Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les funérailles princières en Europe

 | 
Mark Hengerer
, 
Juliusz A. Chrościcki
, 
Gérard Sabatier

Troisième partie. Les funérailles des souverains étrangers : stratégies mémorielles

L’accompagnement musical des funérailles romaines en l’honneur de princes européens, 1650-1750

Gesa zur Nieden
Traduction de Jean-Philippe Follet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsque le prince bavarois Philippe-Maurice mourut à Rome en 1719 à l’âge de vingt et un ans durant son Grand Tour, le pape Clément XI organisa en son honneur de dignes obsèques à Santa Maria della Vittoria1 – une église étroitement liée à la dynastie bavaroise des Wittelsbach – et les chantres de la Chapelle pontificale assurèrent l’encadrement musical du service funèbre2. Vingt ans plus tard, le 6 février 1739, et bien que le pape Clément XII ne fût plus guère disposé à supporter les dépenses occasionnées par les apparats funèbres, les chantres furent de nouveau mis à contribution à l’occasion des funérailles – en l’église Sant’Andrea delle Fratte – de D. Lorenzo Bartolomeo Luigi Troiano, un converti qui se disait prince marocain et époux de la fille d’un peintre de Rome3. Quelques décennies plus tôt en 1669, tandis qu’il préparait le prestigieux catafalque en l’honneur de François de Vendôme, duc de Beaufort, mort en défendant la ville de Candie, le pape Clément IX s’était retrou...

Auteur

Université Johannes Gutenberg, Mayence
Jean-Philippe Follet (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540