Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Deuxième partie. La maison de l'archéologue

La maison rurale dans le Massif central méridional. Approches croisées historiques et archéologiques (xiie-xvie siècle) Gévaudan, Rouergue, Uzège, Velay, Vivarais

Aline Durand, Martin de Framont, Pierre-Yves Laffont, Isabelle Rémy, Sylvie Campech, Florent Hautefeuille, Nelly Pousthomis-DAlle, Geneviève Durand, Johanne Rouanet, Pierre-Eric Poble et Isabelle Darnas

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 2 Pour le monde rural voir Esquieu, Yves et Pesez, Jean-Marie (dir.), Cent Maisons médiévales en Fra (...)
  • 3 Colin, Marie-Geneviève, Darnas, Isabelle, Pousthomis, Nelly, Schneider, Laurent, (coordinateurs), (...)
  • 4 Fouilles des castra d'Apcher (I. Rémy), Brion (P.-Y. Laffont, F. Bréchon), Mézenc (P.-Y. Laffont, (...)
  • 5 En Ile-de-France, 150 à 160 communes sur un total de 1 281, soit 10 %, comptent un, parfois plusie (...)
  • 6 Historiens et ethnologues avaient déjà commencé à travailler dans cette direction berthe, Maurice, (...)
  • 7 Projet collectif de recherches dans le cadre de la thématique H24 de la programmation archéologiqu (...)
  • 8 FAU, Laurent, « Approche de l'habitat médiéval en moyenne montagne : le plateau de l'Aubrac » Rura (...)
  • 9 Boudartchouck, Jean-Luc, « L'habitat rural et le souterrain médiéval de Pech de Bonal (Fontanes, L (...)

1Depuis une quinzaine d'années, les médiévistes français s'intéressent à la thématique de la maison, comme le révèlent plusieurs synthèses parues durant la dernière décennie2. Dans le Midi de la France, c'est la maison castrale qui a d'abord retenu l'attention. Longtemps, les fouilles de Rougiers ont représenté les seuls exemples de maisons à caractère méditerranéen connus. Durant la dernière décennie, le dynamisme de la recherche archéologique programmée s'est focalisé sur la bordure méridionale du Massif central. Aussi les éléments d'une réflexion synthétique sur le sujet3 sont-ils venus enrichir un corpus méridional que, face à l'abondance des régions septentrionales, Jean-Marie Pesez jugeait bien maigre dans la préface qu'il écrivait pour l'ouvrage en question. Malgré un nouveau développement ces dernières années, particulièrement en Cévennes, Vivarais, Velay, Margeride et Rouergue4, le déséquilibre existe toujours, aggravé par la multiplication des fouilles préventives dans le bassin parisien au détriment des régions méridionales5. Cependant, l'archéologie programmée a donné et donne encore une impulsion décisive aux recherches sur l'habitat de montagne ou de moyenne montagne, donc aux recherches sur le module de base de cet habitat, la maison6 Aussi les chercheurs se sont-il rassemblés au sein d'un projet collectif de recherche intégrant, autour d'une problématique commune sur l'habitat castrai, historiens des textes, archéologues de la culture matérielle, historiens de l'art et spécialistes des disciplines botaniques et environnementales (Figure 1)7. Au travers d'analyses croisées, ce projet collectif s'attache particulièrement à étudier le sud-est du Massif central, avec quelques incursions plus occidentales en raison de la vitalité de la recherche archéologique et historique dans le secteur de Mouret (Aveyron). Dans ces régions, l'habitat présente des caractéristiques communes dont l'une, majeure, est le poids de l'habitat dispersé ou intercalaire dans le semis humain. Avec des variantes régionales certaines, la trame du peuplement dans cette zone ne présente pas la polarisation et le groupement qu'elle révèle plus au sud ou à l'est : la dernière phase castrale, celle qui voit au xiiie siècle la transformation du castrum en un gros village groupé et fortifié, est relativement peu développée. Envisager un discours global sur la maison rurale dans le sud-est du Massif central se heurte d'emblée à la dichotomie des structures de peuplement, tantôt éclatées, tantôt agglomérées de manière plus ou moins ferme. Cette difficulté est renforcée par la disparité des éclairages potentiels : en dehors de l'Aubrac8, aucune campagne archéologique programmée ne porte sur des bâtiments d'habitat isolés ou des exploitations agricoles. La documentation archéologique ne concerne quasiment que les maisons castrales. Les habitats ruraux isolés, caractérisés en Quercy ou sur le Larzac à l'occasion de tracés autoroutiers, demeurent encore des exceptions9. L'exposé général se heurte également à l'hétérogénéité des situations commandées par le relief. C'est donc sous l'angle de la variabilité et de la pluralité qu'il faut envisager toute approche sur le bâtiment d'habitation, même si un certain nombre d'observations paraissent communes à toute la zone.

La maison et son voisinage

  • 10 Leger,, Anne, Saint-Agrève en 1464. Une Bourgade de la montagne vivaroise à travers Us Estimes du (...)

2La majorité des études historiques et archéologiques concernant la maison s'intéressent essentiellement aux structures bâties. Elles oublient trop souvent que ces structures s'insèrent dans un environnement immédiat. En effet, les relations avec les autres bâtiments, qu'ils soient d'habitation ou non, les espaces privés ou publics, les réseaux de communication, de canalisation, d'approvisionnement, d'aménagements hydrauliques sont tout aussi importantes pour définir la maison. Les diverses études, coordonnées par Pierre-Yves Laffont, sur les registres d'estimes vivaroises de 1464 démontrent que la valeur de la maison dépend d'abord de sa localisation avant de dépendre de sa structure : dans le bourg vivarois de Saint-Agrève, la maison située sur une place publique, est, autant que l'on puisse en juger, estimée plus cher que les autres10.

Figure 1- Les sites archéologiques en fouilles programmées

Figure 1- Les sites archéologiques en fouilles programmées

La densité du bâti

  • 11 Campech, Sylvie et alii, Le Castrum de Mouret, rapport triennal 1999-2001, Service Régional de l'A (...)
  • 12 Rémy Isabelle, Le Site.op. cit.
  • 13 Hautefeuille Florent, contribution dans : Campech, Sylvie et alii. op. cit.
  • 14 Le terrier de la chapelle de Saussac a été réalisé entre 1417 et 1419 A.D. Haute-Loire 18 J 145 ; (...)

3Logiquement, un bâtiment d'habitation est fort rarement enclavé : par une cour, par un espace public ou privé, par une rue, il communique avec l'extérieur. Pour l'heure, l'ensemble des données archéologiques recueillies font fait ? était d'un tissu bâti castrai plutôt aéré. A Calberte, à Brion, à Mouret ou au Tournel11, les maisons villageoises s'ouvrent tantôt sur une voie charretière ou une rue, tantôt sur un espace ouvert, place publique ou élargissement de la voirie. La mitoyenneté des cellules villageoises est certes avérée, mais elle n'est ni systématique, ni fréquente. Le cas du castrum du Tournel est représentatif12 : les bâtiments, indépendants les uns des autres, s'organisent en connexion avec de vastes jardins clos, ou installés en terrasses, et de larges espaces que l'on peut, par commodité, qualifier de « places ». Chaque maison semble accompagnée, en outre, d'une petite cour. Les axes de circulation internes ont pu être mis au jour et révèlent le soin apporté à ces aménagements. Les documents écrits des xive-xvie siècles confirment cette vision. À Mouret, en 1451, l'agglomération paraît s'être rassemblée au sud de la roque autour de ce qui est désigné en confiront par le terme de plassa. Plusieurs maisons (au moins deux), apparemment importantes, étaient situées entre le cimetière et la place publique13. Dans la vallée de la Cèze, la documentation précise assez souvent que la maison est accompagnée d'une platea coram domu. Les terriers concernant le castrum de Saussac, en Velay, décrivent un habitat villageois troué de cours et de jardins14. Les maisons des villages templiers du Larzac sont aussi dépeintes dotées d'une curtis, d'une cour. À l'inverse du Languedoc voisin, il n'y a pas de législation spécifique sur la mitoyenneté, comme par exemple le droit de charge, c'est-à-dire le droit d'appuyer ses poutres sur le mur d'un voisin. L'univers castrai et villageois en zone de relief est moins serré que dans les vallées ou le bas-pays.

  • 15 Guérin, Magali, Le Registre d'Estimes de 1464 du village de Beaumont. Édition informatique et appr (...)
  • 16 Escande, Florence, Inventaire archéologique des communes de Mouret et de Pruines, Mémoire de maîtr (...)
  • 17 Ces 41 feux ne correspondent qu'aux propriétaires fonciers. Ce chiffre est sans doute minoré du fa (...)

4A fortiori, est-ce le cas dans les hameaux ou les habitats plus isolés où les registres d'estimes vivaroises montrent rarement une maison seule : la cour, ou plutôt le courtil, indissociable du ou des bâtiments d'habitation, a suscité l'intérêt des estimateurs depuis le Vivarais plus cévenol (Meyras, Rocles, Beaumont) jusqu'à la limite du Velay (Saint-Agrève)15. Dans le compoix et les registres notariés du territoire de Mouret16, la maison est environnée de bâtiments agricoles. Ces constructions ne sont pas jointives, mais simplement groupées. Le cas du mas de Foissac est à cet égard exemplaire : ce village, qui compte au moins 41 feux en 145117 quand Mouret en compte 19, se laisse entrevoir comme un habitat disjoint, fait de la juxtaposition de fermes. Les maisons ne sont vraisemblablement pas mitoyennes. Cette situation est celle d'un gros mas qui aurait connu un développement particulièrement rapide, mais sans doute antérieur au milieu du xve siècle.

  • 18 XI. Item ne aliqua persona occupare carrerias publicas nec etiam restringere sub pena viginti soli (...)

5À partir du xiiie siècle, le croît démographique densifie progressivement la trame villageoise. Si l'on en juge au travers de la documentation textuelle, cette transformation paraît se faire de manière anarchique et incontrôlée, sans plan concerté d'ensemble. Sur le Larzac, les habitants ont tendance à empiéter sur le domaine public pour agrandir leur bâtisse. C'est sur la me qu'ils construisent leurs annexes, principalement des escaliers, des loges à cochon ou des trous à fumier. Les statuts de 1317 légifèrent en la matière par la contrainte18.

Un tissu habité encore très rural

  • 19 ...domo seu airali ou domum cum portiane ayralis cum sibi contigenti... PAGÈS, Bénédicte, Paysages (...)

6Malgré une certaine évolution vers une densité plus élevée, la trame villageoise demeure aérée de parcelles non bâties, incultes ou emblavées, et ce encore dans la seconde moitié du xive siècle. Ainsi est-il courant dans les habitats templiers caussenards des xiiie-xive siècles que les maisons soient contiguës aux aires à battre et que plusieurs aires soient regroupées près des maisons19. Les statuts de 1317 stigmatisent d'ailleurs les risques d'incendie que leur présence au sein de l'habitat engendre car maison, pailler et aire, souvent mentionnés de concert, forment un véritable triptyque dans ce secteur.

  • 20 Johannes del Ichalier loci predicti de Bidatgio pro domo sue habitadonis coperta palea cum duobus (...)
  • 21 Remy, Isabelle, « Le site... », op.cit.

7Au premier rang des parcelles cultivées, il y a l'hort, qui retient toute l'attention des tenanciers, à l'image de Jean del Ichalier de la paroisse du Béage qui, en 1464, déclare tenir une maison d'habitation couverte de paille avec deux jardins situés au même endroit20. Ce jardin-verger-potager était toujours clôturé et quasi attenant aux habitations. Au Tournel, les jardins sont clos par des murs de pierres sèches21. Certains abritent des citernes.À Sainte-Eulalie-du-Larzac et à la Couvertoirade, lors de la construction des enceintes au xve siècle, des parcelles encloses de murs, jardins et parrans, jouxtent les maisons à démolir. Le tracé du mur d'enceinte est parfois décrit en détail : il passe dans un jardin où il y a un puits. Un verger du commandeur est également signalé près des fossés, à l'extérieur de sa maison fortifiée.

8Les textes dévoilent l'importance économique de ces parcelles de culture de proximité. À Sainte-Eulalie, la communauté mettra à la disposition des entrepreneurs une maison où ils pourront habiter avec leur famille et leurs valets,

  • 22 Bousquet, Henri, « Les murs de la Couvertoirade et de Sainte-Eulalie du Larzac », Mémoires de la S (...)

« pendant la première année, ils pourront s'approvisionner de légumes auprès des habitants, la communauté leur en donnant 30 kg a titre gratuit, passé ce terme, ils ne pourront compter que sur le produit d'un jardin d'étendue suffisante qui leur sera attribué à titre gracieux..22 ».

  • 23 PAGÈS, B., Paysages.... op. cit, p. 59-60.
  • 24 ...cum ortis Joannis Arso vocatis dous pomyer... voir aussi Poble, p.-E., Saussac... op. cit., p. 5 (...)

9D'après Bénédicte Pagès, sur l'ensemble des parcelles accensées dans la commanderie, les jardins comptent pour 17 % et sont généralement contigus à la maison. On y cultive principalement des légumineuses, des lentilles, des fèves, des pois ou encore des gesses23. À Saussac, où plusieurs horts sont recensés dans le terrier de la chapelle, l'une de ces parcelles porte le nom de « jardin du pommier », ce qui suggère d'abord la présence de cet arbre fruitier à l'intérieur même du bourg de Saussac24 et ensuite qu'elle n'est pas un simple potager, mais une parcelle vivrière où les rangs de légumes viennent s'intercaler sous les arbres fruitiers.

  • 25 Bourrin-Derruau, Monique, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d'une sociabilité xe-xive s (...)

10À la différence de l'habitat provençal ou languedocien où l'hort et le verger, éjectés du tissu bâti depuis le xie siècle, sont venus ceinturer d'une première auréole concentrique la masse minérale des maisons25, les courtils gévaudanais, rouergats, vellaves ou vivarois font corps avec le bâtiment d'habitation. En plus du jardin, il n'est pas rare que la documentation écrite mentionne l'existence d'autres parcelles cultivées à l'intérieur du noyau bâti : des treilles, des vignes, des champs ou encore des patus. Il faut signaler aussi la présence des coudens, pâtures le plus souvent communes, qui font parfois office de place centrale au cœur d'un village au plan aéré. Aussi l'espace agraire est-il encore bien présent au cœur de l'habitat montagnard, même aux xve et xvie siècles, lui conférant un caractère très « campagnard ».

L'importance des bâtiments annexes

  • 26 Hautefeuille, F., op. cit., Guérin, M., op. at., Léger, A., op. cit., Serrecourt, C., op. cit.
  • 27 Escande, F., Inventaire op. cit.
  • 28 pro domibus suarum habitationnes, granga(rum) et celario(rum) scituata in dicto manso précise au f (...)

11Ce caractère peu urbanisé de l'habitat s'accentue encore si l'on considère que, dans la zone d'étude, la maison rurale n'est pas systématiquement une maison unitaire, mais fréquemment une maison complexe formée de plusieurs corps de bâtiments. C'est particulièrement le cas dans l'habitat villageois, beaucoup moins dans l'habitat castrai. En effet, les dépendances constituent un élément remarquable de la physionomie du tissu bâti. Leur existence conditionne non seulement la physionomie de la maison, mais change également leur valeur et la perception que l'on en a : les registres d'estimes du Vivarais de 1464 ou le compoix de Mouret de 1451 le prouvent qui énumèrent les pertinentes rattachés au manse ou à Vhospitium à longueur de folios26. Ces annexes sont de plusieurs ordres : bien sûr le courtil ou les parcelles cultivées, hort ou treille déjà évoqués, mais aussi le cellier, l'étable, le local à cochons, le tinel, la grange, la fenière ou le fenil, le grenier à paille ou pailler, le four ou encore les étaux des boutiques. À Mouret, la maison est dotée de dépendances, les canaux, qui semblent désigner des bâtiments utiles dont certains servent de cave27. Ainsi, le manse ou l'oustal n'est pas simplement un endroit ubi residet ou praesidet ou habitat ainsi que l'indiquent les textes, mais également le cœur d'une exploitation agricole28.

Figure 2- L'évolution de la maison castrale

Figure 2- L'évolution de la maison castrale

Dessin Isabelle Rémy

  • 29 Colin, M.-G. et alii, La Maison..., op. cit., p. 126.

12Au cœur de ce complexe, le logis. Autour s'articulent les bâtiments agricoles pour former un espace commun, une cour qui pouvait être parfois totalement fermée. C'était souvent le domaine des volailles. Sur le Larzac, la cour, la curtis des textes, est rarement associée à la seule maison, mais plus fréquemment à la fois à l'aire, au casai, au pailler ou très souvent aux trois à la fois. Cette organisation n'est pas sans rappeler le couderc auvergnat avec cette même distribution autour d'une cour centrale. Les celliers et granges, les plus fréquemment cités, servent à entreposer les outils et les récoltes. Le tinel est probablement un endroit où sont entreposés les tonneaux de vin. Mais là où ces constructions sont mentionnées, il semblerait qu'elles ne soient pas accolées aux bâtiments mais plutôt au milieu des terres exploitées. Lorsque la grange faisait partie des bâtiments du manse, le rez-de- chaussée pouvait être utilisé comme étable et le grenier servait au stockage du foin et des récoltes. L'aire à battre était généralement non loin de la grange29 Quant au cellier ou cave, il devait se situer au rez-de-chaussée dans la partie de la maison qui était la plus enterrée. Si la documentation écrite signale quelques étables et des locaux spécifiques pour les cochons, elle demeure cependant généralement muette sur le problème du logement des animaux. En effet, où sont-ils logés ? Sauf exception, rien n'indique qu'ils soient accueillis au rez-de-chaussée de la maison, comme c'est par exemple aujourd'hui le cas dans l'architecture traditionnelle du Larzac. C'est le cas pour certaines maisons du Tournel. Dans leur premier état, ce sont des bâtiments de grande taille que se partagent les animaux (souvent au premier niveau) et les humains (au second). Ce n'est que dans un second temps qu'intervient la spécialisation des bâtiments illustrée par la construction d'annexes contre la maison (Figure 2).

  • 30 Léger, A., Saint-Agrève..., op. cit. darnas, Isabelle, « Un castrum artisanal : Calberte en Gévaud (...)
  • 31 Guérin, M., Le registre...op. cit.

13Dans les bourgs ou les castra, ces caractères sont évidemment beaucoup moins accusés. Mais l'on retrouve également la présence de dépendances, notamment dans le cas de maisons artisanales ou de maisons de boutiquiers. C'est le cas dans le bourg de Saint-Agrève ou encore à Calberte où un quartier artisanal s'est développé hors les murs du castrum30. Ce quartier mêle sites de travail et de résidence, bâtiments principaux et annexes. De même, dans le village de Beaumont en Vivarais, l'une des deux forges est contiguë à la maison31.

Localisation et perception du bâtiment d'habitation

Les mots pour désigner la maison

  • 32 Charbonnier, Pierre, voir article dans le présent ouvrage.

14Dans le terrier de la chapelle de Saussac, au début du xve siècle, seul le mot domus est utilisé pour désigner les quelques maisons mentionnées. Par contre, au début du xvie siècle, après l'abandon du site, c'est le c'est le terme de cabale (chazal) qui domine très largement dans les estimes et les terriers, même si celui de domus n'est pas absent. Dans le Massif central, chazal désigne fréquemment à cette époque une ruine32. Le terme hospicium n'est jamais utilisé. Au contraire, en Vivarais, dans les registres d'Estimes de 1464, le bâtiment d'habitation est couramment qualifié de domus et de domuscula, son diminutif, ou encore d'hospicium, et ce de manière équivalente, plus rarement de casal. C'est aussi le cas dans les actes confectionnés pour la commanderie de Sainte-Eulalie-du-Larzac aux xiiie et xive siècles. Là, le casai désigne une dépendance, plus ou moins proche de la maison.

  • 33 Sur 82 reconnaissances échelonnées du xiie au xve siècles évoquant la maison, deux seulement prése (...)

15Cependant, s'il est évident que les deux termes domus/hospicium recoupent une réalité similaire, il n'est pas sûr qu'ils soient strictement synonymes. En haute Cèze, l'expression hospicium sive domus n'est jamais employée dans la documentation et les deux mots sont rarement signalés isolés33. S'ils désignent tous deux un ensemble complexe formé du logis et de ses annexes, l'énumération des pertinentes est différente : très rare dans le cas de la domus (2 cas sur 25 occurrences), quasi systématique pour l'hospicium (57 cas sur 57 occurrences).

  • 34 Escande, F., Inventaire..., op. at.

16Plus à l'ouest, le vocabulaire de la maison se focalise sur le terme d'hospicium et surtout sur son dérivé occitan, l'ostal. Ainsi, dans les compoix et les registres notariés concernant le castrum de Mouret dans la seconde moitié du xve siècle, le terme est usité aussi bien pour une maison qu'un château. Le lieu de résidence des propriétaires d'un centre d'exploitation est lui aussi qualifié d'ostal. À partir du xvie siècle, la maison est désignée par mayso/ maisso, cambra, solie, foguale, et le terme de cazal se maintient34

L'implantation des bâtiments

  • 35 Serrecourt, C., Paysage..., ap. cit.

17Aussi loin que remontent les sources écrites ou archéologiques, l'adaptation au relief et à la pente du bâtiment d'habitation est, en pays tourmenté, une constante. Au Mézenc, il a fallu tailler et aménager le substrat pour implanter le castrum. Les maisons fouillées à Calberte sont taillées directement dans le rocher qui forme paroi ou plancher. Au Cheylard d'Aujac, les maisons les plus anciennes tant seigneuriales que villageoises se sont installées perpendiculairement à la pente naturelle. L'implantation a été corrigée par des aménagements dans le rocher : aplanissement, drainages, salles taillées, etc. Au Tournel, une disposition parallèle à la pente permet de répartir les portes en fonction des différents niveaux. Cette disposition, où l'accès aux différents étages se fait de plain-pied, est confirmée par les registres d'Estimes vivaroises, notamment à Meyras35. Dans cette configuration, le logement est toujours au premier étage et les niveaux sont séparés par des planchers.

  • 36 Bailly-maitre, Marie-Christine et Bruno-Dupraz Joëlle, Brandes-en-Oisans, La Mine d'argent des Dau (...)

18Cette adaptation au relief est parfois une nécessité et détermine alors la physionomie de la maison rurale. Au Mézenc, à 1 500 m d'altitude, les bâtiments de la basse-cour sont quasiment semi-enterrés. Ainsi le bâtiment I, qui dans son dernier état appartient aux xve-xvie siècles, mais qui a sans doute été construit au xie siècle, se présente sous l'aspect d'un long quadrilatère de 15 m (nord-sud) sur 8 m (est-ouest). Établi dans le sens de la pente, il est encastré au nord dans la barre rocheuse qui limite la basse-cour. La dénivellation de près de quatre mètres entre le nord et le sud accentue encore cet aspect. La construction émerge à peine, ce qui explique que les parements extérieurs ne sont pratiquement pas visibles. Cette situation lui assure une protection contre le froid et le vent. Comme pour les maisons de mineurs de Brandes-en-Oisans ou les maisons de Collandres en Cantal36, les rigueurs du climat justifient ici ce choix.

  • 37 Laffont, Pierre-Yves, à paraître.

19Dans les cas extrêmes, c'est la montagne elle-même qui devient habitat : certaines maisons castrales sont totalement creusées dans le rocher. C'est le cas de l'immense bourg castrai troglodytique de La Balme, dit aussi de Montbrun (Cne Saint-Gineis-en-Coiron, Ardèche). On dénombre ainsi dans les falaises de tuf volcanique situées sous le château plus d'une trentaine de cavités — dont certaines à deux étages — implantées à différents niveaux. Ces cavités montrent de remarquables aménagements intérieurs : ancrages de poutre, escaliers intérieurs creusés dans le rocher, niches murales, lucarnes, caniveaux, rainures pour des sablières horizontales, banquettes, etc.37. Sur le même type de terrain, la Haute-Loire présente de nombreux sites analogues dont l'occupation médiévale est attestée.

Les matériaux de construction

20Traditionnellement, les maisons méridionales sont réputées être en pierre. Pour le moment, les fouilles archéologiques des sept sites en fouille programmée du projet n'ont pas mis au jour de bâtiment entièrement de bois. En revanche, les encoches visibles dans le rocher (Figure 3) ainsi que les trous de poteaux sont autant d'arguments qui montrent l'utilisation régulière du bois.

Figure 3- Encoche de poutre taillée dans le grès d'un bâtiment du hameau du castrum d'Aujac (Cne du Cheylard, dép. du Gard). Cliché J. Rouanet.

Figure 3- Encoche de poutre taillée dans le grès d'un bâtiment du hameau du castrum d'Aujac (Cne du Cheylard, dép. du Gard). Cliché J. Rouanet.

21Au Cheylard d'Aujac, quatre mètres sous le village, des encoches de poutres taillées dans la chemise de grès formant des sortes de banquettes, associées à la présence d'un puits-citerne, signalent l'existence d'un hameau plus vaste à l'origine (Figure 4).

  • 38 Clément, Pierre-Albert, communication orale
  • 39 Verlaguet, p.-A., Cartulaire de l'abbaye de Silvanes, Rodez, Archives historiques du Rouergue, 191 (...)
  • 40 Dans un contrat de prix-fait daté de 1442 concernant la construction des remparts de Sainte-Eulali (...)

22À mi-hauteur du pointement volcanique qui constitue le cœur du château du Mézenc, à la jonction de celui-ci avec la barre rocheuse qui limite la basse-cour au nord, des aménagements rupestres ont été reconnus. Ils posent le problème de l'accès à la plate-forme sommitale du rocher. Celui-ci n'étant à l'évidence possible que par le nord : il faut très vraisemblablement imaginer des structures de bois permettant de passer de la partie supérieure de la basse-cour au sommet du rocher, difficilement accessible aujourd'hui. À Sauve, une maison du bourg médiéval comporte encore un pan de bois38. Dans un acte du cartulaire de Silvanès concernant le castrum de Laurens, il est fait mention d'une maison entièrement de bois39 En Haute Cèze, dès le milieu du xiiie siècle, les chartes de franchises témoignent de l'importance du bois plus que de la pierre dans la construction, sans préciser toutefois si ce matériau40 est intégré au bâti, ou s'il n'est mis en oeuvre que pour les charpentes et les aménagements intérieurs. Sur le Larzac, le bois de La Salvage sert de réserve pour effectuer les réparations des bâtiments de Sainte- Eulalie. Cependant, au xve siècle dans ce secteur, plusieurs indices, dont une récupération systématique des poutres, attestent de la raréfaction de ce matériau2. Globalement, il convient donc de réhabiliter la place du bois dans l'architecture rurale de la région étudiée en ayant présent à l'esprit, que, sauf contextes humides ou très secs, il ne se conserve pas.

Figure 4- Cavité taillée dans le schiste du château de Brésis (dép. du Gard).

Figure 4- Cavité taillée dans le schiste du château de Brésis (dép. du Gard).

Cliché J. Rouanet.

  • 41 Chazelle, Claire-Anne de, Klein, Alain, Accetta, André, coord., Echanges transdisciplinaires sur l (...)
  • 42 Chassin du guerny, Yves, « État des maisons et des moulins en Cévennes au xvie siècle », Lien des (...)

23Un autre matériau vient d'être très récemment réhabilité par la communauté scientifique : la terre. Mentions textuelles et découvertes archéologiques se multiplient ces dernières années dans toute la moitié sud de la France pour en faire un matériau de construction largement usité41 En Cévennes également, ce matériau paraît avoir été plus employé que ce que l'on a écrit. Ainsi, dans les « Etats/ des maisons et moulins du diocèse de Nîmes », enquête fiscale diligentée par les États du Languedoc au milieu du xvie siècle, il n'est pas rare que des maisons soient « en terre, de terre, à terren42 ». C'est ainsi qu'un dénommé Antoine Portalès, du Mas de Caucanas (Cne de Montardier), déclare une maison « partie en crotte, partie en solié, partie en terren », ce qui signifie une maison avec étage voûtée au rez-de-chaussée avec emploi de terre.

Figure 5- Murs de pierre d'un bâtiment du castrum de Brion (Ardèche)

Figure 5- Murs de pierre d'un bâtiment du castrum de Brion (Ardèche)

Clichés Pierre-Yves Laffont.

  • 43 Arch. Dép. Lozère, 3 J 683 (1493).

24Force est tout de même de constater que, pour le moment, documentation écrite et archéologique s'accordent pour placer au premier rang des matériaux usités la pierre (Figure 5). En Haute Cèze, l'usage de la pierre pour bâtir n'est réglementé qu'à partir du xve siècle, signe de son abondance jusqu'alors : ainsi en 1493 les seigneurs du Cheylard d'Aujac autorisent la prise de pierres dans leur mandement pour construire, mais en interdisent la vente.43 Textes et données de fouilles témoignent de l'utilisation de matériaux locaux. Aussi convient-il ici de souligner l'extrême variété des situations, depuis les Cévennes gardoises jusqu'au Brivadois et au Velay : grès, calcaire, schiste, granit, basalte, phonolite, rhyolite, tuf volcanique. En effet, cette multiplicité des matériaux de construction ne donne pas du tout la même physionomie, ni la même structure à la maison rurale du sud-est du Massif central.

L'espace domestique et son évolution

La maison de l'archéologue, la maison de l'historien

25Les diverses études d'archéologie programmée et d'archéologie du bâti ont livré suffisamment de données pour qu'une première esquisse de la maison villageoise ou castrale en milieu de montagne ou de moyenne montagne soit élaborée (Figure 2, voir supra). La documentation textuelle apporte quant à elle des précisions sur la manière dont cette maison est perçue par les contemporains, précisions qui viennent compléter les données initiales.

  • 44 Piponnier, Françoise, Le Château d'Essertines. Loire, Lyon, Documents d'Archéologie en Rhône-Alpes (...)

26La maison villageoise ou castrale de la fin du Moyen Âge se présente fréquemment sous la forme d'un bâtiment rectangulaire relativement massif et d'assez grande dimension (8-10 m sur 4-6 m). Il est fréquemment pourvu d'un étage, voire de deux, ces niveaux étant généralement séparés par des planchers, parfois surmontés de combles. Les murs, épais de 50 à 80 cm en moyenne, sont plus fréquemment liés à la terre qu'au mortier. Ces bâtiments sont éclairés par un, plus rarement deux, fenestrous, souvent percés au sud et toujours conçus suivant le même modèle : des ouvertures extérieures réduites, en forme de fente, s'ébrasent à l'intérieur et sont surmontées d'un linteau plat. Généralement, chaque niveau est pourvu d'une porte. Cette architecture est une architecture à pièce unique : les murs de refend sont rares. Les pièces à vivre présentent un certain nombre d'aménagements de confort : éviers et petites niches rectangulaires à fond plat. En revanche, les structures liées au chauffage sont rarement mises en évidence avant une date avancée. Ces bâtisses ne paraissent pas encore spécialisées. Elles semblent être des maisons d'habitation. Ces caractéristiques ne sont pas sans rappeler celles d'autres maisons castrales ou villageoises connues pour des régions montagnardes, à commencer par celles d'Essertines44.

  • 45 Pages, B., Paysages op. cit., cum sotelo et soliero, p. 158-162.
  • 46 Delmas, J., En marge op. cit., « Telle maison, divisée entre les héritiers ou vendue par portions (...)
  • 47 Un hospicium cum sotulo et solerio est vendu en 1357 cum sum apilhal faccendo in talpena solerii.. (...)

27Concernant les niveaux et étages, les fouilles n'ont pas mis en évidence une disposition que les textes mentionnent souvent à l'ouest de la zone d'étude, vers l'Aveyron : le bescalm, galerie extérieure accolée à la façade, plutôt du côté ouest, et en colombage ou en pierre suivant le terroir. Ce bescalm est analogue au bolet de l'habitat traditionnel du Quercy et du Rouergue. Dans cette dernière région, Bénédicte Pages signale que, dans la seconde moitié du xive siècle, 15 % des maisons accensées sont avec rez-de-chaussée et étage45. Le bolet est mentionné dès 1341 lors d'une division d'une maison entre deux frères, l'accès à l'étage restant commun46. À partir de cette date, il n'est pas rare que les actes précisent domo cumbodio in medio ou de soliero bolando ou fasse état d'un appentis47 Dans l'architecture rurale traditionnelle du causse, encore visible sur tout le plateau, ce bolet se présente comme un escalier extérieur qui accède à un perron ouvert ou couvert en appentis, communiquant avec l'entrée de l'habitation au premier étage. Construit sous voûte ouverte ou sous charpente, il est abrité par le toit de la maison ou par son propre auvent porté par des piliers de pierre, des poteaux de bois ou des arcades. Cet aménagement, propre aux pays de vigne et à la moyenne montagne, manque en altitude, ou est remplacé par des porches de pierre plus massifs ; on constate pourtant sa présence dans une maison médiévale de pierre à La Vacheresse (Cne Siaugues-Saint-Romain, Haute-Loire).

28Le cas de Mouret et de ses deux maisons les plus anciennes datées du xiiie siècle illustre toute la difficulté à interpréter les vestiges archéologiques et les vestiges monumentaux. Alors que les deux bâtiments affichent déjà un caractère privilégié sinon « urbain » (murs épais de 1 à 1,10 m, baies et appareil réglé et soigné analogues à ceux des tours médiévales contemporaines), leur destination reste incertaine : à l'étage, les éléments traduisant une fonction résidentielle sont quasi inexistants, tandis que la qualité de la construction n'est guère compatible avec des fonctions agricoles. Il est clair que ce ne sont pas des « fermes ». À partir du xive siècle, l'évolution de l'habitat civil montre l'acquisition progressive des attributs de la résidence, qui semblaient absents jusque là (baies à coussiège, placards, latrines et cheminée). Leur ressemblance avec les aménagements contemporains des tours mouretaines de Reilhac et de La Servayrie suggère une standardisation en même temps qu'une commune évolution : les éléments de confort sont absents dans la première phase de la tour de La Servayrie, autour de 1200, mais apparaissent dans la seconde phase dans la deuxième moitié du xive en même temps que dans la tour de Reilhac (v. 1370-1380). Mais les caractères de ces maisons et les données du compoix de 1451 laissent entendre que le castrum n'est pas habité par des paysans....

  • 48 Bourgeois-Cornus Laetitia, Économie et vie rurale sur le plateau du Vivarais xive et xve siècles, (...)
  • 49 Poble, Pierre-Eric, La Citadelle royaliste du Velay « delà les bois », Saint-Didier-la-Séauve dans (...)

29Des caractères généraux ne signifient pas cependant uniformité, et de nombreuses variantes affectent ce schéma général. Le cas de la toiture est particulièrement significatif. Les maisons de Calberte, du Tournel, ou du Mézenc sont couvertes de lauses de schiste ou de phonolite (Figure 6). En revanche, au xve siècle, pour Laetitia. Cornu-Bourgeois, d'après les documents écrits, la couverture de lauses de phonolite est une exception : à peine 5 % des maisons estimées du haut plateau vivarois48. En effet, les registres d'estimes, lorsqu'ils le mentionnent, font état de maisons couvertes de végétaux, soit de paille de seigle, soit de genêts. Pour la plupart des maisons mentionnées dans les différents documents relatifs au bourg castrai de Saussac, la nature de la couverture n'est pas précisée. On sait seulement qu'une maison, située en contrebas du site de Saussac, était couverte de paille au début du xvie siècle. Est-ce le cas de toutes les autres ? La plupart des maisons campagnardes de la seigneurie de Saussac dont la nature de la toiture est précisée sont couvertes de paille, mais il en est aussi couvertes de lauzes, et même de tuiles. On notera que, dans le secteur de Saint-Didier, au nord-est du Velay, c'est la couverture de tuiles qui domine très largement dans les campagnes de la seconde moitié du xvie siècle49.

Figure 6- Toiture effondrée d'un bâtiment du castrum de Mézenc (Haute-Loire) Cliché Pierre-Yves Laffont.

Figure 6- Toiture effondrée d'un bâtiment du castrum de Mézenc (Haute-Loire) Cliché Pierre-Yves Laffont.

Spécialisation et complexification de la structure d'habitation

  • 50 Fournier, Gabriel et Fournier, Pierre-François, « La vie pastorale dans les montagnes du centre de (...)

30Dans le Massif central méridional, l'évolution de la société et de l'économie transforme la maison rurale. En effet, la grande expansion du Moyen Age central est portée par une croissance démographique longue et continue. Dans la zone étudiée, elle se traduit par la colonisation de zones d'activité pastorale au-dessus de 1 200 m d'altitude. Ce sont souvent, dans un premier temps, des habitats temporaires installés près des sites d'habitats permanents d'agriculteurs50 Les textes évoquent fugacement ces habitats que l'on qualifiera de cabane ou du terme moderne de buron, et non de maison proprement dite. Si l'on en connaît depuis la grande enquête anthropologique sur l'Aubrac la version moderne ou contemporaine, on ignore à quoi ressemblaient ces formes médiévales d'habitation.

  • 51 Chassin Du Guerny, Y., « État... », op. cit.
  • 52 Carlat, M., Architecture... op. cit., p. 92.

31Par la suite, à partir du xiiie siècle, le développement de l'élevage ovin et bovin, lui-même lié à l'augmentation de la consommation de viande à la table des bourgeois et des seigneurs, amène un bouleversement de la structure habitée. Ainsi, aux annexes traditionnelles précédemment évoquées s'adjoignent désormais, sur le Mézenc ou dans d'autres secteurs pastoraux, des bâtiments spécialisés telle la grange liée à la nécessité de stocker le foin pour la nourriture du bétail. L'évolution conduit ici vers le rassemblement sous un seul toit des différentes fonctions, solution adaptée à un climat froid ou très froid : la maison-grange. En revanche, sur le Larzac, on recense de grandes fermes à cour fermée, composées de plusieurs bâtiments fonctionnels à vocation pastorale, bergerie, grange, écurie. Elles sont d'ailleurs pourvues d'une porte charretière. À l'époque moderne, la différence entre le bâtiment d'habitation et les bâtiments d'exploitation se marque par les différences de toiture : la paille est plus spécifiquement utilisée pour les bâtis spécialisés, étables et granges, que pour l'habitation proprement dite. Cette différence s'observe également en Cévennes dans l'enquête fiscale du milieu du xvie siècle51 Dans cette zone, ce sont les bâtiments liés à l'exploitation de la châtaigne qui se densifient autour des habitations, à l'image de la clède destinée à faire sécher les châtaignes52.

32Néanmoins, au final, les textes, comme l'archéologie, demeurent peu prolixes sur ces formes plus marginales et moins villageoises de maisons rurales.

33*

  • 53 Colin M.-G. et alii, La Maison... op. cit.

34Dans le Massif central méridional, la maison castrale a été étudiée il y a quelques années53 : il s'agit d'une maison-bloc en pierre formant un corps monolithique élevé sur un ou deux étages, le rez-de-chaussée étant plus ou moins une aire de stockage ou de travail, le premier étage formant le logis et réunissant ainsi sous le même toit diverses activités domestiques ou artisanales. Vulgarisée par un modèle, sinon aristocratique et urbain, du moins « privilégié », cette maison a pu être présentée comme un archétype commun à toute la zone montagnarde. Cependant, au fil de l'accumulation des données textuelles et archéologiques, ce modèle ne paraît plus aujourd'hui aussi universel et, dans certains cas, constitue même une exception. En effet, d'un bout à l'autre de la région étudiée, les solutions et partis-pris adoptés en regard du relief, du climat, des matériaux de construction — toujours autochtones —, de l'intégration des activités non domestiques, notamment pastorales, introduisent de notables variantes dans la manière de construire, d'habiter et de concevoir l'espace à vivre au sein du castrum. Ce dernier conserve encore, au xve siècle, des caractères très campagnards, très éloignés du réfèrent urbain languedocien ou provençal.

35A côté de la demeure castrale, la maison du paysan, égrenée dans la campagne ou polarisée autour du point fortifié, demeure encore souvent une habitation multicellulaire, composite. C'est elle que décrit majoritairement la documentation écrite des derniers siècles de Moyen Age. Unité domestique complexe, elle s'organise sans doute à partir d'un espace, cour, courtil ou aire, autour duquel se distribuent les annexes qui constituent autant de bâtiments spécialisés. Ici les fonctionnalités sont diverses et éclatées en plusieurs espaces faisant du logis « une maison-ferme ». Cependant, cette maison tend vers une maison-bloc en altitude par fusion du logis et de la grange, mais cette évolution est seulement commencée au Moyen Age.

36Ainsi, la maison montagnarde au Moyen Âge n'existe pas : c'est un mythe. Les prochaines années devront s'efforcer de mieux caractériser les différents types de maison et leur évolution, à peine esquissés dans ce schéma. Les fouilles programmées en cours, initiées, à l'exception de Calberte, récemment, devraient y contribuer au premier chef.

Notes

2 Pour le monde rural voir Esquieu, Yves et Pesez, Jean-Marie (dir.), Cent Maisons médiévales en France (du xiie au milieu du xvie siècle). Un corpus et une esquisse, Paris, CNRS, 1998, 450 p. Bazzana, André, et Hubert, Etienne, (dir.), CASTRUM 6. Maisons et espaces domestiques dans le monde méditerranéen au Moyen Âge, Actes du colloque tenu à Eriche, Madrid-Rome, Casa de Velazquez-École française de Rome, 2000, 272 p. Ruralia IV, The rural house from the Migration Period to the oldest still standing buildings, Bad-Baderkesa, Lower Saxony, Germany (8-13 September 2001), Prague, Institute of Archaeology, 2002, 210 p. Alexandre-Bidon Danièle, Piponnier Françoise, POISSON, Jean-Michel, (coordinateurs), Cadres de vie et manières d'habiter (xiie-xvie siècle), Actes du VIIIe congrès international d'archéologie médiévale tenu à Paris (11-13 octobre 2001), Caen, Publications du C.R.A.H.M., sous presse.

3 Colin, Marie-Geneviève, Darnas, Isabelle, Pousthomis, Nelly, Schneider, Laurent, (coordinateurs), La Maison du castrum de la bordure méridionale du Massif central, Carcassonne, Centre d'Archéologie médiévale du Languedoc, 1996, 221 p.

4 Fouilles des castra d'Apcher (I. Rémy), Brion (P.-Y. Laffont, F. Bréchon), Mézenc (P.-Y. Laffont, F. Bréchon), Mouret (S. Campech) et Saussac (P.-E. Poble). Sondages envisagés à Aujac (ARCA et J.-C. Hélas). Etudes d'archéologie du bâti au Toumel (I. Rémy). Le site de Calberte (I. Darnas) est fouillé depuis près de 20 ans.

5 En Ile-de-France, 150 à 160 communes sur un total de 1 281, soit 10 %, comptent un, parfois plusieurs, habitats ruraux du haut Moyen Âge (ve-xie siècles), fouillés préventivement à la date de 1998, ce qui représente plus de 230 opérations archéologiques pour le seul habitat du Haut Moyen Age depuis 1979, dont les trois quarts se sont déroulées durant la dernière décennie (information aimablement communiquée par Jean Chapelot que nous remercions). A quelques belles exceptions près, notamment le TGV Sud-Est ou l'A75, il n'en est pas de même en France méridionale, a fortiori dans la zone étudiée.

6 Historiens et ethnologues avaient déjà commencé à travailler dans cette direction berthe, Maurice, « L'habitat médiéval du Rouergue : l'exemple du Larzac », Revue du Rouergue, 1990, n° 23, p. 395-403. cayla, Alfred, Architecture paysanne du Rouergue et des Cévennes, Paris, Serg, 1975, 111 p. carlat, Michel, Architecture rurale en Vivarais, Paris, Librairie Guénégaud, 1982, 318 p. delmas, Jean, « En marge du Languedoc, l'habitat de la région de Cornus », Maisons et paysages du Rouergue, Rodez, Sauvegarde du Rouergue, sans date, p. 12-19. guibal, Jean et raulin, Henri L'Architecture rurale française, Corpus des genres des types et des variantes. Languedoc-Roussillon, Die, Edition A. Die, 1994, 307 p.

7 Projet collectif de recherches dans le cadre de la thématique H24 de la programmation archéologique nationale (2000-2003).

8 FAU, Laurent, « Approche de l'habitat médiéval en moyenne montagne : le plateau de l'Aubrac » Ruralia II, Actes du colloque tenu à Spa (Belgique) à l'automne 1997, Prague, Institute of Archaeology, Pamatny Archaeologic supplementum II, 1998, p. 126-139.

9 Boudartchouck, Jean-Luc, « L'habitat rural et le souterrain médiéval de Pech de Bonal (Fontanes, Lot) », Archéologje du Midi médiéval, 1997-1998,1.15-16, p. 67-105 et documents finaux de synthèse inédits.

10 Leger,, Anne, Saint-Agrève en 1464. Une Bourgade de la montagne vivaroise à travers Us Estimes du Vivarais, Mémoire de maîtrise, Université de Lyon II, 2000, p. 75-89.

11 Campech, Sylvie et alii, Le Castrum de Mouret, rapport triennal 1999-2001, Service Régional de l'Archéologie de Midi-Pyrénées, 2003. Colin M.-G. et alii, La Maison....op. cit. Laffont, Pierre-Yves et Bréchon, Franck, Le Castrum de Brion. Document final de Synthèse, Service Régional de l'Archéologie de Rhône-Alpes, 2001. Rémy, Isabelle, Le Site castrai du Tournel (Lozère) xiie-xvie siècles : son analyse architecturale, D.E.A., Université de Lyon II., 1995, et « Le site castrai du Tournel (Lozère) xiie-xvie siècles : son analyse architecturale », Archéologie du Midi médiéval, t. 18, 2000, p. 41-68.

12 Rémy Isabelle, Le Site.op. cit.

13 Hautefeuille Florent, contribution dans : Campech, Sylvie et alii. op. cit.

14 Le terrier de la chapelle de Saussac a été réalisé entre 1417 et 1419 A.D. Haute-Loire 18 J 145 ; le terrier de la seigneurie de Saussac entre 1510 et 1511 voir Archives municipales dYssingeaux / Registre d'estimes de 1522 conservé aux Arch. Dép. Haute-Loire 1 C 937. voir aussi Poble, Pierre-Eric, Saussac, haronnie diocésaine du Velay, 2000, p. 49-60.

15 Guérin, Magali, Le Registre d'Estimes de 1464 du village de Beaumont. Édition informatique et approches d'histoire rurale, Mémoire de maîtrise, Université d'Aix-Marseille I, 2001, 346 p. laffont, Pierre-Yves, inédit.léger, A., Saint-Agrève op. cit. serrecourt, Céline, Paysage et société rurale dans les Cévennes vivaroises. Le mandement de Meyras d'après les estimes de 1464, Mémoire de maîtrise, Université de Montpellier III, 2001, 183 p.

16 Escande, Florence, Inventaire archéologique des communes de Mouret et de Pruines, Mémoire de maîtrise, Université de Toulouse II, 2000, 3 vol. Hautefeuille, F., contribution..., op.cit.

17 Ces 41 feux ne correspondent qu'aux propriétaires fonciers. Ce chiffre est sans doute minoré du fait de la présence de familles de vignerons qui ne sont pas propriétaires de leur terre, mais qui résident sur place tout en travaillant pour le compte de bourgeois de Rodez ou des bourgs voisins.

18 XI. Item ne aliqua persona occupare carrerias publicas nec etiam restringere sub pena viginti solidorum turonensis. XXVI. Item ne aliqua persona audeat facere vel edifficare vel eddificata tenere stabulum porcorum nec facere nec tenere fumum seu femoras infra villas et loca dicta domui subdita in carreriis publias et redis. Règlement de police de 1317 de la commanderie de Sainte-Eulalie, Copie de 1458 Arch. Dép. Haute-Garonne, Fonds de Malte, transcription de l'acte original en latin dans ARIAS, Stéphane, La Commanderie de Sainte-Eulalie-du-Larzac dans ses rapports avec les communautés et Us seigneurs du Rouergue (milieu xiiie-milieu xiie siècle), Mémoire de maîtrise, Université de Toulouse II, 1987,119 p, p.111-115.

19 ...domo seu airali ou domum cum portiane ayralis cum sibi contigenti... PAGÈS, Bénédicte, Paysages et économie agro- pastorale. La commanderie de Sainte-Eulalie-du-Larzac (fin xiiie-fin xive siècle), Mémoire de maîtrise, Université de Toulouse-le Mirail, 1989, 204 p.

20 Johannes del Ichalier loci predicti de Bidatgio pro domo sue habitadonis coperta palea cum duobus ortis in eodem loco scituatis. Arch. Dép. Ardèche C 616.

21 Remy, Isabelle, « Le site... », op.cit.

22 Bousquet, Henri, « Les murs de la Couvertoirade et de Sainte-Eulalie du Larzac », Mémoires de la Société des Lettres, Sciences et Arts de l'Aveyron, 1946, XXVI, p. 403-442.

23 PAGÈS, B., Paysages.... op. cit, p. 59-60.

24 ...cum ortis Joannis Arso vocatis dous pomyer... voir aussi Poble, p.-E., Saussac... op. cit., p. 57.

25 Bourrin-Derruau, Monique, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d'une sociabilité xe-xive siècle). T.I Du château au village (xe-xiie siècle), Paris, L'Harmatttan, 1987, p. 162-170.

26 Hautefeuille, F., op. cit., Guérin, M., op. at., Léger, A., op. cit., Serrecourt, C., op. cit.

27 Escande, F., Inventaire op. cit.

28 pro domibus suarum habitationnes, granga(rum) et celario(rum) scituata in dicto manso précise au f° 18 le registre de Meyras étudié par C. Serrecourt, op. cit.

29 Colin, M.-G. et alii, La Maison..., op. cit., p. 126.

30 Léger, A., Saint-Agrève..., op. cit. darnas, Isabelle, « Un castrum artisanal : Calberte en Gévaudan », Le Village médiéval et son environnement. Études offertes à Jean-Marie Pesez, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 335-348.

31 Guérin, M., Le registre...op. cit.

32 Charbonnier, Pierre, voir article dans le présent ouvrage.

33 Sur 82 reconnaissances échelonnées du xiie au xve siècles évoquant la maison, deux seulement présentent un hospicium seul et six signalent la domus seule sans aucune dépendance ou annexes.

34 Escande, F., Inventaire..., op. at.

35 Serrecourt, C., Paysage..., ap. cit.

36 Bailly-maitre, Marie-Christine et Bruno-Dupraz Joëlle, Brandes-en-Oisans, La Mine d'argent des Dauphins (xiie-xive siècle Isère). Documents d'archéologie en Rhône-Alpes, Lyon, 1994. Costes, Marie- Claire, « L'occupation médiévale de la moyenne montagne cantalienne : l'exemple de la commune de Collandres (Cantal) », pressouyre Léon, Vivre en moyenne montagne. Actes du 117e congrès national des Soaétés Savantes tenu à Clermont-Ferrand (octobre 1982), Paris, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1995, p. 203-227.

37 Laffont, Pierre-Yves, à paraître.

38 Clément, Pierre-Albert, communication orale

39 Verlaguet, p.-A., Cartulaire de l'abbaye de Silvanes, Rodez, Archives historiques du Rouergue, 1910, domui qui ibi edificabitur ligna n°386 p. 306 (1139).

40 Dans un contrat de prix-fait daté de 1442 concernant la construction des remparts de Sainte-Eulalie, les propriétaires des maisons à démolir pourront garder les poutres, lauses, pierres de taille (portes, fenêtres, cheminées, éviers, piliers de maisons) et tuiles. A la Couvertoirade, une sentence arbitrale de 1441 consécutive à la construction de la muraille, ordonne qu'« un préavis de 8 jours aux propriétaires de maisons condamnées, avant de les abattre, afin qu'ils aient le temps d'en enlever les poutres et les tuiles et d'éviter qu'elles ne se perdent... Pour ce qui est des poutres, il aura la faculté d'en prendre une certaine partie, mais seulement dans la proportion qui lui sera strictement nécessaire pour ses travaux. Le reste appartiendra aux propriétaires des maisons démolies, de même que les pierres taillées formant l'arceau supérieur de la porte et les piliers intérieurs : à condition de donner en échange une quantité correspondante de pierre brute » cité par H. Bousquet, op. cit., p. 410.

41 Chazelle, Claire-Anne de, Klein, Alain, Accetta, André, coord., Echanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue, I Terre modelée, découpée ou coffrée, matériaux et modes de mise en oeuvre, Actes du colloque tenu à Montpellier 17-18 novembre 2001, École d'Architecture de Montpellier, Montpellier, Espérou, 2003, 460 p.

42 Chassin du guerny, Yves, « État des maisons et des moulins en Cévennes au xvie siècle », Lien des chercheurs cévenols, publication initiale échelonnée de 1995 à 1998 puis rassemblée avec index et glossaire dans un numéro hors série (n° 48) de la revue. Ce document précieux, jusqu'à présent inédit, renferme nombre de précisions intéressantes sur l'habitat rural.

43 Arch. Dép. Lozère, 3 J 683 (1493).

44 Piponnier, Françoise, Le Château d'Essertines. Loire, Lyon, Documents d'Archéologie en Rhône-Alpes n° 8,1993, 175 p.

45 Pages, B., Paysages op. cit., cum sotelo et soliero, p. 158-162.

46 Delmas, J., En marge op. cit., « Telle maison, divisée entre les héritiers ou vendue par portions, est bordée d'une suite de balets indépendants et l'ensemble ne manque pas d'allure... » p. 18. Ainsi, en 1341 Ila que hodium sive hueg de tieure dehet fieri inter nos communis et communihus expensihus

47 Un hospicium cum sotulo et solerio est vendu en 1357 cum sum apilhal faccendo in talpena solerii... es eo que erit utile cum cadat ad terra cité par B. Pages, Paysages..., op. cit., p. 158-162.

48 Bourgeois-Cornus Laetitia, Économie et vie rurale sur le plateau du Vivarais xive et xve siècles, Mémoire de maîtrise, Université de Lyon II, 1991, p. 140.

49 Poble, Pierre-Eric, La Citadelle royaliste du Velay « delà les bois », Saint-Didier-la-Séauve dans la seconde moitié du xvie siècle, Saint-Etienne, 1997, p. 144.

50 Fournier, Gabriel et Fournier, Pierre-François, « La vie pastorale dans les montagnes du centre de la France », Bulletin historique et scientifique de l'Auvergne, t. 91, n° 676, 1983, p. 199-358. Hamon Etienne, « L'habitat temporaire sur l'Aubrac à la fin du Moyen Âge », Pressouyre Léon, Vivre en moyenne montagne. Actes du 117e congrès national des Sociétés Savantes tenu à Clermont-Ferrand (octobre 1982), Paris, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1995 p. 229-239. HAMON Etienne, « I-es mas désertés de l'Aubrac médiéval : bilan provisoire d'une recherche collective », Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, Bulletin de l'année académique 1999-2000, p. 289-294.

51 Chassin Du Guerny, Y., « État... », op. cit.

52 Carlat, M., Architecture... op. cit., p. 92.

53 Colin M.-G. et alii, La Maison... op. cit.

Table des illustrations

Titre Figure 1- Les sites archéologiques en fouilles programmées
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11698/img-1.png
Fichier image/png, 667k
Titre Figure 2- L'évolution de la maison castrale
Légende Dessin Isabelle Rémy
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11698/img-2.png
Fichier image/png, 697k
Titre Figure 3- Encoche de poutre taillée dans le grès d'un bâtiment du hameau du castrum d'Aujac (Cne du Cheylard, dép. du Gard). Cliché J. Rouanet.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11698/img-3.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 4- Cavité taillée dans le schiste du château de Brésis (dép. du Gard).
Légende Cliché J. Rouanet.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11698/img-4.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 5- Murs de pierre d'un bâtiment du castrum de Brion (Ardèche)
Légende Clichés Pierre-Yves Laffont.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11698/img-5.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Figure 6- Toiture effondrée d'un bâtiment du castrum de Mézenc (Haute-Loire) Cliché Pierre-Yves Laffont.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11698/img-6.png
Fichier image/png, 1,2M

Auteurs

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540