Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Deuxième partie. La maison de l'archéologue

La maison rurale en Cévennes. L'exemple de la paroisse de Saint-Germain-de-Calberte, Lozère (XIIIe et XIVe siècles)

Isabelle Darnas

Indexeinträge

Géographique :

France

Volltext

1Région de moyenne montagne au sud-est du Massif central, les Cévennes sont aujourd'hui réparties sur trois départements, la Lozère, le Gard et l'Ardèche. Elles se présentent comme un ensemble de vallées encaissées, orientées vers la Méditerranée. L'habitat rural y est pour l'essentiel dispersé. Les exemples choisis dans ce texte pour essayer d'appréhender la maison rurale cévenole ne concernent que le département de la Lozère et plus particulièrement la paroisse de Saint-Germain-de-Calberte. Le caractère exemplaire de cette paroisse médiévale justifiait une étude monographique en raison de la présence à la fois d'un habitat dispersé majoritaire, d'un bourg groupé autour de son église paroissiale et d'un habitat groupé autour d'un château, un castrum, déserté à la fin du Moyen Âge. Ce dernier fait l'objet d'une fouille archéologique depuis 1983 (photographie n° 1).

Photographie 1- Vue générale du castrum de Calberte, prise du nord

Photographie 1- Vue générale du castrum de Calberte, prise du nord

Le quartier d'habitat au nord-ouest est bien visible à droite

2La forme de la maison rurale cévenole médiévale peut surtout être appréhendée par les résultats des études archéologiques sur le castrum. Une partie de ces études a déjà été publiée entre 1985 et 1997 et les travaux récents ont porté sur des bâtiments situés à l'extérieur de l'enceinte villageoise. Ils permettent d'affiner ce que nous savons déjà sur cette maison rurale cévenole, notamment en nous éclairant sur sa fonction artisanale. En effet, cette donnée était quasiment absente des maisons fouillées à l'intérieur de l'enceinte. Si des activités avaient pu être localisées, elles y étaient menées parallèlement à la vie domestique. Au contraire, les bâtiments que nous allons présenter ici sont spécialisés, il s'agit de maisons-ateliers, et la forme de la maison rurale s'est parfois adaptée à cette fonction spécifique. C'est essentiellement en cela que la vision de l'habitat du castrum languedocien peut être complétée.

La paroisse de Saint-Germain-de-Calberte

Les Cévennes, une entité géographique spécifique

3Avant d'aborder les caractéristiques de la maison rurale cévenole à partir des données archéologiques recueillies dans le castrum de Calberte, il s'agit, dans un premier temps, de présenter paysage et terroir. La montagne la plus haute de la région, le mont Lozère, est un gros massif de granité qui a plissé les schistes environnants. Les vallées encaissées sont creusées dans le schiste par des torrents rapides, tous appelés « Gardon ». Le climat est méditerranéen tout comme lavégétation, dominée par le châtaignier. Ce dernier n'est plus exploité et le chêne-vert lui fait concurrence depuis les désertions du monde rural des xixe et xxe siècles. L'habitat est majoritairement dispersé, sous la fonne de fermes isolées et de hameaux (3 à 4 feux au maximum). L'agriculture a toujours été pratiquée sur des terrasses ménagées sur le flanc des pentes (photographie n° 2). Les prés et pâtures sont rares et précieux. Les drailles ou chemins de transhumance suivent les crêtes alors qu'un réseau complexe, et au moins médiéval, de petites routes dessert l'ensemble des habitats. Le regroupement de ces derniers est très marginal et, quand il existe comme pour le bourg paroissial de Saint-Germain-de-Calberte, il trouve son origine en la présence d'une église paroissiale importante. La plupart des paroisses cévenoles n'ont, en effet, pas de chefs-lieux : l'église paroissiale est isolée, tout comme la mairie aujourd'hui (Saint-Julien-des-Points, Saint-André-Capcèze...).

4La paroisse choisie pour étude, située au cœur géographique des Cévennes et au sud-est du département de la Lozère, présente toutes les formes d'habitat rural présentes dans cette région : un grand nombre de hameaux, un habitat groupé autour de l'église paroissiale saint Germain et une tentative médiévale d'habitat groupé qui a avorté, un castrum.

Photographie 2 Exemple de bancels ou faïsses, terrasses aménagées pour l'agriculture en Cévennes

Photographie 2 Exemple de bancels ou faïsses, terrasses aménagées pour l'agriculture en Cévennes

Commune de Saint-Germain-de-Calberte

Les Cévennes gévaudanaises

5Les Cévennes sont donc une entité géographique, non historique. Le secteur qui nous occupe ici, la paroisse de Saint-Germain-de-Calberte, se situe dans le Gévaudan historique. Ce territoire septentrional du Languedoc se confond avec celui du diocèse de Mende, ce dernier coïncidant à peu près avec le département de la Lozère.

6À partie du xe siècle, les évêques successifs parviennent peu à peu à s'ériger en seigneurs absolus du Gévaudan à l'exception d'une partie des Cévennes gévaudanaises, sous l'autorité du seigneur d'Anduze, vassal et allié du comte de Toulouse. Après la croisade albigeoise et au terme d'un long procès (1258-1307) opposant le roi de France et l'évêque de Mende, ils signent un acte de paréage répartissant les juridictions de l'un et de l'autre sur l'ensemble du Gévaudan. Ce cadre juridique complexe reste en vigueur jusqu'à la Révolution française. Dans les faits, l'évêque devient le plus puissant seigneur du Gévaudan. La paroisse de Saint- Germain-de-Calberte dépendait, en grande partie, de la juridiction épiscopale, sauf le castrum de Calberte, qui dépendait du roi.

  • 1 Arch. dép. de la Lozère 1 J 424 ; III E 1791 ; III E 2207 ; III E 2208 ; III E 5044.
  • 2 Darnas, Isabelle, Structures agraires, habitat rural et vie paysanne à Saint-Germain-de-Calberte au (...)
  • 3 Darnas, Isabelle, « Le terroir et l'habitat médiéval de Saint-Germain-de-Calberte, paroisse des Cév (...)

7L'église paroissiale et certains des hameaux de la paroisse, tout comme le castrum de Calberte, sont mentionnées dès le xie siècle. Néanmoins, la maison rurale médiévale cévenole ne peut être véritablement appréhendée qu'à la fin du XIIIe à partir de l'étude de deux sources essentielles : un fonds d'archives (notaires et reconnaissances féodales entre 1291 et 15001) et les résultats de la fouille archéologique du village déserté de Calberte2. La confrontation des deux types de données a permis de relever un certain nombre de points communs. La maison médiévale cévenole semble être majoritairement un édifice à deux niveaux, construit en pierres et couvert de lauzes de schiste. Elle présente souvent une façade sur rue et une cour (ou jardin). Les fermes isolées possèdent des bâtiments d'exploitation annexes (grange, porcherie, étable...). Néanmoins, les données archéologiques restent, à ce jour, les plus précises quant aux modes de construction, à la forme architecturale (plan, décor, aménagement intérieur et/ou extérieur...) et surtout la fonction. En effet, à l'exception de quelques boutiques mentionnées à l'intérieur du bourg paroissial, la fonction domestique est seule évoquée, souvent par défaut3.

La maison du castrum

Des maisons d'habitation

  • 4 Chabrol, Jean-Paul (dir.), La Lozère de la Préhistoire à nos jours. Editions Bordessoules, 2002. Ca (...)
  • 5 Rémy, Isabelle, « Le castrum du Tournel », Archéologe du Midi Médiéval, tome XVIII, 2000. Cet auteu (...)

8En Languedoc, le castrum est une entité comprenant un château et un village fortifié. Le nombre des castra gévaudanais est important4 et, comme dans d'autres régions du Massif central, beaucoup d'entre eux ont été abandonnés à la fin du Moyen Age ou au début de l'époque moderne, contrairement aux castra de plaines. L'enquête réalisée à l'occasion du procès cité en première partie permet d'avoir, à la fin du xiiie et au début du xive siècle, une vision quasi exhaustive des castra et hameaux du Gévaudan. Le travail réalisé sur le castrum de Calberte peut maintenant faciliter des études comparatives5, à la fois sur les fortifications et sur l'habitat, forme et urbanisme.

  • 6 Darnas, Isabelle, « Étude archéologique du château de Calberte (Lozère) », Revue du Gévaudan, 1985, (...)
  • 7 Darnas, Isabelle, « Une maison médiévale à Saint-Germain-de-Calberte », Congrès des Sociétés Savant (...)
  • 8 Darnas, Isabelle, « Le castrum de Calberte : étude du quartier nord-est (Saint-Germain-de-Calberte, (...)
  • 9 Darnas, Isabelle, « Un castrum artisanal : Calberte en Gévaudan (xiie-xive siècles) », dans : Le vi (...)

9Le château de Calberte se dresse au sommet d'un piton de schiste, au milieu de la vallée du gardon de Saint-Germain et les ruines du village se développent essentiellement sur son flanc nord pour la partie fortifiée, ainsi que, dans une moindre mesure, sur le flanc est pour les bâtiments hors-les-murs étudiés depuis 1993 (photographie n°1). L'étude de l'habitat déserté, en cours depuis 1985, a été précédée d'une étude des bâtiments du château6. Ils ont fait l'objet d'une analyse archéologique et historique. Ils se composent d'un corps de logis rectangulaire, l'édifice le plus ancien du site, d'un donjon carré (accolé au logis), d'une chapelle castrale orientée, d'une tour ronde isolée et d'un ensemble de cinq dépendances, le tout cerné par une première enceinte, plus symbolique que militaire (planche I). Le travail archéologique a ensuite porté sur l'habitat avec, en 1985, l'étude du bâtiment 17, puis du bâtiment J en 1986, ensuite du quartier nord-ouest (un espace ouvert ou zone III, deux rues et les bâtiments 2 et 15 entre 1987 et 1991 ; (planche I et photographie n° 3)8 et enfin du quartier artisanal nord-est, hors-les-murs, entre 1993 et 19979. L'ensemble de ces travaux a été publié. Une publication d'ensemble des résultats est prévue après le dernier programme archéologique triennal en cours (2002-2004), soit vers 2005/2006.

  • 10 Coun, Marie-Geneviève, Darnas, Isabelle, Pousthomis, Nelly, Schneider, Laurent, (dir.), « La maison (...)
  • 11 Darnas, Isabelle, « Un castrum artisanal... », art. cit.

10En outre, une étude comparative concernant spécifiquement la maison des castra de montagne, sur les contreforts méridionaux du Massif central, a déjà fait l'objet d'une publication synthétique10. La maison-type du castrum de Calberte se présente sous la forme d'un bâtiment rectangulaire à deux niveaux, couvert d'une toiture de lauzes de schiste. L'une des parois est toujours taillée dans le rocher sur au moins un niveau. L'habitat protégé par l'enceinte villageoise se développe en éventail sur le flanc nord du piton, montrant une volonté d'urbanisme cohérent Quatre maisons ont été étudiées. L'objectif ici est d'aborder les résultats des derniers travaux archéologiques qui concernent l'habitat hors-les-murs du castrum de Calberte. En effet, un ensemble de bâtiments était visible au-delà de l'enceinte villageoise (planche I, zones VI et VII). Leur mode de construction et d'organisation laisse à penser qu'il s'agissait de groupes de maisons contemporains de l'habitat fortifié. Un premier groupe de trois maisons, situées au nord-est du piton rocheux, a été étudié11. Si leur forme et leur mode de construction étaient bien les mêmes qu'à l'intérieur de l'enceinte, chacune abritait un important foyer correspondant à une zone de travail. Il ne s'agissait pas de foyers cufinaires mais de foyers à destination artisanale. Bien qu'à l'extérieur de l'enceinte, ces maisons étaient suffisamment proches de la porte de l'enceinte pour qu'il soit très facile de la franchir en cas de danger sans avoir à sortir. En effet, leurs trois portes d'accès s'ouvrent dans un espace couvert abritant un escalier qui conduit directement à la porte (planche I).

11L'étude de ce premier groupe fut la première preuve irréfutable de la présence d'une fonction artisanale dévolue à une maison, et même à tout un quartier puisque trois édifices sont concernés.

Des maisons-ateliers

12Pour approfondir les liens entre le quartier artisanal nord-est (bâtiments 9, 10 et 11) et l'enceinte villageoise, il fallait comprendre l'organisation topographique des autres structures extérieures à l'enceinte et déterminer, si possible, leur rôle (planche I, zone VII). Quelles étaient la forme et la fonction des maisons situées entre l'enceinte et le fossé sec, au sud du quartier nord-est pour lesquelles les crêtes de murs apparentes semblaient indiquer des constructions de moindre qualité ?

Planche 1- Relevé topographique général du site avec indication des secteurs fouillés entre 1985 et 2001

Planche 1- Relevé topographique général du site avec indication des secteurs fouillés entre 1985 et 2001

13Trois nouveaux bâtiments ont été étudiés, nommés 16, 17 et 18 (planche I). Seul le 16 était visible avant la fouille. Il ressemble, en de nombreux points, aux autres bâtiments du castrum : un édifice rectangulaire à deux niveaux, bâti sur le rocher de schiste, orienté est/ouest, construit en pierres de schiste de petit et moyen appareil et montées sans liant Il possède une porte dans son mur nord ouvrant sur le cheminement vers la porte de l'enceinte villageoise. Cet édifice était couvert d'une toiture de lauzes, sans doute en appentis vers l'est comme en témoigne la destruction presque complète du mur est. Il avait deux niveaux. Le rez-de-chaussée était assez bas (1,45 m environ) du côté ouest mais allait en s'agrandissant en direction de l'est La paroi ouest est entièrement taillée dans le rocher. On marchait directement sur le schiste, aménagé en plan incliné. L'usage de ce bâtiment est indéterminé mais le rez- de-chaussée ne semble pas destiné à l'habitation. Quant au premier étage, une porte à l'ouest ouvrait dans un bâtiment qui abritait des structures artisanales.

14De construction assez sommaire, ce bâtiment a en partie disparu. Son toit en appentis s'appuyait contre le rocher support de l'enceinte. Il était toutefois couvert de lauzes et abritait, en son milieu, un foyer rectangulaire encadré de petits poteaux de bois (ou de métal) dont les encoches sont bien visibles et qui supportaient des éléments disparus (planche I). Le long de ce mur ouest a été creusée une rigole dans le rocher qui permettait l'écoulement d'eaux en direction de la rue d'accès (photographie n 4). Cette rigole était sans doute couverte sur toute sa longueur, comme en témoignent une série d'encoches taillées en bordure.

Photographie 4 Rigole aménagée contre le mur ouest de la maison 16. Cliché pris du nord

Photographie 4 Rigole aménagée contre le mur ouest de la maison 16. Cliché pris du nord

Photographie 5- Mur nord de la maison 17 et paroi rocheuse servant de mur ouest.

Photographie 5- Mur nord de la maison 17 et paroi rocheuse servant de mur ouest.

En arrière plan, mur ouest de la maison 16, présentant l'amorce du premier étage de ce dernier.

15Le bâtiment 17 (planche I et photographie n° 5) est mal conservé et de forme peu régulière, postérieur à la construction du bâtiment 16. Le mur sud du bâtiment 16 servait aussi de mur nord au bâtiment 17 : il est le mieux conservé (photographie n° 5). De forme irrégulière, ce bâtiment est très endommagé. Le rocher aménagé en paroi lui sert de limite à l'ouest et ses murs sud et est sont visibles sur quelques assises seulement. Il était couvert d'une toiture en lauzes. Il n'avait, a priori, qu'un seul niveau. L'absence de pierres de construction écroulées dans la partie est de l'édifice laisse supposer que, peut- être, les murs sud et est n'étaient pas construits sur toute la hauteur du bâtiment mais laissaient une partie ouverte. Indépendamment de ces suppositions, il est certain qu'il y avait, à l'intérieur, un beau sol de terre battue. Un espace couvert de cendres le long de la paroi ouest, ainsi qu'un grand nombre de morceaux de quartz rubéfiés au milieu, suggèrent la présence d'un espace foyer de grande taille. Il est vraisemblable d'imaginer un bâtiment à usage artisanal.

16L'édifice 18 est également mal conservé et sa fonction pose problème. Pas de mur visible clairement à l'est, celui du nord est très déformé et ne possède pas de parement sud Seuls les murs ouest et sud sont bien localisés, bien que celui de l'ouest verse en direction de l'est. À l'ouest, une partie ouverte intégrant un grand foyer de forme quadrangulaire, cerné par trois murs bien construits (le quatrième est trop déformé pour affirmer qu'il existait une liaison avec les autres (planche I). Cet espace quadrangulaire était rempli de cendres et une quantité importante de charbons de bois a pu être recueillie (en cours d'étude). Un travail lié au feu était effectué dans cet espace mais il est difficile de l'interpréter aujourd'hui.

17Il convient néanmoins de confirmer l'activité métallurgique intense de ce castrum. Il est possible de parler clairement de maisons-ateliers. Cette activité qui avait été signalée dans le bâtiment J, à l'intérieur de l'enceinte, est maintenant attestée dans toutes les maisons situées à l'extérieur de l'enceinte.

La maison rurale cévenole

Fonctions de la maison

18La forme de la maison rurale cévenole, à partir des exemples de la paroisse de Saint- Germain-de-Calberte, est aujourd'hui mieux connue et il faudrait mener d'autres enquêtes sur des paroisses voisines pour confirmer les premières conclusions. On peut néanmoins affirmer que la maison du bourg paroissial diffère peu, dans sa forme, de celle du castrum. En revanche, la (ou les) fonction(s) de cette maison est l'aspect le plus difficile à appréhender. Nous avons vu que les textes nous renseignent peu sur cet aspect et, du point de vue de l'archéologue, la fonction d'habitation est la plus compliquée à détecter dans les sédiments. C'est l'absence de trace d'activité, agricole ou artisanale, qui nous conduit à évoquer la fonction d'habitation. Toutefois, les derniers travaux à Calberte ont permis de distinguer très clairement une zone d'habitat à l'intérieur de l'enceinte villageoise, même si quelques activités pouvaient y être pratiquées, et une zone de travail à l'extérieur, même si une fonction d'habitation peut être imaginée à l'étage des maisons-ateliers.

19Les maisons étudiées hors-les-murs, sept en tout, présentent soit des espaces de travail à l'intérieur, soit à l'extérieur, avec, dans les deux cas, des structures foyères importantes. Cette extrême spécialisation de l'espace, à la fois à l'intérieur du castrum et à l'intérieur de chaque maison, est une donnée précise dont il faut maintenant tenir compte. La question est toujours ouverte quant à l'exemplarité ou non de Calberte. Ce rôle métallurgique est-il un cas isolé ou non ? Il est toutefois possible d'affirmer que toute l'organisation du site répond à un souci permanent de gestion efficace de l'espace, à la fois dans sa fonctionnalité et dans sa défense. En effet, les deux groupes de structures artisanales répondent à des critères différents : le premier groupe, au nord-est, est un ensemble soigné dans sa construction, protégé en terme militaire, témoignant d'une activité importante ; le second groupe, moins soigné, semble plus « industriel » comme si son rôle était secondaire par rapport au premier, tout en étant étroitement lié. Les maisons 9, 10 et 11 sont protégées plus efficacement que les 16, 17 et 18. Ces dernières sont surtout protégées par l'accès difficile du site et par le fossé est

Statut des habitants du castrum

20Cette question a bien sûr toujours été soulevée, tout au long de l'étude archéologique du site. En effet, la population du castrum n'apparaît jamais dans les textes étudiés (minutes de notaires et redevances féodales), même comme témoin. Il semble aujourd'hui évident que ses habitants étaient plutôt des artisans, alors que la communauté paysanne et l'activité agricole étaient principalement représentées dans les différents hameaux de la paroisse. Cette hypothèse de statut artisanal des habitants est apparue dès 1986, lors des fouilles archéologiques de l'une des dépendances du château et des maisons de l'habitat Aujourd'hui, la spécialisation des fonctions artisanales par la présence de ces maisons-ateliers à l'extérieur de l'enceinte villageoise affine de manière inattendue le rôle de l'ensemble du castrum.

21En effet, le statut privilégié des habitants du castrum est révélé par le souci de confort que présentaient les maisons d'habitation : belles niches, vide-sanitaire, rigoles d'évacuation des eaux d'écoulement, grande qualité de construction des murs... Peu de différences entre celles-ci et les bâtiments du château, à part l'utilisation de la chaux dans les murs de ce dernier. Il est vraisemblable d'imaginer un niveau social plus élevé pour les habitants du castrum que pour ceux des hameaux de la paroisse Ce constat a déjà été noté lors de l'étude des autres castra de moyenne montagne du sud de la France (Rougiers, Saint-Jean-le-Froid, Essertines...). L'apport nouveau de Calberte est cette spécialisation artisanale dans l'espace : une fabrication spécifique, liée peut-être à un savoir-faire, pouvait-elle entraîner une « marginalisation » du site par rapport au reste de la paroisse ?

*

22La maison rurale cévenole a pu, à ce jour, être abordée par le biais de deux sources d'information principales : les sources écrites et les données archéologiques. Les dernières sont celles qui nous informent le plus sur la forme et la fonction de l'habitat Les informations historiques sont, quant à elles, plus précises sur la société et les hommes.

23La forme de cette maison est aujourd'hui connue de plus en plus précisément : un bâtiment rectangulaire, construit en pierres de schiste, à deux niveaux, souvent appuyé sur une paroi rocheuse, couvert d'une toiture de lauzes de schiste. La maison du bourg paroissial, celle des hameaux et celle du castrum sont très proches en termes d'architecture. La fonction, en revanche, les distingue. Les textes indiquent parfois la présence d'une boutique dans le bourg paroissial et l'on peut imaginer une fonction d'habitation qui lui est liée. La fonction agricole est également parfois abordée lors de la vente d'un bâtiment agricole et les quelques cas apparaissant dans les documents concernent toujours un hameau de la paroisse. D est donc tentant d'insister sur le rôle économique du bourg paroissial, avec la présence d'un marché hebdomadaire et des marchands, et sur les fonctions agricoles, liées à l'exploitation de la châtaigneraie sur les bancels et fasïses, (les terrasses, photographie n° 2), dans les différents hameaux.

24L'archéologie permet, grâce à l'étude de plus en plus exhaustive du castrum de Calberte, d'affirmer aujourd'hui la présence d'un nombre important d'artisans au sein de la population castrale. S'ils semblent résider dans les maisons à l'intérieur de l'enceinte villageoise, leur outil de travail a été installé hors-les-murs. Il est bien sûr difficile de savoir si seule la fonction d'habitation était présente dans les maisons du quartier nord- ouest L'on peut seulement affirmer que les zones de feu étaient volontairement situées à l'extérieur de l'enceinte : foyers de travail et cheminée sont installés dans cinq bâtiments au moins. Trois d'entre eux ont été particulièrement bien conçus alors que les deux autres étaient moins soignés, témoignant d'une fonction vraisemblablement différente quoique liée à la métallurgie. Cette activité était protégée par le pouvoir, représenté par les bâtiments castraux et la fortification d'ensemble du lieu. Ceci est visible dans le souci de confort, de décor et de qualité de construction qui transparaît dans chacun des édifices, même les moins soignés. La conception d'ensemble du castrum témoigne d'une grande ingéniosité de gestion de cet espace de moyenne montagne et d'une adaptation aux conditions climatiques et topographiques. Il s'agit d'un ensemble cohérent, d'une remarquable fonctionnalité. Si l'activité reste encore imprécise, l'on peut néanmoins se demander si cette homogénéité de fonctionnement n'explique pas à la fois le silence des textes sur les habitants et la désertion de l'habitat suivie de sa destruction volontaire (la photographie n° 2 présente deux boulets de catapulte en quartz qui ont perforé les toitures de la maison 2 après l'abandon ; le phénomène se reproduit dans chaque maison). Beaucoup de questions demeurent pour ce site cévenol mais l'étude archéologique des maisons-ateliers permet, aujourd'hui, d'apporter de nouvelles données sur la maison rurale de la fin du Moyen Âge, notamment sur les activités qu'elle pouvait abriter.

Anmerkungen

1 Arch. dép. de la Lozère 1 J 424 ; III E 1791 ; III E 2207 ; III E 2208 ; III E 5044.

2 Darnas, Isabelle, Structures agraires, habitat rural et vie paysanne à Saint-Germain-de-Calberte au Moyen Âge (Lozère), Doctorat nouveau régime Université Lumière Lyon II, 1991,3 vol. dactyl.

3 Darnas, Isabelle, « Le terroir et l'habitat médiéval de Saint-Germain-de-Calberte, paroisse des Cévennes », Cahiers d'Histoire, tome XXXVI, 1991, n° 3, p. 197-213.

4 Chabrol, Jean-Paul (dir.), La Lozère de la Préhistoire à nos jours. Editions Bordessoules, 2002. Cartes des castra p. 104-105.

5 Rémy, Isabelle, « Le castrum du Tournel », Archéologe du Midi Médiéval, tome XVIII, 2000. Cet auteur mène actuellement une fouille programmée sur le castrum d'Apcher (nord du Gévaudan). Mouchet Camille, Le castrum e Verfeuil (Gard-Lozère) : approche archéologique, 2 vol dact. Maîtrise soutenue l'Université de Dijon, 2003.

6 Darnas, Isabelle, « Étude archéologique du château de Calberte (Lozère) », Revue du Gévaudan, 1985, n°3, p. 5-89.

7 Darnas, Isabelle, « Une maison médiévale à Saint-Germain-de-Calberte », Congrès des Sociétés Savantes, Archéologie, Poitiers, 1986, p. 193-203.

8 Darnas, Isabelle, « Le castrum de Calberte : étude du quartier nord-est (Saint-Germain-de-Calberte, Lozère) », Archéologe du Midi Médiéval, tome X, 1992, p. 97-111.

9 Darnas, Isabelle, « Un castrum artisanal : Calberte en Gévaudan (xiie-xive siècles) », dans : Le village médiéval et son environnement. Etudes offertes à Jean-Marie Pesez Paris, 1998, p. 335-348.

10 Coun, Marie-Geneviève, Darnas, Isabelle, Pousthomis, Nelly, Schneider, Laurent, (dir.), « La maison du castrum de la bordure méridionale du Massif central », supplément n°1 d'Archéologie du Midi Médiéval, 1996.

11 Darnas, Isabelle, « Un castrum artisanal... », art. cit.

Abbildungsverzeichnis

Titel Photographie 1- Vue générale du castrum de Calberte, prise du nord
Bildunterschrift Le quartier d'habitat au nord-ouest est bien visible à droite
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11697/img-1.png
Datei image/png, 748k
Titel Photographie 2 Exemple de bancels ou faïsses, terrasses aménagées pour l'agriculture en Cévennes
Bildunterschrift Commune de Saint-Germain-de-Calberte
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11697/img-2.png
Datei image/png, 196k
Titel Planche 1- Relevé topographique général du site avec indication des secteurs fouillés entre 1985 et 2001
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11697/img-3.png
Datei image/png, 517k
Titel Photographie 4 Rigole aménagée contre le mur ouest de la maison 16. Cliché pris du nord
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11697/img-4.png
Datei image/png, 705k
Titel Photographie 5- Mur nord de la maison 17 et paroi rocheuse servant de mur ouest.
Bildunterschrift En arrière plan, mur ouest de la maison 16, présentant l'amorce du premier étage de ce dernier.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11697/img-5.png
Datei image/png, 691k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540