Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Deuxième partie. La maison de l'archéologue

La maison rurale du XIIe au XIVe siècle dans les Monts d'Arrée (Finistère). Les données des fouilles archéologiques

Michael Batt

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Batt, Michael, « Medieval Peasant Buildings in Brittany : oval and rectangular, plans and uses », (...)

1Depuis plusieurs années maintenant des fouilles archéologiques ont été menées sur une dizaine de hameaux ou « villages » désertés en Bretagne (figure 1). La plupart de ces sites sont datés postérieurement à l'an mil et étaient vraisemblablement en cours d'abandon au xive siècle. Les fouilles ont permis d'aborder la question de la fonction des bâtiments, et de la définition des espaces internes de la maison paysanne médiévale. On a ainsi pu mettre en évidence la coexistence de deux types de maison pendant cette phase du Moyen Âge breton : l'un de plan ovale, l'autre rectangulaire1 Par leur organisation interne, ils correspondent aux types définis par les archéologues d'outre-Manche, c'est à dire la long-house ou maison mixte.

2Depuis 1969, la dizaine d'habitats désertés du Moyen Âge étudiés en Bretagne nous ont fourni suffisamment de données sur les types de maisons pour pouvoir faire des comparaisons avec des structures semblables en dehors de la région. Les études montrent qu'il n'y a pas de caractéristique spécifiquement bretonne d'un point vue architectural et que la maison paysanne détectée par l'archéologie fait partie d'un type très répandu sur la façade adantique.

  • 2 Conte, Patrice, « Des Documents archéologiques pour l'histoire du village médiéval Limousin », p. (...)
  • 3 Henderson, C.G., et Weddell, P.J., « Medieval settlements on Dartmoor and in west Devon : the evid (...)

3Les premières recherches, menées principalement dans la Basse Bretagne (Finistère, ouest du Morbihan et des Côtes d'Armor) ont mis au jour des groupes de fermes ou habitats. Ils ressemblent par leur hauteur à ceux étudiés dans le Limousin2 et dans le sud ouest de l'Angleterre sur le massif de Dartmoor3.

Typologie des habitats bretons du Moyen Âge

  • 4 Dufief, André, Les Cisterciens en Bretagne, xiie-xiiie siècles, Presses Universitaires de Rennes, (...)

4Les sites fouillés ne sont pas des villages, mais plutôt des hameaux, mis en place par de petits groupes de « défricheurs ». Qui était à l'initiative des ces habitats ? La réponse n'est pas toujours claire, mais l'influence de l'église, en particulier les nouveaux ordres — Cisterciens et Chevaliers de Saint Jean de Malte — est une hypothèse qui paraît plausible. En effet le rôle de ces deux ordres est très important4 en particulier dans la micro région des Monts d'Arrée et attestée par l'implantation de l'abbaye du Relec et d'une commanderie des Hospitaliers de Saint Jean-Malte installée à la Feuillée. Au moins trois habitats désertés peuvent être attribués à leur initiative, malgré l'absence de documents. En revanche la contribution des seigneurs laïcs et de la petite noblesse dans la reconquête des terres est beaucoup plus difficile à détecter.

Figure 1- Plan de situation des sites évoqués dans le texte

Figure 1- Plan de situation des sites évoqués dans le texte

1- Le Gonidou ; 2- Karhaes Vihan ; 3- Pen-er-Malo ; 4- Goarem ar Manec'h
• : Autres sites

5Les sites désertés bretons se situent pendant le Moyen Âge dans un semis, plus ou moins complexe, d'habitats dispersés. La disposition fortuite des bâtiments suggère une absence de planification. Les maisons, dans chacun de nos exemples, sont construites en pierre sèche sans trace de mortier. Dans la plupart des cas, les portes d'entrée se situent dans les murs gouttereaux, exposés au sud. Seul le plan des bâtiments donne quelques indications sur le statut social des habitants. Les structures sont de petites dimensions. On note dans la quasi totalité des cas (excepté un cas particulier), une absence d'aménagements internes, type drain, mangeoire et placards.

  • 5 Chapelot, Jean et Fossier, Robert, Le Village et la maison au Moyen Âge, Paris, Hachette « Littéra (...)
  • 6 Bertrand, Roger et Lucas, M., « Un Village coder du xiie siècle en Bretagne : Pen-er-Malo en Guide (...)
  • 7 Batt, Michael, « Some deserted hamlets in Brittany : a review of the archaeological evidence »,(...)
  • 8 Batt, Michael, « Brennilis, Karhaes Vihan, (Finistère) », Gallia Informations-Bretagne, éditions C (...)
  • 9 Barrère, Michel et BATT, Michael, « Berrien, le Goënidou, (Finistère) » Gallia Informations — Bret (...)
  • 10 Batt, Michael, « La Feuillée, (Finistère), Goarem ar Manec'h », dans : Chronique des fouilles médi (...)

6Un nombre important d'éléments ont été accumulés à partir des sites fouillés. Ils montrent que la maison mixte est le type d'habitat le plus courant, comme cela a été généralement observé dans toute l'Europe occidentale. On identifie aussi en Bretagne, des maisons mixtes avec deux entrées se faisant face et un foyer central. La zone non domestique — étable — ne peut loger que deux ou trois animaux. Contrairement aux impressions données par Jean Chapelot et Robert Fossier5 les bâtiments avec pignons plats sont plus courants que ceux à pignons en abside. Le type de maison découvert à Pen-er-Malo (Guidel) reste minoritaire6. Depuis 1978, les fouilles sur les habitats désertés des Monts d'Arrée montrent que, dans cette micro-région comme ailleurs, l'habitat typique est la maison mixte7. Trois sites désertés ont fait l'objet d'étude : Karhaes Vihan8 le Goënidou9 et Goarem ar Manec'h10.

7D'après les données de la fouille, les bâtiments construits en granit, sans mortier, représentent une étape tardive dans l'évolution de l'habitat rural de la Basse Bretagne. Du simple bâtiment léger en mottes de gazon avec parements en pierres, on passe au type primitif de la maison mixte, puis à une construction très soignée de cette dernière. La maison mixte du Goënidou est d'une forme plus évoluée que celle de Karhaes Vihan. En effet, les constructions sont plus grandes, plus soignées, améliorées par les aménagements intérieurs.

Une distribution spatiale anarchique à Karhaes Vihan

8Peut-on déceler des types dans l'organisation des deux habitats fouillés des Monts d'Arrée ?

  • 11 Batt, Michael, « Brennilis, Karhaes Vihan, fouilles de 1984 », dans : Chronique des fouilles médié (...)

9Il n'existe pas d'organisation spatiale cohérente sur le site de Karhaes Vihan (figure 2) et l'habitat est du type le plus simple. Le bâtiment VI, fouillé en 1984, est un bon exemple de maison mixte (figure 3). Orienté nord-est/sud-ouest, ce bâtiment mesure intérieurement 7,40 m sur 3,80 m et est muni de deux portes d'entrée se faisant face, l'une ouvrant vers le nord, l'autre vers le sud Toute la partie est du bâtiment est pourvue d'un sol en terre battue. Entre les deux portes se situe le foyer central. Celui-ci était délimité par des dalles de granit posées sur chant. Deux trous de poteaux creusés dans la terre battue ont été localisés pendant la fouille. L'un d'eux était rempli de charbon de bois. Celui-ci a fourni une datation C14 corrigée de 970-1070 AD. L'analyse d'un deuxième échantillon, prélevé dans une couche d'incendie dans une annexe du bâtiment II, a donné une datation C14 corrigée située entre 1150-1310 AD. Dans le bâtiment VI les zones domestiques et non domestiques (le plus bas) sont détectables seulement par une différence de niveau du sol intérieur11.

Figure 2- Plan d'interprétation du site de Karhaes Vihan, Brennilis (Finistère)

Figure 2- Plan d'interprétation du site de Karhaes Vihan, Brennilis (Finistère)

10Il devint évident au cours de fouilles que les murs de cette maison mixte avaient fait l'objet de quelques modifications. À la suite d'un effondrement, le parement du mur nord (M2) à l'est de la porte d'entrée a été renforcé sur sa face extérieure. À l'ouest de la porte d'entrée, les bâtisseurs avaient réutilisé en partie les murs ruinés d'une construction antérieure. Par contre, leur mauvais état (M4 et 5) avait nécessité leur remplacement et la construction de nouveaux murs sud d'une épaisseur une épaisseur de 80 cm (M6 et 7), réduisant l'emprise du bâtiment VI. La qualité de leur appareil est très supérieure à celle des murs antérieurs.

Figure 3- Karhaes Vihan, Brennilis

Figure 3- Karhaes Vihan, Brennilis

A : foyer central ; B : trou de poteau ; C : mur antérieur ; D : talus ; E : terre battue

11L'interprétation de la fouille de ce bâtiment et de ses différentes étapes de transformation suggère que celui-ci a connu au moins deux phases de construction. Le bâtiment VI dans son état final ainsi que son jardin ont été installés entre deux talus de terre pré-existants orientés approximativement nord-est Comme lors de la fouille du bâtiment 3, des constructions antérieures aux structures visibles ont été identifiées. Deux murs légers, fossilisés sous l'éboulis des murs sud du bâtiment VI sont apparus. La figure 3 nous montre que ceux-ci ont pu appartenir à un bâtiment de dimensions au sol plus importantes, orienté est-ouest. Deux phases de construction sont proposées pour cet ensemble : une Phase 1 de construction du bâtiment dont l'emprise au sol à l'intérieur est de 7,50 m sur 5 m (peut-être une maison mixte). Le sol à l'intérieur de la partie ouest est déjà surcreusé par rapport au niveau extérieur. Dans la Phase 2 qui fait suite à une période d'abandon, un deuxième bâtiment est reconstruit avec des murs plus solides mais avec une emprise au sol réduite dans la largeur (7,50 m sur 3,80 m). Ce bâtiment est muni d'un foyer central. Il est divisé en zones domestique et non-domestique et est interprété comme une maison mixte.

Le Goënidou : un habitat planifié créé ex-nihilo ?

Figure 4- Le Goënidou, Berrien

Figure 4- Le Goënidou, Berrien

Plan d'interprétation du site du Goënidou, Berrien (Finistère), (relevés : Mark Corney et Stuart Patton)

  • 12 Barrère, Michel et Batt, Michael, « Berrien, le Goënidou, (Finistère) », art. cit.

12La découverte sur la commune de Berrien en 1983 de l'habitat déserté du Goënidou, à l'occasion de travaux de mise en valeur de terrains en friche, avait ouvert de nouvelles perspectives de recherches dans cette micro-région. En 1984, le relevé topographique d'une partie du site et d'une fouille de sauvetage urgent a été suivi par trois campagnes de fouilles programmées de 1985 à 198712

Figure 5- Le Goënidou, Berrien

Figure 5- Le Goënidou, Berrien

Plan des bâtiments de l'îlot 1

  • 13 Laurent, Jeanne, Un Monde Rural en Bretagne au XVe siècle : La Quevaise, École Pratique des Hautes (...)

13Les relevés topographiques d'interprétation menés en 2001 sur le site du Goënidou ont permis d'identifier au moins cinq îlots dont les structures étaient composés de quatre bâtiments (figure 4). La disposition des bâtiments est identique dans chaque groupe ou unité, ce qui suggère un plan prédéterminé : trois bâtiments groupés autour d'une cour, avec un quatrième situé à une petite dizaine de mètres de distance. La fouille confirme cette organisation et montre qu'aucune modification majeure du plan de l'habitat n'est intervenue depuis la création du site. Une telle organisation régulière suggère que cet habitat a été une création ex-nihlio, probablement sur l'initiative d'un seigneur terrien. Dans ce cas particulier, les Cisterciens de l'Abbaye du Relec, toute proche, sont probablement les commanditaires. En Bretagne ils avaient leur propre système de gestion de leurs domaines, la quévaise, qui avait pour but d'encourager le défrichement des terres hors cultures13

14À partir des données de la fouille, nous avons maintenant suffisamment d'éléments pour tenter de donner une interprétation des bâtiments (figure 5). Les bâtiments I et II sont des maisons mixtes, possédant non seulement un foyer central mais aussi des placards et étagères intégrés dans les murs en pierre rajoutant un certain « confort ». Il y a également une séparations très nette, en forme de murs légers, entre la zone domestique et non domestique, cette dernière étant munie de sa propre porte vers l'extérieur. Les séparations légères n'ont pas fonction de mur porteur. Autre innovation, une pièce annexe, qui n'est accessible que par la zone domestique. Bien qu'il fût encore nécessaire pour l'homme de partager le même toit que son cheptel, certains indices montrent son désir de s'en éloigner. C'est ainsi que sont interprétés les bâtiments III et IV. Bien que semblables par leurs dimensions et leur technique de construction, ils diffèrent par l'absence de foyers centraux, ce qui suggère des fonctions non domestiques : granges ou étables.

15Par contre, en ce qui concerne la datation du site, l'archéologie n'a pas encore fourni d'indices permettant d'établir le début de l'occupation. En revanche, une datation C14, malheureusement unique, correspond à un épisode d'abandon (couche d'incendie) datée de 1350-1450 (C14 corrigé).

Goarem ar Manec'h : une exploitation agricole ?

  • 14 Glot, Pierre-Rolland, Batt, Michael et Morzadec, Marie-Thérèse, Archéologe du Paysage Agraire Armo (...)

16Le troisième site des Monts d'Arrée, Goarem ar Manec'h (la Lande des Moines), situé sur la commune de la Feuillée, n'a pas encore fait l'objet de fouilles mais seulement d'une campagne de relevés topographiques qui a révélé le grand intérêt du site (figure 6). Découvert à l'occasion d'un dépouillement systématique des clichés verticaux de l'IGN de 1952 des Monts d'Arrée dans le cadre d'une recherche sur l'archéologie du paysage14, ce site est un habitat déserté entouré d'un enclos de plan sub-rectangulaire. Sa situation ne permet pas de considérer le site comme une position défensive.

17L'enclos est matérialisé par deux talus séparés par un fossé. L'ensemble, talus, fossé et zone d'habitat à l'intérieur se développe sur une superficie totale qui se situe aux alentours de 7 150 m2. L'espace intérieur du site est divisé en deux zones, la première non bâtie, située à l'est, la seconde bâtie et située à l'ouest où des mouvements de terrain et quelques pans de murs révèlent l'existence de plusieurs constructions interprétées comme des maisons mixtes. La zone bâtie, située à l'ouest, a été aménagée en terrasses pour permettre l'installation de bâtiments et d'enclos. Il est possible d'identifier l'emplacement de bâtiments. Le premier ensemble, peut-être une maison mixte avec une cour devant, est adossé au côté interne contre le talus qui délimite le nord-ouest du site. Immédiatement au sud-ouest de cet ensemble, un deuxième groupe de bâtiments est également adossé contre le talus interne. Chronologiquement antérieur au premier, cet ensemble est également interprétée comme une maison mixte avec des bâtiments annexes munis d'une cour. Dans l'angle sud du site, les talus délimitant l'enclos ont été modifiés pour permettre l'installation d'une structure. Elle est interprétée comme un bâtiment avec un pignon en abside.

Figure 6- Goarem ar Manec'h, La Feuillée

Figure 6- Goarem ar Manec'h, La Feuillée

Plan d'interprétation (relevés Mark Comey et Stuart Patton)

  • 15 . Batt, Michael, « La Feuillée... », art. cit.

18En attendant confirmation par une fouille, ces hypothèses sont basées entièrement sur des comparaisons avec des sites déjà fouillés. Selon toute vraisemblance, la configuration des bâtiments correspond à ceux qui ont été fouillés sur les habitats désertés de Karhaes Vihan et du Goënidou. Quant à l'installation du site, l'hypothèse d'une exploitation agricole associée à l'un des établissements monastiques de la région au cours de la phase d'expansion des ordres nouveaux à partir du début du xiie siècle semble la plus plausible. Les hospitaliers se sont installés à la Feuillée, avant 1150 et, au xve siècle, ils possèdent la majeure partie des exploitations agricoles de la paroisse15.

Discussion et intetptétation

19Les données actuelles de la recherche archéologique permettent d'attester sans ambiguïté une occupation, au Moyen Âge, de cette micro-région des Monts d'Arrée, accompagnant successivement le défrichement puis une occupation pastorale. Une série de bâtiments ou de maisons rurales, datée de la période allant du xiie au xive siècle, témoignent de ces activités.

20Parmi les trois sites étudiés dans les Monts d'Arrée, l'habitat du Goënidou se trouve dans une situation privilégiée, sur le plan régional, bien que n'ayant pas été, à ce jour, entièrement fouillé. L'étude documentaire de la quévaise le place dans un contexte socio-économique. Par opposition avec d'autres habitats désertés étudiés en Bretagne, le site présente un véritable plan de lotissement. Les constructions sont organisées en îlots de quatre unités ou modules, trois fermant les côtés d'une cour, une quatrième se situant à l'écart. Sur cinq groupes de structures identifiées, quatre (îlots 1 à 4) présentent des dimensions similaires, le cinquième présentant des caractéristiques différentes. Chaque îlot ou module est installé selon sa propre orientation. Aucun module n'est aligné sur un autre comme cela aurait été le cas dans une organisation rigide d'urbanisme d'insula « à la romaine ».

21La présence de dépendances et de bâtiments non domestiques importants au Goënidou, et également à Karhaes Vihan, témoigne en faveur d'une augmentation du cheptel. Ceci est probablement dû à une augmentation de la prospérité générale de ces habitats ainsi qu'à l'amélioration des techniques agricoles apportées par les propriétaires : dans le cas du Goënidou, les moines du Relec. Il apparaît que l'on est ici en face d'un habitat plus évolué que celui mis au jour sur le site proche de Karhaes Vihan et sur ceux du Morbihan.

22Malgré un nombre non négligeable de fouilles menées sur les habitats désertés dans la région, plusieurs questions restent posées. Quels étaient les raisons qui ont guidé l'implantation de ces habitats ? Les exemples étudiés restent encore rares, en particulier dans des zones d'agriculture intensive. La présence de plusieurs sites désertés repérés par des découvertes fortuites ou anciennes et par des prospections dans les Monts d'Arrée encourage à souhaiter, comme dans d'autres régions, le développement de nouvelles recherches reposant sur la fouille des ensembles bâtis mais aussi sur l'étude de leur environnement

Notes

1 Batt, Michael, « Medieval Peasant Buildings in Brittany : oval and rectangular, plans and uses », dans : Guemesey Connections : Archaeological and Historical Papers in Honour of Bob Bums, Heather sebire, dir., La Société Guernesiaise, Saint Peter Port, 1998.

2 Conte, Patrice, « Des Documents archéologiques pour l'histoire du village médiéval Limousin », p. 25-44 dans : Le village des Limousins. Études sur l'habitat et la société rurale du Moyen Âge à nos jours. Ouvrage collectif, sous la direction de Jean Tricard, Pulim, Limoges, 2003, 532 p.

3 Henderson, C.G., et Weddell, P.J., « Medieval settlements on Dartmoor and in west Devon : the evidence from excavations », dans : The Archaeology of Dartmoor - Perspectives from the 1990s, Proceedings of the Devon Archaeological Society, 1994, tome 52, p. 119-140.

4 Dufief, André, Les Cisterciens en Bretagne, xiie-xiiie siècles, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 1997 ; Le Coadic, R., (1991), Campagnes Rouges de Bretagne, editions Skol Vreizh, Morlaix, 1991, p. 11-16.

5 Chapelot, Jean et Fossier, Robert, Le Village et la maison au Moyen Âge, Paris, Hachette « Littérature », 1980, p. 232.

6 Bertrand, Roger et Lucas, M., « Un Village coder du xiie siècle en Bretagne : Pen-er-Malo en Guidel (Morbihan) », Archéologie Médiévale, 1975, tome 5, p. 73-101.

7 Batt, Michael, « Some deserted hamlets in Brittany : a review of the archaeological evidence », Médiéval Village Research Group Report, 1981, n° 28, p. 26-28.

8 Batt, Michael, « Brennilis, Karhaes Vihan, (Finistère) », Gallia Informations-Bretagne, éditions CNRS, 1990, p. 19-20.

9 Barrère, Michel et BATT, Michael, « Berrien, le Goënidou, (Finistère) » Gallia Informations — Bretagne, éditions CNRS, 1990, p. 19.

10 Batt, Michael, « La Feuillée, (Finistère), Goarem ar Manec'h », dans : Chronique des fouilles médiévale en France en 2000, Archéologie Médiévale, 2001, tome XXX-XXXI, p. 363-369.

11 Batt, Michael, « Brennilis, Karhaes Vihan, fouilles de 1984 », dans : Chronique des fouilles médiévale en France en 1984, Archéologie Médiévale, 1985, tome XV, p. 212-213.

12 Barrère, Michel et Batt, Michael, « Berrien, le Goënidou, (Finistère) », art. cit.

13 Laurent, Jeanne, Un Monde Rural en Bretagne au XVe siècle : La Quevaise, École Pratique des Hautes Études, Paris, 1972.

14 Glot, Pierre-Rolland, Batt, Michael et Morzadec, Marie-Thérèse, Archéologe du Paysage Agraire Armoricain, Travaux du laboratoire d'Antliropologic-Préhistoire-Protohistoire-Quaternaire Armoricain, Université de Rennes 1,1982.

15 . Batt, Michael, « La Feuillée... », art. cit.

Table des illustrations

Titre Figure 1- Plan de situation des sites évoqués dans le texte
Légende 1- Le Gonidou ; 2- Karhaes Vihan ; 3- Pen-er-Malo ; 4- Goarem ar Manec'h• : Autres sites
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11694/img-1.png
Fichier image/png, 575k
Titre Figure 2- Plan d'interprétation du site de Karhaes Vihan, Brennilis (Finistère)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11694/img-2.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 3- Karhaes Vihan, Brennilis
Légende A : foyer central ; B : trou de poteau ; C : mur antérieur ; D : talus ; E : terre battue
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11694/img-3.png
Fichier image/png, 775k
Titre Figure 4- Le Goënidou, Berrien
Légende Plan d'interprétation du site du Goënidou, Berrien (Finistère), (relevés : Mark Corney et Stuart Patton)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11694/img-4.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 5- Le Goënidou, Berrien
Légende Plan des bâtiments de l'îlot 1
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11694/img-5.png
Fichier image/png, 756k
Titre Figure 6- Goarem ar Manec'h, La Feuillée
Légende Plan d'interprétation (relevés Mark Comey et Stuart Patton)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11694/img-6.png
Fichier image/png, 1,2M

Auteur

Ingénieur d'Études, Service Régional de l'Archéologie de Bretagne, UMR CNRS 6566 Civilisations Atlantiques et Archéosciences-Rennes 1, Rennes 2 et Nantes, Ministère de la Culture

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540