Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les funérailles princières en Europe

 | 
Mark Hengerer
, 
Juliusz A. Chrościcki
, 
Gérard Sabatier

Troisième partie. Les funérailles des souverains étrangers : stratégies mémorielles

Les monarchies comme famille : les pompes funèbres des souverains étrangers à Vienne, xviie-xixe siècle1

Mark Hengerer

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Chateaubriand, dans ses Mémoires d’outre-tombe, donne un récit de la réaction de quelques princes européens face à l’exécution du duc d’Enghien, fils de France et adversaire de Napoléon ; en Russie, au moyen d’un catafalque, on aurait attribué publiquement cette mort à l’empereur d’origine corse :

« À Saint-Pétersbourg, un service funèbre avait été célébré pour le jeune Condé. Sur le cénotaphe on lisait : “Au duc d’Enghien quem devoravit bellua corsica.” Les deux puissants adversaires se réconcilièrent en apparence dans la suite ; mais la blessure mutuelle que la politique avait faite, et que l’insulte élargit, leur resta au cœur : Napoléon ne se crut vengé que quand il vint coucher à Moscou ; Alexandre ne fut satisfait que quand il entra dans Paris2. »

Fiction ou réalité, cette remarque explique pourquoi le présent volume réunit les termes « funérailles princières » et « Europe ». Les funérailles princières, en tant qu’événements médiatisés, font partie des stratégies de préservation...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540