Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Deuxième partie. La maison de l'archéologue

Apports récents de l'archéologie à la connaissance des maisons rurales et de leurs annexes aux XVIIIe et XIXe siècles en Normandie

Vincent Carpentier, Éric Gaumè, Emmanuel Ghesquière, Cyril Marcigny et Loïc Ménager

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1En dépit de découvertes relativement fréquentes survenant à l'occasion d'opérations d'archéologie préventive, les Temps modernes n'occupent qu'une position secondaire dans la programmation actuelle de la recherche archéologique en milieu rural. Quelques archéologues bas-normands ont saisi l'opportunité de soumettre aux chercheurs relevant d'autres disciplines, quelques résultats de fouilles récentes opérées en Normandie, vestiges d'habitations rurales « traditionnelles », datées des xviiie-xixe siècles. Les quelques sites retenus ici — boulangerie du Saint- Lois, longère avranchine, masure cauchoise (fig. 1) - offrent un aperçu contrasté du potentiel de ces gisements et des problèmes rencontrés dans leur analyse. Diverses approches s'interpénètrent en effet, dans la définition du plan de l'édifice, de ses aménagements annexes ou connexes, de ses fonctions, de son intégration dans l'espace et le temps. La fouille archéologique permet également d'élargir l'analyse aux étapes antérieures à la construction de l'habitat, aux structures durables ou ponctuelles du paysage, telles qu'elles nous parviennent à travers la longue durée par leur inscription dans le sol. Cet effet de profondeur répond à l'effet inverse de « zoom » que suscite l'opération de fouille, dans un cadre préventif, sur les aménagements relevant des phases les plus anciennes. Les auteurs voudraient en particulier insister sur la nécessité d'une approche interdisciplinaire, dans le but de mieux intégrer les données issues de la pratique archéologique à l'étude globale de l'habitat rural post-médiéval.

Figure 1- Localisation des trois sites présentés

Figure 1- Localisation des trois sites présentés

2(PAO C. Marcigny, INRAP)

Plomb « Le Mesnil » (Sud Manche, Avtanchin) Une longère avranchine du milieu du xixe siècle sur un site carolingien (fouille V. Carpentier)

3Ce site a été reconnu à l'occasion des travaux d'aménagement de la section Avranches (Manche) - Villedieu-les-Poêles (Calvados) de l'Autoroute des Estuaires A84. Il se trouve à environ 8 km au nord-est d'Avranches et à moins de 1 km du centre de Plomb, à hauteur du lieu-dit « Le Mesnil ». L'environnement topographique est marqué par un relief accidenté, morcelé en de multiples petites éminences disposées d'est en ouest en une lanière étroite, dominant à 60 m NGF en moyenne la vallée de la Sée. L'essentiel de l'occupation revêt la forme d'une habitation mixte carolingienne (ixe-xe siècle) reposant sur une fondation mixte de schiste et de bois, environnée de ses aménagements annexes (fosses silos, exutoires détritiques, foyers), le tout s'inscrivant dans une trame parcellaire quadrillée qui reprend quelques segments de fossés fondés dès l'Antiquité. Cette unité domestique établie dans la partie haute du site, domine un ensemble de fours à vocation domestique (« fours à pain »), de même datation, établis en contrebas à l'intérieur d'une parcelle délimitée par un profond fossé créé dès le ier siècle de notre ère et réutilisé comme chemin au Moyen Âge. Les fondations arasées d'une ferme contemporaine ont été mises au jour dans l'angle nord-est de cette seconde parcelle (fig. 2). Divers tessons de grès domfrontais et de faïence, prélevés à l'intérieur des pièces, dans la fondation des murs, ainsi que dans quelques fosses et trous de poteau alentour, permettent de situer cet ensemble dans la seconde moitié du xixe siècle. La consultation du cadastre napoléonien de 1803, confinne cette datation : avant l'apparition de cette ferme, aux alentours de 1850, seule une bâtisse à plan allongé était visible au nord, constituant avec un ensemble lâche de trois autres édifices établis à quelques centaines de mètres en contrebas, un petit groupement d'habitat à la périphérie du bourg.

Figure 2- Les sites de Plomb et d'Agneaux (Manche)

Figure 2- Les sites de Plomb et d'Agneaux (Manche)

En haut, à gauche : plan de la longère de Plomb et vue en coupe des structures environnantes. En haut à droite : plan de la boulangerie d'Agneaux. En bas : mobilier de la boulangerie (décors de faïence et objets en fer). (Dessin L. Ménager, INRAP)

4La ferme, incluse dans le champ d'investigation de l'intervention, est constituée de trois pièces, disposées en enfilade selon un axe nord-sud, l'ensemble mesurant au total 14 x 6,50 m. La pièce nord est la plus vaste (7 x 6,50 m). Ses murs sont posés sur un solin large de 60 à 70 cm, constitué de deux parements réalisés en blocs de granit et de schiste, maintenus par un blocage intérieur de cailloux et de limon. L'ensemble était conservé sur deux à trois assises. Les quatre angles externes du solin sont fondés sur de fortes pierres de taille en granit, qui marquent l'indépendance de cette pièce nord par rapport au prolongement sud de l'édifice, dont les murs sont simplement rapportés sur les fondations de la pièce principale. Le sol en terre battue de la pièce nord est légèrement décaissé par rapport à l'extérieur (10 cm), et ne présente aucun traitement de surface particulier. Un parement indépendant constitué de blocs de schiste, double le pignon nord au-delà d'une bande de terre vierge large de 20 à 30 cm. Une amorce de retour observée à l'extrémité ouest, confirme le prolongement de cette maçonnerie vers le nord, sur une distance inconnue mais sans doute peu éloignée en raison de la proximité d'une haie vive liée à un important talus. Il est de fait peu probable que ce vestige de maçonnerie corresponde à un second édifice ; il semble plutôt se rattacher à une annexe fondée contre le pignon, très probablement un four à pain, aménagement très fréquent dans la région, comme en témoignent de nombreux exemples d'élévations glanés dans les environs.

5Une deuxième pièce, de moindre envergure (3,50 x 6,80 m) occupe la partie médiane du corps de bâtiment. Ses fondations en pierre sèche, constituées exclusivement de blocs de schiste, ont été bâties postérieurement à la première pièce dont elles reprennent les angles au sud. L'angle sud-ouest est en outre marqué par un léger décalage qui signale cette reprise de maçonnerie. Une cheminée, dont les ultimes vestiges consistent en quelques pierres à plat posées sur un lit de sable, encadrées par deux blocs de schiste formant piédroits, était aménagée en face de l'ouverture du mur sud Cet accès, dépourvu de seuil, consiste en une simple interruption du mur sud avant sa jonction avec le gouttereau ouest. Le prolongement du mur ouest, qui constitue la seule fondation de pierre de la troisième pièce, au sud, offre une protection pour cette entrée contre les vents d'ouest dominants.

6Une troisième pièce, au sud s'étend dans le prolongement de la pièce médiane, dont elle répète les dimensions. Le sol naturel y est nettement décaissé au centre, de façon irrégulière, comme s'il avait subi un important ravinement. Ce phénomène est souvent symptomatique d'une aire de stabulation, et pourrait révéler le tracé d'un fossé collecteur établi dans le sens est-ouest de la pièce, destiné à recevoir les déjections du bétail. Un trou de poteau aménagé au pied du mur ouest et quatre autres empreintes de supports complètent le plan de la pièce au sud-est, témoignant d'une architecture mixte. Il semble qu'une large ouverture ait été aménagée à l'est et au sud permettant le passage du bétail, ou d'une charrette.

  • 1 Brier, Max-André et Brunet, Pierre, L'Architecture rurale française, Normandie, Paris, Berger-Levr (...)
  • 2 Brier, Max-André et Brunet, Pierre, op. cit., p. 33.
  • 3 Chapelot, Jean et Fossier, Robert, Le Village et la maison au Moyen Âge, Paris, Hachette « Littéra (...)
  • 4 Dudley, Dorothy. et Minter, E. Marie, « The excavation of a médiéval setdement at Trewold, Lesnewt (...)
  • 5 Beresford, Maurice et HURST, John, Deserted Medieval Villages, London, 1971, p. 108-109.
  • 6 Chapelot, Jean et FOSSIER, Robert, op. cit., p. 243 ; BERESFORD, Maurice et HURST, John, op. cit.,(...)
  • 7 Brier, Max-André et Brunet, Pierre, op. cit.. p. 96-97.
  • 8 Brier, Max-André et Brunet, Pierre, op. cit., p. 95.
  • 9 Flatres-Mury, Henriette, « Matériaux et techniques de construction rurale dans l'Ouest de la Franc (...)
  • 10 Brier, Max-André et Brunet, Pierre, op. cit
  • 11 Bertrand, Roger et lucas, M., « Un village côtier du xiie siècle en Bretagne : Pen-er-Malo en Guid (...)
  • 12 Andre, Patrick, « Le site médiéval de Kerlano en Plumelec (Morbihan) », Archéologie en Bretagne, 1 (...)
  • 13 andré, Patrick, Bertrand, Roger et clément, M., « En Morbihan, permanence d'un type d'habitat : la (...)
  • 14 BARDEL, Jean-Pierre, « Vieux habitats en forêt de Pont-Calleck, en Berné (Morbihan) », Archéologe (...)
  • 15 chapelot, Jean et fossier, Robert, op. cit., p. 237-238.

7Les dépendances se résument ici à deux fosses, situées immédiatement au sud (St 227) ou à l'ouest de la ferme (St 178). Ces fosses étaient comprises dans une cour ouvrant à l'est vers la voie d'accès contemporaine. Toutes deux ont livré quelques éléments de mobilier qui permettent de les attribuer à la même phase d'occupation que la bâtisse. La fosse St 178 correspond à une modeste dépression en cuvette, comblée de limon et liée à un court fossé d'assainissement, tandis que la fosse St 227 est une vaste excavation, profonde de 1,60 m sous la surface actuelle. Son comblement étagé n'apporte pas d'information déterminante sur l'occupation, et se rattache à une probable fonction d'extraction, suivie d'une reconversion en exutoire détritique. Outre ces structures, deux chemins de terre ont été identifiés immédiatement au nord de la ferme, au-delà de la haie séparative et de la plus proche bâtisse attestée sur le cadastre napoléonien. La pérennité de ces itinéraires qui remontent manifestement au haut Moyen Age et qui ont été fréquentés jusqu'à une époque récente est attestée par le mobilier recueilli en surface. L'ensemble ainsi défini se rattache à un modèle d'exploitation agricole dispersée et non spécialisée, munie de modestes dépendances, établie à l'intérieur d'une cour ouverte. Ce type est particulièrement fréquent en Avranchin, Cotentin et dans le Bocage normand1. L'édifice correspond à un type de maison mixte traditionnelle bien attesté dans le sud de l'Avranchin comme à l'est de la Bretagne, dont l'origine remonte sous cette forme, aux xviie-xviiie siècles2. Des plans comparables sont aussi connus outre-Manche au Moyen Age, par exemple à Garrow (Cornwall)3, Trewold (Cornwall)4 ou Great Beere (Devon)5. Ce modèle d'établissement rural s'est parfois maintenu jusqu'à l'époque contemporaine, comme en témoigne par exemple la maison mixte d'Auchindrain (Ecosse), occupée au cours des xviiie-xixe siècles6. Le plan se caractérise par le regroupement, dans un même corps de bâtiment, de l'habitation et des pièces réservées à l'exploitation agricole (étable, grange, remise), éventuellement surmontées de greniers à grains7. En Bretagne, où cette forme d'habitat est nettement mieux représentée qu'en Basse-Normandie, il s'agit de la longère, typique du Coglès, du marais de Dol et du pays de Fougères, dont on retrouve des prolongements vers l'est dans le sud de l'Avranchin (cantons de Pontorson, Ducey, Saint-James), et de façon plus éparse dans le Saint-Lois et le Coutançais8. La construction linéaire, relativement archaïque, emploie dans les murs épais les matériaux d'extraction locale, caractéristiques des massifs granitiques9 : le schiste et le granit, sont utilisés comme pierre de taille pour les chaînages et les piédroits. Ce type d'édifice ne comporte qu'un seul niveau avec comble, formé autour d'une ou deux pièces d'habitation (bloc salle- cuisine et chambre), et d'un ou plusieurs locaux d'exploitation agricoles exigus10. L'identification d'une étable, envisagée pour la pièce sud, permet de rattacher cette ferme au groupe fonctionnel des maisons mixtes, dans lesquelles hommes et bêtes, vivant sous le même toit, sont cantonnés aux deux extrémités opposées de la construction : partie « haute » (breton : pen dreh), avec le foyer, réservée aux hommes et partie « basse » ou étable (pen traon), destinée aux animaux. Les pièces communiquent entre elles et tous les occupants empruntent un ou plusieurs accès communs. Le maintien tardif de ce principe de maison mixte se vérifie en France dans les régions agricoles les plus pauvres, caractérisées par un élevage et des productions modestes (Bretagne, Savoie). Dans les régions de l'Ouest, en particulier en Bretagne, de nombreux habitats médiévaux se rattachent à ce type d'organisation attesté de façon continue par l'archéologie et l'ethnographie, du xiie au xxe siècle : Pen-er-Malo en Guidel (Morbihan11, Kerlano en Plumelec (Morbihan)12. Au xixe siècle et jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, les maisons traditionnelles du. Morbihan, Malguennac, Plumelin13 ou Pont-Calleck14, font écho à un type commun d'habitat rural, caractéristique des zones de petites exploitations où dominent les modes de faire-valoir indirect, métayage, fermage, et le recours aux journaliers. Les longères, maisons mixtes en pierre, à charpente en cruck, sans étage, tranchent par leur modestie avec les maisons « hautes » de la bourgeoisie rurale et de la paysannerie aisée15. Leurs annexes sont peu développées, liées à la seule exploitation d'un lopin et à l'élevage de quelques bêtes ; le fourrage est fréquemment entreposé à l'air libre, et les céréales battues sur une aire extérieure ; aussi granges et greniers sont encore peu généralisés avant 1950.

Agneaux « La Tremblée » (Manche) Saint-Lô. Parcellaire moderne et boulangerie des xixe-xxe siècles (fouille E. Ghesquière)

8D'autres découvertes surviennent régulièrement à l'occasion des travaux de diagnostic archéologique conduits dans l'emprise des aménagements industriels et routiers. Le cas d'Agneaux « La Tremblée » correspond à ce type d'opération archéologique préventive, conduit à l'occasion d'un projet de zone industrielle en bordure du tracé de l'axe de contournement de l'agglomération de Saint-Lô. La surface concernée par ce diagnostic longe un important gisement qui avait livré différents vestiges d'établissements ruraux, échelonnés de l'Âge du Bronze à la fin de la période médiévale. L'intervention fut conduite sous la forme d'un maillage de vingt-cinq tranchées ouvertes à la pelle mécanique, espacées de 20 à 25 mètres. À l'issue du diagnostic, les résultats concernent quatre horizons chronologiques : une occupation rurale de la fin du IIIe millénaire av. J.-C. établie sur le plateau de « La Tremblée », manifestement reliée à plusieurs cercles funéraires disséminés sur la parcelle explorée ; divers loci témoignant de l'occupation du site durant La Tène ancienne, sous la forme d'un parcellaire étendu et de plusieurs espaces enclos à vocation domestique et funéraire ; un parcellaire d'origine antique qui se prolonge au- delà de l'emprise sur l'ensemble du plateau ; deux bâtiments arasés de l'époque contemporaine, repérés sur le cadastre napoléonien de 1836. Ces derniers ont fait l'objet, au même titre que les vestiges attribués aux époques antérieures, d'une analyse particulière au moyen d'un décapage intégral et d'une fouille limitée qui permet d'observer leur intégration au sein de la trame parcellaire pré-existante, datée de l'époque moderne lato sensu, dont certaines limites actives étaient déjà tombées en désuétude et oblitérées lors de la cadastration de 1836.

9Plusieurs chemins empierrés, invisibles dans le paysage actuel, ont ainsi été remis au jour, notamment la voie d'accès au château de la Tremblée qui était encore pratiquée au milieu du xixe siècle, et deux autres itinéraires plus anciens, datés des xviie-xviiie siècles par le mobilier recueilli dans les fossés bordiers, aligné sur les axes dominants du parcellaire actuel. Celui-ci se place dans l'héntage d'un réseau étendu de parcelles laniérées organisé selon un axe nord-sud, de part et d'autre de la voie de Saint-Lô - Coutances. La trentaine de fossés mis en évidence au cours du diagnostic

  • 16 Carpentier, Vincent, Cliquet, Dominique, ghesquière, Emmanuel et Marcigny, Cyril, « Le Saint- Lois (...)

10se rattachent aux éléments déjà observés lors des opérations antérieures16 Leur orientation régulière, leur faible inscription dans le substrat, la couleur brun-rouge des terres de remplissage (altérites) et leur ouverture calibrée (40 cm de largeur) ont permis de les distinguer aisément des fossés relevant des occupations plus anciennes.

  • 17 Le fonctionnement de cette installation traditionnelle peut être directement observé au musée rura (...)

11Les deux édifices attestés sur le cadastre napoléonien ont été retrouvés au cours de l'opération, et entièrement dégagés de manière à relever le plan de leurs fondations et à en tenter d'en préciser l'ancienneté et la fonction. L'un d'entre eux, au plan lacunaire, n'a livré aucun mobilier discriminant et ne peut qu'être interprété avec incertitude comme un probable bâtiment à usage agricole. Le second (fig. 2) se présente sous la forme d'un édifice bâti sur solin de schiste, dont les dimensions atteignent environ 17,50 x 9,50 m. Les fondations, partiellement conservées, ont été fondées sur une tranchée tapissée d'argile extraite in situ. Le plan se divise en deux pièces d'égales dimensions, larges de 6 m, ouvrant toutes deux au sud. La pièce ouest n'est pas fermée au sud et pourrait de ce fait avoir servi d'annexe à la pièce est, dont la porte est matérialisée par une lourde pierre de seuil. Une maçonnerie du même appareil que les murs correspond à un départ de structure absidiale établi sur le pignon oriental. Un court muret long de 1,30 m s'y greffe à l'extérieur, au sud-est Cet aménagement partiellement préservé permet d'identifier un four à pain ou boulangerie, d'un type par ailleurs bien répertorié dans le département de la Manche17, dont la dernière période d'utilisation peut être datée, à partir du mobilier recueilli (faïence décorée), entre le milieu du XIXe et le début du xxe siècle. Un puits de même époque dont la fouille est demeurée partielle, a été dégagé à proximité immédiate de cette boulangerie, au sud-est.

Saint-Vigor-d'Ymonville « La Mare des Mares » (Seine-Maritime, Pays de Caux). Parcellaire moderne et ferme des xixe-xxe siècles (fouille C. Marcigny)

  • 18 Clément-Sauleau, Stéphanie, Ghesquière, Emmanuel et Marcigny, Cyril, « Du ve millénaire au début d (...)

12Une vaste opération de fouille archéologique réalisée sur le projet d'extension de la carrière Lafarge à Saint-Vigor-d'Ymonville a permis l'observation sur une vingtaine d'hectares de plusieurs occupations humaines s'échelonnant du Paléolithique moyen à l'époque contemporaine18. Un établissement agricole encore en utilisation il y a quelques années à l'emplacement des fouilles, a fait l'objet à cette occasion d'une véritable approche archéologique concernant ses principales composantes (clos, bâtiments, annexes...) et son environnement immédiat (parcellaire) (fig. 3).

Les fossés parcellaires

  • 19 Matrice cadastrale des propriétés bâties (Arch. dép. de Seine-Maritime), le propriétaire de la fer (...)

13Les plus récentes structures mises au jour sur le site appartiennent à un réseau parcellaire correspondant aux lignes directrices de la trame actuelle. Ces nombreux fossés délimitent les parcelles et témoignent de différentes restaurations (creusements, curages, etc.). La plupart se retrouvent sur le cadastre napoléonien de 183619. Contemporains des haies qui les soulignaient à l'origine, de nombreux chablis ont été observés le long des fossés.

Figure 3- Le site de Saint-Vigor-d'Ymonville (Seine-Maritime)

14(Dessin C. Marcigny, INRAP)

Plan compilé du cadastre de 1836 et des structures révélées par l'archéologie.

La ferme de « la Plaine de la Mare »

  • 20 Brier Max-André et Brunet, Pierre, op. cit., p. 77-78.

15La ferme appartient au type « à bâtiments dispersés », plan classique des « masures » du Pays de Caux20 L'ensemble est disposé à l'intérieur d'un clos avoisinant 1 ha, complanté de pommiers et délimité par une haie. Ce système agricole repose sur la conception d'une parcelle bâtie associant domaine, prairie et verger à boisson. Les structures modernes les plus pertinentes, hormis les substructions de quelques bâtiments, une mare et une citerne, sont les aménagements liés à la construction de la ferme. Ainsi, à l'extérieur du clos, un four à briques dont la chambre de cuisson avoisine les 50 m2 a été fouillé, révélant un mode de cuisson à la meule ou à four intermittent et fabrication de brique coulée à la main, tandis qu'à proximité des bâtiments, plusieurs ateliers de taille de moellons de silex ont été mis en évidence.

L'ancienne briqueterie

  • 21 Le Pays de Caux fait partie de la « Normandie argileuse » (BRIER, Max-André et BRUNET, Pierre, op. (...)

16Deux fosses quadrangulaires (fig. 4) sont apparues au nord-est de la ferme lors des décapages opérés à proximité du talus formant le clos de l'exploitation agricole. La plus petite offre un plan rectangulaire au pourtour nettement rubéfié et dont la grande dimension est orientée nord-est/sud-ouest. Elle est prolongée au nord-nord-ouest par une autre fosse plus vaste, exempte de bordure rougie, avec toutefois un remplissage similaire, riche en charbon et mêlé d'argile et de cailloux rubéfiés. La première de ces structures se présente, selon la terminologie usuelle, comme un four ou une chambre de combustion, de chauffe ou de cuisson. Son mode de creusement peut être imaginé à partir des nombreuses encoches conservées sur les parois vitrifiées sur 10 à 20 cm d'épaisseur21 Au fond du four a été découvert un reliquat de quelques dizaines de briques abandonnées en place, précisément disposées et espacées, parfois sur deux rangs croisés, le long des parois et notamment de part et d'autre de deux des trois gueules du four percées sur le côté septentrional. Ces ouvertures de 0,70 m à 0,90 m de hauteur pour 0,55 m (haut) à 0,70 m de large (bas), sont voûtées en « anse de panier » et débouchent, à l'issue d'un tunnel long d'environ 1,40 m creusé dans le limon, sur la seconde structure.

17Celle-ci correspondait à une double excavation, la première mesurant 6 x 8 m pour 60 cm de profondeur, située en bout d'une cavité plus réduite (2x6 m), profonde de 80 cm. Cette partie contiguë à la chambre de cuisson évoque une fosse de service, à partir de laquelle l'utilisateur pouvait alimenter le four en combustible, curer les résidus carbonisés et mettre en oeuvre la cuisson. C'est du moins ce que laissent à penser la profondeur, idéale pour être à niveau avec les ouvertures, et la couche de charbon de bois tapissant le fond.

Construction, fonctionnement et abandon de la briqueterie : hypothèses

  • 22 BRIER, Max-André et BRUNET, Pierre, op. cit., p. 262-265.

18La généralisation de la brique dans les constructions normandes date du xvie siècle mais les restes architecturaux comme les artefacts mis au jour ne sont ni techniquement ni chronologiquement susceptibles d'être interprétés par les seuls indices archéologiques ; c'est donc par le biais de la comparaison ethnographique que le voile peut être levé. La tradition locale garde en effet le souvenir de ce type d'activité, suffisamment récent parfois pour nous renseigner avec exactitude sur les modalités d'implantation et d'organisation d'une telle exploitation artisanale, comme sur les anciens procédés de fabrication. L'interprétation est malheureusement réductrice car, outre ces substructions, les fossés environnants comme les trous de poteau et quelques fosses, pourraient correspondre à d'éventuels aménagements constitutifs d'une superstructure couvrante, rattachée à un vaste « atelier-four » comprenant le foyer enterré ainsi que des aires de malaxage, moulage et séchage entourées d'un caniveau collectant les eaux pluviales22.

Figure 4- Plan et coupes de la briqueterie de Saint-Vigor-d'Ymonville
(Seine-Maritime). (Dessin C. Marcigny, INRAP)

Figure 4- Plan et coupes de la briqueterie de Saint-Vigor-d'Ymonville(Seine-Maritime). (Dessin C. Marcigny, INRAP)

L'extraction

  • 23 Brier, Max-André et BRUNET, Pierre, op cit., p. 100.
  • 24 Collectif, « Beuzeville-la-Grenier... Une minute d'arrêt », Témoin du Pays de Caux, Hautot-sur-Sei (...)
  • 25 Les mesures prises du ou des fers convexes (environ 6 cm de large pour 0,5 cm d'épaisseur) sont po (...)

19Si la partie septentrionale de la structure évoque, par sa forme vaguement quadrangulaire et sa faible profondeur, les anciennes « mares rectangulaires correspondant aux fonds de tirage de l'argile23 » ce sont paradoxalement les parois limoneuses du four qui révèlent, tels des fronts de taille stigmatisés par les traces d'outils, le dur labeur des « gratteurs » qui, voici encore une cinquantaine d'années, à la briqueterie avoisinante de Beuzeville-la-Grenier, terrassaient de la fin avril-début mai jusqu'à la fin août, suivant le temps souvent pluvieux de la région24. De nombreuses traînées montrent effectivement que la chambre de combustion a été creusée dans l'encaissant limoneux avec un instrument utilisé en percussion lancée. Les traces négatives de son fer à bout arrondi25 se succèdent par endroits en bande jointives ou chevauchantes légèrement obliques (30°) sur les parois verticales et craquelées de la chambre de cuisson. D'autres traces, de bois cette fois-ci, ont été observées sous la voûte des gueules du four, témoins d'un coffrage de planchettes accolées, sans doute destiné à protéger les entrées fraîchement creusées d'un effondrement immédiat ou lors de la première mise à feu du four. Le volume de terre extrait du creusement de la chambre comme de la première grande fosse est impossible à évaluer faute de savoir dans quelle proportion les structures ont été nivelées à l'abandon du site (reconversion en parcelles agricoles). Il n'en demeure pas moins vraisemblable que le matériau, apparemment idoine, a pu servir à faire les premières briques.

La fabrication : La préparation de la terre

  • 26 Lemaître, Claude, « Les céramiques du Pré d'Auge » dan s :Guy San Juan et Jacky Maneuvrier (dir.), (...)
  • 27 Brier, Max-André et Brunet, Pierre, op. cit., p. 46.
  • 28 Maneuvrier, Jacky, 1999, « La Briquetterie de Montpinçon (enquête) », dans : Guy San Juan et Jacky (...)

20Rien n'indique qu'elle ait été laissée dehors, à « pourrir » en tas quelques mois, dans le but d'extirper les impuretés et lui « donner une plus grande plasticité »26 avant d'être préparée, suivant les techniques les plus archaïques, dans des fosses à tremper puis à malaxer, et il est possible que la terre ait été mise en forme dès la belle saison27. Il semble que ces étapes, normalement indispensables pour obtenir une pâte « souple et homogène »28, aient été laissées à l'appréciation plus ou moins empirique de chaque artisan en fonction notamment des qualités mécaniques de son argile, variables selon les gisements, et inconnues pour le site. À titre d'information, l'écrivain russe Dostoïevski, lors de sa déportation en Sibérie, n'a pas gardé un bon souvenir de cette tâche, la plus pénible selon lui pour un bagnard, qu'il évoque ainsi lors d'une corvée dans une briqueterie au printemps 1850 :

  • 29 Dostoïevski, Feodor, Souvenirs de la maison des morts, Paris, Gallimard, 1977, p. 323.

« Il fallait d'abord bêcher la glaise et l'amener dans la fosse, puis apporter de l'eau pour tremper cette glaise et la pietiner, puis enfin la tailler en un nombre respectable de briques, 200 ou 250, si j'ai bonne mémoire »29.

La fabrication : Le moulage

  • 30 Michel, Philippe, « Les expériences contemporaines au service de l'archéologie », dans : Jean Lasf (...)
  • 31 La ténuité de ce type de structures ne peut s'opposer aux indices flagrants qui expliquent « la pl (...)

21L'opération avait-elle lieu dans la foulée après un pétrissage semblable à la description précédente, ou bien seulement quelque temps après, comme pour l'adobe qui s'avère peu différente à ce stade cru de la brique et dont la pâte peut reposer une semaine ?30 L'étude n'a pas révélé de traces matérielles susceptibles d'être fiées à ces étapes préparatoires31. Celle du moulage n'aurait d'ailleurs pu être qu'évoquée si l'ancien exploitant de la ferme de la « Plaine de la Mare » ne nous avait opportunément fourni un moule en bois non daté, mais dont l'aspect rudimentaire coïncide avec le contexte technologique du site. L'objet en question est un cadre rectangulaire mesurant 27,3 x 11,5 x 5,5 cm, épais de 2,3 cm d'épaisseur, doté d'une charnière, et constitué de quatre planchettes de sapin clouées. La fermeture du cadre est assurée par un petit crochet de fer, ainsi qu'une pointe fichée dans l'épaisseur de la planchette, faisant office de fermoir. Pour la mise en forme manuelle des briques,

  • 32 Maneuvrier, Jacky, « La Briquetterie de Montpinçon... », art cit.

« la terre était tassée au poing et dorée (lissée) avec une plane en bois. Un apprenti portait le moule au briquetier qui démoulait la brique en la retournant, d'un mouvement brusque, sur un établi [...]. Les bavures étaient enlevées avec un couteau de boi321 ».

  • 33 Brier, Max-André et Brunet, Pierre, op. cit., p. 46.
  • 34 Michel, Philippe, art cit.

22Autre variante, le « déboîtage avec la batte [...] pour rabattre la brique après séchage de quinze jours à trois semaines 33 ». À l'évidence, le principe du moulage différait selon les habitudes locales. Il s'avère difficile dans ces conditions de variabilité d'avoir une idée de la cadence de production même si la fabrication de l'adobe nous offre un ordre de grandeur : 5 briques à la minute pour un habile mouleur34.

La fabrication : Le séchage

  • 35 Maneuvrier, Jacky, « La Briquetterie de Montpinçon... », art. cit.

« Quand les briques cmes étaient suffisamment fermes, elles étaient mises à sécher sous des hâloirs, constructions provisoires d'une trentaine de mètres de longueur, constituées de poteaux d'angle soutenant une charpente légère couverte en planches, au sol sable et sans murs latéraux35 ».

  • 36 Collectif, « Beuzeville-la-Grenier... Une minute d'arrêt », op. cit., p. 180.
  • 37 Brier, Max-André et Brunet, Pierre, op. cit., p. 263.

23Dans ces hangars appelés « halettes » dans le Pays de Caux, les briques crues étaient soigneusement empilées en alternance (la première rangée était faite au cordeau) et séparées les unes des autres par des espaces de 1 cm environ pour permettre le séchage. Toutes les rangées étaient croisées selon les pratiques en vigueur dans la région cauchoise jusque dans les années cinquante36. À défaut de ces abris ventilés, les briquetiers du site de la « Plaine de la Mare » ont peut-être réutilisé une ancienne « terrière »37, pour entreposer leur production non plus empilée, mais étalée au sol comme le faisaient les tuiliers romains. Il ne faut pas négliger en effet la proximité de cette large aire ouverte, peut-être couverte en façade du four, susceptible d'avoir été utilisée comme zone de stockage pour les briques mises à sécher pendant quelques mois, avant les fournées opérées à la belle saison ou en hiver, selon les exploitations.

La cuisson : L'enfournement

  • 38 Brier, Max-André et Brunet, Pierre, op. cit., p. 47

24Si la disposition des quelques briques restantes à l'issue d'une fournée et les zébrures noires (suie ou vitrification) qui les affectent sur la tranche suggèrent un enfournement similaire à la « méthode ajourée » pratiquée pour le séchage, leur abandon le long des côtés du four ne donne malheureusement qu'un aperçu de l'arrangement de la fournée, comme du type de cuisson mis en œuvre, selon que le four était intermittent, semi-continu ou continu, doté d'alandiers, d'une voûte, d'un dispositif de tirage, etc. Certains exemples ethnographiques normands montrent en effet des « cheminées pratiquées dans la masse des briques mises à cuire38 » mais aucune trace d'un tel agencement n'a été décelée sur la sole rubéfiée particulièrement colorée ou vitrifiée.

La cuisson : Le combustible

25L'absence de mâchefer parmi les débris charbonneux de la fosse de service incite à penser, qu'à l'instar de la briqueterie de Montpinçon (Calvados),

  • 39 Maneuvrier, Jacky, « La Briquetterie de Montpinçon... », art cit, p. 359

« le four [pouvait être] chauffé avec des bourrées chaufournières, sorte de fagots constitués de branches de 2 m de long, liées avec un hard, tresse d'osier ou de coudrier, fabriqué l'hiver par les briquetiers. La cuisson durait 6 à 8 jours, une flamme bleue s'échappant de la cheminee du four indiquait que les briques étaient cuites. On attendait 2 jours avant de les défourner39 ».

  • 40 Brier, Max-André et BRUNET, Pierre, op. cit., p. 262-265.

26L'intérêt de ces détails techniques relatifs à un four industriel fermé en 1930 réside surtout dans la nature du combustible employé et dans les observations empiriques que l'on y faisait Ce sont les seuls points communs avec notre briqueterie artisanale dont la cuisson semblait plutôt tenir du four intermittent, voire du four semi-continu dont le site de L'Hôme-Chamondot (Orne) nous livre une illustration et pour lequel une fournée « à la bourrée » (1 pour 10 briques) disposée dans une chambre de chauffe enterrée et carrée de 3,5 m de côté sur autant de haut, ne demandait que 72 heures40.

La cuisson : Le type de four

27L'arasement de la structure de chauffe, réduite à 1,30 m de profondeur moyenne à la suite-de la remise en culture de la parcelle, ne permet plus d'en déterminer l'élévation originelle. D'où un certain nombre de questions sans réponse :

  • était-il, comme certains fours de potiers médiévaux du Bessin41, excavé au bas d'une déclivité pour en faciliter l'accès, tout en améliorant son pouvoir calorifique par la nature de l'encaissant argileux ?
  • s'agissait-il plutôt d'un four de type semi-continu ou intermittent, fonctionnant selon la technique de « la cuisson à la meule » qui fut notamment en usage dans le pays cauchois du xviiie siècle jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale, et où les briques empilées cuisaient « une soixantaine d'heures42 » ?
  • ou bien était-ce un four à cheminée semblable, à moindre échelle, aux quelques constructions industrielles qui persistent au xxe siècle ? Et dans ce cas, la voûte était- elle construite pareillement en briques à partir des parois en terre ? Quelle hauteur pouvait alors avoir cette construction, hors dispositif de tirage, par rapport à la modeste chambre de chauffe de 6 m sur 4 m ?

28Force est de constater qu'il est impossible d'avoir une quelconque opinion tranchée sur ces questions, vu l'état tronqué de cette structure et la pauvreté des renseignements concernant les fours occasionnels, un type d'installation qui semblerait plutôt s'accorder avec les faibles dimensions de la chambre de chauffe excavée dans le limon, nonobstant les trois ouvertures creusées au départ de la fosse- cendrier dans le côté nord-ouest du four. Ces bouches d'air ne sont pas particulièrement affectées par la chaleur intense que devaient dégager les foyers installés à cet endroit, suivant le principe traditionnel, bien attesté en archéologie, des alandiers. En revanche, la totalité de la surface d'argile tapissant les parois de cette structure de combustion a manifestement souffert du feu, à en juger par la rubéfaction virant localement à la vitrification. Du reste, ces entrées ressemblent fort, à moindre échelle, aux petites voûtes des briqueteries industrielles qui permettaient de faire circuler les brouettes chargées de briques crues destinées à l'enfournement Il semble donc logique de supposer qu'elles ont pu servir au même usage, avant d'être murées pendant la cuisson à l'aide de briques liées à l'argile, puis réouvertes pour le détournement

La cuisson : les briques

  • 43 Dufournier, Daniel et Picon, Maurice, « Technologie céramique, rapport introductif », dans : Jean (...)
  • 44 Collectif, « Beuzeville-la-Grenier... Une minute d'arrêt », op. cit., p. 80.
  • 45 brier, Max-André et brunei", Pierre, op. cit., p. 47.

29Les briques retrouvées dans le four relèvent d'un type relativement grossier. Lorsqu'elles ne sont pas brisées ou déformées par la cuisson, ces pièces, non estampillées, sont hétérogènes tant par leur couleur que par leurs dimensions. Il s'avère dès lors hasardeux de reconnaître un module fixe (5 x 9,5 x 21 cm ?), d'autant plus approximatif et peu représentatif qu'il se base sur un probable rebut de cuisson, lui-même absolument muet sur les conditions effectives, ponctuelles ou non, de sa fabrication43 En revanche ces variations morphologiques ne sont pas sans intérêt dans la mesure où ce phénomène est consécutif à des imperfections du façonnage et de la cuisson. La plasticité des briques crues apparaît comme une cause majeure de ces défauts, révélée grâce aux quelques traces de doigts laissées tant sur les faces que sur les arêtes lors de leur manipulation pendant l'enfournement On peut en conclure que le séchage n'était pas mené à son terme, tout du moins pour la dernière fournée et pour ces briques abandonnées, ce qui a certaines incidences sur l'entassement En supportant le poids des piles de briques ajourées disposées de chant (soit 13 assises pour la hauteur conservée du four), les premières rangées croisées se sont profondément imprimées dans la sole. À ces déformations s'ajoutent ensuite les effets de la cuisson. En premier lieu, les couloirs aménagés dans la masse de briques (supra) occasionnaient une surchauffe des premiers rangs en contact avec le feu. D'autre part, la maîtrise théoriquement effective du foyer dansant entre les briques crues dans la chambre de chauffe, n'empêchait pas d'accidentels « coups de feu ». D'où les « mastoc »44 et les « briques de pelote »45, surcuites et donc différemment colorées, mais surtout plus ou moins déformées, craquelées et vernissées suivant les fournées, sans compter celles qui au contraire étaient insuffisamment cuites. Il est probable que c'est la qualité moindre des briques retrouvées dans le four qui est à l'origine de leur abandon, le reste de la fournée ayant été retiré de la chambre pour une destination qui, bien qu'inconnue, n'était peut-être pas très lointaine (construction de la ferme ?).

  • 46 Cram, Louis, « Empreintes sur des tuiles romaines », Dossiers Histoire et Archéologe, 1985, n° 90, (...)
  • 47 5,5 x 11 x 22 cm ; 5,5 x 9,5 x 20,5 cm ; 5 x 11 x 21 cm ; 5 x 10 x 21,5 cm ; 5 x 10 x 20,5 cm ; 5 (...)

30Parallèlement à la fouille, la démolition progressive des bâtiments composites (brique, silex, calcaire, béton, parpaings) de la ferme de la « Plaine de la Mare » a donné l'occasion de reconnaître plusieurs sortes de briques dans la maçonnerie. L'espoir un peu utopique de retrouver dans les constructions le module de brique sorti du moule, et surtout du four, a hélas été vain. Il faut savoir en effet que l'étape du séchage entraîne une réduction d'un dixième du volume du produit46 avant que sa cuisson n'occasionne elle-même d'éventuelles déformations en fonction des sautes de température accidentelles et de l'emplacement des briques dans le four. Il paraît donc difficile d'apprécier réellement ces écarts, sans doute variables suivant le matériau47.

L'abandon

  • 48 Maneuvrier, Jacky et San Juan, Guy, « Introduction. La briqueterie Lagrive à Glos », dans : Guy Sa (...)

31Plusieurs coupes transversales ont été ouvertes (fig. 3) afin de comprendre les modalités du comblement de la briqueterie. Le reliquat de la dernière fournée de briques est noyé dans 30 à 40 cm d'argile rubéfiée disposée en vrac, plus ou moins difererenciée d'une couche cendreuse qui semble traverser l'entrée orientale jusqu'à la fosse-cendrier. Cette couche pourrait correspondre à l'effondrement d'une voûte en terre. On retrouve une stratigraphie similaire, mais révélatrice d'un état postérieur, à la sortie de l'entrée occidentale. Il semblerait que la briqueterie ait connu plusieurs phases d'activité, marquées par des réfections de la sole. Rien ne permet d'établir que les différentes entrées aient été utilisées simultanément ou non, le four étant peut-être conçu initialement pour contenir trois chambres de cuisson utilisées alternativement, à l'instar des fours continus actuels48

Un bilan contrasté

  • 49 Brier, Max-André et Brunet, Pierre, op. cit., p. 95 ; Chapelot, Jean et Fossier, Robert, op. cit.

32Ces trois exemples très différents révèlent des configurations de sites qui trop souvent sont encore jugés anecdotiques par la communauté archéologique, surtout préoccupée par les périodes plus anciennes. Si les méthodes d'enquête cadastrale et le recours aux grandes publications de géographie rurale permettent d'identifier rapidement la fonction de ces sites et d'en cerner globalement la chronologie, la faiblesse du questionnement de fond, préalable à toute recherche efficace, est indéniable dans le cadre de l'archéologie préventive et touche aux deux dimensions, spatiale et chronologique, intrinsèques à l'analyse du site. Pourtant, ce chapitre de l'histoire matérielle des campagnes s'avère pourtant riche d'enseignement, ainsi qu'en témoignent ces quelques cas d'espèce. Ainsi à Plomb, presque dix siècles à la suite d'une occupation carolingienne, les vestiges d'une ferme moderne se placent à leur tour dans le fil de l'analyse archéologique des vestiges médiévaux : l'édifice du xixe siècle prend en compte les mêmes contraintes environnementales que l'occupation carolingienne. L'agrandissement du plan, la disponibilité accrue de matériaux de meilleure qualité manifestent les seules différences notables entre la longère avranchine et la ferme carolingienne. Il est en outre remarquable qu'au début du xxe siècle, ces nouveautés n'avaient pas encore atteint certaines régions du nord-ouest de l'Europe (Morbihan, Hébrides), conservatoires de techniques et d'architectures aujourd'hui disparues. À Plomb, l'adoption d'un modèle d'habitat dispersé fondé sur la maison basse et mixte se rattache peut-être à un contexte socio-économique étonnamment durable qui trouverait ses origines dès le haut Moyen Âge et se serait cristallisé, jusqu'à une date récente, dans certaines régions pauvres du monde rural, notamment en Bretagne continentale (Coglès, marais de Dol, pays de Fougères)49 ; l'enregistrement, au titre de la sauvegarde du patrimoine rural, de ces quelques exemples d'édifices traditionnels s'avère donc tout aussi pertinente que celui de sites plus anciens.

33Autre cas de figure avec le site d'Agneaux, d'un apport plus limité quant à l'analyse des structures bâties, qui donne l'illustration concrète d'un diagnostic archéologique dans lequel les vestiges les plus récents, qu'il s'agisse d'anciennes constructions ou de fossés de parcellaire, doivent être considérés comme partie intégrante de l'approche globale des formes d'occupation du sol. Le travail cartographique, fondé sur l'exploitation des cadastres anciens et la compilation des données extensives recueillies lors des opérations successives qui touchent un même secteur (ici, le contournement routier de Saint-Lô), constitue dans ce cas de figure le produit essentiel de l'intervention archéologique.

  • 50 Avant la fin de l'opération sa date était inconnue et il n'était pas exclu que nous ayons affaire (...)
  • 51 Voir notamment les travaux de Philippe BERNOUIS, « Les tuileries et briqueteries des arrondissemen (...)
  • 52 fajon, Philippe, Belbeuf « Le Bout de la Ville », Bilan Scientifique Haute-Normandie, DRAC de Haut (...)

34Le cas de Saint-Vigor d'Ymonville illustre pour sa part de façon significative la nature des lacunes qui touchent à la définition même de l'intervention archéologique, dès lors qu'elle s'applique aux époques « récentes ». De plus, la fouille des structures modernes, omise lors de la rédaction du cahier des charges de l'opération, est apparue comme vin préalable nécessaire à l'approche des vestiges antérieurs : on pense ici plus particulièrement aux déchets générés par la taille du silex pour la construction de la ferme et à l'évolution du parcellaire autour des structures contemporaines du clos de « la Plaine de la Mare ». Seule la briqueterie, a pu faire l'objet d'une fouille complète, menée dans un cadre nécessairement étroit50 Les résultats sont encourageants car ils alimentent le dossier du « patrimoine industriel » régional : modèle hybride par ses caractères archaïques, entre le four artisanal et le four industriel, la briqueterie de la « Plaine de la Mare » fait figure de cas particulier, sans doute par manque de références archéologiques concernant ce type de structure peu étudié, du fait des artefacts jugés insignifiants ou d'une activité considérée comme trop récente et relevant plutôt du domaine de la recherche historique51 et ethnographique (depuis plus de dix ans, seuls deux fours ont été fouillé en Seine-Maritime à Belbeuf et à Auffay52). L'intérêt de cette structure n'est donc pas négligeable, en raison de sa valeur documentaire pour l'histoire des techniques.

  • 53 Archéologie du TGV Méditerranée. Fiches de synthèse, Lattes, Publication de l'UMR 154 du CNRS « Mi (...)

35Retenus comme illustrations des différents problèmes relatifs à l'analyse des vestiges archéologiques modernes, ces trois cas d'espèce mettent en exergue la nécessite de mieux définir les protocoles d'opérations préventives, en partenariat avec les différentes disciplines impliquées, afin d'enregistrer au mieux cette somme de données vouées à une destruction définitive par l'aménagement du territoire. De récentes initiatives ont clairement démontré, par la qualité et le caractère innovant des résultats publiés, tout l'intérêt d'une prise en compte des vestiges modernes et contemporains, à un niveau équivalent à celui des périodes antérieures53. Ceci est la condition pour que la part la plus récente du patrimoine rural soit pleinement intégrée dans une approche globale des formes d'occupation et d'exploitation, fondée sur la longue durée ; cette démarche est indispensable tant pour l'archéologue que pour l'historien du monde rural.

Notes

1 Brier, Max-André et Brunet, Pierre, L'Architecture rurale française, Normandie, Paris, Berger-Levrault, 1984, carte 7, p. 64-65.

2 Brier, Max-André et Brunet, Pierre, op. cit., p. 33.

3 Chapelot, Jean et Fossier, Robert, Le Village et la maison au Moyen Âge, Paris, Hachette « Littérature », 1980, p. 232.

4 Dudley, Dorothy. et Minter, E. Marie, « The excavation of a médiéval setdement at Trewold, Lesnewth », Comish Archaeology, 5, 1963, p. 34-58 ; « The médieval vilalge at Garrow Tor, Bodwin Moor, Cornwall », Médiéval Archaeology, t. VI-VII, 1962-1963, p. 272-294.

5 Beresford, Maurice et HURST, John, Deserted Medieval Villages, London, 1971, p. 108-109.

6 Chapelot, Jean et FOSSIER, Robert, op. cit., p. 243 ; BERESFORD, Maurice et HURST, John, op. cit., p. 241, fig. 35.

7 Brier, Max-André et Brunet, Pierre, op. cit.. p. 96-97.

8 Brier, Max-André et Brunet, Pierre, op. cit., p. 95.

9 Flatres-Mury, Henriette, « Matériaux et techniques de construction rurale dans l'Ouest de la France : l'exemple des confins normands, bretons et manceaux », Norois, 1970, n° 68 (4), p. 547-565.

10 Brier, Max-André et Brunet, Pierre, op. cit

11 Bertrand, Roger et lucas, M., « Un village côtier du xiie siècle en Bretagne : Pen-er-Malo en Guidel (Morbihan) », Archéologie Médiévale, 1975, t V, p. 73-101.

12 Andre, Patrick, « Le site médiéval de Kerlano en Plumelec (Morbihan) », Archéologie en Bretagne, 1974, n° 2, p. 27-34.

13 andré, Patrick, Bertrand, Roger et clément, M., « En Morbihan, permanence d'un type d'habitat : la maison à pignons en abside », Arcbéologia, n° 97, août 1976, p. 28-36.

14 BARDEL, Jean-Pierre, « Vieux habitats en forêt de Pont-Calleck, en Berné (Morbihan) », Archéologe en Bretagne, 1977, n° 15, p. 28-29 ;-, « Berné : Pont-Calleck, le village déserté »,Archéologe en Bretagne,1977, n° 24, p. 27-38.

15 chapelot, Jean et fossier, Robert, op. cit., p. 237-238.

16 Carpentier, Vincent, Cliquet, Dominique, ghesquière, Emmanuel et Marcigny, Cyril, « Le Saint- Lois du Bas Moyen Âge à la Période contemporaine », dans : 5000 ans d'histoire aux portes de Saint-Lô. Archéologe préventive et aménagement du territoire, Saint-Lô, Arch. dép. de la Manche, 2000, p. 60-61.

17 Le fonctionnement de cette installation traditionnelle peut être directement observé au musée rural de la Maison des Marais de Marchésieux (50190, Manche).

18 Clément-Sauleau, Stéphanie, Ghesquière, Emmanuel et Marcigny, Cyril, « Du ve millénaire au début de l'Antiquité, les occupations de Saint-Vigor-d'Ymonville (76) », Haute-Normandie Archéologique, n° sp., Rouen, Crahn, 2002, p. 12-17.

19 Matrice cadastrale des propriétés bâties (Arch. dép. de Seine-Maritime), le propriétaire de la ferme créée en 1836 est M. Jules Paul Allard.

20 Brier Max-André et Brunet, Pierre, op. cit., p. 77-78.

21 Le Pays de Caux fait partie de la « Normandie argileuse » (BRIER, Max-André et BRUNET, Pierre, op. cit., p. 21) qui, soumise à la déflation périglaciaire, a été recouverte d'une couverture limoneuse éolienne d'épaisseur variable. Cette « terre à briques » jaune à rouge, et plus ou moins pure et grasse, y a été largement exploitée jusqu'au paléosol quaternaire qui constitue le plancher de la plupart des carrières à terre des briqueteries cauchoises (Collectif, 1985, p. 176-183).

22 BRIER, Max-André et BRUNET, Pierre, op. cit., p. 262-265.

23 Brier, Max-André et BRUNET, Pierre, op cit., p. 100.

24 Collectif, « Beuzeville-la-Grenier... Une minute d'arrêt », Témoin du Pays de Caux, Hautot-sur-Seine, Association pour l'Action Culturelle en Haute Normandie, 1985, p. 179.

25 Les mesures prises du ou des fers convexes (environ 6 cm de large pour 0,5 cm d'épaisseur) sont pour le moins approximatives si l'on tient compte de la réduction de taille occasionnée tant par le séchage que par la cuisson, et l'éventuelle surchauffe, de l'argile des parois du four (infra « les briques »).

26 Lemaître, Claude, « Les céramiques du Pré d'Auge » dan s :Guy San Juan et Jacky Maneuvrier (dir.), L'exploitation ancienne des roches dans le Calvados : Histoire et archéologie, Caen, Conseil Général du Calvados - Service Départemental d'Archéologie, 1999, p. 392.

27 Brier, Max-André et Brunet, Pierre, op. cit., p. 46.

28 Maneuvrier, Jacky, 1999, « La Briquetterie de Montpinçon (enquête) », dans : Guy San Juan et Jacky Maneuvrier (dir.), L'exploitation ancienne..., op. cit., p. 359.

29 Dostoïevski, Feodor, Souvenirs de la maison des morts, Paris, Gallimard, 1977, p. 323.

30 Michel, Philippe, « Les expériences contemporaines au service de l'archéologie », dans : Jean Lasfargues (dir.), Architectures de terre et de bois. L'habitat privé des provinces occidentales du monde romain. Antécédents et prolongements : Protohistoire, Moyen Age et quelques expériences contemporaines, Actes du 2e congrès archéologique de Gaule méridionale (Lyon, 2-6 nov. 1983), Paris, Maison des Sciences de l'Homme, « Documents d'Archéologie Française », 1985, n° 2, p. 169-176.

31 La ténuité de ce type de structures ne peut s'opposer aux indices flagrants qui expliquent « la place prépondérante [...] accordée à l'étude des fours ». Quand bien même « il conviendrait de favoriser des fouilles d'ateliers comprenant la totalité des structures de production » (Collectif, 1997, La recherche archéologique en France. Bilan 1990-1994 et programmation du Conseil national de la recherche archéologique, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, p. 407), il faut convenir qu'en réalité cela reste trop souvent un vœu pieux, faute de temps et d'intérêt, dans le contexte d'intervention habituel de l'archéologie préventive.

32 Maneuvrier, Jacky, « La Briquetterie de Montpinçon... », art cit.

33 Brier, Max-André et Brunet, Pierre, op. cit., p. 46.

34 Michel, Philippe, art cit.

35 Maneuvrier, Jacky, « La Briquetterie de Montpinçon... », art. cit.

36 Collectif, « Beuzeville-la-Grenier... Une minute d'arrêt », op. cit., p. 180.

37 Brier, Max-André et Brunet, Pierre, op. cit., p. 263.

38 Brier, Max-André et Brunet, Pierre, op. cit., p. 47

39 Maneuvrier, Jacky, « La Briquetterie de Montpinçon... », art cit, p. 359

40 Brier, Max-André et BRUNET, Pierre, op. cit., p. 262-265.

41 Flambard-Héricher, Anne-Marie, « Les ateliers de potiers médiévaux et modernes du Molay », dans : Guy San JuaN et Jacky Maneuvrier (dir.), L'exploitation ancienne...,1999, op. cit., p. 368-375.

42 BRIER, Max-André et BRUNET, Pierre, op. cit., p. 46.

43 Dufournier, Daniel et Picon, Maurice, « Technologie céramique, rapport introductif », dans : Jean Chapelot, Henri Galinié, Jacqueline Pilet-Lemière (dir.), La céramique (ve-xixe siècles), Fabrication, commercialisation, utilisation, Actes du Ier Congrès International d'Archéologie médiévale (Paris, 4-6 octobre 1985), Caen, Société d'Archéologie Médiévale, 1987, p. 71-75.

44 Collectif, « Beuzeville-la-Grenier... Une minute d'arrêt », op. cit., p. 80.

45 brier, Max-André et brunei", Pierre, op. cit., p. 47.

46 Cram, Louis, « Empreintes sur des tuiles romaines », Dossiers Histoire et Archéologe, 1985, n° 90, janv. 1985, p. 93.

47 5,5 x 11 x 22 cm ; 5,5 x 9,5 x 20,5 cm ; 5 x 11 x 21 cm ; 5 x 10 x 21,5 cm ; 5 x 10 x 20,5 cm ; 5 x 9,5 x 21 cm

48 Maneuvrier, Jacky et San Juan, Guy, « Introduction. La briqueterie Lagrive à Glos », dans : Guy San Juan et Jacky Maneuvrier (dir.), L'exploitation ancienne..., op. cit., p. 308 ; Collectif, « Beuzeville-la- Grenier... Une minute d'arrêt », op. cit., p. 180.

49 Brier, Max-André et Brunet, Pierre, op. cit., p. 95 ; Chapelot, Jean et Fossier, Robert, op. cit.

50 Avant la fin de l'opération sa date était inconnue et il n'était pas exclu que nous ayons affaire à une structure de combustion plus ancienne : four de potier gallo-romain ou médiéval (pour ne citer que deux des nombreuses hypothèses émises durant la fouille).

51 Voir notamment les travaux de Philippe BERNOUIS, « Les tuileries et briqueteries des arrondissements de Caen et Lisieux, xixe-xxe siècles », dans : Denis WORONOFF (dir.), L'Homme et l'Industrie en Normandie, du Néolithique à nos jours. Actes du congrès régional des sociétés historiques et archéologiques de Normandie (L'Aigle, 26-30 oct. 1998), Alençon, Société Historique et Archéologique de l'Orne/Sociétés Historiques et Archéologiques de Normandie, 1990, p. 187-198.

52 fajon, Philippe, Belbeuf « Le Bout de la Ville », Bilan Scientifique Haute-Normandie, DRAC de Haute-Normandie, 1991, p. 31 ;-, Auffay « Les Hauts Hêtres », Bilan Scientifique Basse-Normandie, DRAC de Basse-Normandie, 1992, p. 59

53 Archéologie du TGV Méditerranée. Fiches de synthèse, Lattes, Publication de l'UMR 154 du CNRS « Milieux et Sociétés en France méditerranéenne : Archéologie et Histoire », « Monographies d'Archéologie Méditerranéenne », 10, t. 3, p. 601-978.

Table des illustrations

Titre Figure 1- Localisation des trois sites présentés
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11695/img-1.png
Fichier image/, 693k
Titre Figure 2- Les sites de Plomb et d'Agneaux (Manche)
Légende En haut, à gauche : plan de la longère de Plomb et vue en coupe des structures environnantes. En haut à droite : plan de la boulangerie d'Agneaux. En bas : mobilier de la boulangerie (décors de faïence et objets en fer). (Dessin L. Ménager, INRAP)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11695/img-2.png
Fichier image/, 693k
Légende Plan compilé du cadastre de 1836 et des structures révélées par l'archéologie.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11695/img-3.png
Fichier image/, 695k
Titre Figure 4- Plan et coupes de la briqueterie de Saint-Vigor-d'Ymonville(Seine-Maritime). (Dessin C. Marcigny, INRAP)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11695/img-4.png
Fichier image/, 382k

Auteurs

Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, INRAP Basse-Normandie, Boulevard de l'Europe, 14540 Bourguébus / Centre de Recherches Archéologiques & Historiques Médiévales, CRAHM, UMR 6577, Université de Caen, Esplanade de la Paix, 14 000 Caen
Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, INRAP Bretagne, 37 rue du Bignon, CS67737, 35577 Cesson-Sévigné
Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, INRAP Basse-Normandie, Boulevard de l'Europe, 14540 Bourguébus
Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, INRAP Basse-Normandie, Boulevard de l'Europe, 14540 Bourguébus
collaborateur Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, INRAP Basse-Normandie, Boulevard de l'Europe, 14540 Bourguébus

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540