Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures du Nord

 | 
Éric Schnakenbourg

Troisième partie. Saisir l'humanité septentrionale

De l’étranger à l’ascendant : les perceptions suédoises des Samis à l’époque moderne (1630-1740)1

From Strangers to Origins: Swedish Perceptions of Saami People in the Early Modern Period

Gunlög Fur
Traduction de Éric Schnakenbourg

Résumé

Swedish perceptions of Saami people in the Early Modern Period considered them both as strangers and as subjects of the realm. Increasingly over the period, their strangeness became exoticized and even characterized as noble, while they were incorporated in the realm through an understanding of history that described them as remnants of the past. Both views demanded that they convert to Christianity and accept a Swedish legal and cultural hierarchy. The Saami people, however, challenged such interpretations, thus demonstrating how these perceptions were vehicles of colonialism rather than neutral observation.

Texte intégral

  • 1 Traduction Éric Schnakenbourg.
  • 2 La bibliographie sur la Suède à l’époque moderne est très vaste. Dans cet article, j’ai privilégié (...)

1La Suède des XVIIe et XVIIIe siècles est dans une position paradoxale au regard des autres royaumes européens. Peu peuplée et plutôt pauvre, elle connaît malgré tout une forte expansion et possède une certaine puissance militaire ; quasiment dépourvue de colonies, elle dispose des ressources naturelles de son sol ; marginalisée sur le plan culturel, elle est pourtant la championne du protestantisme2. Ces particularités ont naturellement influencé la manière de percevoir les différents peuples qui habitent le royaume. Parmi eux, les Samis du Grand Nord sont un cas particulier. Ils sont en effet sujets du roi de Suède sans l’être : ils habitent la région depuis des temps immémoriaux mais sont, dans une certaine mesure, étrangers aux yeux du pouvoir royal et de l’Église. L’objet de cet article est de caractériser deux aspects de la perception suédoise des Samis : ils sont, d’une part, des membres du corps du royaume tout en étant, d’autre part, de plus en plus représentés comme des étrangers exotiques. Le premier cas de figure appelle leur intégration, le second leur mise à distance.

  • 3 Sur les représentations des peuples étrangers par les Européens en général, voir Hodgen M., Early (...)

2Ces deux manières de percevoir les Samis peuvent parfois converger et se chevaucher et, à d’autres moments, se distinguer. C’est pourquoi suggérer, comme nous le faisons dans cet article, l’évolution d’une perception suédoise des Samis les faisant passer du statut d’étrangers à celui d’individus qu’il faut intégrer par un discours sur la nature et l’histoire du royaume, vise avant tout à simplifier un processus bien plus complexe. Les peuples, hier comme aujourd’hui, cherchent à comprendre leurs différences, qu’elles soient culturelles ou perçues comme naturelles, au moyen d’une tradition intellectuelle et d’un savoir qui fournit des modèles de caractérisations et de descriptions. Ils peuvent être combinés selon différentes perspectives, et il est clair qu’ils changent avec le temps. La compréhension des différences entre les peuples est, en effet, le produit d’un environnement qui explique que la lecture culturelle des différences cède peu à peu devant des conceptions marquées par la biologie, grâce auxquelles il est possible d’ordonner une hiérarchie et des séquences chronologiques3.

  • 4 Runeby N., « Barbarei oder Zivilität? », art. cité; Lindegren J., « The Swedish “Military State” » (...)

3La perception des étrangers relève par conséquent autant de l’exercice de l’autorité que de l’observation. Comme pour tous les royaumes de l’époque moderne dans lesquels on cherche à contrôler les sujets, en Suède, le premier facteur de la cohésion identitaire est la communauté religieuse, ainsi que l’usage de la langue qui est également un marqueur de l’appartenance à un ensemble. La religion, le lieu de résidence, la reconnaissance de la place de chacun dans la société et l’acceptation de ses devoirs identifient un sujet. La société est perçue comme un corps au sein duquel chaque membre a sa fonction propre. Si l’un d’eux ne remplit pas la tâche qui lui est assignée, c’est l’ensemble de l’organisme qui souffre. Cette métaphore organiciste permet de comprendre les relations et les hiérarchies entre les différents groupes sociaux. Il en découle que ceux qui ne sont pas membres de ce corps sont considérés comme des étrangers et souvent aussi comme des menaces envers l’ordre social institué par Dieu4.

  • 5 Sur les étrangers et les immigrés dans la Suède de l’époque moderne, voir Tydén M. et Svanberg I., (...)
  • 6 Au XVIIe siècle, l’Empire suédois est particulièrement composite. Il y a, d’une part, le royaume p (...)

4Les Samis font partie des différents groupes de population qui peuvent être considérés comme des étrangers à l’intérieur même du royaume. Ils ne sont pas les seuls à ne pas parler le suédois : c’est également le cas des habitants de la plupart des provinces annexées par la Suède durant les conflits du XVIIe siècle, mais aussi de beaucoup d’officiers et de financiers employés au service de la Couronne. Les Samis ne sont pas non plus les seuls à adorer d’autres dieux. Le pouvoir royal et l’Église ont suivi un important programme pour amener l’ensemble des sujets à embrasser des croyances conformes à celle que Dieu a instaurée pour la nation suédoise. Enfin, les Samis ne sont pas les seuls à avoir un mode de vie itinérant : c’est aussi le cas des voyageurs et des tsiganes. Mais les Samis ont la particularité de combiner ces trois formes de différence, alors que leur installation ancienne dans le Nord contraint, jusqu’à un certain point, à faire droit à leurs revendications5. Dans les régions les plus septentrionales, comme dans les provinces situées en dehors du royaume à proprement parler, les Suédois sont des étrangers6.

  • 7 Pour une approche générale, voir Fur G., Colonialism in the Margins. Cultural Encounters in New Sw (...)

5En effet, les autorités suédoises ont encouragé l’émigration vers les espaces forestiers du Nord dès le XIVe siècle, dans l’espoir d’y découvrir et d’y exploiter des gisements de métaux précieux. C’est par exemple le cas avec les efforts importants, mais vains, entrepris à partir de 1634 pour encourager les paysans à s’établir en Laponie. Ils doivent participer à l’exploitation d’une mine d’argent se trouvant au sommet de la montagne Nasa. Même les exonérations fiscales, les exemptions d’obligations militaires, les promesses de fournir des vaches, des chèvres et du grain permettant de fonder de nouvelles fermes ne sont pas suffisantes pour convaincre les paysans de s’installer dans le Nord. Mais ce n’est pas avant la seconde moitié du XVIIIe siècle que les établissements des étrangers à cette région se développent réellement. L’explication de ces timides progrès vient en partie de la politique de protection des droits de propriété et d’usage des Samis. Elle est mise en place pour les encourager à demeurer sur le versant suédois des montagnes de Laponie et éviter qu’ils n’aillent installer leurs villages du côté norvégien. Jusqu’à un accord de 1751, connu sous le nom de « codicille same », la frontière septentrionale entre la Suède et la Norvège n’est pas véritablement établie, et les deux voisins prétendent exercer leur autorité sur l’ensemble des Samis et sur la vaste région du Finmark. Mais, de fait, les Samis doivent subir les lois du royaume de Suède et depuis au moins le milieu du XVIIe siècle, le pouvoir royal et l’Église organisent d’importantes campagnes missionnaires pour les éduquer et les intégrer dans le royaume7.

  • 8 Sur la Suède dans le contexte du colonialisme européen, voir Fur G., Colonialism in the Margins... (...)

6Peut-on considérer l’expansion suédoise en Laponie comme un exemple de colonisation ? La réponse à cette question renvoie à l’étude des perceptions suédoises des Samis et de leurs rapports avec les autres représentations que les Européens ont des païens et des « sauvages ». De manière surprenante, cette question n’a pas fait l’objet d’une grande attention dans l’historiographie suédoise. L’expansion vers le nord de la Scandinavie a été qualifiée de « colonisation interne » par plusieurs historiens – une expression fort utile pour distinguer cette expansion des aventures ultramarines de la Suède. Cependant, cette formulation est plutôt flatteuse pour les Suédois, car ce n’est que de leur point de vue que l’on peut qualifier leur expansion en Laponie d’« interne ». Même si la Suède ne s’inscrit que tardivement, et sans grand succès, dans la dynamique de l’expansion coloniale outre-mer, elle n’en partage pas moins ce qui peut être appelé une mentalité coloniale en s’étendant résolument sur les territoires voisins8.

  • 9 Losman A., « Skokloster – Europe and the World in a Swedish Castle », The Age of New Sweden, op. c (...)

7Dans le sillage de la spectaculaire expansion européenne, le rassemblement et l’exposition d’objets et de créatures venus de différentes régions du monde deviennent des marqueurs de l’éducation. La figure de l’étranger et les lieux inconnus permettent de soumettre à l’épreuve des alternatives lointaines ses propres conditions d’existence. En Suède comme ailleurs, la constitution de collections d’objets exotiques et les descriptions des peuples païens et sauvages sont en vogue. Les butins de guerre et les achats permettent de constituer d’importantes collections privées, dont la possession et l’exhibition rehaussent le prestige social de leur propriétaire. Le port de costumes exotiques devient une forme de distraction à la mode à la cour et chez les aristocrates. Il est révélateur de l’intérêt porté aux peuples considérés comme étranges. L’un des plus grands collectionneurs suédois est le comte Magnus Gabriel de la Gardie (1622-1686), l’un des hommes les plus riches du royaume. À son initiative, des pasteurs officiant dans le Grand Nord sont chargés de rédiger des descriptions des Samis. Elles servent à Johan Scheffer pour rédiger son œuvre monumentale Lapponia, d’abord publiée en latin à Francfort en 1673, puis très rapidement traduite en anglais, allemand, français et hollandais – mais il faudra encore presque trois cents ans avant que n’en paraisse une version en suédois9 !

  • 10 Schefferus J., A History of Lapland, wherein Are shewed the Original, Manners, Habits, Marriages, (...)

8Les descriptions de la culture samie, du type de celles qui ont été rassemblées par le comte de la Gardie et utilisées par Johan Scheffer, deviennent plus nombreuses à partir de la fin du XVIIe siècle et répondent à plusieurs objectifs. Tout d’abord, elles permettent à Scheffer d’écrire son ouvrage qui doit démentir les rumeurs selon lesquelles les armées suédoises auraient recours à la sorcellerie des Samis. Ensuite, on considère que les études sur la Laponie sont des contributions utiles à la conversion et à l’éducation des Samis, mais également à la connaissance de leur langue. Depuis le milieu du XVIIe siècle, des pasteurs sont envoyés dans les paroisses nouvellement établies de Laponie que visitent parfois des membres importants de l’Église, comme le font également des voyageurs suédois et étrangers. Beaucoup d’entre eux écrivent des journaux, des rapports officiels ou des récits relatant leurs déplacements. Dans leurs différentes productions, les Suédois adoptent la même manière de procéder que les autres Européens, en organisant leurs textes en chapitres sur « le mariage, l’Église, les cérémonies », « les maisons et les habitations », « les aliments et les boissons des Lapons », « les cultes païens et les superstitions ». Dans les sociétés de cette époque, les vêtements et l’apparence permettent de définir la position et le statut des individus. Les lois somptuaires indiquent clairement quel type de consommation et d’aspect extérieur sont admissibles selon les différents ordres. Renforcées par la division luthérienne de la société en trois ordres, ces lois établissent le cadre des relations et des hiérarchies au sein du royaume de Suède. De ce point de vue, les vêtements, le logement et les pratiques des Samis ne permettent ni d’établir un ordre hiérarchique facilement identifiable, ni même de distinguer clairement les hommes et les femmes10.

  • 11 Les habitations des Samis, ne disposant que de peu d’ouvertures, sont généralement remplies par la (...)
  • 12 Schefferus J., A History of Lapland..., op. cit., p. 12 ; Tornæus J., « Berättelse om Lapmarckerna (...)

9Les descriptions de l’apparence des Samis sont extrêmement courantes, comme dans tous les textes de la période moderne sur les peuples « étranges » et « sauvages ». La taxinomie de cette époque se concentre avant tout sur des différences physiques. « Il est assez particulier à ce peuple d’être de petite taille », écrit Scheffer, citant un grand nombre de sources. Selon la science de cette époque, il s’agit d’une conséquence du rude climat nordique. Cependant, la plupart des auteurs tiennent à souligner que les Samis ne sont pas disproportionnés, qu’ils ne sont pas des monstres. Au contraire, tout au long du XVIIe siècle, les observateurs cherchent généralement à démontrer que les Samis disposent des mêmes capacités que les autres Suédois. Il en découle que leur apparence est d’ordinaire plutôt agréable : « Les femmes, écrit l’un des pasteurs, sont relativement bien faites, et leur beauté pourrait être encore plus prononcée si elles avaient la possibilité d’échapper à la fumée11. » Des jugements comme celui-ci montrent que la différence est avant tout culturelle, et que leur perception peut évoluer12.

  • 13 Niurenius O. P., « Lappland eller beskrivning över den nordiska trakt, som lapparne bebo i de avlä (...)

10Les textes du XVIIe siècle tendent à attribuer aux conditions de vie en Laponie les défauts moraux et les carences de ses habitants : « L’amour de l’indolence les a détournés de leurs dispositions à la culture et à l’élevage [...] ils passent ainsi leur vie dans une honteuse paresse et vont plutôt supporter avec patience qu’en travaillant le manque de confort qui découle de leur barbarie », dénonce le pasteur Olaus Petri Niurenius, directeur d’une école pour les enfants samis dans les années 1630 et 1640. Cependant, il doit reconnaître que les Samis ont acquis « en raison de leur ancienne habitude de la pauvreté » une robustesse « face au climat et une capacité à se contenter de ce qu’ils ont à manger qui est merveilleuse ». Malgré la dureté des mots qu’il peut avoir sur le Nord, Niurenius signale les capacités intellectuelles des Samis, comme le font beaucoup de pasteurs animés du désir de les décrire comme des individus dignes d’intérêt et méritant d’être convertis. Niurenius présente les Samis comme rapides d’esprit et disposant d’un jugement sûr lorsqu’ils évoquent devant les tribunaux les questions relatives « à la chasse aux limites de territoires et autres choses de ce genre13 ».

11Bien qu’il demeure critique quand il traite du paganisme des Samis, Niurenius considère que leur manière de vivre est plus digne que celle de certaines personnes de son propre peuple. Les Samis sont, écrit-il,

« des gens simples et respectables [...] ils ne vivent pas au milieu de tant de choses qui peuvent nourrir des passions pernicieuses comme chez nous. Que dire des excès de boisson quotidiens auxquels tant s’adonnent, de l’arrogance et du luxe des vêtements, et de toutes les autres innombrables habitudes repoussantes » ?

  • 14 Ibid., p. 12. Sur le recours aux étrangers et aux peuples exotiques servant aux critiques internes (...)

12L’auteur introduit par ce biais un contraste entre les vertus simples qu’il a trouvées chez les Samis et ce qu’il connaît du matérialisme et de l’indulgence que les Suédois ont envers eux-mêmes. Si l’adultère est rare, Niurenius avance qu’il y a tout de même des cas de vol et de meurtre. Considérant que l’humanité avance sur la voie du déclin de la civilisation, il s’inquiète du risque de détérioration morale des Samis, tout en conservant un certain espoir : « Ils possèdent maintenant la connaissance de Dieu et du Salut, au point que je ne crains pas d’affirmer qu’il n’y a pas d’autre peuple sur la terre qui les surpasse en piété et pour la pureté de leur vie. » D’autres sources montrent qu’à l’évidence Niurenius était excessivement optimiste sur la conversion des Samis. En fait, il faut replacer son estime pour les vertueux Samis dans le contexte de ses préoccupations morales pour ses paroissiens suédois14.

13Les descriptions flatteuses des Samis ne sont pas incontestées. Il est en effet assez courant de trouver des écrits insistant sur ce qu’il y a d’étranger et de moins honorable chez ces populations. En 1670, Samuel Rheen écrit que la majorité des Samis sont

« totalement inutiles à la guerre, car il n’y a parmi eux aucun homme de valeur [...] mais certains d’entre eux inclinent secrètement à commettre des meurtres. [...] Ils sont en outre adeptes d’autres grands vices, en particulier la fornication ».

14Il apparaît que l’appréciation des Samis dépend avant tout de leur adhésion ou de leur rejet du travail des missionnaires chrétiens et de leur respect de l’autorité suédoise. Ainsi, les Suédois décrivent le village de Kaitum, proche de Luleå, avec crainte et parfois mépris, comme le pasteur Olof Kiörning en 1741 :

  • 15 Cité dans Pehr Högströms Missionsförrättningar och övriga bidrag till samisk kyrkohistoria, Hallen (...)

« Ces Lapons de Kaitom sont peu recommandables en raison de leur vie barbare et déraisonnable [...] ils sont nombreux, et ont des dispositions à être plus cruels que les Lapons en général, si bien que personne ne peut, sans courir le plus grand danger pour sa vie, oser voyager parmi eux : adultère, meurtres, vols et d’autres graves méfaits sont très communs parmi ce peuple15. »

  • 16 Rheen S., « En kortt Relation om Lapparnes Lefwarne och Sedher, wijdSkiepellsser, sampt i många St (...)

15Dans cette citation, comme dans d’autres, les apparences sont le miroir des qualités intérieures. Les Samis de Kaitum sont plus nombreux et plus basanés que les autres Samis, et ces caractéristiques physiques les désignent comme plus dangereux et plus menaçants. Les habitants de Kaitum sont souvent présentés dans les documents administratifs du XVIIe siècle et d’une partie du XVIIIe siècle comme récalcitrants, obstinément attachés à défendre leur indépendance face au pouvoir suédois et à l’Église. Ils peuvent ainsi traverser la frontière norvégienne pour éviter de payer des taxes, ils négligent de venir à l’église, refusent de construire une école pour leurs enfants et, au cours des procès, ils demeurent silencieux et sont des témoins très mal disposés16.

16Tout au long de la période moderne, les descriptions entremêlent et confondent les hommes, les animaux et la végétation. Les récits de la vie et des coutumes des Samis comprennent des détails concernant le renne, son comportement, son anatomie et ses habitudes alimentaires. Ce type de relation mêlée se trouve dans le Lapponia de Scheffer qui présente les hommes, aussi bien que les animaux, les montagnes et les lacs, comme des parties de la nature. Le lien est encore plus fort dans le récit que Carl von Linné fait de son voyage en Laponie dans les années 1730 : « Ici tous les habitants portent des manteaux lapons. Huit plantes ont été trouvées aujourd’hui. Il y a partout sur le sol des trous creusés par des souris rouges. Lemmings. » L’identification des Samis avec le renne devient évidente dans une énumération de maladies :

« Je n’ai pas entendu parler de jaunisse. Certaines vieilles personnes ont le souffle court. Enrouement au printemps et en hiver. Quelques cas d’hystérie. Les sabots des rennes sont souvent enflés. »

  • 17 Linnæus C., Lapplandsresa År 1732, Platen M. von et Sydow C.-O. von (éd.), Stockholm, 1975, p. 60, (...)

17Dans un climat aride et sur une terre rude, en proie aux moustiques et manquant de boissons alcoolisées, Linné conclut que les Samis « sont nés pour lutter, comme les oiseaux le sont pour voler17 ».

  • 18 Niurenius cité dans Källskrifter rörande kyrka och skola i den svenska lappmarken under 1600-talet(...)
  • 19 Pehr Högströms Missionsförrättningar..., Hallencreutz C. (éd.), op. cit., p. 54, 128.

18Les différents auteurs soulignent fréquemment le contraste entre, d’une part, la rudesse des habitants comme de leur environnement naturel et, d’autre part, ce qu’ils présentent des sacrifices qu’ils consentent à faire pour les Samis : « Quiconque est habitué aux maisons chaudes, au pain et à la bière pour se rafraîchir, à dormir dans de bons lits, sera réticent à vivre la vie des Lapons », écrit Niurenius dans les années 1630. Pour pouvoir travailler parmi eux, on doit se résoudre à vivre comme « un chien dans la neige et dans une hutte en hiver, à endurer le froid et le gel ; en été à marcher sous la pluie, à travers les rochers, les marécages, les mousses afin d’aller vers les habitants [...] souffrir des moustiques et d’autres insectes qui vous dévorent vivant en été18 ». Pehr Högström, qui effectue une mission au nord de Luleå dans les années 1740, affirme qu’il ne le fait « ni pour son plaisir, ni pour son intérêt », qu’il ne s’est engagé dans des voyages si risqués que « pour l’amour de Dieu, pour prendre soin de leur [des Samis] salut », et qu’il y a totalement sacrifié son propre confort. Il en ressort qu’il a fallu au moins un siècle d’efforts et de difficultés pour intégrer les Samis dans le champ de la « civilisation19 ».

  • 20 Sur la dichotomie bon sauvage/barbare païen, voir Berkhofer R., The White Man’s Indian..., op. cit (...)

19La tension entre, d’un côté, l’évocation des Samis comme un peuple dont la culture et la manière de vivre méritent d’être mises en avant et valorisées et, d’un autre côté, la description de leur dépravation morale et de leur misère physique est une des caractéristiques de leur représentation à l’époque moderne. Ce balancement entre la figure du bon sauvage et celle du païen barbare est un des lieux communs des descriptions des peuples étranges et exotiques. Les Indiens d’Amérique en sont l’exemple le plus notable, mais ce type d’approche imprègne l’ensemble des perceptions de « l’autre » de plusieurs manières. Il est étroitement lié à des interprétations théologiques du devoir de convertir des païens et aux débats internes à la Suède sur la constitution d’une société dans laquelle tout serait à sa place. Certains observateurs, comme Niurenius, jugeant que la conversion des Samis est à la fois possible et réussie, trouvent des exemples de véritable édification, alors que d’autres, comme Rheen, qui écrivent plusieurs décennies plus tard, soulignent surtout l’échec de la conversion et insistent sur leur résistance et leur barbarie. Au cours du XVIIIe siècle, la perception des Samis se sécularise et insiste davantage sur leur mode de vie sain que sur leurs pratiques religieuses, alors que le point de vue qui leur est défavorable insiste davantage sur leur misère que sur leur propension au péché20.

  • 21 Schefferus J., A History of Lapland..., op. cit, p. 12-13 ; Körningh J. F., Berättelse om en missi (...)

20Le concept d’ethnicité est relativement moderne et son utilisation pour étudier les descriptions de populations humaines lors de la période moderne peut paraître anachronique. Néanmoins, il est possible de trouver dans les textes suédois sur les Samis au moins trois approches correspondant à ce que nous appellerions aujourd’hui l’identité ethnique. La première est une appréhension des caractéristiques propres définissant notamment un groupe d’individus comme un peuple en fonction de critères extérieurs, comme nous l’avons vu pour le portrait des Samis de Kaitum. Scheffer peut aussi être placé dans cette catégorie : « En plus de leur couardise naturelle, ils [les Samis] sont étrangement enclins à la suspicion et à la jalousie », écrit-il en définissant ces hommes comme étant « au-delà de toute imagination craintifs et mesquins », si bien que s’ils devaient participer à une guerre ils « devraient d’abord combattre leur nature avant de pouvoir résister à l’ennemi. » La prise en compte des caractéristiques extérieures joue également un rôle essentiel dans l’évaluation des qualités intérieures. Un autre auteur des années 1650, Johan Ferdinand Körningh, relie ce qu’il a pu observer de la douceur du tempérament des Samis, et du manque d’aptitude martiale qui en découle, à leur absence de pilosité faciale. Il affirme que, par nature, les Samis « sont timides et retors et qu’ils font rarement confiance à qui que ce soit. » L’approche selon laquelle la nature expliquerait la culture relie ces différents auteurs à une longue tradition intellectuelle européenne21.

  • 22 La proposition de Graan est reproduite dans Fellman I., Handlingar och uppsatser angående Finska L (...)

21Johan Graan, confronté au monde des Samis en sa qualité de gouverneur de la province de Västerbotten, est emblématique d’une autre manière de raisonner. En 1670, il avance une théorie sur les existences parallèles des Samis et des Suédois. Selon lui, les deux peuples peuvent vivre côte à côte de manière profitable, puisqu’ils utilisent des ressources différentes de la flore et de la faune pour leur subsistance. Graan définit les peuples en fonction de ce qu’ils font, et non de la manière dont ils sont perçus. Les Suédois sont ceux qui exploitent le sol, gardent le bétail et vivent dans des logements pérennes. Les Samis, quant à eux, élèvent des rennes et se déplacent avec leurs animaux. Une telle répartition des rôles autorise un changement de mode de vie pour un individu, comme pour un groupe de personnes. Les Samis peuvent devenir suédois s’ils se consacrent à la culture et à l’élevage et, sans doute, vice versa. Il est possible que la position de Graan soit une réplique à la représentation des Samis comme des étrangers exotiques. Il cherche à minimiser les conflits entre les paysans et les éleveurs, y compris en avançant des vues erronées sur l’élevage des rennes. Son refus de définir les Samis et les Suédois par ce qui est inné trouve un écho dans l’approche ethnologique selon laquelle les populations s’adaptent et coopèrent face aux contraintes de leur environnement22.

  • 23 Högström P., Beskrivning öfwer Sweriges Lapmarker 1747, Umeå, Norrländska skrifter, vol. 3, 1980, (...)
  • 24 Ibid., p. 37-38.

22La troisième manière de raisonner sur l’ethnicité renvoie à la façon dont les autorités expriment leur désir de changer le comportement des Samis. Elles espèrent y parvenir par la conversion, le changement de nom, le baptême, l’adoption d’autres pratiques matrimoniales et d’enterrement, par l’éducation et la discipline établie au moyen des tribunaux. Il s’agit de procéder à une mutation culturelle. Les représentations des Samis comme un peuple différent, et parfois menaçant, mettent aussi en lumière leur capacité de changement et de développement. Dans cette perspective, il est important de souligner que les Samis peuvent manquer de volonté mais pas de capacités intellectuelles, afin de montrer qu’une mission civilisatrice a de réelles chances d’aboutir, ce qui est nécessaire au bonheur du royaume dans son ensemble. Cette insistance sur l’altération, ou l’acculturation, révèle l’émergence d’une conscience de la capacité à classer les peuples. Pehr Högström avance astucieusement qu’« il est bien connu que certains étrangers ont des idées bizarres sur nous et notre bonne Suède, elles ne sont pas meilleures que les nôtres sur la Laponie. Il n’en est pas moins vrai que les étrangers utilisent contre nous ce que Ovide écrivait sur les pays du Nord, comme nous l’utilisons contre la Laponie [...]. Qui peut supporter de telles affirmations sans avoir une région plus au nord sur laquelle les rejeter23 ? » Une hiérarchie se dégage selon laquelle les Suédois sont regardés avec condescendance par ceux qui envisagent les populations de l’ensemble du continent européen ; et les Suédois à leur tour considèrent de manière dépréciative les Samis qui, eux, n’ont personne à prendre de haut. Les caractéristiques et les qualités intrinsèques des Samis dépendent davantage de leur localisation géographique, en relation avec un centre considéré comme tel, que de considérations liées à l’inné. Cependant, l’affirmation de Högström touche aussi à la notion de stades de développement, l’une des matrices de la notion d’ethnicité qui émerge au siècle suivant. Il l’illustre en écrivant que l’étude des Samis peut procurer aux Suédois une fenêtre par laquelle ils peuvent voir « comment nos ancêtres Suédois et Goths vivaient dans tout le pays24. »

  • 25 Dahlberg E., Svecia Antiqua et Hodierna, Stockholm, rééd. 1924, p. 2.

23Cette conception ethnographique est probablement l’une des raisons qui expliquent que la Laponie soit considérée comme le berceau de ce qui est suédois. Pour beaucoup d’observateurs et d’historiens, la Laponie est un miroir du passé. Un des principaux exemples en est l’œuvre monumentale d’Erik Dahlberg (1625-1703), Svecia Antiqua et Hodierna, achevée de manière posthume en 1716. Son travail « vise à mettre en valeur et à montrer la gloire de notre patrie par le passé mais aussi pour le présent25 ». La tension entre le passé et le présent ressort clairement des illustrations. Les Samis et leur culture symbolisent le comté de Laponie incarné par le fameux « homme sauvage du Nord » avec des détails comme la hutte circulaire samie, le tambour, l’espace sacrificiel et les skis (Ill. 1).

24Avec les images de villes côtières de Piteå et de Luleå, il est clair que les Samis appartiennent au passé. Ils sont mis au premier plan avec leurs rennes dans les images des cités anciennes, mais dans celles qui représentent les villes contemporaines, les moyens de déplacement traditionnels ont été remplacés par des navires et des charrettes tirées par des chevaux, alors que les Samis ne dominent plus ni les cours d’eau ni les plaines littorales.

25Alors que des écrivains comme Niurenius soulignent volontiers le contraste entre la culture et les pratiques des Samis et celles des Suédois pour en appeler à une régénération morale, d’autres approches ont également recours à de telles comparaisons dans une perspective historique de continuité et de changement. La Laponie est un miroir dans lequel les Suédois peuvent constater à quel point ils ont avancé sur la voie séparant la nature de la culture, et mesurer ce qui a été perdu au cours de cette évolution. Mais les Samis contestent cette interprétation du passé et de leurs relations avec les Suédois. Il est possible de trouver des documents contenant des témoignages oraux des Samis des XVIIe et XVIIIe siècles sur leurs rapports avec les Suédois dont la teneur ne doit rien au hasard. Lorsque les représentants du pouvoir suédois et de l’Église présentent leurs revendications sur la Laponie, les Samis répondent en évoquant « notre terre » et « nos ancêtres ». Dans les années 1740, Högström rapporte que « certains Lapons affirment que leurs ancêtres disposaient jadis de l’ensemble de la Suède, mais que nos ancêtres les ont peu à peu repoussés et n’ont cessé de réduire leur domaine. » L’histoire des origines est bien différente de celle des Suédois. Plutôt que de se rattacher à l’ancienne manière de vivre des Suédois, ils insistent sur les trajectoires différentes des deux peuples :

  • 26 Högström P., Beskrivning, p. 39, 58.

« Les anciens racontent que les Lapons et les Suédois ont formé un seul peuple, et que leurs ancêtres étaient des frères ayant le même père et la même mère. Mais lorsqu’il arriva une tempête, l’un fut effrayé et chercha à se cacher sous une planche. Ses descendants sont les Suédois, car Dieu changea la planche en une maison. Mais l’autre, qui était plus courageux, ne chercha pas de protection, et devint le père des Lapons qui demeurent encore aujourd’hui en plein air26. »

Ill. 1. – « Le comté de Laponie », Dahlberg E., Svecia Antiqua et Hodierna, Stockholm, 1924, p. 196.

Ill. 2. – « L’ancienne et la nouvelle Luleå », Dahlberg E., Svecia Antiqua et Hodierna, op. cit., p. 192.

Ill. 3. – « L’ancienne et la nouvelle Pitea », ibid., p. 193.

  • 27 Voir également Tornæus J., « Berättelse om Lapmarckerna och Deras Tillstånd », op. cit., p. 25.

26Les références à ce qu’ont vécu les ancêtres sont fréquentes dans les textes portant sur les Samis. Elles intègrent le discours par lequel ce peuple met en perspective ses relations avec les colonisateurs suédois, norvégiens et russes27.

  • 28 Plusieurs auteurs ont remarqué cette évolution : Nordin J., « Svenskar, Finnar och Lappar », art. (...)

27Le plus connu des voyageurs du Nord est, naturellement, Linné qui parcourt la Laponie en 1732, à un moment que l’on peut considérer comme une période de transition. Les perceptions antérieures des Samis comme des étrangers dangereux pour la Suède s’estompent progressivement. À l’inverse, ils commencent à être intégrés dans le royaume, débarrassés de la peur qui accompagne ce qui n’est pas familier, et sont désormais considérés, selon Pehr Högström, comme une partie du passé commun28. Cette représentation des Samis en êtres inoffensifs permet de rendre leur existence plus exotique encore, et parfois même d’en faire l’éloge. C’est ce que Linné fait, mais pas avant d’être passé par un terrain semé d’embûches et d’en avoir affronté les dangers. Dans un passage à dimension allégorique, Linné entre dans le territoire des Samis en traversant des marécages qu’il compare à l’enfer. Dans ce milieu difficile, il rencontre une personne si différente de ce qu’il connaît et si déconcertante qu’il écrit dans son journal :

  • 29 Linnæus C., Lapplandsresa..., op. cit., p. 60.

« Je ne sais pas si c’est une homme ou une femme. Je ne crois pas qu’un poète ait pu décrire une furie aussi parfaite, qu’elle puisse être mieux représentée que par celle-ci, et qu’il n’y ait de raisons de croire qu’elle vient du Styx29. »

  • 30 Broberg G., Homo Sapiens L. Studier i Carl von Linnés naturuppfattning och människolära, Uppsala, (...)
  • 31 Linnæus C., Lapplandsresa..., p. 95.
  • 32 Ibid., p. 143, 169, 118, 111.
  • 33 Ibid., p. 137.

28Il décide finalement qu’il s’agit d’une femme qui lui sauve la vie. Ayant traversé la limite séparant la vie de la mort, où il est possible de rencontrer des individus pouvant être tout à la fois femme et homme, Linné continue son voyage en Laponie et, dès lors, fait des commentaires positifs sur la flore, la faune et la manière de vivre des hommes. En fait, il en vient à considérer les Samis comme des êtres purs de la nature, les bons sauvages du Nord30 : « Bien que l’été soit plus court que partout ailleurs dans le monde, je persiste à croire qu’il est plus agréable », écrit-il, avant d’ajouter : « Jamais auparavant je n’ai vécu une vie plus saine que maintenant31. » Et pourtant, il en revient encore et toujours à la frontière nébuleuse entre les hommes et les femmes : « En hiver, les femmes portent des pantalons tout comme les hommes » ; « Les Lapones portent les mêmes ceintures que les hommes » ; [elles] « fument du tabac comme les hommes, et pour la plupart ont des pantalons. En général les hommes cuisinent, les femmes ne font que le fromage et s’occupent des laitages » ; « Le matin, un millier de rennes arrivent pour être traits aussi bien par des hommes que par des femmes32. » Des femmes portant des pantalons, des hommes qui cuisinent et qui traient les rennes, autant d’exemples de comportements qui ne sont pas acceptables dans le contexte suédois. Leur fréquence souligne le caractère transgressif de cette région marginale qu’est la Laponie. Le texte de Linné démontre aussi que cette région, bien qu’elle soit plaisante et curieuse, suit en ce qui concerne l’exercice de l’autorité les règles mêmes qui ont cours dans les régions plus méridionales : « J’avais un guide, raconte-t-il, qui ne voulait pas avoir l’obligeance de nous accompagner, jusqu’à ce que je promette de lui administrer une correction avec mon épée. » Tant que Linné tient l’épée, il contraint l’homme à le conduire jusqu’à la montagne voisine, mais dès qu’ils y sont arrivés, le guide s’enfuit, « renonçant à l’argent et aux au revoir33 ».

29La plupart des écrivains suédois des XVIIe et XVIIIe siècles expriment leur conviction d’une supériorité culturelle suédoise sur les Samis, de la même manière qu’il est arrivé aux autres Européens de décrire les Suédois comme un peuple inférieur. Mettre de la distance avec les Samis et les civiliser apparaît essentiel aux autorités suédoises. Cependant, les perceptions que les Suédois ont de leurs voisins du Grand Nord ne demeurent pas figées pendant toute la période considérée et varient selon le statut des auteurs, selon qu’ils sont membres du clergé ou fonctionnaires. Au milieu du XVIIIe siècle, les Samis et leurs pratiques magiques cessent d’être considérés comme des menaces pour l’ordre social. À partir du moment où les idolâtres ne sont plus perçus comme un danger pesant sur la relation du pouvoir et du peuple de Suède avec Dieu, et où les personnes éduquées ne croient plus qu’il soit possible de se transformer en loup, la Laponie apparaît de plus en plus exotique et séduisante. Le pays des Samis acquiert dès lors une aura qui lui vaut d’être idéalisé comme un lieu peuplé des vestiges du passé, montrant aux Suédois une image de leur propre histoire. Les écrivains élaborent peu à peu une construction du passé selon laquelle les Samis rejoignent les Suédois, les premiers incarnant les moindres degrés de développement des seconds. Les Samis contestent cette construction rétrospective de leur passé en ayant recours à leurs propres références. L’argument selon lequel « les anciens savent ce qu’ils disent » n’est pas pour eux une simple affirmation faisant appel à la mémoire des plus âgés. C’est une manière de mettre en scène le temps et l’espace pour souligner la validité de leur lecture traditionnelle de l’évolution historique. Elle est organisée autour des trajectoires propres et contemporaines des deux peuples, qui suivent chacun une évolution différente dans des lieux distincts. Elle contredit ainsi l’interprétation suédoise selon laquelle les Samis relèveraient du passé, alors que le présent serait le résultat d’un processus de progrès. Cette appréhension de la relation entre le passé et le présent n’est pas la seule possible, elle est une partie du discours colonial. L’idée que la culture des Samis est une fenêtre ouverte sur une origine commune, et que ce peuple du passé est condamné à disparaître, relève en effet d’un processus colonial qui n’est ni inéluctable, ni incontesté. Elle génère une lecture linéaire de l’histoire destinée avant tout à servir de justification à l’établissement du contrôle suédois sur le territoire et la culture des Samis.

Notes

1 Traduction Éric Schnakenbourg.

2 La bibliographie sur la Suède à l’époque moderne est très vaste. Dans cet article, j’ai privilégié les travaux en anglais. Sur le caractère ambivalent de la Suède, voir par exemple Roberts M., The Swedish Imperial Experience, 1560-1718, Cambridge, Cambridge University Press, 1979 ; Kirby D., Northern Europe in the Early Modern Period. The Baltic World 1492-1772, Londres, Longman, 1990 ; Schnakenbourg É. et Maillefer J.-M., La Scandinavie à l’époque moderne (fin XVe-début XIXe siècle), Paris, Belin Sup., 2010 ; Lindegren J., « The Swedish “Military State”, 1560-1720 », Scandinavian Journal of History, vol. 10, 1985, p. 305-336 ; Runeby N., « Barbarei oder Zivilität ? Zur Entwicklung einer organisierten Gesellschaft im 17. Jahrhundert », Rystad G. (dir.), Europe and Scandinavia : Aspects of the Process of Integration in the 17th Century, Lund, Esselte, 1983, p. 203-218 ; Revera M., « The Making of a Civilized Nation. Nation-Building, Aristocratic Culture and Social Change », Losman A., Andersson-Lundström A. et Revera M. (dir.), The Age of New Sweden, Stockholm, Livrustkammaren, 1988, p. 103-131.

3 Sur les représentations des peuples étrangers par les Européens en général, voir Hodgen M., Early Anthropology in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1964; Berkhofer R., The White Man’s Indian. Images of the American Indian from Columbus to the Present, New York, Vintage Books, 1978, p. 33-70.

4 Runeby N., « Barbarei oder Zivilität? », art. cité; Lindegren J., « The Swedish “Military State” », art. cité; Burke P., Popular Culture in Early Modern Europe, Londres, Temple Smith, 1978; Österberg E., Lennartsson M. et Næss H. E., « Social Control Outside or Combined with the Secular Judicial Arena », Österberg E. et Sogner S., People Meet the Law. Control and Conflict-Handling in the Courts, Oslo, Universitetsforlaget, 2000, p. 237-266. Les spécialistes discutent pour savoir quel est l’aspect le plus important dans la définition des nations à l’époque moderne ; certains insistent davantage sur le rôle de la langue que sur la religion. Les désaccords peuvent découler de la différence des sources utilisées. Voir par exemple Nordin J., « I broderlig samdräkt ? Förhållandet Sverige-Finland under 1700-talet och Anthony D Smiths ethnie-begrepp », Scandia, vol. 2, 1998, p. 195-223 ; Katajala K., « Language – does it really matter ? », Hurd M. (dir.), Borderland identities : territory and belonging in Central, North and East Europe, Stockholm, Gondolin, 2006.

5 Sur les étrangers et les immigrés dans la Suède de l’époque moderne, voir Tydén M. et Svanberg I., « I nationalismens bakvatten », Broberg G., Wikander U. et Åmark K. (dir.), Bryta, bygga, bo, Stockholm, Ordfront, 1994 ; Svanberg I. et Tydén M., Tusen år av invandring, Stockholm, Gidlunds, 1998, en particulier les chapitres ii et iii.

6 Au XVIIe siècle, l’Empire suédois est particulièrement composite. Il y a, d’une part, le royaume proprement dit, comprenant la Suède et le duché de Finlande et, d’autre part, les provinces du nord de l’Allemagne et des pays baltes [NDT].

7 Pour une approche générale, voir Fur G., Colonialism in the Margins. Cultural Encounters in New Sweden and Lapland, Leyde-Boston, Brill, 2006, p. 40-99; Kvist R., « Swedish Saami Policy, 1550-1990 », Kvist R. (dir.), Readings in Saami History, Culture and Language III, Umeå: Miscellaneous Publications from the Center for Arctic Cultural Research, no 14, 1992, p. 63-77.

8 Sur la Suède dans le contexte du colonialisme européen, voir Fur G., Colonialism in the Margins..., op. cit., p. 6-8; Lindmark D., « Pietism and Colonialism: Swedish Schooling in Eighteenth-century Sápmi », Acta Borealia: A Nordic Journal of Circumpolar Societies, vol. 2, 2006, p. 116-129; Wunder J., « Indigenous Homelands and Contested Treaties: Comparisons of Aborigines, Saamis, Native Americans, First Nations, and Euro-Nation State Diplomatic Negotiations since 1300 », Grimshaw P. et McGregor R., Collisions of Cultures and Identities. Settlers and Indigenous Peoples, Melbourne, RMIT Publishing, 2006, p. 19-58.

9 Losman A., « Skokloster – Europe and the World in a Swedish Castle », The Age of New Sweden, op. cit., p. 85-102.

10 Schefferus J., A History of Lapland, wherein Are shewed the Original, Manners, Habits, Marriages, Conjurations, & c. of that People, Oxford, 1674. Les citations de l’ouvrage de Scheffer sont extraites de l’édition anglaise. Un nombre important de descriptions de la vie et des coutumes des Samis à l’époque moderne a été rassemblé et imprimé au tournant du XXe siècle, notamment Bidrag till kännedom om de svenska landsmålen och svenskt folkliv, vol. 17, Uppsala, 1897-1905 ; Sayre G., Les Sauvages américains. Representations of Native Americans in French and English Colonial Literature, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1997, en particulier le chapitre iii.

11 Les habitations des Samis, ne disposant que de peu d’ouvertures, sont généralement remplies par la fumée de leur feu [NDT].

12 Schefferus J., A History of Lapland..., op. cit., p. 12 ; Tornæus J., « Berättelse om Lapmarckerna och Deras Tillstånd », 1672, Bidrag till kännedom om de svenska landsmålen och svenskt folkliv, vol. 17, no 3, Uppsala, 1900, p. 48.

13 Niurenius O. P., « Lappland eller beskrivning över den nordiska trakt, som lapparne bebo i de avlägsnaste delarne av Skandien eller Sverge [ca. 1640] », Bidrag till kännedom om de svenska landsmålen och svenskt folkliv, vol. 17, no 4, Uppsala, 1905, p. 11, 14-15.

14 Ibid., p. 12. Sur le recours aux étrangers et aux peuples exotiques servant aux critiques internes, voir Berkhofer R., The White Man’s Indian..., op. cit., p. 74-80.

15 Cité dans Pehr Högströms Missionsförrättningar och övriga bidrag till samisk kyrkohistoria, Hallencreutz C. (éd.), Uppsala, Svenska Institutet för Missionsforskning, 1990, p. 135, également p. 47. Nicolaus Lundius, lui-même sami, expose les différences entre les Samis de la région de Luleå, où se trouve le village de Kaitum, et ceux d’Umeå, en insistant sur leur couleur : « Les Lapons de Luleå sont des gens basanés [...]. Dans la région d’Umeå, beaucoup d’entre eux ont les cheveux dorés, roux ou bruns [...]. Les Lapons de Luleå ont l’air très dangereux en comparaison de ceux d’Umeå qui sont terrorisés et apeurés par les Lapons du Nord », Lundius N., « Descriptio Lapponiae », fin des années 1670, « Bidrag till kännedom om de svenska landsmålen och svenskt folkliv », vol. 17, no 5, Uppsala, 1905, p. 9 ; Fur G., Colonialism in the Margins..., op. cit., p. 56.

16 Rheen S., « En kortt Relation om Lapparnes Lefwarne och Sedher, wijdSkiepellsser, sampt i många Stycken Grofwe wildfarellsser », 1671, Bidrag till kännedom om de svenska landsmålen och svenskt folkliv, vol. 17, no 1, Uppsala, 1897, p. 61.

17 Linnæus C., Lapplandsresa År 1732, Platen M. von et Sydow C.-O. von (éd.), Stockholm, 1975, p. 60, 112, 148.

18 Niurenius cité dans Källskrifter rörande kyrka och skola i den svenska lappmarken under 1600-talet, Nordberg E. (éd.), Umeå, Kungliga Skytteanska Samfundets Handlingar, vol. 11, 1973, p. 81.

19 Pehr Högströms Missionsförrättningar..., Hallencreutz C. (éd.), op. cit., p. 54, 128.

20 Sur la dichotomie bon sauvage/barbare païen, voir Berkhofer R., The White Man’s Indian..., op. cit., p. 72-85 ; pour une analyse de la perception suédoise des Samis et des influences piétistes, voir Lindmark D., En lappdrängs omvändelse, Umeå, Centre for Sami Research, vol. 5, 2006, en particulier le chapitre ix.

21 Schefferus J., A History of Lapland..., op. cit, p. 12-13 ; Körningh J. F., Berättelse om en missionsresa till Lappland 1659-60, Uppsala, Acta Lapponica, vol. 9, no 1, 1956, p. 39, 44 ; Örn N., Kort beskrivning av Lappland, 1707, traduit de l’original en allemand, Umeå, Två Förläggare Bokförlag, 1982, p. 14 : « Les Lapons sont par nature plutôt de petite stature [...] ils ne semblent pas être aussi beaux et bien faits que les autres peuples européens ; ils sont aussi par certains côtés très barbares, tout cela n’est pas dû qu’à la nature, mais davantage à leur négligence. » Le commentaire de Scheffer doit être replacé dans le cadre de ses efforts pour réfuter la présence de sorciers samis dans les armées suédoises. Cependant, l’utilisation d’un discours sur les qualités innées attribuées à des peuples dans leur ensemble lui permet de développer son argumentation. Sur la perception des peuples scandinaves à l’époque moderne, voir Nordin J., « Svenskar, Finnar och Lappar på världens amfiteater », Biblis, vol. 46, 2009, p. 4-13.

22 La proposition de Graan est reproduite dans Fellman I., Handlingar och uppsatser angående Finska Lappmarken och Lapparne, vol. 1, Helsingfors, 1910, p. 160-166 ; Fur G., Colonialism in the Margins..., op. cit, p. 57-60.

23 Högström P., Beskrivning öfwer Sweriges Lapmarker 1747, Umeå, Norrländska skrifter, vol. 3, 1980, p. 11-12.

24 Ibid., p. 37-38.

25 Dahlberg E., Svecia Antiqua et Hodierna, Stockholm, rééd. 1924, p. 2.

26 Högström P., Beskrivning, p. 39, 58.

27 Voir également Tornæus J., « Berättelse om Lapmarckerna och Deras Tillstånd », op. cit., p. 25.

28 Plusieurs auteurs ont remarqué cette évolution : Nordin J., « Svenskar, Finnar och Lappar », art. cité ; Lindmark D., En lappdrängs omvändelse, op. cit. ; Broberg G., « Lappkaravaner på villovägar, antropologin och synen på samerna fram mot sekelskiftet 1900 », Lychnos, 1981-1982, p. 27-86 ; Fur G., « Svenskars uppfattning av samer från stormaktstiden till 1700-talets mitt », Karlsson E. L. et Öjmyr H. (dir.), Främlingen – dröm eller hot, Stockholm, Nationalmuseum, 1996, p. 34-44.

29 Linnæus C., Lapplandsresa..., op. cit., p. 60.

30 Broberg G., Homo Sapiens L. Studier i Carl von Linnés naturuppfattning och människolära, Uppsala, Almqvist & Wiksell, 1975, p. 262-265.

31 Linnæus C., Lapplandsresa..., p. 95.

32 Ibid., p. 143, 169, 118, 111.

33 Ibid., p. 137.

Table des illustrations

Légende Ill. 1. – « Le comté de Laponie », Dahlberg E., Svecia Antiqua et Hodierna, Stockholm, 1924, p. 196.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117128/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Ill. 2. – « L’ancienne et la nouvelle Luleå », Dahlberg E., Svecia Antiqua et Hodierna, op. cit., p. 192.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117128/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Ill. 3. – « L’ancienne et la nouvelle Pitea », ibid., p. 193.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117128/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 563k

Auteur

Université Linné (Kalmar, Växjö, Suède).
Éric Schnakenbourg (Traducteur)
Centre de Recherche en Histoire Internationale et Atlantique, université de Nantes, Institut Universitaire de France.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540