Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Troisième partie. La construction des maisons

Les facteurs d'évolution de la maison rurale au centre du Québec, de 1760 à 1870

Paul-Louis Martin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1À l'origine de ce projet de recherche, on peut mentionner bon nombre d'insatisfactions et plusieurs intuitions qui tendaient toutes à remettre en question certaines idées reçues concernant les facteurs d'évolution des maisons dites « ordinaires », surtout en milieu rural, mais aussi en milieu urbain. Incidences climatiques, système technique, rapports de production, habitudes alimentaires, norme morale et code social, autant d'éléments qui interagissent selon les époques et les milieux pour produire et faire évoluer les formes de l'habitation domestique, celle que le géographe français Max Sorre désignait comme « un essentiel humain ».

2Entre 1991 et 1997, une petite équipe de recherche du Centre d'études québécoises de l'Université du Québec à Trois-Rivières (CEDEQ) a ainsi constitué une imposante banque de données portant sur les habitations domestiques du centre du Québec, de 1650 à 1950. Ce territoire d'étude, incluant aujourd'hui la Mauricie et les Bois-Francs, offre des caractéristiques communes à la plupart des autres régions de l'axe Saint- Laurent, en plus de présenter quelques traits bien distincts quant à la nature et aux périodes de peuplement et quant à sa perméabilité aux apports externes.

3La méthode d'analyse mise au point s'appuie d'abord sur la collecte et le dépouillement de près de 1 250 documents d'archives manuscrites, sur des témoignages écrits par les voyageurs et les observateurs, sur les œuvres d'art graphiques, sur un corpus de plus de 800 photographies anciennes et, enfin, sur une trentaine d'habitations de diverses époques.

Une architecture essentiellement dynamique

  • 1 Martin, Paul-Louis, « À la façon du temps présent », trois siècles d'architecture populaire au Qué (...)

4L'une des premières constatations que nous confirmons, car en soi le fait est connu des anthropologues et des historiens de l'architecture, c'est le caractère essentiellement évolutif de l'habitation commune. Par contre, ce que l'étude vient mettre en lumière, c'est la configuration détaillée de cette dynamique et aussi la pérennité du processus. Nous partageons un parcours semblable à celui des autres Européens, venus créer au Nouveau Monde des paysages humanisés et, à ce titre, nous avons dû poursuivre et à la fois renouveler, en l'adaptant, l'art de bâtir maison. Outre le portrait que l'on dresse des nécessités premières des défricheurs, des usages de la nature et des systèmes techniques disponibles, donnant naissance à la cabane, à l'abri primitif, on précise ensuite l'apparition dans le paysage d'une première « vraie » maison, de dimensions réduites, entre 40 et 45 mètres carrés1 mais plus solidement construite, à plus grande valeur ajoutée et susceptible soit d'améliorations ultérieures, soit d'être remplacée. Destinée à abriter une famille naissante, cette maison, dite plus tard « de colonisation », est généralement le fruit de l'autoconstruction, elle constitue une sorte d'archétype, une matrice des établissements domestiques en pays neuf, à laquelle s'apparentent aussi la petite maison des faubourgs urbains, l'habitation ouvrière des villages et, même, celle des pêcheurs des côtes maritimes. Que surviennent une certaine aisance et une conjoncture favorable, à quelque époque que ce soit, on s'empresse alors de quitter ce cadre de vie domestique plutôt rugueux et offrant peu de commodités pour « se loger en grand », pour accéder enfin au luxe de l'espace, de la lumière, du climat intérieur confortable et d'une plus grande privauté pour chacun des membres de la famille. À ce troisième stade du développement de leur exploitation, agricole, artisanale ou commerciale, les bâtisseurs procèdent soit par l'agrandissement du carré initial ou encore en construisant une maison nouvelle et de plus grande taille, récupérant souvent les matériaux de l'ancienne structure. Lorsqu'elle n'est pas ainsi réutilisée en partie par le charpentier ou le constructeur, la première maison est souvent recyclée en fournil, en cuisine d'été ou en remise, chaque pièce de bois ouvré, chaque élément à valeur ajoutée, en bois, en fer ou en verre, ayant bien entendu son prix estimable, et davantage encore avant l'ère industrielle. L'analyse a aussi permis de retracer les distinctions subtiles qui permettaient à chaque propriétaire d'afficher aux yeux des passants le statut social réel ou prétendu de la famille, parce que chaque élément d'architecture charriait son propre code symbolique.

  • 2 Dubé, Claude, dir., La Maison de colonisation, éléments d'architecture populaire québécoise, Québe (...)

5Autre fait culturel important : la quasi-permanence du mouvement d'ouverture de terres neuves, présent à chacun des trois siècles. En raison de cette longue continuité des fronts pionniers sur le territoire du Québec, on retrouve la maison type de colonisation non seulement dans les franges agro-forestières de la fin du xixe siècle, mais jusque dans les paysages agricoles les plus récemment produits, dans les années 1930 en Abitibi, dans l'arrière-pays de Lotbinière2 et du Bas-du-Fleuve. Reprise en substance et adaptée avec plus ou moins de bonheur par ce que nous avons appelé une « raison technicienne » plutôt désincarnée, la petite habitation primitive des temps anciens a ainsi perduré ça et là sur le territoire, prolongeant des genres de vie et des modes d'occupation depuis longtemps révolus dans les habitations des terroirs plus anciens et mieux pourvus.

La maison québécoise du début du xixe siècle

6Sous la loupe de l'histoire, elle apparaît comme le produit d'une combinaison de logiques, alimentaire, sociale et technique et elle s'inscrit dans la modernité émergente de l'Amérique du Nord.

7Au début des années 1800, l'expression courante « loger une bonne maison » signifie bâtir solide et bien, pour répondre avec achèvement aux besoins du présent et de l'avenir prévisible, pour ajouter en somme au capital foncier une valeur durable et transmissible à ceux qui vont suivre. La « bonne maison » participe alors du « beau bien » de tout agriculteur prospère ; elle en est même l'idéal, car elle exprime aux yeux de tous une vie réussie. En général, la grande maison rurale, de 77 mètres carrés et plus, surgit dans le paysage avec la maturité d'un terroir, c'est-à-dire une fois franchies les rudes étapes d'installation, de mise en valeur des terres et des autres ressources et à la suite d'une nécessaire accumulation de capital, souvent par plus d'une génération de propriétaires occupants. Parvenus à ce stade de la domestication, les bâtisseurs vont ainsi faire appel plus fréquemment qu'auparavant à des artisans professionnels, à des charpentiers, menuisiers et maçons, bref à des gens de métiers aptes à répondre concrètement et selon les règles de l'art à la qualité d'exécution que recherche le donneur d'ouvrage.

  • 3 Deffontaines, Pierre, L'Homme et l'hiver au Canada, Paris et Québec, Gallimard et Les Presses de l (...)

8La plupart des historiens de l'art, des autres auteurs et observateurs ont noté d'importants changements morphologiques apportés aux habitations communes, surtout dans la première moitié du xixe siècle. On peut les résumer comme suit : le rez- de-chaussée surélevé succède au plain-pied, les versants du toit se font moins pentus et s'incurvent en se prolongeant au-delà des murs gouttereaux, les ouvertures sont plus nombreuses et mieux ordonnées ; se multiplient aussi les cheminées, les lucarnes, la galerie de façade et divers ornements menuisés sans parler du cloisonnement de l'intérieur et de l'apparition de nouvelles commodités. Les interprétations de cette évolution n'offraient rien de satisfaisant parce que fondées sur une lecture superficielle des faits de culture, sur des observations externes et formelles non documentées, voire sur des a priori idéologiques étrangers à l'apprivoisement d'une réalité complexe. À titre d'exemple, le géographe français Pierre Deffontaines attribuait à la hauteur des neiges le relèvement du rez-de-chaussée des maisons et l'addition de la galerie3 laissant entendre que nos ancêtres auraient attendu deux cents ans avant d'adapter leurs habitations aux conditions hivernales. C'était là leur prêter bien peu d'intelligence et de sens commun, eux qui s'empressèrent d'adopter mitaines, raquettes, traînes sauvages et tout le reste, fenêtres doubles incluses, dès le xviie siècle. D'autant que la neige a une valeur isolante reconnue dans tous les milieux nordiques et qu'on ne se privait pas ici de « renchausser les solages » à chaque hiver.

9Il fallait donc, à notre avis, remiser tous ces présupposés et ces clichés qui perdurent dans l'historiographie québécoise et revoir une à une les diverses logiques sur lesquelles s'appuie la raison bâtisseuse.

Patates et architecture : de nouveaux rapports de production

10Depuis des siècles, la maison paysanne fait partie des outils de production. Son grenier, endroit sec et frais, sert de garde-grains, autrement dit de réserve alimentaire, Les colons français maintiennent cet usage dans leurs maisons de Nouvelle-France, voilà pourquoi on trouve sous le comble du blé, de l'orge, de l'avoine, du sarrasin ou leurs farines, de même que des pois, des pains de sucre d'érable et, souvent même, des fourrages en bottes, foins et pailles, qui freinent en outre la déperdition de chaleur. Un cabinet du rez-de-chaussée sert parfois de laiterie ou de dépense. La cuisine ou la salle est une pièce à multiples fonctions : on y mange, on y dort, on y vit, on y travaille aussi les fibres souples et textiles, le bois et le cuir. Sous la cuisine, une petite cave d'environ 2,50 mètres de côté sert à maintenir au frais les salages, viandes, herbes et poissons, dans des quarts et des tinettes de bois. On y accède par une trappe, ménagée dans le plancher et en empruntant une courte échelle ou un escalier raide. Ce sont là, avec quelques armoires emmuraillées et certaines pièces de mobilier, les principaux espaces d'entreposage des aliments et des denrées dans la plupart des maisons ordinaires d'avant 1800. La grande cave, de pleine grandeur et « à hauteur d'homme », est évidemment connue de tous, mais seuls des marchands ruraux ou urbains, de riches bourgeois et des institutions civiles et religieuses peuvent en justifier les coûts de construction et en doter leurs habitations. Or, voici que cette situation va tendre à changer au fur et à mesure de adoption d'un nouvel aliment, la patate.

  • 4 Rousseau, Jacques, dir. Voyage de Pehr Kalm au Canada en 1749, Montréal, Pierre Tisseyre, éd., 197 (...)
  • 5 Morineau, Michel, « La Pomme de terre au xviiie siècle », Paris, Annales ESC, 25e année, n° 6,1970 (...)

11Déjà largement diffusée en Hollande et en Angleterre au début du xviiie siècle, mais beaucoup moins en France où les paysans résistent encore a son adoption, la culture de la « belle américaine » ne se pratique pas davantage en Nouvelle-France. Le botaniste Pehr Kalm rapporte, en 1749, n'en avoir vu dans aucun jardin4 Les gens qu'il interroge lui disent n'apprécier aucune des deux patates, ni douces ni sucrées, et se moquent des Anglais qui les trouvent à leur goût. Comme en plusieurs régions de France à la même époque, les paysans en nourrissaient surtout les cochons et estimaient déchoir en la servant sur leur table5. C'est en suivant de près sa diffusion, incluant le paiement des dîmes au curé, en 1791, puis sa présence en grande quantité dans la cave d'habitations dites « neuves », après 1795, qu'on arrive à cerner la période cruciale d'introduction du précieux tubercule dans le régime alimentaire humain et, parallèlement, l'endroit le plus adéquat où on les entrepose, c'est-à-dire la grande cave. Lieu frais et humide, où on peut aisément contrôler la température car le gel rend les tubercules impropres à la consommation, la cave haute et de pleine grandeur devient ainsi un attribut de plus en plus fréquent des nouvelles habitations, voire de maisons existantes dont on relève les fondations. Une nouvelle norme s'impose donc peu à peu, qui rend la cave haute presque indispensable, même dans les petites maisons urbaines. Ainsi, à l'instar des autres paysans et ouvriers d'Europe, qui misaient de plus en plus sur la patate pour assurer leur subsistance, les Québécois du début du xixe siècle vont modifier à leur tour non seulement leur régime alimentaire, mais la forme de leurs habitations, dont le rez- de-chaussée s'élève hors du sol pour dégager l'accès à un espace d'entreposage des précieux aliments et aussi, probablement, des réserves de bois de chauffage. La pénétration de cette nouvelle logique fonctionnelle s'effectue dans une conjoncture économique généralement favorable et s'accompagne d'autres changements matériels comme la multiplication et l'amélioration des appareils et des dispositifs de chauffage, qui influent l'une et l'autre sur la superficie habitable des maisons, si bien qu'il est raisonnable de croire à une convergence de facteurs dont certains sont beaucoup moins tangibles. De fait, on ne peut pas exclure, non plus, la valeur symbolique et l'importance de la nouvelle image de soi que projette une habitation juchée sur une cave haute : depuis longtemps, rappelle Viollet-Le-Duc, elle est signe d'abondance de biens et de denrées, de relative aisance ainsi que de mainmise complète sur les ressources et le propriétaire d'une telle maison officie du haut de son perron comme le maître absolu des lieux.

« Et le comble sera assemblé à l'anglaise » : les emprunts d'ordre technique

  • 6 Arch. Nat. Du Québec à T.-R., Me Etienne Ranvoyzé, n° 479, 14 avril 1803.

12Jusqu'aux premières années du xixe siècle, la charpente du toit d'une habitation consistait en un assemblage plutôt complexe de lourdes pièces comprenant en simplifiant, un faite, un sous-faîte, des aiguilles et des arbalétriers-chevrons réunies par les croix de Saint-André. C'était, bien sûr, la façon habituelle de construire importée de l'ancienne patrie, d'ailleurs désignée comme « à la française » dans les documents. En 1803, les industriels David Monro et Matthew Bell, propriétaires des Forges du Saint- Maurice et entrepreneurs dans divers domaines, font construire un moulin à farine à Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup, aujourd'hui Louiseville et précisent au contrat l'obligation d'assembler le comble à l'anglaise6 Il s'agit là de la première occurrence connue à ce jour. Ce type de charpente est, en fait, un assemblage simplifié de chevrons en forme de A réunis par un seul entrait de base : ce sont les planches du pavé du toit qui assurent la rigidité nécessaire. Apparue autour de Philadelphie vers 1786, cette innovation technique se répand ici à un rythme étonnant, au point de supplanter définitivement le comble à la française « tel qu'usité anciennement ». On en a d'ailleurs relevé l'emploi à Montréal, dès 1812, puis à Neuville près de Québec, en 1820, si bien qu'on peut proposer une adoption quasi générale de la nouveauté, après 1840, par la plupart des bâtisseurs tout au long de l'axe Saint-Laurent ; la charpente à l'anglaise offrait évidemment plusieurs avantages : moins coûteuse en bois et en main-d'œuvre, plus légère aussi, elle venait diminuer probablement de moitié les coûts d'érection du comble des maisons, sans affecter leur habitabilité. L'esprit ménager des bâtisseurs a tôt fait de s'emparer de ce mode d'assemblage, qui devient vite dans leur langage « un comble ordinaire » accédant ainsi au rang de norme commune. Et ce n'est là qu'un exemple parmi tous les emprunts d'ordre technique qui viennent modifier les façons de construire au cours de la même période.

13Les bâtisseurs d'ici paraissent ainsi s'inscrire sans retard dans une large mouvance continentale, en bonne voie de renouveler de fond en comble l'architecture domestique, au point où il conviendrait de qualifier de pré-moderne la maison québécoise de cette époque et de récuser au plus tôt les images d'immobilité, de fixité et de pérennité des usages abusivement associées aux productions artisanales. Au fond, qu'est-ce qu'une tradition, si ce n'est une innovation qui aurait duré un peu plus longtemps qu'une autre ?

« Le toit sera fait à la façon chinoise »: l'influence du pittoresque sut les nouvelles représentations de soi

14Parmi les changements majeurs apportés aux maisons communes à partir des années 1830, tous les observateurs ont noté la présence d'un avant-toit, retroussé avec élégance, débordant au-delà des murs et venant recouvrir dans la plupart des cas une longue galerie de façade. Là encore, bien des auteurs ont tenté, sans preuves convaincantes, d'interpréter ce changement L'architecte Ramsay Traquair avait le premier, en 1926, avancé l'hypothèse de l'influence des cottages de style pittoresque, sans cependant pouvoir l'appuyer solidement. Les données statistiques accumulées par notre collecte et quelques documents très révélateurs viennent pourtant lui donner raison, l'avant-toit retroussé et débordant est bel et bien une mise au goût du jour, inspirée des villas pittoresques apparues dans le paysage mauricien autour des années 1825. L'adoption de cet élément s'est toutefois généralisée en raison d'un besoin concret et suivant un processus d'adaptation étroitement relié à l'esprit ménager et au bon sens commun des bâtisseurs. Il participe, en outre, d'un nouveau système de représentation que vont partager une grande partie des Nord-Américains.

  • 7 Arch, Nat. Du Québec à T.-R., Me J.E. Dumoulin, 23 mars 1832.

15En fait, en érigeant de plus en plus leurs maisons sur de hautes fondations pour répondre aux besoins que l'on sait, les bâtisseurs posent le problème des accès, escaliers et perrons qu'il faut bien situer hors d'oeuvre et venir couvrir d'une façon ou d'une autre pour les abriter des intempéries et des eaux ruisselant du toit La solution première d'une toiture autonome couvrant ce perron apparaît logique et, de fait, on l'observe encore ici et là. Toutefois, une seconde solution surgit aussi dans le paysage, celle du prolongement du versant du toit principal qui, une fois incurvé au moyen d'acoyaux superposés aux chevrons, vient couvrir une longue galerie courant sur toute la façade. D'où vient l'inspiration ? Des villas pittoresques que des bourgeois et des notables se font construire aux abords des villes et des villages. Un marché de construction de 1832 précise en effet, dessin original à l'appui, que le toit d'un cottage de style Regency « sera fait à la façon chinoise et en croupe »et que « l'avant-toit excédera suffisamment les murs pour couvrir la galerie ». On y précise aussi s'inspirer d'une villa déjà construite et appartenant à Pierre-Louis Panet, conseiller législatif résidant à Trois-Rivières7 La raison bâtisseuse s'empare alors, non pas de cette seule solution, mais d'un ensemble d'éléments qui vont dorénavant constituer un nouveau système de représentation. On fera courir la galerie sur une seule façade, parfois deux, et non pas tout autour (encore qu'il s'en trouvera sur certains presbytères), en la protégeant d'un avant-toit élégamment incurvé. On en profitera aussi pour orner cette galerie de menuiseries et de coquetteries qui en feront un attribut de distinction. Ce faisant, les bâtisseurs s'inscrivent, bien sûr, dans les courants esthétiques du moment, fortement teintés par les arts décoratifs orientaux (céramique, textiles), mais ils manifestent aussi leur volonté de partager la tendance romantique dominante, qui vise à renouveler les rapports entre l'architecture et la nature, entre l'intérieur et l'extérieur des habitations. La galerie en façade, la véranda et le kiosque d'angle acquièrent ainsi, un peu partout en Amérique au milieu du siècle dernier, une forte connotation d'ouverture sur l'espace, de contemplation des vastes paysages et... d'ouverture aux autres, autrement dit de petite sociabilité. Cette galerie en façade devient vite un espace intermédiaire entre la sphère privée — la maison — et l'espace public — la rue, le chemin, le trottoir. On s'y rassemble pour causer, se bercer le dimanche ou engager la conversation avec les passants ; les jeunes gens vont commencer à s'y fréquenter, surveillés du coin de l'oeil par les parents ; les vieux du village s'y installent au frais l'été ou y dérobent le premier soleil du printemps. Avant-toits retroussés et galeries se multiplient donc rapidement après 1840, même sur des maisons déjà construites, l'un et l'autre associés certes à la dernière mode, mais aussi à une certaine aisance et au temps qu'on peut enfin consacrer, selon le lieu, au plaisir de vivre, à la contemplation de ses champs ou aux relations sociales. Plusieurs témoignages d'époque confirment bel et bien le sens de ce nouveau code architectural, qui accède ainsi au rang de norme commune, entre autres ces propos concernant la vie dans les années 1860, recueillis par le sociologue Horace Miner :

  • 8 Miner, Horace, St. Denis, A French Canadian Parish, Chicago & London, Phoenix Books, 1967 (5e éd.) (...)

« Vivre à la manière ancienne, c'était habiter dans une maison coiffée d'un haut toit très pentu (straight steep roofs), aux fondations remblayées ei ayant des écorces de bouleau sous les bardeaux ; vivre a la moderne, c'était habiter dans une maison de type urbain, coiffée d'un toit incurvé ou français, ou en terrasse (curved roof, French roof, flat roof), dans laquelle le papier goudronné a remplacé les feuilles d'ecorce sous les bardeaux8 ».

  • 9 Chouinard, Ernest, Sur mer et sur terre, Épisodes de la vie canadienne, Québec, La Cie de publicat (...)

16Dernier témoignage tout aussi éclairant, celui du héros d'un roman de la terre qui s'est joint à la ruée vers l'or de la Californie, en 1848, et qui revient enfin au Québec avec son petit pécule. Il s'empresse alors de régler ses dettes, « d'exhausser sa maison où sa famille vivait comme à la gêne », de « l'entourer de vérandas » et d'en élargir les avenues et les dépendances. « Enfin, Pierre Chénard vivra-t-il heureux ? », poursuit l'auteur, évoquant ainsi la forme idéalisée du bonheur domestique de l'époque9.

17Qu'il s'agisse de la forme du toit, du mode de revêtement, du vestibule, de l'escalier d'apparat, des planchers à l'anglaise, etc., la plupart de ces emprunts, techniques ou stylistiques, sont adaptés, digérés et réinventés parfois en un système normatif nouveau, produit d'un bricolage culturel, inspiré et à la fois différent de ses multiples sources, en raison des contextes sociaux, des fonctions symboliques et du savoir-faire des bâtisseurs, Nous touchons probablement là aux ressorts profonds de l'architecture populaire.

L'intégration des normes du confort : le génie domestique

18Un peu partout en Occident et davantage encore dans les sociétés en voie d'industrialisation, le xixe siècle dans son ensemble permet au domaine de l'habitation commune d'effectuer des pas de géant. Le cadre limité de cet article ne permet pas de développer tous les aspects des univers domestiques affectés par l'accroissement du volume habitable, par la progression des notions de confort et de bien-être et par la disponibilité accrue d'appareils nouveaux ou de meubles spécialisés, qui concourent à introduire de nouveaux usages et une hiérarchisation nouvelle des espaces intérieurs.

19Retenons toutefois que l'amélioration du cadre de vie passe d'abord par celle du climat intérieur de l'habitation. Comment, en effet, chauffer adéquatement une maison qui devient de plus en plus grande ? En plus de multiplier les foyers ouverts et de tenter d'accroître leur efficacité, les bâtisseurs se tournent massivement vers un dispositif appelé « cadrage du poêle », qui consiste à aménager une ouverture dans la cloison adossée à l'appareil de chauffage afin d'étendre son rayonnement dans plus d'une pièce. Déjà signalée au début du xviiie siècle, cette solution est largement reprise dans la plupart des grandes maisons construites à partir du début des années 1800 et constitue un pas de plus vers la centralisation de la source de chaleur. Vont bientôt s'y ajouter les passages de tuyaux à travers les cloisons et les grilles de plafond, si bien que, autour des années 1840, les bâtisseurs sont à ce point parvenus à améliorer le climat de la plupart des pièces de la maison qu'apparaît nettement une extension verticale de l'occupation : on le constate par l'aménagement de chambres à l'étage et l'addition de lucarnes, le plus souvent sur le versant sud du toit - lumière et chaleur naturelles obligent - et par la construction d'un second escalier, central celui-là, menant à ce niveau Tous les problèmes ne sont pas réglés pour autant puisque, en l'absence de bon matériau isolant, ces chambres de l'étage, généralement occupées par les enfants, demeurent encore trop froides en plein hiver. Voilà pourquoi pendant une période transitoire - jusqu'au moment de l'emploi du bran de scie, vers 1873 — les occupants fermeront le haut des escaliers par un panneau et une partie de la maisonnée effectuera une migration saisonnière, regagnant les chambres du rez-de-chaussée pour partager à plusieurs, comme autrefois, les espaces les mieux chauffés. En plus de quelques relevés architecturaux révélateurs, plusieurs témoignages vécus corroborent un tel usage, dont celui de Louis Hémon, dans Maria Chapdelaine :

  • 10 Hémon, Louis, Maria Chapdelaine, récit du Canada français, Paris, Bernard Grasset, 1924, 254 p. Vo (...)

« Dans un coin, un escalier droit menait par une trappe au grenier, où les garçons couchaient pendant l'été ; l'hiver venu, ils descendaient leur lit en bas et dormaient à la chaleur du poêle avec les autres10 5.

20En fait, l'analyse attentive des sources permet de dégager un à un les différents facteurs qui se combinent et s'imbriquent pour donner naissance à un réaménagement des tâches domestiques et à l'intégration des nouvelles commodités, sources des nouveaux usages de l'espace.

De l'artisanat à l'industrie, du rural à l'urbain : l'inversion de civilisations

21Après 1860, les tendances à la standardisation des matériaux, qui se faisaient jour depuis un bon moment, se confirment définitivement avec l'emprunt à nos voisins américains d'un nouveau système d'assemblage des murs, l'ossature légère de bois ou « balloon frame ». Le procédé, qualifié à l'époque de révolutionnaire s'accompagne d'une diffusion de plus en plus large des catalogues de plans types d'habitations destinés à rendre plus accessible la propriété individuelle. Surgie dans les années 1830 autour de Chicago, principalement pour répondre à la rareté du bois d'œuvre dans les plaines du Midwest, la technique d'assemblage à claire-voie de madriers prédimensionnés (2 x 4, 2 x 6 po), en colombages de 8, 10, 12 ou 14 pieds, ne reste pas longtemps ignorée des constructeurs québécois, qui l'adoptent rapidement, à partir des années 1860. La raison bâtisseuse, toujours à l'affût des solutions les moins complexes et les plus économiques, a vite fait d'y trouver son profit, d'autant que cette façon de faire n'oblige pas de recourir à une main-d'œuvre aussi spécialisée qu'auparavant ; il en va de même des plans types d'habitations provenant des États-Unis et qui circulent autant par l'imprimé que par l'intermédiaire des migrants et des échanges multiples avec les États voisins. Les constructeurs professionnels sont-ils pour autant menacés de disparaître ? Non, car en raison de l'introduction progressive d'autres dispositifs nouveaux dans les maisons (appareils de chauffage central, eau courante, cabinets d'aisance, salles de toilette, ventilation), qui rendent les travaux plus complexes, ces artisans vont obligatoirement ajuster leur pratique et devenir davantage des entrepreneurs généraux. L'industrie locale de la construction est dès lors littéralement aspirée dans la mouvance continentale d'une activité de plus en plus intégrée, qui définit formes et matériaux, modes et procédés.

22Entre le dernier quart du xixe siècle et les années 1920, les paysages domestiques changent à ce point, en nature et en apparence, que des voix s'élèvent d'un peu partout, celles des intellectuels et des artistes dont les sensibilités sont plus aiguisées, pour s'opposer aux transformations radicales du mode de vie et du cadre architectural des habitations ordinaires. Bien que certaines élites francophones aient amorcé la construction d'une mémoire nationale depuis déjà un demi-siècle, la réaction à la transformation des paysages domestiques origine d'abord de l'École d'architecture de l'université McGill, où des professeurs comme Percy Nobbs et Ramsay Traquair, tous deux d'origine écossaise, tentent de remettre en valeur un art de bâtir fondé sur les conditions et les traditions locales. La dimension identitaire de leur démarche n'échappe pas aux écrivains, aux poètes, aux artistes et aux intellectuels nationalistes, tant anglophones que francophones, faut-il préciser, qui vivent malaisément ces changements. C'est donc sur ce fond de résistance à l'homogénéisation culturelle et au matérialisme américain envahissant que romans de la terre, poèmes, chroniques, dessins et tableaux tentent d'exprimer dramatiquement ou avec nostalgie « la fin des terroirs » et la mort des cultures paysannes. Parmi les représentations des mœurs et coutumes des ruraux, dont on vante la simplicité, la stabilité et l'authenticité, figure, bien sûr, la maison paysanne dite « traditionnelle », perçue comme le rempart des valeurs familiales et chrétiennes contre la progression de l'individualisme, proposée aussi comme l'expression profonde de l'âme du peuple, en somme comme le fondement granitique de la culture. L'effort conjugué des peintres et des illustrateurs, des mémorialistes et des écrivains, dont le moindre n'est pas Louis Hémon, contribue alors à ériger en mythe les origines de l'habitation québécoise et à obscurcir ainsi pour longtemps un large pan de notre histoire sociale.

De nouvelles perspectives de recherche

23Cette étude sur la maison québécoise ouvre finalement de nouvelles perspectives de recherche sur le changement culturel chez les anonymes de l'histoire, de même que sur les impacts des mutations sociales de grande envergure. L'entrée dans le xxe siècle, que certains auteurs ont décrite comme « une inversion de civilisations », a été durement ressentie dans beaucoup d'autres pays où des élites inquiètes se sont aussi repliées sur les valeurs terriennes et sur les régionalismes architecturaux. La démarche historique appelle dorénavant une analyse comparée avec d'autres sociétés occidentales, l'Allemagne, l'Angleterre, la Suisse et la France, entre autres, où la réaction à l'uniformisation architecturale a puisé à des sources semblables pour s'opposer au nivellement des cultures. C'est, enfin, toute la notion de tradition populaire qu'il convient de revoir : erronément perçue et présentée comme figée, immobile et cristallisée dans le temps, elle ne peut alors laisser place au métissage, aux emprunts et aux influences externes qui, hier comme aujourd'hui, prennent une part évidente à l'expression de soi et à la réinvention continue d'une culture.

La dynamique des établissements domestiques en pays neuf

La dynamique des établissements domestiques en pays neuf

A : la cabane ou la hutte
B : la maison du colon
C : la grande maison
D : la grande maison au goût du jour ou « à la façon du temps présent »

Notes

1 Martin, Paul-Louis, « À la façon du temps présent », trois siècles d'architecture populaire au Québec, Québec, Les Presses de l'Université Laval, « coll. Géographie historique », 1999, 378 p. Voir p. 58

2 Dubé, Claude, dir., La Maison de colonisation, éléments d'architecture populaire québécoise, Québec, Centre de rechercheen aménagement et développement, Université Laval, 1987,176 p. Voir p. 2.

3 Deffontaines, Pierre, L'Homme et l'hiver au Canada, Paris et Québec, Gallimard et Les Presses de l'Université Laval, « coll. Géographie humaine », 1957,293 p. Voir p. 50 et suivantes.

4 Rousseau, Jacques, dir. Voyage de Pehr Kalm au Canada en 1749, Montréal, Pierre Tisseyre, éd., 1977, 896 p. Voir f°. 707 et 781.

5 Morineau, Michel, « La Pomme de terre au xviiie siècle », Paris, Annales ESC, 25e année, n° 6,1970, p. 1767- 1785. Voir p. 1774.

6 Arch. Nat. Du Québec à T.-R., Me Etienne Ranvoyzé, n° 479, 14 avril 1803.

7 Arch, Nat. Du Québec à T.-R., Me J.E. Dumoulin, 23 mars 1832.

8 Miner, Horace, St. Denis, A French Canadian Parish, Chicago & London, Phoenix Books, 1967 (5e éd.), 299 p. Voir p. 286.

9 Chouinard, Ernest, Sur mer et sur terre, Épisodes de la vie canadienne, Québec, La Cie de publication Le Soleil ltée, 1919,250 p. Voir p. 245.

10 Hémon, Louis, Maria Chapdelaine, récit du Canada français, Paris, Bernard Grasset, 1924, 254 p. Voir p. 32.

Table des illustrations

Titre La dynamique des établissements domestiques en pays neuf
Légende A : la cabane ou la hutteB : la maison du colonC : la grande maisonD : la grande maison au goût du jour ou « à la façon du temps présent »
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11704/img-1.png
Fichier image/, 598k

Auteur

Professeur titulaire en histoire à l'Université du Québec à Trois-Rivières Membre du Centre d'études québécoises (CEDEQ) et chercheur au Centre interuniversitaire d'études québécoises (CIEQ)

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540