Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Troisième partie. La construction des maisons

L'habitat rural en Lauragais XVe-XVe siècles

Marie-Claude Marandé

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Depuis l'Antiquité, le Lauragais (partie sud-est du Toulousain) connaît habitat groupé et habitat intercalaire. À la fin du Moyen Âge, ce dernier est constitué par les bâtiments liés aux activités artisanales (fours de tuiliers ou de potiers, forges, moulins drapiers), de transformation des produits agricoles (moulins fariniers), par quelques maisons isolées, situées parfois près des murailles mais aussi en rase campagne, et, surtout, par des exploitations au parcellaire regroupé, d'au minimum une douzaine d'hectares. C'est à ces dernières que je me suis intéressée, étant donné que ce sont les seules maisons rurales que les textes permettent d'approcher. Je n'ai pas de renseignements sur l'habitat aristocratique.

  • 1 Arch. municipales de Castelnaudary, 4 E 076/ CC 24 à CC 33. Les plans correspondants, malheureusem (...)

2Mon intention première étant d'étudier la maison rurale au Moyen Âge, j'ai utilisé d'abord les registres notariés des xive-xve siècles (ventes, inventaires après décès, baux de fermage, de métayage, emphytéoses) et les registres d'estimes du xve siècle. Devant la faiblesse des renseignements obtenus, j'ai étendu mes dépouillements à quelques estimes du xvie siècle. J'ai aussi utilisé un compoix de Castelnaudary terminé en 17001

Les bâtiments : leur nombre, leur affectation

  • 2 Marandet, Marie-Claude, « L'habitat isolé dans le diocèse de Saint-Papoul à la fin du Moyen Âge », (...)
  • 3 Le domaine rural (bâtiments et terres) est appelé dans les actes notariés campmasius, boaria ; dan (...)
  • 4 Marandet, Marie-Claude, « L'équipement de la cuisine dans le Midi toulousain d'après les testament (...)
  • 5 Arch. dép. de l'Aude, CC 15 f° 56 v°.
  • 6 Arch. dép. de l'Aude, CC 15 f° 252 r°.

3J'ai montré dans un article antérieur2, la permanence de cet habitat rural sur un même site, ce qui ne permet pas les fouilles archéologiques, il est donc nécessaire de faire appel aux documents pour avoir une idée du bâti. Les sources médiévales ne sont malheureusement pas très riches sur ce point, en particulier les registres notariés3. Je n'ai pas de prix-faits de fermes, les actes de vente ou les baux ne décrivent pas les exploitations, ils se contentent d'indiquer parfois qu'elles comportent plusieurs bâtiments : boria cum bastimentiis, hospiciis. Un four, un moulin sont parfois signalés. Les inventaires après décès ne disent pas grand-chose quant au nombre et au plan des bâtiments et à l'organisation des espaces non bâtis. Rares sont ceux qui mentionnent la présence d'une aula, d'une caméra, d'un chai4. Les registres d'estimes du xve siècle n'apportent, eux aussi, que peu de renseignements, tout au moins à Castelnaudary, les estimateurs se contentent de noter « un campmas à tel endroit, de telle superficie ». Il faut attendre le xvie siècle pour obtenir quelques précisions : plusieurs bâtiments apparaissent dans quelques fermes du registre de 1553 : P. Albouy le vieux détient « une borie en solier ensemble deux bordes en peseing » à la Pousacque5 ; Jean Dreuilhe, « une borie en solier et une borde en pezeng » à Font Lauzo6.

4Certaines fermes, divisées entre plusieurs héritiers, donnent, courant xvie siècle, des hameaux (mazatges) chaque héritier construisant sa maison. C'est le cas des campmas des Loubats, des Cros, des Rogie à Castelnaudary. Pour celui des Loubats, en 1553, onze contribuables y sont domiciliés et détiennent, en tout ou partie, six maisons dont cinq en solier, une petite borde, une borde en peseing, un moulin pastelier, trois autres n'ont que des terres. Les propriétaires de ces fermes possèdent une part de ce que le document appelle un comunal, il s'agit souvent de broussailles proches d'un ruisseau ; dans le cas des Loubats, c'est une petite parcelle, d'au maximum 80 ares et qui semble proche des bâtiments, servant probablement de cour, d'aire à dépiquer. Parfois, on se partage simplement le bâtiment d'habitation, dans le campmas den Suzas, la maison est divisée entre quatre héritiers, d'autres ont une borde chacun, cinq une part du comunal.

  • 7 Stouff, Louis, « Le mas arlésien »,dans : Cadres de vie et société dans le Midi de la France, Homm (...)

5Ces fermes devenues des hameaux sont aux mains de propriétaires exploitants ; d'autres fermes appartiennent à des investisseurs urbains (marchands, juristes) qui les donnent en faire-valoir indirect. J'avais précédemment supposé, au vu de quelques fermes actuelles, qu'une « maison de maître » jouxtait le bâtiment réservé aux exploitants, je ne le pense plus aujourd'hui car, dans quelques baux de fermage ou de métayage du xve siècle, le propriétaire, qui détient un ou plusieurs ostals en ville, se réserve une chambre dans la ferme « au cas où il y aurait la peste ». Rien n'indique d'ailleurs qu'au Moyen Âge et même jusqu'au xviiie siècle, la mode était de séjourner l'été à la campagne. Le compoix de 1700 ne mentionne pas de maison de maître, même pour les fermes qui en ont une au xxe siècle ; seules exceptions, deux ou trois « châteaux », terme un peu exagéré, sont signalés. Les propriétaires pouvaient toujours, comme au Moyen Âge, se réserver une pièce dans le logement de l'exploitant, à l'étage, peut-être, comme c'était le cas dans les bastides provençales7.

  • 8 Zerner, Monique, « L'élevage en Comtat Venaissin au début du xv siècle », dans : L'Élevage en Médi (...)

6Les registres d'estimes du Lauragais occidental (Montesquieu, Montgiscard, Aiguës-Vives) sont plus détaillés ; même au xve siècle, les abords des fermes apparaissent un peu avec jardins, aires à dépiquer (appelée sol, en langue d'oc, dans les estimes, area, en latin, dans les registres notariés) Les moulins (à vent, à eau ou pasteliers) sont mentionnés. En gros, dans ces localités, plus d'une ferme sur deux a un jardin, une aire à dépiquer, une sur sept, un moulin pastelier ; les moulins à vent ou à eau sont très rares. Les jardins ne sont probablement indiqués que si leurs produits sont destinés à la vente (c'est ce qui est fait pour les ruches en Provence)8.

  • 9 Des puits ruraux apparaissent dans les enluminures, cf. alexandre-bidon, Danièle, « Archéoiconogra (...)

7Énormément de choses sont passées sous silence. La cour de ferme avec sa mare (pesquiis), son tas de fumier, n'apparaît pas, sauf exception, dans les documents. L'approvisionnement en eau n'est pas mentionné, il doit s'effectuer par des puits, la nappe phréatique est à faible profondeur (quatre ou cinq mètres). De nos jours, dans certaines fermes, des puits subsistent dans la cour, le jardin, ou au ras du mur de façade9 Ceux situés en plein champ sont parfois recouverts d'une voûte de pierre, une représentation de ce type de puits figure dans les plans du compoix de 1700.

8Le Lauragais est, à la fin du Moyen Âge, une riche région agricole, produisant surtout des céréales mais aussi du pastel, un peu de lin et de chanvre. Une ferme d'une dizaine d'hectares dispose d'une paire de bœufs ou de chevaux, parfois de quelques vaches (pour le lait, les veaux et un complément de travail) ou bien, ce qui est plus fréquent, d'une jument (pour la production de poulains et l'émottage), de quelques dizaines de moutons, de deux ou trois porcs, de volailles. Il faut donc des dépendances pour conserver les récoltes mais aussi pour héberger les animaux, pourtant les documents médiévaux ne les mentionnent guère, si ce n'est sous la vague appellation de bastimentis dans les registres de notaires.

  • 10 Arch. dép. de l'Aude, 4 E 076 / CC 14 et CC 15.
  • 11 Arch. dép. de la Haute-Garonne, 3 E 10164 f° 104 v°, 1425.

9Les bordes que l'on trouve dans les campmas, notées dans les estimes à partir de 155310, peuvent abriter du matériel (araires, charrettes, outils à main). Ce matériel, ainsi que la paille, le foin, est peut-être stocké aussi sous ce que les registres du xve siècle appellent des capelas (littéralement chapelles, couvert). J'en ai quelques exemples dans l'environnement d'un campmas, d'une borde ou même d'un moulin, mais pour une seule localité, Montesquieu-Lauragais. Une borie de Montgiscard possède tectis, tegulis et autres dépendances11, ces tectis ont-ils le même sens que capelas, c'est-à-dire de couverts ?

10Aujourd'hui, les fermes lauragaises comportent des hangars ouverts à tous les vents, constitués d'un toit sur charpente reposant sur des piliers de moellons calcaires, de briques pour les plus récents ; c'est ce qu'on appelait, au xixe siècle, les arceaux, car les piliers sont reliés par des séries d'arcades ouvertes en plein cintre. Un arceau correspondait à une ferme d'un labourage, c'est-à-dire d'une paire de bœufs. Les capelas étaient-elles les ancêtres de ces hangars ? Je l'ai d'abord pensé, mais j'en doute actuellement car les dessins de fermes lauragaises de la fin du xviie siècle ne montrent pas ce système de hangars sur piliers (voir plus loin).

  • 12 pousthomis, Bernard, « Le castrum de Durfort », dans : Archéologie et vie quotidienne aux xiiie-xve(...)

11La conservation des grains (en Lauragais, on dépique immédiatement après la moisson, le blé n'est pas stocké en gerbes, dans une grange) peut s'effectuer dans des greniers (granerius). L'inventaire après décès d'un chanoine de Castelnaudary en mentionne ; les fouilles réalisées par B. Pousthomis au Castlar de Durfort (Tarn), un castrum, ont permis de trouver un grenier, probablement collectif, de six mètres sur cinq, incendié au xive siècle, les grains étaient disposés dans des sacs ou des vanneries12. On utilise davantage les silos (croses, crozes) qui permettent une assez bonne conservation sur plusieurs années et mettent le grain à l'abri des insectes, tant qu'ils restent fermés. J'en ai trouvé quelques mentions dans les documents notariaux, pour des maisons villageoises et l'archéologie en met fréquemment à jour des batteries, presque toujours de faible volume.

  • 13 Arch. dép. de la Haute-Garonne, 3 F 10154 f° 250 r°, 1385.
  • 14 Mane, Perrine, « La maison à travers l'iconographie », dans : Cent maisons médiévales en France, s (...)

12Les locaux destinés aux animaux sont peu indiqués, peut-être parce qu'ils sont situés sous le toit du bâtiment principal ; ils ne méritent une notification que s'ils constituent un bâtiment indépendant. Je n'ai, ainsi, qu'une occurrence d'étable dans une borie, où l'on trouve une aula, une caméra à l'autan de l'aula et un demi « hospicii sive selerii et stabuli » « où peut demeurer un animal »13. Des étables apparaissent en ville dans des inventaires après décès, les outils à main y sont déposés, ce qui est encore le cas au xixe siècle. Les bergeries ne sont jamais mentionnées, pourtant certaines fermes comptent une centaine d'ovins (les bailleurs de fermes les confient en gasaille aux preneurs), les capelas peuvent peut-être leur servir d'abri. Perrine Mane trouve, pour le xve siècle, dans le Nord de la France, des représentations de bergeries, appelées toit dans les textes, souvent réduites effectivement à un simple toit, sur des poteaux cormiers14. J'ai deux exemples de porcheries (porqueteria), mais en confronts.

  • 15 Arch. dép. de l'Aude, 3 E 8188 f° 42 v°.

13Ce que l'on voit davantage dans les documents, c'est le bâtiment destiné à la volaille ou aux pigeons, parce qu'il est, plus souvent que les autres, séparé du logement de l'exploitant. J'ai trouvé neuf occurrences de poulaillers bâtis (galiniera), dont huit situés dans des jardins près des villages, un seul apparaît dans un bail rural : un campmas de Soullhanels comporte une galiniera dont le propriétaire se réserve l'usage15. Les poules sont rentrées le soir dans la maison, dans l'étable, si un poulailler existe, il peut être aussi inclus dans le bâtiment principal, et, dans ce cas, il est normal qu'il ne soit pas signalé.

14Les pigeonniers que j'aperçois dans les estimes de Castelnaudary, du début du xve siècle, ne sont pas situés dans des fermes mais à l'extérieur des murailles de la ville, tout près de celles-ci, sur une petite parcelle de terre, de l'ordre de 35 à 80 ares. Sous l'Ancien Régime, en Lauragais, tout individu, pourvu qu'il dispose d'au moins deux sétérées de terre, peut posséder des pigeons censés s'y nourrir. Dans les registres suivants, que les agents du roi peuvent vérifier depuis 1426, les colombiers ne sont plus notés, de façon à réduire la richesse apparente de la ville. Un colombier apparaît toutefois dans une ferme dans le registre de 1516 et trois dans celui de 1553. Dans les autres localités, je n'en vois pas dans les fermes, sauf exception (deux seulement sur un total de vingt). Les pigeonniers signalés dans ces documents sont des pigeonniers isolés. Certains subsistent aujourd'hui, la plupart sont carrés, reposant sur quatre, six ou huit piliers, il existe aussi de rares pigeonniers tours, cylindriques. Sur les plans (inachevés) du compoix de 1700, on voit des représentations de pigeonniers, parfois isolés, sur piliers et à section carré (et notés alors dans les manifestes), parfois situés sur le toit de la ferme où ils constituent une sorte de tour, ils forment alors un seul bloc avec celle-ci et ne sont pas signalés dans les déclarations. On a probablement la même chose au Moyen Age.

  • 16 Arch. dép. de l'Aude, 4 E 076/ CC 12.
  • 17 Arch. dép. de l'Aude, 4 E 076/ CC 14 1553 f° 297 v°.

15Quelques bâtiments servent à la transformation des produits de l'exploitation : moulins à blé ou à pastel. Leur présence est fonction de la source utilisée, au moins pour Castelnaudary : là, dans les registres d'estimes du xve siècle, ils n'apparaissent pas, toujours dans le but de réduire la richesse de la ville. C'est à peu près la même chose au xvie siècle, en 1535, trois moulins pasteliers et deux moulins à vent sont mentionnés16 en 1553, seuls une tuilerie et un moulin à vent sont déclarés par Jean Dauriol avec château et borde en pezeing17. Dans les autres localités, les moulins sont mentionnés dans les estimes et sont parfois situés dans les fermes, je l'ai déjà signalé.

  • 18 Arch. dép. de la Haute-Garonne, 3 E 18270 f° 35 r°.
  • 19 PARTAK, Joëlle, La Seigneurie hospitalière de Caignac, 1250-1300, Mémoire de maîtrise, Université (...)

16Les moulins sont beaucoup plus fréquents dans les registres notariés. Ce sont surtout des moulins à vent, situés près des agglomérations, sur une petite parcelle, dans un site favorable. On voit, bien sûr, qu'il existe aussi des moulins dans les exploitations, par exemple, dans le campmas des Rigaldi au Puy-Saint-Pierre dont la vente est approuvée par le chevalier Raymond-Amiel de Penafort. Cette ferme est déjà pourvue d'un moulin à eau, Raymond-Amiel prévoit les taxes à payer si l'acheteur veut édifier un autre moulin et un four à pain18. Je n'ai pas trouvé d'autre mention de fours à pain dans les fermes, c'est normal s'ils ne constituent pas un bâtiment annexe ; ils doivent cependant exister, les paysans ne vont pas porter leurs pains à cuire en ville chez les fourniers. À Caignac, village du Lauragais dont le seigneur est l'Hôpital Saint-Jean de Jérusalem, il existe des fours banaux, mais le commandeur, à partir de 1255, autorise la construction de fours à pain dans sept campmas et un casal19, en échange les paysans versent un cens fixe en froment (droit de fournage).

17Les moulins à pastel sont, à Castelnaudary, d'après les registres notariés, situés souvent dans les faubourgs, et non en campagne. Dans le Lauragais occidental, où la culture du pastel apparaît un peu plus développée et où les registres d'estimes sont plus précis, on les trouve aussi dans les fermes.

18Les documents médiévaux, de même que ceux du xvie, étant quand même très allusifs, j'utilise le compoix de Castelnaudary de 1700, il est beaucoup plus précis que les registres précédents et je pense qu'il peut éclairer en partie la situation antérieure. Le plus souvent, les fermes sont composées d'une meterie accompagnée d'une ou deux granges ou bordes basses généralement accolées (joignant) à ce qui est appelé meterie ; s'il y en a deux, une est au cers (ouest), une à l'autan (est). La borde a encore le sens qui était habituel au Moyen Âge. La ferme orientée dans le sens des vents dominants est donc flanquée de part et d'autre par les granges. Ces granges sont parfois séparées du bâtiment principal. La ferme comporte toujours sol (qui semble alors la parcelle de terre portant les bâtiments, ainsi que la cour, les entrées, le fumier, etc.), bien (aire à dépiquer), jardin, ferratjal (prairie artificielle), pré, paissieu ou pastène (pâturage naturel), vignes et terres labourables, le tout joignant et contigu.

  • 20 Arch. mun. de Castelnaudary, 4 E 076/ CC 31 f° 170 r°.

19La moitié des fermes possède aussi un gardepille (il sert à stocker le blé non vanné et remplace donc les silos) et les deux tiers ont un four sous un couvert (les capelas peut-être du Moyen Âge). J'ai un exemple de patu où se trouve le four, dans le domaine de Carguesac20. Celui-ci comprend une meterie en plancher, granges, escuries ou bordes basses (la borde peut donc servir d'écurie), tour, patu où est le four, basse-cour et petite bâtisse là où il y a un pigeonnier à sept pieds. Pour un tiers des fermes, il est fait mention d'un pigeonnier ou d'une « tour » qui, en fait, est un pigeonnier carré sur pieds, le plus souvent quatre pieds, mais j'ai aussi un exemple à sept pieds.

20Dans les plans correspondants, l'habitat rural est figuré. Quelques fermes se limitent à un seul bâtiment, aussi large que haut, toujours à deux niveaux, un petit auvent de tuiles séparant le premier niveau du second, on peut noter une ou deux portes étroites en rez-de-chaussée, plusieurs ouvertures au second niveau, dont une fenière. Parfois, on a deux petits bâtiments, de part et d'autre du corps principal, qui est alors assez important (jusqu'à 4 ouvertures à l'étage, dix même pour la ferme de Layrac). De rares portes cochères, avec encadrement de pierre, sont figurées. On trouve même deux fermes dont les bâtiments semblent reliés par des murs, créant ainsi une cour fermée, au moins en partie : La Moulinasse, par exemple, où l'on entre à l'ouest par ce qui semble une porte cochère percée dans un mur, comporterait un bâtiment à deux niveaux au nord, un bâtiment à un niveau, à l'est, perpendiculaire au précédent et de même superficie, la représentation étant extrêmement maladroite. Un noble, J.-F. de Ferran possède une ferme à Fontanillas avec deux bâtiments, un au nord, un au sud, deux murs, percés chacun d'une porte cochère, relient ces bâtiments. Sauf exception, les murs de clôture et les portails ne sont pas indiqués dans les manifestes puisqu'ils n'ont aucune utilité pour l'allivrement du contribuable.

  • 21 Arch. mun. de Castelnaudary, CC31 f° 14 r°.

21Malheureusement, si quelques dessins de fermes correspondent à la description faite par les contribuables, comme Vidal Bonnet qui appartient au chapitre de la collégiale (exceptée une tour pigeonnier sur le toit qui n'est, bien sûr, pas mentionnée dans la déclaration), d'autres en sont assez éloignés. Ainsi, la ferme de la Moulinasse comprend metterie ou borde basse, autre petite grange ou gardepille, la métairie faisant 54 cannes 4 pans, la grange 12 cannes 3 pans21 d'après le manifeste, on a donc un seul niveau pour la métairie et une superficie bien plus faible pour la grange que ne l'indique le dessin. La ferme des Pelisses comprend un bâtiment à deux niveaux et un peu plus loin, une tour pigeonnier flanquée de deux bâtiments bas, un bâtiment au moins, indiqué dans le manifeste, manque dans le dessin. Les différences proviennent peut-être de réalisations non concomitantes des manifestes et des plans. Le fait qu'on retrouve aujourd'hui, sur l'ancien chemin de poste, de vieilles maisons semblables aux dessins du compoix (deux niveaux plus un galetas), peut faire penser que le dessinateur a été assez fidèle à ce qu'il voyait.

La superficie des bâtiments

  • 22 Arch. dép. de la Haute-Garonne, 3 E 10161 f° 1 v°.
  • 23 Signalé par Leroy, Patricia, La Commandent de Rennevitte, 1)56-1510, Mémoire de maîtrise, Universi (...)

22La première mention de superficie qui apparaisse dans les documents date du début du xve siècle et concerne une borde inféodée au bayle du seigneur de Pompertuzat. Cette borde est contiguë à l'hospicium du seigneur, de la longueur de l'hospicium et large de trois brassées environ, l'inféodation va du patio de la borde ad portale mûri qui est après la borde, côté cers, et, en droite ligne, du portale au mur22. On a là une cour, un mur de clôture, un portail, mais cette ferme appartient au seigneur du lieu, elle jouxte sa maison, on ne peut en conclure que les autres fermes ont cette allure-là ; en 1700, je l'ai déjà signalé, c'est le cas de très peu d'entre elles. Cette borde est large de trois brassées, on peut admettre que la brassée correspond à la canne, la canne de Toulouse faisant 1,796 mètre, cela nous donne 5,38 mètres, on ne connaît pas la longueur du bâtiment, on ne sait pas s'il comporte plusieurs niveaux... À part ce maigre renseignement, les seules descriptions dont je dispose datent du xvie siècle. À Renneville, dans un acte daté de 1545, le seigneur promet de faire édifier pour un de ses tenanciers, en campagne, une maison de six cannes de long et trois de large23 soit 10,77 mètres sur 5,38 ; l'implantation au sol est un peu inférieure à 60 m2.

  • 24 Ce que l'on trouve dans d'autres régions, voir Roux, Simone et Piponnier, Françoise, « Distributio (...)
  • 25 Arch. mun. de Castelnaudary, 4 E 076 / CC 28 P 10 v°.

23Les estimes des xve et xvie siècles n'indiquent pas la superficie des fermes, celles de 1553 sont les premières à mentionner l'élévation (ce que ne font pas les registres de notaires), un tiers des fermes sont en solier (ou solie) c'est-à-dire avec un étage24. C'est seulement à partir du compoix de 1700 que l'on obtient des précisions sur la superficie des bâtiments (celui de 1603-05 ne fournit pas ce genre de détail), parfois l'élévation et les matériaux de construction. Ainsi, la métairie de Saint-Barthélémy comporte métairie en plancher (avec étage) de 41 cannes trois pans, grange ou borde basse de treize cannes quatre pans25. Messire François de Rouvignol, seigneur des Plas, possède

« un château et divers appartements, tour carrée, chapelle, pigeonnier limitrophe, métairie ou borde basse, four et couvert, pour loger les bordiers, détachée du dit château, moulin à vent farinier, sol, hiere, jardin,ferratjal, pastène, allée, paissitu, le tout joignant et contigu appelé le château des Plats ».

  • 26 Arch. mun. de Castelnaudary, 4 E 076 / CC 29 f° 1 v°.

24La tour fait une canne, le pigeonnier six cannes six pans, la « grange ou métairie » 114 cannes 6 pans, les bâtiments du château 130 cannes 7 pans, la basse-cour 25 cannes 1 pan, le fournial et couvert 15 cannes 6 pans26.

  • 27 Arch. mun. de Castelnaudary, 4 E 076 / CC 31 f° 14 r°.

25Les métairies ont en moyenne une superficie de 46 cannes (à 3,18 2) soit 146 m2 sur un niveau, parfois deux, mais les écarts sont considérables, allant, pour celles à un seul niveau, de 25 cannes à 114 cannes soit de 80 m2 en gros à 360 m2. Les maisons signalées dans ces registres sont parfois de même taille, ainsi « une maison en plancher » Port Sainte-Croix fait 42 cannes deux pans27, certaines sont beaucoup plus petites, faisant une vingtaine de cannes, soit dans les 60 m2. La superficie moyenne des granges ou bordes basses est de 111 m2 avec de gros écarts, là aussi, de 45 m2 à 250 m2, les gardepilles font de 50 à 60 m2, les pigeonniers deux ou trois cannes soit 6 à 9 m2, les fournials ou couverts de trois à six cannes soit une dizaine à une vingtaine de mètres carrés. Les patu ou basse-cour font quelques dizaines de mètres carrés, un dépasse les 57 cannes (plus de 180 m2).

  • 28 Arch. mun. de Castelnaudary, 4 E 076 / CC 29 f° 70 r°.

26La métairie de Lacaze semble exceptionnelle, comportant un tout petit logement et d'importants bâtiments à usage agricole : « meterie en plancher, grange ou borde basse, couvert joignant icelle, autres granges ou bordes basses détachées du dit bâtiment, sol, hiere ». La métairie fait 14 cannes 5 pans, la grange joignant 19 cannes 5 pans, le couvert ou fournial 15 cannes, un petit couvert côté cers 6 cannes 3 pans, les autres granges « détachées » font 98 cannes 6 pans28. Cette ferme appartient aux Doctrinaires, sa superficie est d'un peu plus de 21 ha. La superficie habitable est de 46,47 m2 au sol, 90 m2 en tout, les bâtiments de service joignants font 41 cannes soit 130,38 m2, les non joignants à peu près 315 m2.

Les matériaux de construction

  • 29 Marandet, Marie-Claude, « Tuiliers et potiers de la région toulousaine à la (in du Moyen Age », Ar (...)

27On met en oeuvre, bien sûr, les ressources locales. Les sols étant en majorité argilo-calcaires ou argilo-siliceux, l'argile est le matériau dominant. La région, dès l'Antiquité, possède poteries et tuileries, repérées aussi dans les sources médiévales29 L'argile peut être utilisée crue sous la forme de pisé, de bauge ou d'adobes ou bien cuite.

28Pour la terre crue, j'ai signalé plus haut quelques cas de tapias de campmas. Il s'agit de pisé, terre humectée, foulée, battue avec un pisoir et coffrée. On ne bâtit que deux épaisseurs de coffrage l'une sur l'autre puis on laisse sécher. Le pisé préservé de la pluie par un enduit (un crépi de terre plus liquide) devient très dur et constitue un bon isolant thermique. Des fortifications de terre, probablement construites selon cette technique, sont mentionnées pour le bas Moyen Âge, à Avignonet, par exemple. Froissart en parle, à propos de la chevauchée du Prince Noir, en 1355 :

  • 30 Froissart, Chroniques, édition Kervin de Lettenhove, tome V, p. 346.

« si ce logèrent ce second jour les Anglois et les Gascons assez prés de là sur une petite rivière, et le lendemain matin se délogèrent et approchèrent la forteresse qui n'étoit fermée, fors de murs de terres et de portes de terre couvertes d'estrain, car on ne recouvre ens ce pays, à grand dire, de pierre nequedent30 ».

29La tapie toulousaine est décrite par Guillaume de Catel au xviie siècle :

  • 31 Catel, Guillaume de, Mémoires de l'histoire du Languedoc, Toulouse, Arnaud Colomiez imprimeur, 163 (...)

« les murailles de la ville (de Toulouse) estaient de brique et celles du dit Bourg de paroit » (...) « où il est escrit que le comte de Montfort s'estant rendu maistre de Tolose il fist abbatre muros Civitatis, et parietes Burgi (...) Les murailles sont de brique ou de terre cuite, et les parroies sont faictes de terre battuë et formés entre deux aiz. Lesquelles parois nous appelions communement tapie.(....) Aujourd'huy les Espagnols appellent ces parois, tapias, comme nous faisons bien encore en Gascogne. Et ces parois de terre, ou tapies, quand elles sont bien battues et espaisses sont aussi fortes que les murailles31 ».

  • 32 Ce mot dériverait directement du latin pinsare ou pisare, piler. Pour Jean-Marie Pesez, le mot pis (...)

30Dans les documents du xvie siècle que j'ai consultés, le mot de tapias ou tapial ne figure pas, il est remplacé par le terme peseng que l'on trouve aussi sous la forme pevçn ou peseing32. La maison de Renneville dont j'ai parlé est une maison en pezin de longueur de six canes dedans les paroits qui seront de tapie sive gaso et de trois canes de largeur dans la paroit, une allusion est faite à une autre petite maison en pezin ; à Castelnaudary, en 1553, un peu moins du tiers des fermes sont dites en peseng.

  • 33 Lartigaut, Jean, Les Campagnes du Quercy après la guerre de Cent ans (vers 1440-vers 1500), Toulou (...)
  • 34 Dans le Gers, cf. Cazes, Jean-Paul et Veyssière, François, « Un exemple de bâti villageois en pisé (...)
  • 35 Rivals, Claude, Midi toulousain et pyrénéen, dans : L'Architecture rurale française. Corpus des ge (...)
  • 36 Baudreu, Dominique, « Habitats... », art. cit.. Je remercie Dominique Baudreu de m'avoir communiqu (...)

31Ces maisons de terre semblent fréquentes au Moyen Âge, les textes les mentionnent, Jean Lartigaut en trouve en Bas-Quercy, par exemple, sous l'appellation de bouge33 ; les travaux des archéologues le confirment, le pisé est utilisé à la fin du Moyen Âge dans tout le Midi de la France pour construire maisons et fortifications34. Ce pisé a été mis en œuvre fort longtemps en Toulousain, des murs de fermes en terre qui subsistaient vers 1950 ont été datés du xviiie siècle 35ces murs s'élevaient jusqu'à 2,5 mètres et avaient une épaisseur de 0,7 à 0,8 mètres à la base, de 0,5 à 0,6 mètres au sommet. Dominique Baudreu note que, dans l'ouest du bassin de l'Aude, et aussi en Roussillon et dans le Midi aquitain, on édifie des murs porteurs en utilisant une technique un peu différente, on superpose des lits de terre épais de 10 à 20 cm, formés par assemblage de pains de terre, lits séparés par de fines couches d'éléments végétaux (bruyères ou même sarments de vigne)36. Le gaso de Renneville correspond-il à cela ?

  • 37 Parodi, A., « Bellegarde (Gard), Boussan », Archéologe médiévale, 19,1989, p. 257.
  • 38 Glnouvez, Olivier, « Des maisons excavées à Narbonne autour de l'an Mil », Archéologe du Midi médi (...)
  • 39 Arch. dép. de l'Aude, 4 E 076/ AA 1.

32La terre crue peut être utilisée sous la forme d'adobes, briques crues fabriquées dans des moules et séchées au soleil. Les adobes peuvent être utilisés seuls, on en a trouvé dans le Midi de la France, à Bellegarde (Gard)37, à Narbonne38. Ils peuvent servir à combler les vides entre les bois dans le cas de maisons à pan-de-bois, de même que le pisé. Ces ossatures de bois sont attestées en Lauragais au Moyen Âge, les coutumes de Castelnaudary, publiées en 1333 mais bien antérieures, mentionnent par exemple les chevilles à employer lors des constructions, chevilles dont le gabarit doit être vérifié par les officiers de la ville39 ; dans les baux de fermage et métayage, on répartit les fournitures de bois d'oeuvre pour la maison entre preneur et bailleur.

  • 40 Lartigaut, Jean, Les Campagnes du Querçy..., op. cit., p. 122.
  • 41 Rivals, Claude, Midi toulousain et pyrénéen..., op. cit, p. 31.

33Les maisons à pans-de-bois garnis de terre (adobe ou, le plus souvent, pisé) apparaissent aussi dans les documents quercynois, Jean Lartigaut a des ostals de terra e de Justa, et même un prix-fait par un charpentier qui bâtit l'ossature d'une maison (130 sous plus une paire de souliers), mais qui ne prend pas la charge de bastire et torcissare, le paysan la garnissant de terre lui-même40. J'ai trouvé cela pour une maison située dans un village, le tenancier doit torcissare quelques pièces. Cecolombage (appelé localement corondage) était recouvert d'un crépi protecteur, il en subsistait des vestiges non datés, il y a encore quelques décennies41.

  • 42 Marandet, Marie-Claude, « Un exemple de ville policée en Midi toulousain à la fin du Moyen Âge : C (...)

34Quand on utilisait le pisé ou les adobes, il est probable qu'on avait des débords de toiture, des sortes d'auvents, pour les protéger de la pluie. Plusieurs articles des coutumes de Castelnaudary s'y intéressent ; si l'un d'entre eux semble interdire les encorbellements des poutres et poutrelles (le sobregiet de las traus o travatels) de plus de cinq ou six empans, selon la largeur de la rue, un autre interdit de faire sortir l'avant-toit (forajet) à une distance par rapport au milieu de la rue, inférieure à un empan et demi, un autre de construire des auvents (postat o mantel) qui soient situés à moins de 14 empans du sol42 Les auvents semblent représentés, au niveau du premier plancher, sur les dessins accompagnant le compoix de 1700, ils doivent être abandonnés quand on passe à la brique cuite.

  • 43 Pesez, Jean-Marie, La Référence ethnographique..., op. cit., p. 49-51.

35La terre crue présente des avantages, c'est un matériau local, facile à mettre en œuvre, c'est un bon isolant, on ne l'emploie pas seulement pour une question de prix. Jean-Marie Pesez note que la maison de terre (pisé ou adobes) n'était pas, « pas plus au Moyen Âge qu'hier, et sans doute moins encore, la demeure du pauvre43 ». Même si les textes n'en disent rien, il est évident que les sols sont aussi de terre battue, au Moyen Âge comme à l'époque moderne.

  • 44 Tollon, Bernard, « Toulouse » dans : La Maison de ville à la Renaissance, Actes du colloque de Tou (...)

36La brique cuite (tegula plana) coûte cher, il est peu probable que les fermes soient bâties ainsi au Moyen Âge, on note seulement quelques exemples, à Toulouse, de maisons de marchands construites en briques, au xve siècle ; elles sont plus nombreuses au siècle suivant44. En Lauragais oriental, la brique ne doit pas être très fréquente, même aux xviiie et xixe siècles ; on ne trouve d'ailleurs pas de bâtiment de ferme antérieur au début du xxe siècle construit dans ce matériau. Elle est peut-être plus courante dans le Lauragais occidental. Je pense que l'est du Lauragais utilise les bancs de grès et de calcaires locaux.

  • 45 Cayla, Paul, « Maisons et meubles de la fin du xvie siècle dans les pays d'Aude », dans : Mémoires (...)

37On remarque effectivement dans cette zone de nombreux bâtiments ruraux, antérieurs à 1824 puisqu'ils figurent sur le cadastre napoléonien terminé à cette date, construits de moellons de calcaire ou de grès grossièrement équarris ; aux angles des murs, dans les embrasures des baies, sont utilisés des blocs de parement plus soignés, un mortier à sable et chaux assure la liaison. Paul Cayla, un érudit local, fait remonter ces murs aux reconstructions suivant les guerres de religion mais ne cite pas ses sources, il pense qu'au-dessus du premier plancher, on continuait d'utiliser pisé et pans de bois45. Pour le Moyen Âge, aucun texte ne parle de pierre pour la maison rurale dans cette région du Lauragais.

  • 46 Par exemple, Arch. dép. de l'Aude, 3 E 9454 f°16 r°.
  • 47 Arch. dép. de la Haute-Garonne, 3 E 10166 f 56 v°, 1439.
  • 48 Arch. dép. de la Haute-Garonne, 3 E 10137 f 176 r°, 1461.

38Les toitures apparaissent assez souvent dans les archives médiévales. Dans les contrats de métayage et de fermage et même dans les emphytéoses, on mentionne parfois que le preneur doit remettre en état et entretenir les bâtiments ; dans quelques contrats, le propriétaire fournit toutefois tuiles (ce sont des tuiles « canal », tegulae cavatae, teguli concavi) et bois à son fermier46. François de Mauriaco, seigneur de Montlaur, donne en novum feudum à un laboureur du lieu et à son épouse, lotos illos parretes lieu-dit a la borda dels pezenx à Mondaur ainsi que des terres ; ils doivent édifier, sur les parretes, une domum sive bordam à couvrir avec 2 000 tuiles, ceci en deux ans à partir de la prochaine Toussaint. Ils doivent utiliser, pour la maison, le bois provenant des forêts du seigneur ; ce bois peut servir pour la charpente mais aussi pour l'ossature d'une maison à pans-de-bois. Dans le cadre de ce contrat de repeuplement, François de Mauriaco doit leur donner cinq écus d'or pour acheter les tuiles, la moitié à la Toussaint prochaine, la moitié à la suivante47. Les parretes mentionnées sont-elles les fondations de pierre ou bien les « parois » au sens de murs de terre, signalées par Guillaume de Catel, ce qui exclurait les pans de bois ? S'agirait-il alors de terminer la construction de la maison ou de remettre ces murs de terre en état ? Une borde est construite à Roqueville, en 1461, par les Gavarreto, seigneurs du lieu, ils achètent 4 000 tuiles à 3 écus 12 gros le millier de tuiles48

  • 49 A Durfort, les tuiles canals sont utilisées pour la plupart des toitures, cf. COLLIN, Marie-Genevi (...)
  • 50 Les grandes font à peu près 50 cm de long, la largeur du grand côté est comprise entre 21 et 25 cm (...)

39Les toits de tuiles sont donc présents en campagne, sont-ils la règle, il est difficile de l'affirmer, cependant, la prospection au sol sur des emplacements de fermes de la fin xiiie ou du début xive siècle, fournit toujours des morceaux de tuiles49 Les tuileries sont alors nombreuses en Lauragais et le produit n'est pas très cher, ce qui doit aider à sa diffusion. Les toits de tuiles sont la norme en 1700, si l'on se réfère aux plans du compoix, où les toits sont tous coloriés de rouge ; les façades blanches ou jaunâtres font penser à un crépi recouvrant peut-être du pisé. En admettant que le gabarit des tuiles soit le même au Moyen Âge qu'à l'époque moderne, où il existait deux modèles de tuile canal50, la borde de Montlaur ferait, selon le type de tuiles, de 56 m2 à 112 m2 au sol, celle de Roqueville de 112 m2 ou 224 m2 (habitat et dépendances probablement), la variabilité est du même ordre qu'à la période moderne.

*

40Peut-on noter des permanences entre l'habitat rural médiéval et celui de la période 1940-45 ? Il faut insister tout d'abord sur le petit nombre de renseignements apportés par les documents du xve siècle, présence de couvertures de tuiles, utilisation de la terre crue sous forme de pisé ou associée à des pans-de- bois. Si certaines fermes comportent plusieurs bâtiments, les superficies de ceux-ci semblent assez réduites, les façades font cinq mètres de longueur approximativement, pour les rares exemples fournis. On peut supposer qu'étant donné les conditions climatiques, elles sont tournées face au midi, présentant deux murs pignons aveugles aux vents dominants (est, ouest), ce qui est toujours le cas aujourd'hui.

41En 1700, ont perduré terre crue, petit bâtiment-bloc, où cohabitent les hommes et les animaux, pour les exploitations les plus modestes, avec toujours un module de cinq mètres pour les murs gouttereaux, correspondant à la longueur des poutres que l'on pouvait mettre en œuvre (les bois de futaie sont rares dans la région dès la fin du Moyen Âge). Ce module de cinq mètres se retrouve sur les maisons urbaines figurées sur le compoix et subsistant encore aujourd'hui. Les fermes plus importantes comportent des dépendances, granges pour entreposer araires et charrettes, gardepille pour les grains, bergeries pour les moutons, une porchère, un poulailler, un pigeonnier, isolé où situé sous les combles du bâtiment d'habitation. Ces dépendances à usage agricole constituent probablement l'essentiel du bâti.

  • 51 Arch. mun. de Castelnaudary, 4 E 076/ CC 30 f° 1 r°.
  • 52 Arch. mun. de Castelnaudary, 4 E 076/ CC 30 f° 4 v°.

42On doit avoir aussi des permanences, depuis le xve siècle, dans la structure des bâtiments car la céréaliculture est toujours pratiquée (la seule nouveauté étant la production de maïs, côté pour la première fois à la mercuriale de Castelnaudary en 1637) ainsi que l'élevage, surtout de petit bétail (moutons, porcs et volaille) avec un peu de gros bétail, utilisé pour les labours et charrois. Les moulins à vent ou à eau du Moyen Âge sont toujours là. Au xve siècle, le seigneur de Fendeille possède un moulin à eau dans sa ferme de la Terrade. Ce moulin est décrit dans le compoix de 170051 ses bâtiments (« tout petit bâtiment » farinier à deux meules) font 19 cannes 2 pans, soit 60 m2. Le moulin à eau de Combejuliane apparaît aussi dans ce compoix52, c'est un moulin à deux meules, dont les bâtiments font 23 cannes 4 pans, soit 75 m2 (on signale un deuxième moulin, à vent). La fin de l'utilisation du pastel, remplacé par l'indigo, explique la disparition des moulins à pastel.

43Il faut noter aussi que les fermes, en 1700, sont souvent aux mains des mêmes familles qu'à la fin du xve siècle, ce qui peut être facteur de permanence. Elles sont toujours situées sur le même emplacement, je n'aperçois pratiquement pas de nouvelles constructions depuis la fin du xve siècle, les modifications du bâti doivent être progressives et assez limitées, étant donné la conjoncture de crise (guerre, prélèvement fiscal) qui sévit entre 1550 et la fin du xviie siècle.

44Ces fermes qui semblent avoir quelques points communs avec celles du Moyen Âge ne sont pas celles qui subsistent aujourd'hui. Sur le cadastre napoléonien figurent les plans, au 1/2 500e, des bâtiments de fermes. Le plus souvent, un bâtiment unique, rectangulaire, avec quelques décrochements à l'arrière, regroupe habitat et dépendances. Ce bâtiment est généralement beaucoup plus vaste que celui décrit en 1700, souvent de quelques centaines de mètres carrés, par agrandissement surtout, me semble-t-il, des zones de service, peut-être à cause du stockage du maïs en épis, qui nécessite plus de place que le blé, peut-être par développement de l'élevage. Si je compare les bâtiments présents à la mi-xxe siècle à ceux de ce cadastre, ce sont les mêmes, plan, et les superficie concordent. Les matériaux de construction ont changé, les moellons calcaires ont remplacé le pisé ou le pan-de-bois. Ces modifications s'effectuent au cours du xviiie siècle, pendant une période d'enrichissement (culture du maïs, utilisation du canal du Midi qui permet l'exportation des blés vers Narbonne et Marseille) ou bien au tout début du xixe siècle.

  • 53 Rivals, Claude, Midi toulousain et pyrénéen..., op. cit.,p. 54-58.
  • 54 Pesez, Jean-Marie, La Référence ethnographique..., op. cit.

45La « longue borde céréalicre53 », telle qu'elle subsistait dans les années 1940- 1945, n'est donc pas une création très ancienne, même si l'on peut en déceler une préfiguration avec les métairies flanquées de bordes basses du compoix de 1700. Ce bâti n'était toutefois pas situé sous un seul toit comme aujourd'hui mais sous plusieurs, les bordes ne comportant qu'un niveau contre deux pour les métairies. Je me bornerai à reprendre en conclusion ce que disait Jean-Marie Pesez : il existe « des similitudes et non identité entre la maison médiévale et l'habitation rustique », « même si on a pu parler d'histoire immobile, la culture matérielle des milieux ruraux a connu des évolutions presque insensibles mais réelles54 ».

Notes

1 Arch. municipales de Castelnaudary, 4 E 076/ CC 24 à CC 33. Les plans correspondants, malheureusement inachevés, sont conservés aux Arch. dép. de l'Aude, sous la côte 1 Fi 928 et dans des archives privées.

2 Marandet, Marie-Claude, « L'habitat isolé dans le diocèse de Saint-Papoul à la fin du Moyen Âge », dans : Archéologie du Midi médiéval, tome 14,1996, p. 141-157.

3 Le domaine rural (bâtiments et terres) est appelé dans les actes notariés campmasius, boaria ; dans les registres d'estimes qui sont en occitan, on emploie les termes de campmas, capmas ou horia.

4 Marandet, Marie-Claude, « L'équipement de la cuisine dans le Midi toulousain d'après les testaments et les inventaires après décès », dans : Usages et goûts culinaires au Moyen Age, en Languedoc et en Aquitaine, colloque du Centre d'Archéologie médiévale du Languedoc, Archéologe du Midi médiéval, tomes 15-16, 1997-1998, p. 269-286.

5 Arch. dép. de l'Aude, CC 15 f° 56 v°.

6 Arch. dép. de l'Aude, CC 15 f° 252 r°.

7 Stouff, Louis, « Le mas arlésien »,dans : Cadres de vie et société dans le Midi de la France, Hommage à Charles Higounet, Annales du Midi, 1990, p. 169.

8 Zerner, Monique, « L'élevage en Comtat Venaissin au début du xv siècle », dans : L'Élevage en Méditerranée occidentale, Éditions du C.N.R.S., Paris, 1977, p. 104.

9 Des puits ruraux apparaissent dans les enluminures, cf. alexandre-bidon, Danièle, « Archéoiconographie du puits au Moyen Age », dans : L'Eau dans la société médiévale. Enjeux, fonctions, images, Mélanges de l'École française de Rome, 104, 2,1992, p. 519-543.

10 Arch. dép. de l'Aude, 4 E 076 / CC 14 et CC 15.

11 Arch. dép. de la Haute-Garonne, 3 E 10164 f° 104 v°, 1425.

12 pousthomis, Bernard, « Le castrum de Durfort », dans : Archéologie et vie quotidienne aux xiiie-xve siècles en Midi-Pyrénées, Catalogue de l'exposition du musée des Augustins, Toulouse, 1990, p. 119-124 et pousthomis, Bernard et Ruas, Marie-Pierre, « Le grenier de Durfort », ibidem, p. 247-250.

13 Arch. dép. de la Haute-Garonne, 3 F 10154 f° 250 r°, 1385.

14 Mane, Perrine, « La maison à travers l'iconographie », dans : Cent maisons médiévales en France, sous la direction d'Y. Esquieu et J.-M. Pesez, CNRS éd., 1998, p. 37-41.

15 Arch. dép. de l'Aude, 3 E 8188 f° 42 v°.

16 Arch. dép. de l'Aude, 4 E 076/ CC 12.

17 Arch. dép. de l'Aude, 4 E 076/ CC 14 1553 f° 297 v°.

18 Arch. dép. de la Haute-Garonne, 3 E 18270 f° 35 r°.

19 PARTAK, Joëlle, La Seigneurie hospitalière de Caignac, 1250-1300, Mémoire de maîtrise, Université de Toulouse-Le Mirail, 1984, p. 79.

20 Arch. mun. de Castelnaudary, 4 E 076/ CC 31 f° 170 r°.

21 Arch. mun. de Castelnaudary, CC31 f° 14 r°.

22 Arch. dép. de la Haute-Garonne, 3 E 10161 f° 1 v°.

23 Signalé par Leroy, Patricia, La Commandent de Rennevitte, 1)56-1510, Mémoire de maîtrise, Université de Toulouse-Le Mirail, dactylographié, p. 167. Cet acte est mentionné dans un inventaire du début du xviiie siècle, établi à la demande de Joseph-Rolland de Réauville, commandeur de Renneville, Arch. dép. de la Haute-Garonne, H 113, LIII, 79.

24 Ce que l'on trouve dans d'autres régions, voir Roux, Simone et Piponnier, Françoise, « Distribution et fonctions des maisons », dans : Cent maisons..., op. cit., p. 89-92.

25 Arch. mun. de Castelnaudary, 4 E 076 / CC 28 P 10 v°.

26 Arch. mun. de Castelnaudary, 4 E 076 / CC 29 f° 1 v°.

27 Arch. mun. de Castelnaudary, 4 E 076 / CC 31 f° 14 r°.

28 Arch. mun. de Castelnaudary, 4 E 076 / CC 29 f° 70 r°.

29 Marandet, Marie-Claude, « Tuiliers et potiers de la région toulousaine à la (in du Moyen Age », Archéologie du Midi médiéval, tome IV, 1986, p. 123-130.

30 Froissart, Chroniques, édition Kervin de Lettenhove, tome V, p. 346.

31 Catel, Guillaume de, Mémoires de l'histoire du Languedoc, Toulouse, Arnaud Colomiez imprimeur, 1633, p. 132.

32 Ce mot dériverait directement du latin pinsare ou pisare, piler. Pour Jean-Marie Pesez, le mot pisé apparaît à Lyon en 1562, le terme semble plus ancien en milieu occitan puisqu'il est déjà utilisé en Toulousain en 1545, PESEZ, Jean-Marie, « La référence ethnographique », dans : Cent maisons..., op. cit., p. 67 et suiv.

33 Lartigaut, Jean, Les Campagnes du Quercy après la guerre de Cent ans (vers 1440-vers 1500), Toulouse, 1978, p. 122.

34 Dans le Gers, cf. Cazes, Jean-Paul et Veyssière, François, « Un exemple de bâti villageois en pisé aux xie-xiie siècles : les maisons et le rempart du site de la Gravette à l'Isle-Jourdain (Gers) », Échanges transdisciplinaires sur Us constructions en terre crue. 1. Terre modelée, découpée ou coffrée. Matériaux et modes de mise en œuvre, sous la direction de C.-A. de Chazelles et A. Klein, Actes de la table-ronde de Montpellier, 17-18 novembre 2001, Éditions de l'Espérou, Montpellier, 2003. À Marseille, cf; Thernot, R. et Vecchione, M., « Les murs en pisé banché dans l'habitat de Marseille au Moyen Âge (fin xiie siècle- début xiiie siècle) », dans: Échanges..., op. cit.. Dans l'Aude, Baudreu, Dominique, « Habitats et fortifications en terre crue d'époque médiévale dans le Midi de la France », dans : Échanges..., op. cit.

35 Rivals, Claude, Midi toulousain et pyrénéen, dans : L'Architecture rurale française. Corpus des genres, des types et des variantes, Musée national des Arts et Traditions populaires, Paris, 1979. Actuellement, le service du patrimoine effectue la recension de ce type de bâti, cf. A. klein, Le Patrimoine architectural en terre crue de Midi-Pyrénées (xve-xxe siècles), dans : Echanges.... op. cit.

36 Baudreu, Dominique, « Habitats... », art. cit.. Je remercie Dominique Baudreu de m'avoir communiqué le texte de son article. Baudreu, Dominique « Observations sur les constructions en terre crue dans l'Aude (Moyen Âge et époque moderne), Bulletin de la Société d'Études Scientifiques de l'Aude, tome CII, 2002, p. 57-64.

37 Parodi, A., « Bellegarde (Gard), Boussan », Archéologe médiévale, 19,1989, p. 257.

38 Glnouvez, Olivier, « Des maisons excavées à Narbonne autour de l'an Mil », Archéologe du Midi médiéval, tome 11, 1993, p. 53-68. Dominique Baudreu pensait en avoir trouvé à Bellegarde-du-Razès, actuellement, il interprète ces vestiges comme un assemblage de pains de terre, voir Habitats..., art. cit.

39 Arch. dép. de l'Aude, 4 E 076/ AA 1.

40 Lartigaut, Jean, Les Campagnes du Querçy..., op. cit., p. 122.

41 Rivals, Claude, Midi toulousain et pyrénéen..., op. cit, p. 31.

42 Marandet, Marie-Claude, « Un exemple de ville policée en Midi toulousain à la fin du Moyen Âge : Castelnaudary », dans : La Ville et les pouvoirs, colloque de l'ICRESS (1997), Presses universitaires de Perpignan, 2000, p. 201-227.

43 Pesez, Jean-Marie, La Référence ethnographique..., op. cit., p. 49-51.

44 Tollon, Bernard, « Toulouse » dans : La Maison de ville à la Renaissance, Actes du colloque de Tours, 1977, Paris 1983, p. 51-58.

45 Cayla, Paul, « Maisons et meubles de la fin du xvie siècle dans les pays d'Aude », dans : Mémoires de la Société des Arts et Sciences de Carcassonne, 3e série, Tome VIII, 1947-48, p. 237-257.

46 Par exemple, Arch. dép. de l'Aude, 3 E 9454 f°16 r°.

47 Arch. dép. de la Haute-Garonne, 3 E 10166 f 56 v°, 1439.

48 Arch. dép. de la Haute-Garonne, 3 E 10137 f 176 r°, 1461.

49 A Durfort, les tuiles canals sont utilisées pour la plupart des toitures, cf. COLLIN, Marie-Geneviève, Darnas, Isabelle, Pousthomis, Nelly, Schneider, Laurent (dir.), La Maison du castrum..., op. cit.

50 Les grandes font à peu près 50 cm de long, la largeur du grand côté est comprise entre 21 et 25 cm, celle du petit entre 16 à 18 cm ; les petites font de 29 à 32 cm de long, la largeur du grand côté est de 15 à 20 cm, celle du petit de 11 à 15 cm, cf. Lhuisset, Claude, L'Architecture rurale en Languedoc, en Raussillon, Les Provinciades, 1980.

51 Arch. mun. de Castelnaudary, 4 E 076/ CC 30 f° 1 r°.

52 Arch. mun. de Castelnaudary, 4 E 076/ CC 30 f° 4 v°.

53 Rivals, Claude, Midi toulousain et pyrénéen..., op. cit.,p. 54-58.

54 Pesez, Jean-Marie, La Référence ethnographique..., op. cit.

Auteur

Maître de conférences d'histoire médiévale, université de Perpignan, Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés Méditerranéenne

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540