Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures du Nord

 | 
Éric Schnakenbourg

Première partie. La rencontre avec la réalité du Nord

Une expérience malheureuse de la mer du Nord : des Vénitiens aux Lofoten (vers 1432)

An Unfortunate Experience of the North Sea: Venetians at the Lofoten Islands (c.1432)

Frédérique Laget

Résumé

In November 1431, a Venetian ship travelling from the Mediterranean to Flanders veered off course and got lost in the North Sea, where it sank. The survivors drifted for weeks and eventually reached Røst, an island lying south of the Lofoten islands, without knowing where they were. They were then taken in for three months by the islanders. Three members of this unfortunate crew wrote down their adventures after their return to Venice: Pietro Querini, the master of the ship, Cristoforo Fioravante, the second officer, and Nicolò de Michiel, the board writer. According to their texts, during their stay they discovered a harsh environment that contrasted with the gentle people of this distant North. The Venetians noticed the marvels of nature, but what struck them most was the great honesty and moral pureness of the population on Røst; they considered these fishermen to be pious, simple, and friendly, in spite of their living in a very remote area at the ends of the earth. Meeting the inhabitants of Røst somehow meant meeting complete otherness. To the marooned sailors, the island looked like a kind of Eden and the experience turned their misfortune into an ordeal of faith. It changed them physically as well as morally.

Texte intégral

1Le 25 avril 1431, la Querina, nef vénitienne jaugeant environ 500 tonnes, quitte le port de Candie en Crète pour aller vendre du bois et du vin en Flandre. À son bord se trouvent messer Pietro Querini, maître de navire, affligé par la mort de son fils aîné cinq jours avant le départ ; Cristoforo (ou Cristofalo) Fioravante, conseiller de bord, Nicolò de Michiel, écrivain de bord, et soixante-cinq autres hommes. Onze d’entre eux seulement reverront Venise en octobre 1432.

  • 1 Vat. lat. 5256, s. d., fos 42-55 vo.
  • 2 Ms. it. VII, 368 (7936), fos 1-28 vo, « Compilatione per me Antonio di Chorado de Cardini de Fiore (...)
  • 3 Grillo A., Au pays des vendeurs de vent. Voyages et voyageurs en Laponie et en Finlande du XVe au (...)
  • 4 Querini Pietro, Fioravante Cristoforo et de Michiel Nicolò, Naufragés, trad. et notes de Judde de (...)

2Les terribles aventures de ces malheureux nous sont connues par deux récits, celui de Pietro Querini lui-même, conservé à la Bibliothèque Apostolique Vaticane1, et l’autre d’un chroniqueur florentin, Antonio de Cardini, écrivant sous la dictée de Fioravante et Michiel, dont une copie du XVe siècle se trouve à la Bibliothèque Marciana de Venise2. Alessandra Grillo en a édité des extraits dans sa thèse de doctorat3. Ces textes ont été commentés et traduits en français par Claire Judde de Larivière4, rendant désormais accessible au lecteur francophone ce double récit d’apocalypse et de retour à la vie.

3Voici les faits : en novembre 1431, au moment d’entrer en Manche, une tempête repousse le navire vers les côtes occidentales de l’Irlande ; incapables d’accoster, les marins se voient contraints de dériver tout en assistant au délabrement progressif de leur bateau, malmené par les éléments. En décembre, les hommes embarquent à bord de deux chaloupes et abandonnent la nef. Le frêle esquif des narrateurs dérive pendant près d’un mois sur les eaux glacées de la mer du Nord, dans l’obscurité de l’hiver boréal, avant qu’ils n’abordent sur une petite île qui s’avérera faire partie de l’archipel norvégien des Lofoten (voir carte 1). C’est là que les survivants du terrible voyage, épuisés, malades et affamés, tentent tant bien que mal de rester en vie, jusqu’à ce que l’arrivée inopinée de pêcheurs les ramène à l’humanité. Entre février et mai 1432, les Vénitiens naufragés resteront avec eux sur l’île de Røst, au sud de l’archipel des Lofoten, avant de pouvoir reprendre la route qui les ramènera chez eux. De ce séjour, ils gardent dans leurs récits un souvenir ému et vivace ; c’est ce bref épisode qui retiendra ici toute notre attention.

  • 5 Helle K. (éd.), The Cambridge History of Scandinavia, vol. 1, Prehistory to 1520, Cambridge, Cambr (...)

4En effet, les trois témoins nous livrent des descriptions fort précises du mode de vie de leurs hôtes et de l’environnement dans lequel ils vivent, descriptions qui s’apparentent à de véritables analyses ethnographiques. Leurs récits constituent d’ailleurs les seules sources textuelles qui soient à la disposition de l’historien pour connaître ces petites sociétés insulaires du nord de la Norvège5. Ils les observent toutefois de leurs yeux de Méridionaux, exprimant parfois leur incompréhension ou traduisant des manières norvégiennes par l’outillage mental qui est le leur. Quelle vision du Nord extrême ces naufragés nous donnent-ils à lire ?

Merveilles du Nord

La faune

5Ils croisent peu d’animaux et ce ne sont pas eux qui les intéressent le plus. Mais la faune qu’ils rencontrent leur offre l’occasion d’exprimer leur étonnement envers les formes singulières que prend la nature dans ces régions septentrionales. Tout d’abord, les poissons frappent les Italiens par leur abondance et leur taille. Le conseiller et l’écrivain de bord notent ainsi :

  • 6 Querini Pietro, Fioravante Cristoforo et de Michiel Nicolò, Naufragés, op. cit., p. 75. Cela corre (...)

« Ici, on pêche des flétans d’une taille admirable. Nous en vîmes certains de 6 pieds et demi de long, 2 pieds de large, un pied de haut et de plus de 250 livres6. »

6Pietro Querini, quant à lui, est ébaubi non seulement par la taille, mais aussi par la profusion des poissons de ces régions :

  • 7 Ibid., p. 35-36 ; remarquons d’ailleurs que Querini se trompe et désigne le poisson (la morue) par (...)

« La pêche est ici extraordinairement abondante mais on ne pêche que deux espèces de poisson. Le premier abonde en d’incomparables quantités et est appelé stockfisch. Le second est une espèce de flétan, mais d’une taille admirable, pesant environ 200 livres. Les stockfisch sèchent au vent et au soleil, sans sel. Ce sont des poissons plutôt secs et très gras, qui deviennent durs comme du bois7. »

  • 8 Ibid., p. 38.

7Ces deux éléments signalent que nous nous trouvons là en terre d’abondance, dans un pays de Cocagne où la nourriture ne vient jamais à manquer. De fait, les Vénitiens soulignent que partout où ils vont, jamais la faim ne menace ; ils mangent « sans [se] limiter », n’arrivent jamais à satiété et « si cette nourriture n’avait pas eu des vertus laxatives, [ils seraient] morts d’avoir trop mangé8 ». Abondance et simplicité sont donc les deux premières caractéristiques de ce pays.

8Les relations entre les hommes et la nature semblent par ailleurs empreintes d’une admirable harmonie. Querini s’étonne ainsi de la placidité des oies sauvages :

  • 9 Ibid.

« Au printemps, de très nombreuses oies sauvages arrivèrent pour nicher sur l’île, très souvent à proximité des maisons. Personne ne cherchait à leur faire peur. Elles paraissaient domestiquées, et les maîtresses de maison pouvaient se rendre auprès de leur nid, duquel les oies, se levant d’un pas lent, les laissaient prendre leur couvée, plus ou moins comme ces femmes l’entendaient. Elles nous en faisaient des omelettes. Une fois l’œuf pris, l’oie retournait à son nid et recommençait à couver, sans aucun motif d’avoir peur. Cela nous paraissait incroyable, de même que bien d’autres choses qu’il serait trop long de raconter9. »

  • 10 Hastrup K., Nature and Policy in Iceland, 1400-1800. An Anthropological Analysis of History and Me (...)

9Ce qui frappe notre homme est la vision d’une sauvagerie domestiquée. Les oies, sans doute des oies cendrées de retour de migration, sont en effet faciles à apprivoiser. Mais peut-être Querini confond-il les oies cendrées véritablement domestiquées, qui ont du mal à voler longtemps, et leurs congénères encore sauvages, mais d’aspect fort semblable, qui sont migratrices. Dans tous les cas, l’un des aspects essentiels du récit se trouve déjà ici : l’idée d’une maîtrise pacifiée de la nature, où la nourriture s’obtient sans lutte ni violence, ce qui n’est pas sans rappeler le Paradis terrestre dans l’esprit de nos témoins. Dans le cadre culturel scandinave, nous avons en fait affaire à la pratique du veiði (pl. veiðar), mot qui désigne toutes les activités consistant à tirer sa subsistance d’une prise d’origine animale. Dans l’Islande médiévale, on parle ainsi de fiskiveiðar (« prises de poisson », ou pêche), de fuglaveiðar (chasse aux oiseaux), de hvalveiðar (chasse à la baleine) ou d’eggveiðar (ramassage d’œufs). Le veiði s’oppose au landbúnaður, terme qui se traduit aujourd’hui par « agriculture » mais que l’on peut plutôt comprendre dans le contexte médiéval comme « élevage fermier10 » ; il suppose une relation singulière entre l’homme et une prise arrachée à un milieu naturel perçu comme hostile, et ne nie donc nullement l’existence d’une sauvagerie qui entourerait l’homme.

10Enfin, la blancheur des animaux locaux stupéfie nos Italiens. Sur le chemin du retour, alors qu’ils traversent les Scandes pour se rendre à Vadstena, en Suède, Pietro Querini raconte :

  • 11 À Trondheim, leur point de départ.
  • 12 Querini Pietro, Fioravante Cristoforo et de Michiel Nicolò, Naufragés, op. cit., p. 43.

« En chemin, nous traversâmes des monts et des vallées arides et effrayants. Le pelage des animaux, comme des chèvres et des oiseaux – les gélinottes et les perdrix – était très blanc. [...] Dans l’église de Saint-Olaf11, au pied du trône épiscopal, nous vîmes une peau d’ours d’une blancheur parfaite, longue de 14 pieds et demi. Les oiseaux comme les autours ou les faucons sont beaucoup plus blancs qu’ils ne le sont d’habitude, et cela à cause du froid intense qui règne dans ces régions12. »

11Sans invoquer une cause climatique, Nicolò de Michiel et Cristoforo Fioravante font la même observation de leur côté. Énumérant laconiquement les merveilles du pays qu’ils parcourent, ils notent ainsi :

  • 13 Ibid., p. 74-75.

« Ici, il y a une multitude d’oiseaux blancs appelés muxi, et que, dans notre langue, nous appelons mouette. Ils les domestiquent comme des pigeons. [...] Ici, il y a des peaux d’ours d’environ 12 pieds de long, et blanches comme la neige la plus pure, chose incroyable pour qui n’y est pas habitué13. »

  • 14 Nous n’avons pas réussi à trouver la signification ou l’origine du mot muxi mentionné. Il pourrait (...)

12Ce qui fascine ainsi nos voyageurs est moins le fait de voir des animaux blancs que ces apparitions blanches d’animaux qu’ils connaissent sous d’autres couleurs. Les oiseaux dont ils parlent sont sans doute des mouettes – traduisent-ils ainsi le terme local par commodité14 ? – mais pourraient aussi être des sternes arctiques ; quoi qu’il en soit, le texte montre qu’il s’agit d’oiseaux dont ils connaissent une forme très proche. Leur compréhension du monde qu’ils découvrent fonctionne par analogies : analogie entre la neige et la blancheur des bêtes, analogie entre une espèce qu’ils découvrent et une autre qu’ils connaissent. Le processus de découverte se donne ici pleinement à voir.

Lumière et obscurité

13Le phénomène naturel le plus marquant, mis à part le froid, est la particularité des rythmes saisonniers. En mai 1432, lors de leur départ pour Trondheim en compagnie de pêcheurs allant y vendre leur stockfisch, Pietro Querini remarque ainsi

  • 15 Querini Pietro, Fioravante Cristoforo et de Michiel Nicolò, Naufragés, op. cit., p. 39-40.

« qu’à cette saison, les jours étaient déjà longs, tant est qu’en naviguant à la fin du mois de mai, nous vîmes l’astre solaire pendant près de quarante-huit heures. Nous dirigeant vers le midi et nous éloignant de la région septentrionale, nous le perdions rarement de vue, ou au moins ses rayons étaient-ils toujours visibles. Même s’il disparaissait, le jour restait clair, puis il réapparaissait en l’espace d’une heure. Les pêcheurs nous avaient expliqué que pendant trois mois de l’année on peut voir le soleil en permanence15 ».

  • 16 Ibid., p. 74-75.
  • 17 Ibid., p. 62.

14Nicolò de Michiel et Cristoforo Fioravante remarquent la même chose, et y ajoutent une note au sujet des oiseaux, qui s’arrêtent de crier à l’heure de dormir, ce qui indique aux hommes, en l’absence de crépuscule, quand aller se coucher16. Le soleil de minuit, cette particularité du Grand Nord et du Grand Sud, n’apparaît ici que comme une simple curiosité, mais possède dans l’économie du récit deux fonctions : d’une part, elle ajoute à l’anormalité de cette région, qui lui confère un statut particulier dans la géographie mentale des Italiens ; d’autre part, elle répond au moment où ils ont connu la situation contraire, la nuit permanente, alors qu’ils dérivaient sur leur petite chaloupe, complètement perdus : « La saison, écrivent le conseiller et l’écrivain, était sombre et cruelle. La nuit durait plus de 22 heures, ce qui ne faisait qu’augmenter notre tourment17. » La lumière perpétuelle et bienveillante de l’été norvégien, du soleil qui guide les héros vers le midi, c’est aussi celle de la délivrance et de la sortie de l’épreuve.

15Dans le récit de nos naufragés, les merveilles du Nord sont celles d’une périphérie d’un monde. Les rythmes y sont anormaux, les animaux changent de couleur ; leur taille, leur comportement et leur abondance y sont tout aussi anormaux. Toutefois, c’est une périphérie hospitalière, où ces phénomènes d’apparence étrange servent une meilleure façon de vivre. Cette dernière idée est remarquablement mise en valeur dans le récit par les descriptions des mœurs indigènes, dominées par le principe de pureté.

« Le premier cercle du paradis » Un univers édénique

Honnêteté et pureté des mœurs

16Ce sont Cristoforo Fioravante et Nicolò de Michiel qui vont écrire, au milieu de leur description de la société insulaire :

  • 18 Ibid., p. 74.

« En vérité, nous pouvons dire que du 3 février 1432 jusqu’au mois de mai 1432, nous avons demeuré dans le premier cercle du paradis, loin de la confusion et de l’opprobre des mœurs italiennes18. »

17Quoique signalée presque en passant, cette comparaison est la pierre angulaire de tout le récit, car elle est présente derrière toutes les descriptions ethnographiques. La pureté morale des Norvégiens en est le thème majeur. Pietro Querini relie ainsi leur aspect physique à leur moralité :

  • 19 Ibid., p. 36-37.

« Les habitants de cette île sont des hommes très purs et de bel aspect, tout comme le sont leurs femmes. Ils sont si honnêtes qu’ils ne se soucient pas d’enfermer ce qui leur appartient. De la même façon, ils n’ont pas de soupçons vis-à-vis de leurs propres femmes. En effet, nous dormions dans la même chambre que le maître de maison, son épouse et leurs filles, et celles-ci se déshabillaient entièrement devant nous avant d’aller au lit. Le jeudi, elles se rendaient au bain. Elles se déshabillaient à la maison et elles parcouraient complètement nues la distance d’un tir d’arbalète qui les séparait des bains. Elles s’y mélangeaient aux hommes19. »

  • 20 Martin H., Mentalités médiévales, XIe-XVe siècle, Paris, 1998 (1996), p. 178 ; Le Goff J., Saint L (...)
  • 21 Querini Pietro, Fioravante Cristoforo et de Michiel Nicolò, Naufragés, op. cit., p. 73.
  • 22 Ibid., p. 74.
  • 23 Ibid.

18La beauté physique des Norvégiens est une image de leur pureté morale, ce qui est une analogie courante dans les mentalités médiévales20. La nudité elle-même devient l’exposition d’une chasteté véritable, tandis qu’elle serait perçue comme une indécente exhibition à Venise. Toutefois, là où le patron du navire observe, se contentant de rapporter des faits et de sous-entendre des rapprochements, les deux autres Vénitiens apposent d’emblée une analyse morale. Commentant la même anecdote sur la nudité des femmes et leur cohabitation avec les hommes, ils écrivent qu’« ici, les habitants ont une grande simplicité de cœur et sont attachés au précepte divin. Ils ne savent en aucune façon ce qu’est la fornication ou l’adultère21 ». Plus loin, ils ajoutent qu’« ici, l’avarice n’existe pas, et si parfois ils ferment les portes ou les pièces, c’est seulement par crainte des bêtes sauvages ou des animaux domestiques22 ». Quant aux femmes qui vont se baigner nues, « elles vivent purement et simplement. Vu la fréquence de cette pratique, nous n’y faisions même plus attention23 ». Cette petite communauté de l’île de Røst incarne l’homme d’avant la Faute, qu’il serait sans doute anachronique de comprendre comme un « bon sauvage » d’inspiration rousseauiste ; c’est d’ailleurs parce que ces hommes et ces femmes vivent comme vivaient Adam et Ève avant le péché originel dans l’ignorance de leur nudité que l’analogie édénique vient à l’esprit des auteurs. Mieux encore : il semble que cette pureté de cœur les touche à leur tour, puisqu’ils s’habituent à la présence des femmes nues – c’est-à-dire, pour parler clair, qu’ils ne sont plus troublés à leur vue comme ils le seraient à Venise.

Une pieuse simplicité

  • 24 Ibid., p. 35.
  • 25 Ibid., p. 73.

19Ce rapport implicite entre la grande honnêteté des Norvégiens et l’innocence de l’Éden se trouve confirmé lorsque nos témoins rapportent la grande piété de leurs hôtes. C’est grâce à eux, tout d’abord, que les morts de l’équipage trouvent une sépulture chrétienne : Querini rapporte qu’au dernier compagnon qui trépasse, « une pieuse sépulture [...] fut donnée, comme aux autres qui étaient morts sur l’île24 ». Concernant leur comportement, Fioravante et Michiel le disent rapidement : « Les habitants vont très régulièrement à l’église, car ils font preuve d’un grand respect et d’un amour immense pour le culte divin25. » Or, ce respect de la loi divine se lit dans la soumission des Norvégiens à la volonté de Dieu :

  • 26 Ibid., p. 74.

« Ici, la volonté des habitants est tellement en accord avec celle de Dieu que lorsqu’un père, un mari, un fils ou quelqu’un de cher vient à mourir, les parents et les amis se réunissent pour prier pour son âme et remercier Dieu. Ils ne ressentent ni ne manifestent aucun sentiment de douleur et se retrouvent seulement pour louer le Seigneur26. »

20Querini en dit un peu plus :

  • 27 Ibid., p. 37.

« Ces pêcheurs sont très chrétiens. Ils ne perdraient pas l’occasion d’assister à la messe, et à l’église, ils restent constamment à genoux pour prier. Ils ne jurent pas, ne blasphèment pas le nom des saints, et ne nomment jamais le démon. [...] Ils jeûnent les jours commandés, et ils suivent avec vénération et fidélité de très nombreuses fêtes chrétiennes27. »

  • 28 Ibid., p. 34.
  • 29 Ibid., p. 76.
  • 30 La Norvège n’est christianisée que depuis le début du XIe siècle, à la suite de l’évangélisation m (...)

21Ces passages sont importants car ils assoient l’universalité du christianisme en montrant, aussi bien aux Italiens eux-mêmes qu’aux lecteurs de leurs récits, que ces populations lointaines sont chrétiennes, non seulement en paroles mais aussi, et surtout, en actes. Les prêtres sont bien présents : le chapelain, un Allemand, est le premier à faire connaître aux habitants de l’île le sort des malheureux naufragés échoués non loin de là28 ; ils rencontrent sur la route du retour l’archevêque de Trondheim et apprennent l’existence de deux des principaux saints scandinaves, saint Olaf (Haraldsson), l’évangélisateur de la Norvège, et sainte Brigitte, dont ils admirent une relique à Vadstena29. C’est une autre chrétienté qui s’ouvre à eux30. Ils font d’ailleurs clairement une distinction entre ces chrétiens, considérés comme purs, et d’autres déjà corrompus, comme le prouve le jugement sévère que porte Pietro Querini sur le chapelain de l’île, juste avant le voyage de retour :

  • 31 Querini Pietro, Fioravante Cristoforo et de Michiel Nicolò, Naufragés, op. cit., p. 39.

« Le chapelain, parce qu’il était frère prêcheur et allemand, nous demanda de payer deux couronnes par personne et par mois, soit sept couronnes au total pour chacun. Puisque nous n’avions pas assez d’argent, ils prirent [sic] dans mes affaires sept tasses d’argent, six fourchettes et six cuillères. Ce frère malveillant faisait peut-être cela en toute bonne foi [...], mais nous ne conservions alors rien du malheureux voyage31. »

22Peut-être Querini fait-il allusion au fait que les Dominicains sont à l’origine des frères mendiants et gagnent leur pain en demandant l’aumône ? Ce qui est certain, c’est qu’il explique cette avarice par la nationalité du prêtre (veut-il dire que les Allemands sont réputés pour leur âpreté au gain, ou bien signaler qu’il n’est pas un autochtone ?) et par son ordre. En le considérant comme « malveillant », il pose une comparaison implicite avec l’honnêteté des insulaires et leur absence totale d’avarice.

Une population accueillante

  • 32 Ibid., p. 35.
  • 33 Ibid., p. 38.

23La bienveillance de leurs sauveurs est l’un des motifs les plus fréquents dans les récits des Vénitiens ; après la terrible expérience qu’ils ont vécue, cela peut se comprendre. Or, cette charité va de pair avec la simplicité du mode de vie. Pietro Querini affirme ainsi : « Nous fûmes recueillis et secourus par les habitants de l’île selon leurs possibilités et avec beaucoup de charité32. » Plus loin, il rappelle cela en insistant sur l’abondance de vivres, toujours modestes et jamais sophistiqués, dont ils peuvent jouir sur cette île : « Durant notre séjour, nous fûmes traités avec beaucoup d’humanité. Nous mangeâmes leurs vivres pendant deux mois, sans nous limiter : du beurre, du poisson et quelquefois de la viande33. »

  • 34 Ibid., p. 42.

24Cette même hospitalité se rencontre lors du retour des exilés en Italie, alors qu’ils traversent la Norvège et la Suède : « Ce que nous trouvions toujours en abondance était l’accueil charitable et amical. Nous fûmes partout très bien reçus34. » De fait, ce jugement ne semble pas uniquement dû à la profonde gratitude qu’éprouvent ces naufragés envers leurs hôtes. Dans les années 1540, Olaus Magnus fait mention dans son Historia de gentibus Septentrionalibus de la réputation d’hospitalité des Suédois :

  • 35 Olaus Magnus, Histoire et description des peuples du Nord, trad. et présentation de Maillefer J.-M (...)

« Le remarquable polygraphe Albert Crantz écrit à ce propos ce qui suit : “Bien que tous les peuples hyperboréens se distinguent par leur hospitalité, les Suédois et leurs parents les Götalandais occupent toutefois dans ce domaine la première place. Chez eux, le fait de refuser d’héberger un voyageur est considéré comme la plus grande des infamies35.” »

  • 36 Ibid.

25Olaus Magnus, lui-même suédois, renchérit en ajoutant que l’on contraint même les voyageurs à profiter de multiples services – fourniture de montures, indication de la voie à suivre –, car c’est considéré comme une grande charité et un moyen de connaître les usages des peuples étrangers36.

26Ainsi, ces Vénitiens égarés nous livrent, sous une forme ethnographique, le récit d’une rencontre à leurs yeux extraordinaire : celle d’un peuple dont les mœurs et même l’aspect ont gardé une pureté qui n’a rien de primitif ni de païen, mais qui est bien celle d’une société profondément chrétienne. Ce sentiment d’avoir découvert un lieu préservé est renforcé par l’isolement des Lofoten, qui semblent coupées du monde.

Géographie de l’archipel

« Cul du monde » ou paradis ? Une question de regard

  • 37 Querini Pietro, Fioravante Cristoforo et de Michiel Nicolò, Naufragés, op. cit., p. 38 ; on trouve (...)
  • 38 Ibid., p. 74.

27L’éloignement de l’île de Røst est en effet remarquable. Querini rapporte une expression autochtone en signalant que « cette île se trouve à 70 milles au nord du cap de la Norvège – un lieu éloigné et extrême – et dans leur langue, ils l’appellent “le cul du monde”37 ». Or il est intéressant de constater que l’éloignement des Lofoten n’est pas perçu de la même manière par les pêcheurs et par les miraculés vénitiens. Pour ceux-ci, cet isolement est pour partie spirituel, les repoussant « loin de la confusion et de l’opprobre des mœurs italiennes », « dans le premier cercle du paradis », écrivent Fioravante et Michiel38. Le vocabulaire est ici celui de la retraite, tandis que l’expression imagée employée par les Norvégiens eux-mêmes traduit leur sentiment, négatif, d’être loin de tout. Leur connexion aux circuits commerciaux appuie d’ailleurs cette idée. Nous voyons bien, en effet, qu’ils vont commercer sur le continent mais au prix d’un voyage extrêmement long, comme le rapporte Pietro Querini :

  • 39 La botte est une unité de mesure du tonnage d’un navire. Il est difficile de l’estimer précisément (...)
  • 40 Soit environ un millier de kilomètres.
  • 41 Querini Pietro, Fioravante Cristoforo et de Michiel Nicolò, Naufragés, op. cit., p. 36.

« Au mois de mai, les pêcheurs quittent leur île à bord d’un brigantin de 50 bottes39 chargé du poisson qu’ils apportent à Bergen, une région de Norvège située à plus de 1 100 milles40. Pour cette foire, des navires de 300 à 350 bottes arrivent de partout, d’Angleterre, d’Écosse, de Prusse et de bien d’autres lieux encore, amenant de quoi se nourrir ou se vêtir en Allemagne. Les pêcheurs qui amènent ce poisson le troquent contre les marchandises dont ils ont besoin, puisque comme je l’ai dit, rien ne pousse là où ils vivent41. »

  • 42 Contamine Ph., Bompaire M., Lebecq S. et Sarrazin J.-L., L’économie médiévale, Paris, A. Colin, 20 (...)
  • 43 Querini Pietro, Fioravante Cristoforo et de Michiel Nicolò, Naufragés, op. cit., p. 37.

28La voie maritime leur permet de sortir de l’autarcie insulaire en instaurant un lien double, fait de dépendance économique et d’intégration à un marché. La dépendance de ces îles où « rien ne pousse » envers le continent se trouve toutefois modérée par le fait que les îliens ont eux-mêmes un produit à vendre, le stockfisch, qui fait alors l’objet d’un trafic dense dans tout le nord de l’Europe. Et de fait, les pêcheurs des Lofoten se trouvent insérés dans des échanges d’échelle internationale : à Bergen, l’une des plus importantes places économiques de Scandinavie, ils sont en contact avec des Anglais, des Écossais, des Hanséates42. Ce qui fait que, toujours d’après Querini, ces pêcheurs du bout du monde « utilisent des tissus grossiers de laine, venant de Londres ou d’ailleurs43 » ! Comment mieux illustrer le formidable pouvoir de connexion de la mer, de la laine du Suffolk au « cul du monde » ?

29Parallèlement à ce trafic, l’écrivain et le conseiller de bord ne manquent pas de souligner l’autosuffisance de ces populations, étayant ainsi l’idée d’un « paradis boréal » :

  • 44 Ibid., p. 73.

« La nature les a dotés de nombreux savoir-faire : les filets, les paniers, les barques et toute autre chose dont ils ont besoin. Ils échangent les fruits de leur travail les uns contre les autres. [...] Mais entre eux, ils n’utilisent aucune forme de monnaie battue44. »

30Cette société si simple, n’ayant pas même recours à la monnaie, ne représente-t-elle pas pour un Italien chrétien un véritable exemple, celui d’une humanité sans argent et donc sans corruption ? Cela n’évoque en rien, pour les observateurs, un quelconque primitivisme ou un éloignement de la civilisation. Au contraire, ces Scandinaves sont perçus comme une humanité meilleure à tous points de vue : non corrompus sur le plan moral et économique, ils ne le sont pas plus sur le plan physique, car ils ont une meilleure constitution. Querini rapporte les rudes conditions de vie qui sont les leurs :

  • 45 Ibid., p. 37-38.

« Afin de s’accoutumer à une région aussi froide [...], ils ont pour habitude de mettre les nourrissons d’à peine quatre jours nus sous la fenêtre ouverte jusqu’à ce que la neige leur tombe dessus. Durant tout l’hiver, du 5 février au 14 mai, la période de notre séjour, il neigea presque en permanence. Ceux qui dépassent l’enfance sont donc tellement habitués au froid qu’une fois adultes, ils en souffrent peu, voire pas du tout. Considérez comme nous autres, qui étions mal habillés et si peu accoutumés à ce climat, nous devions nous comporter, en particulier pendant les fêtes où il nous fallait nous rendre à l’église distante d’un demi-mille. Grâce à l’aide de notre Rédempteur, nous fîmes toutefois preuve d’une grande endurance45. »

31La conscience que nos Italiens montrent de leur propre faiblesse physique, comparée à la robustesse de leurs hôtes, n’est en rien anodine. L’exposition des nourrissons, théoriquement interdite en Scandinavie depuis la conversion au christianisme, mais apparemment toujours pratiquée, est ainsi présentée comme un facteur de bonne santé et non comme la survivance de mœurs païennes ou barbares ; en témoigne la fin du récit, où Fioravante et Michiel, en guise de conclusion, insistent sur l’endurcissement des hommes :

  • 46 Ibid., p. 77-78.

« Pietro Querini, le susdit capitaine, qui avant cette malheureuse aventure, avait vécu très délicatement tant son corps était d’une complexion fragile. Un destin si aventureux lui a fait goûter des médecines et des sirops si contraires que ça l’en a revigoré [...]. De même, se sont transformés en hommes robustes et vigoureux messer Francesco Querini, fils de feu messer Giacomo et messer Pietro Gradenigo, [...] âgés de 18 ans ; c’en est tellement vrai que cela est presque impossible à décrire46. »

32L’endurance au froid s’inscrit dans l’ensemble des épreuves physiques traversées par ces malheureux naufragés avant d’être recueillis à Røst : la faim, la soif brûlante, la dysenterie, la vermine, la terreur de l’obscurité et de la mort. Or, récompensée par une meilleure santé et assistée de Dieu, cette souffrance prend le sens d’une épreuve de la foi. Dans ce contexte, l’endurcissement du corps qui est évoqué à deux reprises – pour les nourrissons de Røst puis pour les Vénitiens eux-mêmes – devient le signe d’une purification du corps et de l’esprit. Ces analogies, qui courent tout au long des descriptions de la petite île où ils ont échoué, sont pour ces hommes durement éprouvés le moyen de donner sens à leur aventure. Ainsi relatée, elle devient en effet une épreuve conduisant à une sorte de renaissance physique et morale.

La circulation côtière

33Celle-ci passe par un retour à Venise au cours duquel les Vénitiens font preuve d’un sens aigu de l’observation. Ainsi, pour indiquer l’éloignement de l’archipel, Pietro Querini montre une conscience très claire de la capacité de la mer à connecter des régions fort éloignées. Pour lui, elle prend entre Røst et Bergen la forme d’une route, qui suit des chemins aménagés et des étapes insulaires (voir carte 2) :

  • 47 Ibid., p. 40.

« Nous naviguâmes entre des îles, empruntant de nombreux canaux. [...] Sur ces îles, des petits monticules indiquaient la direction à suivre pour emprunter la voie la plus profonde. Beaucoup de ces îles étaient habitées. Nous y étions accueillis avec pitié47... »

34Le Vénitien emploie ici le vocabulaire qu’il connaît : lorsqu’il évoque des « canaux » entre les îles, nous devons sans doute comprendre qu’il parle de fjords. De même, cette description de ce qui semble être un chemin maritime balisé est plutôt révélatrice de la perception du voyage par Querini : étant donné la topographie littorale de la Norvège, le parcours des pêcheurs doit plutôt ressembler à un parcours entre terre et mer reliant de petites entités territoriales, plutôt qu’à l’emprunt d’une direction générale qui serait « la route de Bergen ». Notre homme interprète donc une circulation à l’intérieur de micro-territoires amphibies successifs comme l’usage d’une route, ce qui est révélateur à la fois de sa propre perception du voyage et de celle de ses hôtes, pour lesquels terre, mer et îles semblent reliées au sein des mêmes ensembles.

  • 48 Ibid., p. 39.
  • 49 Ibid., p. 40.

35Cette attitude est confirmée par les quelques informations dont disposent les naufragés au sujet de l’administration des Lofoten : ils savent par exemple qu’il y a un gouverneur sur l’ensemble des îles, mais sans plus de détails ; son épouse prend en effet la peine d’envoyer son chapelain au-devant des naufragés, au moment où ils s’apprêtent à embarquer pour Bergen avec leurs hôtes, afin de s’assurer qu’ils sont bien traités48. Par ailleurs, sur une partie des îles s’étend le diocèse de l’archevêque de Trondheim (anciennement Niðarós), dont ils font plus loin la connaissance. Cet homme utilise la mer comme un territoire qu’il semble sillonner : « Il se déplaçait sur deux petites embarcations remorquées, avec une compagnie de plus de deux cents personnes49. » Les territoires des Norvégiens, qu’ils soient économiques, politiques ou spirituels, entremêlent terre et mer, et nous pourrions même affirmer qu’ils tiennent par la mer. Querini, une nouvelle fois, se révèle ici un remarquable observateur de ces conceptions territoriales nouvelles. En situant l’île, il l’inscrit bien à l’intérieur d’un archipel amphibie, qu’il décrit comme un territoire :

  • 50 Ibid., p. 38.

« [Cette île] est peu vallonnée, généralement au même niveau que la mer, mis à part quelques collines où ils ont construit leurs maisons. Aux alentours, il y a d’autres îles plus ou moins grandes, certaines habitées, d’autres non. L’ensemble fait environ trois milles de circonférence50. »

36C’est la vision d’un monde maritime que le patron de la Querina nous livre, un univers certes fort différent du sien, mais dont le rapport étroit avec la mer n’est pas sans rappeler la situation de Venise elle-même. Sans doute Querini observe-t-il ces îles plates et les ensembles amphibies qu’elles forment en songeant à sa lointaine patrie.

Conclusion

  • 51 Mittman A. S., Maps and Monsters in Medieval England, New York, Routledge, 2006, p. 41.

37Les naufragés vénitiens observent la société où ils échouent avec les yeux de la gratitude. Il est donc difficile d’attendre de leur part un rapport objectif de ce qu’ils voient, et il n’est sans doute pas superflu d’y deviner une lecture chrétienne des mœurs de la petite communauté de Røst. Ils sont bien conscients de se trouver dans une périphérie du monde, là où les phénomènes naturels deviennent extraordinaires et où, dans l’esprit des géographes médiévaux, se loge la sauvagerie51. Toutefois, le comportement exemplaire et les mœurs si pures des insulaires les conduisent plutôt à se croire au paradis et à analyser leur séjour, avec le recul du retour, comme un retrait du monde. Quelques éléments du texte montrent cependant que leur perception diffère de celle des autochtones, plus conscients de leurs faiblesses et de leur isolement. Ainsi, de ce récit de rencontre avec l’altérité la plus totale, se détache un Nord ambigu dont la nature est aussi hostile et dure que les habitants sont doux et accueillants. À la sauvagerie de la mer et du froid répond la pureté de cœur des hommes, comme si l’humanité la plus parfaite ne pouvait se rencontrer qu’au prix de l’épreuve physique et spirituelle la plus profonde.

Carte 1. – Le trajet de Querini, Fioravante et Michiel (carte de Claire Judde de Larivière, Naufragés, Toulouse, Anacharsis, 2005, p. 8).

Carte 2. – Itinéraire des Vénétiens entre les Lofoten et Trondheim.

Notes

1 Vat. lat. 5256, s. d., fos 42-55 vo.

2 Ms. it. VII, 368 (7936), fos 1-28 vo, « Compilatione per me Antonio di Chorado de Cardini de Fiorenza di xiiii dezembre composto per lo riferire di ser Cristofalo homo di consiglio, e ser Nicolo de Michiele scrivan della infelice e sventurata chocha Querina, orbata al longo viagio de Fiandria dopo terribili ed inauditi pericollj hocorssi dell’anno mccccxxxi ».

3 Grillo A., Au pays des vendeurs de vent. Voyages et voyageurs en Laponie et en Finlande du XVe au XIXe siècle : l’invention du récit de voyage aux terres boréales, thèse de doctorat, université Paris IV Sorbonne, 2008.

4 Querini Pietro, Fioravante Cristoforo et de Michiel Nicolò, Naufragés, trad. et notes de Judde de Larivière C., Toulouse, Anacharsis, 2005.

5 Helle K. (éd.), The Cambridge History of Scandinavia, vol. 1, Prehistory to 1520, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 592-593.

6 Querini Pietro, Fioravante Cristoforo et de Michiel Nicolò, Naufragés, op. cit., p. 75. Cela correspond à peu près à une longueur de 2 mètres, 70 centimètres de large, 35 centimètres d’épaisseur pour environ 80 kilogrammes (ibid., n. 50). Le flétan de l’Atlantique (Hippoglossus hippoglossus) est en effet la plus grande espèce de poisson plat au monde et peut atteindre ces dimensions.

7 Ibid., p. 35-36 ; remarquons d’ailleurs que Querini se trompe et désigne le poisson (la morue) par le nom du plat (le stockfisch, ou « poisson-bâton », le poisson séché au vent). C’est là sans doute un témoignage de la communication entre les Vénitiens et leurs hôtes, sans interprète digne de ce nom : on a dû leur montrer le poisson séché en disant le nom norrois, comprenant quel poisson était pêché pour cela, ils lui ont attribué ce nom, ce qui montre également qu’ils n’avaient jamais vu de morue...

8 Ibid., p. 38.

9 Ibid.

10 Hastrup K., Nature and Policy in Iceland, 1400-1800. An Anthropological Analysis of History and Mentality, Oxford, Clarendon Press, 1990, p. 68.

11 À Trondheim, leur point de départ.

12 Querini Pietro, Fioravante Cristoforo et de Michiel Nicolò, Naufragés, op. cit., p. 43.

13 Ibid., p. 74-75.

14 Nous n’avons pas réussi à trouver la signification ou l’origine du mot muxi mentionné. Il pourrait s’agir de mouettes tridactyles.

15 Querini Pietro, Fioravante Cristoforo et de Michiel Nicolò, Naufragés, op. cit., p. 39-40.

16 Ibid., p. 74-75.

17 Ibid., p. 62.

18 Ibid., p. 74.

19 Ibid., p. 36-37.

20 Martin H., Mentalités médiévales, XIe-XVe siècle, Paris, 1998 (1996), p. 178 ; Le Goff J., Saint Louis, Paris, 1996, p. 520.

21 Querini Pietro, Fioravante Cristoforo et de Michiel Nicolò, Naufragés, op. cit., p. 73.

22 Ibid., p. 74.

23 Ibid.

24 Ibid., p. 35.

25 Ibid., p. 73.

26 Ibid., p. 74.

27 Ibid., p. 37.

28 Ibid., p. 34.

29 Ibid., p. 76.

30 La Norvège n’est christianisée que depuis le début du XIe siècle, à la suite de l’évangélisation menée successivement par les rois Óláfr Tryggvason et Óláfr Háraldsson, ce dernier ayant été canonisé (Bagge S. et Walaker Nordeide S., « The kingdom of Norway », dans Berend N. (éd.), Christianization and the Rise of Christian Monarchy. Scandinavia, Central Europe and Rus’c. 900-1200, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 137-139.

31 Querini Pietro, Fioravante Cristoforo et de Michiel Nicolò, Naufragés, op. cit., p. 39.

32 Ibid., p. 35.

33 Ibid., p. 38.

34 Ibid., p. 42.

35 Olaus Magnus, Histoire et description des peuples du Nord, trad. et présentation de Maillefer J.-M., Paris, Les Belles Lettres, 2004, p. 322.

36 Ibid.

37 Querini Pietro, Fioravante Cristoforo et de Michiel Nicolò, Naufragés, op. cit., p. 38 ; on trouve également l’expression « il culo del mondo » dans la traduction italienne (Querini Pietro, de Michiel Nicolò, Fioravante Cristofalo, Naufragés, Il Naufragio della Querina. Veneziani nel circolo polare artico, trad. de Nelli P., Rome, Nutrimenti, 2007, p. 73).

38 Ibid., p. 74.

39 La botte est une unité de mesure du tonnage d’un navire. Il est difficile de l’estimer précisément, mais on peut dire que 50 bottes équivalent à peu près à 35 tonnes.

40 Soit environ un millier de kilomètres.

41 Querini Pietro, Fioravante Cristoforo et de Michiel Nicolò, Naufragés, op. cit., p. 36.

42 Contamine Ph., Bompaire M., Lebecq S. et Sarrazin J.-L., L’économie médiévale, Paris, A. Colin, 2004 (1997), p. 282.

43 Querini Pietro, Fioravante Cristoforo et de Michiel Nicolò, Naufragés, op. cit., p. 37.

44 Ibid., p. 73.

45 Ibid., p. 37-38.

46 Ibid., p. 77-78.

47 Ibid., p. 40.

48 Ibid., p. 39.

49 Ibid., p. 40.

50 Ibid., p. 38.

51 Mittman A. S., Maps and Monsters in Medieval England, New York, Routledge, 2006, p. 41.

Table des illustrations

Légende Carte 1. – Le trajet de Querini, Fioravante et Michiel (carte de Claire Judde de Larivière, Naufragés, Toulouse, Anacharsis, 2005, p. 8).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117095/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Carte 2. – Itinéraire des Vénétiens entre les Lofoten et Trondheim.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117095/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 191k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540