Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures du Nord

 | 
Éric Schnakenbourg

Troisième partie. Saisir l'humanité septentrionale

La Sibérie et les peuples sibériens dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Siberia and the Siberian people in Diderot and d’Alembert’s Encyclopédie

Marc Belissa

Résumé

The encyclopaedias and dictionaries of the Enlightenment provide an interesting image of the North. They allow us to understand what the general public reading those encyclopaedias during the eighteenth century knew about this part of Europe. Diderot’s Encyclopédie contains several articles concerning Siberia and the Siberians. These articles give us a rather accurate image of Siberia founded on recent sources (see the works of Gmelin). The description of the “savage” peoples from Siberia is to be understood in relation to the Enlightenment debate about human variety and “civilization.”

Texte intégral

  • 1 Duchet M., Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Flammarion, 1971 ; Lotterie F. (...)

1On sait que le XVIIIe siècle est un des moments décisifs de la « découverte » du Nord par les Occidentaux. Les raisons de l’intérêt des États, des explorateurs, des voyageurs et des commerçants sont bien connues. Elles s’insèrent dans la réflexion géopolitique des souverains, dans les débats anthropologiques et ethnologiques des naturalistes et des philosophes, dans le grand mouvement de la « mobilité » et de la « découverte du monde » qui caractérise le siècle des Lumières1.

2Si les récits des voyageurs, les rapports des explorateurs ou des administrateurs, les textes scientifiques destinés aux Académies d’État nous donnent des images importantes de cet intérêt et des réflexions des acteurs « immédiats » de cette « découverte », les encyclopédies, les dictionnaires destinés au « public » ne sont pas moins essentiels pour tenter de comprendre ce que l’homme cultivé et éclairé, mais non spécialiste, pouvait connaître du Nord et des peuples qui l’habitent. Ces discours de vulgarisation, rédigés par des hommes de lettres à partir des sources originales ou de seconde main, peuvent nous renseigner sur la manière dont le « grand public » se représente le Grand Nord et surtout sur la manière dont ces images et ces représentations sont utilisées dans les grands débats philosophiques sur la nature de l’homme, la diversité des groupes humains, sur les rapports de l’homme à son milieu, etc.

  • 2 Belissa M., La Russie mise en Lumières. Représentations et débats autour de la Russie dans la Fran (...)

3Dans le cadre d’un travail plus général consacré aux représentations et aux débats sur la Russie dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, j’ai pu constater que ces discours de vulgarisation – en particulier dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert – donnaient plus de place aux peuples « allogènes » de l’Empire de Russie qu’à ceux de la Russie « historique » proprement dite2. La Sibérie et les Sibériens sont en effet particulièrement présents dans les articles de l’Encyclopédie. Ce sont ces articles que j’entends présenter ici.

4La plupart des articles sur la Sibérie ou contenant une référence à la Sibérie sont dus à la plume du chevalier de Jaucourt ou à celle du baron d’Holbach. Ni l’un, ni l’autre ne s’étant rendus sur place, ils dépendent évidemment de leurs sources. Quelles sont-elles ?

  • 3 Cecere G., « Russia and its “Orient”. Ethnographic Exploration of the Russian Empire in the Age of (...)

5Comme on pouvait s’en douter, il n’y a que très peu de références directes et explicites aux textes utilisés par les auteurs des articles sur la Sibérie. Dans la plupart des cas, les encyclopédistes ne citent pas du tout leurs sources ou bien ne donnent qu’en passant le nom de l’auteur de référence sur le sujet traité, mais parmi les ouvrages les plus cités (plus de 25 occurrences) figurent ceux de Johan Georg Gmelin (1709-1755) dont les comptes rendus d’explorations en Sibérie de 1733 à 1743 sont systématiquement utilisés, en particulier sa Flora Siberica publiée en 1747-1749, ouvrage unique à l’époque, et ses Reisen durch Sibirien (1751). Les sources utilisées par les auteurs sont donc très récentes et fournissent au lecteur des résumés des explorations sibériennes des années 1720-1740. L’histoire de ces expéditions n’est pas mon sujet et je renvoie pour cela à la contribution de Giulia Cecere dans le volume dirigé par Larry Wolff The Anthropology of the Enlightenment, publié en 20073.

6Comment les encyclopédistes rendent-ils compte de ces connaissances nouvelles ?

7Jusque-là, la Sibérie est en effet quasiment inconnue du public en France. Avant les explorations des années 1720, aucun récit de voyage publié en Occident ne mentionne un quelconque itinéraire en Sibérie. Quelques noms de peuples « allogènes » sont cités (les Ostiaks, les Yakoutes, les Toungouzes, les Kalmouks), mais c’est plutôt par ouï-dire. Les récits de chasse et les développements sur le commerce des fourrures forment la quasi-totalité de ce que l’on en dit dans les dictionnaires de géographie.

  • 4 Sur la question de l’énigme du passage du Nord-Ouest, voir Broc N., La géographie des Philosophes. (...)
  • 5 « Mer du sud » [tome] 10/[page] 368. Les articles de l’Encyclopédie cités ci-après seront indiqués (...)

8Après les explorations du Nord de Jacob van Hemmskerk et William Barents à la fin du XVIe siècle, celles entreprises dans les années 1730 par Messerschmidt, Gmelin en Sibérie, puis par l’Académie impériale de Pétersbourg avec Georgi et Pallas, celles de Béring au Kamtchatka à partir de 1725, auxquelles sont associés les frères Delisle, Joseph-Nicolas et Louis, sont révélatrices de l’intérêt nouveau des Européens pour les régions arctiques. Le retour de Joseph-Nicolas Delisle de son poste de directeur de l’Observatoire de Pétersbourg en France en 1747 amène une ample documentation sur ces expéditions et leurs résultats. Il en fait connaître l’essentiel dans un mémoire à l’Académie des sciences de Paris en avril 1750. On assiste alors à une « découverture du Grand Nord » qui s’amplifie dans la décennie 1760, notamment avec la publication des récits de Chappe d’Auteroche. L’Encyclopédie en témoigne largement en donnant à ses lecteurs quelques-uns des résultats de ces expéditions. Elle met également en avant le caractère inachevé de cette découverte, malgré les grands progrès de la cartographie de ces zones mystérieuses4. Plusieurs questions restent en suspens et surtout celle du passage vers l’Amérique à partir de l’Asie et de l’océan Arctique vers la Chine et le Japon, comme le montrent les articles « Glaciale (mer) » et « Mer du Sud5 ».

  • 6 Voir Broc N., La géographie des Philosophes..., op. cit., p. 160 sq.
  • 7 L’Encyclopédie n’est pas la seule à admettre sans réserves les conclusions de Delisle. Le Journal (...)

9Prenant pour argent comptant le rapport de 1750 de Joseph Delisle et les conclusions cartographiques qu’en tire le disciple de son frère aîné, le géographe Philippe Buache, l’Encyclopédie propage ici sans le savoir les erreurs et les interprétations biaisées des deux savants6. L’Académie est d’ailleurs plus prudente que Delisle et l’Encyclopédie7. Pourtant, en 1753, donc bien avant l’écriture et la publication de cet article, un collaborateur de l’Encyclopédie, Robert de Vaugondy (auteur de l’article « Globe »), émet les plus grandes réserves sur les résultats avancés par Delisle. Le bibliothécaire de l’Académie de Pétersbourg, Schumacher, édite également une lettre très critique sur cette question la même année, ainsi que l’explorateur allemand Georg Müller, aboutissant cinq ans plus tard à la publication d’une carte reprenant les découvertes faites par les Russes et contredisant le système Delisle-Buache. On a donc dans cette affaire un bon exemple de mauvaise dépendance des encyclopédistes par rapport à leurs sources.

  • 8 « Kamtchatka », 9/110.
  • 9 « Weigats, détroit de », 17/594.

10On constate un intérêt équivalent pour le Kamtchatka ou la Nouvelle-Zemble. Dans le premier article, Jaucourt évoque l’existence d’un « détroit qui sépare le Kamtchatka du Japon8 ». Dans le second, le même Jaucourt met en valeur la contribution russe à la connaissance du Grand Nord. Cet article, l’un des plus longs consacrés à l’Empire russe, résume ensuite les observations des explorateurs hollandais en 1594-1596 et 1634. L’article « Weigats, détroit de » est également très disert sur les tentatives de contournement par le nord depuis le milieu du XVIe siècle. Jaucourt conclut sur l’inachèvement de ces tentatives et se risque à une envolée d’un lyrisme « sublime » sur les déserts glacés, sur l’héroïsme de ceux qui tentent de les traverser et sur le noble élan qui pousse l’humanité à se dépasser sans cesse sur la voie de la connaissance encyclopédique. L’éloge est particulièrement appuyé en direction des pionniers de la Compagnie anglaise de Moscovie (qui sonne peut-être dans le contexte des années 1763-1765 comme un aveu d’impuissance de la France)9.

  • 10 « Narime » 11/27 ; « Onéga » 11/476.

11Le nombre et la longueur des articles de l’Encyclopédie consacrés au Grand Nord russe sont tout à fait remarquables. Il est vrai que les étendues glacées offrent un tableau plus « intéressant » (au sens des Lumières) pour le lecteur que la description des campagnes russes. Le frisson qu’il éprouve n’est pas seulement dû à la description du froid qui les caractérise, mais aussi et surtout à leur inhumanité supposée. Les « déserts10 » horrifient, mais aussi fascinent les contemporains. Le « sublime » alors n’est jamais loin, comme dans l’article « Zones glaciales » dans lequel Jaucourt, citant le poète anglais James Thomson (1700-1748), décrit le Grand Nord sibérien comme le lieu de la nuit, du désert et de l’exil des déportés :

  • 11 « Zones glaciales » 17/731.

« Là le Russe exilé dans des prisons sans bornes, erre arrêté par la main de la nature qui s’oppose à sa fuite. Rien ne s’offre à sa vue que des déserts ensevelis dans la neige, des bois qui en sont surchargés, des lacs gelés, & dans le lointain, de rustiques habitans, qui ne savent des nouvelles du genre humain, que quand les caravanes dans leurs courses annuelles tournent vers la côte dorée du riche Cathay11. »

12Le Grand Nord n’est pas seulement « sublime », il est aussi une leçon de la Raison sur la diversité naturelle : le milieu ne ressemble en rien « aux régions de la zone tempérée ».

  • 12 « Jakutsk » 8/436.
  • 13 « Sibérie » 15/154.

13Sans surprise, la description des régions ou des villes sibériennes renvoie toujours aux froids extrêmes. Ainsi, « Jakutsk » est une « ville de Sibérie sur les bords du grand fleuve de Lena qui va se jeter dans la mer glaciale. Il y règne un froid extraordinaire, & la terre y est toujours gelée jusqu’à une très-grande profondeur. Les habitans déposent leur provision de poisson & de viande dans leurs caves, où étant gelées, elles se conservent très-longtems. Les environs de cette ville sont très-stériles à cause du froid qui y règne12... » L’article « Sibérie » est plus laconique et remarque que le régime des vents du Nord et l’effet « couloir » de la plaine renforcent le froid dans cette région13.

14La description du milieu naturel est complétée par celle des « curiosités » minérales, végétales et animales propres à l’espace sibérien selon les encyclopédistes. La plupart de ces articles sont de Daubenton ou du baron d’Holbach. Il est inutile ici de développer ce point. Disons simplement pour résumer que, paradoxalement, les articles qui traitent des milieux naturels, de la flore et de la faune de l’Empire russe ne parlent quasiment pas de la partie « européenne » de l’empire mais s’étendent très largement sur le Grand Nord sibérien, dont les descriptions bénéficient des récits d’explorations récentes. La Russie sibérienne « sauvage » est plus visible que la Russie d’Europe.

15L’immensité de l’empire est-elle pensée comme un obstacle à sa « civilisation » ? Le milieu naturel inhospitalier oppose-t-il une barrière au progrès ? L’immensité est bien évidemment constatée, mais aucun article de l’Encyclopédie ne tranche vraiment. Certes, les articles sur la Nouvelle-Zemble ou les mentions de la Sibérie septentrionale sont plus catégoriques : le milieu naturel est inhumain et aucune force ne peut surmonter cet obstacle, mais pour le reste de l’empire, l’immensité n’est pas affirmée comme un écueil infranchissable, pas plus que ne le sont le froid et les conditions climatiques extrêmes, sauf, là encore, en Nouvelle-Zemble et en Sibérie septentrionale. Au contraire, la Sibérie centrale et méridionale semble receler des potentialités agricoles immenses, et les articles de l’Encyclopédie affirment que le gibier, le poisson, les productions locales foisonnent, formant la base d’une colonisation importante.

  • 14 Voir notamment Benot Y., « Deleyre de l’Histoire des Voyages à l’Histoire des Deux-Indes », Dix-Hu (...)
  • 15 « Laponie », 9/287.

16Ces milieux sont habités par des peuples étranges aux mœurs « sauvages ». Parmi les très nombreuses mentions de ces peuples « allogènes », les plus longuement décrits sont les « Ostiaks » ou « Ostiaques » (deux articles différents) et les « Samoyèdes ». On sait que les préjugés sur les peuples lapon, samoyède, sibérien, kamtchadale, etc. sont particulièrement marqués dans la littérature des Lumières. Dans l’Essai sur les mœurs, Voltaire considère les peuples du Nord comme encore plus « sauvages » que les Indiens d’Amérique. Ils représentent le degré zéro de l’humanité et de la civilité. Yves Bénot et Siep Sturmann ont montré que, dans les années 1770-1780, quelques voix comme celle de Deleyre ou d’Anquetil-Dupeyron rejettent ces préjugés entièrement défavorables14, mais dans l’Encyclopédie il n’y a encore presque aucun élément positif dans la description des peuples du Nord, si ce n’est que leur « découverte » permet de repousser les limites de la connaissance de la sphère naturelle et de renforcer l’idée de la variabilité au sein du genre humain15.

17Leur aspect physique est invariablement présenté comme hideux et quasi inhumain. Regroupant les Lapons, les Zembliens, les Samoyèdes et les Tartares septentrionaux dans une même catégorie, Diderot écrit :

  • 16 « Humaine espèce », 8/348.

« On croiroit que c’est une race d’hommes dégénérée, d’une petite stature & d’une figure bisarre. Ils ont tous le visage large & plat, le nez camus & épaté, l’iris de l’œil jaune, brun & tirant sur le noir, les paupières retirées vers les tempes ; les joues très-élevées, la bouche grande, le bas du visage étroit, les lèvres épaisses, la voix grêle, la tête grosse, les cheveux noirs & lissés, la peau basanée & couleur d’olive foncée. Ils sont petits, trapus & maigres : la plupart n’ont que quatre piés de hauteur, les plus grands que quatre piés & demi. Les femmes sont aussi laides que les hommes ; leurs mamelles sont très-considérables ; elles en ont le bout noir comme du charbon : des voyageurs disent qu’elles n’ont de poil que sur la tête, & qu’elles ne sont pas sujetes à l’évacuation périodique16. »

  • 17 « Ostiaques », 11/692.
  • 18 « Samoyèdes », 14/603.
  • 19 « Zemble nouvelle », 17/699.

18Jaucourt reprend les mêmes topoi : les Ostiaques sont « petits et mal faits17 », chez les Samoyèdes « les hommes & les femmes n’ont de poil que sur la tête ; le mamelon est d’un noir d’ébeine18 ». Quant aux habitants de la Nouvelle-Zemble, le milieu inhospitalier n’abrite qu’une humanité « revêtue de la forme la plus grossière » et qui n’est « qu’à demi animée19 ».

  • 20 Les Tartares sont plus volontiers qualifiés de « barbares » que de « sauvages », terme réservé aux (...)
  • 21 « Jurtes ou Jurti », 9/84.
  • 22 « Yokola », 17/671.

19Le mode de vie de ces peuples est indifféremment qualifié de « barbare » ou de « sauvage20 ». L’absence de villes, d’agriculture permanente, d’activités autres que celles qui sont liées à la subsistance, une culture matérielle et un habitat « grossiers21 », une nourriture sans apprêts22 et le nomadisme dessinent une humanité minimale, sans Histoire, qui n’a même pas pour elle l’attrait du « bon sauvage » américain ou polynésien, emblématique d’une nature humaine saine, forte et belle, et parfois choisi comme porte-parole philosophique contre les préjugés occidentaux. Surtout, les « superstitions » et la « stupidité » de ces peuples païens – même quand ils se disent mahométans ou convertis au christianisme – les disqualifient par rapport aux « sauvages » américains ou polynésiens prétendument adeptes de la religion naturelle que l’on retrouve dans une partie de la littérature des Lumières. L’idée que les peuples du Nord n’ont pas du tout de « religion » revient comme un leitmotiv.

20Chaque peuple décrit est ainsi affublé de son lot de mœurs étranges et de « superstitions » ridicules. Les « Jakutes » font

  • 23 « Jakutes », 8/436.

« des sacrifices aux dieux & aux diables ; ils consistent à jeter du lait de jument dans un grand feu, & à égorger des chevaux & des brebis qu’ils mangent, en buvant de l’eau-de-vie jusqu’à perdre la raison. Ils n’ont d’autres prêtres que des schamans, espèces de sorciers en qui ils ont beaucoup de foi, qui les trompent par une infinité de tours & de supercheries, par lesquels il n’y a qu’une nation aussi grossière qui puisse être séduite. [...] Un usage bien étrange des Jakutes, c’est que, lorsqu’une femme est accouchée, le père de l’enfant s’approprie l’arrière-faix & le mange avec ses amis qu’il invite à un régal si extraordinaire23 ».

21Leur langue est si peu humaine « que leur façon de parler ressemble au bruit que font les oies. » Les Kamtschadali

« se vétissent de peaux de zibelines, de loups, de rennes & de chiens ; en hiver ils demeurent sous terre, & en été ils habitent dans des cabanes fort élevées, où ils montent par des échelles. Ils se nourrissent de divers animaux & de poissons, qu’ils mangent souvent cruds & gelés. L’hyver ils font des fosses où ils mettent le poisson en magasin, & le couvrent d’herbes & de terre. Ils en vont prendre pour leurs repas lors même qu’ils sont pourris ; ils les mettent dans des vases, où ils jettent des pierres rougies au feu pour les faire cuire. Ils ont parmi eux des magiciens, qu’ils nomment schamans. On ne leur connoît aucun culte ».

22L’article « Ostiaks » permet de poser la question de l’origine et de la persistance des « superstitions » et de l’idolâtrie. Les Ostiaks sont « comme les premiers hommes chasseurs, pasteurs & pêcheurs »,

  • 24 « Ostiaks », 11/692.

« les uns sans religion, parce qu’ils ne sont pas rassemblés ; les autres qui composent des hordes, ayant une espèce de culte, faisant des vœux au principal objet de leurs besoins ; ils adorent une peau de mouton, parce que rien ne leur est plus nécessaire que ce bétail ; de même que les anciens Égyptiens agriculteurs choisissoient un bœuf, pour adorer dans l’emblème de cet animal la divinité qui l’a fait naître pour l’homme. Les Ostiaks ont aussi d’autres idoles, dont ni l’origine, ni le culte ne méritent pas plus notre attention que leurs adorateurs. On a fait chez eux quelques chrétiens vers l’an 1712. Ceux-là sont chrétiens comme nos paysans les plus grossiers, sans savoir ce qu’ils sont24 ».

23L’article doublon « Ostiaques » renforce encore la sauvagerie supposée de ce peuple :

  • 25 « Ostiaques », 11/692.

« Ils vivent de poisson ou de viande crue ; ils mangent la chair de toutes les espèces d’animaux sans aucun apprêt ; ils boivent plus volontiers du sang que de l’eau ; ils sont idolâtres, & errans comme les Lapons & les Samoyèdes. Ils ne veulent pour femmes que des filles qui ont eu commerce avec d’autres hommes, & c. Cet exposé n’est qu’un échantillon des usages & de la stupidité de ce peuple25. »

24L’article « Samoyèdes » est, lui aussi, disert sur les étrangetés du mode de vie et des croyances des peuples du Nord. On y décrit leurs occupations, leur habillement, leur habitat, leurs modes de locomotion, leur façon de chasser et évidemment leurs « superstitions » choquantes, telle la croyance dans les « magiciens » ou leurs rites funéraires.

25L’article « Sibérie » résume tous ces topoi. Une fois encore, ce sont les habitants de la Nouvelle-Zemble qui s’approchent le plus du néant des sens, des passions et donc de la société des hommes :

  • 26 « Zemble nouvelle », 17/699.

« Cette race brute, retirée dans des caveaux, à l’abri de la saison terrible de l’hiver, prend une triste nourriture près d’un feu languissant, & sommeille entourée de fourrures. Ces êtres infortunés ne respirent ni la tendresse, ni les chants, ni le badinage ; ils ne connoissent dans la nature que des ours leurs alliés, qui errent au dehors de leurs tanières, jusqu’à ce qu’enfin un jour ressemblant à l’aurore, jette un long crépuscule sur leurs champs, & appelle à la chasse ces sauvages armés de leur arc26. »

26Ils ont pour toute religion une sorte d’adoration toute minimale du soleil et de la lune.

  • 27 « Tchukotskoi », 15/950.
  • 28 « Kamtchatka », 9/110 ; « Kurili », 9/139.

27Les peuples sibériens sont volontiers classés par l’Encyclopédie en fonction de leurs rapports politiques ou commerciaux avec les Russes et avec le stade auquel ils se trouvent dans le processus de colonisation et/ou de christianisation. Tout d’abord, les peuples qualifiés « d’indépendants » comme les « Tchukotskoi27 » de Sibérie sont invariablement présentés comme encore plus sauvages et inhumains que les autres groupes de population du Nord. A contrario, les « Kurilis », regardés comme une colonie des Japonais, sont réputés « moins barbares que les autres28 » ; c’est peut-être la raison pour laquelle ils ne payent pas de tribut au tsar.

  • 29 « Barabinsi », 2/67 ; « Bratski », 2/406 ; « Burattes », 2/464 ; « Czeremitzes », 4/608 ; « Jakute (...)
  • 30 « Ilimsk », 8/554.
  • 31 « Ziranni », 17/718.
  • 32 « Jakutes », 8/436 ; « Tumen », 16/743.

28Un deuxième groupe est celui des peuples dits « tributaires », qui subissent l’occupation militaire de leur territoire par le biais de la construction de forteresses et l’établissement de garnisons pour les contrôler29. Certains de ces territoires sont suffisamment sûrs pour être intégrés dans les structures administratives : c’est le cas par exemple de celui des Toungouses, réputé relever du « gouverneur d’Irkusk30 ». À l’inverse, les « Ziranni31 », bien que tributaires, « n’ont pour le civil ni gouverneurs, ni vaïvodes ; mais ils sont pour le spirituel de l’Église grecque. » Les tributs payés aux Russes sont essentiellement des fourrures, notamment de zibelines32, qui entrent dans le circuit du commerce dirigé ou contrôlé par le tsar.

  • 33 « Sibérie », 15/154.
  • 34 « Ostiaques », 11/692.
  • 35 « Samoyèdes », 14/604.
  • 36 « Sibérie », 15/154.

29Le processus de colonisation du Nord et de l’Est de l’empire n’apparaît jamais, et à juste titre, comme un plan systématique des tsars. Au contraire, quand on fait référence à cette histoire, il s’agit presque toujours de récits mettant en valeur les initiatives individuelles de marchands ou de spéculateurs attirés par l’appât du gain. Ainsi, l’article « Sibérie » renvoie les premiers contacts commerciaux avec les Samoyèdes à l’action d’un marchand d’Arkhangelsk sous le règne d’Ivan IV en 156333. Les administrateurs, les envoyés du tsar et les militaires ne viennent qu’ensuite pour récolter leur part du butin et imposer une christianisation superficielle et le joug théorique de l’autocratie sur les régions « conquises ». C’est alors que l’on construit des forteresses, que l’on y met des garnisons et enfin que l’on nomme des gouverneurs et un métropolitain. Bien avant l’Histoire politique et philosophique des Deux-Indes, l’Encyclopédie est pour le moins sceptique sur les possibilités réelles de colonisation et de « civilisation » des peuples allogènes par les « Moscovites ». En tout cas, on ne relève aucun enthousiasme, même pour l’action supposée ou réelle de Pierre le Grand en la matière34. Ainsi, l’article « Samoyèdes » compare négativement la conquête espagnole de l’Amérique et celle de la Russie en Sibérie et conclut comme Voltaire : « Un cosaque fut envoyé dans le pays en 1595, & le conquit pour les czars avec quelques soldats & quelqu’artillerie, comme Cortez subjugua le Mexique ; mais il ne conquit que des déserts35. » La christianisation est toujours un échec : c’est en vain que l’on cherche à établir la vraie religion chez ces peuples « qui mêlent toujours dans leurs enchantemens, les noms de leurs idoles, avec ce que le Christianisme a de plus respectable. » L’article « Sibérie » évoque également de manière plutôt négative la transformation de cette étendue immense et vierge en bagne36. La construction de la ville de Tobolsk, l’urbanisation autour des garnisons, le peuplement russe et le développement du commerce des pelleteries par l’imposition de tributs aux populations indigènes ne balancent pas cette introduction du despotisme dans les étendues glacées sibériennes.

30Malgré les préjugés très défavorables aux peuples du Nord, le discours encyclopédique n’est pas « raciste » au sens propre du terme. La « sauvagerie », la « barbarie », voire la « stupidité » proclamée des « superstitions » des peuples allogènes ne sont pas expliquées comme le fruit d’un fixisme biologique, mais comme celui d’un milieu extrême, peu propice au peuplement humain. Les Samoyèdes sont, certes, un peuple extrême dans ses différences avec l’humanité européenne, mais ils sont bien une « variété » à l’intérieur d’un genre humain unique, certes hiérarchisé selon le degré de « civilisation ».

  • 37 Minuti R., « Barbarie moscovite et idée de civilisation dans les Lettres chinoises de Boyer d’Arge (...)
  • 38 Sur l’impossibilité de « civiliser » par la christianisation, voir les réflexions du médecin portu (...)

31Cette « sauvagerie » des Sibériens influe-t-elle sur les Russes d’Europe, dont on a vu qu’ils étaient eux-mêmes catalogués depuis le XVIe siècle comme « barbares » dans les écrits des voyageurs et des commentateurs ? De toute évidence, une partie de l’opinion des Lumières, et donc des auteurs de l’Encyclopédie, pense en effet que l’immensité de l’empire et les peuples qui le composent sont des facteurs clés du « retard russe ». L’idée avait été développée dans les Lettres juives de Boyer d’Argens37 : la « barbarie moscovite » était largement liée à « l’abrutissement » des peuples asiatiques de l’empire. C’est l’une des raisons pour lesquelles la colonisation de la Sibérie est un processus qui suscite une grande méfiance de la part de l’Encyclopédie : comment les « barbares moscovites » pourraient-ils civiliser les « sauvages sibériens » ? Le fait que Pierre le Grand soit présenté comme à l’origine de la propagation de la « religion grecque » chez certains de ces peuples n’emporte d’ailleurs pas l’adhésion des encyclopédistes. Tout au plus note-t-on que l’on en a christianisé très superficiellement quelques-uns sous son règne, mais sans rien changer à leurs mœurs38.

  • 39 « Humaine Espèce », 8/345.

32Y a-t-il dans l’Encyclopédie, malgré toutes ces considérations largement négatives sur la « barbarie » des peuples allogènes, quelques remarques élogieuses sur leur mode de vie frugal et libre ? On aurait pu penser que les peuples libres subissant la colonisation d’un régime « despotique » et « byzantin » (donc « corrompu », car l’image dominante de Byzance pour les Lumières est celle de la corruption du monde antique) auraient pu susciter la sympathie de quelques commentateurs éclairés. Selon la typologie de Montesquieu, les peuples du Nord sont censés, en effet, être viscéralement attachés à la liberté et posséder des mœurs sinon « pures », du moins non dégénérées par le pouvoir absolu. Or il faut bien dire que ces mentions favorables sont très peu nombreuses. Certes, on remarque presque toujours leur bravoure et leur habileté, mais on va rarement plus loin dans la louange. Diderot remarque la robustesse des peuples sibériens, qui sont rarement malades à l’exception de la cécité provoquée par la réverbération sur la neige39. Seul Jaucourt fait une courte apologie de la simplicité des mœurs des Samoyèdes :

  • 40 « Samoyèdes », 14/603.

« On n’entend parler chez eux, ni de larcins, ni de meurtres ; étant presque sans passions, ils sont sans injustice. Il n’y a aucun terme dans leur langue, pour exprimer le vice & la vertu. Leur extrême simplicité ne leur a pas encore permis de former des notions abstraites ; le sentiment seul les dirige ; & c’est peut-être une preuve incontestable, que les hommes aiment la justice par instinct, quand leurs passions funestes ne les aveuglent pas40. »

33D’ailleurs, ils préfèrent leur mode de vie simple et rude à celui des Russes « occidentalisés ».

Conclusion

34La longueur des articles sur la Sibérie et ses peuples montre le goût des contemporains pour ces espaces « intéressants » et pour les peuples « étranges » et inconnus de l’Empire russe. Les encyclopédistes utilisent les sources les plus récentes à leur disposition et donnent, somme toute, à leurs lecteurs une image assez fidèle des connaissances sur l’espace sibérien. L’exception de taille est l’engagement de l’Encyclopédie en faveur du « système » Buache-Delisle alors même qu’il est critiqué par une bonne partie des géographes du temps, mais l’Encyclopédie n’est pas la seule à s’être appuyée sur l’autorité de Delisle...

35La description des peuples sibériens s’insère dans le débat des Lumières sur la variabilité humaine et sur la dialectique sauvagerie/civilisation. Comme les Lapons étudiés par Éric Schnakenbourg, mais avec d’autres thématiques, les Sibériens forment une humanité particulière, aux mœurs aussi étranges que barbares. On ne trouve presque pas de réflexions positives les concernant. Ils constituent un des ensembles humains les plus proches de la « sauvagerie » et ce n’est pas la colonisation russe qui semble pouvoir y remédier. Les encyclopédistes sont très peu enthousiastes vis-à-vis de la civilisation de ces « sauvages » par des Russes, eux-mêmes fort « barbares ». La présence des peuples « asiatiques », « barbares », « sauvages » de la Sibérie pèse d’ailleurs sur l’avenir de la Russie. Le « retard » russe est accentué par le « poids » paradoxal que représente l’empire : il est à la fois un énorme potentiel humain et une masse allogène, étrangère au processus de « civilisation » à l’œuvre en Europe.

Notes

1 Duchet M., Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Flammarion, 1971 ; Lotterie F. et McMahon D. M. (éd.), Les Lumières européennes dans leurs relations avec les autres grandes cultures et religions, Paris, Honoré Champion, 2002 ; Binoche B. (dir.), Les équivoques de la civilisation, Paris, Seyssel, Champ Vallon, 2005 ; Wolff L. et Cipolloni M. (dir.), The Anthropology of the Enlightenment, Stanford, University Press, 2008.

2 Belissa M., La Russie mise en Lumières. Représentations et débats autour de la Russie dans la France du XVIIIe siècle, Paris, Kimé, 2010. Les pages qui suivent sont une mise en forme résumée et abrégée de certains passages de cet ouvrage.

3 Cecere G., « Russia and its “Orient”. Ethnographic Exploration of the Russian Empire in the Age of Enlightenment », dans Wolff L. et Cipolloni M. (dir.), The Anthropology of the Enlightenment, op. cit., p. 185-208.

4 Sur la question de l’énigme du passage du Nord-Ouest, voir Broc N., La géographie des Philosophes. Géographes et voyageurs français aux XVIIIe siècle, Paris, Ophrys, 1972, p. 150 sq.

5 « Mer du sud » [tome] 10/[page] 368. Les articles de l’Encyclopédie cités ci-après seront indiqués de manière identique : numéro du tome suivi du numéro de la page.

6 Voir Broc N., La géographie des Philosophes..., op. cit., p. 160 sq.

7 L’Encyclopédie n’est pas la seule à admettre sans réserves les conclusions de Delisle. Le Journal de Trévoux est aussi enthousiaste par exemple, Idem, p. 163.

8 « Kamtchatka », 9/110.

9 « Weigats, détroit de », 17/594.

10 « Narime » 11/27 ; « Onéga » 11/476.

11 « Zones glaciales » 17/731.

12 « Jakutsk » 8/436.

13 « Sibérie » 15/154.

14 Voir notamment Benot Y., « Deleyre de l’Histoire des Voyages à l’Histoire des Deux-Indes », Dix-Huitième Siècle, 25, 1993, repris dans « Deleyre de l’Histoire des Voyages à l’Histoire des Deux-Indes », Desné R. et Dorigny M. (dir.), Les Lumières, l’esclavage, la colonisation, Paris, La Découverte, 2005, p. 173-187 et Stuurman S., « Cosmopolitan Egalitarism in the Enlightenment : Anquetil-Duperron on India and America », dans Journal of the History of Ideas, 68, 2, avril 2007, p. 255-278.

15 « Laponie », 9/287.

16 « Humaine espèce », 8/348.

17 « Ostiaques », 11/692.

18 « Samoyèdes », 14/603.

19 « Zemble nouvelle », 17/699.

20 Les Tartares sont plus volontiers qualifiés de « barbares » que de « sauvages », terme réservé aux peuples sibériens septentrionaux.

21 « Jurtes ou Jurti », 9/84.

22 « Yokola », 17/671.

23 « Jakutes », 8/436.

24 « Ostiaks », 11/692.

25 « Ostiaques », 11/692.

26 « Zemble nouvelle », 17/699.

27 « Tchukotskoi », 15/950.

28 « Kamtchatka », 9/110 ; « Kurili », 9/139.

29 « Barabinsi », 2/67 ; « Bratski », 2/406 ; « Burattes », 2/464 ; « Czeremitzes », 4/608 ; « Jakutes », 8/436 ; « Nerzinskoi », 11/105 ; « Samoyèdes », 14/603 ; « Toungous », 16/407 ; « Wogulitzi, ou Wogultzoi, ou Wogulitzes », 17/629.

30 « Ilimsk », 8/554.

31 « Ziranni », 17/718.

32 « Jakutes », 8/436 ; « Tumen », 16/743.

33 « Sibérie », 15/154.

34 « Ostiaques », 11/692.

35 « Samoyèdes », 14/604.

36 « Sibérie », 15/154.

37 Minuti R., « Barbarie moscovite et idée de civilisation dans les Lettres chinoises de Boyer d’Argens », dans Wolff L. et Karp S., Le Mirage russe au XVIIIe siècle, Ferney-Voltaire, centre international d’études du XVIIIe siècle, 2001, p. 135-148.

38 Sur l’impossibilité de « civiliser » par la christianisation, voir les réflexions du médecin portugais Ribeiro Sanches, proche de Golitsyn, dans Dulac G., « Quelques exemples de transferts européens du concept de civilisation (1765-1780) », dans Binoche B. (dir.), Les équivoques de la civilisation, op. cit., p. 126.

39 « Humaine Espèce », 8/345.

40 « Samoyèdes », 14/603.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540