Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures du Nord

 | 
Éric Schnakenbourg

Deuxième partie. Appréhender l'espace nordique

Imaginaire des îles de l’Extrême-Nord dans la littérature géographique de la Renaissance : confusions et transferts

Images of the Islands of the Far North in the Geographical Literature of the Renaissance: Confusion and Transference

Monique Mund-Dopchie

Résumé

The emergence of an almost uniform representation of the northern-most islands can essentially be explained by two thought processes of the imagination: confusion and transfer of facts. Onomastic confusion stems from the first thought process and this confusion sometimes makes one write on the map as many places as there are onomastic variables–the variant spelling of Groenland/Grocland. Moreover, sometimes the characteristics of places are mixed-up, the names of which are semantically (Islandia/Frislandia) or phonetically (Ireland/Iceland) close. On top of these linguistic confusions can be added chronological confusions, as the authors of maps and textual descriptions confuse information relating to a different period of history of the island concerned. A third type of confusion stems from the usual method of accumulating data for encyclopaedias, when new data is regularly added to topics that have already been written without revising the entire entry; hence the feeling of vagueness that comes across when reading some of them. As for the transference of data, it is made either from one island to another (horizontal transfer), or from one period of history to another (vertical transfer). One example of horizontal transferences is the Icelandic appropriation of maps and topics devoted to Greenland, particularly the (hypothetical) existence of the Convent of Saint-Thomas in Greenland, which seems to have been superimposed on the monastery in Helgafell that really did exist. As for vertical transfers, we can note the importance of a tradition in antiquity which relates to the Northern barbarians and that of medieval discourse about the evangelisation of the northern islands in order to judge the degree of civilisation reached by the different islanders. Confusion and transfer therefore contribute to the integration of the northern islands into a powerful image already set in motion during antiquity: that of a wonderful place at the end of the world, where the inhabitants continue to maintain the way of life of the Golden Age and/or the savagery of primordial times.

Texte intégral

1L’imaginaire géographique des îles de l’Extrême-Nord étant trop ample pour être abordé valablement dans un article, je commencerai par délimiter la matière envisagée ici en m’appuyant sur des considérations pratiques et méthodologiques qui permettront de saisir d’emblée la perspective dans laquelle je me situe.

  • 1 Cités comme des ancrages privilégiés de Thulé par le géographe néerlandais Pierre Bertius, P. Bert (...)
  • 2 Voir par exemple, Petri Apiani [sc. Peter Bienewitz] Cosmographia, per Gemmam Phrysium apud Louani (...)
  • 3 Voir, pour le grec, l’étymologie du nom Péloponnèse (« île de Pélops ») et l’emploi du terme nēsos(...)
  • 4 En ce qui concerne les emplois médiévaux du terme insula, voir Gautier Dalché P., « Comment penser (...)

2Sur le plan pratique, j’ai préféré consacrer cette analyse aux îles que j’ai rencontrées à l’occasion de mes travaux sur l’Ultima Thulé, à savoir l’Islande, Shetland (ou les Shetland), Frisland et le Groenland1. Précisons à cette occasion que j’applique au concept « île » la définition qu’en donne Ptolémée : « Île : partie de terre qui, séparée des parties plus importantes de la terre, est baignée de tous côtés par les eaux2. » J’exclus par conséquent de mon étude la Scandinavie, elle aussi régulièrement assimilée à Thulé, qui fut représentée comme une île Scandia durant l’Antiquité et dans plusieurs sources médiévales3 : on trouve en effet des emplois du terme grec nēsos et du terme latin insula qui se rapportent non seulement à des réalités insulaires mais également à des lieux où l’élément terrestre et l’élément marin se mêlent de façon peu distincte4. Le même point de vue pratique m’a amenée à fonder mon enquête principalement sur les descriptions associées à des cartes isolées ou figurant dans les atlas, dans les cosmographies et dans les chorographies du XVIe et de la première moitié du XVIIe siècle ; ce type de documentation présente en outre un intérêt sui generis parce que les traités tout à la fois synthétisent une information véhiculée par de nombreux canaux et forgent à partir de celle-ci une représentation appelée à se perpétuer durant plusieurs décennies au moins.

  • 5 Le Goff J., L’imaginaire médiéval, Paris, Gallimard, 1985, p. V-VI ; Medeiros F. de, L’Occident et (...)
  • 6 Les Orcades, connues dès l’Antiquité qui regroupait dans cet ensemble la plupart des îles Shetland (...)
  • 7 Notamment par le recours à un style et à des modes d’écriture particuliers. Voir Mund-Dopchie M., (...)

3La définition retenue pour le concept « imaginaire » a pesé également sur mon choix car mes différents travaux s’inscrivent dans la perspective tracée par Jacques Le Goffet, dans le sillage du maître, par François de Medeiros. Pour ceux-ci et par conséquent pour moi, l’imaginaire désigne des représentations mentales qui ne se réduisent pas à de purs concepts mais qui constituent des images sollicitant la sensibilité, inspirant des émotions et devenant dès lors créatrices. Ces représentations mentales sont collectives et circulent dans le monde diachronique des classes, des sociétés et des civilisations5. L’imaginaire compris de cette façon me permet dès lors de justifier l’inclusion ou l’exclusion de certaines îles septentrionales. Ainsi, les îles révélées par les explorations du passage Nord-Ouest et du passage Nord-Est vers la Chine, l’Inde et les lieux riches en « espiceries » n’ont pas été retenues dans cette étude, parce que leur image, loin d’être portée par des traditions multiséculaires, est à peine en gestation dans la période envisagée : il faut attendre la troisième édition du traité géographique de Pierre Bertius en 1618 pour que des rubriques spécifiques soient consacrées au Spitzberg et à la Nouvelle-Zemble dans le cadre de mon corpus. De même, les îles et archipels qui constituent le plus souvent de simples points répertoriés sur une carte, ne sont pas propices en soi au déploiement de l’imaginaire : aussi n’ai-je pas pris en considération dans la présente étude les Féroé et les diverses petites îles mentionnées par les frères Zeno et répertoriées sur les cartes6. Enfin, étant donné que l’imaginaire ne se préoccupe guère de données factuelles, dont il ne tient pas compte ou qu’il s’empresse de transformer7, je ne dresserai pas une liste des matières et produits qui ont alimenté le commerce dans l’Atlantique Nord et n’établirai pas davantage la fiabilité des renseignements véhiculés à ce propos. En revanche, je m’efforcerai d’analyser deux modes de fonctionnement de l’imaginaire, qui ont valu à l’Islande, aux Shetland, à Frisland et au Groenland une représentation située au croisement de la réalité et du rêve. Il s’agit de la confusion et du transfert, rendus possibles par l’existence objective de traits communs à la plupart des îles de l’Extrême-Nord : climat rigoureux, mers tempétueuses et eaux riches en poissons. Une telle base constitue une invitation à multiplier les rapprochements et les similarités. Ce sont ces mécanismes qui seront scrutés dans mon texte.

Les confusions

Confusions onomastiques

4Commençons par une confusion qui s’enracine dans l’onomastique : on y observe un double modus operandi.

  • 8 Jacob C., « Il faut qu’une carte soit ouverte ou fermée : le trajet conjectural », Revue de la Bib (...)
  • 9 Thevet André, La cosmographie universelle d’André hevet cosmographe du Roy. illustrée de diverses (...)
  • 10 Botero G., Delle relationi universali..., op. cit., p. 479-480.

5D’une part, on assiste au phénomène relevé par Christian Jacob8, qui conduit à inscrire sur une carte réelle ou mentale autant de lieux qu’il y a de variantes toponymiques. Tel est le cas, semble-t-il, de « Grocland » qui, en raison d’une erreur de graphie (confusion entre la lettre « c » et la lettre « e »), apparaît en quelque sorte comme un doublet de « Groenland ». Grocland devient de ce fait une île à part entière : tandis qu’André hevet se contente, dans sa Cosmographie universelle, de la distinguer du Groenland, Ortelius et Mercator l’installent à l’ouest du Groenland sur leurs cartes des régions septentrionales et du pôle arctique9 ; de son côté, le politologue Giovanni Botero utilise, dans ses Relationi universali, la dichotomie Groenland/Grocland pour opposer les habitants plus ou moins civilisés et christianisés du Groenland aux sauvages de Grocland, plus proches des singes que des hommes pour reprendre ses propres termes10.

Ill. 1. – « Septentrionalium regionum descriptio », dans Theatrum orbis terrarum d’Abraham Ortelius, Anvers, 1592. © Bruxelles, Bibliothèque Royale de Belgique, VH 14328 E.

Ill. 2. – « Septentrionalium terrarum descriptio », dans Atlas siue cosmographicae meditationes de Gérard Mercator, Amsterdam, 1606. © Bruxelles, Bibliothèque Royale de Belgique, VH 14328b E.

  • 11 De i commentarii del viaggio in Persia di M. Caterino Zeno, [...] e delle guerre fatte nell’imperi (...)

6Il en va sans doute de même pour la mystérieuse île Frisland, dont l’émergence dans la conscience géographique date de 1558, au moment où sont publiés le récit d’un voyage réalisé dans les années 1380 par les frères Zeno dans les mers septentrionales et la carte représentant les contrées explorées11.

Ill. 3. – « Septentrionalium partium noua tabula » d’après les frères Zeno dans la Geographia Claudii Ptolemaei de Giuseppe Moleti, Venise, 1562. © Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, VH 14183 A.

  • 12 Voir ce qu’en dit, par exemple, Broc N., La géographie de la Renaissance 1420-1620, Paris, Édition (...)
  • 13 Si je ne nie pas qu’un voyage ait pu avoir lieu, je suis convaincue que l’édition de 1558 est une (...)
  • 14 Cette interprétation a déjà été développée par Mund-Dopchie M., « Les “voyages septentrionaux” des (...)

7Ce récit et cette carte influenceront durablement la représentation du Septentrion pendant plusieurs décennies12 ; ils alimenteront également dès le XVIe siècle des débats sur l’historicité de la relation, voire de l’exploration elle-même. Pour ma part, je préfère ne pas m’engager dans cette controverse13, car je pense que les tentatives d’assimiler Frisland à une île ou contrée réelle sont vouées à l’échec en raison de la « tératologie onomastique » observée par Christian Jacob. L’île Frisland « inventée » par les frères Zeno a en effet toutes les chances d’être un doublet de l’Islande, eu égard à la proximité phonétique des deux toponymes et à la signification quasi semblable de ceux-ci, « pays froid » et « pays glacé ». Une telle interprétation a l’avantage d’expliquer l’émergence d’une île qui devient surnuméraire dans les représentations ultérieures de l’Atlantique Nord, où elle cohabite avec l’Islande, les Féroé, les Shetland et les Orcades, comme l’attestent notamment les cartes d’Ortelius et de Mercator. Elle s’appuie en outre sur une confrontation entre la carte des Zeno publiée à Venise en 1558 et la Carta marina d’Olaus Magnus publiée à Venise en 1539 : Frisland occupe, dans la première, une place analogue à celle de Thulé dans la seconde ; or Thulé est, elle aussi, devenue surnuméraire au fil du temps. L’adéquation Thulé/Frisland qui se trouve ainsi suggérée est du reste confirmée par des proches de Christophe Colomb, puisque Fernando Colomb et Bartolomé de las Casas la posent déjà dans leurs chroniques à propos d’une navigation septentrionale du Découvreur en 147714.

  • 15 Belleforest François de, La cosmographie universelle de tout le monde. En laquelle, suivant les au (...)
  • 16 Pomponius Mela, III, vi, 53 ; Solin, § 22, 2.
  • 17 Ziegler Jacob, Quae intus continentur. Syria [...], Palestina [...], Arabia Petraea [...], Aegyptu (...)
  • 18 Pour plus d’informations, on se référera à la liste fournie par Mund-Dopchie M., Ultima Thulé..., (...)
  • 19 Consultée dans la version publiée par Richard Hakluyt, The Discoveries of the World from their Fir (...)
  • 20 Saxo Grammaticus, prologue, ii, 7.
  • 21 Mon attention a été attirée sur cette confusion attestée dans le traité De uenatione et de aucupio(...)

8D’autre part, des confusions sont induites de la ressemblance de toponymes qui désignent, à l’inverse de Grocland et de Frisland, des lieux connus et parfaitement identifiés. Pour ne fournir qu’un seul exemple, on constate que divers rapprochements de ce type ont été opérés entre l’Irlande et l’Islande. Ainsi, l’homophonie presque totale des deux toponymes a poussé François de Belleforest à traduire à plusieurs reprises Islandia par « Irlande » dans les rubriques danoise et britannique de sa Cosmographie universelle (1575), qui reproduisent le texte latin de la Cosmographia uniuersalis (1550) de Sebastian Münster15. De cette confusion initiale débouchent d’autres confusions. On notera d’abord l’application à une réalité islandaise de textes de Pomponius Mela et de Solin qui concernent l’Irlande. Les deux géographes latins attribuent en effet à cette dernière des pâtures tellement riches qu’il convient de limiter le temps que le bétail y passe, sous peine de le voir s’étouffer de goinfrerie16. Or le théologien et mathématicien allemand Jacob Ziegler reprend cette information antique dans un petit traité consacré à la Schondia (1532), en l’appliquant cette fois à l’Islande17. Par son intermédiaire, l’évocation des pâturages surabondants continuera à circuler, toujours à propos de l’Islande, dans de nombreux traités géographiques et chorographiques du XVIe et de la première moitié du XVIIe siècle18. La ressemblance entre les deux toponymes permet ensuite de comprendre pourquoi le chroniqueur portugais Antonio Galvão, dans son Histoire des découvertes du monde (1563 et 1601)19, situe en Islande le Purgatoire de saint Patrick, le confondant de la sorte avec la prison des âmes souillées qui y était installée depuis Saxo Grammaticus au XIIe siècle20. Elle fournit enfin la raison pour laquelle l’humaniste Belisario Acquaviva, dans un opuscule consacré à la chasse (1519), a placé l’habitat privilégié des faucons gerfauts dans une Irlande impropre à l’agriculture, remplie de montagnes et de roches, inhabitable en certains endroits à cause du gel et de la rigueur de l’hiver et caractérisée par une nuit totale pendant deux mois : un tel environnement n’a évidemment rien à voir avec la réalité irlandaise, mais il est abondamment évoqué, ainsi que la présence de gerfauts du reste, dans les descriptions de l’Islande, qui circulent au XVIe siècle21.

Confusions chronologiques

  • 22 Je pourrais de la même façon développer l’analyse politique que les traités du corpus consacrent à (...)
  • 23 Ziegler Jacob, Quae intus continentur..., op. cit., fol. xcii-xciii r° ; Botero G., Delle relat (...)
  • 24 Voir Rafnsson S., « The Atlantic Islands », Sawyer P. (dir.), The Oxford Illustrated History of th (...)
  • 25 Botero GI, Delle relationi universali..., op. cit., p. 479-480 ; Mercator Gérard, Atlas siue cosmo (...)

9La deuxième confusion est d’ordre chronologique : elle se décèle dans des rubriques qui placent sur le même pied des informations correspondant à des périodes différentes de l’histoire d’un lieu. Eu égard aux limites conférées à cet exposé, je me contenterai de regarder de plus près quelques descriptions du Groenland22. Des géographes déjà évoqués dans ce texte, Jacob Ziegler, Giovanni Botero et Pierre Bertius, dans son édition de 1618, auxquels il convient d’ajouter l’érudit maltais Giovanni Myriti, auteur d’un manuel de géographie (1590), dressent en effet un tableau contrasté de l’île-continent23. Leurs rubriques évoquent à la fois une terre fertile et exploitée, où abondent pâturages, bétail, beurre et fromage, et une contrée sauvage et inaccessible à cause du climat rigoureux, qui sévit durant neuf mois, et à cause des tempêtes qui rendent difficiles les liaisons maritimes. Elles évoquent de façon tout aussi contrastée les habitants du Groenland, les uns étant de paisibles fermiers, les autres, de dangereux pirates. On comprend très vite que ces représentations opposées se fondent sur des épisodes distincts de l’histoire du Groenland, que les découvertes archéologiques permettent aujourd’hui de reconstituer de façon plus précise que les sources littéraires. La première, véhiculée par les sagas – connues en Europe occidentale à travers quelques travaux érudits rédigés en latin – et par d’anciens témoignages de négociants et de pêcheurs fréquentant les eaux septentrionales, renvoie le lecteur à l’ère de la colonisation viking entre la fin du Xe et la fin du XIVe siècle ; durant cette période, une société paysanne a été en mesure de développer, grâce à un optimum climatique, l’élevage, une certaine culture céréalière et la production de fourrage, essentiellement dans les régions côtières du Sud-Ouest. La seconde résulte du déclin des Vikings, amorcé à partir de la fin du XIVe siècle et lié sans doute à la dégradation de leurs conditions d’existence : érosion du sol provoquée par un déboisement excessif dans un biotope fragile, refroidissement du climat, qui rend aléatoires les navigations entre le Groenland et l’Islande ou la Norvège et en ralentit le rythme, heurts de plus en plus fréquents et de plus en plus violents avec les Inuits venus du Nord et dont le mode de vie est mieux adapté au refroidissement général24. La contradiction qui résulte de cette confusion chronologique a été néanmoins perçue par certains auteurs de traités, qui se sont dès lors efforcés de la réduire : d’aucuns ont expliqué que la nuit polaire n’interdit pas le travail, car le soleil n’est jamais loin de l’horizon (Botero), d’autres, que les neuf mois d’hiver rigoureux ne nuisent pas aux semences (Mercator)25.

Confusions par accumulation de données

  • 26 Voir notamment Lestringant F., L’atelier du cosmographe ou l’image du monde à la Renaissance, Pari (...)
  • 27 Exemple déjà développé dans Mund-Dopchie M., « Les volcans islandais dans les textes géographiques (...)
  • 28 Ortelius Abraham, Theatrum orbis terrarum. Opus nunc denuo ab ipso auctore recognitum multisque lo (...)
  • 29 Ziegler J., Quae intus continentur..., op. cit., fol. xciiir v°.
  • 30 Ortelius Abraham, Theatrum orbis terrarum. Opus nunc denuo ab ipso auctore recognitum multisque lo (...)

10La dernière confusion qui sera abordée ici est provoquée par une démarche caractéristique des cosmographies du XVIe siècle et, avant celles-ci, des encyclopédies médiévales. Comme l’ont souligné les spécialistes de ce type d’ouvrages, les auteurs de traités cosmographiques, s’inscrivant dans la voie tracée par Strabon, s’adonnent à l’inventaire et à la collecte de renseignements en tout genre à propos des réalités terrestres dont ils entendent rendre compte, et considèrent leur œuvre comme « un dépôt de tous les savoirs qui peuvent être rassemblés et accumulés sur l’ocoumène » (Jean-Marc Besse)26. Leur façon de procéder étant essentiellement cumulative, ils intègrent du nouveau dans l’ancien, sans toucher à l’ensemble. C’est pourquoi ils n’évitent pas toujours l’incohérence du propos. Illustrons ce constat en analysant les informations fournies par Ortelius à propos des volcans islandais dans des éditions successives du Theatrum orbis terrarum27. Dans l’édition de 159228, le cartographe anversois mentionne, parmi les merveilles de l’Islande, le volcan Hekla, « bouillonnant de feux éternels comme l’Etna », selon une formule empruntée à Jacob Ziegler29. Et Ortelius de préciser que Georg Braun, auteur avec Franz Hogenberg d’un recueil de vues de villes avec commentaires (Civitates orbis terrarum), dont la publication s’échelonne entre 1572 et 1618, lui a parlé d’une éruption, survenue en 1580 et à ce point puissante que les gens jusqu’à quatre-vingts milles de distance ont cru que d’énormes machines de guerre explosaient. La rubrique islandaise de l’édition de 1595 intègre des données supplémentaires, mention d’un second volcan, l’Helga, et de plusieurs éruptions de l’Hekla, avec leurs dates30, et fournit la source de l’information, le lettré islandais Arngrímur Jónsson, dont le traité Breuis commentarius de Islandia est sorti de presse en 1593. Malheureusement, le bricolage est maladroit et rend peu compréhensible l’ensemble de la description : d’une part, l’Hekla y est dit à la fois « bouillonnant de feux éternels comme l’Etna » et « non bouillonnant de feux éternels, mais à des époques déterminées » ; d’autre part, on ne voit plus très bien à quelle source il faut rapporter le témoignage relatif à l’éruption spectaculaire d’un volcan islandais en 1580 ou 1581 :

  • 31 Ibid. : Eiusdem naturae alius mons, nomine Helgafel i. Sacer mons. De quo monte dictus Bruno, uir (...)

« Il existe une autre montagne de même nature, appelée Helgafell, c’est-à-dire “Montagne sainte”. Georg Braun [...] m’écrit qu’en 1580 ; en 1581 (sic). Jónsson rapporte ce fait non à l’Hekla, mais à l’Helgafell ; cette montagne a craché feux et rochers avec de si grands craquements que les gens jusqu’à 80 milles de distance ont pensé que d’énormes machines de guerre explosaient31. »

  • 32 Jónsson A., Breuis commentarius de Islandia..., op. cit., fol. 11 r°-13 v°.

11On notera encore que le témoignage d’Arngrímur Jónsson est invoqué à mauvais escient, car le lettré islandais attribue l’éruption de 1581 à un volcan qui n’est pas nommé et profite de l’occasion pour stigmatiser les erreurs des cosmographes, qui reposent, selon lui, sur des analogies trompeuses, telle la ressemblance supposée entre l’Hekla et l’Etna32.

Les transferts

12À l’instar de la confusion, un autre mode de fonctionnement de l’imaginaire se laisse aisément cerner dans la représentation de nos îles septentrionales : le transfert de données dans l’espace ou dans le temps.

Transferts horizontaux

  • 33 Mercator G., Atlas..., commentaire de la carte « Polus arcticus » ; Bertius P., Tabularum geograph (...)

13Les transferts horizontaux peuvent être définis comme des emprunts d’île à île. Ils sont opérés essentiellement en faveur de Frisland et du Groenland. Certes, l’île découverte par les frères Zeno ne se réduit pas à un point sur la carte, mais les caractéristiques dont elle a été pourvue dans la relation de voyage ne permettent pas de l’identifier à coup sûr : ses ressources piscicoles, qui lui permettent de commercer avec des marchands flamands, allemands, danois, anglais et écossais, ne la distinguent pas des autres îles septentrionales ; le nom Frislanda attribué à son chef-lieu n’est qu’une variante du toponyme ; le personnage qui se cache sous le nom de Zichmni, chef du pays, suscite interrogations et interprétations diverses ; enfin, l’affirmation selon laquelle Frisland est plus étendue que l’Irlande est contredite par la carte de 1558 et par les cartes ultérieures qui s’en inspirent. On observe dès lors, sans surprise, que Mercator et Bertius (dans son édition de 1618) sont poussés à combler un récit lacunaire en attribuant un climat inclément à une île découverte à la suite d’une tempête et d’un naufrage ; de son côté, Giovanni Myriti mentionne des pâturages réputés, tandis qu’à l’inverse le géographe allemand Philip Cluverius évoque des froidures et un hiver quasi perpétuel, circonstances peu favorables, on en conviendra, au développement de l’élevage et de l’agriculture33.

  • 34 Voir Rafnsson S., « The Atlantic Islands », art. cité, p. 120-133.
  • 35 Je songe en particulier aux cartes du Septentrion qui figurent dans les traités de Mattioli-Gastal (...)

14Bien qu’elles traitent d’un pays réel, les descriptions du Groenland bénéficient également de transferts, qui sont effectués à partir de l’Islande. Les uns correspondent à la réalité : les colons islandais amenés par Éric le Rouge sont en effet d’authentiques fermiers, qui s’empressent de reproduire dans les établissements groenlandais l’habitat, le mode d’exploitation des ressources et le type de société en vigueur dans leur patrie d’origine34. D’autres relèvent de la fiction. Ainsi, le Groenland est régulièrement pourvu de deux évêchés, alors qu’un seul siège, dépendant de l’archevêché de Trondheim, a été établi à Gardar en 1126 dans les établissements de l’Est. Les deux évêchés groenlandais constituent de la sorte le pendant des deux évêchés islandais, Hólar et Skálholten, placés eux aussi sous la juridiction de l’archevêque de Trondheim ; ils reçoivent même les noms d’Hólar et de Skálholten sur quelques cartes du Septentrion, en vertu d’un dédoublement qui rappelle une des confusions évoquées plus haut35.

Ill. 4. – « Schonladia nuova », dans la Geographia Claudii Ptolemaei de Giuseppe Moleti, Venise, 1562. © Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, VH 14183 A.

  • 36 Laet Jan de, Notae ad dissertationem Hugonis Grotii De origine gentium americanarum..., Amsterdam, (...)
  • 37 La plupart d’entre eux ont déjà été présentés dans Mund-Dopchie M., « Fortune des “Voyages en Sept (...)
  • 38 On peut déjà se demander si le succès des Dominicains les fit se répandre jusqu’au Groenland.
  • 39 Blefken Dithmar, Dithmari Blefkenii Islandia siue populorum et mirabilium quae in ea insula reperi (...)

15De même, le couvent dominicain Saint-Thomas, découvert par un des frères Zeno au Groenland et abondamment décrit dans l’édition de 1558, apparaît comme le produit d’un bricolage où l’inspiration islandaise joue un rôle prépondérant. Le polémiste Jan de Laet fournit déjà une piste en affirmant que ce couvent n’existe pas et qu’il n’y a qu’une seule église au Groenland, la cathédrale de Gardar, dédiée à saint Nicolas36. On détient là, me semble-t-il, un des éléments du puzzle, le descendant des Zeno ayant pu transformer en un monastère cette église épiscopale construite en grès, dont l’existence était connue en Italie, eu égard à l’intérêt porté par la papauté au sort de la communauté chrétienne de l’île ; cette assimilation expliquerait dans la foulée l’origine du nom du couvent, Tommaso étant peut-être une déformation vénitienne de Nicolaus. Un second élément du bricolage réside à mes yeux dans le transfert de traits appartenant au monastère islandais d’Helgafell, situé dans la péninsule Snaefellsnes au pied d’une montagne de ce nom, présentée abusivement comme un volcan par nos cosmographes, dans le sillage d’Olaus Magnus37. Car plusieurs arguments militent en faveur d’un tel processus. Épinglons d’abord la présence, dans le voisinage du couvent Saint-Thomas, d’un geyser et d’un volcan cracheur de flammes, semblable au Vésuve et surtout à l’Etna – auquel l’Hekla est régulièrement comparé –, alors que le Groenland ne comporte pas de volcans en activité. Notons ensuite que le couvent groenlandais est occupé par l’ordre des frères Prêcheurs, qui compta saint Thomas parmi ses membres38 ; or le monastère d’Helgafell a été fondé en 1184 par des moines qui se réclamaient de la règle de saint Augustin, comme le feront les Dominicains en 1216, lorsque leur ordre sera reconnu par le pape. Enfin, une confirmation de l’influence islandaise dans la « fabrication » du couvent Saint-Thomas est fournie indirectement par une des forgeries introduites dans le traité Islandia du « voyageur » Dithmar Blefken (Leyde, 1607) pour établir son autorité de témoin oculaire à propos de l’Islande et du Groenland. Le docte pasteur luthérien fonde sa description du couvent groenlandais sur des renseignements fournis par un moine aveugle, rencontré au monastère d’Helgafell en 1564 : celui-ci a quitté Saint-Thomas pour accompagner son évêque à Trondheim en 1546 et n’est jamais revenu dans son pays natal39. Or cette rencontre est peu vraisemblable, étant donné que Gardar n’a plus d’évêque-résident depuis 1368 et que les relations maritimes entre le Groenland et la Norvège se sont interrompues dans les années 1400, même si des navigations isolées ont encore eu lieu. De plus, l’interview du moine aveugle nous donne à voir le monastère Saint-Thomas tel qu’il a été décrit par les Zeno, alors qu’au moment de l’interview les colonies vikings du Groenland ont depuis longtemps périclité. Dès lors surgit immanquablement une question : la manipulation de Blefken auraitelle été efficace, si elle ne reposait pas sur une filiation sous-jacente Helgafell/Saint-Thomas ? La réponse, en ce qui me concerne, est négative.

Transferts verticaux

16Des lieux communs hérités de l’Antiquité et du Moyen Âge viennent également étoffer les rubriques consacrées aux îles de mon corpus : on parlera ici de transferts verticaux.

  • 40 De Anna L., Conoscenza e immagine delle Finlandia e del Settentrione nelle cultura classico-mediev (...)
  • 41 Voir Avity Pierre d’, Description générale de l’Europe, quatriesme partie du monde..., t. 1, Paris (...)
  • 42 Voir plus loin, p. 98.
  • 43 Voir Blefken D., Dithmari Blefkenii Islandia..., op. cit., p. 33 ; Avity P. d’, Description généra (...)
  • 44 Voir plus loin, p. 98.

17De nombreuses études, notamment celles de Luigi de Anna40, ont en effet démontré que les Anciens se sont forgé une série de stéréotypes à propos du physique, du caractère et du comportement social des populations du Septentrion ; ces lieux communs ont ensuite été véhiculés par des générations de lettrés qui ont tantôt sélectionné et amplifié des renseignements conformes aux préjugés relevant de leur culture classique, tantôt considéré ces derniers comme des informations véridiques au même titre que d’autres. Pour me limiter à l’objet de mon texte, je rapporterai à ce type de transfert les allusions répétées à la haute taille des insulaires dans l’archipel des Shetland41, à la taille minuscule d’une partie de la population groenlandaise42, à la longévité des Islandais et des habitants des Shetland43, à la frugalité du mode de vie des Islandais et des Groenlandais44. Non seulement je ne pense pas que cette insistance soit due au hasard, mais surtout, j’ai trouvé quatre textes qui attestent la puissance d’un présupposé transmis par les auteurs antiques. Le premier, extrait du chapitre consacré à « la Finlande et autres pais du Nort, qui sont souz l’Arctique » dans la Cosmographie universelle d’André Thevet, prouve que l’autorité du stéréotype traditionnel s’exerce aux dépens de la réalité observée :

  • 45 Thevet A., La cosmographie universelle..., op. cit., fol. 867 v° ; il est vrai que plus loin, dans (...)

« Et c’est de ce costé [sc. Grocland] que ceux qui ont feint les Pigmées les ont colloquez ; mais c’estoit fort mal à propos, veu qu’il n’y a nation quelconque en tout le Septentrion qui engendre et produise les hommes autres que d’une fort haulte grandeur et proportion de stature45. »

  • 46 Myriti G., Opusculum geographicum..., op. cit., p. 110 ; Blefken D., Dithmari Blefkenii Islandia.. (...)

18Les trois autres, produits par Myriti, par Blefken et par Bertius (dans l’édition de 1618) empruntent à la légende antique des traits qu’ils attribuent aux nains du Groenland, désignés par le nom de Skrelingers : combat contre les Grues, dont les Pygmées/Skrelingers ne sortent pas toujours vainqueurs, et cris d’oie poussés par ces nains barbus et bestiaux46.

  • 47 Voir Sórensen P. M., « Religions Old and New », Sawyer P. (dir.), The Oxford Illustrated History o (...)
  • 48 Voir Giovio Paolo, Descriptio Britanniae, Scotiae, Hyberniae et Orchadum, ex libro Pauli Iouii epi (...)
  • 49 Voir Krantz A., Chronica regnorum aquilonarium..., op. cit., p. 590-591; Münster Sebastian, Cosmog (...)
  • 50 Voir note ci-dessus.
  • 51 Voir les jugements impitoyables du pasteur Dithmar Blefken sur le maintien de pratiques superstiti (...)
  • 52 Voir Ziegler Jacob, Quae intus continentur, op. cit., fol. icii r° v° ; Münster S., Cosmographiae. (...)
  • 53 Voir Thevet A., La cosmographie universelle..., op. cit., fol. 868 v° ; Myriti G., Opusculum geogr (...)

19Les références aux pratiques religieuses des habitants des Shetland, de l’Islande et du Groenland remontent, quant à elles, au « discours » sur l’évangélisation des îles septentrionales tenu par l’écolâtre Adam de Brême dans sa chronique (vers 1076). Or ce « discours » célébrant les hauts faits de l’Église de Hambourg et de Brême est loin d’être favorable aux peuples situés dans l’orbe de la Norvège, laquelle ne souhaite pas dépendre de cet archevêché47 : les Scandinaves et leurs colons y sont décrits tantôt comme des enfants de la nature que leur naïveté et leurs mœurs frugales prédisposent à se laisser convertir par l’enseignement des missionnaires, tantôt comme des idolâtres attachés à leurs pratiques superstitieuses, qui refusent la parole du Christ ou y adhèrent superficiellement. Les auteurs des traités de la Renaissance reprennent à leur compte cette grille de lecture instaurée par Adam de Brême et font de la christianisation des barbares septentrionaux une première étape de leur intégration dans un monde civilisé. Dans cette perspective, les « bons sauvages » sont incarnés par des insulaires qui tout à la fois mènent une vie frugale et obéissent docilement aux ordres des prêtres qui leur rendent visite – tels sont les habitants des Shetland48 – ou à leur évêque, auquel ils témoignent le respect dû à un roi, comme on peut l’observer en Islande49. Mais les progrès engendrés par la christianisation ne sont pas définitivement acquis : les superstitions qui semblaient avoir été maîtrisées resurgissent au grand jour dès que l’emprise de l’Église se desserre, et mettent à mal le degré de civilité acquis en même temps que l’intégration dans la chrétienté. Ainsi, la sobriété légendaire des Islandais a été entamée par l’arrivée de commerçants étrangers50 ; désormais, ils boivent de la bière plutôt que l’eau des sources ; de même, leurs croyances païennes à propos de l’existence d’un Purgatoire situé au pied de l’Hekla et de revenants qui hantent le monde des vivants se sont ravivées et résistent désormais à la prédication des pasteurs luthériens51. L’évolution des Groenlandais témoigne également des conséquences de la diminution de la présence du clergé : les ouailles dociles sont retournées à la barbarie dont le christianisme les avait sorties52. Quant aux peuples qui ont échappé au zèle des missionnaires en raison de leur isolement, voulu ou imposé par des obstacles naturels, ils sont d’emblée assimilés à des « mauvais sauvages », imperméables à toute action civilisatrice, tels les Skrelingers groenlandais, prédateurs sans foi ni loi, adonnés à la magie et experts en piraterie53.

Conclusion

  • 54 Tasso Torquato, Discorsi dell’arte poetica e del poema eroico (1re éd. 1594), à travers l’éd. de P (...)
  • 55 Cervantès Miguel de, Los trabajos de Persiles y Sigismunda, historia setentrional, Madrid, Juan de (...)
  • 56 Villedieu Madame de, Œuvres de Madame de V., t. IV. Contenant Alcidamie et Les Galanteries Grenadi (...)

20Je tirerai deux conclusions de cette brève étude. En premier lieu, l’image relativement uniforme attribuée à l’Islande, aux Shetland, à Frisland et au Groenland en raison de l’existence de traits semblables, vérifiés par l’expérience, se trouve renforcée par les transferts et confusions. Mais elle ne gagne pas en clarté eu égard à la présence de renseignements issus d’interprétations erronées des sources et à l’introduction de caractéristiques disparates, voire contradictoires. On se gardera toutefois d’incriminer une incapacité des lettrés à mettre en œuvre une démarche scientifique au sens où nous l’entendons aujourd’hui, car tel n’est pas leur propos ; les auteurs de traités se soucient essentiellement d’augmenter et de conserver le savoir. Sans doute leur arrive-t-il de critiquer des informations, mais ils n’opèrent pas de tri et n’éliminent pas les éléments non recevables, parce que, à leurs yeux, même l’invraisemblable peut être vrai. Cette perception brouillée permet de considérer les îles de l’Extrême-Nord comme des espaces privilégiés offerts aux aventures forgées par la fiction : Le Tasse recommande ainsi de choisir le cadre de péripéties romanesques parmi des contrées éloignées telles que la Gothie, la Norvège, la Suède, l’Islande, les Indes orientales et les terres nouvellement découvertes au-delà des Colonnes d’Hercule et du vaste océan54. Cette invitation est suivie par Cervantès, dans le roman Los trabajos de Persiles y Sigismunda (publié à titre posthume en 1617), qui situe une partie de l’action dans le Septentrion et, de plus, fait de Thulé-Islande le lieu de naissance de Persilès et de Frisland celui de Sigismunda55. On voit encore s’inscrire dans la même perspective le roman Alcidamie de Madame de Villedieu (1re édition en 1661), qui raconte une intrigue amoureuse entre Almanzaïde, reine des Canaries, et Artembert, prince de Thulé et neveu du prince de Frisland, qui épousera en secondes noces la princesse de Groenland56.

  • 57 Voir Romm J. S., The Edges of the Earth in Ancient Thought. Geography, Exploration, and Fiction, P (...)
  • 58 Medeiros F. de, L’Occident et l’Afrique..., op. cit., p. 268.

21En second lieu, le bricolage opéré entre renseignements exacts, confusions et transferts nous renvoie à un imaginaire ancien, dont la forme littéraire a été mise au point durant l’Antiquité, celui d’une périphérie de la terre (eschatiai, ultimae terrae) caractérisée d’emblée par un climat extrême (ici un froid glacial et des tempêtes fréquentes), contrastant avec le climat tempéré du centre (omphalos de Delphes, Rome). À l’instar des temps primordiaux, dont ils constituent une survivance, les confins de la terre gréco-romains sont ambivalents, partagés entre les félicités de l’âge d’or et les dangers du désordre des origines et d’une activité génésique incontrôlée57. À l’instar des confins gréco-romains, nos îles de l’Extrême-Nord inspirent à leur tour une double vision de leur identité : leur sol est tantôt stérile, tantôt propice à l’élevage, voire à l’agriculture ; quant à leurs habitants, ils renvoient à l’idéal de l’âge d’or – celui d’une adaptation à la nature, qui les porte à la frugalité et à la simplicité des mœurs – ou apparaissent, au contraire, plus proches des bêtes que des hommes et, par conséquent, quasi monstrueux. C’est pourquoi leur trajectoire dans la conscience et l’inconscient de l’Europe latine durant le « long seizième siècle » justifie le constat si joliment formulé jadis par François de Medeiros, que je répète volontiers : « Les images mentales subissent une longue gestation dans les esprits et sont douées d’une grande force d’inertie58. »

Notes

1 Cités comme des ancrages privilégiés de Thulé par le géographe néerlandais Pierre Bertius, P. Bertii Tabularum geographicarum contractarum libri quatuor. Cum luculentis singularum tabularum explicationibus, Amsterdam, Cornelius Nicolai, 1600, p. 277 : In Oceano Septentrionali, siue Hyperboreo insulae sunt Frislandia, Islandia, Schotlandia [sic], Groenlandia. Harum aliqua creditur esse antiquorum Thyle. Certains, tels Arngrímur Jónsson et Giovanni Botero, ont proposé également une identification aux îles Féroé, sans décrire celles-ci ; voir Breuis commentarius de Islandia quo scriptorum de hac insula errores deteguntur et extraneorum quorundam conuiciis ac calumniis, quibus Islandis liberius insultare solent occurritur, per Arngrimum Ionam Islandum, Copenhague, Hans Stockelmann, 1593, p. 16 et Delle relationi universali di Giovanni Botero Benese da lui corrette & ampliate in più luoghi. Prima parte, Ferrare, Benedetto Mammarelli, 1592, p. 482.

2 Voir par exemple, Petri Apiani [sc. Peter Bienewitz] Cosmographia, per Gemmam Phrysium apud Louanienses medicum ac mathematicum insignem restituta. Additis de « e » adem re ipsius Gemmae Phry. libellis, ut sequens pagina docet, Anvers, Arnold Berckmann, 1539, f. XXVI v° : Insula itaque est ea pars terrae, quae a maioribus terrae partibus seiuncta undique aquis alluitur.

3 Voir, pour le grec, l’étymologie du nom Péloponnèse (« île de Pélops ») et l’emploi du terme nēsos dans l’Œdipe à Colone de Sophocle (v. 696) à propos de « la grande île dorienne de Pélops ».

4 En ce qui concerne les emplois médiévaux du terme insula, voir Gautier Dalché P., « Comment penser l’Océan ? Modes de connaissance des fines orbis terrarum du Nord-Ouest (de l’Antiquité au XIIIe siècle) », Balard M. (dir.), L’Europe et l’Océan au Moyen Âge. Contribution à l’Histoire de la Navigation, Nantes, CID éditions, 1988, p. 222.

5 Le Goff J., L’imaginaire médiéval, Paris, Gallimard, 1985, p. V-VI ; Medeiros F. de, L’Occident et l’Afrique (XIIIe-XVe siècle). Images et représentations, Paris, Karthala, 1985, p. 267-269.

6 Les Orcades, connues dès l’Antiquité qui regroupait dans cet ensemble la plupart des îles Shetland, sont décrites dans les traités chorographiques sur la Grande-Bretagne mais elles n’ont jamais été identifiées à l’ultima Thulé.

7 Notamment par le recours à un style et à des modes d’écriture particuliers. Voir Mund-Dopchie M., « Les “ruses” de l’écriture au service de l’“invention” de l’Amérique », Revue des Lettres et de Traduction, 6, 2000, Kaslik, Liban, p. 233-245 ; Id., « Le récit de l’Atlantide et les jeux d’écriture de Platon », Bulletin de la Classe des Lettres et des sciences morales et politiques de l’Académie royale de Belgique, 18, 2007, p. 31-46.

8 Jacob C., « Il faut qu’une carte soit ouverte ou fermée : le trajet conjectural », Revue de la Bibliothèque Nationale, 45 (automne 1992), p. 34-41 (p. 36).

9 Thevet André, La cosmographie universelle d’André hevet cosmographe du Roy. illustrée de diverses igures des choses plus remarquables veuës par l’auteur et incogneuës de noz Anciens et Modernes, 2 vol., Paris, Guillaume Chaudière, 1575, t. 2, fol. 867 v° et 1025 r°, qui la mentionne, il est vrai, sous les graphies Grosland et Grotlant.

10 Botero G., Delle relationi universali..., op. cit., p. 479-480.

11 De i commentarii del viaggio in Persia di M. Caterino Zeno, [...] e delle guerre fatte nell’imperio persiano, dal tempo di Ussuncassano in qua, libri due, et Dello scoprimento dell’Iso le Frislanda, Eslanda, Engrovelanda, Estotilanda et Icaria, fatto sotto il Polo artico, da due fratelli Zeni, M. Nicolò, [...] e M. Antonio, libro uno, con un disegno particolare di tutte le dette parte di tramontana da lor scoperte [...], Venise, F. Marcolini, 1558.

12 Voir ce qu’en dit, par exemple, Broc N., La géographie de la Renaissance 1420-1620, Paris, Éditions du CTHS, 1986 (1re éd., Paris, 1980), p. 167-168.

13 Si je ne nie pas qu’un voyage ait pu avoir lieu, je suis convaincue que l’édition de 1558 est une reconstruction qui s’appuie, sans le dire, sur des connaissances récentes et sur des « ruses » d’écriture. Voir Mund-Dopchie M., « Les “voyages septentrionaux” des frères Zeno à la fin du XIVe siècle : vérités et fictions d’un texte édité à la Renaissance (1558) », Bulletin de la Classe des Lettres et des sciences morales et politiques de l’Académie royale de Belgique, 13, 2002, p. 269-285 ; Id., « Fortune des “Voyages en Septentrion” des frères Zeno aux XVIe et XVIIe siècles : quelques pistes de réflexion », Humanistica Lovaniensia, 51 (2002), p. 55-81.

14 Cette interprétation a déjà été développée par Mund-Dopchie M., « Les “voyages septentrionaux” des frères Zeno... », art. cité, p. 282-283 ; Ultima Thulé, histoire d’un lieu et genèse d’un mythe, Genève, Droz, 2009, p. 180-181.

15 Belleforest François de, La cosmographie universelle de tout le monde. En laquelle, suivant les auteurs les plus dignes de foy, sont en vray descriptes toutes les parties habitables et non habitables de la terre et de la mer... Auteur en partie Munster, mais beaucoup plus augmentée, ornée et enrichie par F. de B., Comingeois..., 2 vol., Paris, Nicolas Chesneau, 1575, t. 1, col. 88 et 1660.

16 Pomponius Mela, III, vi, 53 ; Solin, § 22, 2.

17 Ziegler Jacob, Quae intus continentur. Syria [...], Palestina [...], Arabia Petraea [...], Aegyptus [...] Schondia, tradita ab auctoribus qui in eius operis prologo memorantur. Holmiæ civitatis regiae Suetiae deplorabilis excidii per Christiernum Datiæ Cimbricæ Regem historia. Regionum superiorum singulae tabulæ geographicæ, Strasbourg, Peter Schöffer, 1532, fol. xciii r°.

18 Pour plus d’informations, on se référera à la liste fournie par Mund-Dopchie M., Ultima Thulé..., op. cit., p. 272-273 et note 66.

19 Consultée dans la version publiée par Richard Hakluyt, The Discoveries of the World from their First Original unto the Year of our World 1555 by Antonio Galvano, Governor of Ternate. Corrected, quoted and published in England by R. H. (1601). Now Reprinted with the Original Portuguese Text and edited by Vice-Admiral Bethune C. B., New York, Burt Frankin, 1862, p. 38-39.

20 Saxo Grammaticus, prologue, ii, 7.

21 Mon attention a été attirée sur cette confusion attestée dans le traité De uenatione et de aucupio (Naples, Giovanni Pasquet de Sallo, 1519, fol. XVI r°) par un article de Haywood E., « La divisa dal mondo Ultima Irlanda ossia la riscoperta umanistica dell’Irlanda », Giornale storico della letteratura italiana, CLXXVI, fasc. 575, 1999, p. 363-387 (p. 380-381, n. 51).

22 Je pourrais de la même façon développer l’analyse politique que les traités du corpus consacrent à l’Islande tantôt placée sous l’autorité du roi de Norvège (voir la Cosmographia d’Apian, revue par Gemma Frisius et sortie de presse à Anvers, chez Arnold Berckmann, 1539), tantôt sous celle du roi de Danemark (voir Botero Giovanni, Delle relationi universali... et Cluverius Philip, Introductio in uniuersam geographiam, Leyde, Elzevier, 1624), qui est aussi le roi de Norvège (voir Krantz Albert, Chronica regnorum aquilonarium Daniae, Suetiae, Noruagiae, Strasbourg, Johann Scott, 1546), cette dernière information étant exacte, eu égard aux dispositions de l’Union de Kalmar (1397) et à l’intégration de la Norvège, de l’Islande, du Groenland et des Féroé dans le royaume de Danemark en 1536.

23 Ziegler Jacob, Quae intus continentur..., op. cit., fol. xcii-xciii r° ; Botero G., Delle relationi universali..., p. 479-480 ; Myriti Giovanni, Opusculum geographicum rarum, totius eius negotii rationem mira industria et breuitate complectens iam recens ex diuersorum libris ac chartis, summa cura ac diligentia collectum et publicatum per Ioannem Myritium Melitensem, Ordinis Hospitalis sancti Ioannis Hierosolymitani, commendatorem Alemanni Monasterii ac domus Ratisponensis, Ingolstadt, Wolfgang Eder, 1590, p. 111-112 ; Bertius Pierre, P. B. Tabularum geographicarum contractarum libri septem. In quibus tabulae omnes gradibus distinctae, descriptiones accuratae, caetera supra priores editiones politiora auctioraque ad christianissimum Galliae et Nauarrae Regem Ludouicum XIII, Amsterdam, Josse Hondius, 1618, p. 65-67.

24 Voir Rafnsson S., « The Atlantic Islands », Sawyer P. (dir.), The Oxford Illustrated History of the Vikings, Oxford, Oxford University Press, 1992, p. 110-133.

25 Botero GI, Delle relationi universali..., op. cit., p. 479-480 ; Mercator Gérard, Atlas siue cosmographicae meditationes de fabrica mundi et fabricati figura. Gerardo Mercatore Rupelmundano, illustrissimi ducis Iuliae Cliuiae et Montis etc. cosmographico autore, Duisbourg, Albert Buyß, 1595, commentaire de la carte « Polus arcticus ».

26 Voir notamment Lestringant F., L’atelier du cosmographe ou l’image du monde à la Renaissance, Paris, Albin Michel, 1991, passim ; Besse J.-M., Les grandeurs de la terre. Aspects du savoir géographique à la Renaissance, Paris, ENS Éditions, coll. « Sociétés, espaces, temps », 2003, p. 151-156.

27 Exemple déjà développé dans Mund-Dopchie M., « Les volcans islandais dans les textes géographiques de la Renaissance », Bertrand D. (dir.), Figurations du volcan à la Renaissance, Actes du colloque international du CERHAC (Centre d’Études sur les Réformes, l’Humanisme et l’Âge classique) de l’université Blaise Pascal, 8-9 octobre 1999, Paris, Honoré Champion, 2001, p. 131-164 ; Ultima Thulé..., op. cit., p. 268-269.

28 Ortelius Abraham, Theatrum orbis terrarum. Opus nunc denuo ab ipso auctore recognitum multisque locis castigatum et quamplurimis nouis tabulis atque commentariis auctum, Anvers, Christophe Plantin, 1592, fol. 98 v°.

29 Ziegler J., Quae intus continentur..., op. cit., fol. xciiir v°.

30 Ortelius Abraham, Theatrum orbis terrarum. Opus nunc denuo ab ipso auctore recognitum multisque locis castigatum et quamplurimis nouis tabulis atque commentariis auctum, Anvers, Christophe Plantin, 1595, fol. 103 v°.

31 Ibid. : Eiusdem naturae alius mons, nomine Helgafel i. Sacer mons. De quo monte dictus Bruno, uir editis urbibus Orbis terrarum omnibus urbibus (?!) notissimus, scribit ad me eam anno 1580. anno 1581. id factum refert Ionas, ut non in Hecla, at alio Helgefel nempe. tanto fragore et tonitru ignes et saxa eructasse, ut inde ad octuaginta milliaria grandiores machinae bellicae explodi putarentur.

32 Jónsson A., Breuis commentarius de Islandia..., op. cit., fol. 11 r°-13 v°.

33 Mercator G., Atlas..., commentaire de la carte « Polus arcticus » ; Bertius P., Tabularum geographicarum contractarum libri septem..., op. cit., p. 70 ; Myriti G., Opusculum geographicum..., op. cit., p. 111 ; Cluverius Ph., Introductio in uniuersam geographiam..., op. cit., p. 105. Toujours selon Cluverius, Frisland est placée sous l’autorité du roi d’Angleterre, ce qui assimilerait Zichmni à un sujet britannique...

34 Voir Rafnsson S., « The Atlantic Islands », art. cité, p. 120-133.

35 Je songe en particulier aux cartes du Septentrion qui figurent dans les traités de Mattioli-Gastaldi et de Moletti : voir Mattioli Pietro Andrea, Ptolemeo. La Geografia di Claudio Ptolemeo Alessandrino. Con alcuni comenti e aggiunte fattevi da Sebastiano Munstero Alamanno. Con le tavole non solamente antiche et moderne solite di stamparsi, ma altre nuove aggiuntevi di Messer Iacopo Gastaldo Piemontese cosmographo, ridotta in volgare Italiano da M. P. A Mattiolo Senese medico eccellentissimo..., Venise, Giovanni Battista Pedrezano, 1548 ; Moleti Giuseppe, Geographia Cl. Ptolemaei Alexandrini olim a Bilibaldo Pirckhemerio translata at nunc multis codicibus graecis collata pluribusque in locis ad pristinam ueritatem redacta. À Iosepho Moletio mathematico..., Venise, Vincenzo Valgrisi, 1562.

36 Laet Jan de, Notae ad dissertationem Hugonis Grotii De origine gentium americanarum..., Amsterdam, Ludovicus Elzevier, 1643, p. 162.

37 La plupart d’entre eux ont déjà été présentés dans Mund-Dopchie M., « Fortune des “Voyages en Septentrion” des frères Zeno... », art. cité, p. 72-76 ; « “À beau mentir qui vient de loin” : défaillances de la mémoire et forgeries dans l’Islandia du voyageur Dithmar Blefken (1re éd. 1607) », Neulateinisches Jahrbuch, 6, 2004, p. 160-171.

38 On peut déjà se demander si le succès des Dominicains les fit se répandre jusqu’au Groenland.

39 Blefken Dithmar, Dithmari Blefkenii Islandia siue populorum et mirabilium quae in ea insula reperiuntur accuratior descriptio. Cui de Gronlandia sub finem quaedam adiecta, Leyde, Henrick van Haestens, 1607, p. 58-60.

40 De Anna L., Conoscenza e immagine delle Finlandia e del Settentrione nelle cultura classico-medievale, Turku, Turun Yliopisto, 1988 ; Il mito del Nord. Tradizioni classiche e medievali, Naples, Liguori, 1994 (Nuovo Medioevo 43).

41 Voir Avity Pierre d’, Description générale de l’Europe, quatriesme partie du monde..., t. 1, Paris, Claude Sonnius et Denys Belhet, 1643, p. 375.

42 Voir plus loin, p. 98.

43 Voir Blefken D., Dithmari Blefkenii Islandia..., op. cit., p. 33 ; Avity P. d’, Description générale de l’Europe..., op. cit., p. 375.

44 Voir plus loin, p. 98.

45 Thevet A., La cosmographie universelle..., op. cit., fol. 867 v° ; il est vrai que plus loin, dans la même rubrique, il évoquera les Pygmées, « que le vulgaire appelle Screlingher », situés par lui au Groenland, « du costé qui regarde la Norvège », fol. 868 v°.

46 Myriti G., Opusculum geographicum..., op. cit., p. 110 ; Blefken D., Dithmari Blefkenii Islandia..., op. cit., p. 60-61 ; Bertius P., Tabularum geographicarum contractarum libri septem..., op. cit., p. 65-66, qui se réfère explicitement à Blefken.

47 Voir Sórensen P. M., « Religions Old and New », Sawyer P. (dir.), The Oxford Illustrated History of the Vikings, op. cit., p. 202-204.

48 Voir Giovio Paolo, Descriptio Britanniae, Scotiae, Hyberniae et Orchadum, ex libro Pauli Iouii episcopi Nuce» rrimi ». De imperiis et gentibus cogniti orbis, cum eius operis ad Alexandrum Farnesium ampliss., Venise, Michele Tramezzino, 1548, p. 34.

49 Voir Krantz A., Chronica regnorum aquilonarium..., op. cit., p. 590-591; Münster Sebastian, Cosmographiae uniuersalis lib. VI in quibus iuxta certioris fidei scriptorum traditionem describuntur omnium habitabilis orbis partium situs propriaeque dotes..., Bâle, Heinrich Petri, 1550 p. 847-848; Belleforest F. de, La cosmographie universelle, op. cit., col. 1715-1716; Hondius Josse, Gerardi Mercatoris Atlas siue cosmographicae meditationes [...] auctus ac illustratus a Iudoco Hondio. Quibus etiam additae (praeter Mercatoris) dilucidae et accuratae omnium tabularum descriptiones nouae, studio et opera Pet « ri » Montani, Amsterdam, Josse Hondius, 1606, p. 46.

50 Voir note ci-dessus.

51 Voir les jugements impitoyables du pasteur Dithmar Blefken sur le maintien de pratiques superstitieuses qui attestent l’influence du Diable (Dithmari Blefkenii Islandia..., op. cit., p. 29, 31, 42-43). Pour une première analyse du comportement religieux des Islandais, voir Mund-Dopchie M., « Les étranges Islandais des confins de l’Europe : genèse et développement d’une représentation de l’autre dans l’Occident latin à la Renaissance », Revue des Lettres et de Traduction (Kaslik), 9, 2003, p. 159-180.

52 Voir Ziegler Jacob, Quae intus continentur, op. cit., fol. icii r° v° ; Münster S., Cosmographiae..., op. cit., p. 850 ; Mercator G., Atlas..., op. cit., commentaire de la carte « Polus arcticus ».

53 Voir Thevet A., La cosmographie universelle..., op. cit., fol. 868 v° ; Myriti G., Opusculum geographicum rarum..., op. cit., p. 110 ; Botero G., Delle relationi universali..., op. cit., p. 479-480 (dit des Skrelingers de Grocland).

54 Tasso Torquato, Discorsi dell’arte poetica e del poema eroico (1re éd. 1594), à travers l’éd. de Poma L., Bari, 1964, livre II, p. 109.

55 Cervantès Miguel de, Los trabajos de Persiles y Sigismunda, historia setentrional, Madrid, Juan de la Cuesta, 1617 ; cité dans la traduction Les amours de Persiles et de Sigismonde. Sous les noms de Periandre et d’Auristele. Histoire septentrionale. Traduite par le sieur [Vital] Daudiguier, Paris, Martin Collet, 1628, IV, cxii et cxiii, p. 594 et 603-604.

56 Villedieu Madame de, Œuvres de Madame de V., t. IV. Contenant Alcidamie et Les Galanteries Grenadines, Paris, Pierre Gandouin, 1741, p. 358 et 411-412.

57 Voir Romm J. S., The Edges of the Earth in Ancient Thought. Geography, Exploration, and Fiction, Princeton, Princeton University Press, 1992 ; Mund-Dopchie M., Les survivants de l’âge d’or. Les pays des confins dans l’imaginaire grec avec un aperçu de leur survie dans la culture occidentale, Louvain-la-Neuve, Diffusion universitaire Ciaco, 2001.

58 Medeiros F. de, L’Occident et l’Afrique..., op. cit., p. 268.

Table des illustrations

Légende Ill. 1. – « Septentrionalium regionum descriptio », dans Theatrum orbis terrarum d’Abraham Ortelius, Anvers, 1592. © Bruxelles, Bibliothèque Royale de Belgique, VH 14328 E.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117113/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Ill. 2. – « Septentrionalium terrarum descriptio », dans Atlas siue cosmographicae meditationes de Gérard Mercator, Amsterdam, 1606. © Bruxelles, Bibliothèque Royale de Belgique, VH 14328b E.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117113/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Ill. 3. – « Septentrionalium partium noua tabula » d’après les frères Zeno dans la Geographia Claudii Ptolemaei de Giuseppe Moleti, Venise, 1562. © Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, VH 14183 A.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117113/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Légende Ill. 4. – « Schonladia nuova », dans la Geographia Claudii Ptolemaei de Giuseppe Moleti, Venise, 1562. © Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, VH 14183 A.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117113/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 273k

Auteur

Université catholique de Louvain et Académie royale de Belgique.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540