Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Figures du Nord

 | 
Éric Schnakenbourg

Deuxième partie. Appréhender l'espace nordique

Le territoire groenlandais dans la Relation du Groenland de La Peyrère, 1647

The Territory of Greenland in La Peyrère’s Relation du Groenland, 1647

Antoine Chevereau

Zusammenfassung

Isaac de La Peyrère (1596-1676) is most famous for his Pre-Adamite hypothesis, but he was also an important writer of French knowledge of the North, being the author of a Relation du Groenland and a Relation d’Islande. During a stay in Denmark, he used local archives to compile the first modern study of Greenland, based on medieval Icelandic sagas and recent navigation accounts. Far from the Arctic territory we know, La Peyrère actually depicted a “Green Land,” colonized by Norsemen. Comparing the Saga of Eric the Red to his text, some differences appear; first of all, the French author does not mention the discovery of Vínland, the most important event in Greenlandic sagas. This leads to the hypothesis that Vínland moved to Greenland, an idea which was made possible by the remaining theory of a hyperborean country and a temperate upper-North climate. New descriptions given by whalers exploring the North Atlantic resulted in La Peyrère’s image of the Green Land fading into insignificance in the geography books. Yet there is a point that never disappears about Norse settlements: the idea that they could take advantage of fertile territory in Greenland. Side by side, two images of this arctic island coexist, only separated by a couple of centuries.

Volltext

  • 1 Praeadamitae, sive exercitatio super versibus duodecimo, decimotertio et decimoquarto, capitis qui (...)

1L’auteur de la Relation du Groenland Isaac de La Peyrère, est relativement célèbre pour sa thèse sur les Préadamites, parue en 1655 sous couvert de l’anonymat1. Cette précaution est compréhensible, même si les contemporains n’ignoraient pas l’identité de l’auteur de ce texte qui remettait en cause les Écritures. Faut-il pour autant inscrire La Peyrère dans cette frange du libertinage érudit qui commence à douter de l’existence du Créateur ? En fait, les Préadamites proposent une solution à un problème théologique dont les termes sont rappelés par Michèle Duchet :

  • 2 Duchet M., Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1995 (rééd.), p. (...)

« La découverte d’une humanité exotique [en Amérique] a ébranlé jusqu’en ses fondements l’ancienne conception du monde dominée par l’idée de la Révélation : “le démenti infligé aux doctrines traditionnelles démasquait un néant conceptuel impossible à combler sur le moment. Il s’agissait, pour les sages de ce temps, d’une première expérience de la mort de Dieu2”. »

  • 3 Pintard R., Le libertinage érudit dans la première moitié du XVIIe siècle, Slatkine, Genève, 2000, (...)

2Puisque les Américains n’entrent pas dans le lignage d’Adam, à la différence des autres peuples connus des Européens, La Peyrère les en distingue radicalement, ce qui permet de réserver le véritable statut d’Hommes aux Adamites. Se pose alors la question de ceux qui sont nommés de manière indéterminée les « Sauvages ». Encore plus idéalisées que réellement étudiées au XVIIe siècle, ces figures occupent une place centrale dans les débats entre libertins et théologiens qui y voient, d’une part, un élément de nature à questionner l’existence de Dieu par l’athéisme naturel de ces hommes et, d’autre part, un modèle de simplicité par l’absence de la corruption et des mœurs relâchées des Européens. Mais finalement, comme le souligne René Pintard, la thèse des Préadamites porte plus sur l’avenir que sur le passé : il s’agit de programmer la reconstruction du royaume de Jérusalem sous la direction du roi de France, une fois tous les peuples adamites réunis dans un dogme simplifié3.

  • 4 Pauw C. de, Recherches philosophiques sur les Américains, ou Mémoires intéressants pour servir à l (...)
  • 5 Pintard R., Le libertinage..., op. cit., p. 358.
  • 6 Gassendi P., Parphelia, sive soles quatuor, qui circa verum apparuerunt Romae, die XX. mensis mart (...)
  • 7 Gassendi Pierre, Viri illustris Nicolai Claudii Fabricii de Peiresc, senatoris aquisextiensis vita(...)

3Cornelius de Pauw, auteur néerlandais du XVIIIe siècle, assure quant à lui que La Peyrère, « plein de ses idées sur les Préadamites, s’appliqua à l’histoire du Nord dans l’espérance d’y découvrir les preuves de son système, qui n’avait pas besoin de preuves4 ». En réalité, à l’examen de la Relation du Groenland, parue en 1647, aucun élément explicite ne permet de confirmer cette affirmation. La Peyrère se cantonne bien souvent à un rôle de compilateur, reprenant des textes islandais médiévaux et des relations de voyages plus ou moins récents, comme ceux de Frobisher parti à la fin du XVIe siècle à la recherche d’un passage vers le royaume de Cathay en contournant l’Amérique septentrionale. L’intérêt de la Relation du Groenland dans le champ des représentations du Nord est que cet ouvrage forme la première synthèse moderne et la première référence concernant exclusivement le territoire groenlandais. La Peyrère profite de sa présence à Copenhague, « dans le train de M. de la Thuillerie, ambassadeur extraordinaire au Danemark5 », pour mener à bien son travail de recherche. Exploitant la documentation qu’il trouve sur place et qu’il se fait traduire et expliquer, car il ne lit pas le danois, La Peyrère forme un recueil de curiosités et d’anecdotes sans réel ordre ou classement méthodique. Il se contente bien souvent de reprendre ses sources les unes après les autres, se permettant toutefois quelques digressions au gré des entretiens qu’il a pu avoir avec des savants locaux, notamment avec le père de la runologie, Ole Worm, à propos de publications récentes comme celles de Pierre Gassendi, auteur d’un traité sur les parhélies6 et d’une Vie de M. Peiresc7. On imagine alors qu’avec les informations dont dispose son auteur, la Relation du Groenland de La Peyrère soit une référence, basée sur une solide documentation sur un territoire à propos duquel, quelques années avant la parution de l’ouvrage, La Mothe le Vayer écrit encore :

  • 8 La Mothe Le Vayer F. de, Opuscules ou petits traictez, Paris, 1643, p. 187.

« On doute s’il fait encore partie de la terre habitable, ou si la mer ne l’a point englouti. Car c’est chose certaine que la plupart des pilotes ne le trouvent plus, quand ils sont sous sa hauteur, ou comme ils disent dans son parage, mais seulement une mer fort basse et fort noire. Et le Roi de Danemark l’ayant plusieurs fois depuis quelques temps fait chercher sans le pouvoir rencontrer, dit souvent en riant que le Groenland est sa pierre Philosophale8. »

4La Peyrère est le premier compilateur moderne à écrire sur le Groenland en français. Les représentations qui sont données à lire dans sa Relation du Groenland forment la base des connaissances sur ce territoire arctique pour bien des années. Le tableau qui y est présenté est d’ailleurs particulier, voire étrange, si l’on considère l’inlandsis couvrant alors l’ensemble de l’île :

  • 9 La Peyrère I. de, Relation du Groenland, Paris, 1647, p. 53.

« Il y croît du meilleur froment qui se puisse trouver en aucun autre endroit du monde, et des Chênes si vigoureux, et si forts, qu’ils portent des glands gros comme des pommes9. »

5La question de la fertilité du Groenland est une interrogation centrale, car elle permet de s’interroger sur l’origine des informations dont dispose La Peyrère pour écrire son texte. Il s’agit de savoir si les représentations contenues dans son ouvrage se basent sur de réelles observations ou si elles s’appuient sur un imaginaire qu’il convient de décrypter.

La « Terre verte » d’Éric le Rouge et de ses successeurs

  • 10 Ibid., p. 18.

6Il faut d’abord rappeler que l’auteur de la Relation du Groenland ne se rend pas lui-même sur l’île : il se contente de reprendre ce que d’autres ont pu écrire après avoir eu une connaissance plus ou moins directe de ce territoire. Ainsi, il mentionne deux de ses sources qui font le récit de la colonisation viking en arctique : d’une part, un recueil indéterminé de Snorri Sturluson, scalde islandais du XIIIe siècle, connu pour avoir rédigé l’Edda ; d’autre part, un auteur plus récent, Claus Christophersen Lyschander, mort en 1624, auteur en 1608 du livre Den Grønlandske Cronica. Il est intéressant de se pencher sur les narrations que La Peyrère fait de l’installation scandinave au Groenland au Xe siècle. Selon l’idée commune, Éric le Rouge, profitant d’une période d’optimum climatique, aurait trouvé dans son exil une terre d’accueil suffisamment hospitalière « qu’il nomma Groenland, c’està-dire, Pays vert, à cause de la verdeur de ses pâturages, et de ses arbres10 ». C’est également sur ces chroniques de tradition scandinave que l’auteur français se base lorsqu’il parle du « meilleur froment » et des « glands gros comme des pommes » de l’île. Toutefois, les sources ne sont pas cohérentes, comme le constate La Peyrère qui rend compte de leurs contradictions :

  • 11 Ibid., p. 53-54.

« La chronique danoise dit que quand Erric le Rousseau entra dans ce pays, il ne vivait que de pêche, à cause de l’infertilité de la terre. Néanmoins la même chronique danoise rapporte [que] les successeurs d’Erric, qui s’avancèrent dans le pays après sa mort, trouvèrent entre des montagnes, des terres fertiles, des prairies, et des rivières, qu’Erric n’avait pas découvertes11. »

  • 12 Gravier M. (éd.), Saga d’Éric le Rouge : le récit des Groenlandais, Paris, Aubier, 1955, p. 48.
  • 13 Ibid., p. 88. « Ils trouvèrent sur cette terre des champs de blé sauvage dans les régions basses e (...)

7Il n’est malheureusement pas possible de repérer tous les textes utilisés par l’auteur de la Relation du Groenland, mais dans la même veine littéraire il est possible d’avoir accès à la fameuse Saga d’Éric le Rouge ainsi qu’au Récit des Groenlandais. Or, il se trouve qu’effectivement dans ces deux textes, les premiers colons scandinaves semblent rencontrer des difficultés à assurer leur subsistance. L’explication même du nom de Groenland est bien différente de celle que donne La Peyrère : la raison alléguée est que « les gens auraient grande envie de venir dans un pays qui avait un si beau nom12 ». Mais, finalement, le plus important se trouve dans les découvertes des successeurs d’Éric le Rouge, rapidement convertis au christianisme, dont les principes sont apportés par le fils même d’Éric, Leif l’Heureux. La Saga d’Éric le Rouge et le Récit des Groenlandais s’accordent sur le fait que, face aux problèmes de subsistance, des expéditions ont été entreprises vers l’ouest. Vient alors le récit des découvertes de trois îles, qui laisse penser que les Vikings ont pu accoster en Amérique plusieurs siècles avant Christophe Colomb. Plus particulièrement, c’est le Vínland, la « Terre de la vigne » qui fait l’objet du plus long développement, véritable symbole pour ces nouveaux chrétiens, qui y trouvent du blé et de la vigne poussant à l’état sauvage, de quoi faire du pain et du vin, le corps et le sang du Christ13.

  • 14 Ibid., p. 14.
  • 15 Barnes G., Viking America: the first millennium, Cambridge, D. S. Brewer, 2001, p. 71.
  • 16 Ibid., «Lyschander’s image of Vínland is simply a wishful expression of pious enthusiasm, but it a (...)
  • 17 Jensen J. M., « Greenland and the Crusades », dans Denmark and the Crusades, 1400-1650, Brill, 200 (...)

8La vision du Groenland donnée par La Peyrère est légèrement différente. Il n’est pas question de vigne mais de chênes, et surtout la riche contrée n’est plus découverte à la suite d’une expédition maritime mais terrestre, au cœur même de la grande île arctique. Il est cependant probable qu’il s’agisse dans les deux cas des mêmes événements, car l’auteur de la Relation du Groenland ne fait lui aucune allusion au Vínland alors que, selon Maurice Gravier, Snorri Sturluson y fait référence dans ses écrits14, tout comme Lyschander, dont la Grønlandske Cronica a été étudiée par Geraldine Barnes15. L’absence de mention de la « Terre de la vigne » dans le texte de La Peyrère peut donc surprendre, alors même qu’il s’agit d’un élément important des sagas groenlandaises. Cette absence conduit à penser qu’au moment de la construction des savoirs véhiculés dans la Relation du Groenland, la fertilité caractéristique du Vínland ait été transposée dans une région indéterminée du territoire arctique, « entre des montagnes ». L’analyse de Geraldine Barnes permet d’avancer une hypothèse, celle d’un projet né dans certains esprits danois de la colonisation d’une partie de l’Amérique septentrionale, dont la « Terre de la vigne » pourrait être le centre. Auquel cas, le silence sur le Vínland pourrait s’expliquer par la volonté d’éviter d’éveiller l’attention d’autres États européens16. L’idée se trouve étayée par Janus Møller Jensen qui, dans son ouvrage sur le Danemark et les croisades, consacre un chapitre entier au Groenland. Il s’appuie sur la thèse des ambitions danoises en Atlantique Nord, en notant que plusieurs rois du Danemark ont tenté d’organiser des expéditions vers l’ouest, tout d’abord vers l’Inde via le Groenland, tant que le continent américain n’était pas reconnu comme un obstacle, puis dans le but de contrôler un éventuel passage du nord-ouest17.

  • 18 Sanson N., « Traité de l’Amérique », dans Luyts Jan (éd.), Description de tout l’univers : en plus (...)

9Pour en revenir au tableau de la « Terre verte », si La Peyrère en diffuse la représentation dans sa Relation du Groenland, même si elle paraît être le fruit d’une translation, volontaire ou non, de la fertilité du Vínland au Groenland, c’est que cette idée ne lui semble ni inconcevable ni absurde. Car tout compilateur qu’il soit, le géographe de l’époque moderne n’en conserve pas moins un recul critique. S’il restitue une connaissance, c’est qu’il l’accepte. Trouver une « Terre verte » sous les plus hautes latitudes septentrionales ne paraît donc pas incohérent aux yeux de La Peyrère, ainsi qu’à ceux de Nicolas Sanson, qui le reprend presque mot pour mot dans son Traité de l’Amérique18.

Des trésors de Saturne aux Griffons gardien de l’or

10La fertilité du Groenland n’est pas la seule richesse remarquable du pays. La Relation fait fréquemment état de découvertes plus directement attrayantes encore. De nombreuses histoires reprises par La Peyrère introduisent des minerais précieux, or ou argent, dans les descriptions du territoire arctique :

  • 19 La Peyrère I. de, Relation du Groenland, op. cit., p. 105-106.

« Des Rois de Norvège, et de Danemark, [...] y avaient envoyé divers Vaisseaux, et y étaient allés en personne [...]. Ce qui avait obligé les uns et les autres de tenter ce voyage, était, ou le rapport, ou l’opinion reçue, et fondée sur quelque rapport, qu’il y a dans cette contrée quantité de veines d’or, et d’argent, et de pierres précieuses [...]. Et je vous dirai à ce propos ce que la même Chronique Danoise raconte, qu’il y a eu le temps passé des Marchands qui sont revenus de ces voyages avec de grands trésors19. »

  • 20 Ibid., p. 139.
  • 21 Ibid., p. 157.
  • 22 Ibid., p. 193-194.
  • 23 Ibid., p. 108-109.

11Appuyant ces propos, les expéditions modernes de Frobisher ou d’explorateurs danois permettent de donner plus de crédit encore à ces croyances par leur caractère contemporain. La Peyrère rapporte ainsi que les Anglais « rencontrèrent des graviers, où l’or reluisait abondamment20 ». Ce sont ensuite des navigateurs se rendant dans la région au nom du roi de Danemark qui entretiennent la légende. Un certain Lindenov et son équipage, partis en 1605 à la demande de Christian IV, « trouvèrent grand nombre de pierres de mine d’argent21 ». De nouveau, en 1636, un pilote danois « avait reconnu une Rive sur cette côte, dont le sable était de la couleur et de la pesanteur de l’or. Il courut en diligence à cette rive et, ayant rempli son vaisseau de ce sable, dit à ses compagnons, qu’ils étaient riches22. » À propos d’une telle histoire, La Peyrère conclut toutefois étrangement que « le Chroniqueur Danois dit en suite de cette Histoire, que ce Pays est plein de richesses ; à cause de quoi l’on dit que Saturne y a caché ses trésors, et qu’il n’est habité que des Diables23 ».

  • 24 Thevet A., Cosmographie universelle, Paris, 1575, tome second, p. 869-870.
  • 25 Ibid.
  • 26 Hérodote, Histoires, IV, 13 ; texte et traduction de Ph. E. Legrand, coll. des universités de Fran (...)

12En effet, ces récits qui permettent à leurs acteurs d’espérer faire fortune se terminent mal pour les protagonistes qui, bien souvent, meurent avant de pouvoir jouir de leurs découvertes. Dans le meilleur des cas, l’or que Frobisher pense rapporter à Londres se révèle être un simple minerai sans valeur, finalement déversé dans la Tamise. Toujours est-il que les trésors cachés par Saturne donnent l’impression d’être maudits. Cette idée n’est pas nouvelle, elle se trouve déjà chez le cosmographe de la Renaissance André Thevet : « Sur ce propos Isidore s’oublie de dire, que les plus grandes richesses d’or, d’argent, perles et pierreries viennent de ces pays Septentrionaux [Botnie et Norvège] [...]. Pline en dit d’aussi vertes que lui24. » Même Thevet n’accorde aucun crédit à ces histoires ; ses critiques permettent de comprendre que l’idée de trouver des trésors dans les régions septentrionales n’est pas nouvelle. Le cosmographe ajoute lui aussi que « l’on n’en sait approcher, à cause des Griffons qui ont le soin de telles richesses [...]. Je dis, que en ce pays il y a autant d’or, d’argent, et de pierres fines, qu’il y a de Griffons et de Licornes au monde25 ». L’idée de faire habiter monstres et créatures fantastiques aux confins du monde est du ressort du topos, cependant le terme de « Griffon » n’est, lui, pas innocent. Hérodote, dans ses Histoires, y fait déjà allusion : « Au-dessus des Arimaspes, les griffons gardiens de l’or ; au-dessus des griffons, les Hyperboréens26. » Cette courte citation permet d’apporter un éclairage à l’ensemble de cette étude. Les Arimaspes, peuplant les contrées les plus septentrionales de l’œkoumène grec, ont pour habitude de combattre les griffons, afin de disputer les trésors que ceux-ci gardent, bien que plus au nord encore figure un autre peuple, les Hyperboréens. Comme leur nom l’indique, ils vivent dans un territoire situé au-delà de Borée, le vent froid soufflant du nord.

De l’Hyperborée à l’Arctique : les merveilles physiques du Septentrion

  • 27 Mercator G. « Septentrionalium Terrarum descriptio », dans Atlantis pars altera. Geographia nova t (...)
  • 28 Schapira N., Un professionnel des lettres au XVIIe siècle. Valentin Conrart : une histoire sociale(...)

13L’Hyperborée forme donc, dans la géographie des Anciens, un territoire au-delà des bornes du monde connu, résidence d’Apollon toute une partie de l’année, qui accueille également une race d’hommes éponyme. Immortels et jouissant d’une vie douce, les Hyperboréens mettraient fin à leurs jours au bout de mille ans en se précipitant d’une falaise. Leur pays, digne d’accueillir l’un des dieux majeurs de l’Olympe, est bien évidemment une terre généreuse, fournissant naturellement de quoi subsister sans aucun effort. Or, force est de constater que chez Mercator, mais également chez Thevet, les dix derniers degrés nord du globe sont assez précisément couverts par quatre îles imposantes qui peuvent être assimilées à un continent hyperboréen27. Ce pan de la géographie grecque ancienne forme donc toujours, au XVIe siècle, une réalité dans la connaissance du monde. Le terme même d’Hyperborée n’est pas employé par La Peyrère, mais il est probable qu’il ait à l’esprit de telles représentations, car selon l’historien Nicolas Schapira, « le latin et le collège forment en effet les deux piliers de l’éducation des élites officières », or « le collège est bien loin de délivrer un savoir pratique : on y plonge exclusivement dans l’univers de l’Antiquité28 ».

14Pour autant, les progrès de la science et de la géographie ne permettent plus de croire si aisément à la présence d’un territoire particulièrement propice et fertile au cœur de la mer glaciale, d’où les navigateurs rapportent des récits de tempêtes, de glaces flottantes et de froids aigus, comme en témoigne Frobisher :

  • 29 Bernard J.-F. et Frobisher M., « Les Navigations de Frobisher, au détroit qui porte son nom », dan (...)

« Les travaux de notre pèlerinage sur ces Mers glacées au Mois de Juillet, n’avaient d’autre adoucissement qu’un froid extrême, les Vents impétueux du Nord, la neige, la grêle et les frimas, au lieu des fleurs, des fruits et du ramage des Oiseaux qui sont ailleurs les agréments de l’Été. Cependant nous n’étions qu’à 61. D. de Latitude, et il est très vrai que plus au Nord, par ex. à 70. D. le froid n’est pas si grand29. »

15Même en plein mois de juillet, l’équipage de Frobisher doit affronter les basses températures arctiques, mais le narrateur reconnaît bel et bien que, plus avant vers le Septentrion, l’air est censé s’adoucir. C’est à nouveau dans les écrits de Cornelius de Pauw qu’un élément d’explication de cette étrangeté physique peut se trouver. Dans un chapitre consacré aux « Eskimaux », l’auteur des Recherches philosophiques sur les Américains critique la théorie selon laquelle

  • 30 Pauw C. de, Recherches philosophiques..., op. cit., p. 242-244.

« Il y a, au Pôle [...], des volcans dont les exhalaisons et les feux toujours renaissants tempèrent les pays voisins [...]. Le feu qui s’échappe du bout de l’axe terrestre [...] n’existe que dans les hypothèses auxquelles les Aurores boréales [...] ont donné lieu ; comme si ces météores puisaient directement leur substance des entrailles d’un volcan intarissable et toujours allumé ; ce qui est en physique une absurdité30. »

  • 31 Mercator G., « Septentrionalium Terrarum descriptio », op. cit.

16Cette thèse figurait sur la carte de l’Arctique de Mercator de 159531, régulièrement remise à jour. En effet, à l’exact emplacement du Pôle nord est représentée une gigantesque montagne qui, d’après cette théorie, serait donc à l’origine de la douceur des températures dans les contrées hyperboréennes. Sur ce point encore, les écrits de La Peyrère ne permettent pas d’être catégorique quant à son adhésion ou à son rejet d’une telle idée :

  • 32 La Peyrère I. de, Relation du Groenland, op. cit., p. 99-101.

« L’Été au Groenland est beau, jour, et nuit ; si l’on doit appeler Nuit, ce crépuscule perpétuel qui y occupe en Été tout l’espace de la nuit. Comme les jours y sont très courts en Hiver, les nuits en récompense y sont très longues ; et la Nature y produit une merveille [...]. Il se lève en Groenland une Lumière avec la nuit, lorsque la Lune est nouvelle, ou sur le point de le devenir, qui éclaire tout le pays, comme si la Lune était au plein. Et plus la nuit est obscure, plus cette Lumière luit. Elle fait son cours du côté du Nord, à cause de quoi elle est appelée, Lumière septentrionale. Elle a le regard d’un feu volant, et s’étend en l’air comme une haute palissade. Elle passe d’un lieu à l’autre, et laisse de la fumée aux lieux qu’elle quitte. Il n’y a que ceux qui l’ont vue, qui soient capables de se représenter la promptitude, et la légèreté, de son mouvement. Elle dure toute la nuit, et s’évanouit au Soleil levant. Je laisse aux curieux, qui sont plus entendus que je ne suis dans les raisons de la Physique, à rechercher la cause de ce Météore. Et s’il se lève quelque vapeur de cette terre, qui s’échauffe, et s’enflamme par son mouvement32. »

17La dernière phrase de cet extrait marque bien les hésitations de son auteur au sujet d’une éventuelle chaleur dégagée par les aurores boréales. Plus globalement, l’ensemble de la citation est révélateur de l’idée qu’il peut se faire du climat groenlandais, car il n’est en aucun cas question du froid extrême enduré par l’équipage de Frobisher au mois de juillet. Si La Peyrère ne mentionne jamais directement l’Hyperborée ou un volcan gigantesque tempérant les plus hautes latitudes nord, il semble que ces idées soient présentes dans son esprit, et qu’elles transparaissent dans ses textes de manière évanescente, apportant le crédit nécessaire au tableau verdoyant du Groenland de la Relation.

Une référence vite dépassée par l’expérience ?

18Il serait toutefois erroné de se baser sur un seul ouvrage pour en tirer des conclusions générales sur les représentations de la grande île arctique. Nous avons qualifié le texte de La Peyrère de référence, car nombre de compilateurs ultérieurs renvoient à ce livre. Cependant, tout autant que l’auteur de la Relation, ces derniers n’en conservent pas moins un esprit critique et réactualisent les connaissances qu’ils peuvent trouver. C’est pourquoi il faut évoquer certains ouvrages qui, d’une manière ou d’une autre, traitent du Groenland – des livres de géographie pour la plupart –, afin d’entrevoir la manière dont a été perçu le texte de La Peyrère.

19Les premiers sont ceux de Nicolas Sanson, en 1657, qui ont été cités précédemment ; leur auteur s’inscrit clairement dans la même ligne que la Peyrère, en reprenant ostensiblement les termes de son prédécesseur :

  • 33 Sanson N., « Traité de l’Amérique », dans Luyts Jan (éd.), op. cit., p. 9 [pagination multiple].

« On dit qu’en certaines parties du Groenland il y a des Terres, qui portent du Froment aussi beau qu’il y en ait au monde, des Chênes si forts, et si grands que leurs Glands sont gros comme des pommes [...], que l’herbe de Pâtures y est excellente et nourrit quantité de gros et menu Bétail : qu’il y a des Chevaux, des Cerfs, des Rênes, Loups, Renards, Ours noirs et blancs, des Castors, Martres, etc.33 »

20Au-delà de la simple répétition, cet extrait permet de souligner que l’opinion de La Peyrère sur le Groenland n’est pas seulement une fantaisie individuelle. Elle procède d’un imaginaire commun, ancré depuis de nombreux siècles dans les représentations du monde de la géographie européenne. Cependant, il convient d’observer que, rapidement, des compilateurs se détachent du tableau présenté dans la Relation du Groenland. Ainsi Louis Moreri, quelques années plus tard, en 1674, décrit avec une tonalité bien différente le :

  • 34 Moreri L., Le grand dictionnaire historique ou Le mélange curieux de l’histoire sacrée et profane, (...)

« Groenlandt ou Gronenlande, c’est-à-dire Terre verte, pays ainsi nommé à cause de la mousse qui est le long de son rivage. [...] L’air y est si froid que les Danois qu’on y avait envoyés en sont tous morts. La terre ne produit que de la mousse et quelques pâturages34. »

21De la même manière, Alain Manesson-Mallet, en 1683, crée une sérieuse brèche dans les représentations hyperboréennes du Groenland :

  • 35 Manesson-Mallet A., Description de l’univers, Paris, 1683, p. 300.

« L’Air de ce Pays est chargé de Brouillards, et agité de Vents violents, l’excès du froid y tient dans la Mer Gelée des années entières [...]. Les Terres y sont blanchâtres, et les Hollandais qui y voyagent, disent qu’il ne s’y trouve aucun Arbre, et sur leur rapport il court un Proverbe en Hollande ; car si quelqu’un y vante son mérite, ou sa valeur, on lui dit en raillant qu’il a véritablement fait des merveilles, et que sans doute il a pissé contre un Arbre en Groenland35. »

  • 36 Ibid.
  • 37 Encyclopédie (volume 7/page 951).

22Il semble donc que quelques décennies aient suffi à briser la représentation du « Pays vert » de La Peyrère, notamment par l’expérience des baleiniers hollandais sur les côtes groenlandaises qui offrent une vision bien différente. Pour autant, la Relation du Groenland reste la référence incontournable sur le sujet, et si les « terres blanchâtres » s’imposent dans les textes, le nouveau tableau ne vient pas remplacer l’ancien. Il faut remarquer que les deux représentations sont associées dans une nouvelle perception globale du territoire arctique. Le glissement entre les deux contraires se fait par l’Histoire. Car si Manesson-Mallet semble bien décrire une contrée particulièrement stérile et inhospitalière, il admet tout de même qu’Éric le Rouge l’a baptisée Groenland « à cause de la verdure des prairies qu’il y rencontra36 ». Jaucourt, dans l’Encyclopédie, parle quant à lui du « grand froid qui y règne », mais également du « gros et du menu bétail » qui s’y trouve37. Les articles traitant du Groenland présentent régulièrement, à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, un paragraphe sur l’« Ancien Groenland » suivi d’un autre consacré au « Nouveau Groenland ». L’exemple le plus marquant de cette combinaison de deux représentations qui paraissent pourtant inconciliables se trouve chez Jean-Baptiste Robinet :

  • 38 Robinet J.-B., Dictionnaire universel des sciences morale, économique, politique et diplomatique ; (...)

« La terre ferme est partout couverte de rochers, dont les plus hauts sont sans cesse couverts de glace et de neige, ainsi qu’une bonne partie des vallées. [Pourtant] le Groenland a été autrefois très fertile, nourrissait des vaches et d’autre bétail, et produisait dans quelques endroits le meilleur froment. [Les anciennes descriptions] ajoutent qu’on a trouvé dans les vallées de très beaux glands38. »

  • 39 Ibid.

23Dans la même lignée, il affirme également qu’Éric le Rouge « l’appela Groenland, c’est-à-dire, Pays vert, à cause des beaux pâturages et des arbres verts qui s’offrirent à sa vue39 ». L’utilisation des figures du « meilleur froment » et des « très beaux glands » marque clairement le fait que ces représentations viennent de La Peyrère.

  • 40 Szabo V. E., Monstrous Fishes and the Mead-Dark Sea. Whaling in the Medieval North Atlantic, Leyde (...)

24Il est possible d’entrevoir ici la création d’un imaginaire commun qui s’inscrit dans le long terme, par le biais de connaissances transmises de compilateur en compilateur, à partir desquelles l’historien peut sans doute comprendre l’idée, partagée par une frange de contemporains, selon laquelle la colonisation viking du Groenland a été permise par un optimum climatique rendant temporairement « vert », fertile et hospitalier, ce territoire arctique. La construction d’un tel imaginaire connaît bien évidemment des évolutions propres. Il semble qu’au départ, dans l’esprit de La Peyrère ou de Sanson par exemple, il s’agisse d’une transposition des caractéristiques du Vínland dans la perspective de l’Hyperborée de la géographie des Anciens. Ancrée comme une référence, cette connaissance géographique a ensuite été adaptée aux réalités vécues sur place par les baleiniers, puis par les missionnaires danois partis convertir les Inuits. Des explications rationnelles ont été introduites pour appuyer l’imaginaire d’un « Pays vert » au cœur de l’Arctique, basé sur des observations. Il y a d’abord le fantastique volcan polaire, dont les exhalaisons donnent à voir les aurores boréales et tempèrent les rigueurs des plus hautes latitudes. Ensuite, plus proche des auteurs, la théorie de l’optimum climatique qui aurait pu compenser les rigueurs de l’hiver boréal et les longues nuits saisonnières. Il ne faudrait pas pour autant tomber dans l’excès inverse et affirmer que les colons, à la suite d’Éric le Rouge, n’ont jamais rien pu tirer de leur terre d’accueil, mais il est raisonnable de penser que leurs ressources devaient davantage se baser sur l’élevage que sur une agriculture céréalière. Dans une étude récente sur l’importance des ressources halieutiques dans l’Atlantique Nord au Moyen Âge, en particulier sur les baleines, Vicki Ellen Szabo confirme cette idée, notant que « les établissements norrois [dans cette région], souvent décrits comme des contrées de profusion par les sagas, étaient sans aucun doute des terres de défi écologique40 ».

  • 41 Ruiu A., Les récits de voyage aux pays froids au XVIIe siècle. De l’expérience du voyageur à l’exp (...)

25Pour conclure sur Isaac de La Peyrère, auteur à l’origine d’un imaginaire du Groenland comme une Terre verte, il est clairement un homme de son temps ou, pour reprendre l’expression d’Adina Ruiu, de ce « grand intervalle des confluences41 », entre autorité textuelle et empirisme. Formé aux connaissances des Anciens, mais également curieux des découvertes récentes, il navigue entre références antiques et modernes, de l’Histoire naturelle de Pline aux observations astronomiques de Pierre Gassendi, au sein du large domaine du possible qu’est la géographie de l’époque.

Anmerkungen

1 Praeadamitae, sive exercitatio super versibus duodecimo, decimotertio et decimoquarto, capitis quinti epistolae D. Pauli ad Romanos, quibus inducuntur primi homines ante Adamum conditi.

2 Duchet M., Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1995 (rééd.), p. 9.

3 Pintard R., Le libertinage érudit dans la première moitié du XVIIe siècle, Slatkine, Genève, 2000, p. 359-360.

4 Pauw C. de, Recherches philosophiques sur les Américains, ou Mémoires intéressants pour servir à l’histoire de l’espèce humaine par Cornelius Pauw, Berlin, 1768, p. 253.

5 Pintard R., Le libertinage..., op. cit., p. 358.

6 Gassendi P., Parphelia, sive soles quatuor, qui circa verum apparuerunt Romae, die XX. mensis martii, anno 1629, Paris, 1630.

7 Gassendi Pierre, Viri illustris Nicolai Claudii Fabricii de Peiresc, senatoris aquisextiensis vita, Paris, 1641.

8 La Mothe Le Vayer F. de, Opuscules ou petits traictez, Paris, 1643, p. 187.

9 La Peyrère I. de, Relation du Groenland, Paris, 1647, p. 53.

10 Ibid., p. 18.

11 Ibid., p. 53-54.

12 Gravier M. (éd.), Saga d’Éric le Rouge : le récit des Groenlandais, Paris, Aubier, 1955, p. 48.

13 Ibid., p. 88. « Ils trouvèrent sur cette terre des champs de blé sauvage dans les régions basses et des vignes sur toutes les hauteurs. »

14 Ibid., p. 14.

15 Barnes G., Viking America: the first millennium, Cambridge, D. S. Brewer, 2001, p. 71.

16 Ibid., «Lyschander’s image of Vínland is simply a wishful expression of pious enthusiasm, but it also projects a grander vision of Nordic empire inspired, perhaps, by chronological coincidence. Den Grønlandske Cronica was publisher in 1608. The English settlement of Jamestown, Virginia, was established in May, 1607».

17 Jensen J. M., « Greenland and the Crusades », dans Denmark and the Crusades, 1400-1650, Brill, 2007, p. 159-205. « It took place in competition with among other nations England, and the Old Norse colonies were in fact used to claim Danish rights to the lands in an atmosphere where national and financial interest went hand in hand », p. 203.

18 Sanson N., « Traité de l’Amérique », dans Luyts Jan (éd.), Description de tout l’univers : en plusieurs cartes, & en divers traitez de geographie et d’histoire ; où sont décrits succinctement & avec une methode belle & facile ses empires, ses peuples, ses colonies, leurs mœurs, langues, religions, richesses, Amsterdam, 1700 [1657], p. 9 [pagination multiple].

19 La Peyrère I. de, Relation du Groenland, op. cit., p. 105-106.

20 Ibid., p. 139.

21 Ibid., p. 157.

22 Ibid., p. 193-194.

23 Ibid., p. 108-109.

24 Thevet A., Cosmographie universelle, Paris, 1575, tome second, p. 869-870.

25 Ibid.

26 Hérodote, Histoires, IV, 13 ; texte et traduction de Ph. E. Legrand, coll. des universités de France, 1960, p. 55-56.

27 Mercator G. « Septentrionalium Terrarum descriptio », dans Atlantis pars altera. Geographia nova totius mundi, 1595.

28 Schapira N., Un professionnel des lettres au XVIIe siècle. Valentin Conrart : une histoire sociale, Seyssel, Champ Vallon, 2003, p. 49-50.

29 Bernard J.-F. et Frobisher M., « Les Navigations de Frobisher, au détroit qui porte son nom », dans Recueil de voiages au Nord, t. 6, Amsterdam, 1720, p. 56 [double pagination].

30 Pauw C. de, Recherches philosophiques..., op. cit., p. 242-244.

31 Mercator G., « Septentrionalium Terrarum descriptio », op. cit.

32 La Peyrère I. de, Relation du Groenland, op. cit., p. 99-101.

33 Sanson N., « Traité de l’Amérique », dans Luyts Jan (éd.), op. cit., p. 9 [pagination multiple].

34 Moreri L., Le grand dictionnaire historique ou Le mélange curieux de l’histoire sacrée et profane, vol. 2, Lyon, 1683 [1674], p. 107-108.

35 Manesson-Mallet A., Description de l’univers, Paris, 1683, p. 300.

36 Ibid.

37 Encyclopédie (volume 7/page 951).

38 Robinet J.-B., Dictionnaire universel des sciences morale, économique, politique et diplomatique ; ou Bibliotheque de l’homme d’état et du citoyen, t. 20, Londres, 1781, p. 604-605.

39 Ibid.

40 Szabo V. E., Monstrous Fishes and the Mead-Dark Sea. Whaling in the Medieval North Atlantic, Leyde-Boston, Brill, 2008, p. 15: « The Norse North Atlantic settlements, often described as lands of plenty by the sagas, without doubt were lands of ecological challenges. »

41 Ruiu A., Les récits de voyage aux pays froids au XVIIe siècle. De l’expérience du voyageur à l’expérimentation scientifique, Montréal, Imaginaire/Nord, 2007, p. 10.

Autor

Université de Nantes.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540