans le regnum Francorum47. Mais en marquant ainsi la différence des Vikings, les auteurs mettent en lumière leur altérité et dissimulent leur propre peur.

  • 48 MGH SS rer. Germ. 32, Helmolds Slavenchronik, cap. VII, p. 18 : « Urbes cum civibus, episcopi cum (...)
  • 49 Guénolé A., « Piraticum bellum. Ein möglicher Kulturtransfer in den Gesta Danorum von Saxo Grammat (...)

22Dans les textes de Helmold de Bosau, les Danois sont également sans pitié. « Les villes avec leurs habitants, les évêques avec toutes leurs ouailles furent écrasés, des églises magnifiques incendiées avec la foule des fidèles », écrit-il lorsqu’il raconte l’histoire des raids vikings48. Toutes ces opinions trouvent leurs racines dans la perception que les Scandinaves avaient d’eux-mêmes. Pour Saxo Grammaticus, la piraterie est une part essentielle du mode de vie scandinave. Le raid et la flibuste sont virils, et le plus important des butins est la gloire. L’auteur danois ne parle jamais des guerriers comme des chevaliers, mais comme des marins, et il insiste sur le rapport de la culture danoise avec la mer49.

23Les moines, parce qu’ils transmettaient la connaissance et produisaient aussi un savoir durable, étaient ceux qui conservaient un contact étroit avec les cultures du Nord dans le cadre de la mission. C’est là qu’une zone de conflit se fait voir. La perception des Vikings comme objet de l’effort missionnaire se heurte à leur image de fléau apocalyptique :

  • 50 MGH SS rer. Germ. 2, Adam von Bremen, p. 44 sq. : Et quia vastacio Nortmannorum vel Danorum excedi (...)

« Quand on songe à la cruauté sans bornes des ravages qu’exerçaient Normands et Danois, il peut sembler encore plus étonnant que les saints confesseurs Anschaire et Rimbert, en dépit de si grands dangers encourus sur terre et sur mer, soient allés sans crainte prêcher ces peuples dont ni les rois en armes ni les puissants peuples francs n’avaient pu arrêter l’assaut50. »

24Adam ajoute ensuite que les saints n’existent plus à son époque, que les hommes ne recherchent plus la vérité et qu’il semble incroyable que l’on se rende dans des contrées si lointaines et si dangereuses.

25Cela eut une influence à long terme sur le discours tenu dans les écrits du Moyen Âge qui concernent les Vikings ; des siècles après l’apogée des raids vikings, les auteurs reflètent encore le caractère des Scandinaves.

Les Vikings et la fin des temps

  • 51 Möhring H., Der Weltkaiser der Endzeit. Entstehung, Wandel und Wirkung einer tausendjährigen Weiss (...)
  • 52 Traduction de la citation allemande « den Hufschlag der apokalyptischen Reiter zu vernehmen » (Möh (...)

26Aux alentours de l’an Mil, on pensait dans les monastères assister à l’aube d’une nouvelle ère de l’histoire chrétienne du salut51. On croyait entendre avec le renouveau des raids vikings « le bruit des sabots des cavaliers de l’Apocalypse52 ». Quoique les spécialistes ne pensent pas que cette crainte ait eu des répercussions auprès de la population, elle se retrouve tout de même dans les écrits de l’époque. Depuis le début des années 990, les récits de signes annonciateurs de la fin des temps s’intensifient. En 993, un climat hostile et des phénomènes célestes sont rapportés : d’abord le gel et un froid vif ont entravé la croissance des cultures, puis sont survenues chaleur et sécheresse. Un hiver précoce et neigeux s’installa, d’après les sources écrites, et la mauvaise récolte provoqua une famine.

  • 53 Entre Hambourg et Cuxhaven, dans l’actuel Land de Basse-Saxe [NDT].
  • 54 Même la Vita St. Bernwardi rapporte que l’évêque Bernward d’Hildesheim a fait construire deux chât (...)
  • 55 MGH SS rer. Germ. 2, Adam von Bremen, cap. II/31, p. 92 sq.

27L’année suivante, en 994, une flotte de Vikings, appelés dans les textes saxons Ascomanni, atteignit l’Elbe. Les nobles saxons y vinrent avec leurs troupes et attendirent les envahisseurs, qui avaient laissé leurs bateaux dans la ville de Stade53. Danois et Suédois vainquirent les Saxons après une bataille longue et difficile, et firent prisonniers plusieurs nobles. Leurs raids, tels qu’ils sont rapportés, se portèrent loin dans l’arrière-pays saxon54. L’un des prisonniers, le margrave Siegfried, réussit à s’échapper ; les autres prisonniers furent mutilés et laissés pour morts55.

  • 56 Ibid., p. 93 : Ex quibus erant aliqui nobiles viri, qui postea supervixerunt longo tempore, obprob (...)

« Il se trouva parmi eux des hommes de haute naissance, écrit Adam de Brême, qui survécurent longtemps à ces sévices, offrant l’image de sa honte à l’empire et un bien misérable spectacle au peuple56. »

  • 57 MGH SS rer. Germ. 8, p. 26 : Filii Henrici comitis, Henricus, Udo, Sigiffridus contra pyratas iuss (...)
  • 58 MGH SS rer. Germ. N. S. 9, Thietmar von Merseburg, cap. XXIII-XXV, p. 158 sq.

28Les Annales Hildesheimenses rapportent également une mauvaise récolte pour cette même année, juste à côté de la note suivante : « Henri, Udo et Siegfried, les fils du comte Henri, combattirent les pirates sur ordre de l’empereur57. » Dietmar, évêque de Mersebourg, donne un aperçu détaillé de ce raid viking. Ses trois oncles étaient précisément les susdits Henri (Heinrich), Udo et Siegfried. Le 23 juillet 994, Dietmar écrit qu’ils se sont rendus en bateau à la rencontre des pirates et ont été capturés à cette occasion. L’évêque explique chaque aspect des prises d’otages et des rançons que sa famille dut payer ; il était alors à Magdebourg et s’attendait à servir d’otage garant pour l’un de ses oncles58.

  • 59 Voir MGH SS rer. Germ. N. S. 9, Thietmar von Merseburg, cap. IV/29, p. 167, et ibid., cap. IV/38, (...)
  • 60 RI (Regesta Imperii) II, n. 1256 a.
  • 61 C’est l’un des signes caractéristiques de l’Apocalypse (Ac 2 : 20, « Le soleil se changera en ténè (...)
  • 62 RI II n. 1284 a.
  • 63 Ac 2 : 19 et Jl 2 : 30 (Jl 3 : 3 dans la tob).

29Les attaques scandinaves s’inscrivaient dans une continuité de désastres ; on pouvait donc croire qu’elles étaient naturelles. D’un autre côté, le conflit habituel des Saxons avec leurs voisins orientaux, les peuples slaves, est moins présent dans les textes de cette période, et cela bien qu’il y ait toujours eu des combats sur la frontière de l’est. Arneburg, sur l’Elbe, fut par exemple détruit deux fois dans les années 990 par des attaques slaves59. En 998 encore, on rapporte des apparitions qui effrayèrent les populations. Cette année-là semble se résumer à quelques rares phénomènes naturels : le public fut traumatisé en février par une comète aux rayons rouges, d’après des sources de Saxe et des Pays-Bas60. On dit ainsi qu’elle aurait explosé et serait tombée en miettes sur la Terre ; les textes racontent aussi que la Lune devint rouge61. Au printemps, il y eut un tremblement de terre dans la région des Flandres, en juillet un autre toucha la Saxe depuis l’Elbe jusqu’au delta du Rhin. Des météorites seraient tombées à Magdebourg et sur la rive orientale de l’Elbe62. En 999, le pape mourut, ainsi que l’abbesse Mathilde de Quedlinbourg, fille d’Otton le Grand, qui était un personnage extrêmement important pour la dynastie ottonienne. Tout cela atteignit un pic durant l’an 1000 : divers phénomènes naturels, comme des tremblements de terre et des apparitions de comètes, furent pris pour des signes annonciateurs de l’aube d’un nouveau monde ; là encore, de forts tremblements de terre secouèrent la Saxe et les Pays-Bas. « Du sang, du feu, des colonnes de fumée63 », tels sont dans la Bible les signes que la fin du monde connu est proche. Le salut n’est assuré qu’à ceux qui prient Dieu :

  • 64 Sawyer B. et Sawyer P. H., Die Welt der Wikinger, op. cit., p. 327. Traduit de la citation alleman (...)

« Les clercs, dans de nombreuses parties de l’Europe occidentale, considéraient les attaques vikings comme un jugement de Dieu qu’ils ne cherchaient nullement à minimiser lorsqu’ils décrivaient les destructions causées par les brigands64. »

  • 65 Fraesdorff D., Der barbarische Norden..., op. cit., p. 358.

30La pénitence et la prière étaient les seules réactions possibles aux yeux des contemporains. Au cœur de ces interprétations se trouve une dichotomie géographico-religieuse extrêmement importante, distinguant les païens du Nord et de l’Est et la christianitas65.

Conclusion

31Les sources les plus riches et les plus importantes sur les raids et attaques vikings sont les textes narratifs du haut Moyen Âge. La quasi-totalité de ce que nous savons des Scandinaves de cette époque vient de ce type de source. Tous les travaux portant sur ce sujet reposent sur les récits des contemporains ; mais tous les textes ont-ils été suffisamment critiqués ? Durant les dernières décennies, les spécialistes de l’histoire médiévale ont eu recours aux outils de la Quellenkritik pour déterminer de nouveaux horizons de signification dans les sources les mieux connues ; nous pensons qu’il reste beaucoup à faire.

  • 66 MGH SS rer. Germ. 2, Adam von Bremen, cap. I/26, p. 32.
  • 67 Giese M. (dir.), Die Annales Quedlinburgenses (MGH SS rer. Germ. LXII), Hanovre, Hahn, 2004, p. 74 (...)

32L’observation la plus intéressante concerne l’utilisation des Vikings dans les textes médiévaux comme annonciateurs ou conséquences d’événements funestes. Adam de Brême rapproche même les Suédois de Gog et Magog66, qui occupaient une place certaine dans la cartographie mentale chrétienne du temps. Des premiers récits de raids à la fin du VIIIe siècle jusqu’au début du IIe millénaire, certaines traditions narratives ont évolué ; on a tenté ici de les identifier par un exemple clé. « Le combat contre les ennemis de la communauté chrétienne constitue un fil rouge de l’œuvre, au premier chef le combat contre les païens », écrit Martina Giese au sujet des Annales Quedlinburgenses67. Il est clair que la lutte permanente contre les cultures païennes à l’est et au nord fut constitutive de la société saxonne ancienne. Cela méritait d’être raconté, dans la mesure où le combat contre les ennemis de la chrétienté était l’une des causes les plus honorables que l’on pût embrasser à l’époque. Les modèles narratifs utilisés pour décrire cela étaient hérités de traditions franques plus anciennes, rapportées par les Annales et les œuvres historiographiques. Il était alors considéré comme brave et courageux d’aller évangéliser les hommes du Nord, Adam de Brême, Helmold de Bosau, l’auteur de la Vita d’Anschaire et d’autres en apportent la preuve. Ainsi, en attirant l’attention sur les différences existant entre leur culture et l’autre, ils achevèrent de créer une grande distance culturelle qui existe toujours et trouve un écho dans les médias modernes.

Notes

1 Traduction Frédérique Laget.

2 Sawyer B. et Sawyer P. H., Die Welt der Wikinger, Berlin, Siedler Verlag, 2002, p. 17 : Die Erforschung des mittelalterlichen Skandinavien war und ist immer noch stark von der Deutung seiner frühesten Geschichte beeinflusst, die im 19. Jahrhundert von Politik-, Rechts-und Literaturhistorikern sowie von Archäologen und Anthropologen ausgearbeitet wurde.

3 Fraesdorff D., Der barbarische Norden, Vorstellungen und Fremdheitskategorien bei Rimbert, Thietmar von Merseburg, Adam von Bremen und Helmold von Bosau, Berlin, Akademie Verlag, 2005, p. 9 : [Das] Thema weckt heutzutage zwangsläufig Assoziationen von grausamen Wikingern, die über viele Jahre hinweg europäische Küsten und Landstriche verheerten. Cette conclusion, et l’observation que le retour en force des Vikings a désormais un impact fort, sont elles-mêmes devenues des lieux communs. Presque tous les travaux sur un sujet lié aux Vikings commencent par là.

4 Ce sont surtout des films et des jeux vidéo qui projettent sur les Vikings leurs caractéristiques les plus vendeuses. Parmi les exemples récents, on peut citer Pathfinder (2007), Outlander, le dernier Viking (2008), Le Guerrier silencieux, Valhalla Rising (2009), Vic le Viking (adaptation cinématographique allemande du dessin animé éponyme, 2009), Dragons (2010), Thor (2011), Wickie auf grosser Fahrt (suite de Vic le Viking, 2011). Voir notamment Airlie S., « Visions of the Vikings : Sagas, Cinema, and History », Bak J. M., Jarnut J. et Monnet P. (éd.), Gebrauch und Missbrauch des Mittelalters, 19.-21. Jahrhundert, Munich, W. Fink, 2009, p. 135-143.

5 Quelques exemples d’une littérature souvent tendancieuse sur le plan idéologique : Römisch-Germanische Kommission des Deutschen Archäologischen Instituts, Schleswig-Holsteinischen Landesmuseum für Vor-und Frühgeschichte in Schleswig et Institut für Ur-und Frühgeschichte an der Universität Kiel (dir.), Die Ausgrabungen in Haithabu, Neumünster, 1937 ; Jahnkuhn H., Die Ausgrabungen in Haithabu (1937-1939) : vorläufiger Grabungsbericht, Berlin, 1943 ; Id., Die Ausgrabungen in Haithabu und ihre Bedeutung für die Handelsgeschichte des frühen Mittelalters, Cologne, 1958.

6 Les spécialistes de littérature norroise s’accordent à estimer que les sagas les plus anciennes ont été rédigées à partir du XIIIe siècle. On parle de « sagas tardives » pour celles qui ont été écrites au XIVe siècle. À ce sujet, voir Boyer R., Les sagas islandaises, Paris, Payot, 2007 (1978) [NDT].

7 Sawyer B. et Sawyer P. H., Die Welt der Wikinger, op. cit., p. 25 : « Für das Frühmittelalter sind Historiker auf Informationen aus Quellen angewiesen, die außerhalb von Skandinavien geschrieben wurden » ; Düwel K., Runenkunde, Stuttgart, J. B. Metzler, 2008, p. 95 ; Uecker H., Geschichte der altnordischen Literatur, Stuttgart, Reclam, 2004, p. 62 sq.

8 Fraesdorff D., Der barbarische Norden..., op. cit.

9 Grivas A., Wilde Eroberer zu Wasser und zu Pferd. Wikinger und Reiternomaden in der Wahrnehmung ihrer Zeitgenossen, thèse de doctorat, Graz, 2010.

10 Fraesdorff D., Der barbarische Norden..., op. cit., p. 9.

11 Vogel W., Die Normannen und das Fränkische Reich bis zur Gründung der Normandie (799-911), Heidelberg, C. Winter, 1906, p. 51 ; Cassard J.-C., Le siècle des Vikings en Bretagne, Paris, Éditions Jean-Paul Gisserot, 1996, p. 15-18 ; Id., Vikings en Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 1986.

12 Vogel W., Die Normannen..., op. cit., p. 54 sq.

13 Les Abodrites vivaient alors dans les actuelles régions du Mecklembourg et du Holstein. Leur capitale était l’actuelle Lübeck [NDT].

14 MGH (Monumenta Germaniae Historica) SS rer. Germ. 6, Annales Regni Francorum ad a. 808, p. 125.

15 Fried J., « Um 810. Weshalb die Normannenherrscher für die Franken unvorstellbar waren », Jussen B. (dir.), Die Macht des Königs. Herrschaft in Europa vom Frühmittelalter bis in die Neuzeit, Munich, Beck, 2005, p. 72-82.

16 Le tribut [NDT].

17 MGH SS rer, Germ. 6., Annales Regni Francorum ad. a. 821, p. 156 : « De parte Danorum omnia quieta eo anno fuerunt... »

18 Scharff T., « Reden über den Krieg. Darstellungsformen und Funktionen des Krieges in der Historiographie des Frühmittelalters », Braun M. et Herberichs C. (dir.), Gewalt im Mittelalter. Realitäten – Imaginationen, Munich, W. Fink, 2005, p. 65-80 et p. 82 sq.

19 Boshof E., Ludwig der Fromme, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1996, p. 192 sq. ; Bauduin P., Le Monde franc et les Vikings, VIIIe-Xe siècle, Paris, Albin Michel, 2009, p. 314-319.

20 Vogel W., Die Normannen..., op. cit., p. 87 sq. ; Simek R., Die Wikinger, Munich, Beck, 2000, p. 34 sq. ; Musset L., Les invasions. Le second assaut contre l’Europe chrétienne, VIIe-XIe siècle, Paris, PUF, 1971 (1965).

21 Levison W., England and the Continent in the Eighth Century, Oxford, Clarendon Press, 1946, p. 132 sq.

22 MGH SS rer. Germ. 2, Adam von Bremen, p. 40: Anno domni Rimberti XII. Ludvicus Pius, cesar magnus, obiit. Ipse Boemanos, Sorabos, Susos et ceteros Sclavorum populos ita perdomuit, ut tributarios efficeret. Nortmannos autem federibus ac bellis compressos eo modo retinuit, ut, cum Franciam totam vastaverint, regnum eius vel minime nocuerint. Post mortem vero imperatoris effera barbaries laxis regnabat habenis. La traduction française utilisée est Adam de Brême, Histoire des archevêques de Hambourg avec une Description des îles du Nord, trad. et notes de Brunet-Jailly J.-B., Paris, Gallimard, 1998, p. 52.

23 MGH, op. cit., p. 40 sq. : Tunc Saxonia vastata est a Danis vel Nortmannis, Brun dux occisus cum aliis XII comitibus, Thiadricus et Marcwardus episcopi obtruncati.

24 Ibid., p. 41 : « Tunc piratae Coloniam et Treveros suc cendunt. Aquisgrani palatium stabulum equis suis fecerunt. Mogontia vero propter metum barbarorum instaurari cepit. »

25 McKitterick R., History and Memory in the Carolingian World, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 84 sq.

26 Voir par exemple Liddiard R., Castles in Context. Power, Symbolism and Landscape, 1066 to 1500, Macclesfield, Windgather Press, 2005, p. 22.

27 Sayles G. O., The Medieval Foundations of England, Londres, 1977, p. 87 sq. ; Rudolf Simek (op. cit., p. 28) remarque que la phrase liturgique latine « De furore Normannorum libera nos, Domine » n’est qu’une tradition orale.

28 Forte A., Oram R. D. et Pedersen F., Viking Empires, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 67.

29 Cassard J.-C., Le siècle des Vikings..., op. cit., p. 19-21 [NDT].

30 Hardt M., Gold und Herrschaft. Die Schätze europäischer Könige und Fürsten im ersten Jahrtausend, Berlin, Akademie Verlag, 2004, p. 176, n. 362.

31 Sawyer B. et Sawyer P. H., Die Welt der Wikinger, op. cit., p. 140 sq.

32 Fraesdorff D., Der barbarische Norden..., op. cit., p. 361.

33 Vulgata Jeremia 1 : 14 : « (et dixit Dominus ad me) ab aquilone pandetur malum super omnes habitatores terrae. » Trad. française de la tob, Traduction Œcuménique de la Bible.

34 Sawyer B. et Sawyer P. H., Die Welt der Wikinger, op. cit., p. 238.

35 Ibid., p. 127.

36 Ehlers C., Die Integration Sachsens in das fränkische Reich (751-1024), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2005.

37 Karlsruhe, LB Perg. Aug. 167 (s. IX med.), dit aussi le « Bède de Karlsruhe ».

38 Sawyer B. et Sawyer P. H., Die Welt der Wikinger, op. cit., p. 328; Ó Corráin D., « Ireland, Wales, Man, and the Hebrides », Sawyer P. H. (éd.), The Oxford Illustrated History of the Vikings, Oxford, Oxford University Press, 2001 (1997), p. 93.

39 MGH SS rer. Germ. 32, Helmolds Slavenchronik, cap. IV.

40 MGH, ibid., p. 12: Statuens eandem civitatem metropolim universis borealibus populis...

41 MGH SS rer. Germ. 2, Adam von Bremen, cap. XXI, p. 21: Interea Nortmanni piraticis excursionibus usquequaque degrassati Frisones tributo subiciunt. Eodemque tempore per Rhenum vecti Coloniam obsederunt, per Albiam vero Hammaburg incenderunt. Inclyta civitas tota aut preda aut incendio disperiit. Ibi ecclesia, ibi claustrum, ibi biblioteca summo collecta studio consumpta est. Sanctus Ansgarius, ut scribitur, cum reliquiis sanctorum [martyrum] vix nudus evasit. Excidium Hammaburg hystoria Francorum non tacet, et privilegia Roman orum. Hoc, ut aiunt, factum est anno Ludvici senioris novissimo. Traduction française Adam de Brême, op. cit., p. 43.

42 Fraesdorff D., Der barbarische Norden..., op. cit., p. 9 sq.

43 Ibid., p. 67. Nordliudi et nordalbingi signifient respectivement les « gens du Nord » et « ceux du nord de l’Elbe » [NDT].

44 Littéralement les « hommes aux bateaux ».

45 MGH SS rer. Germ. 2, Adam von Bremen, cap. IV/6, p. 223 : Aurum ibi plurimum, quod raptu congeritur piratico. Ipsi vero pyratae, quos illi Wichingos appellant, nostri Ascomannos, regi Danico tributum solvunt, ut liceat eis predam exercere a barbaris, qui circa hoc mare plurimi abundant. Unde etiam contingit, ut licentia, quam in hostes acceperunt, sepe abutantur in suos ; adeo fide nulla utrique ad invicem sunt, et sine misericordia quisque alterum, mox ut ceperit, in ius famulicii vel socio vendit vel barbaro. Traduction française Adam de Brême, op. cit., p. 198.

46 Ibid. : Nam lacrimas et planctum ceteraque genera compunctionis, quae nos salubria censemus, ita abhominantur Dani, ut nec pro peccatis suis ulli flere liceat nec pro caris defunctis.

47 Althoff G., « Empörung, Tränen, Zerknirschung. Emotionen in der öffentlichen Kommunikation des Mittelalters », Frühmittelalterliche Studien (FMSt), 30, 1996, p. 60-79 ; Id., « Der König weint : rituelle Tränen in öffentlicher Kommunikation », Müller J.-D. (éd.), « Aufführung » und « Schrift » in Mittelalter und früher Neuzeit, Stuttgart, Metzler, 1996, p. 239-252 ; réponse de Dinzelbacher P., Warum weint der König ? Eine Kritik des mediävistischen Panritualismus, Badenweiler, Wissenchaftlicher Verlag Bachmann, 2009.

48 MGH SS rer. Germ. 32, Helmolds Slavenchronik, cap. VII, p. 18 : « Urbes cum civibus, episcopi cum toto grege simul obruti sunt, ecclesiae illustres cum fidelium caterva simul incensae sunt. »

49 Guénolé A., « Piraticum bellum. Ein möglicher Kulturtransfer in den Gesta Danorum von Saxo Grammaticus », Klammt A. et Rossignol S., Mittelalterliche Eliten und Kulturtransfer östlich der Elbe. Interdisziplinäre Beiträge zu Archäologie und Geschichte im mittelalterlichen Ostmitteleuropa, Göttingen, Universitätsverlag Göttingen, 2009, p. 125-150 (p. 128 sq.).

50 MGH SS rer. Germ. 2, Adam von Bremen, p. 44 sq. : Et quia vastacio Nortmannorum vel Danorum excedit omnem crudelitatem, eo plus mirum videri possit, quod sancti confessores Dei Ansgarius et Rimbertus per tanta pericula maris et terrae illas gentes intrepidi adibant vel predicabant, ante quarum impetum nec armati reges aut potentes Francorum populi subsistere poterant. Nunc autem, « quoniam defecit sanctus, quoniam diminutae sunt veritates a filiis hominum », vix possibile credimus nos genus ignavum, quod tecto gaudet et umbra, ut in tam aspero persecutionis tempore, in tam feroci, quae vix hominem vivit, natione, in tam remotissima, inquam, ab nostro mundo regione, quisquam vel apostolus auderet accedere... Traduction française Adam de Brême, op. cit., p. 55-56.

51 Möhring H., Der Weltkaiser der Endzeit. Entstehung, Wandel und Wirkung einer tausendjährigen Weissagung, Stuttgart, Thorbecke, 2000. Les Annales Hildesheimenses indiquent pour l’an Mil : Millesimus annus supercrescens statute computationis numerum, secundum illud quod legitur scriptum : Millesimus exsuperat et transcendit omnia annus.

52 Traduction de la citation allemande « den Hufschlag der apokalyptischen Reiter zu vernehmen » (Möhring H., Der Weltkaiser der Endzeit..., op. cit., p. 11).

53 Entre Hambourg et Cuxhaven, dans l’actuel Land de Basse-Saxe [NDT].

54 Même la Vita St. Bernwardi rapporte que l’évêque Bernward d’Hildesheim a fait construire deux châteaux au nord de son diocèse parce que les raids de pirates effrayaient la population de la cité d’Hildesheim : Sed cum huiusmodi irruptiones sedari nullo modo possent, quippe cum barbari, qui utrumque litus Albiae et naves omnes sua ditione tenebant, navali evectione per omnem Saxoniam facillime se infunderent, vigilantissimus Dei pontifex curam sibi commissae plebis agens, quomodo populum Dei de saevicia barbarorum eriperet, animo fluctuabat Furorem namque sui impetus pene Hildenesheim usque intentabant, et ipsum sanctum locum praedam sibi promittebant. Par la suite, il fit construire le Mundburg et le château de Wahrenholz pour protéger le nord de son territoire (MGH SS IV, Vita Bernwardi, episcopi Hildesheimensis, auctore Thangmaro, cap. VIIf., p. 761).

55 MGH SS rer. Germ. 2, Adam von Bremen, cap. II/31, p. 92 sq.

56 Ibid., p. 93 : Ex quibus erant aliqui nobiles viri, qui postea supervixerunt longo tempore, obprobrium imperio et miserabile spectaculum omni populo. Traduction française Adam de Brême, op. cit., p. 89.

57 MGH SS rer. Germ. 8, p. 26 : Filii Henrici comitis, Henricus, Udo, Sigiffridus contra pyratas iussu imperatoris dimicantes. Voir également les Annales Quedlinburgenses (MGH SS rer. Germ. 72, p. 485) : Heinricus, Sifridus et Udo fratres cum Suis navali praelio dimicantes contra Nordemannos victi sunt et capti. Ex quibus Udo cum plurimis bello occisus occubuit, caeteri cum VII millibus talentorum redemti sunt. Fames etiam hoc annomagna facta est pluribus in locis Saxoniae.

58 MGH SS rer. Germ. N. S. 9, Thietmar von Merseburg, cap. XXIII-XXV, p. 158 sq.

59 Voir MGH SS rer. Germ. N. S. 9, Thietmar von Merseburg, cap. IV/29, p. 167, et ibid., cap. IV/38, p. 174 sq.

60 RI (Regesta Imperii) II, n. 1256 a.

61 C’est l’un des signes caractéristiques de l’Apocalypse (Ac 2 : 20, « Le soleil se changera en ténèbres et la lune en sang »).

62 RI II n. 1284 a.

63 Ac 2 : 19 et Jl 2 : 30 (Jl 3 : 3 dans la tob).

64 Sawyer B. et Sawyer P. H., Die Welt der Wikinger, op. cit., p. 327. Traduit de la citation allemande Geistliche in vielen Teilen Westeuropas hielten die Wikingerangriffe für ein Gottesurteil, das sie nicht zu bagatellisieren suchten, wenn sie die von den Räubern angerichtete Zerstörung schilderten.

65 Fraesdorff D., Der barbarische Norden..., op. cit., p. 358.

66 MGH SS rer. Germ. 2, Adam von Bremen, cap. I/26, p. 32.

67 Giese M. (dir.), Die Annales Quedlinburgenses (MGH SS rer. Germ. LXII), Hanovre, Hahn, 2004, p. 74. Traduit de la citation allemande Wie ein roter Faden zieht sich durch das Werk der Kampf gegen die Feinde der christlichen Gemeinschaft, in erster Linie gegen die Heiden.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540