Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures du Nord

 | 
Éric Schnakenbourg

Première partie. La rencontre avec la réalité du Nord

Le premier Italien au cap Nord : le père Francesco Negri (1663-1666)

The First Italian to Reach the North Pole: Father Francesco Negri (1663-1666)

Alessandra Grillo Orlandini

Résumé

Francesco Negri, a priest from the town of Ravenna, was the first Italian traveller to reach the North Pole in 1666. His travel stories, “Viaggio Settentrionale”, were very innovative considering the period in which he wrote them and especially considering the type of travel he wrote about. Francesco Negri was the only traveller who had stayed in Nordic countries for a period of three years, travelling the length and breadth of the interior regions, as well as the coast and making contact with Laplanders whose culture charmed the Italian priest, as he was already passionate and curious about the diversity of the world. Composed of eight letters, his travel writing describes Lapland and the customs of its inhabitants, with several illustrations and many quotations taken from classical Latin authors, as well as from Nordic writers who were contemporaries of Negri. These quotes testify to the thoroughness of the research carried out by the priest, both when he was already on site (where he learned several facts about the local culture through Norwegian priests who gave him accommodation) and after he returned to Italy.

Texte intégral

  • 1 Regnard J.-F., « Voyage de Lapponie », Les œuvres de M. Regnard, Paris, Veuve de P. Ribou, 1731, t (...)

« En ce lieu, bien loin d’y avoir vu des Français, il n’y était venu aucun étranger plus voisin qu’un Italien, qui passa il y a environ quatorze ans, et dont on n’a plus entendu parler depuis1. »

  • 2 Negri F., Viaggio settentrionale, Padoue, Stamperia del Seminario, 1700, p. 4.

1Avec ces mots, le dramaturge Jean-François Regnard, voyageant en Laponie, entend parler de Francesco Negri par un Français qui travaille dans les mines de Svappavaara : les temps correspondent si on considère que Regnard voyage en 1681 et Negri entre 1663 et 1666. D’ailleurs, dans son récit, Negri parle de la rencontre à Svappavaara avec un mineur français, qui servira d’interprète avec les Lapons locaux2.

2Francesco Negri naît à Ravenne le 23 mars 1624 ; sa famille étant aisée, il a la possibilité d’étudier les lettres, la philosophie, les sciences naturelles, la géographie et l’astronomie. Après 1675, l’archevêché de Ravenne assigne à Negri la paroisse de Santa Maria Assunta in Coelos Eo (qui n’existe plus aujourd’hui), où il a probablement été enterré après sa mort le 27 décembre 1698.

3Toujours curieux d’apprendre et d’expérimenter, Negri se passionne pour les phénomènes bizarres de la nature et recueille des curiosités végétales et minérales. C’est bien cette passion pour le monde qui pousse le prêtre à partir de Ravenne et à visiter le nord de l’Europe.

  • 3 Ibid., p. x-xi (« Mi stimolò sempre fin dai primi Anni il genio curioso inseritomi dalla Natura à (...)

« Dès les premières années, je fus stimulé, par l’esprit curieux dont la nature m’avait doué, à faire quelques voyages, pour observer les variétés de ce beau monde. [...] Et à vrai dire, il peut paraître bizarre que nous les Européens négligions des parties si curieuses de notre Europe, plus occupés à parcourir efficacement les pays lointains de l’Orient et du Sud et même du Nouveau Monde, en ce moment si connus et si fréquentés, et que nous ignorions nos propres régions. Incité [au voyage] par ces raisons, une autre s’y ajouta, celle de ne pas avoir pu trouver un auteur qui ait écrit sur la Scandinavie, en tant que témoin oculaire, après l’avoir bien observée et surtout dans ses parties les plus boréales. Je m’y rendis et je la parcourus entièrement, sans faire attention aux souffrances et aux dangers, pour voir de mes propres yeux les raretés que j’y ai découvertes, la plupart desquelles était loin de ma route, car je ne me contentais pas d’en entendre parler par les voisins3. »

4Dès les premières lignes de son récit, Negri remarque la curiosité qui pousse le voyageur vers des buts toujours différents. Il faut dire que la curiosité sera au centre de l’incipit du Voyage de Laponie de Regnard. On connaît bien la polémique de plusieurs voyageurs, qui accusent Regnard de ne pas avoir vérifié ses informations, en se limitant à un voyage assez rapide, le long des fleuves principaux : Negri montre toute sa modernité en affirmant avoir souvent parcouru de longues routes, pour accéder aux vraies sources, sans se limiter à écouter simplement le « déjà connu ». D’ailleurs, sa modernité se retrouve dans la raison de sa curiosité : l’importance de ne pas toujours être intéressé par les mêmes pays, mais d’avoir l’envie d’approfondir et surtout de parcourir, physiquement, de nouvelles routes, qui sortent des modes du moment.

5Pendant l’été 1663, Francesco Negri rejoint Tornio, en provenance de Stockholm, et remonte les côtes du fleuve Tornionjoki, jusqu’au lac Inari, puis redescend le même fleuve, en profitant des petits bateaux qui mettent en communication le golfe de Botnie avec les mines de cuivre de l’intérieur de la Laponie. Revenu à Stockholm en automne, il y passe six mois comme aumônier de M. de Chassan, résident de France. Reparti pour Copenhague, il commence son tour le long des côtes norvégiennes, en profitant des bateaux et des traîneaux mis à disposition par les prêtres responsables des paroisses norvégiennes. Il rejoint, enfin, le cap Nord en 1666.

6En voyageant pendant toutes les périodes de l’année, Negri a la possibilité de se déplacer de plusieurs manières, toutes assez typiques des pays nordiques. Mais il est sans aucun doute le premier voyageur qui affirme avoir utilisé les skis comme moyen de transport. Il reste très frappé par ces objets, qu’il décrit de manière minutieuse :

  • 4 Ibid., p. 34-35 (« Hanno due tavolette sottili, che non eccedono in larghezza il piede, mà lunghe (...)

« Ils ont deux tablettes fines, qui ne sont pas plus larges que le pied, mais elles sont longues de huit ou neuf paumes, avec la pointe tournée en haut, pour ne pas s’accrocher à la neige.
Au milieu il y a de petites cordes, avec lesquelles on les attache bien aux pieds, en tenant ensuite un bâton dans la main, enfoncé dans une roue à l’extrémité [du bâton] de manière à ce qu’il ne s’enfonce pas dans la neige ; ou bien ils marchent sur la neige sans ce bâton, quand elle n’est pas glacée, ni assez dure pour soutenir un homme. [...]
Pour marcher, donc, avec les skis, nom que les Suédois donnent à ces tablettes, ils ne soulèvent jamais le pied de la neige, mais en glissant légèrement, ils avancent avec la même agilité qu’ils auraient en marchant à pieds libres sur la terre, et ils n’exercent pas sur la neige une pression plus forte que celle d’un doigt4. »

  • 5 Ibid., p. 35-36 (« Sul principio, quando io apprendeva il pericolo, cascava ; poi dall’esercizio a (...)

7Negri ne conçoit pas la possibilité de glisser sur la neige et il note l’importance de ne pas marcher, mais de laisser courir les skis. D’ailleurs, il souligne que les Lapons mettent sous les skis de la peau de renne, dont le sens de la fourrure est tourné vers l’arrière, de telle manière qu’en montant elle fait office de frein et en descendant elle permet de glisser encore plus rapidement. Enfin, le voyageur remarque l’importance de ne pas croiser les skis, ni sur les pointes ni derrière, pour éviter les chutes dangereuses : « Au début, quand je m’apercevais du danger, je tombais ; puis habitué par l’exercice et ayant pris du courage, je pouvais me tenir debout5. » Negri accompagne la description d’une gravure, qui reproduit non seulement un Lapon sur ses skis, mais aussi un traîneau (pulka), tiré par un renne, que Negri utilise pour ses déplacements dans la Laponie norvégienne.

8Pour son hébergement, Negri est toujours aidé par les guides locaux, qui l’amènent chez eux : le prêtre a donc la possibilité de vivre au contact des populations locales en s’adaptant à leurs habitudes et en rapportant, par conséquent, une relation très riche en particularités traditionnelles.

9Negri ne parle qu’à la fin de son récit de la façon dont il lutte contre le froid, en donnant la première description de vêtements pour un voyage dans le Nord et de la manière de combattre le grand froid :

  • 6 Ibid., p. 176 (« Il modo, che io tengo per diffendermi da questo freddo, ch’è il più fiero del mon (...)

« Pour me protéger de ce froid, qui est le plus fort du monde habité, j’ai quatre manières, deux internes et deux externes : premièrement, manger et boire avec abondance ; deuxièmement, boire, surtout le matin, une rasade d’eau-de-vie, si on en trouve ; troisièmement, bien se couvrir, avec des vêtements de laine, des gants épais ou doubles et avec des peaux d’écureuil ajoutées au chapeau, le poil tourné vers l’intérieur, avec lequel je me cache tout le visage et le cou, en ne laissant qu’une ouverture pour voir et pour respirer ; enfin, je fais de l’exercice et des mouvements énergiques : en voyageant en bateau, ce qui est quotidien, je prends les avirons des mains de ces hommes et, en ramant, j’essaye de chasser le froid ; si je voyage par terre en traîneau, je le quitte de temps en temps pour aller un peu à pied6. »

Ill. 1. – Un traîneau lapon (pulka) et un Lapon sur les skis.

10Bien évidemment, un voyage aussi long, effectué avec ces moyens de transport et sans une organisation particulière avant le départ, porte le voyageur à faire confiance aux guides. Il faut remarquer que Negri ne connaît pas les langues nordiques, sauf quelques termes appris au cours du voyage ; par conséquent, il lui est difficile de communiquer et surtout de comprendre les indications des guides, qui ne connaissent pas le latin, qui est la langue de communication avec les missionnaires et les pasteurs qui l’hébergent en Norvège. Il collecte des informations sur les traditions et la culture nordiques par le biais des missionnaires ou tout simplement grâce à l’observation. La difficulté de communiquer crée parfois des situations compliquées, dont la plus dangereuse survient au cours du voyage de Negri le long du fleuve Tornionjoki : le voyageur est installé dans une maison par les guides, qui ont l’intention de venir le rechercher après quelques jours, car ils doivent transporter du matériel. Ils ne peuvent pas se faire comprendre de Negri, qui croit, au contraire, avoir terminé son voyage avec eux. Le prêtre décide donc de continuer son chemin à pied, le long du fleuve, dans l’espoir de trouver une barque ou quelqu’un qui puisse le transporter plus au nord. L’après-midi arrivé, Negri se rend compte qu’il ne va pas pouvoir continuer tout seul et, après avoir pensé revenir dans la maison où il avait été installé, il choisit de traverser une forêt pour raccourcir le parcours. Mais il se perd et ne peut revenir sur les rives du fleuve que grâce à la position du soleil ; depuis une barque quelqu’un l’appelle « Franz » (son prénom en suédois), et il retrouve ainsi les Lapons qui le prennent à bord. La conclusion de Negri est dans ces mots qui concernent son repas, après le « sauvetage », à base de poisson sec, de pain de seigle et d’eau fraîche du fleuve :

  • 7 Ibid., p. 8 (« Non saprei, qual altro lauto pranzo avuto in vita mia potessi paragonar con questo, (...)

« Je ne saurais pas quel autre somptueux repas de ma vie je pourrais comparer à celui-là pour ce que j’ai mangé et bu avec plaisir, en me voyant, en moins d’une heure, passer d’un maximum de danger à un maximum de sûreté7. »

  • 8 Negri F., « Relazione della Lapponia avuta dal Sig. Francesco Negri di Ravenna, il quale penetrò i (...)
  • 9 Zani E., [Viaggi per l’Italia, Francia, Spagna, Portogallo, Inghilterra, Alemagna, Polonia, Moscov (...)
  • 10 Pour les notices sur la vie et le voyage de Negri, voir Vistoli Giovanni Francesco, « Relatione de (...)
  • 11 Negri F., Viaggio settentrionale, op. cit., p. 19 (« Io hò veduto far il filo in questo modo, e ne (...)

11Negri reste profondément frappé par la culture nordique et cherche à repartir pour la Scandinavie plusieurs années après son retour à Ravenne ; malheureusement, il ne trouve pas de fonds pour financer son voyage. Il a quand même conservé des contacts importants : il connaît très bien, par exemple, Lorenzo Magalotti, secrétaire de l’Accademia del Cimento de Florence qui, sur le point de partir pour la Suède, rend visite à Negri à Ravenne et apprend de lui des informations sur les pays nordiques. Le prêtre ravennate connaît deux autres savants, le comte Valerio Zani et son neveu Ercole ; le premier publie, dans son anthologie Il Genio Vagante, sous le pseudonyme d’Aurelio degli Anzi, une Relazione della Lapponia tirée de ses conversations avec Negri8, le second accomplit un voyage en Russie en suivant les nombreux conseils donnés par Negri9. Enfin, on connaît bien les échanges épistolaires (restés inédits) entre Francesco Negri et la reine Christine, que le prêtre ravennate a connue à Rome. Malgré les demandes d’aide financière, surtout au grand-duc de Toscane, auquel il dédie son Viaggio, Negri doit renoncer à effectuer un nouveau voyage en Scandinavie. Il faut souligner que ces tentatives pour repartir vers le Nord sont toutes faites lorsque Negri a déjà plus de soixante ans, ce qui montre sa grande passion pour ces pays10. Il lui reste un petit souvenir, rapporté de Laponie : des nerfs de renne couverts de plomb et d’étain. Les femmes lapones préparent les nerfs et les couvrent de ces métaux, comme pour former des fils d’argent, qu’elles utilisent pour orner les vêtements, les vestes et les robes de mariée : « J’ai vu préparer le fil de cette manière et j’en ai rapporté avec moi11. »

  • 12 Negri F., La Lapponia descritta dal molto rev. sig. d. Francesco Negri parrocchiano di Ravenna, e (...)
  • 13 Negri F., Relation du voyage du célèbre Francisco Negri en la Laponie, Bordeaux, chez Matthieu Cha (...)

12Francesco Negri meurt en 1698 ; après avoir travaillé pendant une trentaine d’années à son récit de voyage, il ne le verra pas publié. Ce sont ses héritiers qui feront sortir le Viaggio settentrionale en 1700, à la Stamperia del Seminario de Padoue, à laquelle Negri avait apporté personnellement son manuscrit quelques jours avant sa mort. On n’a pas d’informations précises sur la raison pour laquelle l’imprimeur Gianfelice Dandi publie à nouveau, l’année suivante, le Viaggio settentrionale à Forlì : le texte est le même, mais apparemment cette nouvelle édition n’avait pas été autorisée par Stefano Forestieri, neveu de Negri et chargé de la publication du Viaggio. Peut-être cette édition a-t-elle été publiée sous la surveillance de Giovanni Civelli Calvoli, patricien florentin et habitant Forlì qui, en 1705, édite la première des huit lettres composant le Viaggio settentrionale, sous le titre de La Lapponia descritta dal molto rev. sig. d. Francesco Negri parrocchiano di Ravenna, e data in luce da Giovanni Cinelli Calvoli patrizzio fiorentino e forlivese, e dal medesimo dedicata al merito impareggiabile dell’illustriss. signora marchesa Eleonora Peppoli Mansi12. Le récit a été republié en 1883 et en 1929, alors qu’en 2000 Leading Edizioni de Bergame a fait sortir une édition fac-similé du Viaggio settentrionale de 1700. Il existe un précis français, Relation du voyage du célèbre Francisco Negri en la Laponie, sorti à Bordeaux probablement vers 170013 : il ne s’agit pas de la traduction de la première lettre (ce qui ferait penser à une version française de la Lapponia éditée par Cinelli Calvoli), et la page de titre n’indique pas le nom de l’éditeur de ce texte, d’ailleurs très bref (huit pages).

13Le Viaggio settentrionale est composé, d’abord, d’un avis « A chi legge », dans lequel Negri présente les raisons de son intérêt pour les pays du nord de l’Europe et sa dédicace au grand-duc Ferdinand de Toscane. Ensuite, l’auteur insère un bref essai sur l’Historia de gentibus septentrionalibus d’Olaus Magnus (« Annotazioni sopra l’Opera di Olao Magno »), dans lequel il conteste certaines affirmations de l’évêque suédois, en ce qui concerne surtout la géographie, la faune et les habitudes des peuples de la Laponie :

  • 14 Negri F., Viaggio settentrionale, op. cit., p. xvii (« Di due sorti dunque sono gli errori di Olao (...)

« Les erreurs de Olaus Magnus sont donc de deux types : certaines parmi elles peuvent même être démontrées par des personnes qui n’ont jamais visité ces pays ; d’autres, seulement par ceux qui y sont allés, ou bien par ceux qui veulent apprendre l’information à travers des lettres ou grâce aux témoignages des savants qui vivent dans ces pays14. »

14Negri souligne certaines incohérences à caractère géographique, par exemple la position de quelques lieux par rapport au cercle polaire, et il critique fortement les descriptions d’animaux, comme les poissons et les rennes, présentés par Olaus Magnus de manière incorrecte. Enfin, juste avant le début du récit, Giovanni Francesco Vistoli, un ami de Negri, trace un portrait de l’auteur avec quelques informations biographiques. Après les huit lettres du récit, Negri insère un petit excipit, « A’ chi ha letto », dans lequel il invite le lecteur à continuer à approfondir et à chercher à mieux connaître non seulement la Scandinavie, mais aussi le monde entier. La première lettre relate le voyage le long du fleuve Tornionjoki, alors que les suivantes concernent le voyage en Suède et en Norvège, jusqu’au cap Nord.

15Le Viaggio settentrionale ne fait guère de place aux souvenirs personnels : on y note une espèce de pudeur de la part de l’auteur à parler de ses propres sensations ou des événements qui lui sont arrivés et, quand il le fait, il semble presque s’en excuser auprès du lecteur, comme s’il craignait de l’ennuyer.

16Les lettres qui concernent directement la Laponie sont la première, la septième et la huitième ; la première est sans aucun doute la plus longue et la plus complète du point de vue des informations fournies. Les autres concernent la Suède et son régime politique, la chasse à la baleine, la migration des hirondelles et la description de la partie méridionale de la Norvège.

  • 15 Scheffer J., Lapponia, id est regionis Lapponum et gentis nova et verissima descriptio. In qua mul (...)

17Negri commence son récit en donnant une description géographique de la Laponie et en la situant par rapport aux autres pays connus. Son récit est illustré de plusieurs gravures, pour la plupart redessinées sur la base d’images de la Lapponia de Johan Scheffer15, mais il y manque une carte : apparemment, Negri avait un accord pour insérer une carte des pays du Nord, mais ses héritiers ont décidé de publier l’ouvrage tel qu’il était au moment de la mort de son auteur. Ensuite, Negri décrit les habitations, les Lapons physiquement et moralement, la nourriture, les vêtements et les activités quotidiennes. Dans ces premières pages, on trouve déjà trois gra-vures, illustrant une tente avec sa structure et une cabane construite sur les arbres, que les Lapons utilisent comme garde-manger à l’abri des attaques d’animaux sauvages, un homme et une femme lapons, cette dernière tenant dans ses bras un berceau avec un enfant (il faut préciser que la gravure présente un paysage qui n’est pas complètement lapon : certains arbres ressemblent à des palmiers), et une robe lapone typique, en peau de renne. Le texte ne renvoie pas directement aux gravures : les descriptions sont très minutieuses et la gravure semble avoir une fonction d’enrichissement du texte plus qu’une fonction explicative. Comme la première lettre est celle qui donne le plus d’informations générales sur la Laponie, les gravures sont concentrées surtout dans cette partie.

  • 16 Negri F., Viaggio settentrionale, op. cit., p. 16 (« pezza di panno cuccita alle vesti rotte »).
  • 17 Ibid.

18Negri continue sa description de la Laponie en parlant de l’origine du mot « lapon », qui renvoie au terme suédois « lapp », « morceau de tissu cousu sur des vêtements déchirés16 ». Mais les Lapons sont connus sous le nom de Skrifinni ou Skierfinni (terme repris de Scheffer et de la tradition latine), c’est-à-dire Finnois avec des skis, ou bien Skitofinni, Finnois archers17.

Ill. 2. – Cabanes lapones d’après Scheffer.

19La description du renne que Negri appelle « rangifero », à la latine, dans la première lettre est très longue (huit pages), car l’animal est le symbole et la base de l’économie lapone. Il frappe toujours l’attention des voyageurs qui se trouvent en contact avec un animal complètement inconnu.

  • 18 Ibid., p. 30 (« di cose, di scienze, virtù, dignità, arti, e’loro instromenti [...] con pochi voca (...)
  • 19 Ibid., p. 30. (« Essa non hà asprezze, nè gutturali, ò particolar pronuncia difficile ; Mà è schie (...)

20Il est très curieux de voir la manière dont Negri décrit la langue lapone : il soutient en premier lieu qu’il s’agit d’un idiome simple car la société des Lapons n’est pas très complexe et ils n’ont pas beaucoup « de choses, de sciences, de vertu, de dignité, d’arts et d’outils quotidiens [...] avec peu de mots, ils font tout18 ». Deuxièmement, la langue est facile à prononcer, car « elle n’a pas d’âpretés, ni gutturales ni difficiles à prononcer ; mais elle est pure et douce, tout comme l’esprit et la morale du peuple19 ».

Ill. 3. – Cabanes lapones d’après Scheffer.

21On a déjà parlé de la difficulté de combattre les moustiques qui infestent la Laponie en été : Negri remarque leur multitude, en cherchant la cause de leur présence dans les marais et dans le grand nombre de fleuves et de lacs en Laponie. Mais il affirme :

  • 20 Ibid., p. 31. (« Queste Zenzale dunque, ed altri più piccoli moscini in tempo d’estate sono quì in (...)

« En été, il y a donc une telle quantité de ces moustiques que tout l’air en est chargé, et il est presque impossible de les supporter. En voyageant, je bouge toujours une main, pour défendre mon visage de ces petits animaux ; mais je ne me rappelle pas avoir eu ce problème la nuit, ou pendant les heures qui correspondent à la nuit, pendant lesquelles les hommes, les oiseaux et les autres animaux se reposent20. »

Ill. 4. – Familles lapone d’après Negri.

  • 21 Ibid., p. 36-38.

22Parmi les activités des Lapons, Negri parle de la pêche et surtout de la chasse : normalement, les voyageurs décrivent la chasse à l’ours comme un véritable rite. Au contraire, Negri parle tout simplement du grand courage des Lapons qui affrontent l’ours presque en solitaires, en le cherchant et en le combattant comme on ferait avec une personne21.

  • 22 Ibid., p. 43-44.
  • 23 Ibid., p. 43 (« Tralascio per buoni rispetti di descrivere, e di spiegare quì li modi, che adopran (...)
  • 24 Ibid., p. 44.

23Francesco Negri a la chance de voyager au XVIIe siècle, quand les Lapons ont encore la plupart de leurs traditions ; non seulement, à l’époque de Negri, les circuits touristiques n’existent pas encore, mais le prêtre voyage dans la partie intérieure de la Laponie, loin des Lapons qui peuvent être en contact (surtout commercial) avec d’autres peuples (Russes, Suédois, Danois, etc.). Il ne décrit pas les anciennes croyances religieuses, mais il parle simplement de ce qu’il a pu expérimenter et voir, comme la guérison de la blessure d’un mineur, sur laquelle une magicienne lapone a récité des mots incompréhensibles et a posé un champignon (appelé « ampoule de loup »), qui a arrêté l’écoulement du sang22. Si d’un côté les gravures qui accompagnent ces pages sont dessinées sur la base d’images de la Lapponia de Scheffer, de l’autre, Negri ne décrit pas du tout le tambour et ses utilisations, en affirmant tout simplement : « Pour des raisons de respect [du lecteur] je ne vais ni décrire ni illustrer les façons par lesquelles ils exercent leur superstition23. » Par conséquent, les seules informations qu’il relate concernent la prétendue lycanthropie de certains Lapons, leur capacité à se transformer en ours24 et la description d’une idole :

  • 25 Ibid., p. 44-45 (« L’Idolo era fatto d’un piccolo albero di bedollo co’rami, e foglie rivolti a te (...)

« L’idole était constituée d’un petit bouleau, dont les branches et les feuilles étaient tournées vers le bas et le tronc vers le haut ; tout en haut on voyait neuf figures sculptées en forme de X, l’une sur l’autre, et d’autres qui leur ressemblaient sur les trois côtés, l’idole ayant quatre faces. Elle était toute droite, adossée à l’autel et au-dessus il y avait les offrandes, c’est-à-dire des cornes entières de renne, attachées pour partie au crâne, que les Lapons amènent quand ils croient avoir reçu la grâce pour la santé de leurs rennes ; là-bas, ils mangent la viande [de rennes] avec toute la famille. [...] Mais ce qui m’a le plus frappé a été de voir deux petites croix de bois, d’un peu plus de deux paumes de hauteur, plantées dans la terre devant l’autel à ses deux extrémités, et je ne comprends pas comment ils peuvent mettre ensemble l’Arche du testament et Dagon25. »

Ill. 5. – Familles lapone d’après Negri.

  • 26 Sur les traditions liées à l’arbre du monde, voir Eliade M., Le chamanisme et les techniques archa (...)
  • 27 Eliade M., Le chamanisme..., op. cit., p. 249.

24Negri ne connaît pas, bien sûr, les traditions liées au culte de l’arbre du monde, qui est le symbole du cosmos au centre du monde, l’emblème de la puissance régénératrice et le lien entre le monde des divinités, celui des hommes et celui des morts ; l’arbre a de forts liens avec la colonne cosmique de certaines peuplades germaniques (la colonne Irminsul) et finno-ougriennes (une colonne avec un clou fixé à l’extrémité supérieure, symbole de l’étoile polaire) ; il est souvent partagé en plusieurs couches (trois ou sept), qui forment une espèce d’escalier utilisé par le chaman qui, en transes, le parcourt pour mettre en contact les différentes dimensions et est fréquemment représenté stylisé par une croix : de là vient, probablement, la mauvaise interprétation de Negri26. En ce qui concerne la description de l’idole, les neuf figures indiquées par Negri pourraient représenter les strates du cosmos : normalement elles sont trois ou sept, mais, comme le soutient Mircea Éliade, le neuf aussi est un chiffre sacré « à expliquer vraisemblablement comme 3 × 3 et à considérer, par conséquent, comme faisant partie d’un symbolisme plus archaïque que celui que révèle le nombre 7, d’origine mésopotamienne27. »

  • 28 Negri F., Viaggio settentrionale, op. cit., p. 100-101.

25Negri décrit de façon rapide les esprits ou les farfadets que les Lapons craignent, en sentant leur présence un peu partout dans la vie quotidienne (dans la maison, dans les bois, etc.), mais l’explication la plus curieuse est donnée au sujet des îles flottantes, un véritable topos de la culture médiévale et du début de l’âge moderne : Negri soutient avoir vu ce phénomène en Hollande et à Stockholm, et il croit pouvoir l’expliquer en parlant de mottes de terre, couvertes d’herbe, qui se détachent de la côte et s’éloignent sur la mer ; l’herbe, vue de loin, fait donc penser à une petite île28.

  • 29 Querini P., [Viaggio del magnifico messer Piero Quirino] Ancora che la fragilità humana, ms., s. d (...)

26En 1431, Pietro Querini avait été le premier « voyageur » à décrire les morues séchées, le stockfisk, dans le manuscrit qui relate son naufrage aux îles Lofoten29 : Negri reprend la description de la façon de saler et faire sécher le poisson, en insérant, en plus, une gravure d’une structure en bois, sur laquelle les Lapons attachent les morues pour les faire sécher au vent :

  • 30 Negri F., Viaggio settentrionale, op. cit., p. 195 (« Lo sospendono con un gran numero di altri si (...)

« Ils les suspendent avec un grand nombre d’autres poissons à l’intérieur d’une maisonnette, de manière à ce que tous ensemble ils sèchent à l’air ; c’est à cause de cela que les murs sont composés seulement des pieux enfoncés dans d’autres bois plus grands et éloignés l’un de l’autre, de manière à ce que le vent puisse souffler de tous les côtés, même du sol30. »

Ill. 6. – Structure pour sécher le poisson.

27Tout comme Querini, Negri décrit le sauna, mais en s’étonnant du passage du chaud au froid : il ne parle pas de la nudité des personnes qui utilisent le sauna, sans que l’on sache s’il le fait par pudeur :

  • 31 Ibid., p. 56. (« Usano spesso i bagni nelle stufe, e con calor sì intenso, che altri non lo potreb (...)

« Ils prennent souvent des bains dans les étuves, avec une chaleur si intense que beaucoup ne le supporteraient pas. De cet extrême ils passent soudain à l’autre, en sortant pour se réconforter dans le froid le plus cruel de l’hiver ; d’autres préfèrent se plonger jusqu’au cou dans un lac ou un fleuve, après avoir fait un trou dans la glace. Il y en a même qui se vautrent dans la neige et qui s’y trouvent très bien31. »

28Le témoignage de Negri est extrêmement précieux, car il voyage dans les pays nordiques pendant trois ans : il a donc la possibilité et la chance de voir les changements de saison, il peut admirer le jour sans fin de l’été et faire l’expérience de la nuit perpétuelle de l’hiver. C’est précisément en hiver, en parcourant le territoire qui sépare Trondheim du cap Nord, que Negri assiste aux aurores boréales, un phénomène qu’il n’arrive pas à classer et qui n’a pas encore été éclairci à son époque, mais qu’il décrit en cherchant des comparaisons avec les nuages :

  • 32 Ibid., p. 188-189. (« Un’altro effetto hò veduto, che è ordinario in questa Zona glaciale, e non l (...)

« J’ai vu un autre phénomène typique de cette région glaciale, que je n’ai jamais vu, dont je n’ai pas entendu parler en Italie, et qui est ici visible la nuit en hiver, sous plusieurs formes. Je vis, une fois, comme un long nuage qui commençait à trois degrés environ au-dessus de l’horizon et, en montant vers le zénith ou vers un point vertical, se terminait de l’autre côté, presque avec la même longueur. Il était tellement clair et transparent qu’il donnait peu de lumière à la terre, il se divisait en plusieurs formes à la fois d’arc, de couronne, de serpent ou d’autre ; parfois il s’ouvrait en deux longues parties, en bougeant en même temps vers les deux côtés, puis ils se réunissaient, produisaient de nouveaux rayons sans les éloigner d’eux-mêmes jusqu’aux extrémités, mais ils devenaient lentement plus clairs et enfin ils atténuaient leur lumière jusqu’à disparaître, tout comme les vers luisants. Une autre fois, en particulier, je vis naître plusieurs rayons de la hauteur d’un peu plus d’un homme (il apparaît comme ça) : l’un après l’autre, disposés en ligne comme des soldats, avançaient rapidement et se terminaient dans un des côtés du nuage qui devenait plus grand grâce à ces rayons qui se réunissaient pour en former un seul. Bref, on pouvait voir de si belles variétés, loin de faire peur, bien au contraire je pense que c’est le plus beau spectacle qu’on peut voir en ce monde32. »

29En analysant le langage utilisé par Negri, on voit bien le changement qu’il y a eu, par rapport, par exemple, à un texte comme celui de Querini (écrit en vénitien) : la langue est beaucoup plus proche de l’italien moderne, même si on peut retrouver les origines romagnoles de l’auteur dans quelques mots ou expressions, comme l’habitude d’écrire « son » (au lieu de « sono », je suis) en faisant tomber le « o » final, ou l’utilisation de certains termes dialectaux, comme « scordarsi », synonyme de « dimenticarsi » (oublier), ou « moscini », au lieu de « moscerini » (petits moucherons). Mais on est bien loin du vénitien des marchands des XVe et XVIe siècles. On perçoit quoi qu’il en soit la grande culture classique, ecclésiastique et de voyage de Negri qui enrichit son récit de citations tirées de textes latins classiques et religieux, ainsi que de récits de voyages et d’ouvrages sur le Nord.

30Le Viaggio settentrionale est un récit très novateur pour la période à laquelle il a été écrit, et surtout pour le type de voyage qu’il relate : Francesco Negri est le seul voyageur qui séjourne dans les pays nordiques pendant trois ans, parcourant tant les régions intérieures que les côtes et entrant en contact avec le peuple lapon, dont la culture charme le prêtre italien, déjà passionné et curieux des diversités du monde. Gregorio Caravita a ainsi pu affirmer :

  • 33 Caravita G., Francesco Negri, op. cit. note 10, p. 170. (« Don Francesco Negri è uomo del suo temp (...)

« Le père Francesco Negri est un homme de son époque, mais avec plu-sieurs caractéristiques en plus : européen avant l’heure, polyglotte (latin, français, allemand), globe-trotter, skieur, homme de sciences, reporter, généreux dans ses occupations sociales, homme de foi et doté, ce qui ne gâte rien, d’un humour romagnol33. »

Bibliographie

Bibliographie

Amat di S. et Filippo P., « Biografia dei viaggiatori italiani colla bibliografia delle loro opere », AA. VV., Studi biografici e bibliografici sulla storia della geografia in Italia, pubblicati in occasione del III Congresso geografico internazionale, Rome, Società Geografica Italiana, 1882, vol. 1, p. 428-430.

Caravita G., Francesco Negri. Il prete ravennate che ha scoperto gli sci, Ravenne, Tipolitografia Artestampa, 2004.

Éliade M., Le chamanisme et les techniques archaïques de l’extase, Paris, Payot, 1951.

Images et symboles, Paris, Gallimard, 1980.

Traité d’histoire des religions, Paris, Payot, 1980.

Hester N., « An Unreasonable Journey? The Place of Europe and Italy in Francesco Negri’s Viaggio settentrionale », D. R. Castillo et M. Lollini (dir.), Reason and Its Others. Italy, Spain and the New World, Nashville, Vanderbilt University Press, 2006, p. 101-122.

Mercier M., Chamanisme et chamans, Saint-Jean-de-Braye, Éditions Dangles, 1987.

Montanari Feggi M., « Esploratori e viaggiatori ravennati : Francesco Negri », extrait du Bollettino Economico della Camera di Commercio, Industria, Artigianato e Agricoltura (no 5), Ravenne, Tipografia STEAR, 1970.

Negri F., « Relazione della Lapponia avuta dal Sig. Francesco Negri di Ravenna, il quale penetrò in quelle parti », Degli Anzi A. (Zani V.), Il genio vagante : biblioteca curiosa di cento, e più relazioni di viaggi stranieri de’nostri tempi raccolta dal signor conte Aurelio degli Anzi, Parme, per Giuseppe dall’Oglio, & Ippolito Rosati, apresso di Lodovico Maria Ruinetti, 1691, vol. 2, p. 30-41.

Viaggio settentrionale, Padoue, Stamperia del Seminario, 1700.

Relation du voyage du célèbre Francisco Negri en la Laponie, Bordeaux, chez Matthieu Chappuis, s. d. (vers 1700).

La Lapponia descritta dal molto rev. sig. d. Francesco Negri parrocchiano di Ravenna, e data in luce da Giovanni Cinelli Calvoli patrizzio fiorentino e forlivese, e dal medesimo dedicata al merito impareggiabile dell’illustriss. signora marchesa Eleonora Peppoli Mansi, Venise, appresso Girolamo Albrizzi, 1705.

Querini P., [Viaggio del magnifico messer Piero Quirino] Ancora che la fragilità humana, ms., s. d., Vat. lat. 5256, Cité du Vatican, Bibliothèque Apostolique Vaticane (éd. fr. : Querini P., Fioravante C. et de Michiel N., Naufragés, Judde de Larivière C., éd., Toulouse, Anacharsis, 2005).

Regnard J.-F., « Voyage de Lapponie », Les Œuvres de M. Regnard, Paris, Veuve de P. Ribou, 1731, t. 1, p. 91-292.

Saccone S., « Francesco Negri in Lapponia (1663-1666) », Studi in onore di Antonio Petino, Catane, Università degli Studi di Catania-Facoltà di Economia e Commercio, 1986, vol. 1.

Scheffer J., Lapponia, id est regionis Lapponum et gentis nova et verissima descriptio. In qua multa De origine superstitione, sacris magicis, victu, cultu, negotiis Lapponum, item Animalium, metallorumque indole, quæ in terris eorum proventium, hactenus incognita. Produntur, et eiconibus adjectis cum cura illustrantur, Francofurti, ex officina Christiani Wolffii, 1673 (trad. fr. : Scheffer J., Histoire de la Laponie, sa description, l’origine, les mœurs, la manière de vivre de ses Habitans, leur Religion, leur Magie, & les choses rares du Païs, Paris, Olivier de Varennes, 1678).

Vistoli Giovanni Francesco, « Relatione delle qualità dell’Autore », F. Negri, Viaggio settentrionale, Padoue, Stamperia del Seminario, 1700, p. xxvi-xxx.

Wis R., « Francesco Negri, voyageur italien du XVIIe siècle en Laponie et au cap Nord », Terra boreale, Porvoo-Helsinki, WSOY, 1969, p. 17-57.

Wis Murena C., « Le lettere di Francesco Negri ad Antonio Magliabechi dal Giugno 1678 al Giugno 1696 », Atti dell’Accademia Pontaniana. Nuova Serie, Naples, Giannini, 1986, no 34.

– « L’incontro di Lorenzo Magalotti con Francesco Negri », Settentrione, Turku, 2001, no 13, p. 20-27 ; Raunio A., « Francesco Negri, tra eru-dizione e misericordia », Settentrione, Turku, 2001, no 13, p. 28-39.

Zani E., [Viaggi per l’Italia, Francia, Spagna, Portogallo, Inghilterra, Alemagna, Polonia, Moscovia, Svezia e Danimarca], ms, s. d., ms. 3830, Bologne, Bibliothèque Universitaire.

Relatione e viaggio della Moscovia del sig. cavaliere Ercole Zani bolognese, Bologne, Nella Stamperia Camerale, 1690.

Notes

1 Regnard J.-F., « Voyage de Lapponie », Les œuvres de M. Regnard, Paris, Veuve de P. Ribou, 1731, t. 1, p. 122.

2 Negri F., Viaggio settentrionale, Padoue, Stamperia del Seminario, 1700, p. 4.

3 Ibid., p. x-xi (« Mi stimolò sempre fin dai primi Anni il genio curioso inseritomi dalla Natura à far qualche viaggio per osservar le varietà di questo bel Mondo. [...] E non può, per dir il vero, parere, che strano, che noi Europei trascuriamo parti così curiose della nostra Europa, intenti più tosto ad investigar con diligenti osservazioni i remoti Paesi dell’Oriente, e dell’Austro, e infin del nuovo Mondo al presente tanto noti, e praticati ; e ignoriamo poscia le stesse nostre Regioni. Indotto da questi motivi, un altro ancora s’aggiunse, cioè il non trovarsi, per quanto io sappia, alcun Autore, che abbia scritto della Scandinavia, come testimonio oculare, doppo di averla osservata tutta, e massimamente le sue parti più boreali. Mi ci trasferij dunque, e la trascorsi tutta, senza badare ai patimenti, e ai pericoli, per vedere co’proprij occhi le rarità, che di quando in quando vi scopriva, molte delle quali erano assai fuori di strada, non contentandomi di udirle dai Nazionali à quelle vicini. ») C’est nous qui soulignons.

4 Ibid., p. 34-35 (« Hanno due tavolette sottili, che non eccedono in larghezza il piede, mà lunghe otto, ò nove palmi, con la punta alquanto rilevata per non intaccar nella neve, nel mezzo di esse sono alcune funicelle, con le quali se le assettano bene ad un piede, e l’altra a l’altro, tenendo poi un bastone alla mano conficcato in una rotella di legno all’estremità, perché non fori la neve, ò vero anche senza tal bastone camminano sopra la neve in tempo, che non è agghiacciata, né atta a sostentar un Uomo. [...] Per camminar dunque con gli Skie, che così chiamano gli Svezzesi quelle tavolette, non le sollevano mai dalla neve alzando il piede, mà leggermente strisciando vanno avvanzando con l’istessa agilità, che caminando liberi à piedi sopra terra, e non fanno nella neve maggior impressione, che la grossezza di un dito. »)

5 Ibid., p. 35-36 (« Sul principio, quando io apprendeva il pericolo, cascava ; poi dall’esercizio ammaestrato, e preso coraggio mi reggeva. »)

6 Ibid., p. 176 (« Il modo, che io tengo per diffendermi da questo freddo, ch’è il più fiero del mondo abitato, è di quattro sorti, due interne, e due esterne ; il primo è l’esser largo nel mangiare, e bere, il secondo è il bere, particolarmente la mattina, buona porzione d’acquavite, quando se ne trova, il terzo è l’andar ben vestito, però di panni di lana con guantoni, ò manopole duplicate, e con aggiunta al capello di pelli di Schirattoli cadenti col pelo di dentro, con le quali copro tutto il volto, e il collo, lasciando solo apertura d’avanti per vedere, e respirare ; e per ultimo faccio esercizio, ò moto violento ; perché viaggiando in barchetta, che è l’ordinario, piglio di mano da queste genti il remo, e vogando procuro di cacciar via il freddo ; se viaggio per terra in Slitta, la lasciò andar vuota, e io vado un tratto a piedi. »)

7 Ibid., p. 8 (« Non saprei, qual altro lauto pranzo avuto in vita mia potessi paragonar con questo, quanto al mangiare, e bere con gusto [...] vedendomi in poco d’ora passato da un estremo di pericolo all’altro di sicurezza. ») L’accident occupe les pages 6-8.

8 Negri F., « Relazione della Lapponia avuta dal Sig. Francesco Negri di Ravenna, il quale penetrò in quelle parti », Degli Anzi A. (Zani V.), Il genio vagante : biblioteca curiosa di cento, e più relazioni di viaggi stranieri de’nostri tempi raccolta dal signor conte Aurelio degli Anzi, Parme, per Giuseppe dall’Oglio, & Ippolito Rosati, apresso di Lodovico Maria Ruinetti, 1691, vol. 2, p. 30-41.

9 Zani E., [Viaggi per l’Italia, Francia, Spagna, Portogallo, Inghilterra, Alemagna, Polonia, Moscovia, Svezia e Danimarca], ms, s. d., ms. 3830, Bologne, Bibliothèque universitaire ; Zani E., Relatione e viaggio della Moscovia del sig. cavaliere Ercole Zani bolognese, Bologne, Nella Stamperia Camerale, 1690.

10 Pour les notices sur la vie et le voyage de Negri, voir Vistoli Giovanni Francesco, « Relatione delle qualità dell’Autore », Negri, F. Viaggio settentrionale, op. cit., p. xxvi-xxx ; Amat di S. et Filippo P., « Biografia dei viaggiatori italiani colla bibliografia delle loro opere », AA. VV., Studi biografici e bibliografici sulla storia della geografia in Italia, pubblicati in occasione del III Congresso geografico internazionale, Rome, Società Geografica Italiana, 1882, vol. 1, p. 428-430 ; Wis R., « Francesco Negri, voyageur italien du XVIIe siècle en Laponie et au cap Nord », Terra boreale, Porvoo-Helsinki, WSOY, 1969, p. 17-57 ; Montanari Feggi M., « Esploratori e viaggiatori ravennati : Francesco Negri », extrait du Bollettino Economico della Camera di Commercio, Industria, Artigianato e Agricoltura (no 5), Ravenne, Tipografia STEAR, 1970 ; Saccone S., « Francesco Negri in Lapponia (1663-1666) », Studi in onore di Antonio Petino, Catane, Università degli Studi di Catania-Facoltà di Economia e Commercio, 1986, vol. 1 ; Wis Murena C., « Le lettere di Francesco Negri ad Antonio Magliabechi dal Giugno 1678 al Giugno 1696 », Atti dell’Accademia Pontaniana. Nuova Serie, Naples, Giannini, 1986, no 34 ; Wis Murena C., « L’incontro di Lorenzo Magalotti con Francesco Negri », Settentrione, Turku, 2001, no 13, p. 20-27 ; Raunio A., « Francesco Negri, tra erudizione e misericordia », Settentrione, Turku, 2001, no 13, p. 28-39 ; Caravita G., Francesco Negri. Il prete ravennate che ha scoperto gli sci, Ravenne, Tipolitografia Artestampa, 2004 ; Hester N., « An Unreasonable Journey ? The Place of Europe and Italy in Francesco Negri’s Viaggio settentrionale », Castillo D. R. et Lollini M. (dir.), Reason and Its Others. Italy, Spain and the New World, Nashville, Vanderbilt University Press, 2006, p. 101-122.

11 Negri F., Viaggio settentrionale, op. cit., p. 19 (« Io hò veduto far il filo in questo modo, e ne hò portato meco. »)

12 Negri F., La Lapponia descritta dal molto rev. sig. d. Francesco Negri parrocchiano di Ravenna, e data in luce da Giovanni Cinelli Calvoli patrizzio fiorentino e forlivese, e dal medesimo dedicata al merito impareggiabile dell’illustriss. signora marchesa Eleonora Peppoli Mansi, Venise, appresso Girolamo Albrizzi, 1705.

13 Negri F., Relation du voyage du célèbre Francisco Negri en la Laponie, Bordeaux, chez Matthieu Chappuis, s. d. (vers 1700).

14 Negri F., Viaggio settentrionale, op. cit., p. xvii (« Di due sorti dunque sono gli errori di Olao Magno ; alcuni si possono chiaramente dimostrare tali anche à chi non è mai stato in quelle parti ; alcuni altri à chi vi è stato, ovvero à chiunque vorrà prenderne l’informazione con lettere, ò à bocca da Signori eruditi di quelle Nazioni, che qui si trovano. »)

15 Scheffer J., Lapponia, id est regionis Lapponum et gentis nova et verissima descriptio. In qua multa De origine superstitione, sacris magicis, victu, cultu, negotiis Lapponum, item Animalium, metallorumque indole, quæ in terris eorum proventium, hactenus incognita. Produntur, et eiconibus adjectis cum cura illustrantur, Francofurti, ex officina Christiani Wolffii, 1673 (trad. fr. : Scheffer J., Histoire de la Laponie, sa description, l’origine, les mœurs, la manière de vivre de ses Habitans, leur Religion, leur Magie, & les choses rares du Païs, Paris, Olivier de Varennes, 1678).

16 Negri F., Viaggio settentrionale, op. cit., p. 16 (« pezza di panno cuccita alle vesti rotte »).

17 Ibid.

18 Ibid., p. 30 (« di cose, di scienze, virtù, dignità, arti, e’loro instromenti [...] con pochi vocaboli se ne sbrigano »). Parmi les curiosités linguistiques, Negri souligne qu’il n’existe pas, en lapon, de terme pour indiquer le pain (même dans la messe, les Lapons utilisent le mot finnois « leipä »), car le territoire lapon est tellement froid que le blé ne peut y pousser et, par conséquent, les Lapons suédois préparent une espèce de pain avec de l’écorce de pin (ibid., p. 2 et p. 76).

19 Ibid., p. 30. (« Essa non hà asprezze, nè gutturali, ò particolar pronuncia difficile ; Mà è schietta, e dolce conforme al genio, e qualità del popolo. »)

20 Ibid., p. 31. (« Queste Zenzale dunque, ed altri più piccoli moscini in tempo d’estate sono quì in tanta copia, che n’è ripiena l’aria, ed è quasi impossibile il durarla ; io in viaggiando tengo in continuo moto una mano per difendermi il volto da sì importuno animaletti ; al presente però non mi ricordo, che mi dassero tal molestia la notte, ò nel tempo equivalente alla notte, nel quale riposano gli uomini, e così gli uccelli, ed altri animali. »)

21 Ibid., p. 36-38.

22 Ibid., p. 43-44.

23 Ibid., p. 43 (« Tralascio per buoni rispetti di descrivere, e di spiegare quì li modi, che adoprano nell’esercizio di questa superstizione. »)

24 Ibid., p. 44.

25 Ibid., p. 44-45 (« L’Idolo era fatto d’un piccolo albero di bedollo co’rami, e foglie rivolti a terra, ed il tronco all’insù ; nella parte più alta si vedevano scolpite nove figure, come la lettera X, una sopra l’altra in linea, & altre pure simili ne trè lati, essendo tagliato a quattro faccie, stava dritto appoggiato all’altare dalla parte di dietro, sopra del quale era l’oblazione, cioè corna intiere di Rangiferi attaccate à una parte del teschio, le quali portano, quando pretendono d’aver ricevuta la grazia della felicità de’Rangiferi, e si mangiano essi la carne colle sue famiglie. [...] Quel, che mi fece maraviglia fù il vedere due piccole Croci di legno di poco più di due palmi d’altezza piantate in terra avanti l’altare alle due estremità, né capisco, come congiungano l’Arca del testamento con Dagon. ») Negri fait référence à la divinité sémitique Dagon : la Bible, dans le livre de Samuel (5, 1-5), raconte que les Philistins avaient apporté l’Arche d’alliance dans la maison de Dagon et ils l’avaient placée à côté de la statue du dieu ; le matin suivant, les prêtres philistins avaient trouvé la statue étendue face contre terre devant l’Arche. Negri veut donc souligner que pour lui il est impossible d’adorer deux divinités en les mettant sur le même plan, comme le font les Lapons.

26 Sur les traditions liées à l’arbre du monde, voir Eliade M., Le chamanisme et les techniques archaïques de l’extase, Paris, Payot, 1951, p. 244-249 ; Id., Images et symboles, Paris, Gallimard, 1980, p. 52-59 ; Id., Traité d’histoire des religions, Paris, Payot, 1980, p. 229-280 ; Mercier M., Chamanisme et chamans, Saint-Jean-de-Braye, Éditions Dangles, 1987, p. 79-83.

27 Eliade M., Le chamanisme..., op. cit., p. 249.

28 Negri F., Viaggio settentrionale, op. cit., p. 100-101.

29 Querini P., [Viaggio del magnifico messer Piero Quirino] Ancora che la fragilità humana, ms., s. d., Vat. lat. 5256, Cité du Vatican, Bibliothèque Apostolique Vaticane, fo 52 (éd. fr. : Querini P., Fioravante C., Michiel N. de, Naufragés, Judde de Larivière C., éd., Toulouse, Anacharsis, 2005, p. 35-36). Voir supra, p. 21.

30 Negri F., Viaggio settentrionale, op. cit., p. 195 (« Lo sospendono con un gran numero di altri simili dentro una Casuccia, accioche si secchino all’Aria, e perchiò le mura sono composte non d’altro, che di pali conficcati in altri legni maggiori non contigui tra se, mà disgiunti in modo, che il vento da tutte le parti vi spiri, anche dal pavimento. »).

31 Ibid., p. 56. (« Usano spesso i bagni nelle stufe, e con calor sì intenso, che altri non lo potrebbero sopportare, e da quell’estremo passano immediatamente all’altro, uscendo molti all’aperto per ristorarsi nel più crudo freddo dell’Inverno ; Altri s’attuffano sin alla gola in un Lago, ò Fiume, avendovi prima fatto un foro nel ghiaccio per tal intenzione : non manca qualcheduno, che si rauvolge sopra la neve, e se ne trova bene. »)

32 Ibid., p. 188-189. (« Un’altro effetto hò veduto, che è ordinario in questa Zona glaciale, e non l’hò mai veduto, nè inteso esser seguito al mio tempo in Italia, e quì si vede la notte serena l’Inverno, e in varie figure. Una volta io vidi come una lunga nuvola, che cominciava à trè gradi in circa sopra l’Orizonte, e ascendendo al Zenit, ò punto verticale, andava à terminare all’altra parte, quasi in altre tanta lunghezza : Era così chiara e trasparente, che rendeva qualche poco di lume fino à terra, si spiegava in tante forme ora di arco, ora di Corona, ora di Serpe, e d’altro, alle volte in due parti stendendosi per lungo s’apriva movendosi nello stesso tempo verso i due lati, poi riunendosi, produceva novi raggi non alzandoli da se successivamente sino alla loro estremità ; mà divenendo à poco à poco chiari, poi diminuendosi la loro luce sino a svanire, conforme si vede nelle lucciole. Una volta particolarmente vidi nascere molti di questi raggi della altezza [secondo appariva] poco più d’un uomo, i quali uno doppo l’altro in lunga fila quasi come i Soldati schierati s’avvanzavano con celerità, e andavano à terminare à una parte della nuvola, la quale restava da essi uniti in uno aumentata : In somma così belle varietà, e scherzi si videro, che tant’è lontano, che rendano terrore, che anzi reputo, che questo sia uno de’più gentili spettacoli, che si possa vedere in questo Mondo. »)

33 Caravita G., Francesco Negri, op. cit. note 10, p. 170. (« Don Francesco Negri è uomo del suo tempo, ma con non pochi punti in più : europeista ante litteram, poliglotta (latino, francese, tedesco), globetrotter, sciatore, scienziato, reporter, generoso nell’impegno sociale ; uomo di fede e, non guasta, di humor romagnolo. »)

Table des illustrations

Légende Ill. 1. – Un traîneau lapon (pulka) et un Lapon sur les skis.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117098/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Ill. 2. – Cabanes lapones d’après Scheffer.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117098/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Ill. 3. – Cabanes lapones d’après Scheffer.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117098/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Ill. 4. – Familles lapone d’après Negri.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117098/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Ill. 5. – Familles lapone d’après Negri.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117098/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Ill. 6. – Structure pour sécher le poisson.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117098/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 201k

Auteur

Université Paris-Sorbonne (CRLV).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540