Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures du Nord

 | 
Éric Schnakenbourg

Troisième partie. Saisir l'humanité septentrionale

Humanité des marges et marge de l’humanité : la figure du Lapon dans le paysage anthropologique du XVIIIe siècle

Humans of the Borders and the Borders of Humanity: the Figure of the Laplander in the Anthropological Landscape of the Eighteenth Century

Éric Schnakenbourg

Résumé

Lapland was almost unknown in Western Europe until the second half of the seventeenth century. In France, this area and its inhabitants were the subjects of two books which were published in the 1670s, and several others in the second quarter of the eighteenth century. These studies were the roots of a description of the Laplanders who were represented as deformed, superstitious, cowardly, and debauched. With this pejorative image, these people integrated the anthropological reflection which was taking place at that time into the general context: first, of investigation about the hierarchy of humankind and, secondly, of the maturation of the notion of human races. That is why the Laplanders were used as a special feature in the scholarly reflection on the variety of mankind and in the discussions about the single or the multiple origins of Man. From the middle of the eighteenth century onwards, the way of considering the Laplanders began to change, as they were gradually seen with numerous virtues, and thus became increasingly closer to the Noble Savage. In the general context of the Enlightenment, which included a reflection on the organisation of mankind, the Laplanders became symbolic of a specific feature of alterity, in the same way as the recently-discovered inhabitants of other continents.

Texte intégral

  • 1 Introduction à la philosophie ou de la connoissance de Dieu et de soi-mesme, Paris, 1722, p. 45.

« Imaginer l’homme, c’est s’en représenter un de grande ou de petite taille, blanc ou basané1. »
Bossuet

1Dans la préface de l’Histoire de la Laponie de Johan Scheffer qui paraît en 1678, le traducteur prévient :

  • 2 Scheffer Johan, Histoire de la Laponie, sa description, l’origine, les mœurs, la manière de vivre (...)

« On verra dans cette Histoire des singularitez si extraordinaires qu’il sera difficile de ne pas s’imaginer que Monsieur Scheffer ne nous ait plûtost donné une description d’un nouveau monde, qu’une relation d’une partie de notre Continent2. »

2Près d’un siècle plus tard, Jacques-Philibert Rousselot de Surgy consacre un volume à la Laponie dans la compilation de voyages qu’il publie. Alors qu’il avait averti que son ouvrage ne traiterait pas de l’Europe, il se justifie :

  • 3 Rousselot de Surgy Jacques-Philibert, Mélanges intéressants et curieux ou Abrégé d’histoire nature (...)

« Nous avons cru devoir nous écarter de cette règle en faveur de la Laponie. Ce pays offre des productions si différentes de celles des autres contrées [de l’Europe] ; ses habitants encore plongés, pour la plupart, dans les ténèbres de l’idolatrie, sont si remarquables par leurs mœurs, leurs façons de vivre & leurs usages qu’il nous a semblé que cette description concourait sûrement à nos vues3. »

  • 4 Abulafia D., The Discovery of Mankind. Atlantic Encounters in the Age of Columbus, New Haven/Londr (...)
  • 5 Le terme anthropologie est utilisé ici dans le sens choisi par Michèle Duchet comme « l’ensemble [ (...)
  • 6 Pelus M.-L., « Un des aspects de la naissance d’une conscience européenne : la Russie vue d’Europe (...)
  • 7 Mornay Philippe de, De la vérité de la religion chrestienne, contre les athées, épicuriens, payens (...)

3Avec le désenclavement planétaire qui commence à la fin du Moyen Âge, la carte du monde s’élargit et va en se complexifiant à mesure qu’elle découvre la diversité humaine. Les Européens, se prenant comme référence, lisent le paysage humain qui s’ouvre devant eux, observant et évaluant « le reste ». La « question de l’Autre », qui se pose avant la découverte de l’Amérique, est davantage la « question des autres ». Depuis le Moyen Âge en effet, ceux qui ne sont pas chrétiens ne sont pas confondus dans une altérité unique, puisque au-delà du Levant ou de l’Afrique du Nord, habités par des hommes différents, se déroule tout un espace que l’on imagine peuplé de créatures partiellement humaines4. La multiplication des contacts avec d’autres mondes, spectaculaires, par les navires voguant vers l’Amérique, l’Afrique ou l’Asie, par ses effets sur le commerce et sur les rivalités entre États, par les questionnements anthropologiques qu’elle ne manque pas de susciter5, fait oublier que certains espaces européens sont également concernés par la dynamique occidentale des « Découvertes ». Les confins du continent européen commencent à sortir de l’ombre et ne sont pas moins la scène d’une expérience de l’altérité que ne l’est le monde supposé nouveau, comme l’ont montré en particulier plusieurs travaux sur les représentations de la Moscovie aux XVIe et XVIIe siècles6. L’ouverture sur les habitants des espaces coloniaux imprègne le regard posé sur certaines régions européennes. Une lecture historicisante rejette les populations des espaces périphériques au-delà du seuil de la civilisation, à l’image des peuples qui viennent d’être découverts. Le théologien protestant Philippe de Mornay définit ainsi une marge faite « [des] extremitez de nos peuples, Irlande, partie d’Escosse, Lapponie, Groenland [qui] sont comme sauvages, aussi le sont les extremes Colonies des Indes occidentales », ajoutant : « Si les Indiens Occidentaux conquerans sur nous, comme nous sur eux, eussent abordé premièrement en Irlande, ou en Escosse ou en Groenland, ils eussent peu dire de nous ce que nous d’eux7. »

  • 8 Voir les illustrations de Theodor de Bry dans l’édition de 1590 de Thomas Hariot, A Briefe and Tru (...)
  • 9 Sebastiani S., « Progrès et race dans l’Écosse du XVIIIe siècle : les polygénistes Lors Kames et J (...)
  • 10 Schaub J.-F., Oroonoko, prince et esclave. Roman colonial de l’incertitude, Paris, Seuil, 2008, p. (...)

4Ce n’est pas qu’une vue de l’esprit, puisqu’il existe des gravures assimilant les Pictes d’Écosse aux Indiens d’Amérique dans l’Angleterre du XVIe siècle8. Le dénigrement des peuples périphériques perdure à la fin du XVIIIe siècle sous la plume de l’historien écossais John Pinkerton, qui affirme que les Celtes étaient à l’origine absolument dépourvus d’esprit9. Parallèlement, l’étiolement de l’idée selon laquelle l’administration du baptême est la condition nécessaire et suffisante pour révéler l’humanité de tous ceux qui ont forme humaine, prépare la maturation de la notion de race par l’inscription indélébile des qualités et des défauts propres à chaque groupe de population10. C’est dans ce contexte général que se produit la rencontre avec la Laponie et ses habitants qui, s’ils ne sont pas inconnus au milieu du XVIIe siècle, demeurent ignorés et méconnus.

  • 11 Duchet M., Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, op. cit., p. 26 et Wolff L., « Discov (...)
  • 12 En suédois, Lapon se dit lapp, qui signifie également « loque » ou « chiffon ». Lapon est par cons (...)

5Dans son ouvrage devenu classique, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, paru pour la première fois en 1971, Michèle Duchet soulignait l’attention portée à l’espèce humaine dans son ensemble par les intellectuels du XVIIIe siècle. Leur lecture ordonnée du monde façonne un paysage humain qui s’organise autour de deux pôles principaux : le civilisé et le sauvage. Le second est une figure rhétorique représentant un stade primitif de l’humanité qui permet aux Européens d’estimer leurs progrès, mais il peut aussi, tout au contraire, être érigé en modèle pour souligner la corruption des sociétés civilisées11. De ce double point de vue, l’intérêt pour la Laponie ne relève pas seulement de la curiosité savante, mais s’inscrit dans une réflexion nourrie par le mouvement général d’interrogation et d’élargissement de la connaissance sur l’Homme. C’est à ce titre que Voltaire, repris intégralement par Jaucourt dans l’article « Laponie » de l’Encyclopédie, justifie l’intérêt que représente l’étude des Lapons12 :

  • 13 Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations, t. 2, Paris, Classiques Garnier, 1963, p. 1 (...)

« [Ils sont] une nouvelle espèce d’hommes qui se présentait à nous, tandis que l’Amérique, l’Asie, et l’Afrique, nous en faisaient voir tant d’autres. La sphère de la nature s’élargissait pour nous de tous côtés, et c’est par là seulement que la Laponie mérite notre attention13. »

6La connaissance des Lapons participe de la lecture générale de l’humanité et devient un champ d’expérimentation, et d’opposition, de théories anthropologiques. Dès lors, au-delà des connaissances factuelles apportées par les descriptions des voyageurs, le Lapon devient un objet discursif convoqué dans une large réflexion qui porte sur la sauvagerie, le rapport au milieu naturel ou encore les races humaines ; et il devient un argument, aussi bien qu’un contre-argument, dans le débat sur la théorie des climats ou sur le polygénisme. Leur exotisme insère les Lapons dans une philosophie de l’homme et de l’histoire qui hiérarchise les êtres humains à rebours depuis l’étalon de l’Occidental civilisé vivant dans les climats tempérés de l’Europe. C’est dans ce contexte que les Lapons, incarnation d’une certaine facette de l’humanité, intègrent le cercle de la réflexion anthropologique et prennent place dans une vision cohérente du monde et de la diversité humaine.

  • 14 Munster Sebastian, La cosmographie universelle, contenant la situation de toutes les parties du mo (...)
  • 15 Delort R. (éd.), La Moscovie du XVIe siècle vue par un ambassadeur occidental, Herberstein, Paris, (...)
  • 16 Le titre complet est Voyage des païs septentrionaux, dans lequel se void les mœurs, manière de viv (...)
  • 17 Chartier R. et Martin H.-J. (dir.), Histoire de l’édition française, t. 2 : Le livre triomphant 16 (...)
  • 18 la Mottraye Aubry de, Voyages du Sr. A. de la Motraye en Europe, Asie & Afrique, vol. 2, La Haye, (...)
  • 19 Chouillet A.-M., « Rôle de la presse périodique de langue française dans la diffusion des informat (...)

7Même si l’on croise des Lapons dans la littérature du XVIe siècle chez le cosmographe Sebastien Munster14 ou chez Sigmund von Herberstein15, les premiers ouvrages qui se penchent réellement sur eux datent des années 1670. Il y a d’abord, en 1671, le récit de Martin de La Martinière, Voyage des païs septentrionaux...16, qui est un véritable succès avec une vingtaine d’éditions en français, anglais, allemand, hollandais et italien en quarante ans ; puis l’Histoire de Laponie de l’humaniste strasbourgeois Johan Scheffer, publiée en latin en 1673 et traduite en français en 1678. La Martinière et Scheffer restent des références sur le Nord jusqu’au milieu du XVIIIe siècle. Mais à ce moment-là, les régions septentrionales de l’Europe dans leur ensemble sont l’objet d’un nouvel intérêt, comme l’atteste la multiplication des récits de voyage les concernant17. Parmi ces publications, plusieurs concernent la Laponie : La Mottraye (1727), Regnard (1731), Maupertuis (1738 et 1748), Outhier (1744)18. L’expédition de Maupertuis, en 1736-1737, contribue grandement à faire connaître l’existence de la Laponie auprès du public français. Le Journal des Savants, La Gazette de France, Le Mercure de France se font l’écho de ce voyage en publiant les relations de ses participants19. À partir du milieu du XVIIIe siècle, la Laponie intègre plus largement toute la littérature de seconde main (compilations de voyages, livres de géographie, dictionnaires et encyclopédies), diffusant un discours duquel se dégage une description du physique et des mœurs sous-tendue par une singularisation des Lapons qui les distingue radicalement des Européens et de la société dans laquelle ils vivent. Cette mise à distance est le fondement d’une réflexion sur la race. Elle postule la cohérence des considérations esthétiques, des qualités intellectuelles et des jugements moraux pour déterminer la place des Lapons dans le paysage de l’humanité. Enfin, le regard occidental qui crée la figure du Lapon n’est ni univoque, ni immuable puisque, dans les dernières décennies du XVIIIe siècle, les jugements dépréciatifs commencent à laisser la place à une vision authentiquement curieuse, voire idéalisée, du monde lapon.

Les Pygmées du Nord : portrait physique et moral des Lapons

8L’une des plus anciennes évocations des Lapons en langue française se trouve dans un texte du milieu du XVe siècle, Le livre de la description des pays de Gilles le Bouvier. Il évoque une des contrées du royaume de Suède qui a

  • 20 le Bouvier Gilles, Le livre de la description des pays, Hamy Ernest-Théodore (éd.), Paris, E. Lero (...)

« [de] petites gens qui n’ont que deux piés de grant au plus et habitant en terre. Et quant on va en leur païs ilz s’enfuient et se boutent en terre quant ilz voient les grans gens20 ».

  • 21 Seaver K., « “Pygmies” of the Far North », Journal of World History, 2008, vol. 19, no 1, p. 76.
  • 22 Regnard Jean-François, Voyage en Laponie, Paris, Éditions 10/18, 1963, p. 108 et 174.
  • 23 « Les Lappons sont les plus petits hommes du septentrion. Ils sont laids & courbez, lâches, craint (...)
  • 24 Maupertuis estime que l’exagération de la petite taille des Lapons est un effet du « penchant qu’o (...)
  • 25 Linné Carl von, Voyage en Laponie, Paris, La Différence, 2002, p. 208 ; également Scheffer J., His (...)
  • 26 « Le froid resserre, rapetisse et réduit à un moindre volume toutes les productions de la Nature, (...)

9La petite taille des Lapons est la première de leurs caractéristiques. Elle rejoint une tradition ancienne, dont l’origine remonte à l’Histoire naturelle de Pline, faisant des peuples inconnus du Nord des êtres contrefaits21. Avec l’arrivée des témoins directs, le portrait des Lapons s’étoffe. Jean-François Regnard en livre une description détaillée à l’issue de son séjour dans le Nord en 1681. Il dit avoir porté une grande attention à observer ses habitants « depuis la tête jusqu’aux pieds » et donne un avis tranché : « Ces hommes sont faits tout autrement que les autres », avec leur petite taille, leur visage plat et leurs petits yeux qui leur font une figure « propre à faire rire », pour des hommes et des femmes qui sont « extrêmement laids22 ». De manière implicite, il arrive que les difformités des Lapons soient associées aux défauts qui sont supposés les caractériser, comme dans le dictionnaire de Moreri23. Au début du XVIIIe siècle, le sillon descriptif du physique des Lapons est tracé et ne connaît guère de modification par la suite, même si certains auteurs apportent des nuances sur leur taille et sur l’agrément des femmes24. Comme Scheffer un demi-siècle avant lui, le botaniste Carl von Linné fait du froid la cause première de la stature réduite des habitants du Nord. Pour illustrer son raisonnement, il prend une comparaison simple : « Si on laisse un chiot à la chaleur il devient grand, mais au froid, petit25. » Ce type d’explication, que l’on trouve également chez Buffon, illustre l’influence prépondérante des conditions naturelles dans une analogie entre la croissance des animaux et des végétaux, et celle des hommes26.

  • 27 Staszak J.-F., La géographie d’avant la géographie : le climat chez Aristote et Hippocrate, Paris, (...)
  • 28 Bodin Jean, Les six livres de la République, livre cinquième, Paris, Fayard, 1986, p. 13.
  • 29 Brot Muriel, « La couleur des hommes dans L’Histoire des deux Indes », dans L’idée de « race » dan (...)
  • 30 Leclerc de Buffon G.-L., « Histoire naturelle de l’homme », Œuvres, op. cit., p. 405. Comme cet ou (...)
  • 31 Leclerc de Buffon G.-L., « Histoire naturelle de l’homme », Œuvres, op. cit., p. 352, 378 et 405.
  • 32 « En s’éloignant de l’équateur, la couleur des peuples s’éclaircit par nuances ; elle est encore f (...)

10Les caractéristiques physiques des Lapons sont interprétées à l’aune de la longue tradition de la théorie des climats venue d’Hippocrate, qui connaît une nouvelle vigueur à partir du XVIe siècle, comme principe central d’interprétation des caractéristiques humaines27. Elle permet de disposer d’un schéma explicatif global grâce auquel il devient possible de comprendre l’aspect des habitants du Grand Nord soumis à des conditions climatiques rigoureuses. Ainsi, Jean Bodin fait du climat la cause principale de la couleur des peuples septentrionaux qui sont « petits, maigres, et basannez de froid28 ». Cette explication du teint des Lapons est encore la plus couramment avancée au XVIIIe siècle. Elle s’intègre à une réflexion générale sur les causes des différentes couleurs de la peau humaine qui connaît un nouvel intérêt à la suite de la publication en 1741 de la Dissertation sur la cause physique de la couleur des nègres, de la qualité de leurs cheveux, et de la dégénération de l’un et de l’autre par le médecin Pierre Barrère. Cet ouvrage est symptomatique de la remise en cause de l’influence des conditions climatiques sur la couleur des Noirs par des considérations davantage médicales29. Mais ce n’est pas le cas pour les Lapons et les hommes du Nord en général, puisque l’on trouve encore, chez Buffon notamment, l’hypothèse qu’il puisse y avoir des Groenlandais aussi noirs que les Africains30. Partant du principe que deux causes opposées produisent le même effet, le naturaliste considère que les morsures du froid et les brûlures de la chaleur font également brunir la peau. Cette explication doit être replacée dans le cadre de sa conception générale des différences entre les hommes. Buffon assure que la couleur naturelle de l’homme, c’est-à-dire celle de la race originelle, est le blanc tel qu’on peut le trouver entre le 40e et le 50e degré de l’hémisphère nord, ce qui correspond à l’Europe. Selon lui, la dégradation des capacités physiques et intellectuelles, comme le brunissement de la peau, sont des dégénérescences au regard du modèle européen31. Cet ordonnancement de l’humanité se retrouve dans l’Encyclopédie, qui postule une évolution « par nuances » de la couleur de la peau à mesure que la chaleur devient moins brûlante et moins permanente32. Dans cette logique, les Lapons, simplement basanés, seraient en position intermédiaire entre les Européens blancs et les Esquimaux noirs.

  • 33 Home Kames Henry, Sketches of the History of Man, Édimbourg, Creech, 1774, p. 10-14. Le rejet de l (...)
  • 34 Pauw Cornelius de, Recherches philosophiques sur les Américains ou mémoires intéressants pour serv (...)
  • 35 Coxe William, Voyage en Pologne, Russie, Suède, Danemarck, Genève, Barde, Manget & compagnie, 1786 (...)
  • 36 Bodin assure « [qu’] il y a plus de sorciers en Norvège & Livonie & autres parties septentrionales (...)

11L’incohérence de la subordination du physique des Lapons aux conditions de leur environnement éclate à la faveur de la remise en cause générale de la théorie des climats. Le philosophe écossais Kames, entre autres, dénonce les assertions de Buffon concernant les effets du froid sur la taille et la peau des Lapons33. Cornelius de Pauw qualifie quant à lui de fable l’existence « des Éthiopiens septentrionaux ». S’il considère bien que la chaleur reste la principale cause des variations de la couleur de la peau, il attribue le teint des peuples du Nord à la fumée permanente de leurs cabanes et à la graisse dont ils s’enduisent le visage34. L’expérience des voyageurs montre également qu’à l’évidence les effets du froid ne sauraient expliquer le contraste entre le physique des Scandinaves et celui de leurs voisins septentrionaux, « le géant norvégien & le nain lapon » selon le voyageur anglais William Coxe qui se rend dans le Nord en 1770. Il ajoute par ailleurs que les Norvégiens des montagnes et les Islandais qui vivent sous un climat aussi froid que celui des Lapons n’ont ni la même taille, ni la même couleur, ni le même tempérament35. À ce titre, ces hommes du Septentrion sont irréductibles à une vision ordonnée du rapport entre la couleur de peau et le climat, et mettent en échec la construction d’une cohérence anthropologique assise sur un discours à portée universelle expliquant la variation des caractéristiques humaines en fonction de leur milieu. La question de la couleur de la peau a un enjeu qui dépasse les simples interrogations physiologiques. Dans un long héritage venu de saint Thomas en particulier, le blanc et le noir sont signifiants. Aux XVe et XVIe siècles, l’association persistante de la noirceur du teint au diable renforce la conviction selon laquelle le Nord est placé sous l’empreinte satanique36. Le discrédit de l’apparence des Lapons pave la voie aux descriptions dévalorisantes de leurs comportements et de leurs coutumes.

« Considérations sur les Mœurs, le caractère et le Commerce des Lappons37 »

  • 37 Titre d’un article publié dans le Journal Étranger, juin 1757, p. 141-162.
  • 38 « Leur superstition vient de ce qu’ils demeurent dans un païs affreux, au milieu des foréts, parmi (...)
  • 39 Brosses Charles de, Culte des Dieux fétiches, s. l., 1760, p. 61.
  • 40 Encyclopédie, « Idole, Idolatre, Idolâtrie » (8/504) par Voltaire, « Magie » (9/852) par Polier du (...)
  • 41 Il s’agit des articles « Baive » (2/23), « Jumala » (9/57), « Seyta » (15/139) et « Stoor-Junkare  (...)

12Les capacités intellectuelles réputées limitées des Lapons font écho à leur infériorité physique et expliquent l’existence de l’indissociable triptyque religion-idolâtrie-magie. À la suite de Scheffer, les voyageurs s’accordent à expliquer la persistance des superstitions lapones par l’incurie des pasteurs, par la crédulité naturelle des esprits faibles et surtout par le mode de vie nomade38. Ils relèvent également le paganisme des Lapons, confondant l’animisme et le chamanisme avec le polythéisme. Dès les premiers écrits des années 1670 de La Martinière ou de Scheffer, la réputation des Lapons est faite. Ainsi, lorsqu’un siècle plus tard le président de Brosses fait son tour d’horizon des pratiques fétichistes, il évoque les peuples du Grand Nord, Lapons et Samoyèdes, sans toutefois s’y attarder, au motif que leur attachement aux pierres, aux troncs d’arbres et aux talismans est « trop connu pour en faire ici le détail39 ». Les Lapons acquièrent dans ce domaine une valeur emblématique, expliquant qu’on les retrouve dans les articles de l’Encyclopédie « Idole, Idolâtre, Idolâtrie », « Magie » et « Sorcellerie », rédigés par trois contributeurs différents40. Mais les quatre entrées spécifiquement consacrées à la religion des Lapons font apparaître, à côté de pratiques jugées erronées, une religion des forces de la nature41. Les superstitions lapones évoquées dans l’Encyclopédie sont envisagées dans une perspective à la fois géographique et historique. La religion lapone est marquée du double sceau de l’altérité dans l’espace et dans le temps : la localisation polaire et le recours à des pratiques incompatibles avec l’usage de la raison, reliquats de stades primitifs de l’humanité absolument extérieurs à l’Europe des Lumières. De ce fait, la crédulité, fille de la stupidité, présentée comme le soubassement nécessaire et suffisant des pratiques magiques, relègue la Laponie et ses habitants à la marge du continent.

  • 42 Diop D., « La mise à l’épreuve d’un régime de véridiction sur “la paresse et la négligence des nèg (...)
  • 43 Regnard J.-F., Voyage en Laponie, op. cit., p. 162. Linné remarque également que le Lapon « reste (...)
  • 44 Le Journal Étranger évoque « l’aversion que les Lappons ont pour l’agriculture. Car un Lappon ne s (...)
  • 45 Leclerc de Buffon Georges-Louis, Histoire naturelle, générale et particulière, supplément, t. 5, 1 (...)

13Cette extériorité est entretenue et confortée par deux autres traits supposés caractériser les Lapons. Le premier est une profonde aversion pour le travail et l’effort, qui les distingue des vigoureux Scandinaves pour les rapprocher de populations extra-européennes, que ce soit les Indiens d’Amérique ou les Noirs d’Afrique42. Regnard observe que les Lapons sont « naturellement lâches et paresseux, et qu’il n’y a que la faim et la nécessité qui les chassent de leur cabane et les obligent à travailler. » Leur torpeur générale n’est pas due aux effets du climat hivernal, car ils sont « aussi fainéants pendant l’été qu’ils le sont pendant l’hiver43 ». Le refus du travail en général, et l’aversion pour l’agriculture en particulier, sont illustrés par la répugnance des Lapons à essayer de tirer profit des terres labourables et des pâturages de leur pays44. L’attitude des Lapons est particulièrement stigmatisante dans le contexte d’une vision utilitariste de la nature incarnée par la place dévolue à l’agriculture dans le mouvement physiocrate. L’agriculture inscrit l’homme dans la dynamique du progrès car, sous l’effet de son travail, la terre entre dans le cercle vertueux de la production. En revanche, ceux qui vivent dans une nature brute sont dans un mouvement inverse : ils prélèvent sans édifier et usent sans renouveler. Ce rapport à la nature distingue l’homme européen des diverses nations sauvages d’Amérique ou d’Afrique, auxquelles peuvent s’adjoindre les Lapons. Les premiers ont une emprise sur leur milieu par leur génie et leur travail, et manifestent ce que Montesquieu et Buffon estiment être « l’empreinte de la puissance de l’homme45 » ; les seconds, manquant de courage ou d’intelligence, demeurent passifs et sont condamnés à subir un environnement dont ils expliquent les mystères, non par la raison et le savoir, mais par des croyances erronées.

  • 46 Condorcet Nicolas de, Essai d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, Paris, Flammar (...)

14Dans une perspective de progression des peuples, les Lapons se limitent aux premiers stades de la chasse et de l’élevage, ne pratiquant guère l’agriculture ou le commerce. Bloqués dans leur développement, ils ne sont pas aspirés par la spirale vertueuse de la civilisation et du raffinement, comme le sont d’autres peuples européens. À tous ces égards, ils sont hors de la civilisation, réduits à une misère dans laquelle ils se complaisent et dont ils sont les principaux responsables. Au-delà de la question de la maîtrise des techniques agricoles, à travers la dénonciation de la paresse ce sont bien deux postures qui s’opposent : la « perfectibilité indéfinie de l’espèce humaine » animée par l’élan du progrès de Condorcet46, face à la complaisance dans la stagnation.

  • 47 Medeiros F. de, L’Occident et l’Afrique..., op. cit., p. 150-152 ; Ragon P., Les amours indiennes (...)
  • 48 Delort R. (éd.), La Moscovie du XVIe siècle, op. cit., p. 223.
  • 49 « Je ne crois pas même qu’il y ait un mot dans leur langue pour exprimer celui de cocu », « quand (...)
  • 50 Wåhlberg M., « L’anthropologie des Lumières et le mythe de l’hospitalité lapone », Studies on Volt (...)
  • 51 Pauw C. de, Recherches philosophiques sur les Américains..., op. cit., t. 1, p. 228.
  • 52 Faessel S., « Entre tradition et modernité : la femme dans l’idylle polynésienne » et « Éros aux c (...)
  • 53 Wåhlberg M., « L’anthropologie des Lumières... », art. cité, p. 286-291.

15La seconde grande caractéristique contribuant à la mise à distance des Lapons est celle dite de l’hospitalité des femmes. Le discours sur la sexualité débridée et désordonnée est fréquent chez les auteurs qui décrivent des populations étrangères. Dès le Moyen Âge, les Éthiopiens et les Orientaux sont réputés être incestueux ; au XVIe siècle, les écrivains espagnols mettent en scène les amours indiennes des conquistadores, alors que Bougainville, de passage en Polynésie à la fin des années 1760, relate les relations sexuelles des Européens avec les Tahitiennes47. Les Lapons n’échappent pas à ce poncif dès les premiers écrits dont ils sont l’objet. Herberstein signale qu’ils laissent volontiers leurs femmes avec les marchands étrangers lorsqu’ils partent à la chasse. Si à leur retour leur épouse est « heureuse et plus contente que d’habitude », l’étranger est récompensé, sinon il est chassé « honteusement48 ». Regnard joue un rôle décisif dans la construction du mythe des Lapones licencieuses. Il affirme que leurs époux ne sont pas jaloux, et qu’ils sont même flattés qu’un étranger honore leurs femmes et leurs filles49. Ces affirmations, destinées au public français, doivent être replacées dans le contexte du développement d’un courant de littérature libertine à partir de la fin du XVIIe siècle50. Il n’empêche que Regnard fonde un stéréotype qui a la vie particulièrement longue. Près d’un siècle plus tard, Cornelius de Pauw ajoute une autre explication de la frivolité des Lapones. Considérant que si la jalousie outrée caractérise les hommes des pays chauds, il estime normal que ceux des climats froids ne l’éprouvent pas. Selon lui, les Lapons, conscients de leurs propres carences et de leur infériorité par rapport aux étrangers, voient dans le métissage la seule solution pour améliorer leur race51. La légende de la lascivité des Lapones telle qu’elle se diffuse à partir du récit de Regnard n’est toutefois pas du même ordre que son équivalent de la fin du XVIIIe siècle qui met en scène les Tahitiennes car, en l’occurrence, il n’y a pas d’idylle52. Par ailleurs, à la différence des femmes des pays chauds, la concupiscence des Lapones n’est pas liée à la nudité au moins partielle de leur corps, mais répond à l’élan intérieur de leur nature profonde. La finalité de la relation sexuelle est double pour les Lapons : pour les hommes, c’est une sorte d’adoubement de la femme par un Européen, duquel elle retire plus de valeur et d’attractivité aux yeux de ses compatriotes ; pour les femmes, elle est un moyen d’apaiser leurs ardeurs ce dont, visiblement, les Lapons ne sont pas capables. Ainsi, la question de la sexualité permet de mettre en lumière trois éléments de la supériorité des Européens sur les Lapons : pour les hommes, la pure performance sexuelle ; pour les femmes, la maîtrise de leurs élans naturels ; pour les sociétés européennes, des mœurs bien plus civilisées. Le crédit qui est accordé à la réputation de frivolité des Lapones est entretenu par la correspondance de Maupertuis, qui connaît une large diffusion, d’autant plus qu’après le retour du scientifique deux Lapones arrivent à Paris et connaissent une certaine renommée53.

  • 54 Scheffer J., Histoire de la Laponie, op. cit., p. 274 et 275. Sur la base de ces deux pages nous n (...)
  • 55 La Mottraye A. de, Voyages du Sr. A. de la Motraye en Europe, Asie et Afrique, vol. 2, op. cit., p (...)
  • 56 Vaissete Jean Joseph, Géographie historique, ecclésiastique et civile, Paris, 1755, t. 1, p. 96 ; (...)
  • 57 Leclerc de Buffon G.-L., « Histoire naturelle de l’homme », Œuvres, op. cit., p. 310 et Voltaire, (...)
  • 58 Encyclopédie, « Russie » (14/442) ; « Virginité » (17/328).

16Cependant, certaines sources rendent un compte différent de la sexualité des Lapons. Scheffer n’envisage le consentement des maris aux relations intimes de leurs femmes avec les étrangers que comme une hypothèse des temps très anciens, et affirme que les Lapons sont extrêmement jaloux54. La Mottraye signale simplement que les femmes de Laponie sont « aussi chaudes au moins que dans le Midi ou en Orient, on pourrait aller bien loin si on poussait sa pointe avec elle », mais il ajoute qu’« elles sont fidèles à ceux que l’amour leur a donné pour mari55 ». En dehors de ces témoignages, la littérature de seconde main remet également en cause la lubricité des Lapones, affirmant que, si les femmes du Grand Nord sont par tempérament portées à la débauche, l’adultère comme le divorce demeurent rares56. Mais le mythe de l’hospitalité lapone persiste dans d’autres ouvrages du XVIIIe siècle, en particulier chez Buffon dans l’Histoire naturelle de l’homme, et dans l’Histoire de l’empire de Russie sous Pierre le Grand de Voltaire57. Or, comme ces deux ouvrages figurent parmi les sources utilisées par Jaucourt, il n’est pas surprenant de voir la lubricité des Lapones ressortir des articles « Russie » et « Virginité » de l’Encyclopédie58. La pérennité du mythe de l’hospitalité lapone relève bien d’un choix parmi les sources disponibles sur la Laponie. Il s’explique par son insertion dans un système général du rapport des Européens aux femmes des pays qu’ils découvrent, comme l’a bien montré Elsa Dorlin. Il repose sur une double base, d’abord sur la prise de conscience par les Lapons de leur laideur et de la chance qu’ils ont de pouvoir améliorer leur race par le métissage des étrangers ; ensuite

  • 59 Dorlin E., La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Paris, (...)

« un processus de dévirilisation [qui] participe de l’infériorisation de ces hommes, selon une technique politique – à la fois discursive et pratique – qui use du rapport de genre et de la sexualité pour produire et figurer le pouvoir59 ».

  • 60 Ragon P., Les amours indiennes..., op. cit., p. 159 et Belleau J.-P., « Love in the Time of Hierar (...)
  • 61 Jahan S., Le corps des Lumières. Émancipation de l’individu ou nouvelles servitudes ?, Paris, Beli (...)

17Mais on peut ajouter que, comme pour la description de la sexualité des Indiennes, des Éthiopiennes, des femmes du Caucase, du Moyen-Orient ou des Antilles, la frivolité des Lapones est une marque qui authentifie leur exotisme selon un procédé déjà en usage dans la littérature gréco-latine60. L’imaginaire de la luxure inscrit les Lapons dans une sexualité dominée par les sens, au cœur d’un siècle des Lumières qui cherche à fonder une norme dans ce domaine61.

18Les descriptions du physique et des mœurs des Lapons se conjuguent dans un discours cohérent de relégation pour caractériser l’altérité de ce peuple septentrional à partir d’observations réelles, exagérées ou supposées. Mais à côté du spectacle, existe toute une parole dans laquelle les Lapons deviennent une figure, un archétype convoqué dans une perspective qui dépasse celle du voyageur ou du lecteur curieux, pour prendre sens une fois replacée dans le cadre plus général du paysage humain et de la réflexion anthropologique.

Au-delà du Lapon : la question des races

19Dans ses Mémoires, Louis Henri de Loménie de Brienne évoque le portrait des Lapons qu’il a brossé devant la reine et les dames de la cour en 1660. Il les décrit comme « difformes » et « laids », constituant

  • 62 Mémoires de Louis-Henri de Loménie, op. cit., t. 1, p. 331.

« une république de Pygmées, ou plutôt de singes parlants, dont les femmes sont moins gentilles que vos guenons et qui, couvertes de leurs peaux de rennes, sont assez semblables à des ours. Elles n’ont rien d’humain que la voix62 »...

  • 63 « Nouvelle division de la Terre par les différentes especes ou races d’hommes qui l’habitent, envo (...)
  • 64 Boulle P., « François Bernier and the origins of the modern concept of race », The Color of Libert (...)
  • 65 La description physique des Lapons faite par Bernier n’a rien de très original : « Ce sont des pet (...)
  • 66 Mémoires de Louis-Henri de Loménie Brienne, op. cit., t. 1, p. 336.
  • 67 Regnard J.-F., Voyage en Laponie, op. cit., p. 109 et 174. La position intermédiaire des Lapons en (...)
  • 68 Nordmann C., « L’expédition de Maupertuis et de Celsius en Laponie », Cahiers d’histoire mondiale, (...)

20Ce qui n’est alors que l’expression d’une sensation prend quelques années plus tard une consistance plus théorique avec le texte anonyme intitulé « Nouvelle division de la Terre par les différentes espèces ou races d’hommes qui l’habitent », paru en 1684 dans le Journal des Savants. Son auteur est le voyageur et écrivain François Bernier, le premier à utiliser en français le terme de « race » dans son acception moderne63. Il procède à une division des hommes non pas dans le cadre de territoires naturels ou politiques, mais selon des critères physiques et de couleur de peau64. Il existe selon lui quatre ou cinq races : l’européenne, l’africaine, l’asiatique et la lapone, mais il hésite à faire des Américains une espèce propre. Même s’il ne l’écrit pas explicitement, Bernier suggère une hiérarchie des races qui place les Lapons en dernière position. Il fonde son propos à leur sujet sur des rapports que lui ont fait des voyageurs qui se sont rendus dans le Nord et sur deux individus qu’il a pu observer à Dantzig, pour conclure qu’ils sont « de vilains animaux65 ». Cette affirmation reflète un doute sur la pleine place des Lapons au sein de l’humanité en termes de capacités et de dignité. Le corps des Lapons, petit, laid et contrefait, les situe dans une marge nébuleuse de l’humanité. L’expression « petits bouts d’hommes66 » utilisée par Brienne peut être entendue au sens propre, des individus de petite taille, comme au sens figuré d’une humanité partielle. Regnard va plus loin encore : avec son observation de « cette petite machine [qui] semble remuer par ressorts », il renvoie à l’hypothèse de l’animal-machine de Descartes. Le pas est franchi lorsque l’auteur achève la description de « ce petit animal » en concluant « qu’il n’y en a point, après le singe, qui approche plus de l’homme67 ». Ce type de jugement catégorique se retrouve encore au début du XVIIIe siècle, chez l’académicien Pierre Charles Le Monnier qui accompagne Maupertuis en Laponie en 1736-1737. Dans une de ses lettres reproduites dans le Mercure de France, il évoque la figure « fort grotesque des Lapons [qui] diffère assez de la forme humaine68 ».

  • 69 Boulle P., « François Bernier and the origins of the modern concept of race », art. cité, p. 19.
  • 70 C’est le cas en particulier pour les peuples Noirs, comme chez Fontenelle : « [L’Afrique] vous env (...)
  • 71 Hudson N., « From “Nation” to “Race” : The Origin of Racial Classification in Eighteenth-Century T (...)
  • 72 Voir par exemple la représentation très anthropomorphe de « L’ourang outang sive homo silvestris » (...)
  • 73 Tinland F., L’homme sauvage, homo ferus et homo sylvestris. De l’animal à l’homme, Paris, Payot, 1 (...)
  • 74 « On se demande aussi si les fils de Noé, ou plutôt cet homme unique dont ils sont eux-mêmes issus (...)
  • 75 Encyclopédie, « Homme » (8/260) par Diderot ; « Laponie » (9/287) et « Pygmées » (13/592) par Jauc (...)

21La mise en question de l’humanité des Lapons doit être replacée dans le contexte de la réflexion anthropologique qui se renouvelle à partir de la fin du XVIIe siècle. Il y a, d’une part, l’incubation de l’idée de race, avec la diffusion de nouvelles observations biologiques postulant des différences endogènes fondamentales entre les Hommes69. D’autre part, l’idée d’une chaîne interrompue des êtres mise à l’épreuve de la découverte des grands singes ouvre un temps d’interrogations sur les limites inférieures de l’espèce humaine et de confusion de certaines populations avec les primates70. Si l’objet de cette réflexion concerne tout particulièrement les Noirs dans le contexte du développement de l’esclavage, elle est aussi le signe d’une amplification de la stigmatisation générale qui englobe l’ensemble des non-Européens. L’intégration de l’homme dans le système général de la nature, comme chez Linné, participe d’un mouvement qui remet en cause l’idée selon laquelle l’homme constitue une espèce absolument isolée71. La porosité de la frontière entre les hommes et les animaux ressort de l’iconographie représentant les grands singes, mais aussi d’études scientifiques72. Celle qui a le plus de retentissement au XVIIIe siècle est l’œuvre d’Edward Tyson qui publie en 1699 Orang-Outang, sive Homo Sylvestris : or, the Anatomy of a Pygmie Compared with that of a Monkey, an Ape, and a Man, par laquelle il cherche à démontrer que le chimpanzé qu’il dissèque est le lien manquant entre l’homme et le monde animal. Il choisit d’appeler ce singe « Pygmée », faisant de ce qualificatif, qui a déjà une dimension fabuleuse, un mélange d’humain et d’inhumain selon une tradition ancienne73. Depuis l’Antiquité en effet, les Pygmées désignent les habitants des confins du monde qui côtoient d’autres êtres fantastiques et monstrueux à l’humanité ambiguë. Saint Augustin s’est interrogé sur la nature humaine des Pygmées, ouvrant ainsi une voie empruntée par bien des écrivains du Moyen Âge au XVIIe siècle, qu’ils soient encyclopédistes ou voyageurs74. Or, il est fréquent que les Lapons, comme d’autres peuples du Nord, soient associés aux Pygmées en raison de leur petite taille qui leur vaut de figurer dans deux articles de l’Encyclopédie comme exemple des variations des corps humains75. Les Lapons, emblématiques des peuples de la zone dite glaciale, marquent la borne septentrionale de l’humanité, comme ceux de la ligne, c’est-à-dire de l’équateur, en sont la limite méridionale. Ils incarnent tous deux les termes de déclinaisons des physiques, des capacités intellectuelles et morales du parangon de l’humanité qui se trouve dans l’Europe occidentale tempérée, ce que Buffon appelle

  • 76 Leclerc de Buffon G.-L., « Histoire naturelle de l’homme », Œuvres, op. cit., p. 405.

« le modèle ou l’unité à laquelle il faut rapporter toutes les autres nuances de couleur et de beauté, les deux extrêmes sont également éloignez du vrai et du beau76 ».

22Sa vision est celle d’une humanité clairement séparée du monde animal, mais organisée entre un centre et une succession de périphéries concentriques, pour aboutir enfin à une marge, selon l’étagement climatique. À partir du postulat de la cohérence harmonieuse entre les hommes et la nature dans laquelle ils vivent, le climat tempéré produit des hommes bien faits dont l’esthétique reflète les qualités de l’esprit et l’exigence morale, alors que les milieux extrêmes façonnent des hommes contrefaits sur les plans physique et intellectuel. Cornelius de Pauw est tout à fait dans cette perspective lorsqu’il compare l’habitant de la zone tempérée de l’hémisphère nord, « siège de [la] puissance et de [la] grandeur et de [la] gloire », à celui qui vit au-delà du cercle polaire où « sa taille se concentre, la belle proportion de ses membres se perd, son visage se ternit, il devient un avorton abruti, & d’autant plus chétif qu’il est incapable d’instruction ». Il rejoint David Hume sur l’opinion commune voulant que l’esprit n’ait pas été distribué de la même manière à tous les hommes :

  • 77 Pauw C. de, Recherches philosophiques sur les Américains..., op. cit., t. 2, p. 56 et 142. David H (...)

« Les Nègres brûlés dans la zone torride, & les Lappons glacés sous le cercle polaire, n’ont jamais écrit des traités de philosophie, & n’en écriront jamais77. »

23Cette vision discriminante des capacités humaines qui s’inscrit dans la latitude recoupe la logique du développement de l’humanité par stades successifs sous-tendue par la dynamique du progrès.

  • 78 Leclerc de Buffon G.-L., « Histoire naturelle de l’homme », Œuvres, op. cit., p. 311. C’était égal (...)
  • 79 « Tout concourt à prouver que le genre humain n’est pas composé d’espèces essentiellement différen (...)
  • 80 Ibid., p. 307 et 310. La description physique des Lapons est reprise quasiment mot pour mot par Di (...)
  • 81 Leclerc de Buffon G.-L., « Histoire naturelle de l’homme », Œuvres, op. cit., p. 311.

24La valeur emblématique des Lapons explique la présence de ce peuple dans la grande réflexion anthropologique sur la diversité ou l’unicité de l’espèce humaine qui oppose Buffon à Voltaire. Le premier est un des grands promoteurs du monogénisme, selon lequel les hommes ont tous la même origine, le milieu ne produisant que des déclinaisons d’une seule et même espèce78. Le naturaliste croit en l’idée de la dégénérescence d’une race humaine primitive sous l’effet du climat qui serait la cause de variations accidentelles, et non essentielles79. Dans Histoire naturelle de l’homme parue en 1749, Buffon consacre plusieurs pages aux Lapons et reprend les stéréotypes les plus infamants : « La physionomie [...] sauvage que les mœurs » les désigne comme ayant « dégénéré de l’espèce humaine », « sans courage, sans respect pour soi-même, sans pudeur ; ce peuple abject n’a de mœurs qu’assez pour être méprisé80 ». Les nombreux points communs qu’ils présentent avec d’autres peuples du Grand Nord (Samoyèdes, Zembliens, Borandiens, Groenlandais, « Sauvages du Nord au-dessus des Esquimaux ») en font une seule et même espèce « puisqu’ils se ressemblent par la forme, par la taille, par la couleur, par les mœurs, et même par la bizarrerie des coutumes81. » Dans cette optique, les Lapons et les autres peuples du Nord représentent le terme du déclin : comment des êtres laids et difformes pourraient-ils avoir des mœurs polies ? Dans le contexte du renouveau de la physiognomonie, la coutume d’offrir les femmes aux étrangers répond à elle seule à la question.

  • 82 Moureaux J.-M., « Race et altérité dans l’anthropologie voltairienne », dans L’idée de « race » da (...)

25Voltaire rétorque en 1756 dans son Essai sur les mœurs et l’esprit des nations, qui contient une « Digression sur la Laponie ». Elle lui sert de base à la description de la région de son Histoire de l’empire de Russie sous Pierre le Grand. À travers le cas lapon, dont il a pu observer deux individus en 1748, Voltaire le polygéniste s’efforce de montrer que tous les hommes ne proviennent pas d’un seul et même noyau et que les races humaines sont séparées par des barrières infranchissables, chacune ayant ses spécificités irréductibles82. Il insiste sur ce qui distingue les Lapons de leurs voisins pour conclure qu’ils sont

  • 83 Ibid., t. 2, p. 140. On retrouve la même phrase sous la plume de Jaucourt dans l’article « Laponie (...)

« une espèce particulière faite pour le climat qu’ils habitent, qu’ils aiment, & qu’eux seuls peuvent aimer. La nature, qui n’a mis les rennes ou les rangifères que dans ces contrées, semble y avoir produit des Lapons ; & comme leurs rennes qui ne sont point venus d’ailleurs, ce n’est pas non plus d’un autre pays que les Lapons y paraissent venus83 ».

  • 84 Cette légende est avancée par les Suédois lors de la guerre de Trente Ans pour répondre à leurs en (...)
  • 85 Vaissete J., Géographie historique, ecclésiastique et civile, t. 1, op. cit., p. 96 ; Rousselot de (...)
  • 86 Ibid., t. 2, p. 55.
  • 87 Kames H., Sketches of the History of Man, op. cit., p. 4 et Sebastiani S., « Progrès et race dans (...)

26La théorie polygéniste transparaît à travers un mythe ancien selon lequel les Lapons seraient viscéralement attachés au Nord, au point de ne pouvoir vivre ailleurs84. Plusieurs ouvrages relatent de vaines expériences tentées pour éloigner les Lapons de leur pays qui ont toutes échoué, car les individus sont déracinés, au sens littéral, ne supportant ni la douceur d’un climat plus méridional, ni la nourriture proposée, qui les rendent malade et les font mourir si on ne les ramène pas chez eux85. Cette caractéristique fait des Lapons des autochtones, au sens littéral du terme, « de la terre elle-même » qui seraient, comme les orangs-outans de Pauw, « éternellement enchainés à leur nature »86. Elle les rapproche des animaux et des plantes par l’évidence rappelée par Kames : « No animal nor vegetable is fitted for every climate. » Le philosophe écossais illustre son propos de manière significative avec le cas du renne qui est, selon lui, incapable de subsister sous un climat tempéré87. L’emprise du milieu sur les individus est aussi un révélateur du degré de civilisation des peuples, entre le sauvage indéfectiblement attaché à une nature dont il est une production, et l’Occidental qui s’en est émancipé par la culture pour partir à la découverte du monde : l’immobilité face au mouvement.

27Les Lapons sont pris dans un débat, qui les dépasse, sur l’origine unique ou plurielle des races humaines dans le contexte du développement de la réflexion anthropologique alimentée par un élargissement des connaissances sur les hommes lointains. Par leur biais, il devient possible de découvrir une nouvelle facette de l’humanité qui légitime l’intérêt qu’il y a à mieux les connaître. L’enjeu général consiste à établir un ordonnancement du paysage humain qui permettrait d’en avoir une lecture raisonnée. Il ne s’agit pas de connaître les Lapons en tant que tels, mais de connaître une des déclinaisons de l’humanité. La conclusion de l’article du Journal Étranger, « Considérations sur les Mœurs, le Caractère & le Commerce des Lappons » est particulièrement éclairante à cet égard :

  • 88 « Considérations sur les Mœurs, le caractère & le Commerce des Lappons », art. cité, p. 162.

« Il est digne non seulement d’un Philosophe par état, mais encore de quiconque a le sentiment de l’humanité qu’il faut la respecter, sous quelque forme qu’elle se montre, de regarder autour de soi les peuples qui nous environnent, & de chercher à connoître les hommes, qui, comme habitans de la terre, sont nécessairement nos concitoyens, nos compatriotes, nos parents mêmes, & par ce seul endroit méritent que nous ayons quelques curiosités sur leur compte88. »

Les métamorphoses du Lapon

28Au cours de la décennie 1760, une inflexion se profile dans les descriptions du Grand Nord et de ses peuples. Deux causes de nature différente y concourent. Il y a, d’abord, l’existence de nouvelles sources permettant de rectifier un certain nombre de connaissances erronées et d’entamer une déconstruction des mythes et des légendes entourant la région et ses habitants. Il faut ensuite tenir compte du développement d’une nouvelle sensibilité chez les voyageurs, qui s’affirme en réaction au rationalisme et à l’utilitarisme des Lumières pour porter un regard différent sur les peuples septentrionaux.

  • 89 Merzahn von Klingstöd Timotheus Karl, Mémoire sur les Samoyèdes et les Lappons, Copenhague, 1766, (...)
  • 90 Ibid., p. 17-18.
  • 91 Ibid., p. 21.
  • 92 Ibid., p. 17-18.
  • 93 Büsching A., Nouveau traité de géographie, t. 1, op. cit., p. 582.
  • 94 Ibid., p. 594-596.

29La publication, en 1759, du premier tome de l’Histoire de l’empire de Russie sous Pierre le Grand de Voltaire est un moment important de cette évolution. Le passage sur la Laponie vaut à son auteur de sévères critiques venues de ses correspondants russes. Parmi ceux-ci se trouve Timotheus Karl Merzahn von Klingstöd, membre de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, qui publie en 1762 un Mémoire sur les Samoyèdes et les Lappons. L’auteur y est d’autant plus critique envers Voltaire qu’il lui avait envoyé un premier mémoire sur les Lapons en 1758 dont l’écrivain-philosophe n’a pas tenu grand compte. Dans les premières pages, Klingstöd renvoie dos à dos, d’une part, ceux qui voient dans les peuples du Grand Nord « des espèces d’animaux antropoformes, auxquels on pense faire trop de grace en leur accordant quelques conformités avec le reste du genre humain » et, de l’autre, les auteurs qui « les font envisager comme trop peu différents de nous & déguisés seulement sous un masque bizarre & étranger89 ». Il cite plusieurs témoignages selon lesquels les Lapons sont plutôt bien faits, en tout cas fort robustes, et que « des Laponnes pourroient passer pour de belles femmes dans les autres pays d’Europe. » Il aborde ensuite la question de la taille des Lapons qui est effectivement bien « au-dessous de la médiocre », c’est-à-dire de la moyenne, « mais il s’en trouve pourtant de plus grands » ; enfin, il termine en précisant que plusieurs Lapons ont servi dans les armées russes, démentant ainsi qu’ils soient d’un naturel craintif et peureux90. Comme Scheffer près d’un siècle avant lui, Klingstöd n’exclut pas que dans des temps anciens la polygamie ait pu être pratiquée par les Lapons, mais il l’exclut pour le présent tout comme la fausse légende du goût des Lapones pour les étrangers91. Klingstöd apporte également des informations précieuses sur l’épineuse question de l’origine des Lapons, estimant qu’ils sont issus de la même branche de population que les Samoyèdes et les Finnois92. Le travail de Klingstöd acquiert une certaine renommée puisqu’il est très largement utilisé, voire parfois recopié, par Kerguelen dans sa Relation d’un voyage dans la mer du Nord fait en 1767 et 1768, publié pour la première fois en 1771. Il témoigne d’une nouvelle tonalité du discours sur les Lapons qui apparaît à partir des années 1760. On la trouve notamment dans le Nouveau traité de géographie d’Anton Friedrich Büsching qui paraît en français en 1768. Plutôt que de dénoncer les défauts connus des Lapons, l’auteur cherche à comprendre comment un peuple peut vivre « sans agriculture, sans semer ni planter, sans filer ni faire de la toile ; sans cuire de pain et sans brasser de bière, sans avoir ni maisons, ni métairie93 ». S’il admet que les Lapons sont « timides et poltrons », il remet en cause plusieurs des stéréotypes les plus répandus, que ce soit leur taille, jugée moyenne, ou la couleur de leur peau qui fonce à cause de la fumée qui emplit leurs cabanes. Il dénonce enfin les exagérations fréquentes des récits de voyages sur la magie des Lapons, et affirme simplement que « les exemples manquent » pour attester le pouvoir des sorciers94.

  • 95 Duchet M., Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, op. cit., p. 80. Sur ce volume, voir (...)
  • 96 « Description historique de la Laponie Suédoise, par M. Pierre Hagstram, Ministre de la Paroisse d (...)
  • 97 « Voyage de M. Arwid Ehrenmalm, dans la Nordlande Occidentale et dans la province Lapone d’Aschle, (...)

30La remise en cause des lieux communs concernant les Lapons trouve un écho important grâce au tome 19 de l’Histoire générale des voyages, publié en 1770. Michèle Duchet a montré l’importance de cette collection dans l’information du lectorat français, car elle lui permet d’avoir accès à des textes encore inconnus et de nourrir sa curiosité pour des espaces lointains95. Le volume contient deux relations de voyages en Laponie rédigées dans les années 1740, mais qui sont pour la première fois traduites du suédois en français et apportent une approche différente des réalités lapones. La première est celle du pasteur Pehr Högström qui affirme, entre autres, qu’il n’y a pas plus de maris volages chez les Lapons qu’ailleurs96. Le second texte est une relation du secrétaire de l’Académie de Stockholm, Arwid Ehenmalm. Il reconnaît être parti dans le Nord pensant ses habitants « stupides », mais il a finalement réalisé qu’ils « ont reçu de la nature les mêmes avantages d’esprit & de corps que le reste des hommes ; mais pour la plûpart des Lapons, ce sont des biens perdus97 ». Les carences des Lapons sont dues à un manque général d’éducation, et non à des défauts structurels et rédhibitoires leur interdisant d’emprunter la voie du progrès.

  • 98 Schnakenbourg É., « L’île des confins : les représentations de l’Islande et des Islandais dans la (...)
  • 99 Voir les contributions rassemblées dans Andersson Kajsa (dir.), L’image du Nord chez Stendhal et l (...)
  • 100 « Laponie » (3/706), Supplément à l’Encyclopédie, par Robinet.

31La révision des stéréotypes caractérisant les Lapons n’est pas un cas isolé, puisque les Islandais connaissent également dans ces années-là une remise en cause de plusieurs idées reçues les concernant98. Elle procède dans les deux cas de la même démarche, celle qui promeut une véritable enquête in situ et une sélection rigoureuse des sources. Cette exigence méthodologique, particulièrement nécessaire pour les régions lointaines qui demeurent encore mal connues, permet une mutation de l’altérité lapone qui, sans disparaître, se transforme avec l’apparition de la sensibilité préromantique des dernières décennies du XVIIIe siècle99. Cependant, il s’en faut encore beaucoup pour que les idées les plus défavorables aux Lapons disparaissent, comme le montre l’article « Laponie » rédigé par Robinet dans le tome 3 du Supplément à l’Encyclopédie qui paraît en 1777. L’auteur y reprend d’une manière particulièrement dure la présentation des Lapons, « ce peuple laid & sale, qu’on peut appeller le rebut de l’espece humaine100 ». Ces paroles d’arrière-saison contrastent avec un discours généralement moins défavorable aux Lapons, qui n’est pas sans rappeler le mythe du bon sauvage.

  • 101 King D., Drömmen om Atlantis : Olof Rudbecks jakt på en försvunnen värld, Stockholm, Månpocket, 20 (...)
  • 102 Encyclopédie, « Hyperboréens » (3/482), par Turpin.
  • 103 La Mottraye A. de, Voyages du Sr. A. de la Motraye en Europe, Asie et Afrique, vol. 2, op. cit., p (...)
  • 104 Cameron M., L’influence des Saisons de Thomson sur la poésie descriptive en France (1759-1810), Ge (...)
  • 105 Le Noble R., Histoire de l’idée de nature, Paris, Albin Michel, 1969, p. 340.

32En effet, les Lapons n’échappent pas à la quête du peuple vivant en harmonie avec la nature et épargné des corruptions de la société civilisée qui accompagne la découverte de nouveaux mondes. Les Lapons ont pour eux d’être assimilables aux Hyperboréens, dont l’Atlantica de l’érudit suédois Olof Rudbeck réactualise le mythe à la fin du XVIIe siècle101. Connus pour vivre au-delà de Borée, le vent du Nord, ils étaient réputés couler des jours paisibles dans l’abondance et l’allégresse, à l’abri des chagrins et des maladies102. Le rapprochement des Lapons avec les bons sauvages transparaît chez des écrivains de la première moitié du XVIIIe siècle comme La Mottraye. Il note que la Laponie et ses habitants sont « inaccessibles aux chagrins, aux craintes & aux maladies. L’injustice en est bannie & par conséquent les procès. On n’y connoit ni juges, ni avocats, ni medecins, ni prêtres103 ». L’évolution de la sensibilité de ceux qui se rendent sur place, ou écrivent sur la Laponie, dispose à reconsidérer les hommes du Grand Nord. Le poème L’Hiver (1726) de l’Anglais James Thomson, qui fait partie d’un ensemble intitulé Saisons, traduit pour la première fois en français en 1759104, en est un exemple. Son lyrisme correspond à une exaltation de la nature et de la vie simple qui se manifeste surtout en France à partir des années 1750105. Là encore, les Lapons incarnent bien des fantasmes :

« Les fils de Lapland [...] méprisent sagement le métier barbare & insensé de la guerre ; ils ne demandent que ce que la simple Nature peut leur donner ; ils aiment leurs montagnes, & jouissent de leurs orages. Les faux désirs & les besoins, enfants de l’orgueil, ne troublent point le cours de leur vie. »

33Thomson décrit ensuite le merveilleux du ciel polaire sous lequel vivent des femmes « douces & pures » avant de conclure :

  • 106 Thomson J., Les Saisons, Berlin, Amsterdam, 1763, p. 101-104.

« Race trois fois heureuse ! À l’abri, par la pauvreté du pillage des Loix & du pouvoir rapace, l’intérêt ne jette jamais parmi vous la semence du vice106. »

  • 107 Barton A., Northern Arcadia. Foreign Travelers in Scandinavia, 1765-1815, Carbondale, Southern Ill (...)
  • 108 Duchet M., Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, op. cit., p. 409.
  • 109 Laporte F. de, Le voyageur françois..., op. cit., p. 77-78.
  • 110 Ibid., p. 17-18 et 89. L’auteur signale tout de même qu’à cause de la neige et de la fumée de leur (...)

34Pour les écrivains voyageurs de la seconde moitié du XVIIIe siècle, la Laponie reste une plongée dans un monde exotique, primitif, radicalement étranger107. Les Lapons, de sauvages, peuvent devenir de bons sauvages par le double mécanisme de l’effacement de toute vilenie morale et d’une inversion de la perspective dans laquelle sont envisagées les caractéristiques de leur existence. Ils ont l’avantage de jouir de la liberté, d’être proches de la nature qui leur permet de conserver leur pureté et plus heureux que l’homme civilisé108. Le sauvage à son stade primaire ignore les perversions nées de la course aux richesses. La pauvreté, d’abord considérée comme le résultat d’une invincible paresse, peut aussi être perçue comme la meilleure parade contre la cupidité, puisqu’il n’y a aucune richesse à convoiter. La bienveillance et l’hospitalité des Lapons, débarrassées cette fois de toute connotation sexuelle, deviennent des manifestations de leur qualité d’âme109. Le passage des Lapons de simples sauvages à des bons sauvages implique une autre approche de leur environnement. Si la nature fournit aux bons sauvages des pays chauds des ressources abondantes et variées, elle procure également aux Lapons tout ce dont ils ont besoin (alimentation, vêtements, outils) grâce au renne, docile et peu exigeant. La nature, jadis si hostile et contraignante, devient une source de bienfaits. La relation de la Laponie publiée dans la collection Le voyageur françois en 1768 présente sa nature sous un jour particulièrement favorable avec ses « vallées agréables, pleines de ruisseaux & de fontaines, dont l’eau est excellente », et insiste sur la robuste santé dont jouissent les Lapons dans un environnement sain leur permettant de devenir centenaires « sans aucune incommodité ». Les médecins sont même inutiles, car les maladies comme les blessures se soignent aisément à l’aide de tisanes, de poussière d’arbre, d’emplâtres de résine de sapin ou de fromage de renne qui transforment la douleur « en un léger chatouillement »110.

  • 111 Barton A., Northern Arcadia..., op. cit., p. 146. Voir également Van Tieghem P., Le sentiment de l (...)
  • 112 « Description historique de la Laponie Suédoise, par M. Pierre Hagstram... », op. cit., p. 516 et (...)
  • 113 Laudin G., « La place des populations sibériennes et subarctiques dans les nouveaux découpages de (...)
  • 114 Weber I., « Le regard ethnologique sous l’influence de la philosophie des Lumières », Les Lumières (...)

35L’éveil de la sensibilité des voyageurs au spectacle de la nature à partir des années 1760 et 1770 contribue à placer le Lapon dans une autre perspective. Alors que le voyageur philosophe des Lumières voyait avant tout dans la nature un ensemble de ressources, celui de la fin du siècle la considère comme une source d’inspiration et d’émerveillement111. Dans cette optique, ceux qui vivent en proximité avec la nature sont reconsidérés, leur caractère primitif les préserve des corruptions de la civilisation et leur permet de conserver leurs vertus. Rousselot de Surgy, qui édite la description de la Laponie du pasteur Pehr Högström en 1770, loue le calendrier lapon composé de treize mois, basé sur une observation de la nature : « Cette méthode primitive est bien plus naturelle & plus simple que tous nos systèmes formés par une combinaison d’idées étrangères à nos climats, à notre expérience, introduites on ne sait comment dans notre esprit & perpétuées par une éducation pénible et forcée », avant de conclure par un regret : « Ô que de chemin à faire en arrière, avant de tenter le premier pas dans les voies de la nature & de la vérité112. » De manière générale, à la fin du siècle, les peuples du Grand Nord deviennent réputés pour leur douceur, leur simplicité, leur aptitude à vivre en bonne intelligence les uns avec les autres113. Ils s’imposent sur la carte mondiale de l’humanité primitive et donnent l’impression de découvrir l’homme au plus près de ce qu’il était aux origines. À ce titre, l’intérêt pour les Lapons s’intègre à une interrogation générale sur le premier degré de l’humanité114. C’est précisément cet enjeu qui fonde le travail de Klingstöd lorsqu’il estime

  • 115 Merzahn von Klingstöd T. K., Mémoire sur les Samoyèdes et les Lappons, op. cit., p. 2.

« très important pour l’histoire naturelle de l’homme d’avoir des notions plus précises de ces individus, auxquels on reconnoit encore quelques traits originaux de l’homme dans son état naturel, afin de pouvoir mieux distinguer ce que l’éducation & la société lui ont donné d’étranger115 ».

  • 116 Barton A., Northern Arcadia. Foreign Travelers in Scandinavia, op. cit., p. 119-121.

36Le défaut de civilisation des Lapons, qui a été un motif si puissant de dénigrement, devient un objet d’intérêt croissant dans le dernier tiers du XVIIIe siècle. Dans cette perspective retournée, les handicaps et les défauts sont des avantages et des qualités même si, à la fin du XVIIIe siècle, les observations désobligeantes sur le physique ou le comportement des Lapons n’ont, bien sûr, pas disparu des récits de voyage116.

  • 117 Encyclopédie, « Charme » (3/211).
  • 118 Hazard P., La crise de la conscience européenne, 1680-1721, Paris, Fayard, 1994, p. 23.
  • 119 Hulme P. et Jordanova L., The Enlightenment and its shadows, Londres-New York, Routledge, 1990, p. (...)
  • 120 Il s’agit d’un processus par lequel le voyageur se rendant dans des espaces peu connus procède à d (...)

37Au-delà de la dimension purement descriptive et factuelle des Lapons et de leur mode de vie, ce peuple septentrional devient une figure rhétorique au cours du XVIIIe siècle. C’est pourquoi il est mentionné dans certains articles de l’Encyclopédie où, a priori, il n’a pas de raison de figurer. L’exemple le plus significatif est celui de l’article « Charme ». Après avoir décrit cet arbre et montré à quel point il est sans beauté, mal proportionné, d’une apparence ingrate mais pouvant résister aux conditions les plus rigoureuses, Daubenton conclut en se demandant : « Ne pourroit-on pas considérer le charme entre les arbres, comme on regarde un Lappon parmi les hommes117 ? » Ce faisant, l’Encyclopédie est en quelque sorte une « caisse de résonance » des stéréotypes contemporains les plus dévalorisants. Ils soulignent le contraste des Lapons avec leurs voisins scandinaves méridionaux et, au-delà, avec les Européens selon les trois critères distinctifs des groupes humains proposés par Buffon : la morphologie : grand/petit ; la couleur : blanc/basané ; le naturel : civilisé/sauvage. Le physique et les mœurs des Lapons fondent un sentiment d’altérité qui distingue, d’un côté, la nature et l’immobilisme et, de l’autre, le monde de la culture, de la civilisation, du progrès, du mouvement tel que pensent l’incarner les voyageurs et les intellectuels du siècle des Lumières. L’intérêt que suscite l’altérité lapone s’inscrit dans le cadre général de la composition d’un paysage humain fait de ce que Paul Hazard a appelé des « Étrangers-Symboles118 ». Par la diversité de leurs physiques et de leurs pratiques, ces étrangers de tous les continents servent de point de repère pour une réflexion à double échelle sur le « nous » : nous, Européens ; nous, hommes. Ces deux dimensions sont indissociables dans l’anthropologie des Lumières sise sur une conscience géographique qui postule la singularité des habitants d’une partie du monde que sont les Européens119. C’est dans ce contexte que les Lapons acquièrent une valeur emblématique incarnant l’ensemble des peuples du Grand Nord, car il s’agit bien plus de réfléchir sur les hommes que sur les territoires. Par l’opération de ce que l’historien américain Larry Wolffa défini comme le « mental mapping120 », les Lapons prennent place sur une carte ordonnée du monde et du paysage humain dont l’apparence physique et le degré de civilisation servent de critères discriminants. L’articulation de ces deux caractéristiques permet de projeter sur les Lapons les théories anthropologiques sur la singularité ou la pluralité des races humaines, la stigmatisation de la sauvagerie ou, tout au contraire, des visions préromantiques de pureté, de bonheur et de liberté, pour dénoncer en creux la civilisation occidentale. Le monde lapon n’est pas réellement considéré comme un objet propre, mais il est un détour métaphorique et réflexif relevant des interrogations des voyageurs européens sur eux-mêmes, sur leur société et sur ce qui les distingue du reste du monde. Qu’elle soit le support du mépris ou de la louange, la distance séparant les Lapons des Occidentaux perdure, mais c’est la lecture qui en est faite qui, elle, modifie la perception des habitants du Nord. Que ce soit à leurs dépens ou pour leur plus grande chance, ils demeurent une frontière d’humanité et de civilisation.

Notes

1 Introduction à la philosophie ou de la connoissance de Dieu et de soi-mesme, Paris, 1722, p. 45.

2 Scheffer Johan, Histoire de la Laponie, sa description, l’origine, les mœurs, la manière de vivre de ses habitans, préface. L’original latin Laponia est publié à Francfort en 1673.

3 Rousselot de Surgy Jacques-Philibert, Mélanges intéressants et curieux ou Abrégé d’histoire naturelle, morale, civile et politique de l’Asie, l’Afrique, l’Amérique, et des terres polaires, Paris, Durand, vol. 2, 1763, p. 1.

4 Abulafia D., The Discovery of Mankind. Atlantic Encounters in the Age of Columbus, New Haven/Londres, Yale University Press, 2008, p. 14-18, et Medeiros F. de, L’Occident et l’Afrique (XIIIe-XVe siècles), Paris, Karthala, 1985, p. 129-130.

5 Le terme anthropologie est utilisé ici dans le sens choisi par Michèle Duchet comme « l’ensemble [des] idées sur la nature de l’homme, la genèse et le mouvement des sociétés humaines qu’on appellera anthropologie, en prenant le mot dans le sens le plus étendu, philosophique et non plus seulement scientifique », Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1995 (rééd.), p. 19.

6 Pelus M.-L., « Un des aspects de la naissance d’une conscience européenne : la Russie vue d’Europe occidentale au XVIe siècle », dans La conscience européenne aux XVe et XVIe siècles, Collection de l’École Normale de Jeunes Filles, Paris, 1982, p. 309-328 ; Mervaud M. et Roberti J.-C., Une infinie brutalité : l’image de la Russie dans la France des XVIe et XVIIe siècles, Paris, Institut d’Études slaves, 1991 ; Poe M., « A people born to slavery » : Russia in early modern european ethnography, 1476-1748, Ithaca, Cornell University Press, 2000 ; Mund S., Orbis Russiarum : genèse et développement de la représentation du monde « russe » en Occident à la Renaissance, Genève, Droz, 2003 ; Schnakenbourg É., « Nommer l’étranger aux XVIe et XVIIe siècles : sauvages des Antilles et barbares de Moscovie, interprétation d’une distinction sémantique », Étrangers et sociétés. Représentations, coexistences, interactions dans la longue durée, Gonzàlez-Bernaldo P., Martini M. et Pelus-Kaplan M.-L. (dir.), Rennes, PUR, 2008, p. 223-232 et Liechtenhan F.-D., « Le Russe ennemi héréditaire de la chrétienté ? », Revue Historique, vol. 577, 1991, p. 77-103.

7 Mornay Philippe de, De la vérité de la religion chrestienne, contre les athées, épicuriens, payens, juifs, mahumédistes et autres infidèles, Paris, C. Micard, 1585, p. 116-117.

8 Voir les illustrations de Theodor de Bry dans l’édition de 1590 de Thomas Hariot, A Briefe and True Report of the New Found Land of Virginia.

9 Sebastiani S., « Progrès et race dans l’Écosse du XVIIIe siècle : les polygénistes Lors Kames et John Pinkerton », dans L’idée de « race » dans les sciences humaines et la littérature (XVIIIe-XIXe siècles), Moussa S. (dir.), Paris, L’Harmattan, 2003, p. 160.

10 Schaub J.-F., Oroonoko, prince et esclave. Roman colonial de l’incertitude, Paris, Seuil, 2008, p. 174-175, et Abulafia D., The Discovery of Mankind..., op. cit., p. 21-23.

11 Duchet M., Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, op. cit., p. 26 et Wolff L., « Discovering Cultural Perspective : the Intellectual History of Anthropological Thought in the age of Enlightenment », Wolff L. et Cipolloni M. (dir.), The Anthropology of the Enlightenment, Stanford, Stanford University Press, 2007, p. 3-23.

12 En suédois, Lapon se dit lapp, qui signifie également « loque » ou « chiffon ». Lapon est par conséquent un terme péjoratif et stigmatisant. C’est la raison pour laquelle on utilise aujourd’hui Sami ou Same. Toutefois, dans cet article j’emploierai Lapon pour conserver une cohérence avec le vocabulaire des sources du XVIIIe siècle.

13 Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations, t. 2, Paris, Classiques Garnier, 1963, p. 140-141.

14 Munster Sebastian, La cosmographie universelle, contenant la situation de toutes les parties du monde, Bâle, 1552, p. 1051 et 1052.

15 Delort R. (éd.), La Moscovie du XVIe siècle vue par un ambassadeur occidental, Herberstein, Paris, Calmann-Lévy, 1965, p. 218 et 223. Traduction française du récit d’un séjour en Moscovie publié en 1549.

16 Le titre complet est Voyage des païs septentrionaux, dans lequel se void les mœurs, manière de vivre & superstitions des Norwéguiens, Lappons, Kiloppes, Borandiens, Sybériens, Samojèdes, Zembliens et Islandois, Paris, L. Vendosme, 1671.

17 Chartier R. et Martin H.-J. (dir.), Histoire de l’édition française, t. 2 : Le livre triomphant 1660-1830, Paris, Fayard, 1990, p. 266 et Duchet M., Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, op. cit., p. 54-55.

18 la Mottraye Aubry de, Voyages du Sr. A. de la Motraye en Europe, Asie & Afrique, vol. 2, La Haye, T. Johnson et J. Van Duren, 1727 ; Regnard Jean-François, Voyage en Laponie, Paris, 1731 ; Moreau de Maupertuis Pierre Louis, La figure de la terre, déterminée par les observations de Messieurs de Maupertuis, Clairaut, Camus, Le Monnier, et de M. l’abbé Outhier, accompagnés de M. Celsius, faites par ordre du roy au cercle polaire, 1738 ; Id., Relation d’un voyage au fond de la Laponie pour trouver un ancien monument, 1748 ; Outhier Reginald, Journal d’un voyage au Nord en 1736 et 1737, Paris, 1744.

19 Chouillet A.-M., « Rôle de la presse périodique de langue française dans la diffusion des informations concernant les missions en Laponie ou sous l’Équateur », dans La figure de la Terre du XVIIIe siècle à l’ère spatiale, Lacombe H. et Costabel P. (dir.), Paris, Gauthier-Villars, 1998, p. 176-181 ; également Marcil Y., La fureur des voyages. Les récits de voyage dans la presse périodique, 1750-1789, Genève, Honoré Champion, 2006, p. 317.

20 le Bouvier Gilles, Le livre de la description des pays, Hamy Ernest-Théodore (éd.), Paris, E. Leroux, 1908, p. 101-102. Leur petite taille est aussi évoquée par le géographe et humaniste allemand Conrad Ziegler, Quae intus continentur Syria, Palestina, Arabia, Aegyptus, Schondia, Holmiae, 1532, p. XCIIII. En revanche, Olaus Magnus affirme que les habitants de la partie septentrionale de la Norvège sont « hauts, grands forts et hardis », alors qu’il représente des nains qu’il qualifie de « Pygmées » sur la côte orientale du Groenland figurant sur sa Carta marina de 1539 : voir Magnus Olaus, Histoire des pays septentrionaux : en laquelle sont brièvement déduites toutes les choses rares ou étranges qui se trouvent entre les nations septentrionales, Paris, chez Martin le Jeune, 1561, épitomé de la version latine de 1555 ; Ahlenius Karl, Olaus Magnus och hans framställning af Nordens geografi ; studier i geografiens historia, Uppsala, Almqvist & Wiksells, 1895, p. 154, 348 et 353.

21 Seaver K., « “Pygmies” of the Far North », Journal of World History, 2008, vol. 19, no 1, p. 76.

22 Regnard Jean-François, Voyage en Laponie, Paris, Éditions 10/18, 1963, p. 108 et 174.

23 « Les Lappons sont les plus petits hommes du septentrion. Ils sont laids & courbez, lâches, craintifs, soupçonneux, fourbes, menteurs, brutaux & qui font consister leur plaisir à tromper quand ils négocient. Ils ont cela de bon qu’ils sont charitables envers les pauvres de leur païs & qu’ils ne se volent point les uns les autres », art. « Laponie », Louis Moréri, Dictionnaire historique, t. 2, 1re partie, Lyon, chez Jean Girin & Barthelemy Riviere, 1683, p. 372.

24 Maupertuis estime que l’exagération de la petite taille des Lapons est un effet du « penchant qu’on a pour le merveilleux » qui favorise la confusion entre les enfants lapons « qui, dès la grande jeunesse, ont déjà les traits défigurés, & quelquefois l’air de petits vieillards » et les adultes. Moreau de Maupertuis Pierre-Louis, Relation d’un voyage au fond de la Laponie pour trouver un ancien monument, dans Œuvres, Lyon, Bruyset, 1763, t. 3, p. 204-205. Voir également La Mottraye A. de, Voyages du Sr. A. de la Motraye en Europe, Asie et Afrique, op. cit., p. 364.

25 Linné Carl von, Voyage en Laponie, Paris, La Différence, 2002, p. 208 ; également Scheffer J., Histoire de la Laponie..., op. cit., p. 14 et 15.

26 « Le froid resserre, rapetisse et réduit à un moindre volume toutes les productions de la Nature, aussi les Lapons, qui sont perpétuellement exposés à la rigueur du plus grand froid, sont les plus petits de tous les hommes. » Georges-Louis Leclerc de Buffon, « Histoire naturelle de l’homme », Œuvres, Paris, Gallimard, 2007, p. 405.

27 Staszak J.-F., La géographie d’avant la géographie : le climat chez Aristote et Hippocrate, Paris, L’Harmattan, 1995, et Lestringant Frank, « Europe et théorie des climats dans la seconde moitié du XVIe siècle », La conscience européenne au XVe et au XVIe siècle, op. cit., p. 206-226.

28 Bodin Jean, Les six livres de la République, livre cinquième, Paris, Fayard, 1986, p. 13.

29 Brot Muriel, « La couleur des hommes dans L’Histoire des deux Indes », dans L’idée de « race » dans les sciences humaines et la littérature (XVIIIe-XIXe siècles), op. cit., p. 87-89.

30 Leclerc de Buffon G.-L., « Histoire naturelle de l’homme », Œuvres, op. cit., p. 405. Comme cet ouvrage est l’une des sources principales de Jaucourt, il n’est pas surprenant de voir évoquer les Samoyèdes, les Lapons et les Groenlandais dans l’article « Peau des nègres » de l’Encyclopédie ([vol.] 12/[p.] 217 [les articles de l’Encyclopédie cités ci-après seront indiqués de manière identique : numéro du volume suivi du numéro de la page]). Les nègres du Groenland sont aussi évoqués dans le Cat Claude Nicolas, Traité de la couleur de la peau humaine en général, Amsterdam, 1765, p. 10.

31 Leclerc de Buffon G.-L., « Histoire naturelle de l’homme », Œuvres, op. cit., p. 352, 378 et 405.

32 « En s’éloignant de l’équateur, la couleur des peuples s’éclaircit par nuances ; elle est encore fort brune au-delà du Tropique, & l’on ne la trouve tout-à-fait blanche que lorsque l’on avance dans la zone tempérée. C’est aux extrémités de cette zone qu’on trouve les peuples les plus blancs. » Encyclopédie, « Negre » (11/77), par Formey.

33 Home Kames Henry, Sketches of the History of Man, Édimbourg, Creech, 1774, p. 10-14. Le rejet de l’influence climatique ouvre la voie à de nouvelles interrogations sur le teint des Lapons qui demeurent sans véritable réponse, comme le déplore le naturaliste hollandais Petrus Camper : « La couleur basanée des Lapons [est] un phénomène fort difficile à expliquer. » Dissertation sur les variétés naturelles qui caractérisent la physionomie des hommes des divers climats et des différents âges, Paris, 1792, p. 114.

34 Pauw Cornelius de, Recherches philosophiques sur les Américains ou mémoires intéressants pour servir à l’histoire de l’espèce humaine, Londres, 1771, t. 1, p. 215, 245-246.

35 Coxe William, Voyage en Pologne, Russie, Suède, Danemarck, Genève, Barde, Manget & compagnie, 1786, t. 4, p. 253-254. Selon Maupertuis, un géant de 6 pieds, 8 pouces, 8 lignes (environ 2,17 mètres), « formé d’autant de matière qu’il en faudrait pour quatre ou cinq Lapons », a été amené à Paris en 1735. Il était originaire des alentours de la ville finlandaise de Torneå, voisine de la Laponie. Moreau de Maupertuis P.-L., Relation d’un voyage au fond de la Laponie pour trouver un ancien monument, op. cit., p. 206.

36 Bodin assure « [qu’] il y a plus de sorciers en Norvège & Livonie & autres parties septentrionales qu’il n’y en a en tout le reste du monde », « mais la publication de la Loy Divine a bien fort diminué la puissance de Sathan, & les peuples qui ont longuement demeuré ou qui sont encores payans, ont aussi fort longtemps este & sont encores fort travailléz des malings esprits iour et nuict, comme au pays de Norvegue, Finslandie, Pilapîe et autres régions Septentrionales », De la démonomanie de Sorciers, Hildesheim, 1988, reprint de l’édition de 1580, p. 90 et 107. Également Lestringant F., « L’île des démons dans la cosmographie de la Renaissance », dans Voyager avec le diable ; voyages réels, voyages imaginaires et discours démonologiques, XVe-XVIIe siècles, Holtz G. et Maus de Rolley T. (dir.), Paris, PUPS, 2008, p. 106 ; Medeiros F. de, L’Occident et l’Afrique..., op. cit., p. 129-130, Sachs I., « L’image du Noir dans l’art européen », Annales E.S.C., vol. 24, no 4, juillet-août 1969, p. 885 et Iyengar S., Shades of difference. Mythologies of Skin Color in Early Modern England, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2005.

37 Titre d’un article publié dans le Journal Étranger, juin 1757, p. 141-162.

38 « Leur superstition vient de ce qu’ils demeurent dans un païs affreux, au milieu des foréts, parmi les bêtes sauvages, elle vient aussi de ce qu’ils vivent chacun à part, avec leur famille, sans commerce, & éloignez des autres, souvent de plusieurs lieux : Enfin, comme ils mènent une vie de Chasseurs, cette vie a je ne sçais quel panchant à la superstition, & au commerce avec le Demon », Scheffer J., Histoire de la Laponie, op. cit., p. 61.

39 Brosses Charles de, Culte des Dieux fétiches, s. l., 1760, p. 61.

40 Encyclopédie, « Idole, Idolatre, Idolâtrie » (8/504) par Voltaire, « Magie » (9/852) par Polier du Bottens, et « Sorcellerie » (15/368) par Jaucourt.

41 Il s’agit des articles « Baive » (2/23), « Jumala » (9/57), « Seyta » (15/139) et « Stoor-Junkare » (2/23).

42 Diop D., « La mise à l’épreuve d’un régime de véridiction sur “la paresse et la négligence des nègres” dans le Voyage au Sénégal (1757) d’Adanson », dans L’Afrique du siècle des Lumières. Savoirs et représentations, Gallouët C., Diop D., Bocquillon M. et Lahouti G. (dir.), Oxford, Voltaire Foundation, 2009, p. 15-29.

43 Regnard J.-F., Voyage en Laponie, op. cit., p. 162. Linné remarque également que le Lapon « reste couché toute la journée quand il ne s’occupe pas de ses rennes », Voyage en Laponie, op. cit., p. 189. On retrouve ce type de jugement à plusieurs reprises au XVIIIe siècle, Büsching Anton, Nouveau traité de géographie, t. 1, La Haye, 1768, p. 585.

44 Le Journal Étranger évoque « l’aversion que les Lappons ont pour l’agriculture. Car un Lappon ne se résoudra jamais à construire une maison, ni à labourer la terre, à moins qu’il n’ait souffert par hazard, une perte irréparable de ses rennes & qu’il ne puisse s’en relever. Dans ces cas même, la plûpart préfèrent la Pêche, la vie de Berger, ou même de mendiant », « Considérations sur les Mœurs, le caractère & le Commerce des Lappons », art. cité, p. 148-149.

45 Leclerc de Buffon Georges-Louis, Histoire naturelle, générale et particulière, supplément, t. 5, 1778, p. 237 et Montesquieu, De l’esprit des lois, Paris, Garnier-Flammarion, 1979, t. 1, p. 435. Cette opinion est également celle d’économistes sensibles aux idées physiocrates comme Turgot ; voir Lotterie F., « Penser le spécifique ? L’exemple des Lumières françaises : Turgot et Rousseau », Lotterie F. et Mcmahon D. M. (dir.), Les Lumières européennes dans leurs relations avec les autres grandes cultures et religions, Paris, Honoré Champion, 2002, p. 24.

46 Condorcet Nicolas de, Essai d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, Paris, Flammarion, 1998, p. 231 ; Sebastiani S., « Progrès et race dans l’Écosse du XVIIIe siècle... », art. cité, p. 152, et Schlobach J., « Progrès », dans Dictionnaire européen des Lumières, Delon M. (dir.), Paris, PUF, 2007, p. 1041-1045.

47 Medeiros F. de, L’Occident et l’Afrique..., op. cit., p. 150-152 ; Ragon P., Les amours indiennes ou l’imaginaire du conquistador, Paris, Armand Colin, 1992, p. 155 ; Louis Antoine Bougainville, Voyage autour du monde, Neuchâtel, 1772, seconde partie, p. 21-22 et 31.

48 Delort R. (éd.), La Moscovie du XVIe siècle, op. cit., p. 223.

49 « Je ne crois pas même qu’il y ait un mot dans leur langue pour exprimer celui de cocu », « quand la personne qu’il reçoive est de considération, et qu’ils veulent lui faire chère entière, ils font venir leurs femmes et leurs filles et tiennent à grand honneur que vous agissiez avec elles comme ils le feraient eux-mêmes. » Regnard raconte même avoir reçu le témoignage d’un Français vivant en Laponie qui a fait plaisir à « quantité de Lapons » en les soulageant du devoir conjugal. L’auteur assure que son compatriote a même été enfermé à clef dans une chambre par un mari déterminé à faire honorer sa femme. Regnard J.-F., Voyage en Laponie, op. cit., p. 114-116.

50 Wåhlberg M., « L’anthropologie des Lumières et le mythe de l’hospitalité lapone », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 2007, no 12, p. 283-286. On ne sera pas surpris de retrouver chez Sade l’idée selon laquelle en Laponie, comme en Tatarie et en Amérique, c’est un honneur de prostituer son épouse aux étrangers. Sade, Histoire de Juliette, Delon M. (éd.), Sade œuvres, t. 3, Paris, Gallimard, 1998, p. 242 et 339.

51 Pauw C. de, Recherches philosophiques sur les Américains..., op. cit., t. 1, p. 228.

52 Faessel S., « Entre tradition et modernité : la femme dans l’idylle polynésienne » et « Éros aux colonies : fantasmes et pulsion de mort », dans Visions des îles : Tahiti et l’imaginaire européen. Du mythe à son exploitation littéraire (XVIIIe-XXe siècles), Faessel S. (dir.), Paris, L’Harmattan, 2006, p. 131-132 et p. 147-148.

53 Wåhlberg M., « L’anthropologie des Lumières... », art. cité, p. 286-291.

54 Scheffer J., Histoire de la Laponie, op. cit., p. 274 et 275. Sur la base de ces deux pages nous ne partageons pas l’opinion de Martin Wåhlberg selon laquelle Scheffer, à l’égal d’Herberstein, contribue à façonner le mythe de l’hospitalité lapone, Martin Wåhlberg, « L’anthropologie des Lumières... », art. cité, p. 282. Dans l’idée de Scheffer, Brienne évoque « les femmes d’autrefois, quand la Suède étoit encore idolâtre, qui étoient fort lubriques et ne se contentoient pas de petits priapes. » Il rapporte également que son précepteur, Blondel, qui l’accompagne pendant son voyage dans le Nord, est éconduit par une Lapone avec laquelle il avait « grande envie de badiner » et qu’il fut « fâché d’avoir été refusé par une sauvagesse », Mémoires de Louis-Henri de Loménie, comte de Brienne, dit le jeune Brienne, Bonnefon P. (éd.), Paris, Société de l’histoire de France, 1917, t. 2, p. 237, 314, 321.

55 La Mottraye A. de, Voyages du Sr. A. de la Motraye en Europe, Asie et Afrique, vol. 2, op. cit., p. 364.

56 Vaissete Jean Joseph, Géographie historique, ecclésiastique et civile, Paris, 1755, t. 1, p. 96 ; Rousselot de Surgy J.-P., Mélanges intéressants et curieux, op. cit., p. 131 et 214 ; Laporte François de, Le voyageur françois, ou La connoissance de l’ancien et du nouveau monde, Paris, Cellot, 1768. t. 8, p. 63 ; Hubner Jean, La géographie universelle, Bâle, 1757, t. 3, p. 200.

57 Leclerc de Buffon G.-L., « Histoire naturelle de l’homme », Œuvres, op. cit., p. 310 et Voltaire, Histoire de l’empire de Russie sous Pierre le Grand, Mervaud M. et C. et Kölving Ulla (éd.), Oxford, Voltaire Foundation, 1999, p. 439.

58 Encyclopédie, « Russie » (14/442) ; « Virginité » (17/328).

59 Dorlin E., La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Paris, La Découverte, 2006, p. 220-221.

60 Ragon P., Les amours indiennes..., op. cit., p. 159 et Belleau J.-P., « Love in the Time of Hierarchy. Ethnographic Voices in Eighteenth-Century Haiti », The Anthropology of the Enlightenment, op. cit., p. 209-236.

61 Jahan S., Le corps des Lumières. Émancipation de l’individu ou nouvelles servitudes ?, Paris, Belin, 2006, p. 102-105, et article « Sexualité », Dictionnaire européen des Lumières, op. cit., p. 1041.

62 Mémoires de Louis-Henri de Loménie, op. cit., t. 1, p. 331.

63 « Nouvelle division de la Terre par les différentes especes ou races d’hommes qui l’habitent, envoyée par un fameux voyageur à M. l’abbé de la *** à peu près en ces termes », Journal des Savants, 1684, p. 133-140.

64 Boulle P., « François Bernier and the origins of the modern concept of race », The Color of Liberty. Histories of Race in France, Peabody S. et Stovall T. (dir.), Duke University Press, Durham, 2003, p. 11-27 et Dorlin E., La matrice de la race..., op. cit., p. 210-216. L’apport le plus récent à la réflexion sur la question de la race est l’ouvrage de Sebastiani S., I limiti del progresso. Razza e genere nell’Illuminismo scozzese, Bologne, Il Mulino, 2008.

65 La description physique des Lapons faite par Bernier n’a rien de très original : « Ce sont des petits courtaux avec de grosses jambes, de larges épaules, le col court, & un visage je ne sçay comment tiré en long, fort affreux & qui semble tenir de l’ours », « Nouvelle division de la Terre par les différentes especes... », art. cité, p. 136.

66 Mémoires de Louis-Henri de Loménie Brienne, op. cit., t. 1, p. 336.

67 Regnard J.-F., Voyage en Laponie, op. cit., p. 109 et 174. La position intermédiaire des Lapons entre les Hommes et les singes se retrouve encore dans les années 1760 chez Rousselot de Surgy, qui estime que les Lapons font « admirablement la nuance entre l’homme et le singe », Mélanges intéressants et curieux, op. cit., p. 104. Ce jugement en annonce un similaire de Cornelius de Pauw à propos de l’orang-outan qui « fait la nuance entre deux grandes familles [les hommes et les singes] », Recherches philosophiques sur les Américains, op. cit., t. 2, p. 62.

68 Nordmann C., « L’expédition de Maupertuis et de Celsius en Laponie », Cahiers d’histoire mondiale, 10, 1966, p. 91.

69 Boulle P., « François Bernier and the origins of the modern concept of race », art. cité, p. 19.

70 C’est le cas en particulier pour les peuples Noirs, comme chez Fontenelle : « [L’Afrique] vous envoye les deux plus vilains animaux qu’elle ait produits [...]. Voilà le plus stupide de tous les Mores, & le plus malicieux de tous les Singes. Je vous assure qu’il y a une de ces bêtes là qui respecte fort l’autre, & qui en admire tous les traits d’esprit. Vous jugez bien que l’admirateur est le More. Outre que tous ceux de sa nation croyent fermement que les singes ont autant d’esprit qu’eux... », « Lettre XXXIX à Madame D. V... », Lettres galantes de Monsieur le Chevalier d’Her***, Londres 1713 (première édition 1685), p. 69. Voir également Hodgen M., Early Anthropology in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1998, p. 416-426 et Blanckaert C., « “Premier des singes ou dernier des hommes” ? Les métamorphoses de l’homme-singe aux XVIIe-XVIIIe siècles », Alliage. Culture, Science, Technique, no 7-8, 1991, p. 113-129.

71 Hudson N., « From “Nation” to “Race” : The Origin of Racial Classification in Eighteenth-Century Thought », Eighteenth-Century Studies, vol. 29, no 3, 1996, p. 252-253.

72 Voir par exemple la représentation très anthropomorphe de « L’ourang outang sive homo silvestris » de Jakob Bondt datant de 1658 dans Barsanti G., « L’orang-outan déclassé. Histoire du premier singe à hauteur d’homme (1780-1801) et ébauche d’une théorie de la circularité des sources », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 1989, vol. 1, p. 69.

73 Tinland F., L’homme sauvage, homo ferus et homo sylvestris. De l’animal à l’homme, Paris, Payot, 1968, p. 106.

74 « On se demande aussi si les fils de Noé, ou plutôt cet homme unique dont ils sont eux-mêmes issus, ont pu de façon crédible avoir pour descendants ces espèces monstreuses d’hommes. [...] Certains ont la taille d’une coudée et les Grecs leur donnent le nom de “Pygmées” », Saint Augustin, La Cité de Dieu, Paris, Gallimard, 2000, p. 660-661. Sur l’histoire du mythe pygmée, voir Bahuchet S., « L’invention des Pygmées », Cahiers d’études africaines, vol. 33, no 129, 1993, p. 153-160.

75 Encyclopédie, « Homme » (8/260) par Diderot ; « Laponie » (9/287) et « Pygmées » (13/592) par Jaucourt.

76 Leclerc de Buffon G.-L., « Histoire naturelle de l’homme », Œuvres, op. cit., p. 405.

77 Pauw C. de, Recherches philosophiques sur les Américains..., op. cit., t. 2, p. 56 et 142. David Hume exprime une opinion tout à fait similaire : « À la vérité il y a quelques raisons de penser que toutes les nations qui vivent au-delà des cercles polaires ou entre les tropiques sont inférieures au reste de l’espèce et qu’elles ne sauraient atteindre aux perfections supérieures de l’esprit humain », Essais moraux, politiques et littéraires, première partie, Malherbe M. (éd.) Paris, Vrin, 1999, p. 249. On retrouve le même postulat chez des auteurs de second plan comme Castilhon, qui rejette les Lapons de sa classification des hommes au motif que « ceux qui sont situés dans les extrêmités du froid et du chaud, sont les peuples abrutis, énervés ou ignorants, appensantis et languissants », Considérations sur les causes physiques et morales de la diversité du génie et des mœurs et du gouvernement des nations, Paris, 1770, p. 107.

78 Leclerc de Buffon G.-L., « Histoire naturelle de l’homme », Œuvres, op. cit., p. 311. C’était également l’opinion de Leibniz, qui constatait que les différences « n’empêchent [pas que] tous les hommes qui habitent ce globe ne soient tous d’une même race, qui a été altérée par les différens climats, comme nous voyons, que les bêtes & les plantes changent de naturel & deviennent meilleures ou dégènèrent », Otium hanoveranum, Leipzig, 1718, p. 38.

79 « Tout concourt à prouver que le genre humain n’est pas composé d’espèces essentiellement différentes entre elles, qu’au contraire il n’y eut originairement qu’une seule espèce d’hommes, qui s’étant multipliée et répandue sur toute la surface de la terre, a subi différents changements par l’influence du climat, par la différence de la nourriture, par celle de la manière de vivre, par les maladies épidémiques, et aussi par le mélange varié à l’infini des individus plus ou moins ressemblants », Leclerc de Buffon G.-L., « Histoire naturelle de l’homme », Œuvres, op. cit., p. 406-407.

80 Ibid., p. 307 et 310. La description physique des Lapons est reprise quasiment mot pour mot par Diderot pour les décrire dans l’article « Humaine espece » de l’Encyclopédie (8/344-345).

81 Leclerc de Buffon G.-L., « Histoire naturelle de l’homme », Œuvres, op. cit., p. 311.

82 Moureaux J.-M., « Race et altérité dans l’anthropologie voltairienne », dans L’idée de « race » dans les sciences humaines et la littérature (XVIIIe-XIXe siècles), op. cit., p. 42. « Il n’est permis qu’à un aveugle de douter que les Blancs, les Nègres, les Albinos, les Hottentots, les Lapons, les Chinois, les Américains soient des races entièrement différentes », Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations, t. 1, op. cit., p. 6.

83 Ibid., t. 2, p. 140. On retrouve la même phrase sous la plume de Jaucourt dans l’article « Laponie » de l’Encyclopédie (9/287).

84 Cette légende est avancée par les Suédois lors de la guerre de Trente Ans pour répondre à leurs ennemis qui les accusaient d’avoir des sorciers lapons dans leurs rangs : « [Ils répondirent] que les Lappons ne pouvoient pas agir là où ils n’étoient pas, & que c’estoient gens qui ne pouvoient humer autre air que les leurs, ny sortir guere de leurs Païs, sans sortir du monde », Spanheim Friedrich, Le soldat suédois, s. l., 1633, p. 89. « Les Esquimaux, les Islandais, les Lappons, les Ostiakes, les Samoyèdes n’ont jamais voulu sortir du leur [de climat]. Les rangifères, ou rennes que Dieu leur a donnés pour les nourrir, les vêtir, & les traîner, meurent quand on les transporte dans une autre zone [climatique]. Les Lappons même aussi meurent dans les climats un peu méridionaux ; le climat de la Sibérie est trop chaud pour eux, ils se trouveraient brûlés dans le parage où nous sommes », Voltaire, Histoire de Jenni ou le sage et l’athée, Londres, 1775, p. 73-74. Sur le cas islandais, voir Anderson Johann, Histoire naturelle de l’Islande, du Groenland, du détroit de Davis et d’autres pays situés dans le Nord, vol. 1, Paris, 1750, p. 294.

85 Vaissete J., Géographie historique, ecclésiastique et civile, t. 1, op. cit., p. 96 ; Rousselot de Surgy J.-P., Mélanges intéressants et curieux, op. cit., p. 129 ; Hubner J., La géographie universelle, op. cit., t. 3, p. 199 ; et Pauw C. de, Recherches philosophique sur les Américains..., op. cit., t. 1, p. 217.

86 Ibid., t. 2, p. 55.

87 Kames H., Sketches of the History of Man, op. cit., p. 4 et Sebastiani S., « Progrès et race dans l’Écosse du XVIIIe siècle : les polygénistes Lors Kames et John Pinkerton », art. cité, p. 156.

88 « Considérations sur les Mœurs, le caractère & le Commerce des Lappons », art. cité, p. 162.

89 Merzahn von Klingstöd Timotheus Karl, Mémoire sur les Samoyèdes et les Lappons, Copenhague, 1766, préface, p. 1-2.

90 Ibid., p. 17-18.

91 Ibid., p. 21.

92 Ibid., p. 17-18.

93 Büsching A., Nouveau traité de géographie, t. 1, op. cit., p. 582.

94 Ibid., p. 594-596.

95 Duchet M., Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, op. cit., p. 80. Sur ce volume, voir Benot Y. « Deleyre de l’Histoire des Voyages à l’Histoire des Deux-Indes », Desné R. et Dorigny M. (dir.), Les Lumières, l’esclavage, la colonisation, Paris, La Découverte, 2005, p. 173-187.

96 « Description historique de la Laponie Suédoise, par M. Pierre Hagstram, Ministre de la Paroisse de Ghelliware », dans Histoire générale des voyages..., t. 19, Rousselot de Surgy Jacques-Philibert (éd.), Paris, Panckoucke, 1770, p. 523.

97 « Voyage de M. Arwid Ehrenmalm, dans la Nordlande Occidentale et dans la province Lapone d’Aschle, ou d’Anghermanlande, au mois de Juin 1742 », ibid., p. 598.

98 Schnakenbourg É., « L’île des confins : les représentations de l’Islande et des Islandais dans la France moderne (XVIIe-XVIIIe siècles) », Histoire, Économie et Société, 2010, no 1, p. 35-38.

99 Voir les contributions rassemblées dans Andersson Kajsa (dir.), L’image du Nord chez Stendhal et les Romantiques, Örebro, Örebro University, 2004, 2 vol., également Kapp V., « Bilder des Nordens in der französischen Literatur der Romantik », Engel-Braunschmidt A., Fouquet G., Hinden W. von et Schmid I. (éd.), Ultima Thule. Bilder des Nordens von der Antike bis Gegenwart, Francfort, Peter Lang, 2001, p. 107-121.

100 « Laponie » (3/706), Supplément à l’Encyclopédie, par Robinet.

101 King D., Drömmen om Atlantis : Olof Rudbecks jakt på en försvunnen värld, Stockholm, Månpocket, 2006.

102 Encyclopédie, « Hyperboréens » (3/482), par Turpin.

103 La Mottraye A. de, Voyages du Sr. A. de la Motraye en Europe, Asie et Afrique, vol. 2, op. cit., p. 364.

104 Cameron M., L’influence des Saisons de Thomson sur la poésie descriptive en France (1759-1810), Genève, Slatkine, 1975, p. 16.

105 Le Noble R., Histoire de l’idée de nature, Paris, Albin Michel, 1969, p. 340.

106 Thomson J., Les Saisons, Berlin, Amsterdam, 1763, p. 101-104.

107 Barton A., Northern Arcadia. Foreign Travelers in Scandinavia, 1765-1815, Carbondale, Southern Illinois University Press, 1998, p. 118.

108 Duchet M., Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, op. cit., p. 409.

109 Laporte F. de, Le voyageur françois..., op. cit., p. 77-78.

110 Ibid., p. 17-18 et 89. L’auteur signale tout de même qu’à cause de la neige et de la fumée de leur cabane, les Lapons sont fréquemment frappés de cécité.

111 Barton A., Northern Arcadia..., op. cit., p. 146. Voir également Van Tieghem P., Le sentiment de la nature dans le préromantisme européen, Paris, Nizet, 1960.

112 « Description historique de la Laponie Suédoise, par M. Pierre Hagstram... », op. cit., p. 516 et 517.

113 Laudin G., « La place des populations sibériennes et subarctiques dans les nouveaux découpages de champs de savoir, d’Iselin à Meiners », Revue internationale d’études du dix-huitième siècle, Helsinki-Oxford, 2007, no 1, p. 54. http://www.helsinki.fi/historia/1700/IRECS-RIEDS/vol_1/IRECS_laudin.pdf.

114 Weber I., « Le regard ethnologique sous l’influence de la philosophie des Lumières », Les Lumières européennes dans leurs relations avec les autres grandes cultures, op. cit., p. 50-60.

115 Merzahn von Klingstöd T. K., Mémoire sur les Samoyèdes et les Lappons, op. cit., p. 2.

116 Barton A., Northern Arcadia. Foreign Travelers in Scandinavia, op. cit., p. 119-121.

117 Encyclopédie, « Charme » (3/211).

118 Hazard P., La crise de la conscience européenne, 1680-1721, Paris, Fayard, 1994, p. 23.

119 Hulme P. et Jordanova L., The Enlightenment and its shadows, Londres-New York, Routledge, 1990, p. 7.

120 Il s’agit d’un processus par lequel le voyageur se rendant dans des espaces peu connus procède à des associations et des comparaisons lui permettant d’ordonner ce qu’il découvre. Wolff L., Inventing Eastern Europe. The Map of Civilization on the Mind of the Enlightenment, Stanford, University Press, 1994, p. 6. On pourrait ajouter que le lecteur de littérature de voyage procède à la même opération pour se construire une carte du monde.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540