Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures du Nord

 | 
Éric Schnakenbourg

Deuxième partie. Appréhender l'espace nordique

« ... situ autem valde inconstanti... » La représentation de l’Europe du Nord chez Abraham Ortelius (cartographie historique et dictionnaires toponymiques)

«Situ Autem Valde Inconstanti... »: Abraham Ortelius’ Representation of Northern Europe

Jean-Marc Besse

Résumé

Sixteenth-century geography, as well as new spatial conceptions of the earthly world, developed a historical imaginary. The aim of this paper is to study the historical method and the philological work of Abraham Ortelius, and to stress his ambivalent attitude toward antiquity. The Flemish cartographer and antiquary not only published maps and atlases but also compiled huge dictionaries of ancient place-names, from the Synonymia geographica to the Thesaurus geographicus. In this paper, Ortelius’ philological and lexicographical activities and methods will be analysed from the point of view of his interest in the northern regions of Europe.

Texte intégral

  • 1 Les remarques qui suivent s’inscrivent dans les marges du livre sur l’histoire des représentations (...)

1On voudrait ici replacer la question de la représentation géographique de l’Europe du Nord à l’intérieur d’un enjeu épistémologique et historiographique particulier qui est celui de la réappropriation, par les géographes de la première modernité, des connaissances et des représentations provenant de l’Antiquité et du Moyen Âge. On aimerait, plus exactement, indiquer en quoi l’Europe du Nord, autant qu’un espace réel ouvert à l’investigation des voyageurs et des cartographes, a été un espace de papier pour les érudits, c’est-à-dire un espace de compilation critique des sources et de confrontation des traditions savantes. C’est le cas, notamment, du géographe anversois Abraham Ortelius dont on aimerait ici examiner, sur l’exemple de l’Europe du Nord, un aspect du travail parfois négligé par les historiens de la cartographie, c’est-à-dire son activité de philologue, de lexicographe et d’historien1.

2Autrement dit, d’une manière plus générale : de la même façon que la géographie du XVIe siècle s’est préoccupée de construire une image actualisée du monde terrestre, elle s’est donné également pour objectif de reconstituer l’image du monde qui existait auparavant chez les Anciens. À cet égard, si la géographie moderne a mis en œuvre un nouvel imaginaire spatial, la géographie historique a eu aussi pour tâche d’élaborer un imaginaire temporel, plus précisément l’imaginaire historique dont les modernes avaient besoin. Ortelius s’est placé de façon singulière à l’intérieur de cette question de la constitution d’un imaginaire historique ; c’est ce que l’on voudrait examiner, à partir de l’exemple de la représentation de l’Europe du Nord.

  • 2 Billy d’Anthilly Charles Antoine de, Mémoires pour servir à l’histoire des hommes illustres dans l (...)
  • 3 « Geographia bifariam tractatur, historikos et mathematikos, sive epistemonikos », ibid., chapitre (...)
  • 4 Besse J.-M., « Cosmography and geography in the sixteenth century, between mathematics and history (...)

3On commencera cependant par une précision préalable. Durant tout le XVIe et tout le XVIIe siècle, en effet, le positionnement intellectuel et graphique de la géographie dans l’organisation des savoirs est resté problématique. Ainsi, par exemple, la géographie apparaît à deux reprises dans la distribution des savoirs qui composent ce que l’érudit calviniste néerlandais Gérard Jean Vossius (1577-1649)2 appellera la polymathie. Elle est du côté de cette partie de la philologie qu’est l’histoire d’une part, et du côté des mathématiques mixtes, d’autre part. Mais cette division est en réalité interne à la géographie elle-même. La géographie comprend deux parties, dit Vossius3. Elle se présente, d’une part, comme une cosmographie mathématique appliquée à la surface de la Terre, comme chez Oronce Finé par exemple, dans une référence à Ptolémée répétée et assumée durant tout le XVIe siècle4. Dans cette perspective, la géographie est présentée comme une science de la mesure, où collaborent (dixit Vossius) la géodésie et l’astronomie. C’est une science du nombre et une géométrie appliquée. Mais en même temps la géographie est une science de la lecture des textes et de la composition des discours. La référence de Vossius est d’ailleurs ici Strabon, plutôt que Ptolémée. Plus précisément, la géographie est une partie de l’histoire, qui elle-même est une partie de la philologie. La géographie selon Vossius est un des matériaux de l’histoire, à côté de la chronologie, de la généalogie et de l’histoire pragmatique. Elle décrit les lieux de l’histoire.

4On voudrait alors, plus précisément et à partir de l’exemple de l’Europe du Nord, poser la question du type de pratique philologique qui est mis en œuvre dans la géographie historique. Cette question se concentre sur un point stratégique : les noms de lieux. Du point de vue de la géographie historique, la question philologique est d’abord la question toponymique. C’est-à-dire la question de l’identification des noms d’une part, et celle de leur localisation d’autre part, soit de leur placement sur une carte. Cela vaut en particulier pour l’Europe du Nord. On abordera ces différents points à partir de la partie explicitement historiographique de l’œuvre d’Abraham Ortelius, le Parergon et le Thesaurus geographicus.

La géographie au service de l’histoire

5À partir de 1579, Ortelius ajoute des cartes historiques au Theatrum orbis terrarum. Ces cartes sont séparées de l’atlas qui les précède par le titre Parergon theatri. Ortelius utilise le mot parergon (l’édition allemande de 1580 dit « Ein Complement oder Zugabe Dises Theatri ») pour désigner cet ensemble. Pourtant, loin d’être un simple supplément marginal, le Parergon va être progressivement organisé par Ortelius comme un véritable atlas de géographie historique. Dans l’édition de 1595, la dernière qu’Ortelius ait supervisée lui-même, le recueil contient trente cartes et deux vues. L’édition de 1624 du Parergon présente trente-neuf cartes, trois vues et deux planches, selon un ordre qui n’est plus celui d’Ortelius (mort en 1598), mais celui qu’a imposé dès 1601 Jan Moretus, le gendre et successeur de Christophe Plantin.

6Le Parergon propose trois types de cartes, qui correspondent à trois types différents d’histoires, chacun de ces genres donnant lieu en vérité à une géographie spécifique. Un premier ensemble cherche à représenter le monde tel qu’il a été arpenté, divisé, compris et représenté par les Anciens. C’est le lieu d’une histoire profane, c’est-à-dire politique : Ortelius reconstitue un espace européen caractérisé par la coexistence d’une tradition celtique et d’une tradition romaine. Un deuxième ensemble se concentre sur les lieux et les événements marquants de l’héritage de l’Ancien et du Nouveau Testament. Enfin, quelques cartes et vues développent une histoire que, faute d’un meilleur terme, on dira poétique ou mythologique : Ulysse, Énée, Jason et les Argonautes, le périple d’Hannon. L’ensemble composé par Ortelius se présente bien, malgré les réserves de son auteur, comme une tentative plus ou moins systématisée de réappropriation symbolique des héritages politiques, religieux et littéraires de l’Europe ancienne.

  • 5 En fait, cette devise est déjà présente dans la préface du Theatrum Orbis Terrarum, qui est pour O (...)
  • 6 Ortelius prolonge, en y impliquant la géographie, une conception de la preuve qui provient de l’An (...)
  • 7 Paulin de Venise (ca. 1270-1344) : « Je pense qu’il est non seulement difficile mais impossible sa (...)
  • 8 C’est le cas, par exemple, pour l’histoire sainte : « Semblablement en lisant du voyage que feit S (...)

7Dans le Parergon, Ortelius adopte une conception des rapports entre géographie et histoire que résume parfaitement la formule qu’il place dans le frontispice de l’ouvrage : Historiae oculus geographia5. Prolongeant une tradition déjà bien établie6, Ortelius présente la géographie comme un instrument nécessaire à la compréhension des histoires, sacrées ou profanes, plus précisément comme une aide indispensable à la lecture des textes anciens7. Dans cette perspective, la carte fonctionne comme attestation et preuve du texte, elle permet de le comprendre et, en outre, de construire dans la mémoire l’image mentale de ce qui est évoqué dans le texte. Mais, surtout, la géographie permet de lire les textes parce qu’elle possède le pouvoir de montrer les lieux où les actions se déroulent. C’est la puissance de visualisation de la carte qui en fait un auxiliaire indispensable à la lecture des histoires. On voit l’histoire en même temps qu’on la lit, grâce à la géographie, c’est-à-dire grâce à la carte8.

8La question qu’il faudrait alors poser serait la suivante : si la carte permet de voir pour ainsi dire les lieux de l’histoire ancienne, et ainsi de mieux comprendre cette histoire, comment Ortelius conçoit-il cette histoire ?

La philologie dans la géographie historique

  • 9 « Abeant illae infinitae tabulae, chartae, unus liber regna, provincias, urbes, imò orbem terrae n (...)

9On ne peut pas, en fait, réduire le Parergon à un simple instrument de visualisation de l’histoire ancienne. En effet, le Parergon est pensé également par Ortelius comme un espace visuel de discussion des sources, voire de critique des historiens. Il est intégré à une entreprise générale qui, de facto, est d’ordre philologique. Dans la lettre (fictive) qu’il avait adressée en 1576 à Ortelius, après l’avoir félicité pour le Theatrum orbis terrarum qui « nous a donné les royaumes, les provinces, les villes, bref le monde entier » dans un seul livre, Juste Lipse invitait le cartographe à prolonger son effort en direction de l’Antiquité, et à « nous instruire sur les noms oubliés des villes et des fleuves », afin de faciliter la lecture des auteurs anciens, Tite-Live par exemple, où l’on trouve de nombreux noms inconnus9. Un des enjeux du Parergon se trouve là, en effet, c’est-à-dire dans la question de la localisation des toponymes anciens. Question qui est moins cartographique apparemment que lexicographique, mais qui constitue, dans les années mêmes où il élabore le Parergon, une partie très importante du travail d’investigation d’Ortelius.

10Ce problème de géographie historique, c’est-à-dire de reconnaissance et d’identification des lieux décrits par les textes classiques, s’exprime d’abord dans l’identification des noms qui désignent ces lieux. Elle s’effectue en particulier grâce à la mise en corrélation de ces noms anciens avec les noms modernes. Toute une série de problèmes philologiques se posent alors à la géographie de cette époque, et en particulier à la géographie historique : celui de la restitution des toponymes anciens (de leur « invention »), celui de leur lecture et de leur interprétation, celui de leur traduction, c’est-à-dire de leur mise en correspondance avec les toponymes modernes.

  • 10 Antiqua Regionum, Insularum, urbium, Oppidorum, Montium, Promontorium, Sylvarum, Pontium, Marium, (...)

11Ces problèmes sont rencontrés par Ortelius en deux endroits au moins, mais il faudrait évoquer aussi son activité d’antiquaire dans le domaine de la numismatique, entre autres. D’une part, dans le Parergon, avec la désignation sur une carte des lieux mentionnés dans les textes classiques, autrement dit sous la forme du problème de la localisation de ces noms, de leur emplacement, et aussi de l’identification de la nature de la réalité géographique désignée par les noms. D’autre part, dans les dictionnaires toponymiques auxquels il se consacre, notamment à la fin de sa vie. La réalisation des dictionnaires toponymiques constitue un aspect peu étudié de l’activité d’Ortelius. Durant toute sa vie, pourtant, celui-ci a effectué un travail de compilation des noms de lieux anciens, travail qui a trouvé son débouché dans plusieurs dictionnaires ou catalogues considérés comme majeurs par ses contemporains : le Nomenclator Ptolemaicus (1579), la Synonymia Geographica (1579), le Thesaurus geographicus (1587-1596). L’étude critique des toponymes est une préoccupation ancienne pour Ortelius, qui avait l’habitude de faire des listes de noms de lieux à partir de ses lectures, des listes qu’il rassemblait ensuite dans des fiches. Ainsi, dès la première édition du Theatrum Orbis Terrarum (1570), Ortelius ajoute aux cartes un dictionnaire de noms de lieux extraits d’auteurs anciens et modernes10. Le dictionnaire, de 2 100 entrées environ, compilées par Arnold Mylius, est en deux parties : la première fournit une liste de noms anciens accompagnés de leurs correspondants modernes, la seconde, symétrique à la première, présente une liste de noms modernes avec leurs équivalents antiques. Le plus souvent, selon un procédé qui va être mis en œuvre également dans les cartes du Parergon, la mise en correspondance des noms anciens et modernes est établie par une référence à l’auteur où cette correspondance a été trouvée : Mercator, Clusius, Gastaldi ou Leandro Alberti, entre autres.

  • 11 On ne saurait trop insister sur l’importance de cette question de la détermination des toponymes a (...)

12La première version de ce répertoire est considérée comme peu satisfaisante. Elle manque d’exactitude et la quantité de noms est insuffisante. Elle constitue néanmoins, d’une certaine manière, le prototype des réalisations postérieures d’Ortelius dans ce domaine. Dès l’édition de 1571 du Theatrum, un nouveau titre est donné au dictionnaire : Synonymia Locorum Geographicorum [...], et, en 1579, Ortelius en fait un ouvrage séparé, publié chez Plantin. Il contient alors environ 10 000 entrées, dont la présentation est le plus souvent ordonnée de la manière suivante : nom en latin (parfois en grec), brève description du genre de lieu auquel le nom renvoie (lac, ville, île, etc.), auteur d’où le nom a été extrait, équivalent moderne en une ou plusieurs langues. La Synonymia Geographica contient également la liste des auteurs anciens et modernes (438) qui ont servi de sources au dictionnaire. En 1587, Ortelius publie, sur le même modèle intellectuel, le Thesaurus Geographicus, qui comprend environ 30 000 entrées et se caractérise en particulier par l’espace accordé à la discussion des sources dans les entrées du dictionnaire. Le succès de cet ouvrage dans l’Europe savante rendra nécessaire une seconde édition en 159611.

13L’activité philologique d’Ortelius se déploie donc dans un espace de travail où se coordonnent d’une part la cartographie historique, et d’autre part la compilation critique des dictionnaires toponymiques. C’est cette coordination et surtout les formes concrètes de cette activité philologique que l’on se propose maintenant d’aborder, par l’intermédiaire de quelques exemples concernant l’Europe du Nord.

L’activité philologique d’Ortelius : comment travaille-t-il ?

14La mise en correspondance des noms anciens et modernes, ainsi que la localisation moderne des toponymes anciens, permettant en quelque sorte de retrouver une épaisseur du passé dans les lieux mêmes du présent, s’effectuent de façon complexe.

15D’une part, en effet, il faut comprendre ce que disent les textes anciens, quels qu’ils soient, dès lors qu’ils contiennent des mentions toponymiques. De ce point de vue, les dictionnaires réalisés par Ortelius, ainsi que les cartes du Parergon, sont conçus comme des outils qui permettent au lecteur moderne de « lire les lieux » dans le texte ancien, en replaçant ces lieux sur un fond de carte moderne. Mais en même temps, d’autre part, le geste de traduction réalisé dans le dictionnaire ou dans la carte sanctionne le fait que le monde géographique moderne ne correspond plus tout à fait à ce que décrivaient, disaient et imaginaient les textes anciens. Une distance a été prise. On en donnera ici une indication, d’abord à propos d’un aspect des cartes du Parergon, puis de la manière dont sont composées les entrées du Thesaurus geographicus.

Dans les cartes du Parergon

16Ces cartes ne sont pas seulement des illustrations et des gloses des auteurs anciens, profanes et sacrés. Ortelius développe, là comme ailleurs, une relation prudente et critique par rapport aux sources textuelles qu’il utilise. En particulier, la localisation précise des toponymes est une préoccupation constante pour le cartographe flamand. Les cartes du Parergon, notamment pour ce qui concerne l’histoire profane, contiennent de nombreux cartouches dans lesquels sont données de longues listes de lieux considérés par Ortelius comme ne pouvant pas être inscrits sur la carte, parce qu’inconnus de lui, ou incertains, ou discutables.

Ill. 1. – Ortelius A., Theatrum orbis terrarum. Parergon, Anvers, J. Moretus, 1624, « Europam, sive Celticam veterem », BM Lille cote : 44561. Détail de la carte des Îles britanniques.

17Ainsi, la représentation cartographique des lieux anciens de l’Europe du Nord s’effectue en fonction d’une norme de véracité qui est fournie en réalité par un travail bibliographique, et surtout par un travail lexicographique de correspondance développé au sein des dictionnaires, comme on peut le voir quand on observe la carte intitulée Europam, sive Celticam veterem, datée de 1595.

Ill. 2. – Ortelius A., Theatrum orbis terrarum. Parergon, Anvers, J. B. Vrintius, 1601, « Europam, sive Celticam veterem », BM Lille cote : 44554.

18Ortelius y renvoie son lecteur, par exemple, lorsqu’il s’agit d’identifier ce qu’il nomme « umbilicus maris » (près des îles Lofoten), au Thesaurus geographicus (une année avant la parution de la deuxième édition de l’ouvrage). Ainsi, les cartes et les dictionnaires se répondent, pour former un espace critique de représentation graphique de l’histoire.

Ill. 3. – Ortelius A., heatrum orbis terrarum. Parergon, Anvers, J. B. Vrintius, 1601, « Europam, sive Celticam veterem », BM Lille cote : 44554. Détail : « Umbilicum maris ».

19Ortelius y renvoie son lecteur, par exemple, lorsqu’il s’agit d’identifier ce qu’il nomme « umbilicum maris » (près des îles Lofoten), au hesaurus geographicus (une année avant la parution de la deuxième édition de l’ouvrage). Ainsi, les cartes et les dictionnaires se répondent, pour former un espace critique de représentation graphique de l’histoire.

Ill. 4. – Ortelius A., Theatrum orbis terrarum. Parergon, Anvers, J. B. Vrintius, 1601, « Europam, sive Celticam veterem », BM Lille cote : 44554. Détail : deux exemples de noms de lieux accompagnés de leurs auteurs d’origine.

20À partir de ces quelques exemples, on peut tirer l’idée que dans la carte de l’Europe du Nord du Parergon, Ortelius ne se contente pas de représenter l’histoire ancienne, mais qu’il met en place un espace de critique des sources de l’histoire, qui est un cadre pour la discussion des historiens eux-mêmes.

Ill. 5. – Ortelius A., Theatrum orbis terrarum. Parergon, Anvers, J. Moretus, 1624, « Europam, sive Celticam veterem », BM Lille cote : 44561. Détail de la carte des Îles britanniques.

21L’articulation des opérations cartographiques et lexicographiques constitue alors un moment fondamental de la représentation de l’histoire. Le Parergon, autant qu’il représente le monde ancien, exprime une prise de position sur l’état d’un savoir. La cartographie joue précisément ce rôle de mise à distance, de re-présentation du passé, qui permet de le constituer objectivement en histoire.

Ill. 6. – Ortelius A., Theatrum orbis terrarum. Parergon, Anvers, J. B. Vrintius, 1601, « Europam, sive Celticam veterem », BM Lille cote : 44554. Détail : Thulé (remarquer le jeu graphique qui fait disparaître la carte derrière le cartouche, comme si l’île imaginaire devait disparaître de la vue).

Dans les dictionnaires : le Thesaurus geographicus

  • 12 Ortelius A., Thesaurus geographicus recognitus et auctus..., Anvers, Plantin, 1596 [BM Lille cote  (...)

22On retrouve une démarche critique analogue dans la rédaction des entrées consacrées à l’Europe du Nord à l’intérieur des dictionnaires, qui d’ailleurs sont composés dans les mêmes années que le Parergon, il faut le rappeler. La lecture de la préface et de la page de titre du Thesaurus est instructive pour ce qui a trait aux intentions et à la pratique d’Ortelius12. Celui-ci, dès le début de la préface, inscrit son ouvrage dans une tradition de catalogues, de lexiques et de dictionnaires géographiques qui s’étend de l’Antiquité à la période la plus proche de lui. Il cite une quinzaine d’ouvrages, dont il s’inspire visiblement (parmi lesquels, pour les plus proches de lui, Zaccaria Lilio, Herman Torrentius, Vibius Sequester, Giovanni Boccacio, Robert Estienne, etc.). La méthode qu’il met en œuvre est ensuite détaillée. Il utilise des sources écrites et cartographiques de toutes sortes, profanes et sacrées, anciennes, médiévales et modernes. Sont concernés non seulement les textes, mais aussi les inscriptions trouvées sur les monuments, les monnaies, etc. Les sources anciennes sont privilégiées : tous les noms que l’on y trouve sont répertoriés. Les sources médiévales et modernes servent avant tout à éclairer les noms anciens. Dans la mesure du possible, les versions imprimées et manuscrites sont comparées, afin d’améliorer certains passages (« locis malè sanis medicam manum adhibuimus »). Les passages obscurs des histoires et des fables sont éclaircis, les parties corrompues sont corrigées, les noms faux et monstrueux sont éliminés. Ortelius s’abstient d’utiliser les épithètes et les périphrases que l’on peut trouver chez les orateurs et les poètes, car ils ne donnent pas d’information géographique précise concernant la localisation, notamment. Il renvoie le lecteur intéressé par ces sujets à l’ouvrage de Joannes Ravisius Textor, Epithetorum Opus Absolutissimus (1524). Il ajoute l’original grec au nom latin quand cela lui paraît nécessaire. À ceux qui lui reprocheraient de rédiger des notices trop courtes du point de vue du contenu descriptif, Ortelius rappelle qu’il ne compose pas une « histoire », mais une « nomenclature » (« nomenclaturam, non historiam instituisse »). Il renvoie aux auteurs, aux sources où les noms ont été trouvés pour les informations descriptives complémentaires.

23Comment alors est composée une entrée du dictionnaire ? Une « notice » toponymique ? Prenons deux exemples, les notices « Hyperborei » et « Umbilicum maris ». On peut faire à cet égard quatre remarques et deux suggestions : un article du Thesaurus geographicus, c’est d’abord, comme on l’a vu, une liste d’auteurs de référence, anciens, médiévaux et contemporains d’Ortelius, qui ont donné une définition et une localisation pour le toponyme. La préoccupation principale d’Ortelius est d’expliquer le nom, en renvoyant à ces différents auteurs, mais aussi d’expliquer la chose à laquelle fait allusion le nom lorsque c’est nécessaire. C’est le cas pour l’article « Umbilicum maris » (le nom est trouvé chez Paul Diacre), où il s’agit de décrire un phénomène naturel qu’Ortelius lui-même déclare prodigieux, miraculeux : un tourbillon marin, situé près des côtes de la Norvège (le maelström proche des îles Lofoten), lié aux courants et à la grande amplitude des marées. Ortelius décrit le phénomène, et il le localise. Il va plus loin que la pure et simple référence érudite, contrairement à ce qu’il écrit dans la préface. C’est la même chose pour la mention « Cronium mare », qui est présentée dans l’entrée du Thesaurus qui lui est consacrée comme une « mer morte ».

Ill. 7. – Notice « Umbilicum maris », Ortelius A., Thesaurus geographicus recognitus et auctus..., Anvers, Plantin, 1596 [BM Lille cote : 50365].

24On peut considérer cependant que, grâce à ces listes d’auteurs, on a accès, d’une certaine manière, à la bibliothèque de référence d’Ortelius (et sans doute de beaucoup d’autres humanistes de son temps). Pour les deux notices que l’on considère ici : 1) des auteurs grecs et latins, géographes ou non (Ptolémée, Strabon, Pomponius Mela, Aristote, Platon, Pline, Solin, Apollodore, Pausanias, Stace, Macrobe, Elien, Suidas, les Argonautiques d’Orphée) ; 2) des historiens du Moyen Âge (Bède, Paul Diacre, Giraud de Cambri) ; 3) des historiens, des cartographes et des voyageurs modernes, voire contemporains d’Ortelius (Sigmund von Herberstein, Lucas Waghenaer, Olaus Magnus, Jacques Cnoyen, Gérard Mercator, Albert Krantz). On peut y apercevoir de manière assez claire en quoi, au fond, le métier de géographe/cartographe (bien entendu notamment pour ce qui concerne la cartographie historique) est aussi un métier de lecture, de prise de notes, de compilation. Mais en même temps, Ortelius trace un chemin critique par rapport à ses sources. Certaines sont suivies, d’autres sont récusées. La vraisemblance des descriptions est discutée. L’incertitude des localisations est évoquée. Ainsi, dès le début de la notice sur les Hyperboréens, Ortelius souligne que leur localisation, que tous les Anciens (veteribus) placent dans le Nord (versus Boream), est néanmoins très variable selon les auteurs (situ autem valde inconstanti). Suit alors la liste des auteurs sollicités par Ortelius pour établir cette localisation. Liste qui montre surtout que la localisation, justement, est très changeante. L’accumulation des références littéraires installe pour ainsi dire une sorte de doute à l’égard du savoir des anciens auteurs. De ce point de vue, on peut considérer qu’il n’y a pas de différence fondamentale entre ce que fait Ortelius dans les cartes du Parergon et ce qu’il fait dans les dictionnaires : le nom de lieu et sa description sont toujours rapportés à l’auteur ou à un texte dans lequel Ortelius l’a trouvé. L’entrée du dictionnaire exprime une sorte de réserve critique, comme la carte, notamment quand Ortelius fait jouer les témoignages oculaires « dignes de foi » contre les sources antiques (à propos des montagnes qui se trouveraient près des sources du Don/Tanais).

Ill. 8. – Notice « Hyperborei », Ortelius A., Thesaurus geographicus recognitus et auctus..., Anvers, Plantin, 1596 [BM Lille cote : 50365].

25À ces quatre remarques on peut ajouter, pour conclure, deux suggestions.

  • 13 Moss A., Les recueils de lieux communs. Apprendre à penser à la Renaissance, Genève, Droz, 2002 ; (...)

26Un point mériterait l’investigation, me semble-t-il : on pourrait en effet étudier la géographie imaginaire (ou l’espace toponymique) créée par le système des renvois d’article en article, des noms vers d’autres noms. Investigation intéressante quand elle concerne des noms dont les localisations sont très variables dans l’espace : tel nom de lieu peut renvoyer à une localisation dans le nord, ou bien dans le sud (ainsi Cumes : en Italie ou en Égypte ? ou encore Cimmerii/Cimériens, présentés par les Anciens comme vivant dans les ténèbres, avec des localisations variables : Campanie/grotte de la Sybille, Géorgie/mer Caspienne, Bosphore ?). Il y a toujours une sorte d’incertitude, et cela révèle bien qu’un des enjeux de l’opération philologique consiste, semble-t-il, à constituer un imaginaire historique de l’espace géographique. Une dernière hypothèse concernerait le mode de travail intellectuel qui est à l’œuvre dans ces dictionnaires : on est proche de la pratique des recueils de lieux communs tels qu’ils ont été étudiés par Ann Moss et Ann Blair13. L’entrée du dictionnaire est comme une rubrique à l’intérieur de laquelle on vient accumuler et ranger des références érudites, même si c’est avec discernement et esprit critique.

27L’attitude intellectuelle qu’adopte Ortelius vis-à-vis de l’histoire ancienne de l’Europe du Nord, à l’intérieur du Parergon et des dictionnaires, semble donc ambivalente. D’un côté en effet, comme on l’a dit, la carte (et plus généralement l’image géographique), parce qu’elle est un outil de visualisation, est un support pour l’attestation du récit historique. L’image donne la preuve de ce que dit le texte. L’image montre le lieu dont il s’agit dans le texte, elle est sous la dépendance d’un texte auquel d’une certaine manière Ortelius demande au lecteur de se conformer en imagination. Mais d’un autre côté, Ortelius met en œuvre d’autres stratégies iconographiques, où l’on assiste plutôt à une véritable reconnaissance de l’image et où l’article de dictionnaire toponymique devient le support spécifique, voire exclusif, de l’information historique. Il n’est pas impossible de travailler dans les marges des textes anciens, en un sens, et d’y insérer des informations nouvelles, issues de l’observation de terrain. Même, il n’est pas impossible de faire preuve d’audace et de liberté par rapport au passé, en le déclarant inconstant.

28En tout état de cause, les cartes du Parergon et les articles du Thesaurus geographicus signalent que le rapport avec les lieux et les descriptions anciennes au sujet de l’Europe du Nord n’est plus si simple à la fin du XVIe siècle : l’écart se révèle entre ce que l’on voit et ce que l’on savait, entre ce que les livres nous avaient appris et ce que les lieux eux-mêmes nous disent désormais.

Notes

1 Les remarques qui suivent s’inscrivent dans les marges du livre sur l’histoire des représentations de Thulé de Monique Mund-Dopchie, dont les pages consacrées aux débats du XVIe siècle sont extraordinairement éclairantes pour la compréhension des formes et des directions du travail des géographes de cette époque. Voir Mund-Dopchie M., Ultima Thulé : histoire d’un lieu et genèse d’un mythe, Genève, Droz, 2009, et la contribution dans ce volume, p. 85-101.

2 Billy d’Anthilly Charles Antoine de, Mémoires pour servir à l’histoire des hommes illustres dans la République des Lettres..., 1730, t. 13, p. 89-127 (art. G. J. Vossius) ; Vossius G. J., De Quatuor artibus popularibus, De philologia et scientiis mathemathicis, cum operi subjungitur, chronologia mathematicorum, libri tres, Amsterdam, J. Blaeu, 1650.

3 « Geographia bifariam tractatur, historikos et mathematikos, sive epistemonikos », ibid., chapitre xlii, § 3, p. 239.

4 Besse J.-M., « Cosmography and geography in the sixteenth century, between mathematics and history. The position of Oronce Finé », Marr A. (ed.), The Worlds of Oronce Finé: Mathematics, Instruments, and the Book in Renaissance France, St Andrews Studies in Art History, vol. 2, Paul Watkins Publishing, 2009, p. 110-124.

5 En fait, cette devise est déjà présente dans la préface du Theatrum Orbis Terrarum, qui est pour Ortelius l’occasion de définir la nature, la méthode et les objectifs de son entreprise : « Mais de combien est nécessaire pour parvenir à cette intelligence des histoires, la connaissance des régions et provinces, et des mers, la situation des montagnes, des vallées, des villes, le cours des rivières, etc. (ce que des Grecs est appelé d’un nom propre Géographie, et d’aucuns gens doctes [...] l’œil de l’histoire) tous ceux là le confesseront facilement avec nous, qui y étant un peu moyennement instruits, ont aucune fois commencé à lire quelque histoire. » (Théâtre de l’Univers, édition française de 1581, fol. 1 v°.)

6 Ortelius prolonge, en y impliquant la géographie, une conception de la preuve qui provient de l’Antiquité : l’historien doit établir la vérité de son récit en rendant les faits visibles au lecteur, pour que ce dernier en devienne comme le témoin. C’est ainsi que Polybe, voulant souligner la vérité d’Homère, met en valeur le fait qu’il donne des détails et les dispose de telle sorte que l’on peut dire qu’il vise à produire « une impression de vie » (Histoires, XXXIV, 4, 3). L’historien doit donner à voir ce dont il parle. Et pour cela il utilise un procédé qui relève de la rhétorique des affects, l’enargeia (que les Latins ont traduit par evidentia, entre autres). Rendre un discours ou un objet enarges, c’est les rendre clairs, visibles, palpables, c’est les mettre en lumière de telle sorte qu’ils paraissent comme vivants devant un regard. La façon dont Érasme présente le procédé et sa fonction dans le De copia nous renvoie à la géographie telle que l’entend Ortelius : « Nous recourons [à l’enargeia] chaque fois [...] que nous n’expliquons pas simplement une chose mais que nous l’exposons, afin qu’on la regarde comme si elle était exprimée en couleur dans un tableau : si bien qu’il semble que nous avons peint, et non raconté et que le lecteur a vu, pas lu. » (Érasme, De duplici copia, verborum ac rerum, dans Opera omnia, Amsterdam, 1969-1988, vol. 1, p. 202.) L’enargeia possède en ce sens une vertu démonstrative pour l’historien, et la carte occupe une fonction d’évidence tout à fait précise dans l’économie du discours historien : elle fournit un support à l’imagination du lecteur. Elle fournit au lecteur la matière, dessinée, gravée et imprimée, qui permet à l’esprit d’imaginer et de concevoir l’objet de sa lecture. C’est en ce sens que l’on peut parler d’une théâtralisation de l’histoire par la géographie, conséquence, sans doute, de la théâtralisation du regard géographique lui-même, qui a permis au préalable de transformer le lecteur en spectateur.

7 Paulin de Venise (ca. 1270-1344) : « Je pense qu’il est non seulement difficile mais impossible sans une description du monde [ sine mapa mundi] de se représenter ou même de concevoir [ymaginari aut mente posse concipere] ce qui est dit des enfants et petits-enfants de Noé, des quatre royaumes et des autres nations et régions, dans les écrits bibliques comme profanes. » (De mapa mundi, Vat. lat. 1960, fol. 13 v°, cité dans Bouloux N., Savoirs et culture géographique en Italie au XIVe siècle, Turnhout, Brepols, 2002, p. 59.)

8 C’est le cas, par exemple, pour l’histoire sainte : « Semblablement en lisant du voyage que feit Saint Paul, de la ville de Hierusalem vers Rome, si le Lecteur entend par le moyen de la Carte, en quel endroict du Monde Hierusalem est située, & comment que les Isles de Cypres, Rhodes, & Malta, luy sont en chemin, et qu’en faisant voile ausdites Isles, & par-devant icelles, finalement il parvint à Rome, non seulement il entendra le-dit voyage tant mieux, mais aussi le retiendra plus long temps, & le pourra raconter de parolles, l’expliquer, & le faire entendre aux autres, avec plus de grace. » Ortelius A., Théâtre de l’Univers, édition française de 1598, fol. 2 r°.

9 « Abeant illae infinitae tabulae, chartae, unus liber regna, provincias, urbes, imò orbem terrae nobis tuo beneficio dedit. Auge tu, quaeso, hanc munificentiam : &, quod concepisse te aiunt, apta istaec ad historiam veterem : & oblita urbium, fluuiurorumque nomina, pariter ut recentia nos doce. » Lipse Juste, Epistolicarum quaestionum libri V, Anvers, C. Plantin, 1577, livre IV, lettre 4, p. 134.

10 Antiqua Regionum, Insularum, urbium, Oppidorum, Montium, Promontorium, Sylvarum, Pontium, Marium, Sinuum, Lacuum, paludum, Fluviorum, Fontium Nomina, Recentibus Eorundem Nominibus Explicata; Auctoribus Quibus sic Vocantur, Adiectis.

11 On ne saurait trop insister sur l’importance de cette question de la détermination des toponymes anciens dans la perspective de l’analyse du Parergon. Il s’agit bien, au bout du compte, comme on peut le voir de manière exemplaire dans le Nomenclator Ptolemaicus, de faire revenir à la lumière le monde géographique ancien, de retrouver ce monde en lui donnant une signification, c’est-à-dire une localisation, assignable, précisément une réalité géographique accessible aux modernes. Avec le Nomenclator, Ortelius prolonge un des enjeux majeurs de l’édition de la Géographie de Ptolémée aux XVe et XVIe siècles. En effet, les érudits européens ont récupéré dans la Géographie, tout autant que des méthodes de projection cartographique, un ensemble de près de 8 000 noms de lieux géographiques munis de leurs coordonnées. Un grand nombre des noms qui y sont répertoriés se sont perdus dans le temps, même si certains sont encore vivants. Aussi, le catalogue ptoléméen a constitué, dès le XVe siècle, un véritable espace de travail, dont la finalité est de restituer l’image du monde élaborée par les Anciens. L’ouvrage d’Ortelius constitue un des aboutissements de cette opération de « traduction » qui a marqué la réception de Ptolémée en Europe.

12 Ortelius A., Thesaurus geographicus recognitus et auctus..., Anvers, Plantin, 1596 [BM Lille cote : 50365].

13 Moss A., Les recueils de lieux communs. Apprendre à penser à la Renaissance, Genève, Droz, 2002 ; Blair A., Too Much to Know: Managing Scholarly Information Before the Modern Age, Yale University Press, 2010.

Table des illustrations

Légende Ill. 1. – Ortelius A., Theatrum orbis terrarum. Parergon, Anvers, J. Moretus, 1624, « Europam, sive Celticam veterem », BM Lille cote : 44561. Détail de la carte des Îles britanniques.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117110/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende Ill. 2. – Ortelius A., Theatrum orbis terrarum. Parergon, Anvers, J. B. Vrintius, 1601, « Europam, sive Celticam veterem », BM Lille cote : 44554.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117110/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Ill. 3. – Ortelius A., heatrum orbis terrarum. Parergon, Anvers, J. B. Vrintius, 1601, « Europam, sive Celticam veterem », BM Lille cote : 44554. Détail : « Umbilicum maris ».
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117110/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117110/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Légende Ill. 4. – Ortelius A., Theatrum orbis terrarum. Parergon, Anvers, J. B. Vrintius, 1601, « Europam, sive Celticam veterem », BM Lille cote : 44554. Détail : deux exemples de noms de lieux accompagnés de leurs auteurs d’origine.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117110/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende Ill. 5. – Ortelius A., Theatrum orbis terrarum. Parergon, Anvers, J. Moretus, 1624, « Europam, sive Celticam veterem », BM Lille cote : 44561. Détail de la carte des Îles britanniques.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117110/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 617k
Légende Ill. 6. – Ortelius A., Theatrum orbis terrarum. Parergon, Anvers, J. B. Vrintius, 1601, « Europam, sive Celticam veterem », BM Lille cote : 44554. Détail : Thulé (remarquer le jeu graphique qui fait disparaître la carte derrière le cartouche, comme si l’île imaginaire devait disparaître de la vue).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117110/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Légende Ill. 7. – Notice « Umbilicum maris », Ortelius A., Thesaurus geographicus recognitus et auctus..., Anvers, Plantin, 1596 [BM Lille cote : 50365].
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117110/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117110/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 574k
Légende Ill. 8. – Notice « Hyperborei », Ortelius A., Thesaurus geographicus recognitus et auctus..., Anvers, Plantin, 1596 [BM Lille cote : 50365].
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117110/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540