Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les funérailles princières en Europe

 | 
Mark Hengerer
, 
Juliusz A. Chrościcki
, 
Gérard Sabatier

Troisième partie. Les funérailles des souverains étrangers : stratégies mémorielles

Une stratégie d’impérialisme dynastique : les pompes funèbres des souverains étrangers à Notre-Dame de Paris, xvie-xviiie siècle1

Jean-Marie Le Gall

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un Allemand qui séjourna deux fois à Paris à la fin du règne de Louis XIV écrit dans un récit de son voyage, qui est aussi un guide pour les étrangers venus dans la capitale : « La cour prend souvent le deuil de puissances étrangères mortes. » Il conseille donc aux visiteurs d’avoir toujours dans leurs bagages un habit de deuil car, lorsque Versailles le prend, toutes les personnes de condition se vêtent de noir2. Ce voyageur n’exagère pas. Ainsi en 1729, le 6 février, le roi quitte le deuil qu’il avait pris pour la reine de Sardaigne et le reprend le 8 du même mois pendant une semaine pour la mort de la princesse Nathalie, sœur du tsar3. Si l’on ajoute le deuil pris lors de la disparition des membres de la famille royale, l’espace aulique prend une tonalité funèbre qui nuance la représentation d’un lieu animé en permanence par des fêtes et des bals où s’étale la culture des apparences vestimentaires.

Le cérémonial français tel que l’a décrit Théodore Godefroy en 1649 ménage une plac...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540