Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Troisième partie. La construction des maisons

Les modèles de l'architecture rurale du pays de Rennes

Philippe Bardel

Indexeinträge

Géographique :

France

Volltext

  • 1 Bardel, Philippe et Maillard, Jean-Luc, Architecture de terre en Ille-et-Vilaine, Rennes, éditions (...)

1L'Ecomusée du pays de Rennes a commencé en novembre 1999 une étude sur les constructions de terre du bassin rennais, qui a abouti en janvier 2001 à une exposition et en septembre 2002 à une publication1 Pour donner une vision générale mais précise de ce patrimoine, différentes approches ont été retenues, aussi bien archéologique, ethnologique, que technique. Il est en effet clairement apparu que les travaux antérieurs sur la construction en terre traditionnelle, avaient trop privilégié une approche aux dépens des autres. La nécessité de renouveler l'image de la maison en terre, pour susciter des rénovations publiques ou privées plus respectueuses, nous a conduit à rechercher des détails architecturaux originaux, et des éléments spécifiques à ce patrimoine.

  • 2 De plus, une grande majorité des logis du xixe siècle comprend des éléments antérieurs...

2La pêche s'est révélée miraculeuse ! Le matériau terre est fiable, si bien que les édifices du xviie siècle sont encore nombreux2. Des logis soignés ont été construits en terre à toutes les époques, et ont nécessité des solutions techniques élaborées. Ces logis ont constitué des références pour les maçons qui ont reproduit dans les fermes des mises en œuvre dépassant largement les besoins agricoles. De 1850 à 1950, le développement spectaculaire des dépendances, reflet de la richesse du terroir et du commerce avec la ville, condamne définitivement l'image de « matériau du pauvre » qui colle à la terre.

  • 3 Le Tallec, Jean, « L'habitat rural du Centre-Bretagne », dans le présent ouvrage.
  • 4 Elégoët, Louis, Les Juloded, grandeur et décadence d'une caste paysanne en Basse Bretagne, Presses (...)

3Une chambre dotée d'une cheminée occupe fréquemment une partie de l'étage des maisons de terre. Cet élément insolite pose une question majeure pour l'évolution de l'architecture rurale, comme pour l'histoire sociale. Dans une zone où l'habitat est dispersé, avec une forte proportion de manoirs, faut-il interpréter ces logis ruraux comme des métairies, des habitations de petite noblesse, des logements de fratries paysannes3 ou des maisons de riches roturiers4 ? Pour répondre à cette question, l'écomusée s'est rapproché du Service de l'inventaire de Bretagne, et notamment de Jean-Jacques Rioult, qui travaille actuellement sur les maisons rurales de la commune de Rennes. Dans ce secteur, l'habitat est soumis aux influences croisées de la ville et de la campagne, et concentre les types et les dispositions des différentes époques. Les chambres à l'étage y sont fréquentes. Ainsi, nous avons décidé de comparer nos découvertes réciproques.

  • 5 Le manoir de la Herrissaie, demeure aujourd'hui disparue de Noël Du Fail, se trouvait à une centai (...)

4Au nord-est de la commune de Pleumeleuc (Ille-et-Vilaine), près de la route qui va du bourg à Parthenay-de-Bretagne, le hameau du Bois de Pleumeleuc5 regroupe plusieurs habitations mitoyennes en un alignement plutôt rare dans ce secteur. La maison située à l'extrémité est de l'alignement, datée 1650 sur la souche de cheminée, a conservé à l'intérieur sa disposition d'origine (Fig. 4). Le mur mitoyen à l'ouest semble appartenir à une construction plus ancienne car la poutre de rive et la ferme de tête sont posées sur des poteaux et des corbelets. La maison se serait donc accolée à un bâtiment construit en pierre dont il ne subsiste rien aujourd'hui. La salle est flanquée de deux petites pièces sans feu, que nous appellerons « l'étable » à l'ouest et « le cellier » à l'est. Au-dessus de l'étable, un grand volume sous charpente servait sans doute de fenil, appelé « fanerie » en gallo. Au-dessus de la salle, deux greniers superposés sont desservis par un escalier en vis. À l'étage du cellier, une petite chambre, desservie par le même escalier, est doublée d'un comble perdu.

5Sur le mur de refend qui sépare la salle de l'étable, un imposant vaisselier mural doté d'un évier, la « dalle », fait face à la cheminée. Les enduits de terre qui recouvrent toutes les maçonneries de la salle sont décorés de badigeons de chaux blancs et rouges. Des bandeaux de décors géométriques bordent le plafond et soulignent les formes du vaisselier et de la hotte. Au-dessus du vaisselier, une inscription donne deux initiales, peut-être celles du commanditaire. Peints sur les murs, des bouquets de fleurs ou des pots à feu, aujourd'hui très effacés, ont été préféré à des scènes bibliques comme celles découvertes récemment dans une maison contemporaine (1662), à Miniac-sous-Bécherel.

  • 6 Rloult, Jean-Jacques, « La maison de l'Epine à Romillé », Actes du colloque de Montfort-sur-Meu, 1 (...)

6La cheminée est inspirée de celles des manoirs, avec une corniche moulurée et des consoles latérales. Comme dans beaucoup de maisons en bauge, surtout les plus anciennes, plusieurs matériaux sont associés6 : les corbelets et le contre-coeur sont en granit ; les jouées et le linteau, en bois ; la corniche moulurée et la souche, en falun du Quiou ; les parois des conduits, en terre ; la cloison entre les deux conduits, formant le contre-cœur de la cheminée de la chambre, en tuileaux ; les maçonneries de calage du manteau, en schiste briovérien. Cette diversité illustre à elle seule la qualité de la construction et la compétence du maître d'oeuvre. Le mélange de matériaux était masqué à l'extérieur du manteau par le badigeon évoqué plus haut. Sur le haut des piédroits, juste en-dessous des corbelets, deux visages stylisés représentent la maîtresse de maison à gauche et son mari à droite, comme l'attestent sur des exemples contemporains des attributs sexuels sculptés en partie basse des piédroits.

7Dans le mur nord, on voit des niches à lampe dont la voûte est soigneusement blanchie. Leur similitude de forme et leur surface modelée plus que taillée montrent qu'elles sont d'origine. Dans la salle, deux de ces niches sont associées à des trous de boulin recevant les traverses des lits qui occupaient le fond de la pièce. La troisième est située en hauteur, auprès du vaisselier, pour éclairer la table. Dans le cellier, une autre est plus difficile à interpréter : atteste-t-elle la présence d'un couchage ou servait-elle seulement le temps de prendre un morceau de lard dans le charnier ? Dans l'étable en revanche, aucune niche n'a pu être repérée, ni aucune trace d'aménagement (râtelier, auge ou enclos). Surtout, les murs ne comportent pas de traces de léchage par les bestiaux, systématiques quand le solin est aussi bas. Cela pose la question de la destination réelle de cette pièce.

8Dans la chambre de l'étage, la cheminée suscite aussi l'étonnement : elle comporte une hotte profonde dotée d'une solive transversale avec des crochets métalliques, où pouvaient être suspendues des charcuteries. De dimensions plus réduites mais identique à celle de la salle, elle reprend le même décor avec des finitions moins soignées, notamment au niveau de la corniche. Cette cheminée pauvrement décorée, où l'on pouvait faire la cuisine, ainsi que l'absence de fenêtre au nord ou de latrines, confirme qu'il ne s'agissait pas d'une chambre seigneuriale.

9L'aspect extérieur de la maison est moins bien préservé (Fig. 1), car des carrées doubles en bois ont remplacé certains encadrements d'origine. Les simples jambages en terre de la porte du cellier et de la gerbière du fenil s'étaient érodés. Les pierres de taille en granit calées directement dans la bauge n'ont pas tenu, mais le rebouchage des alvéoles en petit moellons de schiste est bien visible autour des carrées de la chambre et du grenier. Il est donc possible de reconstituer l'aspect initial de la maison (Fig. 3), avec un doute sur la porte du cellier, fortement élargie au xxe siècle. Il pouvait ne s'agir que d'une petite fenêtre éclairant dans ce cas une chambre sans feu.

  • 7 Après 350 ans, cette partie du gros œuvre est la seule dégradée : un vide d'une dizaine de centimè (...)

10Du point de vue architectural ce logis présente certains caractères originaux, témoins de diverses influences. L'usage de la pierre pour les encadrements de baies n'est pas systématique, mais réservé aux ouvertures principales de la façade sud. La porte et la fenêtre de la salle, et la porte de l'« étable » sont réunis dans un massif de pierre de taille médiocrement maçonné. Cet usage ostentatoire de la pierre, au risque de fragiliser le bâtiment7 montre la volonté d'imiter les manoirs, bâtis en pierre à cette époque.

11Contrairement aux maisons de retenue contemporaines, comme l'Épine, à Romillé, datée 1644, où les deux salles sont superposées, la chambre est ici décalée par rapport à la salle. Cette disposition vient probablement des manoirs « à salle basse sous charpente » transformés en fermes et plafonnés à cette époque. Pour accéder à la chambre, il faut alors passer par le grenier, ce qui manque de raffinement. Mais d'un autre point de vue, lors des battages, les voisins qui aidaient à monter le grain devaient être impressionnés par la porte à panneaux moulurés qui ferme la chambre... La présence d'un escalier en vis est aussi un élément de prestige. Le grenier était doté, comme la chambre, d'une fenêtre à encadrement de granit et d'un plafond, ce qui donnait l'illusion d'un étage entièrement habité. Le grenier du deuxième étage, le « grenier suzain », occupe le grand volume du comble, grâce à une importante hauteur de faîtage.

12La fenêtre de la salle, quoique dépourvue d'ornementation, est de dimensions exceptionnelles et comportait forcément un châssis à panneaux ouvrants. La faible hauteur de l'appui permet de voir la surface de la cour, ce qui est un luxe à l'époque. La très belle « dalle » dépasse la simple fonction de laverie, et fait plutôt songer à une crédence de manoir. La grande hauteur de la maison est accentuée par l'imposante souche de cheminée, au couronnement finement sculpté. Aujourd'hui encore, le logis est le plus imposant du hameau !

Figure 1- Le Bois de Pleumeleuc, façade sud Cliché Alain Amet, Musée de Bretagne

Figure 1- Le Bois de Pleumeleuc, façade sud Cliché Alain Amet, Musée de Bretagne

Figure 2- Manoir du Boberil, L'Hermitage, façade sud Cliché Artur Lambart, Inventaire général

Figure 2- Manoir du Boberil, L'Hermitage, façade sud Cliché Artur Lambart, Inventaire général
  • 8 Gandreuil, Pascale, « Le Boberil à L'Hermitage » dans : Le Manoir en Bretagne, Imprimerie national (...)

13Tout ces éléments nous amènent naturellement à comparer ce logis aux manoirs existants à l'époque de sa construction... Au xviie siècle, de nombreux manoirs médiévaux sont déclassés et transformés en ferme. Les manoirs à salle basse sous charpente, fréquents dans la ceinture rennaise, sont alors systématiquement plafonnés pour créer un étage de comble Le manoir du Boberil8 (Fig. 2), à l'Hermitage (Ille-et-Vilaine), date du xve siècle, mais a été largement rénové au début du xviie siècle. La modification de la salle s'accompagne de l'abandon de la chambre seigneuriale est et d'une extension au sud-ouest, comprenant deux pièces à feu superposées. La partie est est profondément transformée : les murs en pan de bois de la chambre sont remontés en bauge, et la cheminée est descendue au rez- de-chaussée. L'ancien cellier du manoir devient donc une pièce de vie, et la chambre seigneuriale, un grenier. À l'issue de ces travaux, les fonctions agricoles sont installées à l'intérieur du bâtiment et imbriquées étroitement avec les pièces seigneuriales. La vaste grange/halle, mentionnée dans un aveu de 1649, remonte certainement à cette époque. Il est difficile d'imaginer l'environnement agricole du manoir avant le xviie siècle, mais à partir de là, la cohabitation dans le bâtiment de la population paysanne (fermiers ou domestiques) avec les propriétaires apparaît clairement Dans l'état actuel des recherches, il n'est pas possible de définir si cette disposition correspond à un système de retenue ou à un habitat permanent des propriétaires. En tous cas, si des nobles ont vécu de cette façon, il paraît logique que la frange la plus aisée de la paysannerie ait imité ce mode de vie, et se soit donné les moyens d'héberger sous le même toit parents et ouvriers agricoles.

  • 9 Le Couédic, Daniel et Trochet, Jean-René, L'architecture rurale française : Bretagne, Musée des ar (...)
  • 10 Noël Du Fail, Les Baliverneries ou Contes nouveaux d'Eutrupel, Publié à Lyon par Pierre de Tours, (...)
  • 11 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 4E 895, vente des Tallus, 17 mars 1699.

14À cette époque, la population paysanne du Bassin de Rennes profite de belles exploitations, dans un contexte d'habitat dispersé et de terres fertiles. Les loges morbihannaises, encore visibles dans les années 19409, comparées aux maisons longues découvertes par les archéologues, ont défini un type trop exclusif dans notre imaginaire de la maison rurale médiévale et post médiévale, où les hommes et les animaux partagent le même « fond de cabane ». Noël Du Fail décrit vers 154010 un logis paysan du pays de Rennes, où les « tects », les refuges à vaches et à brebis, sont clairement distincts de l'habitation. De même, autour de Rennes, dans les actes de ventes ou les baux du xviie siècle, les logis des fermiers sont séparés des étables, des pressoirs ou des fournils, avec des matériaux de maçonnerie et de couverture différents. Dans plusieurs cas, le « bouge » des fermiers comprend deux pièces d'habitadon. Au Tallus, à Rennes, le logement du fermier est constitué de «...deux aistres, une avec cheminée, l'autre est une chambre sans cheminée, le tout doublé d'un plancher11... ».

  • 12 La Ville Ogée, en Saint-Pern (Ille-et-Vilaine).

15Ce dernier point nous ramène au logis du Bois de Pleumeleuc, où la question d'une éventuelle chambre sans feu, corollaire à l'absence d'étable dans le logis, reste posée. L'absence d'archives et d'inscription du lieu-dit dans les registres de réformation nous a obligé à rechercher d'autres exemples de ce type. Ils sont en réalité très nombreux, mais ont été remaniés systématiquement : la partie contenant la chambre de l'étage a presque toujours été séparée en une deuxième propriété. À ce jour, aucun exemple de retenue n'a pu être repéré, même pour le xixe siècle. Il s'agissait plutôt de logements loués à des personnes âgées ou modestes. Dans un cas du pays de Bécherel12 cette partie est au contraire reconstruite au xixe siècle et devient le logement « de prestige ». Lorsqu'il n'y a pas de séparation en deux propriétés, la chambre est délaissée comme grenier et la cheminée est souvent détruite. Tout cela confirmerait donc l'hypothèse d'un type trop prestigieux et ostentatoire, balayé par le fonctionnalisme de l'architecture rurale du xixe siècle et la disparition d'une classe de bourgeois ruraux et de petits nobles acceptant la promiscuité avec les paysans et les « choses de la terre ».

Figure 3- Hypothèse de restitution de la façade sud du Bois de Pleumeleuc, en 1650 Dessin Véronique Bardel

Figure 3- Hypothèse de restitution de la façade sud du Bois de Pleumeleuc, en 1650 Dessin Véronique Bardel

Figure 4- Le Bois de Pleumeleuc, coupe longitudinale Dessin Véronique Bardel

Figure 4- Le Bois de Pleumeleuc, coupe longitudinale Dessin Véronique Bardel

16Pourtant, un autre exemple parfaitement conservé du milieu du xviiie siècle, nuance cette vision. Le Pâtis Colas, en Mordelles (Ille-et-Vilaine), reprend exactement la même disposition de logis, associé à des dépendances prestigieuses et sans doute d'avant-garde. Située dans un secteur de bonnes terres agricoles, à proximité du château de la Haichois, la ferme s'organise en deux cours successives.

17Un premier corps de dépendances, constitué d'une écurie et d'une étable, forme un porche qui longe le chemin communal. Il faut passer sous ce porche pour accéder à la première cour, sur laquelle sont situés les accès aux étables. La façade nord de l'habitation, perturbée par l'ajout récent d'une laiterie, s'offre alors au regard du visiteur. La porte de l'habitation est surélevée de trois marches et couronnée d'un œil de bœuf. À l'étage, deux fenêtres laissent croire à la présence de chambres, desservies par un escalier qu'indiquent deux œils-de-bœuf superposés. En réalité, ceux-ci ouvrent sur le cellier doublé d'un fenil, comme la large porte auprès du pignon est.

18La grange, disposée en retour d'équerre au sud-est du logis, ferme la deuxième cour en ménageant un passage couvert et fermé par deux grands vantaux de bois. Il faut emprunter ce porche pour découvrir la façade sud du logis, plus fidèle à sa disposition intérieure (Fig. 5). Au rez-de-chaussée, le cellier, la salle et une petite pièce de service ont chacun leur porte. La salle comprend de plus une fenêtre et un jour de cheminée, élargi au xxe siècle. L'étage présente trois fenêtres identiques, dont une seule donne dans une chambre. Le doute subsiste quant à la présence de greniers, car la gerbière s'ouvre discrètement dans le pignon est, à l'abri du porche.

19Sans la détailler, il faut noter la similitude de disposition de ce logis (Fig. 6) avec le Bois de Pleumeleuc. La place des cheminées a évolué avec le savoir-faire des maçons, et le cellier est agrandi pour permettre une production commercialisable de cidre. Les carrées doubles en chêne ont remplacé les claveaux de granit, mais elles présentent une qualité de finition qui ne se rencontre alors que dans les manoirs... Si la toiture à croupe et les moulures des entourages de baies appartiennent à la belle architecture de terre de l'époque, les façades comptent peu d'ouvertures à cause des vastes volumes de stockage. Le maître d'oeuvre a renforcé cette impression de « maison forte » en installant deux porches successifs, évoquant une basse et une haute cour. L'absence de douves et le contournement aisé des bâtiments excluent un rôle défensif.

20Un siècle après la construction du Bois de Pleumeleuc, la volonté d'imiter le manoir reste toujours aussi vive. La disposition des bâtiments a été peu modifiée depuis leur construction. Aucun des édifices visibles sur le cadastre napoléonien (Fig. 7) n'a disparu, excepté des logements modestes de l'autre coté du chemin et des annexes à l'ouest de la basse cour. Il s'agit d'une fontaine, d'un pressoir et sans doute de remises, soues à cochon et poulailler, fonctions actuellement assurées par des dépendances construites vers 1900. Il apparaît clairement que le logis n'a jamais abrité d'étable, et l'étude architecturale détaillée montre que l'étable/porche/écurie est contemporaine de la grange et de l'habitation.

Figure 5- Le Paris Colas, Mordelles, façade sud Cliché Alain Amet, Musée de Bretagne

Figure 5- Le Paris Colas, Mordelles, façade sud Cliché Alain Amet, Musée de Bretagne

Figure 6- Le paris Colas, coupe longitudinale du logis Dessin Véronique Bardel

Figure 6- Le paris Colas, coupe longitudinale du logis Dessin Véronique Bardel

Figure 7- Disposition des bâtiments d'après le cadastre de 1829 de Mordelles

Figure 7- Disposition des bâtiments d'après le cadastre de 1829 de Mordelles

Figure 8- Le Bas Canlou, Iffendic, coupe longitudinale Dessin Véronique Bardel

Figure 8- Le Bas Canlou, Iffendic, coupe longitudinale Dessin Véronique Bardel

21Alors que la ferme profite de vastes dépendances, exceptionnelles pour l'époque, les deux tiers du logis sont affectés au stockage. L'écurie, rare dans les fermes avant 1900, est ici vraisemblablement d'origine, comme le laisse penser le montage des stalles et du dallage. Elle n'a pas été collée au logis, ce qui faciliterait la surveillance des chevaux, alors que cela est systématique un siècle plus tard. Ici encore, les animaux n'ont pas leur place dans la maison, ni même dans la haute cour. Quel était alors l'usage de la petite pièce du rez-de-chaussée, à coté de la salle ? La seule transformation de la maison a été l'ajout d'une cheminée dans cette pièce au début du xxe siècle. Son conduit est greffé sur la cheminée de l'étage, qui est devenue du coup inutilisable. Pourtant, le propriétaire actuel, très âgé, a toujours vu des ouvriers agricoles dormir dans la chambre de l'étage. Pourquoi ne pas avoir construit un conduit indépendant, afin de préserver le confort des uns et des autres ? Sans doute, une chambre chauffée était réservée aux « patrons » ou à des parents âgés, ou convalescents, à l'occasion des naissances notamment... Les témoignages oraux indiquent souvent des chambres sans feu, destinées aux grands enfants des familles nombreuses, ou à un parent membre du clergé, qui ne pourrait pas dormir dans la salle commune.

22Au Patis Colas, il est certain que le déplacement de la cheminée au rez-de- chaussée témoigne plus de l'échange d'emplacement de deux chambres, que du simple déplacement de la chambre au rez-de-chaussée. Cet élément, qui peut paraître évident et d'un intérêt limité, est en fait déterminant pour l'étude des logis du pays de Rennes. L'éventail des retenues, courantes dans la ceinture rennaise, va de la simple chambre au logis indépendant, réservés par le propriétaire. Dans ce contexte, les plus riches paysans ont adopté, au cours des xviie et xviiie siècles, cette mode du logis partagé. Une vaste maison à étage carré permettait de marquer un rang social, autant que d'héberger récoltes et gens. La convivialité suscitée par le nombre d'individus réunis sur l'exploitation reste encore dans les mémoires des paysans les plus âgés comme l'apanage des « grandes fermes ». Les animaux demeurent à l'extérieur du logis, que les étables soient de simples « tects » en plesse et torchis, ou de grands bâtiments construits en dur. Il faut attendre la Révolution pour que le manoir ne soit plus un modèle architectural et que les contraintes matérielles président à l'organisation des bâtiments. La longère s'impose alors comme modèle fonctionnel et les étables sont accolées au logement des fermiers.

23Le type architectural que nous venons de décrire, s'il n'était évidemment pas le modèle de logis le plus représenté dans les campagnes rennaises, pose des questions cruciales au chercheur et ouvre de nouvelles pistes d'interprétation.

24Très souvent, des logis anciens ont été convertis en étable ou en cellier au cours des xixe et xxe siècles. Il faut désormais se garder de projeter l'utilisation récente d'une pièce dépourvue de cheminée, sur le plan initial. Dans bien des cas, la recherche de l'emplacement destiné aux animaux empêche d'identifier une chambre sans feu, un cellier ou un atelier, de tissage par exemple.

  • 13 Cette disposition se retrouve à l'Epine (Romillé), aux Tallus (Rennes) ou à la Frinière (Cesson-Sé (...)

25De nombreux manoirs bretons comprennent des pièces sans feu, au rez-de- chaussée ou à l'étage, qui suscitent rarement la curiosité de l'historien de l'art. Leur présence signale des projets mixtes où la noblesse fait des concessions aux exigences matérielles. Des détails architecturaux permettent cependant de distinguer ces maisons nobles des constructions paysannes évoquées plus haut La maison du Bas Canlou (Fig. 8), à Iffendic (Ille-et-Vilaine), a été vraisemblablement commandée par un cadet de la famille propriétaire du manoir voisin de Canlou. Elle comporte un logis (Fig. 9) abritant deux salles superposées, une laverie et un cellier dans la profondeur13, doublés par une petite chambre. Les latrines et la fenêtre au nord de la chambre sont des éléments typiques de l'habitat noble. Deux pièces sans feu et peu éclairées sont accolées à ce logis, si bien qu'une simple cloison en pan de bois et torchis sépare la chambre du grenier. Quel que soit l'usage de cette parde, une lucarne sculptée et une fausse souche de cheminée suggèrent un aménagement d'habitation. Au final, les éléments de confort, comme la laverie séparée de la salle, les latrines ou la salle de l'étage sont les seuls éléments de distinction entre deux types architecturaux très proches, mais de rangs distincts.

Figure 9- Le Bas Canlou, Iffendic, façade sud Cliché Artur / Lambart, Inventaire général
La porte au premier plan est une création contemporaine.

Figure 9- Le Bas Canlou, Iffendic, façade sud Cliché Artur / Lambart, Inventaire généralLa porte au premier plan est une création contemporaine.

26Sur les terres nobles, la transformation de l'ancien manoir en ferme s'accompagne souvent de la construction plus ou moins mitoyenne d'un nouveau logis. La conservation des chambres seigneuriales de l'étage et l'abandon systématique de l'ancienne salle basse aux paysans pose la question de l'usage de cette salle auparavant... Les maîtres d'oeuvre des belles maisons paysannes du xviie siècle auraient-ils imité la cohabitation entre seigneur et « métayer », encore pratiquée à l'époque chez la petite noblesse rurale, comme au Boberil ? A la Grande Touche, à Pacé (Ille-et-Vilaine), l'un des plus beaux manoirs à salle basse sous charpente du pays de Rennes, l'existence d'une pièce à feu peu soignée au rez-de- chaussée, en plus de la salle et de la cuisine, semble attester ce fonctionnement dés la fin du xive siècle.

  • 14 Rioult, Jean-Jacques, « Retenues et maisons de plaisances » dans : Rennes, mémoire et continuité d (...)

27Du point de vue de l'histoire sociale, le phénomène de cohabitation observé dans ces exemples doit être comparée à un autre système de logis partagé : la retenue14. La grande variété de formes encore conservées dans le pays de Rennes permet de dessiner autour de la Révolution une évolution radicale du logis partagé vers moins de promiscuité entre individus de condition différente

Anmerkungen

1 Bardel, Philippe et Maillard, Jean-Luc, Architecture de terre en Ille-et-Vilaine, Rennes, éditions Apogée- Écomusée du Pays de Rennes, 2002,160 p.

2 De plus, une grande majorité des logis du xixe siècle comprend des éléments antérieurs...

3 Le Tallec, Jean, « L'habitat rural du Centre-Bretagne », dans le présent ouvrage.

4 Elégoët, Louis, Les Juloded, grandeur et décadence d'une caste paysanne en Basse Bretagne, Presses universitaires de Rennes, « Collection Histoire », Rennes, 1996.

5 Le manoir de la Herrissaie, demeure aujourd'hui disparue de Noël Du Fail, se trouvait à une centaine de mètres du Bois de Pleumeleuc.

6 Rloult, Jean-Jacques, « La maison de l'Epine à Romillé », Actes du colloque de Montfort-sur-Meu, 1990

7 Après 350 ans, cette partie du gros œuvre est la seule dégradée : un vide d'une dizaine de centimètres s'est formé entre les deux parements, qui comprennent plus de carreaux que de boutisses.

8 Gandreuil, Pascale, « Le Boberil à L'Hermitage » dans : Le Manoir en Bretagne, Imprimerie nationale, Cahiers de l'inventaire, 1993, p. 238-239.

9 Le Couédic, Daniel et Trochet, Jean-René, L'architecture rurale française : Bretagne, Musée des arts et Traditions Populaires, monographies BR16 BR17 et BR18.

10 Noël Du Fail, Les Baliverneries ou Contes nouveaux d'Eutrupel, Publié à Lyon par Pierre de Tours, en 1549 ; mllin, Gaël, Les Baliverneries d'Eutrapel, édition critique, Thèse (lettres), Université Rennes II, 1969.

11 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 4E 895, vente des Tallus, 17 mars 1699.

12 La Ville Ogée, en Saint-Pern (Ille-et-Vilaine).

13 Cette disposition se retrouve à l'Epine (Romillé), aux Tallus (Rennes) ou à la Frinière (Cesson-Sévigné).

14 Rioult, Jean-Jacques, « Retenues et maisons de plaisances » dans : Rennes, mémoire et continuité d'une ville, Cahiers du Patrimoine, à paraître, p. 159-171

Abbildungsverzeichnis

Titel Figure 1- Le Bois de Pleumeleuc, façade sud Cliché Alain Amet, Musée de Bretagne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11706/img-1.png
Datei image/, 1,2M
Titel Figure 2- Manoir du Boberil, L'Hermitage, façade sud Cliché Artur Lambart, Inventaire général
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11706/img-2.png
Datei image/, 1,3M
Titel Figure 3- Hypothèse de restitution de la façade sud du Bois de Pleumeleuc, en 1650 Dessin Véronique Bardel
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11706/img-3.png
Datei image/, 360k
Titel Figure 4- Le Bois de Pleumeleuc, coupe longitudinale Dessin Véronique Bardel
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11706/img-4.png
Datei image/, 435k
Titel Figure 5- Le Paris Colas, Mordelles, façade sud Cliché Alain Amet, Musée de Bretagne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11706/img-5.png
Datei image/, 1,0M
Titel Figure 6- Le paris Colas, coupe longitudinale du logis Dessin Véronique Bardel
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11706/img-6.png
Datei image/, 342k
Titel Figure 7- Disposition des bâtiments d'après le cadastre de 1829 de Mordelles
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11706/img-7.png
Datei image/, 2,4M
Titel Figure 8- Le Bas Canlou, Iffendic, coupe longitudinale Dessin Véronique Bardel
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11706/img-8.png
Datei image/, 212k
Titel Figure 9- Le Bas Canlou, Iffendic, façade sud Cliché Artur / Lambart, Inventaire généralLa porte au premier plan est une création contemporaine.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11706/img-9.png
Datei image/, 2,4M

Autor

Chargé de mission à l'Écomusée du pays de Rennes

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540