Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures du Nord

 | 
Éric Schnakenbourg

Introduction

Éric Schnakenbourg

Texte intégral

1À partir des derniers siècles du Moyen Âge, les Occidentaux connaissent une dynamique d’ouverture sur l’extérieur qui préside à ce que l’on appelle traditionnellement les Grandes Découvertes. Leurs navires voguent vers le sud pour contourner l’Afrique et se rendre en Asie, vers l’ouest à la découverte de l’Amérique. La carte du monde connu s’élargit peu à peu. Dans ce grand mouvement de désenclavement de l’Occident, la dimension septentrionale est largement négligée. L’explication réside sans doute dans le fait que les pays du Nord entretiennent déjà des relations, directes ou indirectes, avec les autres régions européennes depuis l’époque romaine. Au Moyen Âge, les marchandises circulent dans les deux sens et les étudiants scandinaves se rendent dans les universités étrangères pour y parfaire leur formation. Le Nord n’en demeure pas moins perçu comme un espace nimbé de mystère, écrasé par le froid, inhospitalier et farouche.

  • 1 Rey Alain (dir.), Dictionnaire historique de la langue française Le Robert, 2006, t. 2, p. 2392.
  • 2 Pour ne prendre qu’un exemple, à la fin du XVIIe siècle le secrétaire d’État français à la Marine (...)
  • 3 Mallet Paul-Henri, Histoire de Dannemarc, Genève, 1787, Barde et Manget, t. 1, p. 2.

2Le terme « nord » est attesté en français à partir du milieu du XIIe siècle, venant du vieil anglais north. Il est longtemps écrit « north » ou « nort », et la graphie « nord » ne se fixe qu’au milieu du XVIe siècle. S’il désigne le plus souvent une direction, le terme prend rapidement une dimension spatiale servant à désigner les régions les plus proches de l’étoile polaire1. Le Nord n’est pas aisé à définir sur le plan géographique, car il est une notion polysémique permettant, par exemple, de projeter des considérations géopolitiques – la « balance du Nord » – ou économiques – « le commerce du Nord ». À l’époque moderne, en France, le Nord recouvre généralement un large espace baltique allant des pays scandinaves aux provinces baltes et à la Russie, comprenant également la Prusse et la Pologne2. S’il se définit par des latitudes plus ou moins élevées, le Nord se constitue aussi en longitude. La combinaison de ces deux dimensions et leur caractère éminemment relatif expliquent que la notion de Nord reste longtemps assez floue. Au début du XVIIIe siècle paraît en France la première compilation de récits de voyages portant spécifiquement sur le Nord : le Recueil de voiages au Nord, contenant divers mémoires très utiles au commerce et à la navigation, publié en huit volumes à Amsterdam entre 1715 et 1728 par les soins du libraire huguenot Jean-Frédéric Bernard. Cet ouvrage est bien déconcertant, car on y trouve, sans surprise, des témoignages sur la Russie, le Spitzberg, le Groenland et les régions septentrionales de l’Amérique mais aussi, de manière surprenante, la Chine, la Corée, le Mississippi, la Louisiane ou encore la Californie. Le recueil de Bernard compile en réalité des informations sur des espaces peu connus qui sont regroupés globalement sous le terme générique de « Nord », alors que d’autres espaces authentiquement septentrionaux, mais mieux connus, comme la Scandinavie, n’y figurent pas. Dans cette perspective, « le terme si vague de Nord » selon Paul-Henri Mallet3, professeur à l’université de Copenhague dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, semble être un terme un peu « fourre-tout » évoquant ce qui est peu connu et lointain. On ne sait pas où il finit, mais on ne sait pas plus où il commence, ni les espaces qu’il peut comprendre : faut-il y inclure les îles Britanniques, la Hollande, l’Allemagne, la Pologne, la Russie ? Dans l’Encyclopédie, le Nord en tant que territoire géographique n’est pas défini et relève d’un usage multiple, car il désigne aussi bien l’espace baltique, comprenant certaines parties de la Russie, de l’Allemagne ou de la Pologne, que les régions arctiques ainsi que la Scandinavie dans sa globalité. L’usage du terme Nord n’est toujours pas fixé à la fin du XVIIIe siècle, comme en témoignent certaines publications comme les Mémoires du Nord publiés en 1766 avec le sous-titre Histoire d’une famille d’Écosse, ou le périodique La Bibliothèque du Nord de l’avocat Rossel, qui paraît entre 1778 et 1780 avec pour but de donner un écho en France aux publications scientifiques, littéraires et artistiques allemandes.

  • 4 Wolff Larry, Inventing Eastern Europe. The Map of Civilization on the Mind of the Enlightenment, S (...)
  • 5 Törnqvist Egil, « Scandinavian or Nordic ? », p. 1, dans Europe, the nordic countries, Swanson Ala (...)
  • 6 En particulier Kerguelen Trémarec Yves-Joseph, Relation d’un voyage dans la mer du Nord aux côtes (...)
  • 7 Furetière Antoine, Dictionnaire universel..., t. 2, La Haye-Rotterdam, Arnout & Reiner Leers, 1690 (...)

3Cependant, « l’invention de l’Europe orientale » au XVIIIe siècle, pour reprendre le titre du fameux livre de l’historien américain Larry Wolff, permet de commencer à dissocier la Pologne et la Russie d’autres pays septentrionaux au sein de la carte intellectuelle de l’Europe4. L’opposition civilisation/barbarie longtemps organisée dans une perspective Nord/Sud par référence à la culture gréco-latine glisse peu à peu dans une dimension longitudinale avec la stigmatisation de l’Empire ottoman, d’une part, et de la Moscovie de l’autre. L’usage du terme Nord s’occidentalise et tend à se circonscrire à la Scandinavie, même si la notion de Norden, désignant dans les langues scandinaves le domaine géographique, politique, économique et culturel comprenant la Suède, le Danemark, la Norvège, l’Islande et la Finlande n’apparaît qu’au début du XXe siècle5. Le Nord désigne aussi les régions subarctiques et arctiques. Leur connaissance progresse et se diffuse dans la seconde moitié du XVIIIe siècle à la faveur de la publication de grandes compilations ou de synthèses de récits de voyages et de navigations qui permettent de faire connaître au public les découvertes des voyageurs et des savants6. Les spécificités de ces espaces conduiront à les distinguer progressivement des autres régions septentrionales avec l’apparition du terme Grand Nord en français en 1874. Le Nord ne répond à aucune définition universelle et dépend du contexte, des intentions et de la localisation de l’observateur, car il désigne avant tout la « partie du monde qui est septentrionale à l’égard de quelque autre pays », rappelle Antoine Furetière7. Le Nord est un objet intellectuel mouvant, difficile à saisir, qui nécessite de faire un choix. Pour notre part, nous l’envisageons comme la grande région allant du Groenland au nord de l’Empire russe, en passant par la Scandinavie.

  • 8 Chartier Roger et Martin Henri-Jean (dir.), Histoire de l’édition française, t. 2 : Le livre triom (...)
  • 9 Nous renvoyons à la bibliographie à la fin du volume.
  • 10 « Et l’Éternel me dit : c’est du septentrion que la calamité se répand sur tous les habitants du p (...)

4Ce vaste espace est l’objet d’un intérêt croissant au cours du XVIIIe siècle, surtout à partir des années 1760, comme le montre le nombre de plus en plus important des ouvrages qui lui sont consacrés au sein de l’inflation générale d’édition de récits de voyages8. Les royaumes scandinaves, en particulier, sont découverts et souvent loués par des visiteurs tombés sous le charme de leur nature et illusionnés par les vertus qu’ils attribuent à leurs habitants. Cet engouement pour le Nord a donné lieu aux États-Unis, au Canada, en Scandinavie ou en Allemagne à de nombreux travaux qui inscrivent leur sujet dans les décennies situées au tournant des XVIIIe et XIXe siècles9. Mais la période précédente n’a pas été véritablement étudiée jusqu’à présent. Pourtant, des antiques Hyperboréens, vivant aux confins du monde sur une terre d’abondance, en passant par l’Ultima Thulé, « île-borne du septentrion » (M. Mund-Dopchie), pour finir avec l’Arcadie nordique des auteurs préromantiques de la fin du XVIIIe siècle, le Nord a un potentiel onirique qui ne se dément pas depuis l’Antiquité, tout en conservant une puissance répulsive dont les prophéties de Jérémie offrent un témoignage10.

  • 11 Le Bouvier Gilles, Le livre de la description des pays de Gilles le Bouvier, dit Berry, dans Recue (...)
  • 12 Seaver Kirsten A., « “Pygmies” of the Far North », Journal of World History, vol. 19, no 1, 2008, (...)
  • 13 Balzamo Elena, Olaus Magnus, Carta marina, Paris, José Corti, 2005.

5Au milieu du XVe siècle, Le livre de la description des pays de Gilles le Bouvier évoque la nature nordique et ses curiosités : des poissons merveilleux dans une mer qui est un enfer et des pays exposés « au plus mauvais vent du monde », dont certains vivent dans une nuit continuelle, alors que les voisins connaissent un jour permanent. Les habitants sont à l’avenant, des hommes terribles et furieux cohabitant avec des nains et des géants11. Les cartes contemporaines sont marquées elles aussi du sceau de l’étrangeté, y compris celles qui ont été réalisées par des Scandinaves, mais elles déplacent plus au nord la frontière de l’extraordinaire. Le cartographe danois Claudius Claussøn Swart est le premier à faire figurer le Groenland sur une carte de 1424. Il y place des monstres unijambistes et des hommes de très petite taille12. Plus d’un siècle plus tard, la Carta marina d’Olaus Magnus dessine également une frontière entre la Scandinavie péninsulaire et un espace nord-atlantique au sein duquel se côtoient des monstres marins, des géants et des nains, le feu et la glace13. Avec l’ouverture de la voie maritime menant à Arkhangelsk et la recherche d’un passage septentrional vers l’Asie, le Nord devient un espace de transition qui est traversé par la mer, mais qui n’est pas exploré. L’intérieur des terres demeure bien mystérieux, conférant au Nord, dans son ensemble, un caractère nébuleux.

  • 14 Christensen Stephen, « The Image of Europe in Anglo-German travel literature » et Harbsmeter Micha (...)

6Et pour cause, le voyage humaniste comme le périple éducatif des élites européennes ignorent généralement la Scandinavie14. Région périphérique, elle semble demeurer en marge de l’histoire. Louis Aubery du Maurier qui, lui, se rend dans le Nord en 1637, s’interroge sur les raisons qui ont pu dissuader les Romains de porter leurs armes en Suède et en Norvège. Il émet une série d’hypothèses :

  • 15 Aubery du Maurier Louis, Mémoires de Hambourg, de Lubeck et de Holstein, de Dannemarck, de Suède e (...)

« Soit que la mer Baltique & les rochers qui regnent le long des côtes leurs ayent dérobé ces pays ; soit que la disette de vaisseaux propres à ce genre de navigation ait rebuté les Romains ; soit que ces conquérans de tant d’autres nations ayent méprisé des peuples renfermés dans leurs glaces & leurs montagnes15. »

7Le voyageur français présente les trois facteurs fondant la marginalité du Nord : l’ignorance, la distance et le dédain. Au début du XVIIIe siècle, la région demeure peu attractive. Jacques-Philippe La Combe de Vrigny, qui a séjourné au Danemark, s’interroge en ces termes :

  • 16 La Combe de Vrigny Jacques-Philippe, Relation en forme de journal, d’un voyage fait en Danemarc, v (...)

« Je me suis souvent étonné que nos voyageurs ne se soucient point de voyager dans les pays du Nord et regardent les rives de l’Elbe comme des bornes qu’ils ne doivent point passer16. »

8Si, jusqu’au XVIIIe siècle, le Nord est bel et bien méconnu et ignoré, il n’est pas inconnu pour autant. Il est l’objet de représentations et de perceptions nourries par des informations authentiques et un imaginaire qui permettent de constituer un objet d’étude. Réalité spatiale ambiguë, historique et symbolique, cette grande région se dessine progressivement à partir des derniers siècles du Moyen Âge, accompagnée de son cortège d’interrogations, de fantasmes et de stéréotypes. Le Nord est doté d’une puissance évocatrice et affective chez les marins, les géographes, les cartographes, les compilateurs, les voyageurs et autres curieux français et étrangers qui, d’une manière ou d’une autre, écrivent sur cet espace. Les échos, les rumeurs et les légendes se mêlent aux assertions et aux témoignages plus ou moins fidèles de ceux qui se sont rendus, ou pas, sur place. Ce sont les ingrédients permettant de nourrir un processus complexe d’invention, de construction et d’imagination sur lequel nous aimerions nous interroger pour la période allant de la fin du Moyen Âge au XVIIIe siècle. Nous voudrions saisir cette trajectoire qui fait passer le Nord d’un espace peu connu, froid, hostile, impénétrable, barbare voire maléfique, à un territoire qui est progressivement découvert, étudié, approprié et même admiré. L’interrogation générale relève tout autant de l’imaginaire des territoires que de la convocation de ces mêmes espaces dans un processus rhétorique. Ils font partie d’un raisonnement qui les intègre à une réflexion générale. Il faut dès lors poser la question de l’usage de la charge affective et symbolique du Nord et de sa capacité intrinsèque à être un argument. L’ampleur de ce programme impose de renoncer à toute prétention à l’exhaustivité. Il s’agit ici autant d’inviter à des recherches ultérieures que de proposer une série d’études autour de certaines approches du Nord : l’expérience in situ ; l’appréhension de cet espace lointain ; le regard porté sur son humanité ; l’usage du Nord dans le discours. Ce programme nécessite d’adopter une approche pluridisciplinaire combinant les regards de l’historien, du littéraire et du géographe, et de croiser les perspectives et les sources traitant du Nord. Cette étude comparée de ses représentations doit permettre de comprendre la double dynamique en jeu autour d’un territoire qui se découvre en même temps qu’il se construit comme espace géographique, mais aussi comme milieu naturel, historique et humain.

Notes

1 Rey Alain (dir.), Dictionnaire historique de la langue française Le Robert, 2006, t. 2, p. 2392.

2 Pour ne prendre qu’un exemple, à la fin du XVIIe siècle le secrétaire d’État français à la Marine de Louis XIV, le comte de Pontchartrain, rédige une instruction pour un agent qui doit partir en mission de renseignement économique. Il doit se rendre « en Danemark, Suède et aux villes et estats situés sur la mer Baltique et autres estats du Nord ». Il lui faut passer en Scandinavie à Riga, en Courlande, à Königsberg, à Dantzig et à Stettin. « Instruction pour le sieur de Forval envoyé par le roi en Danemark, Suède et aux villes et estats situés sur la mer baltique et autres estats du Nord », Arch. nat., Marine, B7/222, fol. 271-283.

3 Mallet Paul-Henri, Histoire de Dannemarc, Genève, 1787, Barde et Manget, t. 1, p. 2.

4 Wolff Larry, Inventing Eastern Europe. The Map of Civilization on the Mind of the Enlightenment, Stanford, University Press, 1994. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, il arrive encore que la Russie soit comptée parmi les pays du Nord ; voir Bélissa Marc, La Russie mise en Lumières : représentations et débats autour de la Russie dans la France du XVIIIe siècle, Paris, Kimé, 2010, p. 178. Pour une critique de Wolff, voir Lemberg Hans, « Zur Entstehung des Osteuropabegriffes im 19. Jahrhundert. Vom “Norden” zum “Osten” Europas », Jahrbücher für die Geschichte Osteuropas, 1985, vol. 33, p. 48-91.

5 Törnqvist Egil, « Scandinavian or Nordic ? », p. 1, dans Europe, the nordic countries, Swanson Alan et Törnqvist Égil (dir.), Amsterdam, Rodopi, 1998, p. 1, et Mead W. R., « Problems of Norden », The Geographical Journal, vol. 151, part 1, mars 1985, p. 1.

6 En particulier Kerguelen Trémarec Yves-Joseph, Relation d’un voyage dans la mer du Nord aux côtes d’Islande, du Groenland, de Ferro, de Schettland, des Orcades et de Norwége, fait en 1767 & 1768, Amsterdam-Leipzig, Arkstee & Merkus, 1772 ; et Forster Johann Reinhold, Histoire des découvertes et des voyages faits dans le Nord, Paris, Cruchet, 2 t., 1788.

7 Furetière Antoine, Dictionnaire universel..., t. 2, La Haye-Rotterdam, Arnout & Reiner Leers, 1690, p. 740.

8 Chartier Roger et Martin Henri-Jean (dir.), Histoire de l’édition française, t. 2 : Le livre triomphant 1660-1830, Paris, Fayard, 1990, p. 266, et Duchet Michèle, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1995, p. 54-55.

9 Nous renvoyons à la bibliographie à la fin du volume.

10 « Et l’Éternel me dit : c’est du septentrion que la calamité se répand sur tous les habitants du pays. » Jérémie, 1 : 14.

11 Le Bouvier Gilles, Le livre de la description des pays de Gilles le Bouvier, dit Berry, dans Recueil de voyages et de documents pour servir à l’histoire de la géographie depuis le XIIIe siècle jusqu’à la fin du XVIe siècle, vol. 22, Ernest-Théodore Hamy (éd.), Paris, E. Leroux, 1908, p. 101-104.

12 Seaver Kirsten A., « “Pygmies” of the Far North », Journal of World History, vol. 19, no 1, 2008, p. 84-85.

13 Balzamo Elena, Olaus Magnus, Carta marina, Paris, José Corti, 2005.

14 Christensen Stephen, « The Image of Europe in Anglo-German travel literature » et Harbsmeter Michael, « Sixteenth century German travel accounts », Ceard J. et Margolin J.-C. (dir.), Paris, Maisonneuve et Larose, 1987 p. 266-9 et 339.

15 Aubery du Maurier Louis, Mémoires de Hambourg, de Lubeck et de Holstein, de Dannemarck, de Suède et de Pologne, Blois, Philibert-Joseph Masson, 1735, p. 250.

16 La Combe de Vrigny Jacques-Philippe, Relation en forme de journal, d’un voyage fait en Danemarc, vol. 2, Rotterdam, Abraham Acher, 1707, p. 596.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540