Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Troisième partie. La construction des maisons

Maisons de notables vignerons en Rivière-Basseaux XVIIIe et XIXe siècles

Francis Brumont

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Arch. dép. du Gers, 3 E 13569, F 268 (Pierre Ducos, dit Mouchet, brassier) et 177 (P. Ducos Mouche (...)
  • 2 Sur l'importance de la propriété paysanne dans cette région, Maurice Bordes, D'Étigny et l'adminis (...)
  • 3 Sur l'expansion du vignoble, Francis Brumont, Madiran et Saint-Mont..., op. cit., p. 93-117.
  • 4 Arch. dép. du Gers, 3E 13569 (1750) : l'échelle des superficies possédées par 16 paysans habitant (...)
  • 5 Francis Brumont, « Désenclavement et commerce du vin en Bas Armagnac au xviiie siècle », L'homme d (...)
  • 6 Francis BrumonT, Madiran et Saint-Mont..., op. cit., p. 141-176.

1Le souci de se distinguer est propre aux sociétés d'Ancien Régime et a sans doute perduré jusqu'à nos jours ; le monde rural n'échappe pas à cette pratique et les notaires ne se privent pas d'affubler de titres plus ou moins pompeux les notables et les autres. L'inflation des titres est d'ailleurs perceptible au fur et à mesure que l'on s'approche de la Révolution : les Sieurs, par exemple, rares au xvie siècle, se sont multipliés par la grâce des scribes tout autant ou plus que par leur enrichissement et ils abondent (relativement) au Siècle des Lumières. Mais tel brassier se fera appeler vigneron pour peu qu'il bêche quelques rangées de vignes1 ; entre les deux se trouvent les laboureurs, terme peu usité dans nos régions et auquel on préfère l'expression travaillant en son bien : ce sont nos propriétaires-exploitants, puisque aussi bien dans ces régions où la propriété paysanne domine, le notable paysan est avant tout un propriétaire2. Qu'il accumule encore un peu plus de biens au soleil, et le voilà bourgeois, terme réservé à ceux qui font valoir leurs biens par le biais du métayage et qui sont bien souvent aussi un peu marchands. Au cours du xviiie siècle, l'expansion du vignoble entraîne quelques changements dans cette terminologie avec la diffusion « vers le haut » du terme de vigneron3. Il ne s'applique plus seulement alors aux brassiers, aux tout petits propriétaires, mais aussi à des laboureurs ayant suffisamment de quoi vivre sur leurs terres, une dizaine ou une douzaine d'hectares4. Cette nouvelle dignité du vigneron et l'expansion du commerce du vin, facilitée par la politique de désenclavement menée par les intendants, à la demande pressante des notables locaux, se marque dans le paysage par l'apparition de demeures imposantes, édifiées par les plus riches de ces vignerons, qui sont en même temps marchands de vin5. Il en subsiste de nombreux exemples dans toute cette petite région, soit dans les villages des coteaux où la vigne est la plus étendue, soit dans ceux de la vallée où, grâce à la facilité des communications par l'axe de l'Adour, vivent de nombreux négociants. C'est, en effet, le long de ce fleuve que se situent les principaux débouchés de leurs vins : en direction des Pyrénées, dans la haute vallée de l'Adour (Bagnères-de-Bigorre) et dans celle du gave de Pau (Lourdes) et, à son embouchure, à Bayonne, d'où les crus sont expédiés principalement vers l'Europe du nord et, à partir de 1 720 environ, vers les Iles6 Nous présenterons en premier lieu les demeures de quelques-uns de ces marchands-vignerons avant d'étudier l'influence de la maison pyrénéenne sur celle des paysans les plus aisés, influence véhiculée par la fréquentation assidue de la zone des montagnes par les producteurs de vin.

Figure 1- Carte de situation

Figure 1- Carte de situation

la riviere-basse au xviiie siecle

Vignerons et marchands vignerons

  • 7 Francis Brumont, Disenclavement..., art. cit
  • 8 Francis Brumont, Madiran et Saint-Mont..., op. cit., p. 165-169.
  • 9 Figure 2. (Voir les légendes détaillées des figures en Annexe).

2Vers 1760, lorsqu'il s'est agi de définir le tracé de la route entre Maubourguet et Aire-sur-l'Adour, qui permettait de relier les deux grands axes qui unissaient Toulouse à Bayonne (voie des Pyrénées, par Tarbes et voie de la Gascogne par Auch et Mont-de-Marsan), deux itinéraires se sont affrontés : le premier, qui avait pour lui le bon sens, consistait à suivre la vallée de l'Adour sur sa rive droite et de rejoindre, peu après Plaisance, la route d'Aire aux Pyrénées, tracé entièrement en plaine et ne présentant aucune difficulté. Au contraire, le second, la route des coteaux, rejoignait la route d'Aire à Pau, non loin de Viella, en passant par Madiran, un tracé sur des collines escarpées, au sol argileux peu propice à bâtir des chaussées durables7. Or, c'est ce dernier tracé qui fut retenu et exécuté, la seconde voie ne l'étant, grâce à l'effort des communautés de Ladevéze et de Plaisance notamment, que quelques années plus tard. Chacun de ces trajets obéissait à deux logiques économiques, sinon totalement différentes, du moins divergentes : le tracé de la plaine privilégiait les relations avec les Pyrénées (on arguait même de la facilité à aller prendre les eaux à Bagnères ou à Barèges), le second, tout en ne négligeant pas cette direction, tendait plutôt à faciliter le commerce avec Bayonne où les notables du Vic-Bilh vendaient leurs vins blancs liquoreux et où ceux de Madiran commençaient à expédier leurs vins rouges destinés aux Iles. Les premiers étaient surtout des nobles (marquis d'Angosse, marquis de Viella, etc.), mais les seconds pouvaient être aussi des marchands vignerons comme le sieur Fauron, de Madiran, qui est le premier dont le nom soit parvenu jusqu'à nous8. Sa demeure, qui est aujourd'hui encore connue sous le nom de maison Fauron, est toujours aux mains d'un vigneron9 (Figure 2. La maison Fauron à Madiran).

  • 10 Figure 3.

3La région de Ladevèze-Saint-Aunix, au sud de Plaisance, était également fortement impliquée dans la viticulture, la production, du vin rouge, étant destiné aux Pyrénées, même si quelques-uns, nous le verrons, pratiquaient aussi l'expédition vers les Des. À Ladevèze, la maison Payssé est une des plus anciennes qui soit parvenu jusqu'à nous, dans son état primitif ; elle date sans doute des environs de 172010 (Figure 3. La maison Payssé, à Ladevéze).

  • 11 Figure 4.

4A Saint-Aunix, la maison Vacquier a sans doute été édifiée par Me Dominique Vacquier, chirurgien, au milieu du xviiie siècle, comme en témoignent les ouvertures de sa façade arrière, caractéristiques de cette époque11 (Figure 4. La maison Vacquier à Saint-Aunix, partie arrière).

  • 12 Arch. dép. du Gers, C 215 ; cadastre de Saint-Aunix (1752).
  • 13 Figure 5.
  • 14 Figure 6 ; j'ai utilisé ailleurs les livres de comptes des Laborde qui couvrent la deuxième moitié (...)

5Il n'était pas seulement barbier, mais possédait surtout un domaine de 18 ha environ, le plus étendu de cette petite communauté après le seigneur (qui n'en avait que 25)12. La façade avant de la maison fut remaniée au milieu du xixe siècle, la porte d'entrée recevant une élégante colonnade13, modèle que l'on retrouve dans les maisons de deux marchands de vin, celle des Laborde de Préchac14 et de Noguès, à Jû. Si l'on s'en tient aux dates fournies par les registres du bâti des communes concernées, la maison Laborde achevée en 1852 serait la plus ancienne, la maison Nogués ayant été commencée en 1854 et la maison Vacquier terminée en 1859. Il est possible aussi qu'elles aient eu un modèle commun, à rechercher peut-être du côté de Bordeaux (Figure 5. La colonnade de la maison Vacquier à Saint-Aunix ; Figure 6. La maison Laborde, à Préchac sur Adour).

  • 15 Figure 7.

6À Ladevèze, la maison Langlade présente aussi une façade intéressante15 ; le recherche de la distinction est ici manifeste : c'est un petit château qu'ont voulu édifier les propriétaires qui avaient devant eux un modèle évident : le château d'Espagnet, situé à un kilomètre tout au plus en contrebas de leur résidence (Figure 7. La maison Langlade à Ladevèze).

L'influence pyrénéenne

  • 16 Arch. dép. du Gers, E 2530 : cadastre de Ladevèze (1670) ; il existait un cadastre plus récent (17 (...)
  • 17 Francis Brumont, Madiran et Saint-Mont..., op. cit., p. 83.

7Me Tursan d'Espagnet, juge royal de Rivière-Basse au siège de Castelnau, descendait sans aucun doute de l'abbé Jean Tursan et de maître Jean Tursan, bourgeois, qui possédaient ensemble 120 ha de terres en 167016. C'était un notable vigneron, ce dont témoignent les nombreux procès qu'il soutint contre la communauté de Ladevèze au sujet du ban des vendanges : soucieux de qualité, il voulait rétablir celui-ci, afin de retarder la date de la cueillette des raisins pour l'effectuer à pleine maturité17. Il est probable qu'il visait ainsi le marché bayonnais, plus exigeant en matière de qualité, mais la majorité de ses clients se trouvaient dans les Pyrénées, ainsi qu'en témoignent de nombreux détails de son château, édifié au milieu du xviiie siècle : décor en marbre dans le hall d'entrée, seuil en pierre des Pyrénées, un schiste gris foncé (Figure 8. La château d'Espagnet : façade principale).

8Ce dernier élément se retrouve aussi dans la maison Langlade, mais il est beaucoup plus courant que ce schiste soit utilisé pour les encadrements de portes et de fenêtres, ce qui en fait un signe distinctif très reconnaissable. C'est à Plaisance, centre très actif du commerce avec les Pyrénées, que les demeures ainsi décorées sont les plus nombreuses : Alain Lagors en a recensé 15 et a pu identifier leurs propriétaires et la date approximative de leur construction. Très peu sont antérieures à l'aménagement de la route de la vallée dont nous avons parlé plus haut, vers 1777-1780. Une seule l'est sûrement : elle appartint à une riche famille d'avocats et de tanneurs, qui connaîtront une carrière brillante sous la Révolution, les Saint-Pierre Lesperret ; il n'est peut-être pas inutile de mentionner qu'ils furent alliés à une famille d'Arreau, dans la vallée d'Aure. La construction de cette demeure est sans doute à peu près contemporaine de celle du château d'Espagnet. À la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle ces éléments de décor, encadrement des ouvertures et seuil en pierre des Pyrénées, caractérisent à Plaisance et dans son canton les maisons des notables : avocats, médecins, marchands ou riches paysans.

  • 18 Figure 9.

9On retrouve cette influence dans les villages produisant du vin comme à Castelnau ou à Madiran où toutes ces maisons, à l'exception d'une seule, se trouvent le long de la route des coteaux, appelée encore localement le chemin neuf. Les plus anciennes, comme celle qui sert actuellement de mairie, mais fut une maison particulière, se caractérisent par la couleur gris foncé de la pierre ; les plus récentes, comme la maison Nabonne ont des encadrements plus clairs et les pierres sont mieux taillées18 (Figure 9. La maison Nabonne à Madiran).

  • 19 Figure 10.

10Au milieu du xixe siècle et sous le Second Empire, il semble que cet élément de décor se « démocratise ». À Plaisance, l'actuelle rue Sainte-Quitterie pourrait être transportée telle quelle dans un village montagnard car, non seulement les encadrements des huisseries et les seuils de presque toutes les maisons sont en schiste, mais également les trottoirs. On trouve ces maisons « pyrénéennes », quoique en petit nombre (deux ou trois souvent), dans les villages de la région ou dans quelques centres de commerce comme à Riscle. C'est le cas de la maison Laulhérat à Viella, datée de 1864, où le propriétaire a fait marquer son nom sur le linteau19 (Figure 10. La maison Laulhérat à Viella).

  • 20 Figure 11.

11À Madiran, au centre de celui-ci se trouve une pierre décorée (éléments floraux, croix basque) dont on retrouverait de nombreux exemples à Bagnères ou à Argelès20 (Figure 11. Élément décoratif de linteau, Madiran).

12Signalons enfin quelques éléments de mobilier dans cette même pierre : éviers, vasques, vases ou même auges servant d'abreuvoirs pour le bétail. À la fin du Second Empire, c'est un signe de promotion sociale et de distinction pour les artisans ; à Plaisance, parmi les modestes maisons toutes semblables d'une rue lotie par une riche veuve, l'une d'entre elles se distingue par ses encadrements en pierre pyrénéenne. Comme cela coûte encore cher, certains font une utilisation parcimonieuse du schiste : un linteau sculpté apparaît dans une maison des faubourgs de Plaisance datée de 1865 et à Maumusson, dans la maison dite « le couvent » (une ancienne école de filles) seuls les encadrements de la façade sont en schiste, ceux de l'arrière étant en pierre du pays. Vers 1880, c'est la fin d'un cycle qui aura duré une centaine d'années ; la mode change : les encadrements en brique font leur apparition et se répandent partout, même dans les constructions modestes (et jusqu'aux étables et porcheries) qu'ils permettent de dater aisément ; c'est que la brique est beaucoup moins onéreuse et fabriquée sur place (dans les tuileries de Riscle et de Nogaro).

*

13On l'aura compris : le travail que nous présentons ici n'est qu'une modeste esquisse d'une recherche en cours. Recherche qui est née d'une interrogation concernant l'extraordinaire qualité du bâti rural dans la moyenne vallée de l'Adour et les collines adjacentes, que la richesse due à la vigne et à la prospérité de la région sous le Second Émpire ne suffit pas à expliquer. Il est probable que cette richesse a trouvé son origine dans les activités du commerce et du transport, traditionnelles dans la vallée, mais que l'amélioration des routes, puis l'arrivée du chemin de fer (voie Mont-de-Marsan-Tarbes, 1859) ont développé à un niveau que la modestie de ces villages (quelques centaines d'habitants pour la plupart) ne permet pas d'imaginer aujourd'hui.

14Le travail à accomplir est donc considérable : il faut, en premier lieu, faire le recensement de ces demeures, en particulier des celles où apparaît le décor pyrénéen, afin d'en réaliser une cartographie ; ensuite identifier les propriétaires et si possible les dates de construction (ou de remaniement) ce qui est aisé à partir du cadastre, plus difficile au xviiie siècle. On aura alors peut-être une vision plus claire de la zone concernée par cet habitat et sur les raisons de la prospérité qui en est la cause.

Figure 2- La maison Fauron à Madiran

Figure 2- La maison Fauron à Madiran

15La maison Fauron, à Madiran, date des années 1760 environ ; il s'agit d'une maison bâtie sur un plan classique dans la région, avec couloir central ouvrant sur les pièces d'apparat sur le devant (sud-est) de la maison. A gauche, le chai, séparé du corps principal, dont on devine la vaste porte d'entrée en plein cintre. Le tout donne sur une vaste cour fermée, propre à la manutention des futailles.

Figure 3- la maison Payssé à Ladevèze

Figure 3- la maison Payssé à Ladevèze

16La maison Payssé à Ladevèze (aujourd'hui Ladevèze-Ville) date de 1720 environ. Plan identique à la précédente, porte de style régence. Le chai était ici accolé à la maison, à droite de la photo (non visible) ; plus tard, un nouveau chai, plus vaste, fut édifié derrière la maison, sans doute pour faire face à l'accroissement de la production patent au xviiie siècle.

Figure 4- La maison Vacquier à Saint-Aunix (partie arrière)

Figure 4- La maison Vacquier à Saint-Aunix (partie arrière)

Figure 5- La colonnade de la maison Vacquier à Saint-Aunix

Figure 5- La colonnade de la maison Vacquier à Saint-Aunix

17Partie arrière de la maison Vacquier, d'une sobriété exemplaire, sans autre décoration que les encadrements des ouvertures.

18Porte à colonnes de la maison Vacquier, édifiée vers 1855, surmontée d'un balcon, sans doute jamais terminé ; reprise des colonnes à l'étage supérieur.

Figure 6- La maison Laborde, à Préchac sur Adour

Figure 6- La maison Laborde, à Préchac sur Adour

19La maison Laborde construite par ce marchand de vin en 1852 ; avant-corps monumental, encadrements en pierre du pays ; un vaste chai se trouve situé sur la partie arrière de la maison dont il occupe la moitié de la profondeur.

Figure 7- La maison Langlade à Ladevèze

Figure 7- La maison Langlade à Ladevèze

20La maison Langlade a été visiblement construite sur le modèle du château d'Espagnet ; seuil très décoratif avec alternance de pierre des Pyrénées claires et foncées.

Figure 8- La château d'Espagnet : façade principale

Figure 8- La château d'Espagnet : façade principale

21Le château d'Espagnet (à Ladevèze) a été édifié vers 1760 par Mr Tursan d'Espagnet. Nombreux éléments de décoration en pierre des Pyrénées : seuil, escalier et à l'intérieur, marbres.

Figure 9- La maison Nabonne à Madiran

Figure 9- La maison Nabonne à Madiran

22La maison Nabonne à Madiran, située le long de la « route des coteaux » ; encadrement des ouvertures en schiste assez clair, décor sculpté sure le linteau, porte du chai au premier plan. Depuis la milieu du xixe siècle, la famille Nabonne joua un rôle primordial dans le développement des vins de madiran. Au-dessus de la porte, on devine une plaque commémorative en l'honneur de Bernard Nabonne, maire de Madiran, qui oeuvra en faveur de l'obtention de l'AOC madiran en 1948.

Figure 10- La maison Laulhérat à Viella

Figure 10- La maison Laulhérat à Viella

23Maison d'un notable vigneron, datée de 1864 au linteau ; encadrement en ardoise claire, comme les escaliers qui précèdent l'entrée et les deux lions décoratifs qui l'encadrent.

Figure 11- Élément décoratif de linteau (Madiran)

Figure 11- Élément décoratif de linteau (Madiran)

24Une des sculptures ornant les linteaux des maisons « pyrénéennes » de Madiran.

Notes

1 Arch. dép. du Gers, 3 E 13569, F 268 (Pierre Ducos, dit Mouchet, brassier) et 177 (P. Ducos Mouchet, vigneron) (Viella, 20 août et 6 juin 1750). Pour la localisation des noms de lieu, voir la figure 1.

2 Sur l'importance de la propriété paysanne dans cette région, Maurice Bordes, D'Étigny et l'administration de l'intendance d'Auch (1751-1767), Auch, Cocharaux, 1957, p. 35-43 ; Georges Fréche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées au Siècle des Lumières (vers 1670-1789), Paris, Cujas, 1974, p. 189-193 : « la propriété paysanne atteint son maximum d'extension en Gascogne orientale » (sic pour occidentale), p. 189. Pour la région étudiée ici, Francis Brumont, Madiran et Saint-Mont. Histoire et devenir des vignobles, Biarritz, Atlantica, 1999, p. 31-54.

3 Sur l'expansion du vignoble, Francis Brumont, Madiran et Saint-Mont..., op. cit., p. 93-117.

4 Arch. dép. du Gers, 3E 13569 (1750) : l'échelle des superficies possédées par 16 paysans habitant Viella et qualifiés de vignerons s'étend entre 3 et 11 ha (superficie possédée en 1732, d'après Arch. dép. du Gers, E Supp. 75).

5 Francis Brumont, « Désenclavement et commerce du vin en Bas Armagnac au xviiie siècle », L'homme du Midi-Sociabilités méridionales. Editions du CTHS, Paris, 2003, p. 99-109.

6 Francis BrumonT, Madiran et Saint-Mont..., op. cit., p. 141-176.

7 Francis Brumont, Disenclavement..., art. cit

8 Francis Brumont, Madiran et Saint-Mont..., op. cit., p. 165-169.

9 Figure 2. (Voir les légendes détaillées des figures en Annexe).

10 Figure 3.

11 Figure 4.

12 Arch. dép. du Gers, C 215 ; cadastre de Saint-Aunix (1752).

13 Figure 5.

14 Figure 6 ; j'ai utilisé ailleurs les livres de comptes des Laborde qui couvrent la deuxième moitié du xixe siècle («Géographie du commerce des vins du moyen-Adour au xixe siècle», Bulletin de la Société Archéologique du Gers, 1997, p. 411-435 -, Madiran et Saint-Mont.... op. cit., p. 236-247).

15 Figure 7.

16 Arch. dép. du Gers, E 2530 : cadastre de Ladevèze (1670) ; il existait un cadastre plus récent (1741), mais il n'a pas été retrouvé.

17 Francis Brumont, Madiran et Saint-Mont..., op. cit., p. 83.

18 Figure 9.

19 Figure 10.

20 Figure 11.

Table des illustrations

Titre Figure 1- Carte de situation
Légende la riviere-basse au xviiie siecle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11703/img-1.png
Fichier image/png, 550k
Titre Figure 2- La maison Fauron à Madiran
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11703/img-2.png
Fichier image/png, 701k
Titre Figure 3- la maison Payssé à Ladevèze
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11703/img-3.png
Fichier image/png, 869k
Titre Figure 4- La maison Vacquier à Saint-Aunix (partie arrière)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11703/img-4.png
Fichier image/png, 843k
Titre Figure 5- La colonnade de la maison Vacquier à Saint-Aunix
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11703/img-5.png
Fichier image/png, 643k
Titre Figure 6- La maison Laborde, à Préchac sur Adour
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11703/img-6.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 7- La maison Langlade à Ladevèze
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11703/img-7.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 8- La château d'Espagnet : façade principale
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11703/img-8.png
Fichier image/png, 692k
Titre Figure 9- La maison Nabonne à Madiran
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11703/img-9.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 10- La maison Laulhérat à Viella
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11703/img-10.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 11- Élément décoratif de linteau (Madiran)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11703/img-11.png
Fichier image/png, 426k

Auteur

Professeur d'histoire moderne, Framespa-université de Toulouse-Le Mirail

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540