Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Deuxième partie. La maison de l'archéologue

Prospections archéologiques. Carrières, motte et village troglodytes à Farges, commune de Saint-Nectaire (Puy-de-Dôme)

Dominique Allios

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Cette opération de prospection a été rendue possible grâce à l'Université Rennes 2-Haute Bretagne, (...)
  • 2 Ont participés : Pierre Lavina (réseau EDIACAR) volcanologues-géologues, Thierry Gonon (docteur en (...)

1Les investigations archéologiques menées sur le secteur environnant Farges (commune de Saint-Nectaire) - prospections-inventair 1 et relevés — ont pour objectif de déterminer avec la plus grande précision les sites ou les gisements archéologiques (pour les périodes historiques) dans le cadre d'une étude de l'évolution de l'habitat rural en moyenne montagne. Cantonnée dans un secteur restreint, cette prospection prend en compte les vestiges matériels traditionnels (céramiques, briques, traces de murs, fossés comblés, etc.) mais aussi les indices témoignant de l'exploitation des ressources géologiques et biologiques. Pour mener à bien un tel programme, les archéologues travaillent de concert avec des vulcanologues-géologues, des spécialistes de l'extraction de la pierre et des mines anciennes, des tailleurs de pierre et des architectes2.

2Les principales structures repérées au cours de ces prospections sont des carrières de tuf volcanique, des habitats antiques, une motte castrale, des habitats troglodytiques médiévaux, un fort villageois et deux villages abandonnés.

Géographie et géologie de Farges

3À 1,5 kilomètre à vol d'oiseau du village de Saint-Nectaire, dans une position de contact entre le massif du Sancy et la plaine de la Limagne, Farges se trouve à la limite supérieure « du Pays Cassé », zone de plateaux basaltiques entrecoupés de profondes failles granitiques. A 850 m d'altitude, le hameau ferme un vallon qui est dominé au nord et à l'est par deux plateaux (de Saille et de Lacha), à l'ouest par deux volcans (les Puys Mazeire et Puissoucy) ; au sud, le vallon débouche vers la vallée de la Couze-Chambon. Ce territoire bénéficie d'un ensoleillement maximal tout en étant protégé des vents dominants d'ouest.

4Du point de vue géologique, Farges est dominé au Nord par des coulées de ponce fibreuse (la pierre et le sable de Farges, rhyolite et trachyte) ; à l'ouest se situent deux systèmes éruptifs (Puys Mazeire et Puissoucy) et, à l'Est, un complexe de maars. La partie sud du vallon est marquée par un neck et des coulées perchées reposant sur des argiles oligocène.

5La ponce fibreuse (rhyolite) de Farges est un vestige d'une coulée détruite lors d'événements volcaniques postérieurs, en particulier lors de l'avalanche de Perrier (- 2 Ma). Cette ponce se présente soit sous forme sableuse soit indurée, ce qui constitue un gisement unique, et le caractère facilement identifiable du matériau constitue un des marqueurs privilégiés pour la reconnaissance et l'étude de l'exploitation « de la pierre de Farges ».

Les données historiques et les méthodes employées sur le site

  • 3 Forestier, (abbé), L'Eglise et la paroisse de Saint-Nectaire, Clermont-Ferrand, 1878, p. 149.
  • 4 Allios, Dominique, « Habitats troglodytiques de Farges (63) », Congrès et Travaux des Sociétés Sav (...)

6Les vestiges archéologiques les plus importants sont des habitats troglodytiques creusés dans la ponce fibreuse repérés dès le xixe siècle3. Actuellement cinq salles sont parfaitement conservées et les vestiges de six autres ont été repérés (fig. 1). Ces habitations4, actuellement ouvertes au public, ont servi de point de départ à cette étude afin de déterminer leur environnement et leur intégration.

Figure 1- Farges sur la carte de Cassini

Figure 1- Farges sur la carte de Cassini

7En raison du manque de textes, la recherche repose essentiellement sur l'archéologie et, pour l'heure, aucune mention ancienne de Farges n'a encore été relevée. On ne le trouve indiquée que sur la carte de Cassini (fig. 2) et sur les anciens plans cadastraux.

Figure 2- Répartition des constructions utilisant la pierre de Farges

Figure 2- Répartition des constructions utilisant la pierre de Farges

• Monuments ou constructions utilisant la pierre de Farges

8La nature des vestiges archéologiques dans les zones de montagne est discrète : faible monumentalité des constructions, action puissante des agents naturels (érosion, colluvionnements, cryoclastie, etc.) et humains (récupération des matériaux de construction, en particulier pour les pierres de taille). De même, les prospections sont compliquées par l'absence de parcelles de grande taille et de labours profonds, par la présence des reliefs, des couvertures boisées et des broussailles.

  • 5 Le budget s'élevant à 1 000 Euros.
  • 6 Centre ULM du Vernet-Sainte-Marguerite à qui je renouvelle toute ma gratitude.
  • 7 Étude codirigée par Christophe Bascoul enseignant à l'IFMA de Clermont-Ferrand. Hugues de Lambilly (...)

9La prospection est assujettie à des moyens malheureusement réduits (humains et financiers5). Le choix s'est donc porté sur l'analyse aussi précise que possible d'un territoire donné en utilisant au mieux les outils modernes d'investigation (en particulier pour la topographie et l'archivage des informations). Les gisements sont repérés par GPS (la précision est +/- 5 m), les mesures sur le terrain sont effectuées soit par les moyens traditionnels soit par télémétrie laser. L'ensemble des informations est rassemblé sur un fichier informatisé (système informatique géographique), permettant de synthétiser les observations récoltées. Les prospections sont effectuées à pied et associées à des survols du site par ULM6 ; les images sont archivées sous la forme de vidéo et de photos numériques à haute définition. Enfin, l'informatique est utilisée dans les restitutions en trois dimensions : modeleurs de terrains pour les secteurs étudiés et scanners 3d pour les parois des habitats troglodytiques7.

Classement des découvertes par types d'activités

Les carrières

  • 8 L'Église de Saillant et le château de Lambres commune de Saint-Nectaire.
  • 9 Les travaux de restauration de l'église de Saint-Nectaire en 1855 et 1877, la construction de l'Hô (...)

10Actuellement, seules deux carrières subsistent après une période d'intense exploitation à l'époque moderne8 et au xixe siècle (pour la ville thermale de Saint- Nectaire9) comme l'indique la figure n° 2 (voir ci-dessus).

  • 10 Une étude est en cours sur l'utilisation des roches dans l'église de Saint-Nectaire par Dominique (...)
  • 11 Ce sarcophage est actuellement visible dans le jardin de la sacristie de Saint-Nectaire, un autre (...)

11Les monuments sont nombreux à utiliser la rhyolithe sous sa forme indurée, en particulier pour alléger les parties hautes de l'église romane de Saint-Nectaire (les remplages des voûtes et sous les arcs de décharge10), ainsi que sous sa forme sableuse employée comme liant. Des sarcophages taillés dans ce même matériau ont été découverts dans la commune11 : une cuve trapézoïdale sans logette céphalique, caractéristique des productions du haut Moyen Âge et une seconde à logette céphalique et de forme plus anthropomorphe, de la période romane.

12Sur le terrain, les prospections ont permis de distinguer de vastes zones occupées par des amas d'extraction. Les mesures des déchets permettent de déterminer trois modules qui se trouvent associés avec les différents types de carrière. Des blocs trouvés dans une zone plane, encombrée de résidus de taille de moyen et grand appareil, peuvent correspondre soit à des ratés d'extraction de modules de très grande taille soit à un abandon d'activité. Parmi ces blocs débités, on observe des traces de coins, avec peut-être des traces de ciseaux. Le tableau suivant regroupe les mesures relevées.

Tableau 1. Mesures des blocs débités

Tableau 1. Mesures des blocs débités

13L'activité des carriers se présente sous six formes distinctes :

141. Tranchées : la première forme d'extraction se fait sous la forme de tranchées de deux mètres de large avec des rejets des déblais de part et d'autre (fig. 3). Elles suivent une orientation sud-ouest nord-est, certaines d'entres elles sont recoupées perpendiculairement par des fronts de taille.

Figure 3. Coupes de tranchées

Figure 3. Coupes de tranchées

152. Puits vertical et exploitation souterraine : le puits d'accès de la salle 1 des habitats troglodytiques porte sur ses parois des marques qui indiquent une attaque du haut vers le bas, effectuée par deux types d'instruments. Un outil emmanché de type herminette et une broche avec une attaque en diagonale (fig. 4). Les parois de ce puits ont aussi reçu des creusements sous la forme d'encoches jouant probablement le rôle de supports pour une échelle facilitant l'accès aux salles souterraines. On peut vraisemblablement supposer l'existence d'autres galeries (verticales ou horizontales) dans le flanc de la colline. Des prospections géophysiques sont prévues afin de déterminer la présence de cavités au sein de la coulée de tuf.

Tableau 2. Mesures et types d'outils utilisés dans la salle et le puits 1

Tableau 2. Mesures et types d'outils utilisés dans la salle et le puits 1
  • 12 L'étymologie des cros (les creux) renvoie à une activité d'extraction.

163. L'extraction « en entonnoir » : sur le plateau de La Chau (secteurs appelée les Cros)12 se situent des dépressions dans lesquelles on distingue nettement un front de taille, des zones d'accès et des hagues (fig. n°5). Le creusement permettait de dégager un front de taille qui était ensuite attaqué. D'après les témoignages recueillis, cette technique était encore utilisée au début du xxe siècle.

Figure 4- Schéma de creusement du puits et de la salle 1

Figure 4- Schéma de creusement du puits et de la salle 1

Figure 5- Les Cros, schéma de carrière en « entonnoir »

Figure 5- Les Cros, schéma de carrière en « entonnoir »

174. Des carrières à front de taille : elles attaquent le filon sur les flancs sud et nord du plateau. Elles sont caractérisées par un fort front de taille dont la base est occupée par des remblais formés par les déchets d'exploitation. En tout, dix carrières de ce type ont cté repérées (fig. 6). Actuellement, une seule carrière est exploitée, elle attaque en partie supérieure des couches de déblais antérieurs, traces d'anciennes activités.

Figure 6. Répartition des carrières au-dessus de Farges

Figure 6. Répartition des carrières au-dessus de Farges

185. Extraction de sable compacté : la rhyolite non indurée appelé la sable sert principalement comme liant et comme crépi ; une exploitation importante en a été effectuée aux xviiie et xixe siècle pour les constructions des villages alentour. Deux carrières sont encore exploitées, une troisième a partiellement détruit des habitations troglodytiques de Farges et les flancs de la motte (parcelle de la moute). D'autres exploitations sont visibles dans le village de Farges en contrebas de la route départementale et à l'extrémité sud-ouest du plateau de Saille (Village de Sauvagnat).

  • 13 La trachyandésite est une roche issue du massif volcanique de Sancy.
  • 14 Des analyses des échantillons prélevés sont en cours.

196. Autre carrières : pour l'exploitation de la trachyandésite13, un front de taille a été repéré sur les flancs de Saint-Nectaire, ainsi qu'un puits vertical obturé. En contrebas, deux autres fronts de taille ont été repérés : un de basalte, un autre situé sur la ligne de fracture granitique (fig. n° 7). Enfin, une zone d'effondrement dans la partie sud du vallon recèle de nombreux nodules ferriques et de quartz : il pourrait s'agir d'une exploitation de fer14 (Fe sur la fig. n° 8).

Figure 7- Carrières et extraction de granit et de basalte

Figure 7- Carrières et extraction de granit et de basalte

20À la suite de ces observations une chronologie relative des carrières à été proposée : elle indique que les plus anciennes techniques utilisées sont les tranchées et le puits vertical, les entonnoirs et les fronts de tailles étant les plus récents. Le tableau suivant résume les différentes observations et hypothèses.

Tableau 3. Chronologie relative des carrières de Farges

Tableau 3. Chronologie relative des carrières de Farges

Les habitats

Figure 8a- Carte de répartition des vestiges

Figure 8a- Carte de répartition des vestiges

• Antiquité

21Des tuiles antiques, des fragments de sigillée de Lezoux et de poterie commune ont été repérés sur le plateau dominant Farges (fig. n° 8), un autre site se situe plus au nord. Il est fort vraisemblable que nous sommes en présence d'établissements du iieiiie siècle ap. J.-C. liés aux carrières ou à l'exploitation des céréales sur le plateau de La Chaux.

• La motte

22Dominant directement les habitats troglodytiques et le village de Farges, la moute se présente sous la forme d'un petit éperon de 50 mètres sur 30. La topographie à petite échelle (maillage de 1 m) permet de distinguer les différents éléments présents sur cette éminence : la partie septentrionale a été partiellement remblayée lors de la création du chemin menant aux carrières actuelles. On repère aussi un chemin plus ancien, coupé par le chemin actuel, et la carrière de sable située au pied de la moute. Enfin, un fossé plus ancien dans la partie le plus resserrée de l'éperon a été partiellement recouvert par les chemins successifs. Cette dépression artificielle apporte au site une évidente configuration défensive.

• Les habitations troglodytiques

  • 15 ALLIOS, Dominique, « Habitats troglodytiques de Farges (63) », ap. cit.

23L'étude des traces d'outils, les mesures et les relevés des profils des voûtes ainsi que l'analyse des aménagements intérieurs permettent de proposer, pour les salles souterraines, une chronologie relative synthétisée en quatre phases (fig. 10). Comme nous l'avons vu, le puits et la salle 1 sont les structures les plus anciennes d'un ensemble formé de onze pièces dont actuellement cinq sont conservées. Ces salles ont été utilisées jusqu'à nos jours (étable, bergerie, cave à vin et à fromage) mais elles ont des aménagements qui indiquent clairement une occupation domestique antérieure ; un four à pain de taille considérable (la sole dépasse deux mètres de diamètre), voûté d'une coupole en pierre de taille, est daté du xve siècle15.

Figure 8b- Vue aérienne de Farges

Figure 8b- Vue aérienne de Farges

1 : habitats antiques
2 : carrières
3 : motte
4 : habitats troglodytiques
5 : fort villageois
6 : deuxième noyau

Figure 9- Topographie de la motte de Farges

Figure 9- Topographie de la motte de Farges

Figure 10- Proposition de chronologie de creusement des salles souterraines

Figure 10- Proposition de chronologie de creusement des salles souterraines

• Le fort villageois

24Entourant les habitations troglodytiques de Farges, un ensemble de bâtiments forme une cour désignée sous le nom de castel. Des éléments architecturaux monumentaux sont insérés dans les constructions actuelles (fig. 11). La cour a été créée par d'importants travaux de décaissement, des buttes témoins (B) sont visibles sur ses côtés. Malgré le silence des archives et la fugacité de la toponymie, l'hypothèse de la présence d'un fort villageois associant les habitats souterrains repose sur de solides bases qui peuvent être encore renforcées par la configuration bipolaire du village actuel et la présence d'un four banal au sein des habitats troglodytiques. La création de ce fort est à mettre en relation avec la phase III des habitats troglodytiques et doit probablement se situer aux alentours du xve siècle.

Figure 11- Plan du fort villageois

Figure 11- Plan du fort villageois

25En pointillé le tracé probable du mur d'enceinte, P : piliers de basalte, B : piliers de sable laissé en réserve, Mf : mur avec un fruit important, T : reprise de tour ancienne.

• Les villages abandonnés

  • 16 FORESTIER, (abbé), L'Eglise et la paraisse de Saint Nectaire, Clermont-Ferrand, 1878, p. 149.

26Au sud de Farges, deux sites présentent des vestiges de construction en pierre sèche enfouis dans les bois. On repère aisément des murs en élévation (les plus hauts atteignent 1,80 m) qui dessinent les contours de constructions rectangulaires, séparées par des rues. La tradition, reprise par l'abbé Forestier16, désigne le groupe le plus septentrional de ces constructions comme étant le vieux Farges, détruit par une avalanche et dont deux seules survivantes auraient fondé l'actuel village. Toutefois aucune mention n'a été trouvée en archive ni aucune référence précise sur les plans cadastraux. Les seuls indices relevés sont une division parcellaire plus intense dans ces deux secteurs et le fait qu'une parcelle dans le groupe supérieur des ruines est appelée Farges. Le site situé le plus en aval rassemble deux ou trois constructions mais il n'a pas fait l'objet d'une prospection systématique. Le site amont, plus important, a fait l'objet d'observations et de prospections plus poussées.

27Douze maisons sont implantées sur une terrasse au pied de barres rocheuses. L'étude géologique indique que le neck (cheminée pétrifiée de volcan) et les coulées de basalte issues de ce même système éruptif reposent sur un socle d'argile oligocène, ce qui entraîne, de ce fait, une instabilité des falaises surplombant le village. Il est possible qu'une partie de cette petite agglomération ait été détruite ou fortement perturbée par une ou plusieurs avalanches.

28En amont du village, un point d'eau (les fans) présente des traces d'aménagement de blocs de basalte surmontés par une puissante terrasse (mur 2). D'autres terrasses encadrent le village en aval et en amont. Dans tous les cas, il s'agit de puissantes constructions. À partir uniquement des élévations visibles (certaines dépassent 1,5m) un plan provisoire du village a pu être dressé (fig. 12).

Figure 12- Village ancien de Farges

Figure 12- Village ancien de Farges

29Les habitations ont été coupées en deux lors de la création du chemin de remembrement (1972). Le groupe supérieur s'organise de part et d'autre d'une rue encadrée par deux terrasses. L'ensemble est orienté d'est en ouest, les constructions sont perpendiculaires aux murs des terrasses. Pour le groupe inférieur (mai- sons b1, b2 et b3), les constructions sont aussi encadrées de terrasses et dominent à l'ouest un ancien chemin. La relation entre les parcelles et les habitations forme une trame continue. Les constructions sont réalisées à partir des prismes polygonaux de basalte provenant de la falaise dominant les habitats. Les plans sont de modestes dimensions, le module de 8,60 m sur 4,30 m est le plus fréquent. Les murs sont larges : de 75 à 110 cm, ne sont pas mitoyens et s'appuient systématiquement aux pentes (ou aux murs de terrasse). Pour toutes les maisons, plus de la moitié de la construction est enterrée. L'organisation intérieure est marquée par des cloisons, des niches, des murs arrondis (peut-être un four à pain dans la maison 9), les entrées sont matérialisées par des dalles de seuils et des moellons utilisés comme montants de portes. Tous les angles sont soigneusement chaînés.

30Il est probable que les élévations sont limitées en raison du mode de construction en pierre sèche. De même, l'utilisation de la pente pour adosser les constructions, l'absence de murs mitoyens, les modules réduits (8,60 par 4,30 m) indiquent des constructions sans étages. La largeur des bâtiments interdit les voûtes de pierre sèche par encorbellement (de type cazeaux ou borries). De plus, aucun vestige de lauzes n'est visible sur le sol.À partir de ces constats, on peut imaginer une couverture végétale (de type chaume) soutenue par des charpentes à quatre pentes, n'utilisant ni entraits ni fermes tout en minimisant les poussées latérales sur les murs longs. Les espaces relevés entre les constructions (60 cm en moyenne) renforcent cette proposition.

  • 17 PESEZ, Jean-Marie et al, « Archéologie du village déserté », Cahier des Annales n° 27, Paris, 1970

31Le rapprochement avec les habitats médiévaux de Dracy (fouilles de Pesez et al.17) et les habitats médiévaux de la Roche Romaine (63) sont tentants et constituent de sérieuses pistes de recherches chronologiques. De plus, les travaux de Pierre Charbonnier sur le proche village de Murol témoignent de la disparition de tels villages au cours de la guerre de Cent Ans.

Propositions et hypothèses chronologiques

32À partir de ces résultats préliminaires, les propositions de datations reposent principalement sur des chronologies relatives et des éléments de comparaison. Les traces d'occupation antique sont à associer à des traces d'activités de carriers, en particulier les carrières sous forme de tranchées qui, associées à de fortes hagues, constituent les traces d'exploitation les plus anciennes.

33Pour les périodes médiévales, les sarcophages trouvés à Saint-Nectaire indiquent une exploitation (reprise ou continue depuis l'Antiquité) au cours du haut Moyen Âge. L'implantation seigneuriale est attestée par la motte féodale dominant les salles troglodytiques, ces deux structures étant sans doute en étroites relations. Cette association est plus fortement caractérisée aux alentours du xve siècle par la création du fort villageois incluant les habitats troglodytiques. Dans la partie inférieure du val de Farges, la présence des vestiges d'une carrière de minerai de fer ou d'habitats troglodytiques effondrés doit être probablement liée au village abandonné au cours du xve siècle.

34Ces prospections ne peuvent que suggérer des hypothèses dont les confirmations doivent impérativement passer par des opérations de fouille. Trop souvent, la modélisation des données issues des prospections est prise pour argent comptant. Si la méthode du Survey donne effectivement de remarquables résultats dans certaines régions désertiques (à faible couverture végétale ou connaissant une stabilité des sols et du climat), elle est plus limitée dans cette région de moyenne montagne.

  • 18 Pesez, Jean-Marie, « L'habitat dispersé : un problème historique pour l'archéologue », L'habitat d (...)
  • 19 Zadora-Rio, Elisabeth, « Le Village des historiens et le village des archéologues », dans : Momet, (...)

35L'anthropisation dense du vallon de Farges s'inscrit dans un processus dont les phases évolutives s'intègrent pleinement, malgré son caractère original, à l'histoire rurale de la moyenne et haute montagne. Au-delà de l'étude locale, la définition et la distinction des diverses phases d'occupation du territoire de Farges et de son organisation correspondent aux préoccupations contemporaines des historiens du Moyen Âge qui ne disposent que de trop peu de références archéologiques18 : évolution du finage, de l'habitat dispersé et du village, encellulement et incastallamento. Autant de sujets de recherches, quelquefois polémique19, auxquels les fouilles de Farges peuvent apporter matériaux et arguments.

  • 20 À l'image de la motte du Terret (Terjat) : M. Piboule et R. Germain, « Mottes castrales et peuplem (...)
  • 21 Fournier, G., « Remarques sur le peuplement et les paysages dans le Cézallier au Moyen Age », Vivr (...)
  • 22 En particulier dans les villages de Saint Nectaire et Grandeyrolles, Gaussin, Pierre-René., L'Abba (...)
  • 23 Austin, David, « Archéologie de communauté et résistance : les habitats dispersés en Angleterre et (...)

36L'association entre la motte castrale, les habitats troglodytiques20 et les carrières renvoient au système féodal, les pierres de Farges présentes dans l'église de saint- Nectaire attestant de l'importance économique des carrières. Toutefois, d'autres ouvertures et pistes de recherche ne doivent pas pour autant être rejetées pour définir l'organisation de cet ensemble. La présence des vestiges antérieurs à la structuration féodale — cette seigneurie pouvant être « taillée et enkystée dans les territoires paroissiaux21 » - doit retenir notre attention. Pourrait-on alors évoquer un phénomène d'encellulement lors de la création des habitats troglodytiques, ces derniers étant étroitement liés à l'activité des carrières ? Quelle est la cohérence et l'homogénéité chronologique de l'ensemble motte, carrière, habitats troglodytiques ? Quelle relation peut-on relever avec les structures des villages abandonnés repérés en contrebas du vallon qui semblent plus tardives ? L'organisation des vestiges peut alors être perçue soit comme centrée sur un pôle seigneurial, soit comme suivant un modèle plus complexe d'interaction et de contacts en particulier avec l'abbaye de la Chaise-Dieu dont les possessions sont proches22 (tissant des relations de causalité, qu'elles soient de contacts, fonctionnelles ou de dépendance23). Ces approches et axes de lecture divergents et complémentaires constituent autant d'outils heuristiques motivant cette enquête archéologique.

37À plus d'un titre, la densité et la variété des vestiges archéologiques repérés sur le site de Farges constituent un élément de comparaison régionale et à plus large échelle. Mais c'est seulement par l'étude archéologique que la mise en confrontation et la validation des hypothèses peuvent être effectuées. Ces approches spécialisées et pluridisciplinaires sur un terroir spatialement limité, parfois considérées comme trop insolites, doivent être obstinément poursuivies.

Notes

1 Cette opération de prospection a été rendue possible grâce à l'Université Rennes 2-Haute Bretagne, de l'Association de Protection des Grottes de Farges et de l'aimable permission du Service Régional de l'Archéologie d'Auvergne.

2 Ont participés : Pierre Lavina (réseau EDIACAR) volcanologues-géologues, Thierry Gonon (docteur en archéologie médiévale à l'université de Lyon II, CIHAM), Thomas Corny (tailleur de pierre), Maurice Vacheresse et Caroline Pons (architectes DPLG), Valérie Serdon (docteur en archéologie médiévale à HESS, CIHAM). Les étudiants de Rennes 2 qui ont participés à ces opérations sont : Martial Alain, Thomas Bernard, Claire Bretin, Sandy Giovanici, Hugues de Lambilly, Stéphanie Pruvot, Jean-Guy Evrard.

3 Forestier, (abbé), L'Eglise et la paroisse de Saint-Nectaire, Clermont-Ferrand, 1878, p. 149.

4 Allios, Dominique, « Habitats troglodytiques de Farges (63) », Congrès et Travaux des Sociétés Savantes, Clermont-Ferrand, 1992, p. 191-201

5 Le budget s'élevant à 1 000 Euros.

6 Centre ULM du Vernet-Sainte-Marguerite à qui je renouvelle toute ma gratitude.

7 Étude codirigée par Christophe Bascoul enseignant à l'IFMA de Clermont-Ferrand. Hugues de Lambilly « Scanner tridimensionnels en archéologie », mémoire de maîtrise, université de Rennes 2 département d'Histoire de l'art et archéologie. Rennes 2003.

8 L'Église de Saillant et le château de Lambres commune de Saint-Nectaire.

9 Les travaux de restauration de l'église de Saint-Nectaire en 1855 et 1877, la construction de l'Hôtel du Parc, de la Villa Russe en 1890. Pour les granges et les fermes, les plus anciens bâtiments des villages de Farges et de Treizanches utilisent des éléments en pierre de Farges de la fin du xviiie siècle (« An I de la république », linteau de la maison Astier à Treizanche, 1802 pour la maison du curé Dubois à Farges). Un linteau portant la date de 1756 est visible dans la façade de l'ancien château de Saint-Nectaire le haut

10 Une étude est en cours sur l'utilisation des roches dans l'église de Saint-Nectaire par Dominique Allios et Pierre Lavina

11 Ce sarcophage est actuellement visible dans le jardin de la sacristie de Saint-Nectaire, un autre a été découvert sous l'ancien musée de la maison de Sailles.

12 L'étymologie des cros (les creux) renvoie à une activité d'extraction.

13 La trachyandésite est une roche issue du massif volcanique de Sancy.

14 Des analyses des échantillons prélevés sont en cours.

15 ALLIOS, Dominique, « Habitats troglodytiques de Farges (63) », ap. cit.

16 FORESTIER, (abbé), L'Eglise et la paraisse de Saint Nectaire, Clermont-Ferrand, 1878, p. 149.

17 PESEZ, Jean-Marie et al, « Archéologie du village déserté », Cahier des Annales n° 27, Paris, 1970.

18 Pesez, Jean-Marie, « L'habitat dispersé : un problème historique pour l'archéologue », L'habitat dispersé dans l'Europe médiévale et moderne, Benoît Cursente, dir., Toulouse, PUM, 1999, p. 27

19 Zadora-Rio, Elisabeth, « Le Village des historiens et le village des archéologues », dans : Momet, Elisabeth, Campagnes médiévales : l'homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, Paris, 1995, p. 145- 156.

20 À l'image de la motte du Terret (Terjat) : M. Piboule et R. Germain, « Mottes castrales et peuplement dans la France Centrale », Vivre en moyenne montagne, CTHS, Clermont-Ferrand, 1992, p. 158 et fig. 6.

21 Fournier, G., « Remarques sur le peuplement et les paysages dans le Cézallier au Moyen Age », Vivre en moyenne montagne, CTHS, Clermont-Ferrand, 1992, p. 146.

22 En particulier dans les villages de Saint Nectaire et Grandeyrolles, Gaussin, Pierre-René., L'Abbaye de La Chaise-Dieu, 1043-1518 : L'Abbaye en Auvergne et son rayonnement dans la chrétienté, éd. CUJAS, 1999.

23 Austin, David, « Archéologie de communauté et résistance : les habitats dispersés en Angleterre et au pays de Galles au Moyen Âge », L'habitat dispersé dans l'Europe médiévale, op. cit., p. 39-63.

Table des illustrations

Titre Figure 1- Farges sur la carte de Cassini
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11696/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 2- Répartition des constructions utilisant la pierre de Farges
Légende • Monuments ou constructions utilisant la pierre de Farges
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11696/img-2.png
Fichier image/png, 949k
Titre Tableau 1. Mesures des blocs débités
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11696/img-3.png
Fichier image/png, 208k
Titre Figure 3. Coupes de tranchées
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11696/img-4.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Tableau 2. Mesures et types d'outils utilisés dans la salle et le puits 1
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11696/img-5.png
Fichier image/png, 151k
Titre Figure 4- Schéma de creusement du puits et de la salle 1
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11696/img-6.png
Fichier image/png, 280k
Titre Figure 5- Les Cros, schéma de carrière en « entonnoir »
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11696/img-7.png
Fichier image/png, 270k
Titre Figure 6. Répartition des carrières au-dessus de Farges
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11696/img-8.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 7- Carrières et extraction de granit et de basalte
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11696/img-9.png
Fichier image/png, 1001k
Titre Tableau 3. Chronologie relative des carrières de Farges
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11696/img-10.png
Fichier image/png, 335k
Titre Figure 8a- Carte de répartition des vestiges
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11696/img-11.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 8b- Vue aérienne de Farges
Légende 1 : habitats antiques2 : carrières3 : motte4 : habitats troglodytiques5 : fort villageois6 : deuxième noyau
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11696/img-12.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 9- Topographie de la motte de Farges
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11696/img-13.png
Fichier image/png, 509k
Titre Figure 10- Proposition de chronologie de creusement des salles souterraines
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11696/img-14.png
Fichier image/png, 479k
Titre Figure 11- Plan du fort villageois
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11696/img-15.png
Fichier image/png, 380k
Titre Figure 12- Village ancien de Farges
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11696/img-16.png
Fichier image/png, 315k

Auteur

Maître de conférences en archéologe médiévale, université de Rennes 2

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540