Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Première partie. La maison idéale

La maison bourgeoise en milieu rural : de la maison de maître à la résidence secondaire. Préhistoire des campagnes periurbaines (début XIXe-1970)

Vincent Thébault

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Burguière, André et Revel, Jacques, (dir.). Histoire de la France. Tome 1 : L'Espace français. Par (...)

1L'importance et la diffusion du bâti bourgeois en milieu rural demeure une des questions les moins explorées du paysage social des campagnes françaises contemporaines. Dans un essai de géographie du capital foncier, Louis Bergeron 1 notait que le xixe siècle n'était pas seulement celui de la reconstruction et de la multiplication des châteaux, mais aussi des maisons de maître et des bâtiments d'exploitation dont l'allure et les matériaux témoignent d'un nouvel aménagement, plus capitalistique, de l'économie rurale. L'ampleur du phénomène, l'exubérance des styles et l'enchevêtrement des références architecturales n'ont jamais été mesurés. Il n'existe pas d'inventaire général dressant une typologie des différentes formes des maisons de maître.

  • 2 Grandcoing, Philippe, Les Demeures de la distinction. Châteaux et châtelains au xixe siècle en Hau (...)

2De proportions plus modestes que les châteaux nobiliaires, les maisons bourgeoises ne sont évoquées qu'à la marge du mouvement de castellisation aristocratique du xixe siècle2. L'architecture de ces maisons bourgeoises construites au xixe siècle n'appartenant pas à une tradition vernaculaire, elles n'apparaissent pas non plus dans les recueils d'architecture rurale. Témoignant d'un réel clivage social, l'architecture de ces habitations citadines sises à la campagne se démarque des traditions de construction rurale locales, ou bien, au contraire, réinterprète le style rural dans une conception architecturale purement urbaine, à la manière du courant néo-régionaliste normand ou basque de la toute fin du xixe siècle et du début du xixe siècle. « Chartreuses bordelaises » et « toulousaines » sont autant de variations de la maison bourgeoise, inspirées des constructions traditionnelles régionales dont elles sont souvent très proches. La variété des styles, des formes et des références architecturales s'épanouit au gré des désirs, des besoins et des moyens, non moins divers, des propriétaires. C'est paradoxalement l'importance en nombre, l'absence de références communes, la variété des tailles et des formes de ces constructions qui ont toujours découragé l'inventaire. L'absence de terminologie précise montre la difficulté qu'il y a à cerner ce patrimoine bâti, que ces demeures soient désignées en fonction de leur aspect architectural (castel, manoirs, folies), de leur rôle résidentiel (gentilhommières, villas) ou de leur fonction économique et sociale (maisons de propriétaire, maisons de maître, demeures domaniales, « campagnes »).

  • 3 Pariset, François, « Économie rurale, mœurs et usages du Lauragais », Extrait des mémoires de la S (...)

3L'usage, dans le langage courant, du terme de « campagne » pour désigner une propriété fait référence à une propriété « d'origine bourgeoise », qualifiant indistinctement la métairie ou « borde », partie productive de la propriété, et la maison de maître. « Dans le langage du pays, note François Pariset à propos du Lauragais du xixe siècle, la dénomination de campagne, en raison de l'habitation de maître, qui est toujours sur le domaine, est la seule usitée ; on ne dit pas un domaine ou une métairie, on dit une campagne ; la partie est prise pour le tout »3 Par la suite, quels que soient les mutations de propriétaires et les processus de déstructuration et de recomposition des propriétés foncières séparant terres et bâtisses, chaque partie, c'est-à-dire les terres et l'habitation qui en était le centre, restèrent liées dans une seule et même dénomination. C'est pourquoi, aujourd'hui, le terme de « campagne », dans son usage courant désigne indifféremment une exploitation agricole ou une maison de campagne possédée avec ou sans les terres attenantes.

4L'obstacle se situe dans la définition de la « campagne » ou « maison bourgeoise ». Quel déterminant retenir comme élément définissant la maison bourgeoise rurale aux xixe et xxe siècles ? Peut-on parler, en dépit de l'apparence antinomique des termes, de « maison bourgeoise » dans les « campagnes » ? Quelles différenciations opérer entre les bâtisses bourgeoises rurales et les châteaux d'une part et les maisons paysannes d'autre part, les uns et les autres étant très semblables du point de vue architectural ? Dans l'usage courant, la distinction est opérée par la qualité sociale du propriétaire et par la fonction du bâti. L'adjectif bourgeois renvoie au statut social de son propriétaire, bourgeois ou notable rural. Traiter de la « maison bourgeoise » revient à poser le problème de la place et du rôle des notables dans les campagnes françaises aux xixe et xxe siècles. La diversité et l'évolution du bâti révèlent-t-elles les métamorphoses des bourgeoisies urbaines et rurales au xixe et xxe siècle ? Le notable à la campagne est un bourgeois au sens étymologique du terme, c'est-à-dire qu'il connaît le bourg et maîtrise son langage. Par sa fortune, sa culture, son influence, ses relations, il se situe en position de médiation entre l'« en-groupe », ou société rurale et l'« hors-groupe », ou société globale. Sa maison traduit donc cette position intermédiaire, empruntant ses caractéristiques à la maison traditionnelle rurale, tout en s'en distinguant par son emplacement et par des éléments architecturaux ou environnementaux d'inspiration urbaine. L'ensemble de ces constructions en milieu rural relève ainsi plus du goût et de la culture urbaine que de traditions rurales ; elles montrent, par leurs formes architecturales symboliques, qu'elles sont le témoignage de pratiques sociales urbaines. La notion de maison bourgeoise s'applique moins à un archétype architectural qu'à un bâti symbolique d'une forme de domination sociale, celle du notable ou « propriétaire ». Il faut étudier la maison bourgeoise dans son environnement - la maison en ses terres - et non à partir de critères strictement architecturaux.

5La mesure du processus de construction de maisons bourgeoises en milieu rural au xixe siècle nécessite donc un inventaire assez large, basé sur la dimension foncière du patrimoine bâti pour pouvoir distinguer la demeure bourgeoise de villégiature, ou « maison de campagne », de la maison de maître ou château, attribut architectural de la grande propriété foncière. Ainsi pour comprendre la signification exacte de la maison de notable dans l'espace rural, il faut replacer l'étude du bâti dans son contexte social et foncier. L'identification des différentes formes du bâti bourgeois en milieu rural suppose donc une étude cadastrale basée sur un repérage paysager (à partir des cartes topographiques au 1/25 000e de l'IGN et de l'étude in situ) et foncier (archives cadastrales). La patrimonialisation de l'espace rural, que représente la maison bourgeoise dans les campagnes, suppose également le suivi dans la longue durée de ce paysage bâti (construction, transformations successives, embellissements ou dégradations, évolution de l'usage du bâti) en relation avec la mobilité sociale des propriétaires successifs, supposant un recours à une enquête orale (archives privées et à la mémoire familiale ou villageoise). La dimension bourgeoise du bâti relève autant de son inscription foncière que de son développement harmonique ou de sa symbolique architecturale.

Essai de définition : La maison en ses terres

6Tout d'abord, la définition de la « maison bourgeoise » réside dans l'usage que font les propriétaires de leurs maisons. La dimension foncière de la propriété, la superficie des terres attenantes et leurs usages (emblavures, pâtures, bois, étangs, parcs et jardins...) révèlent les fonctions du bâti, de la maison de maître domaniale à la simple résidence de villégiature. La maison bourgeoise est d'abord une maison de propriétaire. Le « bourgeois » désigne celui dont le bien, essentiellement foncier, est suffisamment important pour lui permettre de vivre en partie ou en totalité du travail des autres. La maison est le centre d'une exploitation de la terre. Mais rien dans la symbolique architecturale et décorative ne permet de différencier une maison de maître d'une simple villégiature de plaisance. La maison de campagne n'est située que dans une propriété limitée à quelques parcelles correspondant à l'espace récréatif : jardins, parcs, bois, pièce d'eau. L'absence de tout bâtiment d'exploitation signale le bourgeois citadin sans revenus fonciers. La maison de plaisance n'a pas de fonction économique ; son rôle se réduit à une dimension purement résidentielle.

  • 4 Thebault, Vincent, Les Bourgeois Je la Terre. Stratèges foncières et mobilités sociales dans le Mi (...)

7De la même manière que le bâti bourgeois en milieu rural demeure méconnu, l'emprise de la propriété bourgeoise demeure mésestimée. La restitution du bâti dans son contexte foncier et le suivi sur deux siècles de ces patrimoines permettent ainsi de mesurer la place de la maison de propriétaire dans le bâti rural. Le travail mené dans onze communes de la Haute-Garonne, dans le cadre d'une thèse de doctorat4, a ainsi démontré l'importance de ce bâti bourgeois et son rôle structurant dans l'organisation du paysage rural.

8Ainsi Merville, commune de 3 067 hectares, située sur les terrasses occidentales de la Garonne, à 20 kilomètres au nord-ouest de Toulouse, est représentative d'un terroir éloigné de la ville mais placé dans une relative proximité par l'amélioration des transports et des dessertes routières et ferroviaires au xixe siècle. Merville se situe dans la vallée de la Garonne sur l'axe (départementale n° 2) reliant Toulouse à Grenade-sur-Garonne, gros bourg chef-lieu de canton du nord du département, limitrophe de Merville, et sur l'axe empruntant la vallée de la Save (départementale n° 17) reliant Grenade-sur-Garonne à L'Isle-Jourdain, autre gros bourg chef-lieu de canton de l'est du département du Gers. De 1902 et jusqu'en 1945, Merville est également desservie par la ligne de chemin de fer Toulouse-Grenade-sur-aronne.Merville se trouve après 1945, au siècle de la massification automobile, à une demi- heure de trajet du centre de l'agglomération toulousaine. Le terroir s'étend sur la plaine alluviale de la Garonne et la basse terrasse, appelée localement « la plaine », dans sa moitié est, et sur la moyenne terrasse, dite « le plateau » dans sa moitié ouest. Ces terres sont entièrement mises en culture ; elles portent à côté des terres arables, quelques plantations de vergers. Au nord, le plateau est découpé par la plaine alluviale de la Save, affluent de la Garonne. La séparation entre les terrasses, ainsi qu'entre le plateau et la plaine de la Save, est marquée par des talus de pente relativement forte, portant des bois. Les parcelles situées dans la plaine alluviale, jouxtant la Garonne, portent des « ramiers » ou peupleraies ; jusqu'au début du xixe siècle, la superficie de ces terrains a fortement varié en raison des divagations du lit de la Garonne. En 1954, le village-centre regroupe un tiers des habitants, le reste de la population habite dans des hameaux d'origine parfois ancienne tels Teoulets, Trescats, Le Juge, Mayras disséminés le long des principales routes menant au village. Le village, composé de maisons basses et de quelques maisons bourgeoises à étages, se situe sur le rebord du « plateau », dominant « la plaine ». Mais l'élément le plus remarquable de la topographie villageoise, réside dans la position du village véritablement enserré par le château et son parc, monuments classés, construits et aménagés au xviiie siècle. Ils occupent le talus surplombant la basse terrasse. L'église et la mairie, construites sur des terrains appartenant initialement au châtelain, sont adossées à la clôture du parc. Le développement du bâti autour du cœur historique du village est ainsi très limité.

9À coté du château aristocratique de Merville, le recensement foncier révèle l'existence de onze maisons de propriétaires : Ambrus, Fourclens, Saint Benoit, Beillard, La Loubastère, Dario, la Maison Pouvillon, Beau Soleil, Valentine, Saint- Jean, Billas. L'emprise foncière maximale de ces onze maisons de propriétaires représente une valeur de 1 065 ha, soit 34,7 % de la superficie cadastrée. Si on ajoute les terres du château de Merville, l'emprise foncière de la propriété nobiliaire et bourgeoise correspond à 49,8 % des superficies cadastrées. La moitié du terroir a ainsi relevé d'une gestion et d'une stratégie bourgeoise à un moment ou un autre dans le courant du xixe siècle ou au début du xxe siècle. Sans pouvoir affirmer qu'il s'agit d'une position dominante dans une région caractérisée par la petite et moyenne propriété, l'emprise bourgeoise sur les structures agraires demeure néanmoins déterminante jusque dans la première moitié du xxe siècle. L'histoire foncière de ces propriétés, révélée par la reconstitution de véritables généalogies du patrimoine, est des plus complexes. Toutes les propriétés n'ont pas atteint leurs superficies maximales à la même époque. Certaines terres ont pu appartenir successivement à plusieurs propriétaires ; C'est le cas de la propriété Pouvillon qui s'est constituée en partie sur le démantèlement du domaine de Saint-Benoît. Certaines propriétés n'ont duré que quelques dizaines d'années, tandis que d'autres, à l'instar de Beillard ou de Beau Soleil, ont duré plus d'un siècle et demi et structurent encore une partie du foncier mervillois.

10Trois propriétés, Beillard, Billas et Valentine sont d'un seul tenant et correspondent à des stratégies de concentration foncière contemporaines de la construction ou au réaménagement de la maison bourgeoise. Les autres propriétés se composent de « bordes », ou unités d'exploitation disséminées sur l'ensemble du finage communal. Quatre domaines, Saint-Benoit, Saint-Jean, Beau Soleil et Pouvillon, se situent, à l'instar du domaine aristocratique, pour partie dans la plaine (sols légers) et sur le plateau (boulbènes plus hétérogènes).

11Il existe d'autres propriétés foncières et immobilières bourgeoises sur la commune de Merville. Certaines sont des maisons de villégiature pour des propriétaires dont la profession ou la notabilité sociale n'est pas liée à la terre. Dans ce cas, l'inscription foncière du bâti, limitée à quelques hectares, ne donne aucune assise sociale locale à leurs propriétaires en un temps où il n'y a pas de notabilité villageoise sans possession foncière. D'autres sont des propriétés foncières sans maison de maître, intégrées à un patrimoine structuré à une échelle supra ou multicommunale, et dont les propriétaires bourgeois ne résident jamais sur le finage communal.

Le « développement harmonique » d'une maison de propriétaire

  • 5 Dubost, Françoise, Maisons riches et maisons pauvres. Évolution des modèles sociaux d'habitat dans (...)

12Le statut social du propriétaire se manifeste immédiatement par l'architecture d'ensemble de l'habitation, ce que l'ethnologue du patrimoine Françoise Dubost, dans sa thèse consacrée à un village du Beaujolais, Saint-Germain-l'Abresle, appelle « le développement harmonique »5 de la demeure domaniale. Ainsi, le choix d'un site élevé pour la maison de propriétaire, tel le sommet d'une colline ou d'un talus, le versant d'un coteau, offre le double agrément au propriétaire de jouir d'un panorama sur sa propriété et le paysage alentour, et d'inscrire sa maison dans une domination également topographique.

13À Merville, à l'instar du château aristocratique, Saint-Benoit, Saint-Jean, Beau Soleil sont construites sur le talus dominant la basse terrasse de la Garonne. Le talus séparant la moyenne terrasse de la plaine alluviale constitue ainsi une véritable ligne « fortifiée » de châteaux de plaisance, de maisons bourgeoises et autres maisons de villégiatures construits aux xviiie et xixe siècles sur toute la vallée de la Garonne tant en amont qu'en aval de Toulouse. Dario a été construit dans la plaine alluviale, au Lieu-dit « la montagne », sur une petite bute dominant la Garonne. Fourclens, sur le plateau, bénéficie aussi d'un petit promontoire, peut-être vestige d'une motte féodale. Les jardins de Valentine dans la plaine alluviale descendent vers la Garonne. Beillard, dans la plaine de la Save, étend son parc boisé sur le talus remontant vers la moyenne terrasse.

14La maison de maître peut être aussi bien une maison de village ou de bourg, qu'une maison isolée. Sa situation, sa proximité ou son éloignement du village ou du hameau, sa disposition par rapport aux bâtiments d'exploitation et aux parties économiques et récréatives de la propriété foncière jouent un rôle symbolique important. L'isolement au milieu des terres, au cœur de la propriété composée de vastes parcelles, la disposition en retrait des communs et bâtiments d'exploitation, permettent une identification aisée de la maison de propriétaire bourgeois ou notable. Dix des onze maisons de maître de Merville sont sises au cœur des domaines fonciers. Le bâti central comporte, comme à Dario ou Saint Benoit, à proximité ou touchant à la maison de maître, la ferme maîtresse du domaine. Celle- ci est toujours exploitée en faire-valoir direct, même lorsque l'ensemble du domaine est affermé ou donné en métayage. Seuls parmi les propriétaires bourgeois, les Pouvillon ont construit leur maison au cœur du village. Dynastie de notaires, chirurgiens, procureurs ou juges de paix, fondés de pouvoir d'un monastère voisin, dés avant la révolution, Les Pouvillon ont constitué par achats successifs une propriété exploitée entre six bordes dans le quart nord-ouest de la commune. La maison de propriétaire ne se situe pas à proximité ou sur une des bordes, mais au cœur même du village, dans la rue principale, face à la mairie, adossée à la clôture du parc du grand domaine aristocratique qui enserre le village.

La symbolique architecturale

15La définition de la « maison bourgeoise » réside, enfin, dans le statut que les propriétaires entendent donner au bâti à travers sa dimension symbolique. La « maison de maître » répond donc à un certain nombre de caractéristiques architecturales et décoratives à forte symbolique sociale dans ce qui peut apparaître comme une véritable mise en scène de la distinction sociale du propriétaire. Tout doit exprimer les différences de fortune et d'appartenance socio-économique : le choix du site et de l'orientation, le matériau, le mode de construction, la superficie, la taille, le nombre d'étages, les éléments décoratifs de telle ou telle partie privilégiée. Ainsi est particulièrement prisée la pierre, ou l'enduit imitant la pierre, et l'ardoise pour des maisons à étages, dans une région comme le Midi toulousain, où les constructions rurales sont des maisons basses de brique et de tuile.

16Balcons et terrasses soulignent l'oisiveté du résident ; statuaires, girouettes, dessin à l'anglaise ou à la française du parc et des allées, ses loisirs et son « bon goût ». Belvédères et cloches au sommet du toit signalent, enfin comme dans la maison Pouvillon ou à Dario, un grand domaine par la présence d'un personnel nombreux qu'il faut à la fois pouvoir contrôler et rassembler. D'autres éléments tel le crépi ou les persiennes à la place des volets de bois pleins sont des éléments de décor du castel bourgeois peu à peu élaborés au xixe siècle. La Maison Pouvillon, bâtisse imposante, construite sur trois niveaux, domine le village et défie le château aristocratique voisin. Les deux étages, les fenêtres en arcade soulignent le statut social du propriétaire. Le clocheton au sommet de la demeure, élément architectural que l'on retrouve dans d'autres châteaux ou maisons bourgeoises de la région comme à Dario, est alors perçu comme le moyen de pratiquer la photographie ou l'astronomie, passe-temps savant ou bourgeois, ou comme moyen de surveiller à distance le personnel, le travail des domestiques, gagés et estivandiers sur les bordes éloignées de quelques lieues.

17Ainsi à Drudas (Lomagne haut-garonnaise), le détail qui affirme la dimension bourgeoise dite Maison Boscus, maison toulousaine construite à la fin du xviiie siècle, se situe dans le nombre d'ouverture et la porte cochère, surmontée d'un fronton semi-circulaire assez rare dans la région. Construction contemporaine du château de Drudas, la maison commande un domaine de 118 ha, propriété jusqu'en 1842 de Jean-Baptiste Boscus, date à laquelle la totalité du patrimoine est achetée par le comte Gaspard de Resseguier propriétaire voisin du domaine du château de Drudas. Lorsque la famille de Resseguier se dessaisit à son tour du domaine du château de Drudas en 1927, les fils du nouvel acquéreur, Hyppolyte Dupont, percepteur à Saint-Girons (Ariège) délaissent le château, pour investir la maison Boscus qu'ils occupent jusqu'en 1989 ; à partir de 1957, ils vendent en « parties brisées » le patrimoine foncier.

18La maison, deux siècles après sa construction et sa vente, est toujours désignée dans la tradition orale villageoise sous le nom de maison « Boscus », premier propriétaire. Ce phénomène est assez fréquent pour la terre — la rédaction du cadastre a fixé bon nombre de noms des propriétaires du début du xixe siècle comme toponyme foncier - mais beaucoup plus rare pour le bâti. La persistance d'un toponyme immobilier dans la mémoire collective locale révèle ainsi la persistance d'une symbolique de différenciation sociale transmise du propriétaire à son habitation.

19Cette manifestation sociale du statut de « propriétaire » ne s'exprime pas obligatoirement par la construction d'une nouvelle habitation, mais peut s'exprimer par la modification du bâti préexistant, par le réaménagement au goût du jour, la surélévation, l'agrandissement, l'adjonction d'ailes, l'ajout d'éléments décoratifs « anoblissants » sur telle ou telle partie de la demeure. Lorsque la propriété de La Bourdette est transformée entre 1870 et 1875 en château Valentine, la grosse ferme est castellisée par le rehaussement d'un étage, la création une cour d'honneur enfermant l'espace résidentiel, par la construction de deux ailes en retour, l'une au nord abritant une remise, l'autre au sud une serre, et par l'adjonction d'éléments purement décoratifs dans un mélange d'inspiration néo-classique et néo-gothique tels frontons aux extrémités des ailes latérales, enduit de briques et placage de fausses pierres sur les façades, toit d'ardoise flanqué de quatre échauguettes. Les dépendances sont alors démolies et soigneusement écartées au nord de la maison de maître. Enfin, sur un terrain descendant vers la Garonne à l'est de la maison, un parc est créé par des plantations d'essences variées.

20À Beau soleil, dont le réaménagement est contemporain en 1871 de celui de Valentine, la castellisation se limite en décors en trompe-l'oeil de la façade : enduit imitant la pierre, balustrade cachant la toiture, surélévation des toitures d'angle afin de donner une impression de tours encadrant la façade. Le décor castrai est plaqué uniquement sur la façade d'apparat, l'arrière reste celui d'une grosse maison campagnarde. L'élément décoratif peut être ainsi minimal, limité à quelques éléments décoratifs tel une triple génoise bordant le toit, un fronton, des oculus ou bien un mur d'enceinte avec portail. À Billas, bâtisse dont la construction est antérieure à 1830, la maison est simplement surélevée d'un étage, et les façades sud et ouest surmontées d'un fronton. Ce qui compte, ce n'est ni l'ampleur des moyens engagés pour réaménager ou construire le bâti, mais l'apparence offerte aux regards de tous et au jugement social qui en rejaillit sur le propriétaire.

L'évolution du bâti : de la maison de maître à la maison de villégiature

21Le développement de la maison bourgeoise en milieu rural couvre l'ensemble du xixe siècle, mais la signification du phénomène tend à changer à la fin du xixe siècle. Dans un premier temps, la référence au château aristocratique s'impose dans les représentations bourgeoises du xixe siècle comme l'élément d'identification de la grande propriété domaniale. Cela explique que, jusqu'aux années 1880, la stratégie d'acquisition ou de concentration foncière se double de la construction ou de la modification d'une « maison de propriétaire ». La référence de la maison de maître à la tradition du château inscrit la propriété, et le propriétaire, dans la tradition aristocratique. Ainsi, jusqu'au Second Empire, la construction d'une maison de maître ou la modification du bâti résidentiel en castel bourgeois est un acte social intimement lié à la stratégie foncière du propriétaire. Les exemples de bourgeois citadins ou ruraux conférant à leur propriété récemment acquise ou patiemment constituée le symbole social du domaine à travers l'attribut architectural sont innombrables. À Merville, sur les onze maisons de maître, quatre (Fourclens, Ambrus, Saint-Benoit et Billas) sont antérieures à 1830, quatre sont construites, modifiées ou reconstruites sous la monarchie de juillet et le début du second Empire (la maison Pouvillon en 1837, La loubastère en 1837, Dario en 1843 et Beillard en 1853), trois sont construites ou modifiées dans la deuxième moitié du Second Empire ou au début de la Troisième République : Saint-Jean en 1864, Beau Soleil en 1871 et Valentine en 1875. La maison Pouvillon est de nouveau modifiée en 1891. La construction ou l'amélioration de l'habitat bourgeois en milieu rural semble avoir été ainsi très intense, au moins jusqu'aux années 1880. Après l'ère du château médiéval, du château renaissance et du château classique, la phase de construction castrale ou néo-castrale entre 1830-1880 a permis aux bourgeoisies de marquer à leur tour de leurs empreintes le paysage rural français.

22L apparition des maisons de villégiature bourgeoise est plus tardive ; ces constructions se développent surtout à partir du Second Empire. Elles correspondent à l'accès de la moyenne bourgeoisie citadine à de nouveaux loisirs. Les nouveaux bourgeois, à la recherche de simples maisons de villégiature, soit n'acquièrent que la maison de maître des grandes propriétés foncières alors démantelées, ou font construire de nouveaux édifices, sans emprise foncière importante et plus proches des nouvelles modes architecturales. L'allure plus ou moins modeste de ces maisons, du château à la demeure à demi paysanne, témoigne de la diversité des ambitions, des origines et des fortunes, en quête de repos saisonnier ou dominical. L'expansion numérique de ces demeures bourgeoises de villégiature à la fin du xixe siècle annonce le phénomène plus généralisé des résidences secondaires des classes moyennes du xxe siècle. Elles se distinguent désormais de la maison de maître par leur absence d'emprise foncière.

  • 6 Charle, Christophe, Les Élites de la République (1880-1900), Paris, Fayard, 1987, 556 p.

23La localisation des maisons de plaisance diverge légèrement des maisons de maître. Ce sont toujours des maisons de campagne, mais elles se situent davantage à proximité de la résidence principale, dans la périphérie urbaine. Christophe Charle 6souligne l'abandon de la maison de campagne, située en province, par les élites de la fin du xixe siècle au profit de résidences de proximité urbaine ; il lie le développement des maisons de plaisance dans la région parisienne aux hommes d'affaire dont les activités ne peuvent s'accommoder d'un éloignement prolongé de la capitale, mais aussi à tous les déracinés, parvenus de fraîche date qui cherchent de nouvelles racines à proximité du lieu de leur réussite. Ces nouvelles pratiques bourgeoises innovent également en délaissant la campagne pour la villégiature de plaisance au bord de la mer et à la montagne. La maison de plaisance diffère donc de la demeure domaniale, parce qu'elle correspond à un phénomène social plus large, plus récent, datant de la fin du xixe siècle, et circonscrit à des espaces précis, nouveaux lieux de la sociabilité bourgeoise : régions de landes et forêts, sites de tourisme balnéaire ou thermal, campagnes suburbaines.

24Le développement de maison de villégiature en campagne repose moins sur la construction de nouvelles demeures que sur la modification de l'usage du bâti préexistant. L'activité de construction se raréfie en raison, d'abord, de l'importance du patrimoine bâti dans la période antérieure et déjà porteur de la symbolique sociale qui s'offre aux investisseurs potentiels ; mais surtout, parce que les bourgeoisies en quête de reconnaissance sociale délaissent les propriétés campagnardes au profit désormais de l'investissement social des nouveaux espaces de villégiature, stations balnéaires et thermales. Par ailleurs, sous l'effet de la crise de la rente foncière à partir de 1880 le processus de transformation de la maison de maître en maison de villégiature s'accélère. La crise de la rente foncière à la fin du xixe siècle, en dévalorisant le patrimoine foncier, a démocratisé la symbolique de la maison de maître au profit de la moyenne et la petite bourgeoisie urbaine à travers la maison de villégiature. Les processus de démantèlement foncier tendent à dissocier désormais patrimoine foncier et patrimoine immobilier. À Merville, suite à des partages successoraux ou à des ventes « en partie brisée », cinq des dix domaines bourgeois disparaissent partiellement ou totalement entre 1865 et 1884 : Billas (1864), Saint-Benoît (1872), Saint-Jean (1876), La Loubastère (1876), Dario (1884). Il faut y ajouter Fourclens et Ambrus qui devient, par legs, propriété du bureau de bienfaisance de la commune. À leur tour Beau Soleil et la propriété Pouvillon sont démantelés en 1934 et 1950. Le bâti bourgeois cesse d'être le centre de l'exploitation agricole ; perdant toute fonction économique, il ne conserve plus qu'une fonction résidentielle de villégiature. Ainsi la crise agricole de la fin du xixe et du début du xxe siècle, loin de marquer le recul des bourgeoisies au sein de l'espace rural, accentue l'empreinte bourgeoise au sein du paysage rural par la modification des usages châtelains. L'archétype culturel de la maison de maître ou château, modèle d'enracinement social dans le terroir et dans le passé, se pérennise au xxe siècle, dans la maison de plaisance, lieu de nouvelles pratiques urbaines bourgeoises en milieu rural au xxe siècle.

25L'entre-deux-guerres marque la fin du mouvement de construction ou d'embellissement des maisons de maître bourgeoises, alors que ce mouvement avait été particulièrement actif dans la période 1860-1880 et même encore après 1880. Le désinvestissement social des bourgeoisies, consécutif à l'effondrement de la rente foncière entre 1880 et 1914, a figé le paysage de la grande propriété foncière. Il n'y a plus, après 1880-1900, d'édification de châteaux ou de demeures bourgeoises dans les campagnes. L'investissement social de la grande propriété foncière, caractérisé par une valorisation de la maison de maître et de l'espace résidentiel du domaine, diminue fortement. La construction ou la modification de demeures domaniales de même que la plantation de parcs sont quasi inexistantes à partir des années 1900- 1910. Les acquéreurs ou créateurs de grands domaines au xxe siècle ne construisent plus de châteaux et n'aménagent plus de grands parcs. Le désinvestissement social des bourgeoisies, consécutif entre 1880 et 1914 à l'effondrement de la rente foncière, a figé le paysage bâti de la grande propriété bourgeoise en milieu rural. Le patrimoine bâti bourgeois n'a pas disparu. Il n'y a eu ni désertion, ni abandon partiel, ni dégradation, ni même destruction de ce patrimoine bâti parce que son rôle en a été démocratisé par la mutation de sa fonction passant d'un usage économique agricole et social rural à un usage plus résidentiel et récréatif relevant d'une sociabilité plus strictement urbaine.

De la maison de villégiature à la résidence secondaire périurbaine

26À partir de l'entre-deux-guerres, le transport ferroviaire puis l'automobile, le confort moderne caractérisé progressivement par l'adduction au réseau d'eau courante, l'électrification, le chauffage central accélèrent le processus de transformation du castel bourgeois en résidence secondaire. Dans les années 1950, la diminution du temps de transport grâce au développement de l'automobile, la standardisation du confort, avec l'équipement en sanitaires et en chauffage central des demeures campagnardes, la mobilité sociale des héritiers des bourgeoises foncières au sein des bourgeoisies salariées, achèvent de transformer les anciennes maisons de maître en résidences secondaires. Aujourd'hui, à Merville, hormis Beillard et Ambrus, propriété foncière et bâti bourgeois sont dissociés. Les maisons de maître ont disparu et sont devenues des résidences secondaires.

27Le maintien d'un mode de vie bi-résidentiel qui n'est plus rythmé par l'alternance des saisons et des activités agricoles et champêtres mais par le rythme hebdomadaire d'une bourgeoisie salariée transforme les maisons de villégiatures en résidences secondaires, participant ainsi à partir du début des années 1960 à la massification de l'habitat de loisir. Avec la popularisation de la résidence secondaire dont la terminologie s'impose dans les années 1960, la maison de maître bourgeoise reste un élément de distinction sociale quand son rôle économique a quasiment disparu.

28Les maisons de maître bourgeoises, socialement investies par les héritiers, ne disparaissent pas pour autant, même si leur usage est complètement modifié par les familles propriétaires. L'ancienneté des demeures dans l'histoire familiale, l'enracinement social dans la pierre continuent de distinguer la fraction la mieux nantie de la société, lorsque, après la seconde Guerre Mondiale, la résidence secondaire s'est démocratisée et diffusée à des classes qui n'en avaient pas l'expérience, ou lorsque même en situation périurbaine, elles deviennent résidences principales.

29La majorité des maisons de maître de Merville, comme Ambrus, Fourclens, Saint-Benoit, La Loubastère, Dario, Beau Soleil, Saint-Jean, Billas, sont devenues des résidences principales dans un processus de périurbanisation auquel n'échappe pas le territoire communal depuis le début des années 1980. Les propriétaires, soit héritiers, soit nouveaux acquéreurs dont l'emploi salarié se situe désormais dans l'agglomération toulousaine, investissent un bâti valorisé par l'urbanisation et la hausse des prix du foncier et de l'immobilier. Le bâti bourgeois du xixe siècle connaît alors une banalisation de son usage dans un paysage désormais marqué par un « mitage » périurbain. Mais ces petits châteaux devenus maisons bourgeoises ne continuent pas moins de marquer la distinction entre leurs propriétaires et ceux des classes moyennes pavillonnaires, nouveaux habitants des communes rurales périurbaines.

30Au xxe siècle, anciennes et nouvelles maisons bourgeoises, maisons d'enracinement et maison de villégiatures, coexistent donc au sein d'un même patrimoine bâti : alors que les héritiers des notables traditionnels conservent la maison domaniale d'enracinement familial, les nouvelles élites du début du siècle, d'origine modeste et d'ascension récente, acquièrent ou construisent des maisons de plaisance. Maisons de « propriétaire » bourgeoises et maisons de villégiature se distinguent d'autant moins au fil du temps que la majeure partie des secondes sont issues de la modification de l'usage des premières. Néanmoins leur présence relève de phases distinctes de patrimonialisation de l'espace rural par les bourgeoisies urbaines.

31La maison de maître du xixe siècle, qui s'inscrit dans la reproduction de la tradition aristocratique, sert donc de référence à son tour au développement de la maison de plaisance moyenne bourgeoise de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle. Il y a une continuité historique entre le mode de vie nobiliaire d'Ancien Régime, alternant séjour dans le château campagnard et séjour à la cour, la propriété domaniale des élites notabiliaires du xixe siècle, la villégiature estivale bourgeoise du début du xxe siècle, et la résidence secondaire de la deuxième moitié du xxe siècle alors que du modèle, n'est conservé à travers le bâti que la fonction sociale et symbolique de la propriété rurale aux dépens de sa fonction économique d'origine. Il n'en reste pas moins que ce fait d'évidence masque la complexité réelle des mécanismes de diffusion culturelle. Le phénomène de circulation du modèle domanial, et de son attribut architectural, la maison de maître, se fait, certes, de la noblesse d'Ancien Régime vers les nouvelles élites bourgeoises de la fin du xixe siècle, mais à travers des emprunts et des apports réciproques, dont témoigne la diversité des modes de construction, de conservation et de transformation des maisons de notables en milieu rural. La mutation du sens donné à la « maison de campagne », qui au début du xixe siècle désigne encore l'habitation de la petite noblesse campagnarde vivant au milieu de ses terres et qui qualifie à la fin du siècle la résidence secondaire du bourgeois citadin, rend bien compte de la diffusion du modèle culturel de la propriété domaniale, et en même temps de sa modification. Mais l'altération du modèle n'entraîne pas sa disparition. Il y a, au sein des bourgeoisies, pour des raisons identitaires, et parfois de manière paradoxale, un maintien du modèle de la maison de maître, en dépit de l'expansion de la villégiature de plaisance, puis de la résidence secondaire ralentissant les processus de recomposition des paysages ruraux contemporains.

*

32Ainsi, par « la maison de propriétaire » puis par « la maison de plaisance » jusque dans des campagnes reculées ou territoires de villégiature, les bourgeoisies foncières ont contribué à assurer un véritable « continuum spatio-temporel » entre société urbaine et société rurale, bien avant la croissance périphérique de l'espace urbain à partir des années 1960. Cette présence conduit à créer, dans une continuité historique longue, un territoire intermédiaire au sein de l'espace rural, entre les villages peuplés essentiellement de paysans et une société urbaine plus diversifiée. La présence massive de citadins dans les campagnes, engendrée tout d'abord par le développement des transports puis par l'extension périurbaine des années 1960 à nos jours, provoque en apparence une rupture d'équilibre du système socio- économique rural. Mais, paradoxalement, l'arrivée des citadins dans l'espace rural s'inscrit plutôt dans une continuité historique, un « temps long » de développement de l'influence des citadins sur le « plat pays suburbain ». Les cycles de croissance urbaine, antérieurs à la périurbanisation des années 1960-1970, ont développé la présence de populations urbaines au sein des territoires ruraux, sans que, pour autant, ceux-ci ne soient totalement urbanisés. N'y a-t-il pas des campagnes fortement marquées historiquement par la présence urbaine avant la périurbanisation, et formant de ce fait « un périurbain » avant le périurbain ?

33De ce point de vue, l'existence de grands domaines fonciers ou de maisons de campagne appartenant à des citadins incarne une forme d'occupation ancestrale de l'espace rural par des populations bourgeoises et citadines. La propriété bourgeoise en milieu rural du siècle dernier et du début du xxe siècle représente un jalon annonçant le développement périurbain proprement dit. L'installation résidentielle de groupes sociaux d'origine urbaine plus nombreux et plus diversifiés, forme dominante des cycles d'expansion urbaine les plus contemporains, peut être interprétée comme le résultat de la diffusion du modèle bourgeois du « cadre de vie rural » au sein des classes moyennes et de groupes sociaux plus populaires. Ainsi, le « continuum entre espace rural et espace urbain » repéré par les géographes et les sociologues correspond-il à un long mouvement d'occupation de l'espace rural par des populations urbaines. Cette présence citadine, marquée par différentes formes de constructions immobilières et d'appropriation foncière de l'espace rural, résulte de la diffusion progressive du modèle culturel de « la maison de maître » ou « maison à la campagne » des classes bourgeoises vers les milieux plus populaires de la société urbaine. Au-delà de l'exemple du terroir mervillois, de l'ensemble des campagnes toulousaines, tant dans le Lauragais que la Lomagne ou le Comminges, reste à mesurer l'ampleur de cette emprise urbaine par un inventaire des castels bourgeois et maisons de maître du xixe siècle au sein de l'ensemble des campagnes françaises périurbaines.

Notes

1 Burguière, André et Revel, Jacques, (dir.). Histoire de la France. Tome 1 : L'Espace français. Paris, Le Seuil 1989, 670 p.

2 Grandcoing, Philippe, Les Demeures de la distinction. Châteaux et châtelains au xixe siècle en Haute-Vienne. Limoges, PULIM, 1999, 391 p. ; Rialland, Olivier, « Que reste-t-il du paysage « châtelain » de la vallée de la Mayenne en Maine-et-Loire ? », dans : Des Campagnes vivantes. Un modèle pour l'Europe. Mélanges en hommage au professeur Jean Renard, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2000, 696 p.

3 Pariset, François, « Économie rurale, mœurs et usages du Lauragais », Extrait des mémoires de la Société impériale et centrale d'agriculture de France, 1866, Paris, Bouchard-Huzard, 1867, 256 p.

4 Thebault, Vincent, Les Bourgeois Je la Terre. Stratèges foncières et mobilités sociales dans le Midi toulousain, xxe et xxe siècles. Thèse de doctorat. Université Toulouse-Le-Mirail, 1995, 934 p. dactyl

5 Dubost, Françoise, Maisons riches et maisons pauvres. Évolution des modèles sociaux d'habitat dans un village beaujolais. Thèse de sociologie de l'EHESS, Paris, 1977, 245 p. dactyl.

6 Charle, Christophe, Les Élites de la République (1880-1900), Paris, Fayard, 1987, 556 p.

Auteur

Docteur en géographie, professeur en classes préparatoires Lycée Fermat Chercheur associé au CIRUS-CIEU (Université ToulouseII)

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540