Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Deuxième partie. La maison de l'archéologue

L'architecture rurale dans l'ouest de la France entre le VIe et le XIIe siècle d'après les données de l'archéologie

Édith Peytremann

Termini per la ricerca

Indice geografico :

France

Testo integrale

  • 1 Certaines de ces fouilles sont encore trop récentes pour que les rapports de fouilles soient achev (...)
  • 2 Peytremann, Édith, Archéologe de l'habitat rural dans le nord de la France du ive au xie siècle, S (...)

1Traiter de l'architecture rurale des vie-xiie siècles à partir des données archéologiques peut paraître ambitieux dans la mesure où les inconnues paraissent de prime abord largement dépasser les acquis. Cependant grâce au développement de l'archéologie préventive ces vingt dernières années, de nombreuses données, souvent inédites, viennent corriger cette impression de départ. La zone géographique traitée comprend les régions actuelles du Poitou-Charentes, des Pays- de-la-Loire, de la Bretagne et de la Basse-Normandie. Ces dernières ont récemment bénéficié d'importantes fouilles d'archéologie préventive dans le cadre de la construction des autoroutes A 84, A 85, A 87 et d'aménagements routiers divers1 L'étude repose sur un corpus de 40 sites ayant révélé des bâtiments (61 sites avaient été répertoriés). Le nombre minimum de bâtiments s'élève à 152, celui des cabanes excavées à une centaine. Les différents types architecturaux seront traités selon la périodisation mise au point dans le cadre plus large d'une étude sur l'habitat rural du nord de la France2.

2Elles recouvrent trois périodes comprises respectivement entre le début du vie et le viie siècle, entre le milieu du viie et la fin du viiie siècle et entre le début du ixe et la fin du xiie siècle.

L'architecture rurale des vie-viie siècles

3Trois types de constructions sont attestées : les constructions de surface sur poteaux en bois, les constructions excavées de petites ou moyennes dimensions sur poteaux en bois et les constructions excavées sur solins en pierres.

Les constructions sur poteaux en bois

  • 3 On se reportera à la publication du PCR sur l'habitat rural du haut Moyen Âge dans les Pays-de-la- (...)
  • 4 Pilet, Christian, Alduc-Le-Bagousse, Armelle, Blondiaux, Joël et al, « Le village de Sannerville, (...)
  • 5 Lorren, Claude, « Le village de Saint-Martin de Mondeville (Calvados) de l'Antiquité au haut Moyen (...)
  • 6 De Saint Jores, Jean-Xavier, « Les habitats mérovingien et carolingien de la "Delle sur le Marais" (...)

4Les exemples connus sont plus particulièrement localisés en Basse-Normandie et dans les Pays-de-la-Loire. S'il est actuellement difficile d'évoquer les constructions découvertes dans les Pays de Loire dans la mesure où un certain nombre d'entre elles sont en cours d'étude3, il est en revanche possible d'évoquer les bâtiments de Basse-Normandie. Deux types de plans ont été reconnus durant cette période. Les constructions à nef unique comme à Sannerville 4 (Fig. 1-1) ou Mondeville 5 (Calvados) et les bâtiments à deux nefs comme celui mis au jour à Giberville6 (Calvados). Dans le premier cas, la charpente s'appuie un système de chevrons et d'arbalétriers. Dans le second cas, la charpente est portée par une poutre faîtière qui repose sur des poteaux faîtiers axiaux. Les superficies reconnues s'étendent de 7 à 50 m2. Les parois des constructions étaient probablement réalisées en clayonnage. Aucun indice archéologique ne permet de connaître le type de matériau utilisé pour la toiture. L'absence de tuile indique probablement une utilisation de matériaux organiques (jonc, chaume, bardeaux, etc.). La disparition des niveaux de sol ne permet pas de reconnaître les aménagements internes. La présence d'un foyer dans l'espace de 7 m2, délimité par les trous de poteaux, du bâtiment 25 du site de Mondeville peut néanmoins être signalée.

Les constructions excavées de petites et moyennes dimensions

  • 7 Une seule cabane excavée aurait été découverte sur le site de Distré (Maine-et-Loire) ; Informatio (...)

5Les constructions excavées de petites dimensions sont plus connues sous l'appellation de cabanes excavées. Avant d'examiner les techniques de construction de ces structures, il convient de souligner que cette construction est, dans l'état actuel, totalement absente de Bretagne et des Pays-de-la-Loire7.

  • 8 Hanusse, Claire, « L'habitat rural du haut Moyen Âge (vie-xe siècles) de "La Sente" à Grentheville (...)
  • 9 Lorren, Claude, op. cit., p. 445-447.

6Généralement rectangulaire, la profondeur de l'excavation de la cabane varie de 0,25 à 1 m. Sa superficie se situe entre 4 et 14 m2. La charpente est généralement portée par deux poteaux faîtiers (cabane à deux ou six poteaux), plus rarement par des arbalétriers reposant sur des sablières hautes portées par quatre poteaux corniers (cabane à quatre poteaux). Les parois, comme pour les bâtiments sur poteaux, étaient réalisées en clayonnage comme l'attestent les trous de piquets disposées le long des parois de l'excavation qui ont été observés dans un certain nombre de fonds de cabane. Aucun exemple de paroi confectionnée à l'aide de planches n'est connu dans la zone géographique concernée. La toiture était probablement construite à l'aide de matériaux périssables. Les sols étaient vraisemblablement réalisés en terre battue. Des cabanes découvertes sur le site de Mondeville ou de Grentheville 8 (Calvados) étaient pourvues d'une rampe d'accès située à l'opposée des vents dominants. Plusieurs cabanes du même site étaient associées à un appentis. Des aménagements internes ont été reconnus dans des cabanes de Mondeville. Le principal équipement correspond à un foyer disposé à même le sol9. Les autres, plus énigmatiques, se présentent sous la forme de fosses, de rigole ou de trou de poteau ne participant pas à l'architecture de la construction. Ils sont certainement liés à la fonction du bâtiment, celle-ci étant probablement variée : habitation, remise, atelier, etc.

Figure 1- Plan des bâtiments des vie-viie siècles

Figure 1- Plan des bâtiments des vie-viie siècles

1 - Sannerville (Calvados), bât. 6 (Pilet, al., 1992 : 84, fig. 51)
2 - Janzé (Ille-et-Vilaine) (Leroux, 1995 : 39, fig. 9)
3 - Sannerville (Calvados), bât. 9 (Pilet, al., 1992 : 89, fig. 55)
4 - Sannerville (Calvados), bât. 7 (Pilet, al., 1992 : 89, fig. 52)
5 - Mondeville (Calvados), bât. 7 (Lorren, 1982 : plan 7)

  • 10 Leroux, Gilles, (dir.), Jarze, La Tullaye. (35 136 623) (Ille-et-Vilaine), DFS de sauvetage urgent (...)

7Les constructions excavées de moyennes dimensions se différencient essentiellement des cabanes excavées par leur superficie supérieure à 14 m2 et par le nombre de poteaux. Les matériaux de construction mis en oeuvre sont les mêmes que pour les cabanes excavées. Ce type de bâtiment est, dans l'état actuel de la recherche, connu à Mondeville et à Janzé (llle-et-Vilaine)10 Les dix trous de poteau du bâtiment 1 de Mondeville, d'une superficie de 16 m2, présentent la particularité d'être situés sur le pourtour externe de l'excavation qui comprend un foyer. Le bâtiment de Janzé est pourvu de neuf trous de poteaux (Fig. 1-2). Trois sont situés le long des petits côtés et trois, placés à l'intérieur de la fosse, sont parallèles au côté oriental. Un trou de poteau et une fosse sont aménagés à l'intérieur de l'excavation. Ils sont mis en relation avec un four excavé situé à l'angle sud-est du bâtiment, à l'extérieur. G. Leroux envisage l'hypothèse d'un grenier surélevé pour expliquer la présence des trois trous de poteau internes supplémentaires.

Les Constructions Sur Solins Ou A Fondations En Pierres

  • 11 Valais, Alain, « Le site des Murailles à Distré (Maine-et-Loire) », Archeologia, n°333,1997, p. 8- (...)
  • 12 Pilet, Christian, Alduc-Le-Bagousse, Armelle, Blondiaux, Joël et al., op. cit., p. 87.

8Elles ont été reconnues dans l'ensemble de la zone géographique considérée. Il s'agit pour l'essentiel de bâtiments rectangulaires dont le plan est matérialisé par des solins ou des fondations en pierres liées à la terre. Le bâtiment peut être légèrement excavé comme à Distrée (Maine-et-Loire)11. Les parois en clayonnage ou à pans de bois reposaient probablement sur des sablières basses installées sur les solins. Les murs servaient de soutien à la charpente La toiture devait être constituée de matériaux organiques. La construction sur solins d'une superficie de 34 m2 découverte à Sannerville12, possède deux trous de poteaux dans le solin méridional qui marquent éventuellement l'entrée (Fig. 1-3). Deux bâtiments découverts sur ce même site se distinguent par leur technique de construction qui mélange l'utilisation de poteaux en bois et celle de solins en pierres (Fig. 1-4). Les superficies de ces bâtiments sont respectivement de 30,25 et de 56,25 m2. Certaines constructions sont équipées d'un foyer (Fig. 1-4 et 5).

9Si les données récentes manquent à ce rapide panorama de l'architecture des vie- viie siècles dans la France de l'Ouest, il apparaît néanmoins une grande diversité dans les techniques de construction. L'usage du bois nettement prédominant n'exclut cependant pas le recours ponctuel à la pierre. Les limites de l'archéologie se font plus précisément sentir quand il s'agit d'évoquer l'aménagement interne de ces bâtiments et leur dévolution. La présence d'un foyer au sein de certaines constructions peut évoquer la maison. Ce n'est certainement pas la seule interprétation possible dans la mesure où le foyer peut également servir à des fins artisanales voire agricoles. Les dimensions et le plan de certaines petites constructions à nef unique incitent à les interpréter comme des greniers surélevés ou comme des soustraits à meule dans le cas du bâtiment polygonal de Mondeville. Les quelques traits architecturaux dégagés se retrouvent dans les autres régions de la France du nord. Dans les régions de l'est, la présence plus abondante de cabanes excavées et la fréquence moindre de constructions sur solins méritent néanmoins d'être soulignées.

L'architecture rurale du milieu du viie à la fin du viiie siècle

10L'architecture rurale de cette phase de transition, qui correspond à une période de profondes transformations dans le développement de l'habitat rural, est également marquée par des changements.

  • 13 Couanon, Pascal, forfait, Nathalie, « Le site des Gaudines à Vieux (Calvados) », dans : lorren Cla (...)
  • 14 Hincker, Vincent et San-Juan, Guy, « Vieux-Fumé, Le Bourg », Bilan Scientifique Régional Basse- No (...)

11La première transformation observée touche les cabanes excavées. Ce type de construction se raréfie à l'extrême dans la zone géographique concernée puisque, sous réserve de nouvelles découvertes, seuls les sites de Vieux 13 et de Vieux-Fumé 14 (Calvados) comprennent des cabanes excavées après le viiie siècle.

12La seconde transformation concerne le développement des bâtiments construits sur solins. Ils deviennent plus fréquents et leur architecture se complexifie. De plan rectangulaire, leur superficie varie de 15 à 66 m2. Le bâtiment 1 de Vieux et le bâtiment 12 de Mondeville (Fig. 2-9) conservent les traces de poteaux porteurs de la charpente. Le bâtiment 2 de Vieux présente la particularité d'avoir une élévation réalisée en pierres sèches sur au moins 1,50 m alors que l'élévation des autres bâtiments était probablement en clayonnage et en pans de bois. Une séparation divise le bâtiment 12 de Mondeville en deux pièces. Plusieurs bâtiments sont équipés d'un foyer.

  • 15 Carpentier, Vincent, « Une occupation du haut Moyen Âge dans le bocage normand à Saint-Ouen-des- B (...)
  • 16 Bonin, Thierry, « Le site de Chessy et l'occupation du sol en Île-de-France (vie-xe siècles) », Ar (...)
  • 17 Taupin, Marie-Claude, « Le site carolingien de la Jouennière, commune de Fleury », Société d'Arché (...)

13Parallèlement à ce développement des bâtiments sur solins, les bâtiments à poteaux sont également plus nombreux qu'auparavant. Ils sont attestés dans l'ensemble de la zone géographique considérée (Fig. 2-1). Leur superficie s'accroît légèrement par rapport à la fourchette proposée à la période précédente (maximum : 55 m2). La présence d'un pignon triangulaire ou à pans coupés est signalée sur les sites de Saint-Ouen-des-Besaces (Calvados)15 (Fig. 2-3 et 4) et de Janzé (Ille-et-Vilaine) (Fig. 2-2). Si le pignon en forme d'abside est traditionnellement interprété comme un moyen technique permettant d'offrir moins de prise au vent, le pignon triangulaire pose un problème d'interprétation. Dans un récent article, Thierry Bonin propose pour ce type de construction l'hypothèse d'un grenier surélevé associé à une potence de levage (le poteau formant l'avancée triangulaire)16. Certains bâtiments sont associés à une construction accolée à leur mur gouttereau, généralement interprétée comme un porche (Fig. 2-5). Le bon état de conservation du bâtiment 6 de Fleury17 (Manche) (Fig. 2-6) permet de restituer partiellement son aménagement interne. La construction est divisée en trois pièces par des cloisons en torchis. L'espace central couvrant la moitié de la surface du bâtiment devait être consacré à la vie domestique. D'après la couche noire tapissant le fond de la légère excavation, l'espace septentrional, large de 2 m était probablement réservé aux animaux. La partie méridionale abritant un silo servait apparemment de lieu de stockage. Ce bâtiment constitue un des premiers exemples connus de maison mixte (abritant hommes et animaux sous le même toit) dans l'ouest de la France.

Figure 2- Plan des bâtiments du milieu du viie siècle à la fin du viiie siècle

Figure 2- Plan des bâtiments du milieu du viie siècle à la fin du viiie siècle

1 - Janzé (Ille-et-Vilaine), bât. 5, lot II (Leroux, 1995 : fig. 17)
2 - Janzé Ille-et-Vilaine), bât. 5, lot II (Leroux, 1995 : 60, fig.19)
3 - Saint-Ouen-des-Besaces (Calvados), bât. 2 (Carpentier, 1999 : 221, fig. 11)
4 - Saint-Ouen-des-Besaces (Calvados), bât. 2 (Carpentier, 1999 : 221, fig. 11)
5 - Montours « Le Teilleul » (Ille-et-Vilaine), bât. 15/16 (Catteddu, 2001 : 44)
6 - Fleury (Manche), bât. 6 (Taupin, 2000 : 160, fig. 4)
7 - Fleury (Manche), bât. 9 (Taupin, 2000 : 160, fig. 3)
8 - Montours « Le Teilleul » (Ille-et-Vilaine), bât. 1 (Catteddu, 2001 : 42)
9 - Mondeville (Calvados), bât. 12 (Lorren, 1985 : plan 9)

  • 18 Taupin, Marie-Claude, op. cit., p. 160-161.
  • 19 Catteddu, Isabelle, (dir.), Les Habitats carolingiens de Montours et la Chapelle-Saint-Aubert (Ill (...)

14Une autre technique de construction est attestée pour cette période sur au moins deux sites. Il s'agit de bâtiments construits sur des sablières basses installées dans des petites tranchées. Le bâtiment 9 du site de Fleury accuse un plan rectangulaire d'une superficie de 35 tn2 (Fig. 2-7)18 Les négatifs de cloisons laissent supposer une partition en trois pièces. En revanche aucun indice ne permet de restituer les élévations, probablement en clayonnage, et la toiture. Le bâtiment 1 de Montours (Ille-et-Vilaine) de plan quadrangulaire est légèrement plus grand, avec une superficie de 42 m2 (Fig. 2-8). Deux hypothèses sont avancées pour son aménagement interne. La première suppose deux états de construction, la seconde consiste à restituer un plan à deux pièces avec une entrée au nord-est et une communication dans l'angle sud-est de la première pièce. Des poteaux en bois devaient jouer un rôle dans la construction du bâtiment19

15Cette période de transition montre l'amorce d'un mouvement qui tend vers une certaine complexification de l'architecture avec l'apparition des partitions internes et du premier exemple de maison mixte. Les différentes techniques de construction identifiées ne s'excluent pas sur un même site (Montours où les trois sont attestées) et n'ont pas, a priori, de chronologie d'utilisation. Une spécificité interrégionale se dessine avec l'extrême rareté de la cabane excavée, fréquente dans le reste de la France du nord.

L'architecture rurale des ixe-xiie siècles

  • 20 Marcigny, Cyril., Paez-Rezende, Laurent, avec la collaboration de ALLART, Éric et DE SAINT-JORES, (...)
  • 21 Carpentier, Vincent, « Un cas d'occupation du sol à l'époque carolingienne : le site du « Mesnil » (...)

16Le début de cette période est marqué par la généralisation d'un modèle architectural, en particulier en Basse-Normandie. Ce dernier correspond à une construction rectangulaire légèrement excavée dont les parois en clayonnage ou à pans de bois reposent sur des solins de pierres sèches ou liées à l'argile. La charpente est installée sur les murs porteurs ou sur des poteaux disposés le long des parois ou en file axiale. L'espace interne, d'une superficie variant entre 35 et 60 m2, est généralement divisé en deux pièces. La première est équipée d'un foyer (souvent mural, ancêtre de la cheminée), la seconde comprend un ou plusieurs silos enterrés. Le sol est généralement réalisé en terre battue. Ce type de construction, courant en Basse-Normandie (Mondeville, Giberville, Grentheville, Vieux, Neuilly-la-Forêt20) (Fig. 3-6 et 7), peut connaître quelques variantes comme à Plomb (Manche)21 (Fig. 3-9) où le bâtiment de plan elliptique associe solins et poteaux plantés. À Vieux, le bâtiment I est associé à une construction dont l'usage semble réservé au bétail. Cet assemblage en L se retrouve également sur le site de Mondeville.

  • 22 Valais, Alain, « Le village carolingien des Murailles », Archeologia, n° 386, 2002, p. 58-66.
  • 23 Il s'agit des bâtiments issus des sites d'Airvault (Deux-Sèvres) : Nibodeau, Jean-Paul, « Airvault (...)
  • 24 Bellanger, Patrick, "Blain, La Bidiais", Bilan Scientifique Régional des Pays de la Loire 1999, Pa (...)
  • 25 Leroux, Gilles, « Chanzeaux, Le Ruau », Bilan Scientifique Régional des Pays de la Loire 1999, Par (...)
  • 26 Menez, Yves, Batt, Michael et ai, « L'Habitat du haut Moyen Âge de Creac'h Gwen à Quimper (Finistè (...)
  • 27 Taupin, Marie-Claude, op. cit., p. 162.

17Ce modèle, issu des constructions sur solins de la période précédente, est apparemment adopté plus au sud dans les Pays-de-la-Loire. Des bâtiments de conception similaire, même si leur surface est en moyenne légèrement plus petite ont en effet été mis au jour à Distré22 (Fig. 3-8) et à Auzay (Maine-et-Loire). Les bâtiments sur solins découverts en Poitou-Charentes sont malheureusement trop incomplets pour vérifier s'ils se rapprochent du modèle23. La généralisation de ce type de construction n'exclut pas pour autant les constructions sur poteaux plantés qui sont largement attestées dans les Pays-de-la-Loire (Blain (Loire-Atlantique)24 Chanzeau, Beaulieu-sur-Layon, Chemillé, Marcé et Bauné (Maine-et-Loire) 25(Fig. 3-1), mais aussi en Bretagne, Poitou-Charentes et plus rarement en Basse-Normandie (Vieux-Fumé, Fleury, etc.). Les plans, comme pour les périodes précédentes, sont à une ou deux nefs, voire à trois sur le site de Quimper26 Les superficies sont en moyenne plus grandes (60 à 75 m2). Certains bâtiments bien conservés comme à Fleury recèlent un foyer (bâtiment 11). Ce même site a révélé un bâtiment construit sur poteaux plantés dont les pignons sont à pans coupés (bâtiment 20)27 (Fig. 3-2). Son entrée, située au nord-est, était probablement protégée par un auvent. Une cloison sépare l'espace interne en 1/3, 2/3. Il comprend un foyer central.

Figure 3- Plan des bâtiments des ixe-xiic siècles

Figure 3- Plan des bâtiments des ixe-xiic siècles

1- Marcé (Maine-et-Loire), bât. B (Pétorin, 1999 : 39)
2 - Fleury (Manche), bât. 20 (Taupin, 2000 : 162, fig. 7)
3 - Quimper (Finistère), (Menez, Bardel, Batt, 1988 : fig. 37)
4 - Empuré (Charente), bât. 3 (Gagnières, 1987)
5 - Melrand (Morbihan), bât. M (André, 1982 : 173, fig. 12)
6 - Mondeville (Calvados), bât. (Lorren, Baille, Legrain, 1980, plan 3)
7 - Neuilly-la-Forêt (Calvados), (Marcigny, Paez-Rezende, 1996 : 172, fig. 3)
8 - Distré (Maine-et-Loire) (Valais, 2002 : 63)
9 - Plomb (Manche), (Carpentier, 2000 : fig. 12 et 14)
10 - Pen-Er-Malo en Guidel (Morbihan), bât. A (Bertrand, 1975 : fig. 3)
11 - Plumelec (Morbihan), bât. A (André, 1974 : 34)

  • 28 Gagniere, Marius, « Un site du haut Moyen Âge en Nord Charente », Bulletin et Mémoires de la Socié (...)

18À Empuré (Charente) plusieurs bâtiments à pièce unique construits en pierres sèches ont été découverts (Fig. 3-4). Le sol était constitué de cailloutis et la toiture était réalisée en lauze. Ils sont attribués aux ixe-xe siècles28.

19À partir du xie siècle, les constructions de plans elliptiques se généralisent dans la pointe bretonne (Fig. 3-10 et 11). Fréquemment excavés, ces bâtiments sont construits en pierres sèches. Leur superficie varie de 15 à 60 m2. Deux types de plans, à une pièce, une entrée et un ou plusieurs foyers et à deux pièces et deux entrées ont été reconnus. Une pièce est équipée d'un foyer tandis que l'autre, légèrement excavée, servait probablement à abriter le bétail. Cet usage de bâtiments mixtes à plan elliptique et construits en pierres semble, dans l'état des connaissances, être cantonné à la pointe bretonne.

20L'étude de l'architecture rurale des ixe-xiie siècles montre l'émergence d'un modèle de bâtiment qui concentre la fonction domestique et la fonction de stockage. Celui-ci en association avec un autre bâtiment, vraisemblablement réservé aux animaux, forme un complexe en L que l'on peut éventuellement considérer comme représentatif de la ferme des ixe-xe siècles dans la plaine de Caen. La diffusion de ce modèle dans les Pays-de-la-Loire, où les constructions sur poteaux sont majoritaires, conduit à s'interroger, non seulement sur la signification socio- économique de son usage, mais aussi sur l'origine des propriétaires et leur implication dans l'organisation agricole. L'émergence des bâtiments mixtes de plan elliptique dans la pointe bretonne renvoie non seulement à la question du type d'organisation rurale (plutôt tournée vers l'élevage ?), mais aussi à celle de l'apparition d'une architecture rurale locale.

*

21Ce rapide tour d'horizon de l'architecture rurale du vie au xiie siècle dans l'ouest de la France a permis de singulariser une zone géographique. Dès les vie-viie siècles, il apparaît que dans les régions actuelles des Pays-de-la-Loire et la Bretagne il n'est pas fait usage de la cabane excavée, construction pourtant très courante dans le reste de la France septentrionale y compris en Basse-Normandie. À la même époque, la France de l'ouest se distingue par une utilisation plus fréquente de constructions sur solins en pierres. Cette particularité débouche sur l'élaboration d'un modèle architectural en usage en Basse-Normandie et dans les Pays de la Loire durant une période qui s'étend au moins du viiie au xiie siècle.

22À partir du xie siècle, la pointe bretonne se singularise par la généralisation d'un modèle de construction mixte attesté par ailleurs en Grande-Bretagne, dans les îles anglo-normandes et en Allemagne du nord. L'émergence de ces modèles architecturaux souligne un développement qui va dans le sens d'une distinction plus précise des espaces avec l'apparition des partitions internes, tout en opérant un regroupement des activités. Les différentes fonctions, domestiques, stockage, élevage, se retrouvent en effet concentrées sous le même toit. Ce développement est probablement à mettre en relation avec une transformation des pratiques agricoles mais aussi des mentalités. Un constat similaire a été fait pour le développement de l'habitat qui montre également une concentration et une distinction des espaces. Plus généralement, l'examen des constructions montre un accroissement des surfaces et une amélioration de la confection des constructions. Ces différents apports ne doivent cependant pas éclipser les lacunes de la recherche, en particulier celles touchant à la fonction des constructions.

Bibliografia

Bibliographie

Allart, Énc, Saint-Pellerin « La Fourchette I », 50 534 005 AH, Manche, DFS de sauvetage urgent, (dactylographié), AFAN-SRA Basse-Normandie, Caen, 1995.

André, Patrick, « Le site médiéval de Kerlano en Plumelec (Morbihan) », Archéologie en Bretagne, n° 2,1974, p. 27-34.

André, Patrick, « Un village médiéval breton du xie siècle : Lann-Gouh Melrand (Morbihan) », Archéologie Médiévale, xii, 1982, p 155-174.

Bellanger, Patrick, « Blain, La Bidiais », Bilan Scientifique Régional des Pays de la Loire 1999, Paris, SDA, 2001, p. 13.

Bolle, Annie, « La Laigne (Charente-Maritime), Le Pré du Château », Archéologe Médiévale, (chronique des fouilles médiévales en France), xxviii, 1999, p. 192.

Bonin, Thierry, « Le site de Chessy et l'occupation du sol en Ile-de-France (vie-xe siècles) », Archéologie médiévale, t. xxix, 2 000, p. 1-68.

Carpentier, Vincent, « Une occupation du haut Moyen Âge dans le bocage normand à Saint Ouen-des-Besaces (Calvados) », Revue Archéologique de l'Ouest, 16,1999, p. 209-226.

Carpentier, Vincent, « Un cas d'occupation du sol à l'époque carolingienne : le site du "Mesnil"à Plomb », Revue de l'Avranchin et du Pays de Granville, 2000, 77, p. 177-188.

Carpentier, Vincent, (dir.), Plomb « Le Mesnil » (Manche) (site n° 50.406.010.AH) DFS, fouille archéologique preventive, A. 84 - « autoroute des Estuaires », Caen (Calvados)- Avranches (manche) - Rennes (Ille-et-Vilaine). Section Avranches (Manche) - Villedieu-les- Poêles (Calvados), Caen, SRA de BAsse-Normandie, 2000.

Catteddu, Isabelle, (dir.), Les Habitats carolingiens de Montours et la Chapelle-Saint-Aubert (Ille-et-Vilaine), Paris, MSH, 2001, 235 p., ill. (daf ; 89).

Couanon, P., Forfait, N., « Le site des Gaudines à Vieux (Calvados) », dans Lorren Cl. et PÉRIN P., (dir.), L'Habitat rural du haut Moyen Age (France, Pays-Bas, Danemark et Grande-Bretagne), Actes des xive Journées internationales d'Archéologie mérovingienne, Guiry-en-Vexin, Paris, 4-8 février 1993, tome vi des Mémoires publiés par l'A.F.A.M., Rouen, 1995, p. 159-166.

David, Florence, Valais, Alain, « Un habitat occupé du viie au xiie siècle : Les Cinq Chemins à Bauné(Maine-et-Loire) », Archéologie Médiévale, 33, 2003, p. 63-90.

De Saint Jores, Jean-Xavier, « Les habitats mérovingien et carolingien de la "Delle sur le Marais" à Giberville (Calvados », Archéologe Médiévale, xxx-xxxi, 2001, p. 1-38.

Gagnère, Marius, « Un site du haut Moyen Âge en Nord Charente », Bulletin et Mémoires de la Société Archéologique et d'Histoire de la Charente (communication), 1990, p. 94-95.

Guérin, Frédéric, « Beaulieu-sur-Layon, Les Landes de Beaulieu », Bilan Scientifique Régional des Pays de la Loire 1999, Paris, SDA, 2001, p. 40-41.

Hanusse, Claire, « L'habitat rural du haut Moyen Âge (vie-xe siècles) de "La Sente" à Grentheville (Calvados) : premiers éléments de synthèse » dans DECAËNS, J. et FLAMBARD Héricher, Anne-Marie, (air.), Actes du IIIe Colloque Européen des Professeurs d'Archéologie Médiévale, Université de Caen, CRAM, 11-15 septembre 1996, Caen, 1999, p. 85-93.

Hincker, Vincent et San-Juan, Guy, « Vieux-Fumé, Le Bourg », Bilan Scientifique Régional Basse-Normandie 1999, Paris, SDA, 2000, p. 58-61.

Leroux, Gilles, (dir.), Janzé, La Tuliaye, (35 136 623) (Ille-et-Vilaine), DFS de sauvetage urgent, 15/07/1994-15/02/1995, Déviation de Janzé-R.D. 41 (route Rennes-Angers), (dactylographié), SRA de Bretagne, Rennes, 1995.

Leroux, Gilles, « Chanzeaux, Le Ruau », Bilan Scientifique Régional des Pays de la Loire 1999, Paris, SDA, 2001, p. 42.

Lorren, Claude, BAILLE, François et Legrain, Jean-Paul, Mondeville (Calvados), Delle Saint- Martin, Campagne de fouille 1980, (dactylographié), Université de Caen, Caen, 1980.

Lorren, Claude, Mondeville (Calvados), Delle Saint-Martin, Campagne de fouille 1982, (dactylographié), Université de Caen, Caen, 1982.

Lorren, Claude, Mondeville (Calvados), Delle Saint-Martin, Campagne de fouille 1985, (dactylographié), SRA Basse-Normandie, Caen, 1985.

Lorren, Claude, « Le village de Saint-Martin de Mondeville (Calvados) de l'Antiquité au haut Moyen Âge » dans : ATSMA, Hartmut, (dir.), La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de 650 à 850, Actes du XXIe Colloque historique international de l'Institut Historique Allemand de Paris, Sigmaringen, Jan Thorbecke, (Cahiers de Francia, vol. 16/1 et 16/2), 1989, t. 2, p. 439-466.

Lourdeaux, Sylvie, « Auzay, Les Ouches », Bilan Scientifique Régional des Pays de la Loire 1995, Paris, SDA, 1997, p. 71-72.

Marcigny, Cyril et Paez-Rezende, Laurent, avec la collaboration de Allart, Éric et De Saint-Jores, Jean-Xavier, « Une occupation médiévale à Neuilly-la-Forêt (Calvados) », Revue Archéologique de l'Ouest, 13,1996, p. 169-176.

Menez, Yves, BATT, Michael et al, « L'habitat du haut Moyen Âge de Creac'h Gwen à Quimper (Finistère) », Revue Archéologique de l'Ouest, 5,1988, p. 123-140.

Nibodeau, Jean-Paul, « Airvault (Deux-Sèvres), Soulièvres », Bilan Scientifique Régional de Poitou- Charentes 1992, Paris, SDA, 1993, p. 45-46.

Nibodeau, Jean-Paul, « Louzy (Deux-Sèvres) », Archéologe Médiévale, (chronique des fouilles médiévales en France), XXI, 1991, p. 278-279.

Pétorin, Nicolas, « Marcé, Bauce », Bilan Scientifique Régional des Pays de la Loire 1997, Paris, SDA, 1999, p. 38-39.

Peytremann, Édith, Archéologie de l'habitat rural dans le nord de la France du IVe au XIIe siècle, Saint- Germain-en-Laye, A.F.A.M., 2003 (tome xiii des Mémoires de l'A.F.A.M.).

Pilet, Christian, Alduc-Le-Bagousse, Armelle, Blondiaux, Joël et al, « Le village de Sannerville, "Lirose". Fin de la période gauloise au viie siècle ap. J.-C. », Archéologe Médiévale, XXII, 1992, p. 1-90.

Taupin, Marie-Claude, « Le site carolingien de la Jouennière, commune de Fleury », Société d'Archéologie et d'Histoire de la Manche. Études et documents, 13, 2000, p. 157-164.

Toledo I MUR, Assumpcio et Petitot, Hervé, « Un exemple d'occupation dans la plaine charentaise. Le site de Mortantambe à Cabariot » dans : LAPORTE, Luc, (dir.), L'estuaire de la Charente de la Protohistoire au Moyen Age. La Châllonniere et Mortantambe (Charente-Maritime), Paris, 1998 (DAF 72), p. 84-164.

Valais, Alain, « Chemillé, Le Fresne », Bilan Scientifique Régional des Pays de la Loire 1999, Paris, SDA, 2001, p. 49.

Valais, Alain, « Le site des Murailles à Distré (Maine-et-Loire) », Archeologia, n°333,1997, p. 8-9.

Valais, Alain, « Le village carolingien des Murailles », Archeologia, n° 386, 2002, p. 58-66.

Note

1 Certaines de ces fouilles sont encore trop récentes pour que les rapports de fouilles soient achevés.

2 Peytremann, Édith, Archéologe de l'habitat rural dans le nord de la France du ive au xie siècle, Saint-Germain- en-Laye, A.F.A.M., 2003 (tome XIII des Mémoires de l'A.F.A.M.).

3 On se reportera à la publication du PCR sur l'habitat rural du haut Moyen Âge dans les Pays-de-la-Loire dirigé par Alain Valais qui devrait paraître prochainement.

4 Pilet, Christian, Alduc-Le-Bagousse, Armelle, Blondiaux, Joël et al, « Le village de Sannerville, "Lirose". Fin de la période gauloise au VIIe siècle ap. J.-C. », Archéologie Médiévale, XXII, 1992, p. 80-84.

5 Lorren, Claude, « Le village de Saint-Martin de Mondeville (Calvados) de l'Antiquité au haut Moyen Âge » dans : ATSMA, Hartmut, (dir.), La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de 650 à 850, Actes du XXIe Colloque historique international de l'Institut Historique Allemand de Paris, Sigmaringen, Jan Thorbecke, (Cahiers de Francia, vol. 16/1 et 16/2), 1989, t. 2, p. 448-449.

6 De Saint Jores, Jean-Xavier, « Les habitats mérovingien et carolingien de la "Delle sur le Marais" à Giberville (Calvados) », Archéologie Médiévale, XXX-XXXI, 2001, p. 5-7.

7 Une seule cabane excavée aurait été découverte sur le site de Distré (Maine-et-Loire) ; Information orale d'Alain Valais que nous remercions vivement.

8 Hanusse, Claire, « L'habitat rural du haut Moyen Âge (vie-xe siècles) de "La Sente" à Grentheville (Calvados) : premiers éléments de synthèse » dans decaëns, J. et flambard héricher, Anne-Marie, (dir.), Actes du Ille Colloque Européen des Professeurs et Archéologie Médiévale, Université de Caen, CRAM, 11-15 septembre 1996, Caen, 1999, p. 85-93.

9 Lorren, Claude, op. cit., p. 445-447.

10 Leroux, Gilles, (dir.), Jarze, La Tullaye. (35 136 623) (Ille-et-Vilaine), DFS de sauvetage urgent, 15/07/1994- 15/02/1995, Déviation de ]anzé-R.D. 41 (route Rennes-Angers), (dactylographié), SRA de Bretagne, Rennes, 1995.

11 Valais, Alain, « Le site des Murailles à Distré (Maine-et-Loire) », Archeologia, n°333,1997, p. 8-9.

12 Pilet, Christian, Alduc-Le-Bagousse, Armelle, Blondiaux, Joël et al., op. cit., p. 87.

13 Couanon, Pascal, forfait, Nathalie, « Le site des Gaudines à Vieux (Calvados) », dans : lorren Claude et Perin, P., (dir ), L'Habitat rural du haut Moyen Âge (France, Pays-Bas, Danemark et Grande-Bretagne), Actes des xive Journées internationales d'Archéologie mérovingienne, Guiry-en-Vexin, Paris, 4-8 février 1993, tome VI des Mémoires publiés par l'AF-A-M., Rouen, 1995, p. 159-166.

14 Hincker, Vincent et San-Juan, Guy, « Vieux-Fumé, Le Bourg », Bilan Scientifique Régional Basse- Normandie 1999, Paris, SDA, 2000, p. 58-61.

15 Carpentier, Vincent, « Une occupation du haut Moyen Âge dans le bocage normand à Saint-Ouen-des- Besaces (Calvados) », Revue Archéologique de l'Ouest, 16, 1999, p. 220-222.

16 Bonin, Thierry, « Le site de Chessy et l'occupation du sol en Île-de-France (vie-xe siècles) », Archéologie médiévale, t. xxix, 2000, p. 20-21.

17 Taupin, Marie-Claude, « Le site carolingien de la Jouennière, commune de Fleury », Société d'Archéologie et d'Histoire de la Manche. Études et documents, 13,2000, p. 160-161.

18 Taupin, Marie-Claude, op. cit., p. 160-161.

19 Catteddu, Isabelle, (dir.), Les Habitats carolingiens de Montours et la Chapelle-Saint-Aubert (Ille-et-Vilaine), Paris, MSH, 2001, 235 p., ill. (DAF ; 89), p. 39-41.

20 Marcigny, Cyril., Paez-Rezende, Laurent, avec la collaboration de ALLART, Éric et DE SAINT-JORES, Jean-Xavier, « Une occupation médiévale à Neuilly-la-Forêt (Calvados) », Revue Archéologique de l'Ouest, 13, 1996, p. 169-176.

21 Carpentier, Vincent, « Un cas d'occupation du sol à l'époque carolingienne : le site du « Mesnil » à Plomb », Revue de Mvranchin et du Pays de Granville, 2000, 77, p. 177-178.

22 Valais, Alain, « Le village carolingien des Murailles », Archeologia, n° 386, 2002, p. 58-66.

23 Il s'agit des bâtiments issus des sites d'Airvault (Deux-Sèvres) : Nibodeau, Jean-Paul, « Airvault (Deux- Sèvres), Soulièvres », Bilan Scientifique Régional de Poitou-Charentes 1992, Paris, SDA, 1993, p. 45-46, de Louzy (Deux-Sèvres) : Nibodeau, Jean-Paul, « Louzy (Deux-Sèvres) », Archéologie Médiévale, (chronique des fouilles médiévales en France), XXI, 1991, p. 278-279 et de La Laigne (Charente-Maritime) uniquement connu par une brève notice : Bolle, Annie, « La Laigne (Charente-Maritime), Le Pré du Château », Archéologe Médiévale, (chronique des fouilles médiévales en France), XXVIII, 1999, p. 192.

24 Bellanger, Patrick, "Blain, La Bidiais", Bilan Scientifique Régional des Pays de la Loire 1999, Paris, SDA 2001, p. 13.

25 Leroux, Gilles, « Chanzeaux, Le Ruau », Bilan Scientifique Régional des Pays de la Loire 1999, Paris, SDA, 2001, p. 42 ; Guérin, Frédéric, « Beaulieu-sur-Layon, Les Landes de Beaulieu », Bilan Scientifique Régional des Pays de la Loire 1999, Paris, SDA, 2001, p. 40-41 ; Valais, Alain, « Chemillé, Le Fresne », Bilan Scientifique Régional des Pays de la Loire 1999, Paris, SDA, 2001, p. 49 ; DAVID, Florence, VALAIS, Alain, « Un habitat occupé du viie au xiie siècle : Les Cinq Chemins à Bauné (Maine-et-Loire) », Archéologie Médiévale, 33, 2003, p. 63-90.

26 Menez, Yves, Batt, Michael et ai, « L'Habitat du haut Moyen Âge de Creac'h Gwen à Quimper (Finistère) », Revue Archéologique de l'Ouest, 5,1988, p. 123-140.

27 Taupin, Marie-Claude, op. cit., p. 162.

28 Gagniere, Marius, « Un site du haut Moyen Âge en Nord Charente », Bulletin et Mémoires de la Société Archéologique et d'Histoire de la Charente (communication), 1990, p. 94-95.

Indice delle illustrazioni

Titolo Figure 1- Plan des bâtiments des vie-viie siècles
Legenda 1 - Sannerville (Calvados), bât. 6 (Pilet, al., 1992 : 84, fig. 51)2 - Janzé (Ille-et-Vilaine) (Leroux, 1995 : 39, fig. 9)3 - Sannerville (Calvados), bât. 9 (Pilet, al., 1992 : 89, fig. 55)4 - Sannerville (Calvados), bât. 7 (Pilet, al., 1992 : 89, fig. 52)5 - Mondeville (Calvados), bât. 7 (Lorren, 1982 : plan 7)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11693/img-1.png
File image/png, 524k
Titolo Figure 2- Plan des bâtiments du milieu du viie siècle à la fin du viiie siècle
Legenda 1 - Janzé (Ille-et-Vilaine), bât. 5, lot II (Leroux, 1995 : fig. 17)2 - Janzé Ille-et-Vilaine), bât. 5, lot II (Leroux, 1995 : 60, fig.19)3 - Saint-Ouen-des-Besaces (Calvados), bât. 2 (Carpentier, 1999 : 221, fig. 11)4 - Saint-Ouen-des-Besaces (Calvados), bât. 2 (Carpentier, 1999 : 221, fig. 11)5 - Montours « Le Teilleul » (Ille-et-Vilaine), bât. 15/16 (Catteddu, 2001 : 44)6 - Fleury (Manche), bât. 6 (Taupin, 2000 : 160, fig. 4)7 - Fleury (Manche), bât. 9 (Taupin, 2000 : 160, fig. 3)8 - Montours « Le Teilleul » (Ille-et-Vilaine), bât. 1 (Catteddu, 2001 : 42)9 - Mondeville (Calvados), bât. 12 (Lorren, 1985 : plan 9)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11693/img-2.png
File image/png, 421k
Titolo Figure 3- Plan des bâtiments des ixe-xiic siècles
Legenda 1- Marcé (Maine-et-Loire), bât. B (Pétorin, 1999 : 39)2 - Fleury (Manche), bât. 20 (Taupin, 2000 : 162, fig. 7)3 - Quimper (Finistère), (Menez, Bardel, Batt, 1988 : fig. 37)4 - Empuré (Charente), bât. 3 (Gagnières, 1987)5 - Melrand (Morbihan), bât. M (André, 1982 : 173, fig. 12)6 - Mondeville (Calvados), bât. (Lorren, Baille, Legrain, 1980, plan 3)7 - Neuilly-la-Forêt (Calvados), (Marcigny, Paez-Rezende, 1996 : 172, fig. 3)8 - Distré (Maine-et-Loire) (Valais, 2002 : 63)9 - Plomb (Manche), (Carpentier, 2000 : fig. 12 et 14)10 - Pen-Er-Malo en Guidel (Morbihan), bât. A (Bertrand, 1975 : fig. 3)11 - Plumelec (Morbihan), bât. A (André, 1974 : 34)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11693/img-3.png
File image/png, 566k

Autore

Docteur en Archéologie, INRAP, CRAHM, UMR 6577, Université de Caen

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540